Navigation – Plan du site

ZAKHARIA, Katia (coordonné par), Babylone, Grenade, villes mythiques. Récits, réalités, représentations, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2014 (Collection Orient-Méditerranée), 278p.

Pierre Larcher
p. vol 143

Texte intégral

1Cet ouvrage est une bonne surprise. On est surpris par son originalité, originalité du thème et plus encore de son traitement : par les temps qui courent, on est plus habitué à se voir présenter des mythes comme des faits que de les voir déconstruits… Après un bref avant-propos (p. 9-13), retraçant sa genèse, il est précédé d’une introduction générale (p. 15-31) et suivi d’une conclusion générale (p. 271-278) de Katia Zakharia. Cette introduction est si remarquable qu’il faudrait la citer tout entière : à défaut, je me contenterai d’en relever en conclusion une proposition, ayant un grand intérêt méthodologique.

2L’ouvrage est divisé en deux parties, chacune étant introduite et conclue, à l’instar de l’ouvrage, par une même personne. Chacune contient six articles. Ce compte-rendu paraissant dans une revue consacrée au(x) monde(s) musulman(s), on me pardonnera de faire l’impasse sur la première partie, consacrée à Babylone (et, ce, bien que cette dimension comparée constitue une part de l’originalité de l’ouvrage), à une exception près : l’article d’Aboubakr Chraïbi, intitulé « La magie, les deux anges et la femme » (p. 111-125), qui est une contribution à l’archéologie du texte coranique. Le Coran (2, 102) raconte l’histoire de deux anges déchus, Hārūt et Mārūt, qui, enfermés à Babylone, enseignent aux hommes la magie, spécialement pour « séparer l’homme et sa femme » (mā yufarriqūna bihi bayna l-mar’i wa-zawǧihi). Ce sont les avatars coraniques de deux divinités du panthéon zoroastrien, Hauvatāt/Ḵordād et Ameratāt/Amurdād, gardiens respectifs de l’eau et des plantes. L’exégèse islamique les associe à Idrīs, identifié à Hénoch, l’histoire de leur déchéance, due à une femme (al-Zuhara/Vénus), empruntant, semble-t-il, des éléments au Livre d’Hénoch (encore appelé 1 Hénoch ou Hénoch éthiopien, parce qu’appartenant au canon de l’Eglise éthiopienne orthodoxe, mais considéré comme un apocryphe ailleurs). Chraïbi met en évidence une structure narrative de haute antiquité, renvoyant en amont à l’histoire mésopotamienne du déluge et au personnage d’Atra-hasis/Uta-napishtim, possible ancêtre d’Hénoch/Idrīs et de Noé, et ayant en aval une riche postérité littéraire, spécialement dans les Mille et une nuits.

3La seconde partie est consacrée à Grenade. Elle est brièvement présentée (p. 147-148) et plus longuement conclue (p. 265-272) par Pascal Buresi, la conclusion étant intitulée « Et si ce n’est assez de toute l’Ibérie, que l’Occident contre elle à l’Orient s’allie », où un lecteur ayant encore quelques lettres aura reconnu une parodie de deux vers (1307-1308) de la célèbre tirade de Camille (« Rome l’unique objet de mon ressentiment… ») à la scène V de l’acte IV d’Horace (1640) de Pierre Corneille (1606-1684). Dès les premières lignes de l’introduction tout est dit : « Grenade n’est pas Babylone et les mythes qu’elle inspire sont de nature bien différente. À la fois plus récents et moins universels, ceux-ci sont en même temps d’une actualité incontestable, comme en témoigne l’usage politique qui en est fait périodiquement ». Entre cette présentation et cette conclusion, six articles donc, dont quatre retraçant les étapes de la construction du mythe de Grenade, au nombre de trois selon Buresi.

4La première étape est la poésie hébraïque médiévale, évoquée par Masha Itzhaqi dans « Hadar Rimon […]. La ville de Grenade dans la poésie hébraïque en Espagne » (p. 193-199) ; Hadar Rimon (« La gloire de Grenade ») est une expression de Moïse b. Ezra (v. 1055-v. 1138), qui, avec Salomon b. Gabirol (1020-1058), notre Avicebron, a développé une poésie centrée sur la beauté de l’architecture et des jardins andalous, directement inspirée de la rawḍiyya arabe, mais qui chez le premier, contraint à l’exil en 1095 du fait des Almoravides, devient nostalgie : nostalgie d’un âge d’or, celui qui vit l’accession au pouvoir de deux membres d’une famille juive, les Naghrila, le père, lui-même poète, puis le fils, Joseph, de 1035 à 1066. Mais âge d’or qui se termina en tragédie, avec l’assassinat de Joseph, lynché et crucifié (la mode du crucifiement et de la décapitation ne date pas d’aujourd’hui, se réclamant de Cor. 5, 33 pour l’un, de Cor. 4, 47 et 8, 12 pour l’autre) et le pogrom aboutissant à la quasi-disparition de la communauté juive de Grenade. Voilà, comme le note Buresi (p. 147), qui brouille quelque peu « l’image idyllique d’une cohabitation/conviviencia/ta‘āyuš harmonieuse entre les trois monothéismes »…

5La deuxième étape est constituée par la littérature islamique, elle aussi nostalgique après la chute du dernier royaume musulman d’Espagne, le royaume nasride de Grenade, et ici objet de deux articles. Dans le premier (« Bastion d’al-Andalus, reine des villes et des contrées, ou Grenade dans la prose littéraire de langue arabe », p. 201-221), Monica Balda-Tillier analyse soigneusement un certain nombre de ces textes, notamment al-’Iḥāṭa fī ’aḫbār Ġarnaṭa de Lisān al-dīn ibn al-Ḫaṭīb (m. 776/1374) et les récits de voyage d’Ibn Baṭṭūṭa (m. 770/1369) et d’Ibn Ǧubayr (m. 614/1217), arrivant à la conclusion (p. 218) que « la description de cette ville est entièrement construite sur l’hyperbole. Elle ne s’appuie pas sur la réalité, mais représente une reconstruction purement littéraire d’un endroit en dehors du temps et de l’espace, qui n’a jamais réellement existé ». Le caractère anhistorique de cette description est pour ainsi dire attesté par le fait qu’elle est encore reprise dans le Nafḥ al-ṭīb fī ġuṣn al-’Andalus al-raṭīb d’al-Maqqarī (m. 1041/1632), soit plus d’un siècle après sa chute !

6Dans le second (« Grenade ellipsée. Pour une autre lecture du curieux appel adressé par les Morisques au sultan ottoman », p. 223-244), Katia Zakharia propose de lire un poème anonyme, cité par al-Maqqarī, non comme un document historique, mais comme un texte de fiction. Il ne s’agirait pas d’un appel au secours réel adressé par les Morisques de Grenade, peu après la chute de celle-ci, au sultan ottoman Bāyazīd II. Il s’agirait plutôt d’une œuvre littéraire, relevant de la poésie populaire et non savante, ayant pu être écrite longtemps après l’événement et reprenant un autre appel adressé au sultan mamelouk d’Égypte, tournant autour de Grenade sans la nommer (d’où l’ « ellipsée » du titre pouvant être entendu à double sens) ! Le terme de ’arḍ ġurba, pour qualifier l’Andalousie, que relève Katia Zakharia, mais aussi Buresi (p. 268), pourrait signer que le texte vient, non de l’intérieur, mais de l’extérieur : ġurba, selon Lisān al-‘Arab (art. ġrb), est en effet le nom d’action (maṣdar) du verbe ġaraba dans le sens de « s’éloigner du waṭan » (al-nuzūḥ ‘an al-waṭan) : il s’agit donc bien d’une patrie perdue, devenue terre étrangère. L’étude de Katia Zakharia a un grand intérêt méthodologique : elle vient rappeler que, dans notre domaine, il faut se défier des lectures au premier degré…

7La troisième et dernière étape est celle de l’orientalisme, l’orientalisme romantique de la première partie du XIXe siècle (c’est l’époque où apparaît le terme), tout à la fois savant et littéraire, particulièrement bien illustré dans le cas espagnol par les écrits de Washington Irving (1783-1859), et dont les représentations sont, aujourd’hui encore, récupérées par les… Orientaux ! Il y aurait d’aillleurs un livre entier à écrire sur l’orientalisme des Orientaux et c’est un chapitre d’un tel livre que Silvia Naef écrit avec « Voyage au pays de la gloire perdu. Le peintre libanais Muṣṭafā Farrūḫ [1901-1957] et le sens des splendeurs de Grenade » (p. 244-264). Voyage au pays de la gloire perdue (Riḥla ’ila bilād al-maǧd al-mafqūd) est le titre de l’ouvrage, publié en 1931, que Farrūḫ tira de son voyage en Espagne en 1930. Comme le montre l’analyse, là encore minutieuse, de Silvia Naef, on y relève partout l’influence de la littérature orientaliste, au sens le plus large du terme d’ailleurs, car à côté de celle d’Irving, on trouve également celle de Gustave Le Bon (1841-1931) ou de Claude Farrère (1876-1957), mise au service (c’en est là le « sens ») du nationalisme arabe.

8Deux articles reviennent enfin sur l’histoire même de Grenade, qui ne se réduit pas à celle de l’Alhambra, même si celle-ci l’écrase. Dans le premier des deux (« L’archéologie, un instrument au service de la déconstruction du mythe de Grenade ? », p. 149-171), Sophie Gilotte fait la synthèse des recherches archéologiques, menées pratiquement depuis la Reconquista et qui oppose deux thèses, celle d’une continuité, ou à l’inverse, d’une discontinuité historique du site (l’Iliberri ibéro-romaine étant à rechercher sur le site même de Grenade dans le premier cas, ailleurs dans le second). À la question du titre, l’auteur répond finalement par la négative : aujourd’hui encore, les recherches archéologiques ne sont pas conduites selon toutes les règles de l’art, non plus en raison d’enjeux idéologiques, mais économiques. On ne va pas à l’encontre d’un mythe, quand celui-ci fait de Grenade le site le plus visité d’Espagne…

9Dans le second (« Le développement urbain de Grenade : les réalités historiques jusqu’au XIIe siècle », p. 173-192), Pierre Guichard ne nie pas qu’il y ait eu un oppidum ibéro-romain sur l’actuel site de l’Albaicín de Grenade. Mais il pense qu’Iliberri est à rechercher là où les sources arabes mettent Madīnat Ilbīra (Elvira), c’est-à-dire près de la localité d’Atarfe, à moins de 10 km à l’ouest de Grenade. Par suite, le site de Grenade n’entre véritablement dans l’histoire qu’au IXe siècle, avec l’implantation d’éléments arabes sur le site de l’Alhambra, en lutte avec les muwallad-s d’Ilbīra. Mais c’est au XIe siècle qu’il prend son essor, quand il devient la capitale d’une principauté ziride, qui y transfère la population d’Ilbīra, puis, au XIIIe siècle, après les tourmentes almoravide et almohade, celle du royaume nasride, qui perdura jusqu’en 1492, l’année même de la découverte de l’Amérique : un monde ancien finit, un nouveau commence. Guichard rappelle opportunément (p. 190) que le royaume de Grenade et sa capitale, parfois pris pour l’apogée de la civilisation islamique, étaient en fait « des bastions de conservatisme religieux et culturel ». Comme il rappelle (p. 174) que le vainqueur chrétien, en ne détruisant pas l’Alhambra, en a fait « le seul palais arabo-musulman médiéval qui se soit conservé jusqu’à nos jours »…

  • 1 On se souvient par exemple du livre de l’universitaire, mais aussi théologien protestant Jacques El (...)

10En conclusion, je reviendrai sur la proposition de Katia Zakharia de se débarrasser du concept de « religions abrahamiques », dû, semble-t-il, à Louis Massignon (1883-1962). Ce n’est pas un concept historique (Abraham a-t-il seulement existé ?), mais théologique, qui ne fait d’ailleurs pas l’unanimité chez les théologiens (chrétiens s’entend : les musulmans, on les cherche !) 1. Sa recommandation n’est cependant pas toujours suivie d’effet ; outre ce concept, on rencontre aussi, ici ou là, celui de « religions du Livre », qui n’est pas davantage historique, mais qui a une histoire : c’est une mutation récente, destinée à inclure l’islam, du concept coranique de « gens du Livre », désignant exclusivement juifs et chrétiens. De telles expressions ne conduisent pas seulement à une « théologisation » subreptice et indue du discours académique, ce qui représente, par rapport à notre propre histoire, une régression, mais encore à de purs et simples contresens historiques : le christianisme, comme son nom même l’indique, n’est pas une « religion du Livre » (de quel livre au demeurant ? Même l’Ancien Testament, qui ne constitue que la moitié de son écriture de référence, ne coïncide pas exactement avec la Bible hébraïque !), mais est centré sur la personne du Christ. Les historiens ont à leur disposition un concept tout à la fois inclusif, celui de monothéisme, et suffisamment général pour les décrire tous dans leurs irréductibles spécificités.

11À cette réserve près, la lecture de ce livre est rafraîchissante. Elle atteste qu’il subsiste, dans notre domaine d’étude, particulièrement exposé, une historiographie française, savante, mais discrète : aux antipodes de toute une historiographie aussi bruyante que militante, nous sommant de prendre pour vérités historiques ses grossières réécritures idéologiques de l’histoire !

Haut de page

Notes

1 On se souvient par exemple du livre de l’universitaire, mais aussi théologien protestant Jacques Ellul (1912-1994) Islam et judéo-christianisme, Paris, Puf, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Larcher, « ZAKHARIA, Katia (coordonné par), Babylone, Grenade, villes mythiques. Récits, réalités, représentations, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2014 (Collection Orient-Méditerranée), 278p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 07 novembre 2016, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9520

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page