Navigation – Plan du site

Ahmed INSEL : La Nouvelle Turquie d'Erdogan, du rêve démocratique à la dérive autoritaire, Ed. La Découverte : Paris 2015, 205 pages, volume agrementé d'une liste des partis politiques cités dans la présentation et d'une énumération très succincte des grands événements historiques qui marquent la chronologie de la Turquie depuis 1839 jusqu'en 2014.

Gérard Groc
p. Vol 143

Texte intégral

1Comment catégoriser une réalité changeante ? Comment placer dans une perspective historique un épisode qui fonde son fonctionnement sur la rupture, sur le retournement des paradigmes en cours et qui, lui-même, vire à nouveau de la réalité qu'il installe sans revenir cependant à des paramètres antérieurs ? Comment rendre compte pour autant d'un succès imprévu sans en noter la correspondance avec des attentes qui forcément le précèdent et dans la perspective desquelles il s'inscrit de facto ? Comment caractériser, à partir de la continuité, une situation inédite, comment éviter de s'enfermer dans l'exceptionnalisme pour relater un épisode politique qui modifie l'équation antérieure, y multiplie les inconnues et réussit à inscrire néanmoins son succès dans un conservatisme qu'il bouscule par ailleurs ?

2Voici un peu la gageure à laquelle se confronte le livre d'Ahmed Insel pour faire une présentation de la gouvernance AKP en Turquie, installée depuis 2002 dans un pouvoir sans rival et qui surfe, par delà les tempêtes qu'il traverse, sur un succès croissant, non démenti, mais dont les modalités, aujourd'hui sensiblement plus tendues, apparaissent comme de plus en plus énigmatiques. Cette difficulté à bien se saisir d’un objet d’analyse devient ici difficulté à en rendre compte et le sous-titre de l'ouvrage en livre un peu la teneur, par une opposition certes claire entre « démocratique » et « autoritaire » qu'estompe cependant les autres vocables de « rêve » dont on ne sait si c'est celui de l'acteur décrit ou celui de l'analyste critique – sans doute des deux –, et de « dérive » qui indique plus une tendance voire une anticipation qu’un fait abouti. Et le titre de « nouvelle Turquie », au-delà du fait que c'est un projet politique récemment mis en orbite (2011) et devenu rapidement slogan, nous renseigne néanmoins sur le fait que, pour l'auteur, nous ne sommes définitivement plus dans la Turquie « d'avant ».

3En tant que commentateur, nous percevons cette difficulté dans le hiatus apparu entre la volonté de l'auteur de replacer d’abord les termes de l'étude dans le temps long d’une perspective historique, remontant la piste des concepts centraux proposés dans l'analyse, celui de « l'autoritaire », celui de l'islam politique, celui de la démocratisation et surtout celui de la droite conservatrice, rappelant tout le cycle de l'évolution républicaine moderniste et laïque – voire de ses antécédents ottomans (sans doute l'influence de l'ouvrage de Bozarslan souvent cité) – pour déboucher, au final, sur une description plutôt conjoncturelle de l'épisode AKP, certes très fournie, mais où l'événement lui-même et son traitement particulier par le détenteur du pouvoir semblent se suffire à eux-mêmes pour illustrer le cours de sa démarche et l'édification de son succès. Ainsi, au-delà des considérations introductives, fort bien faites et positivement bienvenues, qui cadrent progressivement le contexte duquel émerge et se développe l'action de ce parti AKP de création somme toute assez neuve (2001) – voire les héritages directs et indirects qu'on peut lui supposer –, c'est plus le déroulé événementiel, additionné de la capacité réactive de cet auteur politique, qui semble structurer la nouvelle organisation du pouvoir, où les crises, les inflexions, les choix opérés et les équilibres pertinemment élaborés procèdent au premier chef d'une dynamique interne, propre, qui apparaît comme le principal fil directeur à partir duquel s'ordonnent autant de postures originales que de victoires électorales dégagées des pesanteurs de pressions extérieures.

4Mais l'auteur n'est pas en cause. Économiste, universitaire, chroniqueur régulier participant fréquemment aux débats nationaux, son approche est légitime, se veut méthodique, amplement documentée, s'en tient aux faits essentiels nécessaires à nourrir la dimension évolutive qu'il propose, sans tomber dans une accumulation de faits-divers, ce que l'utilisation du terme « événementiel » pourrait précédemment faire croire. Sur toute la période, et c'est un constat que l'on a pu souvent faire, les opinions émises sur l'expérience AKP ont toujours été plus interrogatives qu'affirmatives et les diagnostics portés, à moins d'être soi-même partisan, plus souvent hypothétiques que probants.

5Quant au cœur de sa description, Insel passe en revue les grandes séquences de la période, celles qui permettent à l'AKP de changer la réalité politique, par lesquelles les obstacles sont déblayés peu à peu, où des acquis nouveaux permettent d'infléchir un cours des choses dans un sens pas forcément conforme au projet initial mais que l'actualité aide à élaborer et auquel elle ouvre de nouvelles perspectives. Car c'est bien au rebond des événements et des faits d'actualité que l'AKP déroule une stratégie évolutive où il joue tour à tour de l'ouverture (démocratie, Europe, règlement de la question alévi, diplomatie) puis de la fermeture (répression croissante, perspective présidentielle, retournement syrien), où il circonvient méthodiquement ses adversaires (la presse puis l'armée), avec en filigrane la promesse d'un traitement de la question kurde (depuis 2009) dont il fait successivement un argument d'œcuménisme puis de discrimination, pour finir par réduire son intervention à la dimension terroriste de la question. C'est cette alternance d'ouvertures puis de fermetures (le cas de l'Europe est flagrant) qui lui aliène aussi progressivement une grande part de la population jusqu'à accumuler contre lui une contestation qui se ramifie, celle de la jeunesse avec Gezi (2013), celle d'une part de l'islam modéré avec laquelle il fonctionnait pourtant (le groupe Gülen) et plus récemment celle d'une grande part de la population kurde, au spectacle de son inaction ostensible face à l'assaut donné par DAESH conte la petite ville frontalière de Kobane (octobre 2014).

6On sait certes recenser pour toute cette période nombre de performances, d'innovations, de réformes voire de mutations réellement mises en place par ce parti et ses dirigeants. On sait à partir de là constater voire expliquer la presque constante progression de ses scores électoraux depuis ses débuts, on a des éléments probants d'un regain d'audience autant au niveau interne qu'au niveau international ; on sait tout autant situer un point de rupture non dans la réalité de sa présence politique mais dans l'évolution de sa réputation et les modalités de sa gouvernance, mais on hésite pourtant toujours à bien définir et à catégoriser la nature de ce régime, à affirmer si c'est un parti islamiste, un parti conservateur, s'il s'inscrit dans l'évolution de la droite classique turque, s'il est un vecteur de modernité ou de traditionalisme, s'il est en continuité ou en rupture avec ses prédécesseurs, s'il est démocrate ou autoritaire, etc..

7En fait, au-delà d'un éclairage large et classificateur qui sied bien sûr à une approche scientifique du phénomène et qui pourrait suggérer un certain déterminisme, l'AKP fait montre d'une individualisation très marquée de l'expérience, inscrite au premier chef dans une capacité réactive à jouer opportunément des lacunes ou lourdeurs anciennes, y compris celles de son propre camp, à rebondir sur des propositions conjoncturelles, à saisir des opportunités inédites. L'AKP gère sa présence et son succès de manière pragmatique, endossant la livrée d'un outsider proposant de nouvelles synthèses, offrant des conciliations inédites certes à partir d'ingrédients anciens mais replacés dans des configurations innovantes, avec des passerelles et des médiations nouvelles qui réussissent à articuler des segments qui n'avaient jamais été ainsi sollicités ensemble durant la période républicaine, bref à se prévaloir tout autant de la rupture qu'il s’ingénie à utiliser les figures de la continuité.

8En dehors de ce hiatus que nous signalons, le livre d'Insel livre de bonnes clefs pour expliquer et illustrer la démarche de cet acteur politique.

9La plus intéressante est cette volonté de l'AKP de faire de la majorité sociologique la majorité politique du pays pour la réconcilier ensuite avec un État central remanié, débarrassé de ses scories élitistes et modernisantes ; en d'autres termes, de mettre la périphérie sociale au centre politique et de repolitiser ce centre en fonction de cette nouvelle donne, c'est à dire de formuler de nouveaux axes politiques où les éléments/paradigmes qui peuplent le mental de cette périphérie sociale, villageoise, rurale, pieuse – longtemps oubliée par le kémalisme et ses élites sécularisées, rétrogradée à leurs yeux de son importance intellectuelle/conceptuelle comme marginale ou secondaire – seraient ré-intronisés comme vecteurs de nouveaux choix politiques et deviendraient valeurs dominantes, par l'amplification que pourrait lui donner l'appropriation de tous les rouages du pouvoir, par son nouveau titulaire et ses représentants largement majoritaires dans les circuits législatifs autant qu'exécutifs.

10Un autre élément sur lequel Insel insiste et qui est, lui aussi, tout autant conjoncturel mais crucial est la réussite économique dont se targue l'expérience AKP, qui passe de facto pour un succès politique de son leader alors qu'il n'en est pas un, puisqu'Erdogan ne fait qu'appliquer, certes avec rigueur, une réforme incontournable, conçue dans les formes voulues par le FMI par un expert issu d'une autre formation politique mais qui est fondamentalement libérale et qui lui convient pour cela. Or, il est indéniable que le confort croissant apporté par les bienfaits de cette bonne santé économique et la redistribution qu'autorisent les bons comptes du gouvernement AKP, sont un argument de fond non seulement de ses bons scores mais également de sa capacité à surfer sur une conjoncture tant qu'elle lui paraît favorable.

11Citons aussi cette idée de révolution amplement déclinée tant par l'AKP lui-même pour se mettre en scène (révolution du Bosphore, révolution silencieuse) que par ses observateurs (révolution passive) pour tenter de saisir cette puissance innovatrice.

12Nous faisons pourtant deux remarques, dont la première conteste, dans une certaine manière, un des axes de la présentation du livre. C'est au sujet de la part de l'islam dans la ligne politique adoptée par l'AKP sur toute la période. Insel ne méconnaît pas cette part ni dans la genèse du parti ni dans l'exercice de sa gouvernance ; il en souligne à plusieurs reprises l'importance voire la continuité et indique bien que l'islam est un ressort toujours actif de cette construction politique. Mais il se refuse à en faire un fil conducteur, préférant parler de droite conservatrice (pp. 8 et 14) alors que nous sommes tentés d'argumenter à l'inverse. Il nous paraît en effet qu'il y a ici une forte présomption d'islamisme, en ce sens que l'islam est un référent permanent en regard duquel est évaluée, prescrite et fixée la ligne politique de l'AKP et que ce référent est porté de manière croissante vers un usage de plus en plus fréquent, englobant et à valeur normative. Dès le départ, l'islam fut une thématique qui a identifié le nouveau challenger aux yeux des électeurs, qui l'a différencié du kémalisme laïc auquel il s'affrontait (même si la prudence l'empêchait de fustiger une laïcité inscrite dans la constitution), qui lui a permis de développer un discours démocratisant en termes de pluralité foncière de la société turque ou encore de libertés fondamentales au premier desquelles la liberté confessionnelle. L'islam fut aussi le drapeau fédérateur, au départ plus implicite qu'explicite, d'un projet de politique étrangère formulé dans les années 2009-2011 à l'endroit de ses voisins proche-orientaux, surtout à l'heure des printemps arabes. Et au fur et à mesure que l'AKP a infléchi sa géométrie institutionnelle d'un « rêve démocratique » vers une présidentialisation croissante du régime, l'islam s'est retrouvé de plus en plus promu comme cadre explicite d'un nouvel ordre social, d'une structure familiale réformée, d'une sauvegarde de la santé intellectuelle de la jeunesse, jusqu'à formuler plus récemment l'idée d'abandonner purement et simplement la référence laïque puisque le pays est, de notoriété publique, un pays musulman. C'est cette promotion ininterrompue et envahissante qui nous pousse à vouloir parler d'un véritable islamisme à propos de l'expérience AKP, même si paradoxalement, l'AKP a toujours prétendu avoir rompu avec « l'islam politique » de ses mentors. Mais là encore, il y a un brouillage des catégories car on reste loin d'une affirmation purement doctrinale ou fondamentaliste, ou encore d'une référence crispée au dogme. L'utilisation de l'islam est en grande partie instrumentale, la logique est plutôt celle d'une projection identitaire ou plutôt « identificatrice », pour un régime qui tente de faire émerger son pays au rang de puissance intermédiaire et qui, voulant se démarquer dans le contexte de la mondialisation, choisit l'islam pour marquer sa différence en même temps que sa capacité au dialogue. La marque confessionnelle sert ici à estampiller un pays qui profitant de ses avances, met sa force et sa puissance innovante au service d'un camp particulier dont il peut apparaître dès lors comme un leader. D'où une trajectoire assez variable de cette référence qui côtoie des usages politiques et culturels, à l'image des itinéraires socio-politiques de ce pays fort de 80 millions d'habitants et de la relative sécularisation acquise malgré tout par la société turque, même si cette affirmation islamique est aujourd'hui postulée par l'AKP comme l'enjeu d'un rapport de force en cours.

13Autre remarque que nous formulons ici. On a coutume de dire que, dans une situation de parti unique ou de parti largement majoritaire à fondement populaire, le parti, lui-même multiple, reflète à travers des conflits internes qui le traversent fatalement, une pluralité d'opinions entre lesquelles le leadership voit le leader réussir à incarner la synthèse ou en tout cas un équilibre apaisé. Dans le cas de l'AKP, même si le parti est en effet une organisation nombreuse, puissante et tentaculaire (8 millions d'adhérents), il n'en est pas moins évident que le leadership exercé par son chef apparaît comme de plus en plus autoritaire, en réalité de plus en plus étroit, muni de puissants coupe-circuits qui, s'ils permettent de prolonger le mythe d'un parti de masse riche en dialogues internes, confèrent au leader et à son staff débarrassé désormais des cadres historiques, une autorité quasi-absolue, bâtie en cercle étroit autour de la personne du chef et qui tient en sa main, et dans une exclusivité de plus en plus exigeante, les fils de tous les réseaux mobilisables (qui eux sont en effet multiples) aux niveaux national comme local. Ce sont ces instances reconfigurées et réduites du parti qui sont aujourd’hui le seul circuit de la conduite politique menée par l'AKP et de l'exercice de l'autorité unique dont il se pare de plus en plus.

14Aujourd’hui encore, il est difficile de faire un lien logique entre ce que l’expérience AKP produit et les conditions qui ont présidé à son accession au pouvoir. Et cette perplexité que l'on éprouve face à un acteur politique qui a manié tant de registres contradictoires, qui a brassé tant de concepts antagoniques qu'il a tenté, parfois avec succès, d'articuler entre eux voire de concilier, inaugurant ainsi des modes politiques inédits et qui, à travers ou malgré ces revirements, a maintenu jusqu'à aujourd'hui voire accru l'audience de sa popularité, l'analyse présentée par Ahmet Insel la reflète pleinement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Groc, « Ahmed INSEL : La Nouvelle Turquie d'Erdogan, du rêve démocratique à la dérive autoritaire, Ed. La Découverte : Paris 2015, 205 pages, volume agrementé d'une liste des partis politiques cités dans la présentation et d'une énumération très succincte des grands événements historiques qui marquent la chronologie de la Turquie depuis 1839 jusqu'en 2014. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 09 novembre 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/9521

Haut de page

Auteur

Gérard Groc

Aix Marseille Université, CNRS, IREMAM UMR 7310

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page