Navigation – Plan du site

Perugini Nicola & Gordon Neve, The Human Right to Dominate, New York, Oxford University Press, 2015, 200 p.

Xavier Guignard
p. vol.143

Texte intégral

1L’ouvrage que proposent Perugini et Gordon est résolument singulier. D’abord en ce qui concerne son thème d’investigation : le recours à la référence des droits de l’Homme par l’armée israélienne et les colons, pour justifier, renforcer et in fine rendre légale, leur emprise coloniale sur le peuple palestinien. C’est un usage des droits de l’Homme qui mérite que l’on s’y attarde, puisqu’il semble contre-intuitif. Ensuite, par la portée du propos qui s’ancre dans le débat contemporain sur la définition, mais aussi le recours et l’étendue des droits de l’Homme, à partir duquel les auteurs travaillent un cas atypique, le cas palestinien. En l’espèce, ils démontrent que le recours à ce cadre normatif - qui emprunte à l’universel - sert une volonté de domination sur une population qu’il est censé protéger.

  • 1 Sally Engle Merry et Peggy Levitt, « Vernacularization in Action: Using Global Women's Human Rights (...)
  • 2 Michael Hard et Antonio Negri, Empire, Cambrige, Harvard University Press, 2001.

2C’est là la seconde originalité du travail de Perugini et Gordon. Leur propos n’est pas de dire qu’il peut y avoir une utilisation politique des droits de l’Homme, ce qui consacrerait en creux l’existence d’une utilisation originelle et dépolitisée de ces derniers. Il est plutôt d’asserter que tout recours à cette référence passe par une opération sociale de traduction pour un usage local - ce qu’ils nomment « vernacularisation », à la suite des travaux de Sally Engle Merry1. Cette approche leur permet de dessiner une voie d’investigation médiane éloignée des deux tendances lourdes véhiculées par les études sur cette question, notamment dans le cas israélo-palestinien - à savoir, celle selon laquelle un recours plus important à cette référence serait forcément un préambule à une émancipation politique et celle qui avance que les droits de l’Homme seraient, par nature, l’arme d’une nouvelle forme de pouvoir (ce que Michael Hardt et Antonio Negri2 nomment « l’Empire »). Ainsi, en s’intéressant aux conditions sociales et politiques de cette traduction, Perugini et Gordon renvoient dos à dos ces approches qui essentialisent les droits de l’Homme et leur assignent une nature politique - émancipatrice dans un cas, impérialiste dans l’autre.

3Enfin, les auteurs s’attaquent à un autre lieu commun sur la question des droits de l’Homme, en mettant en perspective l’histoire du recours à cette référence avec celle de la construction de l’Etat israélien et de l’Autorité nationale palestinienne. Ils montrent alors que loin d’être uniquement définie sur un mode contestataire, la relation État/droits de l’Homme obéit à un triptyque qu’ils résument ainsi : « protection from, protection by, and protection of the state ». Les auteurs explorent notamment deux dimensions qui fondent le « paradoxe » qu’ils soulignent. Ils reviennent sur la concomitance dans l’immédiat après-guerre (1945) de la fondation de l’État israélien (1948), de l’émergence d’une communauté internationale nouvelle fondée sur la protection des droits de l’Homme (déclaration universelle et création de l’ONU) et l’idée de « Réparation » due aux Juifs européens. « État-réparation », Israël est en partie créé pour répondre aux injonctions internationales de protection des droits de l’Homme. Mais Perugini et Gordon pointent qu’en parallèle de la définition d’une population juive/israélienne de « victimes », la naissance d’Israël est l’histoire d’une dépossession coloniale (des terres palestiniennes) dont ils sont les acteurs. Les auteurs relèvent que, dès les premiers temps, la question des droits de l’Homme dans le discours israélien est limitée aux seuls Israéliens juifs. Cette réduction aux « droits de l’Homme dominant » se retrouve aujourd’hui dans les discours israéliens de légitimation des actes de violence perpétrés à l’encontre des Palestiniens par le gouvernement et/ou l’armée (qu’il s’agisse de la destruction de maisons, du déplacement forcé de populations civiles ou encore de l’assassinat de responsables politiques) – et ce, afin d’empêcher un « nouveau génocide » à venir et donc, aussi, permettre l’exercice de leurs droits de l’Homme. Pour les auteurs, cette « normalisation » du recours à la référence des droits de l’Homme, ainsi que cette appropriation particulariste, produisent un effacement de la compréhension des causes structurelles de la violence, dont les racines s’ancrent dans le fait colonial israélien.

4L’apparente contradiction qu’il y a à voir l’armée ou les associations de colons se saisir de la « grammaire des droits de l’Homme » ou à observer la rencontre entre « libéraux » et « conservateurs » (pro-colonisation) sur ce même thème, s’explique par l’appauvrissement que le recours à cette référence comprend. Cet appauvrissement n’est pas le fait uniquement d’organisations qui « pervertiraient » le sens originel des droits de l’Homme. Il prend également racine dans leur histoire, puisque ces organisations lient leur protection à celle de l’État, en chargeant ce dernier d’adopter ces valeurs et de protéger leur exercice. Il est aussi le fait du travail entrepris par les acteurs libéraux dominants, qui sont à l’origine d’une réduction de la définition des droits de l’Homme à un « cadre légal et méthodologique » qui le prive de toute dimension contestataire. S’opère alors une succession d’opérations - « imitation, inversion et convergence » -, qui permet de comprendre pourquoi des associations ayant des visées politiques radicalement différentes partagent un ensemble de compétences, de définitions et de mobilisations de la référence aux droits de l’Homme, assez semblable.

5Les auteurs illustrent leur propos de façon saisissante à travers deux chapitres qui composent la moitié de l’ouvrage, « The human right to kill » — que l’on gagnerait à traduire par l’expression « les droits de l’homme pour tuer » plutôt que par « le droit de l’homme à tuer » — et « The human right to colonize » qui s’interroge sur les conditions dans lesquelles colons et soldats peuvent s’approprier la lingua franca des droits de l’Homme. Dans le premier, ils mettent en lumière la manière dont l’armée israélienne a très vite adopté le registre de la protection des droits de l’Homme pour justifier ses actions militaires à l’égard de civils. Ils montrent ainsi comment les opérations conduites à Gaza (depuis le retrait en 2005) sont justifiées auprès de l’opinion publique nationale et internationale au nom de la protection des populations civiles - étant entendu que seuls comptent les droits des Israéliens juifs. Ils dénoncent aussi la posture prise par l’armée israélienne, qui dit aller protéger les droits de l’Homme de Palestiniens victimes de leurs compatriotes ou de leur administration ! En somme, l’armée peut les tuer au cours d’opérations militaires, mais c’est au nom de la protection de leurs droits fondamentaux.

6Dans le quatrième et dernier chapitre, qui constitue l’essentiel de leur investigation empirique, Perugini et Gordon reviennent sur l’émergence du recours à la référence des droits de l’Homme par les associations de colons israéliens. Après leur retrait de Gaza en 2005, les colons ont en effet investi l’espace public et juridique en proclamant que leurs droits de l’Homme étaient bafoués par des « envahisseurs », les « colons » palestiniens – qui plus est avec le soutien de l’État israélien. Cette présentation leur permet de justifier la construction de nouvelles colonies comme un acte de « désobéissance civile », et leur éviction de leurs « avant-postes » construits sans autorisation gouvernementale comme une « violation de leurs droits », dressant une filiation politique entre militants noirs américains et colons israéliens. C’est ainsi à la légitimation de l’entreprise coloniale en Cisjordanie et à ses acteurs israéliens que les auteurs entreprennent de s’attaquer, d’autant qu’ils en montrent l’efficacité qui conduit le législateur israélien à consacrer et protéger le droit de coloniser… au nom des droits de l’Homme.

7Dans leur chapitre 2, Perugini et Gordon montrent comment Israël réagit à l’activation, par l’autre, de cette référence universelle. Ils en font un cas de casus belli, que traduit le concept de lawfare (law+warfare) utilisé dans l’après-11 septembre pour criminaliser le recours à la justice des victimes de la « guerre contre la terreur ». Si le chapitre se concentre sur des exemples proprement palestiniens qui émergent durant la première Intifada, la conclusion des auteurs vient rappeler le caractère émancipateur et libérateur que peut avoir cette rhétorique ailleurs dans le monde. Perugini et Gordon dressent ainsi le constat de l’appropriation du discours des droits de l’Homme à des fins coloniales et de l’usage de cette notion pour justifier la violence d’États contre des civils. Ce faisant, ils remettent en cause, non pas ce corpus juridique en tant que tel, mais la professionnalisation et le légalisme de son usage, qui conduisent à rendre possibles des interprétations si paradoxales et, en l’espèce, à créer un espace pour l’existence d’un « droit de l’Homme à dominer ».

8S’il fallait émettre une critique à la lecture de cet excellent ouvrage, elle concernerait la rareté des données empiriques présentées dans ce livre (sauf au chapitre 4). La fine connaissance des sociétés israéliennes et palestiniennes qu’ont Gordon et Perugini ne se retrouve pas à la lecture de celui-ci, alors qu’elle le servirait indéniablement. Les lecteurs peu familiers du contexte israélo-palestinien auraient ainsi pu mieux s’approprier leur travail, tandis que ceux davantage connaisseurs de ce terrain auraient eu un intérêt immédiat à accéder au corpus d’entretiens ou de documents en arabe, hébreu ou anglais, qu’ils ont compilé et exploité, et qui constitue un matériau rare sur des segments peu connus de la société israélienne.

9Ces données auraient ainsi pu permettre d’établir une meilleure contextualisation, par exemple de l’opposition qu’ils dressent à plusieurs reprises entre le recours à la « grammaire des droits de l’Homme » et d’autres modes d’action de la résistance palestinienne. Alors que les débats qui animent organisations politiques ou associatives sur les convergences ou les antagonismes des modes de résistances sont complexes et mouvants, l’absence quasi totale de présentation de ces derniers ne permet pas très bien de situer la situation qu’ils décrivent. Cette critique est par ailleurs la conséquence d’une bienheureuse politique éditoriale : en choisissant volontairement de ramasser leur travail en quelque 200 pages, Perugini et Gordon proposent un travail concis, qui ne cède rien en termes de rigueur argumentative. L’une des forces de cet ouvrage est de s’adresser à des publics bien distincts. Si les auteurs offrent une monographie rare et salutaire de certains secteurs israéliens complètement méconnus dans leur réalité sociale, ils contribuent également à un débat qui anime les sciences sociales, sur les formes d’appropriation locale de discours « globaux », ici celui des droits de l’Homme, en s’intéressant en premier lieu à leur traduction politique et ses conséquences. À cet effet, il trouvera sans nul doute toute sa place dans les bibliographies les plus pertinentes sur ces questions.

Haut de page

Notes

1 Sally Engle Merry et Peggy Levitt, « Vernacularization in Action: Using Global Women's Human Rights Locally », numéro spécial de Global Networks vol. 9 no. 4, 2009.

2 Michael Hard et Antonio Negri, Empire, Cambrige, Harvard University Press, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Guignard, « Perugini Nicola & Gordon Neve, The Human Right to Dominate, New York, Oxford University Press, 2015, 200 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/9524

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page