Navigation – Plan du site

LATTE-ABDALLAH Stéphanie & PARIZOT Cédric, Israelis and Palestinians in the Shadows of the Wall. Spaces of Separation and Occupation, Farnham, Ashgate, 2015, 276 p

Xavier Guignard
p. Vol 143

Texte intégral

  • 1 À l’ombre du Mur : Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Arles, Actes Sud, 201 (...)

1L’ouvrage collectif dirigé par Stéphanie Latte Abdallah et Cédric Parizot est plus qu’une simple traduction en anglais de leur À l’ombre du Mur : Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation1. Elle aurait déjà eu l’immense mérite d’ouvrir à un public anglophone ce travail issu de leurs programmes de recherche collectifs «  Mobilités, frontières et conflits dans les espaces israélo-palestiniens  » et «  Le conflit israélo-palestinien sous l’angle des mobilités transfrontalières  ». Mais en invitant six nouvelles contributions dans cette version anglaise, les auteurs font de Israelis and Palestinians in the Shadow of the Wall une véritable suite de ces programmes, mis à jour et enrichis de travaux inédits. On notera à cette occasion l’arrivée dans la version anglaise d’un chapitre sur la bande de Gaza, absente de la précédente version française et de trop nombreux travaux sur la Palestine, renforçant dans l’espace académique la marginalisation dont est victime Gaza sur le plan politique.

2L’intérêt premier de cet ouvrage réside dans son hypothèse centrale, qui contribue à renouveler les questions relatives à l’occupation israélienne, en allant puiser dans les débats contemporains des études sur les mobilités et les frontières en sciences sociales. En avançant que la frontière «  renforce l’interdépendance  » («  reinforce[d] the interconnectedness  » p. xv) plus qu’elle sépare, ils invitent à ne plus observer le Mur seulement comme la matérialisation d’une séparation qui n’existe pas, mais comme lieu d’expression de la politique d’occupation israélienne, dans des formes renouvelées. Les auteurs offrent de repenser le «  régime d’occupation  » (p. 12) à l’aune de l’assemblage des techniques ou des pratiques sécuritaires, et de la conduite des acteurs impliqués, palestiniens et israéliens. En s’extrayant de la question du statut du Mur, ils regroupent une série de travaux qui s’intéressent davantage aux transformations induites par son existence. La cohérence entre ces monographies est rendue possible par le cadre analytique et l’ambition de ce projet, qui est de repenser le régime d’occupation dans une approche dynamique et de sortir des réflexes qui le classent, un peu rapidement selon les auteurs, dans des catégories (comme celle de l’Apartheid sud-africain) qui ne semblent pas pleinement rendre compte de la complexité et de la «  modernité des processus de contrôle israélien ».

3Même si les auteurs semblent minorer la densité des travaux académiques, toutes langues confondues, qui tentent de sortir du «  paradigme d’Oslo  » ces dernières années, leur démarche n’en est pas moins salutaire en ce qu’elle offre un regard critique sur les catégories analytiques qui circulent au sein de l’espace souvent clos des études palestiniennes. À cet égard, leur introduction brosse un remarquable tableau des évolutions de la recherche dans la région, et de ses débats depuis les années 2000, et se clôt sur une synthèse tout à fait pertinente des difficultés à produire une recherche multi-située dans le contexte d’occupation israélienne. On ne peut que regretter, à cet égard, l’absence du terme «  colonisation  » de leur excellente «  politique de la recherche  » (p. 20), un terme que pourtant ne récuse pas une partie de leurs auteurs (voir par exemple Dabed, p. 59).

4L’ensemble de cet ouvrage est une récusation méthodique de l’approche du Mur comme impératif sécuritaire ou comme prélude au tracé d’une frontière israélo-palestinienne. Ce sont pourtant les deux arguments que ses défenseurs avancent le plus régulièrement, depuis son érection, pour justifier son tracé et sa présence. Les cas d’étude rassemblés dans leur ouvrage par Latte-Abdallah et Parizot tendent au contraire à montrer l’inanité de ces arguments, en soulignant la dimension poreuse, incertaine, non étatique, de cette démarcation qui ne traverse pas seulement l’espace géographique, mais aussi les espaces sociaux et politiques. Une division qui ne sépare pas deux territoires, deux ordres légaux et politiques, mais assujettit l’un, palestinien, à l’autre, israélien. Ce travail offre à voir que «  l’ombre du Mur  », pour reprendre son titre, ne plane que sur son versant palestinien et qu’en lieu de marquer la ligne de partage des souverainetés, il est l’accessoire du pouvoir israélien. Alors que sa construction n’est toujours pas finie, ces quatorze contributions d’horizons académiques divers inscrivent implacablement ce nouveau « Mur de la honte » dans la quotidienneté d’une occupation et non dans une illusoire séparation. Cette quotidienneté, pour répondre à la question essentielle posée au début de l’ouvrage : «  de quoi parle-t-on lorsque l’on parle des “géographies de l’occupation”  ?  » (p. 86), est celle d’une gestion des individus et de l’espace au bénéfice d’Israël.

5Cette démonstration est organisée en quatre parties. Les deux premières, «  géographies de l’occupation  » et «  économie de la séparation  » dessinent un ensemble d’arrangements et de techniques qui font le système colonial. Celui-ci, et c’est l’apport de ces contributions, n’est pas strictement cantonné aux pouvoirs publics israéliens. Pour pleinement s’exercer, il nécessite la complicité, voire la contribution effective, des entreprises israéliennes, des bailleurs de fonds internationaux, des pays tiers ou de l’Autorité nationale palestinienne. Si ces travaux mettent à mal l’idée de toute puissance de la machine occupante israélienne, ils n’en révèlent pas moins son degré d’imbrication dans la fameuse «  autonomie  » palestinienne née d’Oslo. L’économie de la séparation ne peut être, en conséquence, que marché captif pour les biens et les services israéliens, ou économie de contrebande organisée à des degrés divers, que l’on soit en Cisjordanie ou à Gaza qui ne peut survivre que par ses tunnels. Plutôt que de séparation, il est question en réalité de dépendance pour assurer la survie de la population palestinienne et son contrôle permanent.

6La seconde moitié de l’ouvrage collectif déplace l’attention sur les comportements individuels. Dans les «  histoires aux marges  » palestiniennes, ces mises à distance participent de la reformulation des appartenances ou des modes d’expression identitaire des Palestiniens (citoyens israéliens ou sujet de l’Autorité). C’est aussi tout un travail de la construction des figures de l’altérité, militante ou sujet du politique, qui se dévoile et permet de comprendre comment on pense l’autre quand il échappe à notre regard. C’est enfin le franchissement du Mur, ces « traversées politiques » bien plus symboliques que réellement difficiles pour les «  internationaux  » ou les Israéliens qui s’y engagent, que l’on peut suivre à travers des récits de vies militantes. C’est l’immersion soudaine dans le régime d’occupation qui marque ce passage d’ouest en est, et le contraste saisissant entre la facilité d’accès aux Territoires palestiniens, et la quasi impossibilité pour ses habitants de s’en extraire.

7Au travers de ces contributions de qualités inégales, mais tenues ensemble par la proposition théorique des éditeurs, se forge la matière pour une meilleure compréhension des réalités de l’occupation, rompant volontairement avec une approche en surplomb. En s’incarnant dans ces Palestiniens et ces Israéliens qui vivent et font vivre cette réalité qui court depuis plusieurs générations, les auteurs montrent comment la poursuite de l’occupation n’avance plus guère masquée derrière les déclarations de bonnes intentions, et montre que chaque facette de la vie de l’occupé y est confrontée : pour travailler, se déplacer, résister ou se retrouver. Ce travail trouve une résonance particulière à l’heure où ériger des murs semble devenir le pis-aller de toute politique frontalière, et met une connaissance fine du terrain palestinien au service d’une compréhension plus large des enjeux abordés.

Haut de page

Notes

1 À l’ombre du Mur : Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Arles, Actes Sud, 2011, 334 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Guignard, « LATTE-ABDALLAH Stéphanie & PARIZOT Cédric, Israelis and Palestinians in the Shadows of the Wall. Spaces of Separation and Occupation, Farnham, Ashgate, 2015, 276 p », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 03 février 2017, consulté le 23 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/9532

Haut de page

Auteur

Xavier Guignard

Doctorant à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page