Navigation – Plan du site

GOBE Eric, Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb, Aix-en-Provence, Iremam, 2015, 150 p

Elisabeth Longuenesse
p. vol 143

Texte intégral

1Avec ce petit livre, Éric Gobe vient clore une longue série de travaux sur les ingénieurs en Tunisie et au Maghreb, jalonnée de nombreuses publications, ouvrages et articles.

2C’est à l’occasion d’un premier poste de chercheur à l’IRMC qu’il avait lancé à la fin des années 1990 un programme de recherche sur ce thème, prenant la suite de celui de Vincent Geisser (1997) sur le devenir des diplômés du supérieur. Deux ouvrages en avaient rendu accessibles les principaux résultats : un collectif, sous le titre « L’ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles) » (Gobe 2004), et un livre cosigné avec Saïd Ben Sedrine (2004), économiste et enseignant à l’Université de Tunis, rendant compte d’une grande enquête qu’ils avaient dirigée ensemble sur les ingénieurs tunisiens. Il y avait rendu compte d’une riche réflexion collective autour de l’histoire des ingénieurs au Maghreb depuis l’époque coloniale, et d’une analyse approfondie du cas tunisien. Dans les années qui ont suivi son séjour en Tunisie, il avait exploité ces travaux dans de nombreux articles, traitant plus particulièrement du rapport des ingénieurs au pouvoir, de la question syndicale et du corporatisme, des mobilités à l’international. Dix ans après ses premières enquêtes tunisiennes, il choisit de réorienter sa recherche en direction d’une autre profession, fort éloignée des ingénieurs, celle des avocats : l’ouvrage paru en 2013 arriva à point nommé pour éclairer leur rôle éminent dans la révolution tunisienne.

3Dans le présent ouvrage, il s’agit donc pour Éric Gobe de faire un retour sur des travaux déjà un peu anciens, pour en proposer un bilan et une synthèse, en forme de passage de relais pour une nouvelle génération de chercheurs et un développement de travaux sociologiques qu’il appelle de ses vœux.

4Après une introduction dans laquelle il expose le contexte des recherches dont il présente ici la synthèse – qui lui offre aussi l’occasion d’interroger la place de ces recherches dans les sciences sociales au Maghreb – l’ouvrage est construit en quatre chapitres, suivi d’un cinquième chapitre de « Bilan et perspectives ».

5Le premier chapitre revient sur les origines de la figure de l’ingénieur moderne, qui apparaît, rappelle-t-il, dès le XIXe siècle, en Tunisie, dans le contexte des efforts de modernisation d’Ahmed Bey. Mais la colonisation introduit une rupture, et si quelques dizaines d’ingénieurs maghrébins sont alors formés dans les écoles françaises, leur présence reste insignifiante jusqu’à l’indépendance. L’administration comme les entreprises recrutent essentiellement des ingénieurs français. Les fils de notables locaux qui investissent l’enseignement supérieur moderne sont alors plus souvent médecins ou avocats – à l’exception toutefois d’une petite poignée d’ingénieurs agricoles, souvent fils de propriétaires terriens.

6Le deuxième chapitre traite du développement de la profession dans la seconde moitié du XXe siècle, au lendemain des indépendances. C’est un moment de développement et de diversification des formations dans les trois pays du Maghreb, et de croissance rapide des effectifs. Tandis qu’au Maroc les ingénieurs continuent longtemps à être formés en France, la Tunisie multiplie les établissements de formation, tout en restant attachée au modèle français, tandis que l’Algérie, brièvement évoquée ici, intègre les formations d’ingénieurs dans un système universitaire qui connaît une massification impressionnante. À propos de la Tunisie, Éric Gobe s’étend sur le cas tout à fait remarquable de l’évolution de la formation des ingénieurs agronomes, qu’il analyse en regard de la politique agricole du gouvernement tunisien (sans toutefois suffisamment s’étendre, me semble-t-il, sur les enjeux des choix effectués en matière de développement agricole, et la façon dont cela a influé sur la structuration du secteur de la formation). Quant à la formation des ingénieurs, longuement discutée, elle est marquée non seulement par l’influence durable du modèle français, mais surtout par un dualisme entre formations d’élite (longtemps majoritairement en France) et formations moins prestigieuses, techniques ou appliquées, dualisme qui peut être lu aussi comme une segmentation et une hiérarchisation à la française, dont il resterait tout de même à regarder comment cela se traduit au niveau de l’emploi.

7Le chapitre trois se penche en effet sur les transformations du marché du travail à partir de la décennie 1990, essentiellement caractérisées par le recul de l’emploi public, suite aux politiques de libéralisation, et le déclin de ce que l’auteur appelle l’ingénieur d’État (pris ici dans le sens d’ingénieur travaillant dans l’administration et le secteur public). Il relève la croissance du chômage qui en découle, mais nuance l’idée selon laquelle les diplômés seraient plus touchés que les non ou moins diplômés : il montre en effet que c’est loin d’être le cas pour les ingénieurs, nettement moins touchés que les techniciens de niveau intermédiaire. En l’occurrence, ce paradoxe ne prend son sens qu’en désagrégeant l’ensemble diplômés du supérieur, la massification de l’enseignement supérieur passant plus par les filières littéraires les moins sélectives. La part croissante du secteur privé dans l’emploi des ingénieurs invite à en interroger les effets du point de vue des conditions d’emploi et de travail. L’auteur note le peu de données disponibles dans ce domaine : il y a clairement là un appel à nouvelles enquêtes à venir. Celles-ci devraient aussi interroger les effets de la « mondialisation », en termes de mobilité, et de « désenclavement du marché du travail des ingénieurs.

8C’est l’objet du chapitre quatre, qui se focalise sur les diplômés formés en France, en examinant l’hypothèse que le passage par la France favorise une mobilité à l’international, et un non retour dans le pays d’origine, qui permettrait de parler d’une « élite mondialisée ». La discussion s’appuie sur une enquête réalisée auprès de diplômés marocains et tunisiens de grandes écoles françaises. La comparaison est instructive et stimulante. Dans les deux pays, le modèle français reste prégnant jusqu’à aujourd’hui. Mais les Marocains restent beaucoup plus nombreux à étudier en France. En effet, l’effort tunisien de création de filière d’élite dans le pays n’a pas (encore) son équivalent au Maroc. Mais dans les deux cas, le taux de retour s’est fortement ralenti à partir des années 1980 et surtout 1990, ce qui correspond à la fois au moment de l’ouverture économique et de la massification (et de la diversification) des formations d’ingénieurs. Éric Gobe montre que le taux de retour est influencé non seulement par l’origine sociale (plus elle est élevée, plus le non retour est important – à l’inverse semble-t-il de ce que Vincent Geisser avait observé une ou deux décennies plus tôt), mais aussi, de façon plus subtile, par l’identité du conjoint (nationalité, statut professionnel). En réalité, on peut sans doute faire l’hypothèse qu’il s’agit là de deux variables liées, l’identité du conjoint n’étant pas indépendante de l’origine sociale de l’individu. Mais surtout, cette mobilité « internationale » semble être encore, jusqu’à présent, très majoritairement limitée à l’ancienne puissance coloniale, seule une toute petite minorité (un peu plus importante chez les Marocains) poursuivant leur trajectoire vers le Royaume-Uni ou les États-Unis. Il sera donc intéressant de suivre ce phénomène sur le long terme.

9Il est clair que malgré la richesse des travaux amorcés par l’auteur et ses collègues, il y a là un immense chantier encore à explorer. La conclusion propose quelques nouvelles pistes dans ce sens : celle de la part des femmes dans ces évolutions, tout juste esquissée, qui mériterait d’être étudiée en regard de l’évolution de la place des femmes dans la société et sur le marché du travail ; celle du travail des ingénieurs dans l’entreprise, qu’il faudrait associer à une interrogation sur les types d’emploi et la nature des entreprises où ils trouvent à s’employer, dans des économies que l’on peut encore qualifier de dépendantes ; enfin celle de l’idéologie des ingénieurs et de leur rapport à la religion (mais aussi, en miroir, à la science), quand on sait l’influence qu’ont eu les Frères musulmans chez les ingénieurs syriens ou turcs (Göle 1982 ; Hanafi 1997). Reste enfin la question complexe du syndicalisme : il est frappant qu’en Tunisie, comme dans un grand nombre de pays arabes, en particulier ceux du Proche-Orient (y compris au Liban), ils se soient dotés d’une organisation corporatiste sur le modèle de l’ordre, alors même qu’il s’agit d’une profession essentiellement salariée. C’est que l’ordre professionnel (ou syndicat professionnel), comme j’ai pu le montrer ailleurs (Longuenesse 2007) est ici bien autre chose que l’ordre des professions libérales tel que la France l’a institutionnalisé. Sa mission n’est en effet pas seulement de réglementation, elle est aussi sociale, professionnelle et, last but not least, symbolique. Cette dernière fonction met en évidence la nécessité d’une réflexion sur les identités socio-professionnelles qui articule les questions du travail et du statut des savoirs.

10En fin de compte, et malgré le titre ambitieux de son ouvrage, on pourra regretter que l’auteur n’ait pas profité de l’occasion que lui offrait ce travail de synthèse pour prendre de la hauteur par rapport à son objet, et l’inscrire dans une interrogation plus large sur l’évolution des sociétés maghrébines, au carrefour entre des dynamiques internes marquées par une multiplicité d’héritages et d’influences complexes, et des influences, pressions, modèles extérieurs plus ou moins assumés. Ainsi, la question de la langue n’est évoquée que comme critère de distinction, mais les catégories d’analyse, prises du français (donc implicitement de la France) ne sont pas interrogées : pourquoi choisir de parler de « cadres » plutôt que de « professions (supérieures, ou « établies ») », de « managers », ou d’« executives » ? Comment le sens de tel ou tel mot ou catégorie se (re)construit-il dans le contexte de sociétés qui ne les ont pas inventées ? Figure à la fois universelle car fondée sur un savoir scientifique et technique supposé tel, et marquée par son origine européenne, du fait de l’importation historique de ces savoirs à partir de l’Europe, l’ingénieur est par excellence un personnage au cœur des contradictions de sociétés anciennement colonisées, qui se sont battues pour leur libération, ont subi un temps la confusion entre développement et autoritarisme, et aujourd’hui tentent d’inventer une nouvelle voie vers un avenir libre et respectueux des êtres humains, de leur culture et de leur histoire. Quelles conséquences a sur les « ingénieurs » tunisiens, marocains, algériens, une « mondialisation » qui impose des normes et des valeurs supposément universelles, et de plus en plus sa langue, l’anglais global, ici en train de supplanter la langue du colonisateur, le français ? Il reste à espérer que de prochaines recherches se saisiront aussi de ces questions.

Haut de page

Bibliographie

Ben Sedrine S., Gobe E., 2004, Les Ingénieurs tunisiens : dynamiques récentes d'un groupe professionnel, L’Harmattan.

Geisser V. (dir.), 2013, Diplômés maghrébins d’ici et d’ailleurs . Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris : CNRS Éditions.

Gobe E., 2013, Les avocats en Tunisie, de la colonisation à la révolution (1883-2011). Sociohistoire d’une profession politique, Tunis-Paris, IRMC-Karthala.

Gobe E. (dir.), 2004, L'ingénieur moderne au Maghreb (XIXe-XXe siècles), IRMC/Maisonneuve et Larose.

Hanafi S., 1997, La Syrie des Ingénieurs, Paris, Karthala.

Göle N., 1982, Ingénieurs en Turquie : avant-garde révolutionnaire ou élite modernisatrice, Thèse de 3ème cycle, E.H.E.S.S., Paris.

Longuenesse E., 2007, Professions et société au Proche-Orient, Presses Universitaires de Rennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « GOBE Eric, Jalons pour une sociologie des ingénieurs au Maghreb, Aix-en-Provence, Iremam, 2015, 150 p », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 03 février 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/9534

Haut de page

Auteur

Elisabeth Longuenesse

Laboratoire Printemps, Cnrs/UVSQ

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page