Skip to navigation – Site map
Lectures

Monneau May Maalouf, Le Liban, De l’Etat inachevé à l’invention d’une nation, Paris, L’Harmattan, 2015, 126p.

Yves Mirman
p. vol 141

Full text

1Au Liban, l’État devrait bientôt avoir 100 ans, certes, il « peine à trouver sa bonne expression politique » dans la gestion d’une société multiconfessionnelle et particulièrement conflictuelle, mais il n’est pas pour autant « bricolé ». Cette juste trame constitue un des arguments à retenir, présentée par May Maalouf Monneau, professeure assistante à l’Institut Supérieur des Sciences Politiques et Administratives de l’Université Saint-Esprit de Kaslik. Cette universitaire libanaise, issue de l’Université Paris II Assas, aborde dans son ouvrage succinct la question historique de l’État libanais et son rapport à la société.

2Partant davantage de débats sociétaux entre les optimistes du champ des possibles institutionnels de l’État libanais, et les pessimistes quand à sa capacité à réagir aux secousses politiques, plutôt qu’une sociogenèse politique de l’État (Elias), May Maalouf Monneau nous décrit certaines de ses évolutions. L’introduction s’appuie ainsi sur une impression de dualité entre « Liban politique et un Liban social », ou entre « pouvoir et société » (p.10), pour annoncer ensuite explicitement la visée de l’ouvrage : « démontrer la caducité du confessionnalisme politique dans sa formule actuelle » (p.12).

3La première partie historique se penche précisément sur l’« entité » libanaise, sur la naissance de certains dispositifs étatiques lors d’une période « labourée » (Hakim, Picard). Du Liban ottoman à la République Libanaise, l’universitaire nous montre combien l’instauration de ses frontières reste fluctuante et artificielle, tout comme l’appellation « Liban » avec ses alternatives (« Jabal al-dourouz »). Ces débats liés aux attributs juridiques de l’État, s’inscrivent au Liban, selon l’auteure, pour partie dans des conflits d’ordres politiques et confessionnels-territoriaux détaillés, auquel elle n’oublie pas de souligner le rôle certain de la gestion coloniale française dans ces divisions. Les dispositifs constitutionnels libanais majeurs, ces éléments de synthèse et de concessions, parfois seulement oraux, constituent l’entrée choisie pour décrire la construction de l’État : la naissance du « Grand Liban » au 1er septembre 1920, la République Libanaise et sa Constitution en 1926, son Indépendance le 31 décembre 1946 et l’incontournable Pacte National Libanais. Avec un léger sentiment de nostalgie pour la période du chehabisme, lequel a en effet construit et renforcé de nombreuses institutions étatiques, l’auteure relève quelques limites dans les dimensions communautaires et politiques du pouvoir, qui dégénéreront à leur paroxysme durant la guerre civile qui suivra.

4La complexité de cette guerre, incivile, violente et communautaire, imbriquée dans une très grande diversité d’acteurs miliciens et d’États occupants, son enchevêtrement dans la guerre froide tout aussi chaotique, ne bénéficient toutefois que d’une dizaine de pages, plus détaillées certes concernant les déchirures internes chrétiennes et l’« épisode Aoun ». L’État libanais se noie pour partie face aux milices, mais le « Document d’Entente nationale » est justement « conclus par les députés libanais le 22 octobre 1989 ». Des continuités institutionnelles étatiques pendant la guerre (Parlement et Banque Centrale), existent toutefois, comme en témoigne le travail de thèse de Pierre France. Cette complexe guerre, retravaillée récemment (voir la riche historiographie de Sune Haugbolle), apparaît ici comme une parenthèse à l’action de l’État. Tandis que le choix de l’auteure se porte davantage sur une description plus fine du socle constitutionnel et politique actuel de l’État libanais, celui issu de « Taëf » à la fin de la guerre. Or, May Maalouf Monneau revient finalement autrement sur ce conflit civil. En ayant rappelé combien les délimitations chronologiques d’une guerre sont difficiles, son meilleur argument reste ici celui des occupations israéliennes et syriennes commencées pendant la guerre et poursuivies bien au-delà. Les habitants du Sud Liban n’ont pas vécu la fin du conflit en 1989, mais davantage avec le départ des troupes israéliennes le 24 mai 2000, et le même argument s’applique du coté des familles de disparus-enlevés libanais par les forces syriennes, dont certains sont peut-être encore aujourd’hui détenus au secret en Syrie. Les modalités de ces occupations et de leur fin sont traitées par une approche multifactorielle, ouverte et claire, et qui en même temps traduit l’atteinte durable à la souveraineté étatique libanaise, à cet État alors « inachevé ».

5Les parties suivantes s’éloignent de l’histoire et de l’État pour une analyse de la société libanaise actuelle. En s’appuyant sur le concept minoritaire de Pierre-Jean Simon, May Maalouf-Monneau distingue les communautés au Liban, d’un coté de leur situation numérique, de l’autre de leur position dominée ou dominante. Elle décrit aussi comment l’hétérogénéité de la société libanaise empêche de la penser en termes majorité/minorité, invitant à se tourner vers le concept de consensualisme, à la suite d’Antoine Messara. Certes, la scène politique libanaise reste marquée par la peur du « winner-take-all » et d’une exclusion existentielle du jeu politique, une peur « ontologique » de l’échec électoral, tellement « dramatisé à l’excès » que nous pouvons sans doute nous interroger sur son caractère construit et entretenu. Des possibles reconfigurations nationales du politique et des leaderships locaux existent toutefois, parfois effectivement tenus en échec quand d’autres émergent (Catusse, Karam & Lamloum). Mais alors, la « politisation » des clivages culturels ou communautaires, deviennent-ils (automatiquement) générateur de conflit et de violence (cf. p. 80) ?

6A contrario, l’auteure nous décrit certaines intéressantes exceptions résidant dans le secteur associatif libanais et dans le « printemps libanais » « inachevé » de 2005. Au-delà du « partisan » et du conflit violent, la pratique de la coalition - dont elle rappelle qu’elle est loin d’être une exception politique - et l’existence du mouvement civil - pacifique, au-delà des confessions et des partis - décrit par Karam Karam et soulignées par l’auteure, relèvent elles aussi de la pratique politique au Liban. May Maalouf Monneau pose ainsi une question qu’il faut lire par l’affirmative : « Agir collectivement à partir de motivations multiples, n’est-ce pas le propre des mobilisations de masse ? » (p.88). L’ampleur de ces mobilisations de 2005, transcommunautaires de facto, comme la cause du mariage civil abordée par l’auteure, n’échappe pas à la sociologie de l’action collective. Autant ces mobilisations s’appuient sur une pluralité de motifs à l’engagement, autant elles offrent en partie une potentielle mise en généralité d’une alternative politique, en l’occurrence un État régulateur et intégrateur, voire séculier. Ces projecteurs éclairent ainsi des actions collectives contestataires dont on peut s’interroger sur leur potentialité face au système politique étatique confessionnel, face aux appropriations communautaires courantes qu’en font la plupart des appareils politiques libanais (voir également Ahmad Beydoun). Aussi « dynamiques » (p.86) ou « nombreux » (p.91) soient-ils, ces mouvement pointent, comme l’ouvrage dans son ensemble, les limites du système étatique libanais à sortir du confessionnalisme, mais pas forcément celles des Libanais (p.88). Ces mouvements n’ont jamais été autant d’actualité à postériori de la sortie du livre, lors de l’été 2015 au Liban.

7Les dernières parties du livre de May Maalouf Monneau s’éloignent de l’analyse de l’État, pour se tourner vers la description de communautés sélectionnées par l’auteure : les Libanais de la diaspora (essentiellement dans leurs migrations), les Libanais arméniens, les Libanais juifs et les Palestiniens au Liban. L’originale question de l’actualité gazière et pétrolière à large du Liban clôt enfin l’ouvrage. Cette sélectivité nous donne d’autres aperçus de la complexité de la société libanaise en miroir de la description des partis politiques libanais selon leur assise confessionnelle, suivant le tableau détaillé d’Abd-El Raouf Sinno, que l’auteure nous traduit. Plutôt qu’une confrontation théorique sur la construction de l’État moderne au Liban, l’enjeu de cet ouvrage réside alors dans plusieurs entrées qu’il offre pour « pénétrer la problématique libanaise », agréable à lire et accessible au-delà des cercles de spécialistes.

Top of page

Bibliography

BEYDOUN Ahmad, 2009, La Dégénérescence du Liban ou la Réforme orpheline, Arles, Actes Sud.

CATUSSE Myriam, KARAM Karam, LAMLOUM Olfa (dir.), 2011, Métamorphose des figures du leadership au Liban : champs et contrechamps des élections législatives de 2009 (vol.30), Institut Français du Proche-Orient.

HAKIM Carol, 2013, The Origins of the Lebanese National Idea, Berkeley, University of California Press, 364 p. (Note de lecture d’Elizabeth Picard, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, mai 2015).

ELIAS Norbert, 1975, La Dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy (et 2003)

FRANCE Pierre, en cours, L’État au Liban pendant la guerre civile (1975-1990), thèse en science politique et en sociohistoire ; Mémoire de Master II, 2010, Le Parlement a le plaisir de vous annoncer la poursuite de son activité. La continuité institutionnelle pendant la guerre du Liban, l’exemple du Parlement de 1972, Paris, Université Paris 1. Sorbonne.

HAUGBOLLE Sune, 2011, The historiography and the memory of the Lebanese civil war, Online Encyclopedia of mass Violence, 25 October, http://www.massviolence.org/The-historiography-and-the-memory-of-the-Lebanese-civil-war

Top of page

References

Electronic reference

Yves Mirman, « Monneau May Maalouf, Le Liban, De l’Etat inachevé à l’invention d’une nation, Paris, L’Harmattan, 2015, 126p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 141 | June 2017, Online since 08 February 2017, connection on 21 November 2017. URL : http://remmm.revues.org/9542

Top of page

About the author

Yves Mirman

ATER à Sciences Po Aix-en-Provence, Doctorant àl'IEP CHERPA et à l’IREMAM (AMU)

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page