Navigation – Plan du site

Droit de réponse à propos de la recension écrite par Vincent Romani sur Marxisme, Orientalisme, Cosmopolitisme

Gilbert Achcar

Vincent Romani, professeur à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), signe sur le site de la REMMM une recension critique de mon recueil d’essais intitulé Marxisme, Orientalisme, Cosmopolitisme. Ce n’est pas mon habitude de réagir aux recensions de mes ouvrages, même les plus critiques. Je préfère compter sur l’aptitude des lectrices et lecteurs à identifier les prises de parti idéologique et académique qui se profilent derrière les prétentions au monopole de la complexité et de la scientificité lorsque les critiques s’en revendiquent.

Le propos de Vincent Romani ne fait pas exception à cet égard, en opposant en conclusion la « culture marxiste » qui serait le seul intérêt de mon ouvrage aux « approches scientifiquement pertinentes ». Il trahit de surcroît un certain parti pris en consacrant plus de place à la défense de François Burgat, brièvement critiqué dans l’un des quatre essais du recueil (plus favorablement que d’autres auteurs comme Olivier Roy ou Gilles Kepel que Vincent Romani n’éprouve pas le besoin de défendre), qu’il n’en consacre à l’essai le plus long de tout le recueil. Ce dernier est expédié en un court paragraphe.

C’est pourtant ce même paragraphe qui m’incite à vous faire parvenir cette réponse. En effet, Vincent Romani y déclare que je « semble minorer certains énoncés judéophobes de Marx, mais l’on peine à comprendre comment la critique par Marx du cosmopolitisme capitaliste des juifs serait moins judéophobe parce que Marx critiquait en fait la puissance de l’argent et reprochait “aux chrétiens d’être devenus juifs”. »

Ce type de propos pouvant être infamant, d’autant plus lorsqu’il vise un auteur originaire du monde arabe comme je le suis, je tiens à citer le passage concerné de manière à permettre aux lectrices et lecteurs de juger du bien-fondé du commentaire de Vincent Romani :

« Tristement célèbre pour ses énoncés antijuifs, particulièrement insupportables pour des lecteurs d’aujourd’hui, “À propos de la question juive”, le pamphlet publié par Marx en 1843, représente néanmoins un jalon important dans sa transition au matérialisme historique et au communisme. Marx critiquait le judaïsme d’autant plus durement qu’il était lui-même d’ascendance juive, et se sentait en conséquence plutôt à l’aise dans sa sévérité. Derrière le tableau stéréotypé à la Hegel qu’il brossa du “Juif”, censé n’avoir de patrie que l’argent (un préjugé appliqué tout au long de l’histoire aux communautés diasporiques spécialisées dans des activités marchandes et usuraires), la vraie cible de Marx était le règne mondial de l’argent, parmi les “peuples chrétiens” en particulier. Il ne l’entendait pas au sens antisémite du contrôle exercé par les Juifs sur le monde, mais au sens où les chrétiens eux-mêmes “sont devenus juifs”. » (p. 148-9)