Navigation – Plan du site

COMBES Hélène, GARIBAY David, GOIRAND Camille (dir.), Les lieux de la colère. Occuper l'espace pour contester, de Madrid à Sanaa, Paris, Karthala, coll. « Questions transnationales », 2016, 410 p

Sélim Smaoui
p. Vol 144

Texte intégral

1 Alors même que divers disciplines et sous-champs des sciences sociales ont été affectés par un « spatial turn », l'environnement matériel et spatial aurait souvent constitué le parent pauvre de la sociologie des mouvements sociaux. Simple décor d'arrière-plan dans lequel on se meut sans contrainte aucune, l'espace physique serait un impensé. Tel est le constat des auteurs de ce collectif qui, dans le sillage entre autres de William Sewell ou de Choukri Hmed, se proposent de rappeler la centralité de l'espace dans la construction et le déroulement des mobilisations.

  • 1 Howard Becker, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, L (...)

2 Dès lors que « toute chose se déroule quelque part »1 comme nous le rappelle le truisme délibéré d'Howard Becker, toute construction d'un objet visant à spécifier la dimension spatiale de l'action protestataire s'expose, sans mauvais jeu de mots, à un risque de dispersion. Afin que le lecteur ne soit pas trompé par la polysémie de la notion d'« espace », Hélène Combes, David Garibay et Camille Goirand engagent une discussion serrée qui en diffracte les significations pour mieux ensuite les unifier. Ainsi, si le terme renvoie métaphoriquement à un univers social de sens et de pratiques que des acteurs, en situation d'interdépendance, ont en partage, il désigne aussi un lieu concret, limité et identifiable, « pratiqué » par des acteurs qui y mènent une activité. Il ressort de ces lignes très éclairantes une volonté de tenir compte de ces différentes acceptions, mais à la condition toutefois de les penser ensemble. Cette approche configurationnelle invite alors à considérer l'espace comme un lieu (géographique, statique, donné) approprié, dont le sens, les frontières et les possibles sont constamment redéfinis par des pratiques et des usages opérés par des acteurs inscrits dans des espaces socialement délimités. « L'espace est ainsi à la fois un lieu et les représentations collectives de ce lieu, les deux dimensions se nourrissant l'une l'autre » (p.24), annoncent ainsi les coordinateurs dans une double et dynamique attention aux usages et aux contraintes.

3 Quatre grandes parties thématiques viennent alors ramifier ces questionnements.

4 La première démontre comment la force de frappe symbolique d'une mobilisation (son échelle, sa visibilité, les formes d'interpellation disruptives ou auto-limitées des pouvoirs publics, son image) se construit à travers des formes d'inscriptions spatiales. Cette même idée est déclinée selon des cas empiriques fort différents. Analysant un processus de régionalisation d'une grève ouvrière briochine aux revendications pourtant très situées (Tudi Kernalegenn), les adaptations tactiques et inscriptions spatiales mouvantes d'épouses et de mères de prisonniers politiques cubains (Marie Laure Geoffray), ou encore l'occupation durable et fluctuante de la Place du Changement au Yémen (Anahi Alviso-Marino), chaque auteur démontre comment l'espace sert de support à la production de nouveaux soutiens et à l'extension des frontières des causes portées.

5 La deuxième démontre plus particulièrement comment les identités militantes et politiques sont spatialement façonnées. Ces dynamiques peuvent se donner à voir dans les
espaces institutionnels routiniers, comme les établissements scolaires. Aurélie Llobet démontre ainsi comment ces espaces de travail favorisent des formes de sociabilités et d'échanges producteurs d'une identité professionnelle politisée. Elle se donnent aussi à voir dans des espaces détournés. Franck Gaudichaud nous mène ainsi dans le Chili de l'année 1972, dans un contexte de luttes opposant secteurs ouvriers pro-Allende, réclamant un durcissement des réformes, et classes possédantes et patronales engagées dans une contre-offensive. La lutte des classes se traduit concrètement ici par une « lutte des espaces » (p.137) : répondant à un boycott économique patronal (lock out, fermetures d'usines, paralysie de la distribution) visant à déstabiliser le régime, travailleurs, syndicalistes et militants occupèrent les lieux de production pour les auto-administrer. L'auteur montre comment ces espaces occupés (qui sont des lieux de travail, d'habitat, de sociabilité...) informent les logiques de la mobilisation en favorisant la structuration d'identités insurrectionnelles, en fournissant des ressources tactiques pour la lutte (bloquer l'économie, contrôler l'unité de production, affronter le patronat) ou permettent encore de bouleverser les hiérarchies sociales. L'action collective se fait donc ici « par et pour le territoire » (p.138). Mais la construction des subjectivités politiques est également le fait d'une inscription dans des espaces multiples. Ainsi du cas d'étudiants indigènes péruviens, analysés par Doris Buu-Sao, militant pour les droits de leurs communautés natives tout en étant ancrés dans l'espace urbain. La pluri-inscription spatiale est ici fortement heuristique : c'est précisément la pluralité des modalités d'engagement et des jeux d'alliance incités par les espaces entre lesquels les acteurs naviguent qui permet à l'auteure d'éclairer, en creux, les logiques de la régulation politique ayant cours dans les zones extractives amazoniennes ; preuve qu'une attention aux trajectoires socio-spatiales autorise des montées en généralité aussi pertinentes que sociologiquement maîtrisées.

6 Les contributeurs montrent en troisième partie que les usages et les contraintes posés par l'espace physique influent également sur l'organisation, le déroulement et les finalités des échanges militants. Revenant sur l'occupation de la Puerta del Sol par le 15M à Madrid, Héloïse Nez observe comment l'espace public urbain rend possible une délibération ouverte, horizontale, transparente et (en apparence) inclusive. La comparaison opérée par l'auteur avec d'autres assemblées indignées démontre, en contrepoint, que les rencontres organisées en des lieux fermés (centres sociaux, églises, lieux institutionnels) peuvent contrarier ces rites de la délibération égalitaire. Cette attention qui articule « conditions de la délibération et type d'espace où se tient la réunion » (Héloïse Nez, p. 215) est partagée par Martin Baloge. Face à la « démocratisation » de la vie partisane en France (développement de plateformes de débats, procédures délibératives et participatives ouvertes aux militants de base), les dirigeants se doivent d'engager des stratégies de contrôle et de régulation des prises de parole afin de conjurer les conflits et de maintenir les hiérarchies. Parmi les stratégies de verrouillage des opinions critiques – que l'auteur observe au sein de deux sections de taille variable du Parti socialiste français – l'organisation spatiale des réunions constitue un levier de choix. La fine description de l'agencement des lieux de débat, toujours combinée par l'auteur à d'autres facteurs (propriétés sociales, positions institutionnelles, ancienneté...), fait ici de l'espace une ressource disciplinaire. Enfin, sous la plume de Stéphane Tonnelat, cette partie se parachève par une réflexion intéressante et empiriquement documentée autour de la notion d'espace public urbain. L'analyse des politiques publiques et des mobilisations autour d'un projet d'aménagement permet à l'auteur de mettre en tension une conception libérale, imposée et dépossédante de l'espace public, promue par les élus et les techniciens, avec les expériences sensibles d'usagers engagés pour l'entretenir comme un bien commun.

7 Très centrée sur les trajectoires et pratiques des acteurs, et par-delà les démarches des auteurs – l'anthropologie politique (Julie Métais) ou la sociologie des mobilisations transnationales (Sylvie Ollitrault) par exemple – la dernière partie analyse les ressorts de l'engagement en articulant ancrages spatiaux et prise en compte des mobilités géographiques (internationales, régionales, entre points urbains). Cette partie invite à envisager la pluri-inscription sociale des acteurs, chère à la sociologie de l'engagement, sous l'angle des mobilités spatiales. Cette attention aux va-et-vient entre espaces permet ainsi à Stéphanie Guyon ou à Julie Métais d'éclairer comment se façonnent des rôles d'intermédiaires, ou de « passeurs » du politique. Ces trajectoires socio-spatiales, qu'elles soient transnationales (Sylvie Ollitrault) ou infra-urbaines (Charlotte Pujol), marquent, en outre, les expériences individuelles et cultivent des dispositions à l'engagement local. Soulignons que des notions retenues, telle celle de « stock d'expériences spatialisées » à laquelle fait référence Sylvie Ollitrault, sont d'autant plus réjouissantes qu'elles viennent nourrir le cadre d'une sociologie dispositionnaliste attentive aux processus continus de socialisation.

  • 2 Comme sur la Place Tahrir au Caire. Sur ce point, voir Youssef El-Chazli, « Sur les sentiers de la (...)

8 L'ouvrage est somme toute passionnant et tient le pari annoncé par les coordinateurs. Certes les articles se font souvent écho, rendant parfois le découpage thématique un peu forcé. Mais cette quasi-limite formelle n'en est pas vraiment une dès lors qu'en dialoguant les uns avec les autres, les chapitres rendent autant compte de régularités qu'ils parfont la cohérence du volume. C'est d'ailleurs sans conteste l'un des points forts de l'ouvrage : les hypothèses sont testées sur des évènements éloignés historiquement et sont passés à la grille d'une grande diversité de situations empiriques (sections partisanes, communautés rurales, occupations d'usines, sections syndicales scolaires...). Toutefois, et là réside notre principal regret, la recherche de régularités passe sans doute sous silence une spécificité de taille : l'historicité des occupations de places urbaines survenues depuis l'année 2011 (seuls deux articles y sont consacrés). En attirant des citoyens ordinaires, en levant les frontières sociales, en générant parfois des « évasions des calculs »2, en désectorisant selon des degrés variables les enjeux de lutte, les occupations contemporaines de places urbaines nous semblent contraster avec les formes d'occupation ici traitées (de lieux de travail, des routes, d'une avenue...). Le plus souvent, ces dernières sont le lieu de redéploiement de sociabilités pré-existantes et sollicitent des publics pré-découpés (par l'habitat, le lieu de travail, les espaces d'inter-connaissances, des institutions...), quand les premières, tout en étant des lieux de confluence de réseaux existants, en élargissent considérablement les frontières. Ces « nouvelles » formes d'occupation – dont on aurait aimé pouvoir évaluer le caractère inédit – appartiennent en outre à une même séquence historique : si une forte impression de similarité ressort de l'observation des différentes occupations de places urbaines depuis 2011, celle-ci s'explique aussi par la circulation d'expériences socio-spatiales et de « standards » d'occupation que des militants à forte mobilité internationale font voyager d'une place à l'autre. L'homogénéité (certes relative, mais en tout cas recherchée) de ces formes d'occupation, le transfert actif de compétences, la constitution de réseaux transnationaux, définissent entre autres indices l'historicité de ces nouveaux « lieux de la colère ». En somme, sans doute ces « nouvelles » formes d'inscription spatiale de la contestation auraient mérité d'être davantage spécifiées.

9 Mais sans affecter en rien les choix des coordinateurs, ces observations ne font qu'ouvrir de possibles questionnements qui ne sauraient se nourrir sans cet ouvrage de référence.

Haut de page

Notes

1 Howard Becker, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte, 2002, 2003.

2 Comme sur la Place Tahrir au Caire. Sur ce point, voir Youssef El-Chazli, « Sur les sentiers de la révolution. Comment des Egyptiens 'dépolitisés' sont-ils devenus révolutionnaires ? », Revue Française de Science Politique, 2012/5, vol. 62, p. 860.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sélim Smaoui, « COMBES Hélène, GARIBAY David, GOIRAND Camille (dir.), Les lieux de la colère. Occuper l'espace pour contester, de Madrid à Sanaa, Paris, Karthala, coll. « Questions transnationales », 2016, 410 p  », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 07 mars 2017, consulté le 29 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/9550

Haut de page

Auteur

Sélim Smaoui

Docteur en Science politique de l’IEP de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page