Navigation – Plan du site

BEAUMONT Robin et GUIGNARD Xavier (dir.), 2016, Partis et partisans dans le monde arabe post-2011, Confluences Méditerranée n° 80, Paris, L’Harmattan, 7-186 p

Pierre Robert Baduel
p. vol 144

Texte intégral

  • 1 Ce dossier s’inscrit dans les travaux du projet WAFAW (When Authaurianism Fails in the Arab World) (...)

1Dans leur introduction1, R. Beaumont et X. Guignard délimitent un espace : le monde arabe pris globalement comme « espace politique » d’« interdépendance » ; et un temps : l’après 2011. Ils fixent un objectif : tirer « quelques enseignements du Printemps arabe » en étudiant les « recompositions politiques » post-2011. Ils justifient le choix de l’entrée du dossier : le « fait partisan », par son « caractère incontournable », au point de parler de « printemps des partis ». Ils dessinent enfin les grands traits d’une approche théorique commune aux auteurs engagés dans le projet éditorial. Ils laissent ainsi de côté l’approche du parti politique par la science politique classique d’une part et d’autre part se distinguent des travaux sur le monde arabe menés récemment sur des organisations politiques « islamistes » (M. Aït-Aoudia, M. Vannetzel, …) ou relevant de la sociologie électorale (M. Catusse, L. Zaki, …). Par ailleurs, en s’inspirant notamment de Frédéric Sawicki et de sa conceptualisation des « grands objets de la science politique » (socialisation politique ; mobilisation politique ; sélection des dirigeants), ils énoncent leur option pour une approche théorique du parti en termes d’« ancrage anthropologique » et de « société partisane », mettant la focale sur son environnement et le prenant lui-même comme « terrain d’enquête » : « comme objet politique à la fois acteur des transformations politiques, profondément affecté par elles et lieu privilégié d’observation ».

2La multiplicité et la complexité des cas abordés dans le présent dossier viennent apporter leur touche subtile et originale au tableau final des « enseignements du Printemps arabe » et des « recompositions politiques » au prisme du jeu partisan. Au regard de cet objectif, je procèderai en regroupant successivement les pays analysés en fonction de leur place sur un gradient allant des pays touchés de front par la vague insurrectionnelle et révolutionnaire de 2011 jusqu’à ceux où cette vague a imprimé à la marge mais non à l’abri des événements survenus dans le sillage du Printemps arabe directement, indirectement ou plus ou moins indépendamment.

  • 2 Avant de constituer le syntagme nominal « Printemps arabe » actuel et de parvenir ainsi au statut d (...)

3Les insurrections « populaires » des pays de front du « Printemps arabe »2 ici retenus ont connu les sorts politiques très différenciés que l’on sait : d’un succès relatif ici (Tunisie) à une restauration autoritaire là (Ėgypte) et ailleurs (Yémen, Libye, Syrie) à une conflictualité de haute intensité toujours inachevée (début 2017).

4Traitant de la dynamique des partis en Tunisie d’après 2011, V. Geisser et D. Perez formulent une hypothèse : que les transformations de l’espace politique post-benalien se sont jouées « à la marge des partis politiques, ou du moins dans des espaces où les logiques partisanes [ont été] à la fois contournées et instrumentalisées à d’autres fins de pouvoir personnel et collectif », témoignant au total de « la difficulté de ces entreprises partisanes à s’inscrire comme les acteurs majeurs du changement de régime, à s’ancrer durablement dans le territoire, à former et à intégrer des partisans et à produire des programmes politiques, en somme à faire parti ». Passant en revue la pluralisation-pulvérisation de la scène partisane de 2011 à 2016, ils ont conclu d’une part au partage collusif actuel de Nidaa Tounes et d’Ennaddha, les deux grands « partis pourvoyeurs de service » de la scène politique nationale et d’autre part globalement à une « dépolitisation et désaffiliation électorale ».

5L’Ėgypte semblait de son côté devoir s’inscrire dans le sillage de la Tunisie, tant les deux révolutions avaient suivi au départ des trajectoires parallèles avant qu’on assiste à une brusque restauration autoritaire. Après un « printemps des partis » (de janvier 2011 au coup d’Ėtat du 3 juillet 2013), le pays devait connaître ce que Cl. Steuer nomme « système fragmenté », à savoir composé au Parlement (2015) essentiellement d’« indépendants » avec quelques partis résiduels, dont le Wafd sur lequel est ici mise la focale. La libéralisation du marché politique s’étant poursuivie (à l’exclusion des partisans du président déchu Mohamed Morsi), le vieux parti Wafd se retrouva fortement concurrencé sur son « segment libéral » ; dans la réduction à deux pôles (conservateur-autoritaire et libéral-réformateur), ce dernier constitue 20,2 % de la représentation au Parlement élu en 2015, mais 6 % pour le seul Wafd. Pourquoi cette chute à l’intérieur de la « représentation libérale-réformatrice » ? Au-delà des facteurs associés au rétablissement d’un régime autoritaire, des raisons liées au « marché » sur lequel il se place imputables à sa propre histoire, consécutives singulièrement aux multiples et répétées « valses-hésitations » dans les alliances qui furent les siennes entre forces islamistes, réformistes et conservatrices, qui ont brouillé son message et lui ont aliéné une partie de son électorat au profit d’autres concurrents libéraux.

  • 3 Returning to Political Parties ? Partisan Logics and Political Transformations in the Arab World di (...)

6Traitant de l’unique république de la péninsule Arabique, le Yémen, L. Bonnefoy commence par une observation générale préalable : « Alors que les études de sociologie politique sur les partis dans le monde arabe avaient une certaine tendance à s’intéresser à des formations marginales ou à des expressions oppositionnelles, les partis au pouvoir apparaissaient pour une large part négligés, signalant un angle mort de l’analyse – largement lié à un manque d’intérêt de la communauté des chercheurs intéressée (ou séduite) par l’islamisme ou la gauche »3. Il passe alors au rappel du développement d’un multipartisme aux vertus largement inclusives remontant aux lendemains de l’unification du pays en 1990. Dans les années 2000, l’opposition non frontale au régime autoritaire d’Ali Abdallah Saleh, dans les marges autorisées par le pouvoir, a pu s’organiser en Forum commun, qui, lors de l’insurrection déclenchée en février 2011, fut poussé par la « jeunesse révolutionnaire » à rompre avec le président Saleh et devait jouer ainsi un rôle dans la marche de la révolution au long des années 2011-2012, particulièrement le parti « islamo-tribal » Al-Islah d’obédience Frères musulmans. La « jeunesse révolutionnaire » fut progressivement marginalisée au profit des organisations partisanes - « ou plus exactement partidaires, c’est-à-dire relatives aux partis et structures de mobilisation politique » - sous l’effet de l’« Initiative du Golfe » placée sous les auspices du Conseil de Coopération du Golfe (et d’abord de l’Arabie saoudite), à la suite de laquelle un compromis fut trouvé en 2012 entre le parti de Saleh et le Forum commun qui préservait la place des partis politiques et des dirigeants de l’« ancien régime ». C’était compter sans des outsiders : Al-Hirak, mouvement sudiste et sunnite, et les Houthistes, héritiers de la rébellion zaydite. Ceux-ci devaient s’emparer de Sanaa en 2014, l’ancien président Saleh s’alliant alors avec eux et marginalisant du même coup Al-Islah. L’avantage pris par les Houthistes amena une coalition de pays sunnites anti-irano-shiites à lancer en 2015 l’opération « Tempête décisive ». Je reviendrai in fine sur les conclusions de L. Bonnefoy qui, pour concerner le Yémen, me paraissent avoir une valeur générale.

7La situation libyenne est abordée au moyen d’un entretien avec le journaliste Seif Eddine Trabelsi : on se trouve ici dans le cas d’un pays où, avec les figures confrérique (sénoussienne) du royaume du roi Idriss puis jamahiryenne du régime de Kadhafi, la « greffe » de l’Ėtat moderne n’a au fond pas été tentée. La situation conflictuelle endémique depuis la mort de Kadhafi jusqu’en ce début de 2017 demeure plus favorable à l’action de factions tribales et régionales qu’au jeu des partis.

  • 4 Voir par ex. Juan J. Linz, 2006, Régimes totalitaires et autoritaires, préface de Guy Hermet, Paris (...)

8Le cas de la Syrie est abordé par Salam Kawakibi. Celui-ci commence en insistant sur l’ancienne expérience multipartite du pays commencée sous le mandat français et poursuivie entre 1946 et 1949, soit une fois l’indépendance acquise. Le pays connut ensuite jusqu’en 1958 une alternance entre « régime militaire » (1949-1954) - que l’auteur refuse d’appeler « dictature » –et régime libéral (1954-1958) – « extraordinaire effervescence de la vie politique ». Le pays dériva par la suite inexorablement vers un régime autoritaire sous des avatars successifs : Ėtat policier à partir de 1958, « utopie dictatoriale naïve » du Ba’ath entre 1963 et 1970, depuis 1970 pouvoir des al-Assad père et fils. L’instauration d’un « pluralisme contrôlé » par Hafez al-Assad que rappelle S. Kawakibi mimait il est vrai une pratique ayant dans ces années d’un bout à l’autre du monde arabe ses partisans dans le camp « progressiste » et ses « lettres de noblesse » dans le système communiste, sans oublier - moins avouable, mais tout aussi imité - le système fasciste4. Comme pour la Libye, aucune opposition même en exil n’arriva à se structurer et ne fut, une fois l’insurrection éclatée en 2011, en capacité d’accompagner efficacement le mouvement. Des « dictateurs » arabes (excluant toutes les monarchies) contre lesquels en 2011 se soulevèrent les peuples, seul al-Assad n’a pas encore lâché prise dans les conditions que l’on sait. Bilan : la « Révolution » a permis le développement d’une société civile mais, si on met à part le segment kurde, elle « n’a pas fait émerger de structure politique de type partisan ».

9Le deuxième regroupement d’articles auquel je procèderai traite d’Ėtats ou « pays » de ce que je nommerai l’axe syrien qui présentent en commun une caractéristique originale : une « pré- ou sur-détermination » par une question persistante bien antérieure à 2011, la question « nationale » : au nord, l’ensemble kurde, sur le pourtour méridional les pays impactés par la question palestinienne.

10Á la charnière des mondes arabe et turc, traité par Yohanan Benhaim et Arthur Quesnay, le monde kurde présente une double singularité régionale, à savoir de constituer d’une part une diaspora massive et un arc territorial fiché dans le territoire de 4 Ėtats contigus et d’autre part, particulièrement dans ses segments kurdes syrien et irakien, la scène des effets conjugués d’un Printemps arabe avorté (Syrie) et de l’établissement du territoire de l’Ėtat islamique (Syrie et Irak). Dans ces fragments-ci de l’espace global kurde, l’Ėtat a connu un collapsus qui a libéré - circonstanciellement ou durablement ? – les énergies des anciennes organisations partisanes kurdes (militairement assistées par des puissances occidentales). Mais impacté d’une part par la concurrence dans la domination des obédiences partisanes turco-kurdes (PKK) et irako-kurdes (PDK) et d’autre part, à l’intérieur de ces deux grands partis, par leur « miliciennisation » aux dépens des civils, l’espace grand-kurde a connu une polarisation interne qui, au lieu du renforcement de l’unité du combat national, a accru les risques de confrontation partisane intrakurde.

11Au-delà de l’impact sur tous de la question nationale palestinienne, la situation post-2011 des trois pays méridionaux de l’axe syrien, Gaza, Liban et Jordanie, présente une seconde caractéristique majeure : l’impact géopolitique régional du chaos syrien né de l’échec du Printemps arabe et des conquêtes territoriales de Daesh. L’étude de ces trois pays est traitée à partir de monographies partisanes qui présentent la caractéristique régionale assez commune : d’avoir eux-mêmes une dimension trans-stato-nationale, entre trans-arabisme et trans-arabo-islamisme.

12Erminia Ch. Calabrese concentre son étude sur le Hezbollah libanais, ses militants et leur mobilisation. Ce faisant, elle n’étudie pas le positionnement du Hezbollah dans le jeu national libanais, elle l’aborde uniquement au regard des implications de la situation syrienne et de Daesh sur le parti lui-même et ses militants. Elle décrit comment ceux-ci sont passés du « désarroi » causé par l’engagement en Syrie d’un parti initialement créé pour lutter contre Israël, au « réenchantement militant » pour une cause dépassant le soutien à Bachar al-Assad au profit de la cause shiite générale, dont le destin était désormais perçu comme commandant le leur. Elle montre ainsi un parti supposant de ses militants un engagement total (qu’elle compare aux anciens partis communistes français et italien) et de part en part militarisé engagé face – parallèlement à la constante menace israélienne et à l’extension de la menace occidentale - à la menace des sunnites daeshiens dans un combat à vie et à mort, loin d’un combat où le compromis démocratique est supposé la règle « ordinaire » de la vie partisane.

13La Jordanie connut en janvier 2011 un court cycle de contestation, mais elle ne s’inscrivit pas dans la vague du Printemps arabe. Pour Nicolas Dot-Pouillard qui en traite ici, cette situation s’explique par la disposition des ressources symboliques de sa monarchie (à l’instar du Maroc ?) qui, évitant une identification réductrice au régime en place, mettent (dans quelles limites ?) le pays à l’abri des mouvements sociaux. Le cas jordanien est ici abordé au seul prisme de l’opposition de gauche. Celle-ci constituait un ensemble composite (marxisants, nationalistes-arabes, …) de forces plus réformistes que révolutionnaires en 2011 que le pouvoir avait intégré dans le dialogue national. Comptant dans ses rangs une majorité de Jordaniens d’origine palestinienne (tandis que le pays abrite toujours plusieurs camps de réfugiés palestiniens) qui avec le temps s’est nationalisée, elle a versé dans une gauche patriotique jordaniste. Incertaine dans ses orientations (en quête d’alliances « transversales », par exemple avec des islamistes), cette gauche est demeurée hantée par les « spectres nationalistes arabes et machrékien ».

14Gaza et le Hamas étudiés par Thomas W. Hill constituent un cas particulier dans l’ensemble arabe, un espace sécessionniste et un parti islamiste hégémonique dans cet espace instable - illégitime au regard du quasi-État qu’est l’Autorité palestinienne -, relevant ainsi à plusieurs titres d’une situation « d’exception » ; le « Printemps arabe » eut une influence éphémère sur le Hamas, liée aux profits collatéraux que Gaza pensa tirer conjoncturellement de l’accès au pouvoir d’islamistes (Tunisie, Égypte), mais évanouis avec la destitution du président Morsi.

15Un troisième et dernier regroupement de contributions traite de trois pays - le Soudan, l’Algérie et l’Irak – présentant quelques traits communs au regard de la question des impacts du Printemps arabe. Les trois ont connu avant 2011 de grandes turbulences qui expliquent partiellement au moins qu’ayant précédemment payé politico-socialement le prix fort des effets de celles-là, ils ont, sinon résisté à la vague révolutionnaire de 2011, du moins ne l’ont pas rejointe. Mais deuxième caractéristique, ils n’ont pas échappé (du moins pour les deux derniers, le 1er étant déjà sous influence islamiste) aux éclats des avènements d’Al-Qaïda et de Daesh.

16Fut-ce en effet parce qu’en 2011 le Soudan avait été secoué par une grave crise interne liée à la partition du pays ? Islamiste depuis 1989 et, consécutivement à l’indépendance du Sud-Soudan, désormais quasi exclusivement musulman – il a été impacté avec un certain retard par le mouvement révolutionnaire arabe. D’abord en réaction à des mesures économiques (augmentation des produits de base) prises par le gouvernement entre juin-juillet 2012 et septembre 2013, des manifestations insurrectionnelles éclatèrent à Khartoum et dans les principales villes du pays ayant débouché sur un appel - de la « jeunesse » au départ - à la chute du régime qui furent violemment réprimées. Ces manifestations s’inscrivaient dans l’action des mouvements extra-partisans de contestation urbaine Girifna et Sudan Change Now apparus en 2011 qui introduisirent de « nouveaux répertoires d’action collective » protéiformes (discours de rue, mobilisation des ressources numériques, …). La répression sanglante dont ces mouvements furent victimes en 2013 les conduisit vers une semi-clandestinité et l’exil ; elle rendit plus difficile l’engagement militant, en augmentant les risques mais ne le réduisit pas pour autant. Ces mouvements bousculèrent l’espace politique soudanais, concurrencèrent l’establishment partisan constitué du mouvement islamique, de partis confrériques et de l’opposition « de gauche », qui, à la différence d’autres pays arabes autoritaires, ne participèrent pas au mouvement insurrectionnel. Celui-ci fut jugulé par un pouvoir islamiste en place qui ne fut jamais vraiment inquiété par ces mouvements contestataires, peut-être faute qu’ils aient été comme ailleurs relayés, voire au total confisqués, par les partis.

  • 5 Voir Myriam Aït-Aoudia, 2015, L'expérience démocratique en Algérie (1988-1992). Apprentissages poli (...)

17Avec l’Algérie d’après 2011, Layla Baamara traite d’un pays qui a certes connu en janvier 2011 quelques journées d’émeutes, mais dans lequel le régime autoritaire a fait preuve de résilience et la vague révolutionnaire n’a pas pris. Pourquoi ? Fut-ce parce que, en avance sur les autres pays arabes, elle a connu un « printemps démocratique » dans les années 1988-1992 que devait suivre la coûteuse « décennie noire »5 ? Le cas de l’Algérie post-2011 est ici abordé au prisme d’un vieux parti, le Front des Forces Socialistes (FFS). Celui-ci, qui a traversé toutes les épreuves nationales depuis l’Indépendance du pays, se retrouvait confronté durant la période prise en compte (2011-2012) à la nécessité de définir sa stratégie à l’approche des élections législatives de 2012 (auxquelles participèrent 45 partis). L. Baamara décrit la reprise en main du FFS par une nouvelle équipe dirigeante plus proche du vieux président fondateur Hocine Aït Ahmed (alors 87 ans). Cette reprise en main avait une visée interne plus « consensuelle », se voulait plus sensible à la nécessité conjoncturelle de réintégrer la politique institutionnelle et de participer aux élections, jouant sa propre survie et acceptant de fait de conforter (provisoirement ?) le régime. Au moteur de cette stratégie se trouvaient, non comme motivations positives mais comme repoussoirs, les « changements politiques survenus dans les pays de la région » : « Le cas de la Libye et, dans une moindre mesure car plus lointain, celui de la Syrie, sont évoqués comme des contre-modèles qui permettent aux dirigeants d’insister sur la nécessité d’un changement pacifique pour éviter l’instabilité et la guerre civile que le pays a déjà connues ». Le repositionnement du parti intervenu entre 2011 et 2012 est ainsi à repenser tridimensionnellement : en rapport avec les luttes intestines dans la perspective de l’après Aït Ahmed (celui-ci s’étant retiré de la vie politique en 2013, une « Instance présidentielle » de 5 membres devait être élue pour lui succéder), avec les évolutions politiques nationales et sur fond des suites du « Printemps arabe ».

18Le cas de l’Irak, présenté par Loulouwa Al Rachid, n’est pas abordé dans le cadre chronologique post-2011, mais essentiellement en prenant comme « moment charnière » l’année 2003 et comme « période clé » les années 2003-2006 où le pays connut un « trop plein partisan » aujourd’hui persistant. Deux faits ont marqué cette période : d’une part une « oligopolisation du champ politique par les groupes revenus d’exil », d’autre part de fortes oppositions des Irakiens de l’intérieur, notamment des sadristes (mouvance de l'ayatollah chiite irakien Mohammad Sadeq al-Sadr exécuté sous Saddam Hussein) ayant abouti globalement à un partage ethno-confessionnel du pouvoir, que le proconsulat américain de 2003-2004 encouragea fortement. Le tout s’est opéré dans une situation de violence permanente, à laquelle contribue aujourd’hui (comme dans l’espace kurde) une « miliciennisation » des formations politiques, dont l’ancienne pratique s’est vue renforcée avec les circonstances, notamment depuis la prise de Mossoul par Daesh en 2014. En Irak si le fait partisan joue donc toujours à plein aujourd’hui, s’il est « au centre des rapports de force et de la compétition politique », la conclusion de L. Al Rachid est dirimante : elle parle d’« une réalité qui tourne à vide et fait du surplace », du « vide de ces objets politiques ».

19Le choix de l’entrée par les partis dans l’évaluation des « enseignements du Printemps arabe », même limitée à une dizaine de pays (sur les 22 réunis dans la Ligue arabe), s’est au total révélé très bénéfique d’un point de vue heuristique. Cette approche confirme, si besoin était, que si le monde arabe constitue bien un « espace politique d’interdépendance », il n’est pas un ensemble homogène mais, au fil de ses histoires stato-nationales, un tissu très différencié dans ses capacités tant d’initiatives que de réactions (réappropriation, évitement, neutralisation, rejet, …) à un événement majeur à son échelle. Son élévation journalistique au statut de « chrononyme » a généré la vision implicite d’un « Printemps arabe » unique touchant ce monde d’un bout à l’autre, que les études du présent dossier concourent à corriger en montrant la diversité des situations, des « projets/trajets » insurrectionnels populaires et/ou partisans qui ont eu lieu, mettant en évidence implicitement des hiérarchies dans le poids des causalités sur les évolutions politiques dont le « moment Printemps arabe » ne fut pas partout la causalité majeure, une avalanche d’événements étant intervenue qui, pour se situer en aval du « Printemps arabe », ne se réduisent pas à en être l’onde de choc, voire ont constitué à leur tour, tout autant, voire davantage (embrassant des temporalités plus larges), des moments déterminants, stratégiques : les guerres civiles de Syrie et du Yémen, l’avènement de Daesch, ... La conclusion de L. Al Rachid concernant l’Irak a mis en exergue une distorsion entre « jeu des partis » et « démocratie » et renvoie à une réflexion globale au terme de la présentation de ce dossier : le « printemps des peuples » de 2011 a généré l’attente d’un « printemps démocratique » dans le monde arabe et ailleurs, les manifestations de la Kasbah et de Tahrir ayant nourri les combats en Espagne des Indignados de la Puerta del Sol (mai-juillet 2011) et aux USA d’Occupy Wall Street (sept.-nov. 2011). Le « plafond de verre » qui, pour certains auteurs, semblait condamner les insurgés arabes à ne jamais dépasser le stade de la « culture de l’émeute » à coup sûr a été brisé, et c’est là à mon sens « l’enseignement » le plus fort de cet événement. Les partis ont certes joué alors un rôle ; mais s’il y a eu un « printemps des partis », cela a été avec les résultats complexes et contradictoires ici analysés, dans une situation il est vrai compliquée dans plusieurs pays par l’avènement de Daesh et la multiplication des interventions étrangères. S’agissant des partis, pour autant que - autrement que méthodologiquement et pour la commodité de l’étude - on puisse isoler cet objet dans l’« objet politique », reste-t-on cependant devant le dilemme séculaire de la pensée politique, l’idéalisme d’un A. Tocqueville vs/le réalisme des M. Ostrogorski et de R. Michels ? V. Geisser et D. Perez ont terminé l’étude du cas tunisien en parlant de « partis sans partisans » (en écho au Démocraties sans démocrates dans le monde arabe et musulman publié par Gh. Salamé en 1994 ?). L’ensemble du dossier permet de se faire une idée au total très contrastée de la situation partisane et de son rôle dans les « transformations politiques » dans le monde arabe, laquelle serait sans doute encore plus contrastée si tous les États arabes, du Maroc et de la Mauritanie à la péninsule Arabique et à la Somalie, avaient été étudiés. J’emprunterai à l’article de L. Bonnefoy les termes mesurés d’une conclusion générale à ce très riche dossier : « Une réflexion sur l’obsolescence apparente des partis politiques n’est illégitime ni à l’échelle du monde arabe ni, plus largement, en Europe ou en Amérique. Certes l’hypothèse ici discutée ne doit aucunement nous conduire à présager de la fin des partis ou d’un processus qui serait uniforme à l’échelle de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient. Elle amène simplement à prendre acte des recompositions induites par la violence et la résilience autoritaire dans les paysages politiques arabes depuis 2011 ».

Haut de page

Notes

1 Ce dossier s’inscrit dans les travaux du projet WAFAW (When Authaurianism Fails in the Arab World) financé par l’European Research Council et dirigé par François Burgat.

2 Avant de constituer le syntagme nominal « Printemps arabe » actuel et de parvenir ainsi au statut de « chronomyme », cette nomination fut employée une première fois en 1959 par J. Benoist-Méchin (Un printemps arabe, Albin Michel) dans un langage métaphorique pour décrire les « stupéfiants » et prometteurs bouleversements politiques, économiques et sociétaux que le Proche Orient connaissait alors. P. Bacot, L. Douzou et J.-P. Honoré (2008, « Chrononymes. La politisation du temps », in Mots. Les langages du politique n°87, 5-12) définissent le « chrononyme » comme « une expression, simple ou complexe, servant à désigner en propre une portion de temps que la communauté sociale appréhende, singularise, associe à des actes censés lui donner une cohérence, ce qui s’accompagne du besoin de la nommer » ; ainsi par exemple des syntagmes nominaux la Belle Epoque, les Années de plomb, les Trente Glorieuses, …

3 Returning to Political Parties ? Partisan Logics and Political Transformations in the Arab World dirigé par M. Catusse et K. Karam (2010, Presses de l’IFPO, Damas) est donné par L. Bonnefoy en modèle d’un premier traitement de cet « angle mort ».

4 Voir par ex. Juan J. Linz, 2006, Régimes totalitaires et autoritaires, préface de Guy Hermet, Paris, Armand Colin, (1e édition anglaise : 2000).

5 Voir Myriam Aït-Aoudia, 2015, L'expérience démocratique en Algérie (1988-1992). Apprentissages politiques et changement de régime, Paris, Presses de Sciences Po, 350 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Robert Baduel, « BEAUMONT Robin et GUIGNARD Xavier (dir.), 2016, Partis et partisans dans le monde arabe post-2011, Confluences Méditerranée n° 80, Paris, L’Harmattan, 7-186 p », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 07 mars 2017, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/9552

Haut de page

Auteur

Pierre Robert Baduel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page