Navigation – Plan du site

MORVAN Yoann, LOGIE Sinan, Istanbul 2023, Editions B2, 2014, 144 p

Thierry Boissière
p. vol.144

Texte intégral

1Comment se fabrique l’urbain contemporain, son développement et ses formes ? C’est à cette question du rapport entre urbanisme et pouvoir politico-économique que le livre de Yoann Morvan et de Sinan Logie s’efforce de répondre à partir du cas particulier d’Istanbul. Depuis une quinzaine d’années, la métropole turque connaît, à coup d’opérations immobilières et de grands projets, une extension sans précédent et des transformations radicales résultant principalement de la politique urbaine menée par l’AKP (Adalet ve Kalkinma Partisi, « Parti de la Justice et du Développement »), au pouvoir depuis 2002, et de l’action d’un petit nombre d’acteurs privés. Le titre de l’ouvrage, Istanbul 2023, fait référence au plan directeur présenté en 2006, mais aussi à l’« objectif 2023 » (« Hedef 2023 ») porté par Recep Tayyip Erdogan lors de sa campagne pour les législatives de 2011. Selon cet objectif, la Turquie devrait intégrer d’ici 2023, année du centenaire de la république, le groupe des dix premières économies mondiales, et Istanbul jouer, en tant que principal moteur économique du pays, un rôle central dans cette accession. Avec ses 16 millions d’usagers, l’agglomération concentre déjà 40 % des recettes fiscales du pays et 25 % de sa population sur quelques 5343 km2. Le développement à marche forcée de la mégapole turque le long du Bosphore et dans les territoires forestiers alentours interroge cependant sur sa capacité à rester une métropole viable et durable, tant d’un point de vue urbanistique que démographique, économique et environnemental.

2L’ouvrage, postfacé par Jean-François Pérouse, l’actuel directeur de l’Institut français des Etudes Anatolienne (IFEA), se présente comme le résultat d’arpentages réalisés « à grandes enjambées » par Y. Morvan et S. Logie, respectivement anthropologue et architecte, principalement durant l’été 2013, dans les marges urbaines de l’agglomération stambouliote. C’est en effet dans ces territoires-là que l’Etat expérimente et pose déjà, à travers le développement de nouvelles polarités, les jalons de la métropole de demain marquée par le néo-libéralisme et par ce que les auteurs qualifient, avec d’autres, de « néo-ottomanisme ». Parcourir ainsi ces franges urbaines au rythme de trente-cinq kilomètres par jour « en les articulant en permanence à l’économie politique qui contribue à les configurer » permet de prendre toute la mesure des projets en cours, mais aussi de « mettre au jour de nouvelles géométries socio-urbaines en gestation ».

3Chacun des sept chapitres constituant ce petit ouvrage de 144 pages présente ainsi un des arpents parcourus à pied et dont la description fine et la contextualisation permettent de saisir l’ampleur des changements intervenus mais aussi à venir. Le premier arpentage nous fait remonter la Corne d’Or jusqu’au lac de Terkos, le long d’un réseau hydraulique de plus en plus affecté par un développement urbain fragmenté et cloisonné – avec ses nombreux complexes résidentiels - et une activité industrielle hautement toxique. C’est toute la survie d’un réseau essentiel pour l’approvisionnement en eau potable de centaines de milliers de stambouliotes qui est ainsi compromise. Le second arpentage nous mène de Kemerburgaz à Catalca, anciennes localités grecques et arméniennes, en passant par Arnavutköy et Samlar, caractérisées notamment par la présence de nombreux migrants ruraux qui participent d’une urbanisation accélérée. Les « enclosures » constituent le thème central du troisième arpentage, à partir du cas de Başakşehir plus spécifiquement. Cet arrondissement du nord-ouest d’Istanbul constitue un « laboratoire grandeur nature de la politique de transformation urbaine ». On y trouve les formes nouvelles de l’enclosure (shopping mall, gated communities, grands ensembles, etc.), représentatives d’un « ordre nouveau, consommatoire et moralisateur » et marquées par la ségrégation sociale et spatiale. Les auteurs soulignent le rôle joué par TOKI, l’agence nationale des logements sociaux, à qui a été donnée la compétence de définir le plan directeur des secteurs dont elle a la charge. Son action se traduit par la destruction de quartiers informels, la privatisation des espaces naturels et la multiplication de projets immobiliers à destination d’affiliés du régime. Le quatrième chapitre porte sur les conséquences de grands projets d’infrastructures, comme celui d’un gigantesque aéroport destiné à accueillir 150 millions de passagers par an, d’un canal reliant la mer noire à la mer de Marmara et d’un troisième pont sur le Bosphore. Celui-ci, portant le nom de Yavuz Sultan Selim, a été inauguré en août 2016. Il vise à repousser les limites de l’agglomération vers la mer noire, condamnant à terme les massifs forestiers qui constituent les poumons d’Istanbul. Autant de projets coûteux supposés appuyer l’émergence d’une immense région métropolitaine de plus de vingt millions d’habitants et représentant 60 % de l’activité économique du pays. Le cinquième arpentage nous conduit du côté de l’arrondissement de Beykoz, à l’embouchure du Bosphore, dans les plis et replis d’une société de loisirs de plus en plus standardisée et marchandisée. La spéculation immobilière participe d’un monde dont le sixième arpentage rend compte sur le mode du western, où tous les coups semblent permis, à condition que puissent se constituer et perdurer opérations et rentes immobilières au bénéfice principal d’acteurs économiques et de groupes immobiliers proches du pouvoir. Cette sixième promenade nous amène dans des quartiers qui ont connu des destructions patrimoniales et des constructions de faible qualité, mais aussi dans des secteurs où des opérations de grande envergure, comme le centre international de la finance de Atasehir, sont réalisées. Est ainsi souligné, dans cet « univers impitoyable où politiciens, promoteurs et architectes travaillent main dans la main à bâtir un Istanbul de demain, somme toute fort médiocre, (…) la perméabilité entre le monde des affaires et celui de la politique en vue du partage des grands et des petits profits entre amis ». Enfin, le dernier arpentage s’apparente à une « plongée en enfer », en l’occurrence celle que vit quotidiennement Dilovasi, localité en bordure de la mer de Marmara, qui subit une terrible pollution industrielle, avec l’un des plus forts taux de cancer du pays.

4S’inscrivant dans la suite de nombreux écrits sur les mégapoles capitalistiques, comme le City of quartz de Mike Davis, ou dans celle des explorations pédestres de la périphérie de Londres de l’écrivain Lain Sincler (London Orbital), Istanbul 2023 est un ouvrage essentiel pour la connaissance et l’appréhension des évolutions récentes d’une « ville globale » (Saskia Sassen) trop souvent limitée à des clichés touristiques et orientalisants. Ecrit dans un style rigoureux, précis, mais non dénué d’ironie et d’humour, l’ouvrage décrit une métropole « sans limite » dont le destin semble cependant bien loin de ce que peuvent en espérer ses habitants : une agglomération « qui reflèterait ce à quoi nous aspirons à être en tant qu’humains » (propos tenus par une intervenante dans le documentaire de Imre Azem, Ekümenopolis, 2012). L’ouvrage donne à voir, à rebours de ces aspirations, l’incroyable violence faite à une métropole et sa population, violence qui remet en question ce « droit à la ville » (Henri Lefebvre) auquel chacun devrait pouvoir prétendre.

5Quelques regrets cependant : concentrés sur la description des bouleversements urbains, les auteurs ne laissent qu’assez peu de place à la société civile, à ses affres et ses résistances éventuelles, à ses capacités de mobilisation et d’organisation face à ce qui apparaît comme un fait inéluctable et contre lequel il semble impossible de lutter. Le choix, enfin, des Editions B2 d’un très petit format (15x10 cm) rend malaisée la lecture du texte et ne met pas en valeur une iconographie pourtant très riche. La présence d’une carte générale d’Istanbul aurait permis de situer plus clairement les territoires parcourus. Ces quelques réserves n’enlèvent cependant rien à l’intérêt d’un ouvrage extrêmement original, qui ouvre de nombreuses voies de réflexions sur « la fabrique de l’urbain » stambouliote et ses orientations autoritaires et destructrices.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Boissière, « MORVAN Yoann, LOGIE Sinan, Istanbul 2023, Editions B2, 2014, 144 p », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 07 mars 2017, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/9553

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page