Navigation – Plan du site

CHAPUIS Julie (dir.) Dossier sur « Villes en guerre au Moyen-Orient », Revue EurOrient, n° 43, 2013, L’Harmattan

Aude SIGNOLES
p. vol 144

Texte intégral

1Ce numéro de dossier de la revue EurOrient propose neuf contributions sur les « villes en guerre au Moyen-Orient » - d’intérêt fort inégal. L’introduction, succincte, présente l’idée de départ - à savoir, que les tissus urbains sortent transformés des périodes de guerre, ce qui affecte la manière dont les populations se projettent dans le futur et, surtout, définissent les contours de leur nouveau « vivre ensemble ». Mais elle ne cherche pas à mettre en cohérence les travaux compilés. Dès lors, le questionnement d’ensemble manque pour donner à lire les études de cas présentées et comprendre notamment les choix de terrains réalisés, les périodes historiques considérées (très variables selon les contributions), ou encore, les angles d’attaque adoptés. L’ancrage disciplinaire n’est pas non plus très marqué, les auteurs étant tantôt urbanistes, tantôt politistes, tantôt historiens, tantôt spécialistes des questions de défense ou internationalistes, sans que la spécificité éventuelle de leurs regards sur la ville et la guerre ne soient particulièrement interrogés.

2L’investissement empirique constitue néanmoins le point fort de plusieurs des contributions rassemblés ici et constitue l’intérêt principal de l’ouvrage. Les auteurs s’appuient sur des sources variées et originales qu’ils utilisent de manière pertinente au regard de leurs questionnements - qu’il s’agisse de documents d’urbanisme, de données statistiques, d’observations ethnographiques, d’archives municipales, ou encore, d’entretiens semi-directifs. Ainsi l’article sur Bagdad retrace-t-il le processus de contrôle territorial de la ville-capitale par différents groupes politiques concurrents au fur et à mesure de la communautarisation du conflit (entre 2005 et 2007). Ses deux contributeurs (E. Cepoi et M. Lazar) s’attardent, en particulier, sur l’expansion, puis le « reflux » relatif, du mouvement sadriste vers les quartiers mixtes et chiites de la ville, ainsi que sur l’émergence d’une nouvelle carte urbaine de Bagdad, dans laquelle les populations tendent à se retrouver regroupées par communautés, dans des quartiers plus homogènes que par le passé. Il est dommage, cependant, que l’article ne soit pas accompagné de cartes permettant de localiser les différents quartiers mentionnés et, surtout, de représenter les différentes mobilités mentionnées. La ville de Nabatiyeh, au Sud-Liban, fait, elle aussi, l’objet d’une belle contribution de la part de trois auteurs (P.L. Bethmont, J. Chapuis et G. Faour), qui s’appuient sur l’outil de la télédétection pour donner à voir la croissance urbaine continue d’une ville et d’une région dont le territoire économique est, depuis 1978, marqué par la guerre. De son côté, l’article sur Hébron, en Palestine (J. Salingue), présente celle-ci comme une ville « atypique », dans la mesure où elle est la seule agglomération de la Cisjordanie dans laquelle des colons israéliens résident en son cœur depuis la fin des années 1970. Dans le même temps, le centre-ville – qui est scindé en deux (une partie est sous le contrôle de l’armée israélienne, une autre sous le contrôle de la police palestinienne) depuis la signature des accords de paix avec l’Etat d’Israël en 1993 – « condense » des processus de fragmentation territoriale, de ségrégation spatiale, d’expropriation foncière et de différenciation juridique repérables dans l’ensemble des Territoires palestiniens occupés. L’étude de cas sur Alep (de J. Casagrande et A . Grégoire) se distingue également, tant elle donne à comprendre les mobilisations collectives de 1979-80 en faveur de la protection du patrimoine architectural de la vieille ville contre « les ambitions bétonneuses du régime », en partant de l’étude des plans d’urbanisme d’Alep conçus par l’administration mandataire française à partir des années 1920 jusqu’après l’indépendance et y compris, avec l’arrivée au pouvoir de H. al-Assad en 1969. L’article sur Tel Aviv (de S. Boussois) retrace l’histoire politique de la ville, « au miroir des tensions originelles de la société israélienne ». L’étude, peu diserte sur les liens historiques conflictuels qui ont opposé la ville à la municipalité (palestinienne) de Jaffa, est plus aboutie sur les années récentes d’insertion de la cité à la mondialisation économique et de gentrification de certains quartiers. La contribution sur Jérusalem (de O. Danino) revient sur le processus d’inversion de la balance démographique à travers, elle aussi, une sociohistoire de la ville, mais le résultat est peu convaincant, étant donné l’absence totale, dans l’analyse, des années – pourtant « fondatrices » d’un ordre urbain nouveau – que constitue le processus d’Oslo (1993-2000). L’article sur Beyrouth post-guerre civile (de R. Chaker et P. Gonçalves) reprend la thèse classique de la « dubaisation progressive » de la capitale libanaise, en regrettant les dynamiques urbanistiques en cours et en se positionnant dans un registre plus prescriptif qu’analytique. Enfin, deux très courts témoignages personnels (d’une page) accompagnent ces travaux, sans que leur statut ne soit précisé aux lecteurs : l’un porte sur les inondations dans le quartier de Bab el-Oued, à Alger, en 2001 (A. Amrani) ; l’autre, sur l’économie des tunnels dans la bande de Gaza, en Palestine (D. el-Nakhala).

3En définitive, ce qui fait le lien entre toutes ces contributions est l’appartenance de la quasi-totalité de leurs auteurs au Cercle des Chercheurs sur le Moyen-Orient (CCMO), une association de « doctorants et jeunes chercheurs, aux profils internationaux et interdisciplinaires, [dont] le but [est] de promouvoir [les] travaux respectifs [de chacun] et d’encourager les projets collectifs ». S’il est, certes, louable que des revues et maisons d’édition aident à la promotion des recherches doctorales, on peut néanmoins regretter le caractère hétérogène et composite des papiers publiés, qui non seulement trahit un manque de réflexion collective, mais fait aussi courir le risque d’une déperdition de valeur pour certains des articles particulièrement bien construits et documentés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude SIGNOLES, « CHAPUIS Julie (dir.) Dossier sur « Villes en guerre au Moyen-Orient », Revue EurOrient, n° 43, 2013, L’Harmattan », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 12 avril 2017, consulté le 29 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/9557

Haut de page

Auteur

Aude SIGNOLES

Maître de conférences en science politique, IEP Aix-en-Provence/CHERPA et IREMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page