Navigation – Plan du site

CHOUKRI Hmed et LAURENT Jeanpierre (dir.), Révolutions et crises politiques, dossier spécial des Actes de la recherche en sciences sociales, 211-212, 2016, Paris, Seuil, 128 p

Coline Mias
p. vol 144

Texte intégral

  • 1 Dobry, Michel, Sociologie des crises politiques : la dynamique des mobilisations multisectorielles, (...)
  • 2 Bourdieu, Pierre, Homo academicus, Paris, Editions de Minuit, 1984.

1Ce numéro des Actes de la recherche en sciences sociales invite à penser les révolutions et les crises politiques en analysant, avec les outils de la sociologie, les « printemps arabes » de 2010-2011 et leurs multiples reconfigurations post-révolutionnaires. S’inscrivant dans la trame analytique proposée par Michel Dobry pour appréhender ces « conjonctures critiques »1, les auteurs prennent le parti d’articuler cet appareillage conceptuel avec la traditionnelle notion de « champ » de Pierre Bourdieu et ce faisant, insistent sur le caractère heuristique de son application aux crises politiques. Si cette réflexion est amorcée par le sociologue lui-même pour étudier les évènements de mai 1968 et la reconfiguration du champ universitaire français2, l’approche comparatiste du présent ouvrage permet d’appréhender les séquences protestataires qui ont eu cours dans des pays aux traditions socio-politiques aussi différentes que la Syrie, la Tunisie, l’Egypte ou l’Algérie.

2Dans le cadrage théorique proposé par Choukri Hmed et Laurent Jeanpierre, une des propositions majeures est d’insister sur la conflictualité qui se joue entre ces groupes engagés dans un même « champ révolutionnaire » et non de concevoir les espaces de contestation comme des lieux d’interactions stratégiques et collusives entre acteurs protestataires. Si les principes de différenciation et d’accumulation de ressources propres à ce champ révolutionnaire sont abordés dans certains articles, d’autres insistent davantage sur les enjeux exogènes à cet espace de lutte qui contribueraient surtout à redéfinir les systèmes de contrainte et les univers de référence des différents secteurs.

3En premier lieu, l’article d’Adam Baczko, Gilles Dorronsoro et Arthur Quesnay, interroge le jeu de positionnement des insurgés syriens et l’autonomie du moment protestataire vis-à-vis des structures sociales et politiques préexistantes. Les auteurs supposent l’émergence d’un « capital social révolutionnaire » qui deviendrait, à la faveur de cette conjoncture de crise, une condition d’accès aux positions électives ou administratives des territoires contrôlés par l’insurrection. Toutefois, dans la division du travail révolutionnaire (militaire, diplomatique, politique), les capitaux sociaux antérieurs seraient encore opérants, prolongeant ainsi les luttes de positions qui se trament au sein des conjonctures de crise et relativisant la « fluidité » des rapports sociaux.

4Les contributions de Marie Vannetzel et d’Éric Gobe nous amènent à repenser la manière dont l’événement révolutionnaire agit sur certains secteurs, en portant respectivement la focale sur l’élite parlementaire des Frères musulmans en Egypte et sur le Barreau de Tunis. Au moyen d’une étude prosopographique des élus fréristes sous Hosni Moubarak, Marie Vannetzel souligne la reconfiguration des équilibres entre cadres organisationnels des Frères musulmans et agents parlementaires du parti naissant, le Parti de la liberté et de la justice. Elle met également en exergue l’évolution des représentations liées à la fonction élective dans le contexte révolutionnaire. D’un ancrage social garant de leur légitimité électorale au surinvestissement des instances institutionnelles comme le Parlement, le positionnement de l’élite frériste a pu constituer un traceur pour saisir les modifications des représentations du pouvoir légitime en Egypte.

5Éric Gobe revient, pour sa part, sur l’histoire de la structuration du barreau tunisien pour infirmer l’idée d’une contestation collective et uniforme du régime autoritaire par la profession. L’auteur décrit avec justesse les différentes scissions et variables opérantes entre les instances ordinales (le Conseil de l’Ordre et le bâtonnier) et le « bas barreau », et nous permet ainsi de saisir les enjeux socioprofessionnels qui conditionnent leur implication dans l’espace protestataire de Tunis. C’est ainsi que la polarisation initiale entre les avocats militants politiques et les instances ordinales s’atténue lorsque ces dernières intègrent le mouvement à la suite de l’UGTT, centrale syndicale jusqu’alors réputée inféodée au régime de Ben Ali. Par-là, l’auteur met en lumière les stratégies opérantes derrière les tentatives de désectorisation et la constitution, en ce moment politique critique, d’un capital social révolutionnaire permettant à l’Ordre de prétendre à l’élargissement de son territoire professionnel et de s’autonomiser dans l’ordre judiciaire.

6En revenant sur les conditions socio-économiques précédant la révolution tunisienne, Pierre Blavier montre la politisation des facteurs structurels par les acteurs phares de la contestation, les diplômés-chômeurs des gouvernorats de l’intérieur de la Tunisie. Au moyen d’un examen attentif des données de la Banque Mondiale et de l’Institut National Statistique Tunisien, couplé à des entretiens et observations in situ, il identifie les éléments de la « configuration révolutionnaire » qu’il considère déterminants : une expansion scolaire couplée à un fort taux de chômage et à d’importantes inégalités sociales et territoriales. L’auteur se distancie pourtant de « l’illusion étiologique » condamnée par Michel Dobry en avançant que ce serait le processus d’objectivation de ces éléments structurels par les populations marginalisées elles-mêmes qui ferait d’elles les « appuis sociaux de la révolution ».

  • 3 Bennani-Chraïbi, Mounia, Fillieule, Olivier, « Pour une sociologie des situations révolutionnaires. (...)
  • 4 Aït-Aoudia, Myriam, Roger, Antoine, « portrait du théoricien en sismographie. Une sociologie des va (...)

7Quant à Choukri Hmed et Layla Baamara, ils analysent, sur les terrains tunisien et algérien, la manière dont les contraintes situationnelles infléchissent les logiques routinières des agents mobilisés. Cela nous permet, en contrepoint des contributions précédentes, de saisir les « séquences d’actions »3 qui mènent ou non à la désectorisation de l’espace contestataire et d’appréhender la matérialité des échanges de coups entre les acteurs protestataires. Ils soulignent ainsi l’enjeu que la constitution d’« espaces de confrontations élargis »4 représente pour l’ajustement des perceptions autour d’une réalité sociale commune. En d’autres termes, ces contributions nous permettent d’appréhender l’agir révolutionnaire et pas seulement la restructuration des configurations d’acteurs. La contribution de Choukri Hmed revient sur les logiques d’acteurs qui conduisent au lancement de la « caravane de la liberté » depuis une ville de l’intérieur, Menzel Bouzaïne, et les points de jonction qui s’opèrent entre ce collectif protestataire et les principales organisations partisanes et syndicales du pays lors des deux campements de la place de la Kasbah à Tunis. L’auteur rend ainsi intelligible la trame qui procède de la reconfiguration des arrangements sectoriels à l’occasion des épisodes contestataires successifs. La thèse est forte, et permet de considérer l’unification des temps sociaux et de l’espace protestataire comme l’indice majeur de la désectorisation, permettant en l’occurrence l’effacement des revendications régionales au profit d’une demande de Constitution. Enfin, Layla Baamara nous éclaire sur la période contestataire algérienne de 2011 et souligne que le partage d’un espace protestataire ne mène pas nécessairement à une rupture des « arrangements institutionnalisés », ni à une inflexion des univers de référence des groupes mobilisés. Son étude de la coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNCD) et du collectif Algérie Pacifique met au jour la continuité des logiques sectorielles d’appréhension de l’environnement politique. Ainsi, la CNCD se divise rapidement en pôles partisans et syndicaux, et le collectif d’étudiants se cantonne à des revendications pédagogiques. Cette étude croisée des logiques situationnelles et de la persistance des scissions traditionnelles du champ politique nous permet ainsi de saisir les modes de désamorçage de la contestation.

  • 5 Bourdieu, Pierre, « Le capital social », in Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 31, n° (...)

8Finalement, l’ambition de réconcilier les approches structurelles et événementielles dans l’analyse des configurations révolutionnaires arabes est rendue possible par le croisement des regards et des méthodes d’enquête des différentes contributions. Persiste pourtant une interrogation : l’existence d’un « nouveau » capital social issu de l’événement révolutionnaire peut-il être ainsi énoncé malgré le temps court de l’enquête ? Si l’on entend par là l’émergence d’un « réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées »5, est-ce que la seule connaissance des configurations succédant à la crise suffit à supposer sa pérennité ?

Haut de page

Notes

1 Dobry, Michel, Sociologie des crises politiques : la dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la FNSP, 1986.

2 Bourdieu, Pierre, Homo academicus, Paris, Editions de Minuit, 1984.

3 Bennani-Chraïbi, Mounia, Fillieule, Olivier, « Pour une sociologie des situations révolutionnaires. Retour sur les révoltes arabes », Revue française de science politique, 62 (5-6), 2012, p. 778

4 Aït-Aoudia, Myriam, Roger, Antoine, « portrait du théoricien en sismographie. Une sociologie des variations politiques », dans Ibid. (éd.), La logique du désordre. Relire la sociologie de Michel Dobry, Les presses de Sciences Po, coll. « Sociétés en mouvement », 2015, p. 13-36.

5 Bourdieu, Pierre, « Le capital social », in Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 31, n°1, 1980, pp. 2- 3

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coline Mias, « CHOUKRI Hmed et LAURENT Jeanpierre (dir.), Révolutions et crises politiques, dossier spécial des Actes de la recherche en sciences sociales, 211-212, 2016, Paris, Seuil, 128 p », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 12 avril 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9558

Haut de page

Auteur

Coline Mias

Doctorante au laboratoire CHERPA, IEP d’Aix-en-Provence, coline.mias@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page