Navigation – Plan du site

LARCHER Pierre (trad.) Le Cédrat, La Jument et La Goule. Trois poèmes préislamiques de ‘Alqama b. ‘Abada, Khidâsh b. Zuhayr et Ta’abbata Sharran, traduits de l’arabe, présentés et annotés par Pierre Larcher, édition bilingue, collection La petite bibliothèque de Sindbad, Paris et Arles, Sindbad/Actes Sud, 2016, 96 p

Katia Zakharia
p. vol 144

Texte intégral

1Sous un titre inspiré par la tradition médiévale de langue arabe (un titre poétique, voire énigmatique, suivi par un titre prosaïque plus lisible), cette nouvelle parution, traduction de poésie arabe préislamique par Pierre Larcher, avec présentation et annotations, est — en plus des articles qu’il y a précédemment dédiés — le cinquième ouvrage consacré par l’éditeur scientifique au même corpus, depuis la parution en 2000 d’un premier ouvrage, Les Mu῾allaqāt, les sept poèmes préislamiques (Fata Morgana, 2000, 20152). C’est aussi le quatrième recueil dans la même collection après Le Guetteur de mirages. Cinq poèmes préislamiques (2004), Le Brigand et l’Amant. Deux poèmes préislamiques (2012) et Abû Kabîr al-Hudhalî, Zuhayra ! Quatre poèmes à sa fille sur la vieillesse et la mort (2014). Et, en continuité avec les trois derniers ouvrages, il s’agit ici d’une édition bilingue.

  • 1 Le parti-pris retenu ici dans la translittération est de rendre entièrement vocalisés, y compris po (...)

2Le présent volume inclut trois études portant respectivement sur le poème en mīm de ῾Alqama Ibn ῾Abada (« Le Cédrat », ou hal mā ῾alimta wa-mā stūdi῾ta maktūmū)1, la muǧamhara de Ḫidāš Ibn Zuhayr (« La Jument », ou a-min rasmi aṭlālin bi-Ṭūḏiḥa ka-l-saṭrī) et le poème en lām de Ta’abbaṭa Šarran (« La Goule », ou taqūlu Sulaymā l-ǧārāti-hā). Pour faciliter la lecture, je désignerai désormais chaque poème par le nom-titre français que lui a attribué le traducteur.

3La première étude est inédite. Les deux autres avaient été précédemment publiées, « La Jument » dans le Bulletin d’Études Orientales et « La Goule » dans les Quaderni di studi arabi. Le parti-pris de Pierre Larcher, de réunir dans un même volume ces trois textes, avec l’accord des éditeurs, procède de la volonté de mettre à la disposition de ses lecteurs l’ensemble de ses travaux sur ce corpus poétique, dont il a commencé l’étude dans les années 1970, pour publier à partir de 1990 des traductions commentées et annotées, notamment bilingues.

4Le travail de Pierre Larcher sur ce corpus trouve sa cohérence dans la clé qu’il propose ici pour régler la délicate question du nombre effectif des poèmes appelés mu῾allaqāt. À cet égard, dans la préface, puis dans l’introduction, il explique, dans une leçon magistrale, qu’il ne s’agit pas de chercher à déterminer, comme on le fait trop souvent, si ces poèmes étaient cinq, sept, neuf, dix ou douze (voire treize), mais de voir plutôt comment, autour du « nombre magique » (p. 13) de sept, il y a eu « différentes collections de sept poèmes » (p. 7), dont l’entrecroisement chez les collecteurs et auteurs postérieurs a généré des corpus plus ou moins volumineux, incluant plutôt tel texte ou tel autre, par le double jeu d’une « relation d’inclusion » entre les poèmes (p. 18) et « une relation d’intersection » entre les poètes (p. 18). Cette piste convaincante se fonde sur les liens de ces poèmes (ou d’autres) avec une mythologie oubliée, celle de l’Arabie préislamique (j’y reviendrai en conclusion). La préface et l’introduction (jusqu’à la p. 20 incluse) développent cette approche étayée par une abondante documentation, puisée à la fois dans les sources arabes anciennes et dans les travaux orientalistes et arabisants. Intéressantes pour la recherche, ces pages peuvent également servir de support à un enseignement novateur sur le sujet. L’articulation réussie entre le travail de recherche et le volet didactique se retrouve aussi dans le fait que les différentes parties sont construites selon une même structure : une introduction, le texte arabe du poème avec la traduction juxtalinéaire en français, puis un solide apparat critique.

5Avant de nous intéresser aux trois poèmes traduits ici, rappelons que, prises dans leur ensemble, les traductions de Larcher ont d’abord mis à la disposition des lecteurs, les traductions heureusement revisitées des sept poèmes le plus fréquemment considérés comme des mu῾allaqāt (Larcher, 2000 ; celles de Antara, Imru’ al-Qays, Ṭarafa Ibn al-῾Abd, Zuhayr Ibn Abī Sulmā, ῾Amr Ibn Kulṯūm, al-Ḥāriṯ Ibn Ḥilliza et Labīd Ibn Rabī῾a). Puis, les traductions de poèmes dont les auteurs s’intègrent aux entrecroisements susmentionnés (Larcher, 2004 ; deux poèmes d’al-A῾šā Maymūn, deux poèmes d’al-Nābiġa al-Ḏubyānī et un poème de ῾Abīd Ibn al-Abraṣ). Vient ensuite Abū Kabīr al-Huḏalī et le volume homonyme, traduisant les quatre poèmes sur la vieillesse et la mort adressés par le poète à sa fille. Entre sapience et légende, Abū Kabīr aurait été l’époux de la mère de Ta’abbaṭa Šarran.

6Ce dernier, se retrouvait déjà aux côtés d’Imru’ al-Qays, dans Le brigand et l’amant. Il est ici à l’honneur à travers ses deux poèmes sur sa rencontre avec la goule (l’un traité en détail, l’autre donné en annexe). En continuité avec l’attention portée au corpus mouvant des mu῾allaqāt, l’ouvrage s’étend logiquement aux muǧamharāt (rappelons qu’il s’agit là du titre du second des sept septuplets de la Ǧamhara d’Abū Zayd al-Qurašī), avec lesquelles elles entretiennent des liens aussi étroits que complexes (bien explicités par Larcher), cela à travers un poème de Ḫidāš Ibn Zuhayr. Cette attention induit également un intérêt pour les poèmes qui ont toutes les caractéristiques des célèbres « suspendues », qui auraient pu en faire partie.

7En effet, sous le titre « Le Cédrat » (métonymie, via son parfum, de Salmā, l’aimée dont le clan quitte le campement au début du poème), Larcher propose la première traduction française du poème en rime mīm de ῾Alqama, parfois considéré comme une mu῾allaqa, suite à ce qui est plus que vraisemblablement un lapsus calami d’Ibn Ḫaldūn (p. 19). Incluant 55 vers, ce poème présente la construction convenue de la qaṣīda telle que définie par Ibn Qutayba. Les vers arabes de mètre basīṭ sont rendus par des distiques, généralement de quatorze syllabes. La méthodologie adoptée pour traduire reprend « les principes éprouvés » (p. 51) des traductions précédentes, appliqués dans l’ensemble du recueil.

8« La Jument », muǧamhara de Ḫidāš Ibn Zuhayr n’avait pas été précédemment traduite dans une langue occidentale. Ce poème de 24 vers, de structure bipartite (nasīb et ġaraḍ), évoque à travers « un raid qui a mal tourné » (p. 50, « la journée de Šuwāḥiṭ »), « l’histoire d’un conflit entre deux types de solidarité, l’une fondée sur la parenté par le sang, l’autre fondée sur une alliance » (p. 49), transcrivant dans le discours poétique à coloration épique une question cruciale que pose l’anthropologie culturelle au sujet de l’organisation des sociétés, notamment les plus anciennes. Il est de mètre ṭawīl et la rime est en -.

9« La Goule », rarement évoquée dans la poésie ancienne, sinon de manière allusive, contrairement à ce que l’on aurait pu croire, a fait l’objet de deux poèmes de Ta’abbaṭa Šarran, rendus ici l’un et l’autre. Le premier, de mètre mutaqārib et de rime –, se compose de 16 vers. Le second, de 9 vers, est de mètre wāfir et de rime ānī. Quoiqu’il ait été placé en annexe, sans doute en raison de sa brièveté, il aurait pu avoir sa pleine place dans le corps du texte puisqu’il est présenté selon les mêmes critères et traduit avec le même soin.

10Il ne sera pas possible, dans les limites de ce compte rendu, de revenir en détail sur les qualités de la traduction. Soulignons toutefois, qu’outre sa minutie, fondée sur une utilisation efficace de la linguistique, de la stylistique, de la poétique et de la sémantique, elle présente comme les précédentes, des qualités poétiques qui vont au-delà de l’effort habituel des traducteurs de cette poésie, pour en rendre autant que faire se peut les significations. Les vers sonnent avec une grande justesse à l’oreille quand on les lit à voix haute et le rendu de certains effets comme les assonances et allitérations retient plus d’une fois l’attention de même que les correspondances entre texte source et texte cible. Les exemples donnés ici procèdent des préférences de l’auteure du compte rendu mais ils pourraient être multipliés. On pensera par exemple au vers 5 du Cédrat (p. 25 : « brochage et broderie, que suivent les oiseaux, sans cesse/ Du sang des entrailles, dirait-on, tout enduits ! ») ou encore le vers 20 dans « La Jument » (p. 57 : « On m’impute les morts d’un clan qui n’est pas mien,/ Je ne leur suis pas lié, ni leur allié le mien ! »), ou enfin, entre bien d’autres, le vers 14 de « La Goule » (p. 77 : Gros lézard du désert, qui a deux robes, faites/ De feuilles d’acacia, qui ne furent pas filées ! »).

11À ces qualités littéraires et linguistiques s’ajoute le regard porté par Larcher sur cette poésie, qui conditionne non seulement sa manière d’appréhender les poèmes, mais aussi, corollairement, le rendu qu’il est en mesure d’en faire et l’impact qu’il peut avoir sur le récepteur. Il perçoit comme tels les liens entretenus par ces vers avec la mythologie préislamique, logiquement transformée, voire laminée, par l’émergence de l’Islam et son installation dans la durée ; il les restitue en conséquence, éclairant pleinement l’articulation discursive des vers et des brefs récits en prose (aḫbār) généralement consacrés à leurs conditions d’énonciation supposées. De ce fait, le regard porté par Larcher sur ces textes bouleverse la lecture qui en est habituellement faite et transmet leur pleine ampleur au lecteur qui accepte de le suivre dans le champ ainsi exploré. D’autres traducteurs avant lui avaient pu effleurer cette hypothèse. Mais le travail qu’il nous propose est différent. L’hypothèse cède la place à la certitude subjective ; celle-ci est transformée en approche scientifique et conduit à la construction d’une nouvelle grille de lecture, qui s’articule à la fois sur la reconnaissance de cette mythologie, l’utilisation des dernières avancées de la linguistique générale et arabe, une connaissance fine de la poétique et de ses subtilités et une fréquentation assidue et éclairée des sources, tant les commentaires médiévaux en langue arabe que la tradition orientaliste moderne et contemporaine.

12Quel que soit le plan par lequel on aborde la lecture, Le Cédrat, la Jument et la Goule allie le plaisir de lire et la satisfaction de la curiosité scientifique.

Haut de page

Notes

1 Le parti-pris retenu ici dans la translittération est de rendre entièrement vocalisés, y compris pour les désinences, les segments poétiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katia Zakharia, « LARCHER Pierre (trad.) Le Cédrat, La Jument et La Goule. Trois poèmes préislamiques de ‘Alqama b. ‘Abada, Khidâsh b. Zuhayr et Ta’abbata Sharran, traduits de l’arabe, présentés et annotés par Pierre Larcher, édition bilingue, collection La petite bibliothèque de Sindbad, Paris et Arles, Sindbad/Actes Sud, 2016, 96 p », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 12 avril 2017, consulté le 22 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/9567

Haut de page

Auteur

Katia Zakharia

Université Lyon 2 & UMR 5648 CIHAM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page