Navigation – Plan du site

GILOTTE Sophie et VOGUET Élise (dir), Terroirs d’al-Andalus et du Maghreb (viiie-xve siècle). Peuplements, ressources et sainteté. Éditions Bouchène, Paris, 2015, 251 p

Pierre Guichard
p. vol 144

Texte intégral

1Sous un titre peut-être un peu ambitieux, ce livre réunit des communications présentées en 2010 dans le cadre de séminaires sur l’arabisation et l’islamisation de l’Occident musulman au Moyen Age tenus à Paris et Toulouse, et centrés plutôt sur la structuration des espaces ruraux.

2Une première partie concerne les « dynamiques du peuplement », et contient deux contributions. Celle de Mohamed Hassen : « Dynamique du peuplement le long des cours d’eau dans le Sahel méridional d’Ifrîqiya au Moyen Age » étudie l’évolution des établissements humains dans les zones rurales de la zone littorale située au niveau de Mahdiya, entre Moknine et El Djem. Elle s’appuie sur une prospection des sites antiques et médiévaux situés à proximité des cours de petits oueds débouchant non loin de la côte de Mahdiya ou dans la sebkha de Moknine (oued Glat, oued ‘Amira, oued Zrata, oued Gharraf). Cela sans exclure des références à une documentation écrite plus tardive, d’époque moderne. Cette étude micro-régionale est certainement indicative de ce qu’il conviendrait de pouvoir faire en bien des lieux du Maghreb. Il est dommage que la perception de la richesse d’informations contenue dans cette étude soit un peu handicapée par la qualité médiocre de l’édition, qui empêche de reporter sans difficulté sur des cartes, bonnes par ailleurs mais dont la reproduction lors de l’impression a été parfois défectueuse (par exemple la figure 5 de la p. 33, où le cours des oueds Glat et Gharraf se devine difficilement). Cela n’est évidemment imputable ni aux auteurs ni aux éditeurs, mais aux nécessités économiques qui auraient difficilement permis une édition plus « luxueuse », sur un meilleur papier, des communications à un séminaire. La conclusion donne le bilan de cet inventaire de sites du point de vue de l’évolution du peuplement. On y voit clairement la substitution, à l’ancien réseau urbain de tradition antique d’une structuration de l’espace où s’impose une « division clanique matérialisée par la prédominance de la toponymie de type tribal », parallèlement (ou antérieurement ?) à l’apparition du facteur structurant que représentent les zaouïas.

3La seconde communication de cette première partie, celle de Guillermo García Contreras, sur « Châteaux et paysans dans le nord de Guadalajara : réflexions sur l’étude du peuplement rural à la frontière d’al-Andalus », attire l’attention sur une région peu documentée et mal connue, souvent considérée comme fortement « berbérisée », en proposant de laisser de côté pour une recherche une telle vision trop « ethnicisante » pour s’intéresser davantage aux données du terrain apportées par une prometteuse prospection archéologique, et à des questionnements liés aux modifications du milieu naturel et à son exploitation (en insistant sur le cas des salines). La conclusion ne dissimule pas le caractère encore embryonnaire d’une telle « réorientation du questionnement ». On ne peut, dans l’immédiat qu’attendre, avec intérêt, le prolongement de ce que les éditrices de cet ensemble de communications ont présenté (p. 11) comme « une réflexion méthodologique et conceptuelle » qui devrait donner dans le futur des résultats allant au-delà de la constatation d’« une réalité bien plus complexe que ce qui a pu être envisagé jusqu’ici » (p. 75).

4La seconde partie est consacrée à « L’exploitation des ressources et l’évolution des territoires : nouvelles approches méthodologiques ». Sa première communication concerne « L’évolution du territoire en al-Andalus : une lecture sur la longue durée à partir des données palynologiques et archéologiques ». Les auteurs, José Antonio Garrido García et Sophie Gilotte, ont voulu montrer que l’élevage pratiqué sur les hauteurs peut jusqu’à un certain point, en dépit de la quasi-absence de documentation écrite durant les époques dépourvues d’archives, être appréhendée, du moins dans sa globalité, par le biais des analyses palynologiques effectuées sur des échantillons prélevés dans des tourbières, qui sont susceptibles de faire apparaître les phases de déforestation lues « comme une forme de destruction anthropique ». Les pâturages estivaux des hautes montagnes du sud-est péninsulaire ont « favorisé une transhumance estivale à court rayon, et présentent un environnement propice pour suivre les changements systémiques sur une longue durée » (p. 12). Un très suggestif et intéressant tableau, présenté p. 99, résume de façon assez convaincante les résultats des analyses menées sur des échantillons prélevés dans les sierras de Segura, de Gador, de Baza, et dans la Sierra Nevada. On pourrait ainsi commencer à dresser « une histoire de l’élevage dans le sud-est ibérique », dont les premiers linéaments sont bien résumés aux pages 110-112. L’élevage peut être ainsi considéré comme « un élément parmi d’autres » pour l’appropriation des espaces ruraux, perturbant les données « naturelles » du paysage et variant notablement, sur la longue durée, en fonction des changements intervenus dans le peuplement et les formes d’encadrement socio-politique.

5La seconde communication de cette partie consacrée aux « ressources » est celle de Najla Touati sur « Mines et peuplement en Ifrîqiya : état de la question et résultats préliminaires d’une prospection archéologique dans le Haut Tell tunisien (djebel Lorbos) ». On se félicitera de voir engagée une étude sur la question des productions minières, importantes au début du Moyen Âge dans les régions situées immédiatement au nord de la dorsale tunisienne et se prolongeant au-delà de la frontière algéro-tunisenne dans la région de Tébessa. La partie la plus convaincante de ce travail est consacrée aux mines situées à proximité de la ville de disparue de Laribus/al-Urbus, proche du Kef et supplantée par celle-ci à l’époque moderne. L’auteure n’a malheureusement pas pu avoir accès aux zones d’extraction. Elle n’a pas eu l’occasion non plus de visiter le prolongement algérien de cette très intéressante zone minière, où se trouvait très probablement la ville également disparue de Majjâna, située à une cinquantaine de kilomètres au nord de Tébessa, et donnée par les textes géographiques arabes comme un important foyer d’extraction de minerais variés dans les premiers siècles du Moyen Âge. La région est de nouveau devenue une zone minière très importante à l’époque coloniale. Du point de vue de l’histoire, il serait intéressant de déterminer s’il y a eu ou non une certaine continuité de l’exploitation entre les xie-xiie siècles et l’époque contemporaine. Najla Touati répond plutôt par l’affirmative en s’appuyant sur des rapports de voyageurs européens de la fin de l’époque moderne dont les données seraient reprises par Mas Latrie (voir p. 123). M’étant un peu intéressé à la même région, je dois dire que cela m’a un peu surpris, et que je n’ai pas retrouvé les références indiquées, qu’il faudrait mieux assurer. La dernière communication de cette seconde partie est celle de Jesús Brufal Sucarrat. Portant sur « Les almunías du district musulman de Lérida » avant la reconquête de la ville par les chrétiens en 1149, elle attire l’attention sur une organisation des alentours ruraux de cette ville dans laquelle l’élément structurant paraît être la munya ou domaine rural, alors que dans les autres régions d’al-Andalus étudiées jusqu’ici ce sont plutôt des qarya/s, villages ou hameaux qui organisent le paysage. Cette étude ne cherche pas à dissimuler la limitation regrettable provenant de la rareté de la documentation antérieure au milieu du xiie siècle, ce qui ne fait que rendre plus nécessaire l’approche archéologique adoptée.

6Une troisième partie rassemble deux communications sous le titre « La sainteté dans les espaces ruraux : éclairages complémentaires des récits hagiographiques et des recueils de fatwas ». Celle de Mohamed Meouak, « Géographie religieuse, toponymie berbère et espaces sacrés dans le Maghreb occidental à la lumière d’al-Tashawwuf ilā rijāl al-tasawwuf d’al-Tādilī (m. 628/1230-1231) », étudie sous de nouveaux angles une source hagiographique bien connue présentant 277 notices biographique concernant des saints personnages ayant vécu à Marrakech, mais originaires de divers lieux du Maroc actuel ou de lieux plus éloignés comme Bougie ou Kairouan. Mohamed Meouak s’intéresse d’abord au vocabulaire lié au concept de lieux saints et de lieux sacrés, puis tente de dresser un tableau des possibilités offertes par les sources de ce type pour l’élaboration d’une géographie religieuse du Maghreb médiéval, et enfin s’arrête sur ce que la toponymie, en particulier berbère, révélée par cette source apporte sur les différents types d’espaces et leur rapport avec le fait religieux. Il est intéressant de constater qu’à la date où il rédige son ouvrage, al-Tādilī ne mentionne pas encore le phénomène de la zāwiya, si souvent évoquée à partir de la fin du xiiie siècle. On se trouve donc à un moment où l’évolution du soufisme primitif n’a pas encore donné lieu à « un charisme héréditaire pourvoyeur de privilèges spirituel et matériels », bien que de nombreux lieux fassent déjà l’objet d’une fréquentation plus assidue de la part des saints, comme le ribāṭ et la mosquée, avant même que leurs tombeaux (rawḍa/s) ne deviennent les lieux privilégiéx des ziyāra/s ou visites que leur feront les pélerins (p. 194). La seconde communication de cette partie orientée vers l’étude de la sainteté est consacrée par Élise Voguet au « Rôle des murābiṭūn dans l’encadrement socio-politique et religieux des zones rurales d’après les fatwas malikites (xive-xve siècles) ». Basée sur l’analyse de fatwā/s tlemcéniennes du bas Moyen Âge, elle concerne la constitution, autour de personnages pieux s’étant détachés de l’environnement tribal traditionnel (et encouragés par le pouvoir sultanien qui effectue à leur profit diverses concessions), de groupes « maraboutiques » d’un type nouveau. Dans ce travail, Élise Voguet revient sur des données qui figuraient dans sa thèse parue en 2014 sur Le monde rural du Maghreb central (xive-xve siècles), mais il me semble qu’elle y ajoute une considération tout à fait intéressante, qui en tout cas n’y figurait pas aussi nettement : la reconstitution de fait, à partir de ces nouvelles implantations, de tribus qui pour être « maraboutiques » n’en sont pas moins des tribus qui, tout en le renouvelant, s’insèrent dans le schéma socio-politique maghrébin traditionnel (p. 205-206).

7Une dernière contribution, celle de Michele Campopiano, vient clore cet ensemble de communications. De façon un peu surprenante car elle porte sur « Fiscalité et structures économiques et sociales en Irak de la conquête arabe à la crise du califat abbasside (viie-xe siècles) », donc sur une région et même une époque qui se situent quelque peu en discordance avec la majorité des communications qui précèdent. Intéressant pour lui-même, ce texte signale l’importance de l’impôt foncier dans les revenus du pouvoir abbasside, et souligne « la politique menée par les Abbassides d’élargissement des concessions foncières pour favoriser l’expansion agricole [et] la formation d’une élite musulmane sur les terres de kharāj », avec des conséquences négatives sur le développement agricole » (p. 17). Sophie Gilotte et Élise Voguet, dans le texte introductif d’où vient cette dernière citation, constatent cependant à la même page que les textes relatifs à la fiscalité permettant une approche comparable manquent presque totalement pour l’Occident musulman à la même période, et que d’autres « grilles d’analyse » y sont nécessaires. Ce décalage, même assumé, risque de contribuer à l’aspect parfois un peu disparate de ce recueil. C’est dommage, car il est susceptible de donner une assez bonne idée de recherches récentes menées en des lieux, assez dispersés il est vrai de la Tunisie à la vallée de l’Èbre, à partir de recherches souvent neuves menées sur une grande variété de sources écrites et de terrains archéologiques. Ces recherches, même parfois encore insuffisamment assurées, méritent d’être connues. On ne peut que se réjouir de les voir mises à la disposition des chercheurs intéressés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Guichard, « GILOTTE Sophie et VOGUET Élise (dir), Terroirs d’al-Andalus et du Maghreb (viiie-xve siècle). Peuplements, ressources et sainteté. Éditions Bouchène, Paris, 2015, 251 p », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 12 avril 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/9569

Haut de page

Auteur

Pierre Guichard

CIHAM-UMR 5648

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page