Navigation – Plan du site

BEININ Joel Workers and Thieves: Labor Movements and Popular Uprisings in Tunis and Egypt, Stanford, Stanford University Press, Col. Stanford Briefs, 2016, 164 pages

Montserrat Emperador Badimon
p. vol 144

Texte intégral

1Cinq ans après le début des soulèvements populaires qui ont parcouru plusieurs pays du Maghreb et du Machrek, les productions académiques sur le sujet sont de nature et de qualité fort diverses. La publication d’analyses « à chaud » a eu le mérite d’apporter des exposés presque journalistiques des faits survenus. Néanmoins, elle a pu être critiquée pour sa précipitation et les inexactitudes dues au manque de perspective temporelle. D’autres travaux ont mieux résisté à la tentation de la publication hâtive et se sont donnés les moyens d’analyser les processus qui ont mèné aux soulèvements et les reconfigurations institutionnelles qui s’en suivirent. L’ouvrage Workers and Thieves : Labor Movements and Popular Uprisings in Tunis and Egypt, de l’historien et professeur à Stanford, Joel Beinin, est court mais combine les forces des deux catégories de travail susmentionnées : d’un côté, une exposition détaillée, presque microscopique, des séquences événementielles qui composent les moments révolutionnaires égyptien et tunisien, et, de l’autre côté, l’exploration des processus historiques et sociaux qui ont conduit aux soulèvements et qui aident à comprendre leurs suites. Concrètement, Beinin propose un travail qui, à cheval entre la sociologie historique et la sociologie des mobilisations, s’interroge sur le rôle joué par les travailleurs et les travailleuses dans la séquence politique de 2011-2015 dans les deux pays.

  • 1 Joel Beinin, Workers and Peasants in the Modern Middle East, (The Contemporary Middle East) Cambrid (...)
  • 2 Joel Beinin et Frédéric Vairel (dir.), Social Movements, Mobilization and Contestation in the Middl (...)
  • 3 Steve Heydemann et Reinoud Leenders, Middle East Authoritarianisms: Governance, Contestation, and R (...)

2Joel Beinin est un auteur de référence dans le sous-domaine de la sociologie historique du monde arabe, notamment pour ses recherches sur la formation et la trajectoire de la classe ouvrière, notamment en Égypte1. D’autres travaux récents portent sur les configurations de la politique protestataire dans des contextes dominés2 par ce que d’aucuns désignent comme un autoritarisme résilient3. Fort de ce bagage, Beinin est capable d’offrir dans Workers and Thieves une analyse convaincante de l’influence politique des travailleurs et travailleuses, appuyée sur une démarche intellectuelle qui inscrit la catégorie « ouvrier » dans une historicité longue. Ainsi, l’organisation des chapitres de l’ouvrage de manière chronologique apporte progressivement des éléments de réponse au questionnement de départ. Dans le premier chapitre, Beinin revient sur les caractéristiques locales du capitalisme colonial, une période clé de la formation des classes ouvrières égyptienne et tunisienne, et sur la mise en place de politiques économiques développementalistes dans les années post-indépendance. Ces politiques correspondent à un « keynésianisme périphérique » qui maintient les deux pays dans une position subalterne par rapport aux centres de pouvoir du capitalisme global. Mais la période développementaliste est aussi celle de l’établissement de pactes sociaux avec les nouvelles autorités nationales, qui impliquent le contrôle de l’autonomie politique des organisations ouvrières. Le deuxième chapitre aborde les effets de la prolifération de la doxa de l’austérité sur la capacité d’influence de la catégorie ouvrière, dans un contexte de crise idéologique et matérielle des politiques développementalistes. Le degré de démantèlement des acquis sociaux dépend de la capacité d’opposition et de résistance des organisations ouvrières, et représente pour celles-ci une épreuve qui se solde soit avec le renforcement, soit avec la fragilisation de leur autonomie. Le troisième chapitre place la focale sur la période qui précède immédiatement les évènements de 2011. Il s’agit d’une période d’ouverture relative qui voit l’éclosion d’une « société civile » incarnée par des acteurs associatifs qui sont néanmoins incapables de pousser les régimes vers la démocratisation et qui sont, très souvent, coupés du monde ouvrier. Pourtant, à la même époque, le monde du travail vit des conflits sans précédent depuis les luttes de libération nationale. Cette même incapacité à articuler l’univers des luttes urbaines de classe moyenne avec l’espace des mobilisations au travail revient sur la scène au moment du « printemps arabe ». Beinin montre comment l’engagement des travailleurs dans les révoltes a été crucial pour les rendre massives. Or, ce rôle central ne s’est pas traduit par une meilleure représentation de leurs intérêts dans les institutions représentatives ni par une amélioration de leurs conditions de vie dans les « après-révolutions ».

3L’organisation chronologique de l’ouvrage permet à l’auteur de répondre au questionnement sur le rôle des travailleurs et des travailleuses dans les révoltes en construisant un argumentaire qui tient compte du temps long des mobilisations collectives et du processus de construction de l’État et des rapports de force à la base des systèmes d’autorité égyptien et tunisien. La comparaison entre les deux pays, qui est tenue de bout en bout de l’ouvrage, se justifie sur plusieurs points, outre le fait d’être les deux pays où les révoltes ont abouti au départ de leur autocrate respectif. Si ce résultat semble rapprocher les deux pays, il ne le fait qu’en apparence, car la portée de la transition y est différente : en Tunisie, l’établissement d’une démocratie procédurale ne fait de doute pour personne, alors que l’Égypte sombre depuis 2013 dans un climat répressif qui dépasse, selon certains observateurs, celui que Moubarak avait imposé. Les deux pays accueillent une population ouvrière et des organisations qui ont eu un rôle historique important. Durant les dernières décennies, ces organisations ou leurs membres, ou même des travailleurs et travailleuses non encadrés, ont eu recours à des milliers de grèves et de protestations pour créer un rapport de forces avec les gouvernements. Pourtant, les différences quant à l’institutionnalisation et la capacité d’influence des mouvements ouvriers des deux pays sont grandes. Ces différences peuvent éclairer les raisons pour lesquelles les espaces politiques tunisien et égyptien suivent des chemins divergents quelques années après les soulèvements de 2011.

4L’auteur fait de l’autonomie ouvrière un élément important pour comprendre la divergence des trajectoires. En Tunisie, l’UGTT (Union générale tunisienne du travail) a toujours préservé une relative autonomie par rapport au régime et a accueilli dans ses rangs inférieurs et intermédiaires des militants critiques et des initiatives d’opposition politique. Cela s’explique par la légitimité tirée du combat pour la libération nationale et maintenue grâce à la résistance aux ambitions de contrôle de Bourguiba et de Ben Ali. Par contre, en Égypte, l’ETUF (Egyptian Trade Union Federation) fut une création de Nasser et les ressources de l’organisation ont toujours dépendu de sa soumission au politique. La capacité de mobilisation dans le monde du travail de l’ETUF a toujours été faible, à cause de la décrédibilisation générée par son lien intime avec le régime. Joel Beinin s’appuie sur une exposition de faits détaillés qui peuvent néanmoins saturer ou désorienter les lecteurs les moins habitués aux réalités politiques tunisienne et égyptienne. Cet encombrement minimal, qui d’ailleurs passera inaperçu pour les connaisseurs des deux pays, ne saurait enlever l’intérêt de cet ouvrage qui, en plus, fait des apports intéressants à trois débats de la littérature sur les mobilisations.

  • 4 Frédéric Sawicki et Johanna Siméant, 2009, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. N (...)
  • 5 Colin Barker, Laurence Cox, John Krinsky, Alf Gunvald Nilsen (ed.), 2013, Marxism and Social Moveme (...)

5En premier lieu, le travail de Beinin contribue à atténuer l’oubli auquel la sociologie des mobilisations a soumis le monde du travail. D’ailleurs, on dirait que Workers and Thieves confirme les propos de Johanna Siméant et Frédéric Sawicki lorsqu’ils affirment que le « militantisme lié au travail et à la défense des conditions de vie (...) semble aujourd’hui abandonné aux historiens »4. En effet, l’abandon du capitalisme en tant que facteur influençant directement ou indirectement les protestations5 et le développement de la littérature sur les nouveaux mouvements sociaux, ont contribué à marginaliser les espaces du travail comme lieux d’interrogation des phénomènes de mobilisation. Cet oubli concerne aussi les jeunes chercheurs qui s’intéressent au monde arabo-musulman, et qui ont eu tendance à se focaliser sur d’autres types de mouvements : islamiste, associatif, de femmes, etc. Le travail de Beinin montre ce que l’on gagne de réintégrer la catégorie ouvrière comme acteur de mouvement social : on comprend mieux les équilibres sociaux et politiques sur lesquelles reposent les structures de pouvoir, on saisit plus clairement les limites « démocratisatrices » de la « société civile » urbaine, etc.

  • 6 Edward P. Thompson, 1993, Customs in Common: Studies in Traditional Popular Culture, New York, The (...)
  • 7 Lisa Wedeen, 1999, Ambiguities of domination: politics, rhetoric, and symbols in contemporary Syria (...)

6En deuxième lieu, Beinin revient sur une opposition classique en sociologie des mouvements sociaux : les mouvements « bread and butter »6 versus les mouvements dits « politiques ». L’ouvrage prête attention à la conjugaison plutôt qu’à la mise en opposition des revendications matérielles, que certains considèrent « sectorielles » ou « corporatistes », et des revendications de caractère apparemment plus immatériel. L’hypothèse de l’opposition n’est pas tenable lorsqu’on observe l’implication des ouvriers dans des révoltes qui aboutissent au départ de Moubarak et de Ben Ali, car il est plutôt question de continuité ou d’articulation de revendications diverses. D’ailleurs, Beinin alerte contre les effets pernicieux de l’approche dichotomique des revendications, qui est colportée tant par des chercheurs que par des acteurs politiques : elle aurait contribué à renvoyer à un second plan les ouvriers comme acteurs politiques face au développement de la « société civile » urbaine et de classe moyenne dont le potentiel démocratisateur aurait été, lui, surestimé. Lorsque la vision dichotomique des revendications est portée par les acteurs eux-mêmes, celle-ci aggrave le manque de contact avec les organisations ouvrières et les travailleurs et travailleuses. La distinction entre revendications « matérielles » et « immatérielles » s’inscrit dans la généalogie de la sociologie des mouvements sociaux qui envisage, depuis les travaux de Tilly, l’existence d’un lien étroit entre mouvement social et démocratie. À partir des années 1970, le développement de la littérature sur les « nouveaux mouvements sociaux » affirmant l’émergence d’un nouveau type de causes « immatérielles », renforce la dichotomie. Pourtant, lorsque l’on prétend penser les mobilisations dans un contexte autoritaire, où tous les espaces sociaux sont contrôlés, la dichotomie perd de son sens. En effet, il est alors nécessaire d’être capable de repérer des indices de mécontentement, de résistance et d’opposition dans des espaces et des actions moins clairement politiques, ou infrapolitiques selon les termes de James Scott, tel que d’autres auteurs comme Lisa Wedeen ou Asef Bayat7 l’ont fait.

7Enfin, le travail de Beinin apporte une critique salutaire à quelques hypothèses persistantes de l’approche transitologique, telle que la valorisation de la « politique institutionnelle » par rapport à la « politique de la rue » ou la négligence des effets que la marginalisation des mouvements sociaux a sur la « qualité » de la démocratie neuve. L’application pratique de cette conception des transitions risque de produire des démocraties post-transition assez fragiles. Dans certains pays ayant connu des processus de transition, comme l’Espagne, a lieu actuellement un travail militant et historiographique de reformulation du récit dominant sur le « best way » de la transition avec, par exemple, une déconstruction du mythe du caractère pacifique et modéré des élites. Des problèmes tels que la marginalisation des mouvements sociaux ou la monopolisation du processus politique par les élites (qui sont souvent celles de l’ancien régime) se sont produits en Égypte et en Tunisie. Ils ont entraîné que les changements institutionnels ne se traduisent pas par une meilleure représentation des travailleurs et des travailleuses. Dans le cas de l’Égypte, la dépossession sociale du processus révolutionnaire a préparé la voie à un régime encore plus violent que celui qui le précédait avant 2011. Un autre résultat du contrôle de la transition par les élites a été le déplacement du curseur du conflit politique, anciennement placé sur la concurrence entre opposition et régime, vers la concurrence entre « laïcs » et « islamistes ». Par rapport à l’espace ouvrier, ce glissement de l’axe du conflit politique a impliqué la soumission de ses intérêts à la « lutte contre l’extrémisme ». Les organisations ouvrières risquent de se retrouver désormais rangées aux côtés de personnes associées parfois à l’ancien régime, ce qui assénerait un coup à leur crédibilité. La force ou la fragilité des nouvelles procédures démocratiques restent toujours liées, en partie, à la capacité des travailleurs et travailleuses à préserver l’autonomie de ses organisations et actions.

Haut de page

Notes

1 Joel Beinin, Workers and Peasants in the Modern Middle East, (The Contemporary Middle East) Cambridge University Press, 2001; Joel Beinin et Zachary Lockman, Workers on the Nile: Nationalism, Communism, Islam, and the Egyptian Working Class, 1882–1954, Princeton Univ Press, 1989.

2 Joel Beinin et Frédéric Vairel (dir.), Social Movements, Mobilization and Contestation in the Middle East and North Africa, Stanford, Stanford University Press, 2e édition, 2013, 328 p.

3 Steve Heydemann et Reinoud Leenders, Middle East Authoritarianisms: Governance, Contestation, and Regime Resilience in Syria and Iran, Stanford, Stanford University Press, 2014.

4 Frédéric Sawicki et Johanna Siméant, 2009, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du travail, vol. 51, nº 1, p. 97-125, page 2.

5 Colin Barker, Laurence Cox, John Krinsky, Alf Gunvald Nilsen (ed.), 2013, Marxism and Social Movements, Leiden/Boston, Brill.

6 Edward P. Thompson, 1993, Customs in Common: Studies in Traditional Popular Culture, New York, The New Press.

7 Lisa Wedeen, 1999, Ambiguities of domination: politics, rhetoric, and symbols in contemporary Syria, Chicago, University of Chicago Press ; Asef Bayat, 2010, Life as Politics: How Ordinary People Change the Middle East, Stanford University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Montserrat Emperador Badimon, « BEININ Joel Workers and Thieves: Labor Movements and Popular Uprisings in Tunis and Egypt, Stanford, Stanford University Press, Col. Stanford Briefs, 2016, 164 pages », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 12 avril 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/9570

Haut de page

Auteur

Montserrat Emperador Badimon

Maîtresse de conférence en science politique à l'Université Lumière Lyon 2, m_emperador@yahoo.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page