Navigation – Plan du site

VERSTEEGH Kees, The Arabic Language, Second Edition, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2014, XIX + 410 p

Pierre Larcher
p. vol 143

Texte intégral

1C’est la seconde édition d’un ouvrage dont la première a été publiée en 1997 chez le même éditeur. Comme j’ai fait un compte rendu détaillé de la première édition, paru dans la revue Arabica (tome XLIX, fascicule 2, Avril 2002, p. 245-251) et auquel je renvoie le lecteur intéressé, je me contenterai de signaler et souligner les innovations de cette nouvelle édition, à la suite même de l’auteur qui les indique dans sa Preface to Second Edition (p IX-XI) prenant place après la reproduction de la Preface to First Edition (p. VII-VIII).

2L’ouvrage est divisé en 17 chapitres contre 14 dans la première édition. Cette augmentation du nombre de chapitres résulte de la division de deux chapitres de la première édition et de l’adjonction d’un nouveau chapitre. Si l’on retrouve les cinq premiers chapitres, au changement de titre du premier près (The Study of Arabic in the West, au lieu de The Development of the Study of Arabic ; Arabic as a Semitic Language ; The Earliest Stages of Arabic ; Arabic in the Pre-Islamic Period ; The Development of Classical Arabic), l’ancien chapitre 6 (The Structure of Classical Arabic in the Linguistic Tradition) devient ici 6-The Structure of Arabic et 7-The Arabic Linguistic Tradition. Autrement dit, l’auteur distingue soigneusement entre ce qu’on appelle parfois en anglais Arabic Linguistics d’une part, Arab Linguistics d’autre part. En fait, le chapitre 7 reprend l’ancien chapitre 6 et c’est le chapitre 6 qui est entièrement nouveau.

3Si le chapitre 7 traite, selon la hiérarchie de la tradition linguistique arabe, d’abord de la syntaxe, puis de la morphologie et de la phonologie et enfin du lexique de l’arabe, à l’inverse, le nouveau chapitre 6 traite, comme il est d’usage dans la tradition occidentale, d’abord de phonétique et phonologie, puis de morphologie et enfin de syntaxe, la morphologie regroupant à la fois flexion et dérivation (c’est dans cette section que l’on trouve les tableaux des déclinaisons et des conjugaisons d’une part, des « formes dérivées » d’autre part). Mais l’alinéa Morphologie est lui-même précédé d’un alinéa Word-structure (structure du mot) : la grande question posée par la morphologie (dérivationnelle) de l’arabe est en effet de savoir si elle basée sur le principe racine/schème (root-and-pattern morphology) ou au contraire basé sur le radical (stem-based), auquel s’adjoignent des affixes et éventuellement soumis à l’apophonie. Dans la première conception, un mot est formé par croisement (interdigitation) de la racine et du schème, la première convoyant la signification lexicale et le second la signification grammaticale, cette morphologie étant encore appelée non-concaténative. La morphologie verbale de l’arabe se prête particulièrement bien à la seconde conception. L’auteur rappelle les principaux arguments en faveur de l’une ou l’autre de ces conceptions, ainsi que les différentes théories de la racine, notamment les contraintes phonologiques faisant que certaines racines sont impossibles ou encore la question du bi- ou triconsonatisme originel de la racine.

4De même, on retrouve en suivant, avec simplement un décalage dans le numéro d’ordre (8-12 au lieu de 7-11), les chapitres The Emergence of New Arabic, Middle Arabic, The Study of the Arabic Dialects, The Dialects of Arabic et The Emergence of Modern Standard Arabic. On arrive alors aux nouveaux chapitres 13 Diglossia et 14 Bilingualism, résultant au premier chef de la division de l’ancien chapitre 12 Diglossia and Bilingualism, plus exactement du développement de deux de ses sections (The language question in North Africa et Language choice and language attitudes in North Africa).

5En théorie, l’auteur préfère à la conception fergusonienne de la diglossie et du bilinguisme (coexistence de deux variétés d’une même langue/de deux langues dans une communauté), celles de Gumperz et Fishman : pour ceux-ci la diglossie est une notion sociolinguistique (ou objective), désignant la coexistence de deux variétés linguistiques, génétiquement liées ou non, dans une même communauté et le bilinguisme une notion psycholinguistique (ou subjective), désignant la maîtrise que le sujet peut avoir des deux variétés. Dans la pratique cependant, ce chapitre fait, me semble-t-il, essentiellement référence à la conception de Ferguson et à ses développements, dont les premiers s’originent chez Ferguson lui-même : ce dernier posait en effet qu’une situation de diglossie engendrait des variétés mixtes, ouvrant ainsi la porte aux approches de la situation linguistique de l’arabe en termes de continuum et de variation etc., qui sont détaillées dans ce chapitre, lequel a été largement réécrit et augmenté.

6De même, dans le chapitre 14-Bilingualism, Versteegh, comme il l’a d’ailleurs indiqué dès la p. 243, n’emploie pas le terme dans son sens « psycholinguistique », mais sociolinguistique, c’est-à-dire celui de la coexistence, en Afrique du Nord, de deux langues, arabe/français, due à la présence française, mais aussi arabe/berbère, ce dernier souvent appelé aujourd’hui tamazight. Dans le second alinéa, l’auteur détaille les politiques d’arabisation suivies, après l’indépendance, par la Tunisie, l’Algérie et le Maroc et leurs aléas, l’arabisation pouvant être perçue comme le cheval de Troie de l’islamisme, ici, la confrontation de l’arabe avec le français pouvant faire le jeu de l’anglais, là. Dans le troisième alinéa, il pointe les différences entre réalité linguistique (language choice) et représentations que se font les locuteurs de cette réalité (language attitudes). Dans le quatrième alinéa, il traite des effets de la présence du français à côté de l’arabe : code-mixing et emprunt en arabe même, code-switching arabe-français (on parle, me semble-t-il, de francarabe, non de franco-arabe). Dans le dernier alinéa, de ceux du berbère, à côté de l’arabe et, notamment, des politiques nouvelles menées par l’Algérie (où le berbère est reconnu « langue nationale », à côté de l’arabe « langue officielle ») et le Maroc (où le berbère est une langue officielle, à côté de l’arabe, qui est la langue officielle…).

  • 1 En 1989-1990, lors de mon séjour comme pensionnaire scientifique à l’Institut Français d’Études Ara (...)

7Et, enfin, entre les deux derniers chapitres, 15 (ex 13)-Arabic as a Minority Language et 17 (ex 14)-Arabic as a World Language, on trouve un nouveau chapitre 16-Arabic Pidgins and Creoles. C’est en fait un développement de la section 6 de l’ancien chapitre 13, intitulée « Arabic Creoles in Africa : The Case of Ki-Nubi ». Comme le rappelle l’auteur en introduction, les pidgins sont des langues de contact hétérogènes entre populations ne parlant pas la même langue et qui, en cas d’unions mixtes, peuvent devenir des créoles, c’est-à-dire la langue maternelle des enfants issus de ces mariages. En 1984, Versteegh avait lui-même avancé un processus de pidginisation-créolisation, ultérieurement suivi d’un processus de décréolisation, pour expliquer l’origine des dialectes arabes modernes. L’hypothèse avait alors été très critiquée. Il n’en existe pas moins d’authentiques pidgins-créoles arabes. L’existence de « trade-jargons », à base arabe, en Afrique, est déjà documentée par le géographe al-Bakrî (m. 487/1094). On regrettera évidemment qu’il ne soit nulle part rappelé, sauf une fois, p. 306, de manière incidente, que le dit commerce est en fait celui des esclaves… Aujourd’hui, on trouve dans la péninsule arabique des « work-jargons », liée à la présence d’une main-d’œuvre, essentiellement asiatique, employée dans les différents secteurs de l’économie, mais aussi par les particuliers comme domestiques, et dont la condition défraie régulièrement la chronique, tant elle semble proche parfois de la servitude. On a ainsi décrit un Gulf Pidgin Arabic, un Gulf Asian Arabic, un Urdu Pidgin Arabic… Un cas particulier et particulièrement intéressant est celui du désormais fameux « Pidgin Madame », utilisé au Liban par les bonnes sri-lankaises et les dames qui les emploient1. Mais il s’agit là, moins de pidgins, que de proto-pidgins. De véritables pidgins apparaissent, quand la situation qui les a vus naître perdure. C’est le cas, à la fin du XIXe siècle, du turku (il faut beaucoup de « correction politique » pour décrire, p. 305, Rabeh (v. 1842-1900) comme un simple « Arab trader » !), dont il existe, aujourd’hui encore, un avatar, le Bonghor Arabic. Un autre cas, plus célèbre, est celui du Juba Arabic. Il a commencé, au XIXe siècle, dans les camps de l’armée égyptienne lancée à la conquête du Soudan, comme moyen de communication entre recrues africaines et encadrement, puis, beaucoup plus tard au XXe siècle, s’est créolisé dans le cadre du Soudan, du fait de mariages mixtes, et enfin, sous l’influence de l’arabe standard et de l’arabe de Khartoum, décréolisé dans une certaine mesure. L’indépendance du Sud-Soudan (2011), dont Juba est la capitale et l’anglais la langue officielle, peut contrarier la dernière phase du processus mais non la diffusion du Juba Arabic comme lingua franca du pays. La dernière section de ce chapitre reprend, pour l’essentiel, la section 6 de l’ancien chapitre 13, consacrée au Ki-Nubi. Celui-ci est un développement du Juba-Arabic, dû au repli vers le Sud des troupes anglo-égyptiennes, coupées du Nord par la révolte mahdiste, et devenu un vrai créole, aujourd’hui présent au Kenya et en Ouganda.

8Telles sont les innovations principales de cette seconde édition, mais si l’on collationne les deux éditions entre elles, on a tôt fait de s’apercevoir que partout des corrections et des additions ont été faites. Comme dans la première édition, chaque chapitre est suivi d’un Further Reading, où se trouve une bibliographie additionnelle, copieuse et commentée, et elle aussi mise à jour.

9La bibliographie est d’ailleurs un des points forts de l’ouvrage, comprenant 45 pages (p. 333-377), soit près de 1000 items ! L’ouvrage est complété par la liste des abréviations et un index, à la fois nominum et rerum, très détaillé (p. 382-410), ainsi qu’en début par une importante « Note on Transcription and Glossing » (p. XIV-XIX), qui faisait défaut dans la 1re édition.

10On trouverait peu de fautes dans cet ouvrage. Signalons-en toutefois une, qui tient d’ailleurs plus du lapsus et qui touche à un domaine aussi cher à l’auteur de l’ouvrage qu’à celui du compte rendu : l’historiographie linguistique. Il est évidemment impossible d’écrire (p. 103) à propos des grammaires de l’arabe classique : « A classic is Howell (1883-1911) ; it is on this grammar that Caspari (1887 ; this is the fifth edition, revised by A. Müller) is based, which in its turn formed the basis for the best available grammar, Wright (1859-1862)… ». Si la grammaire arabe de Caspari (i.e. Carl Paulus Caspari 1814-1892) est bien à la base de celle de Wright (i.e. William Wright 1830-1889), qui se présente comme étant au premier chef une traduction de la 2e édition allemande (1859) − la 1re, en latin, datant de 1848 −, August Müller (1848-1892), dans sa préface à la 5e édition allemande, ne renvoie pas à Howell (i.e. Mortimer Sloper Howell 1841-1925), dont la grammaire est parue en 7 volumes entre 1880 (et non 1883) et 1911, non plus d’ailleurs que Howell ne renvoie à Caspari-Wright. Au demeurant, la vraie refonte de Müller ne date pas de la 5e, mais de la 4e édition de Caspari (1876).

11Pour tous ceux, enseignants et étudiants, qui ont à assurer ou à suivre un enseignemennt de linguistique arabe et, plus spécialement, d’histoire et de sociolinguistique de la langue, l’ouvrage de Versteegh reste une référence incontournable.

Haut de page

Notes

1 En 1989-1990, lors de mon séjour comme pensionnaire scientifique à l’Institut Français d’Études Arabes de Damas, les familles étrangères employaient comme housekeepers des Sri-lankaises, venues depuis plusieurs années du Liban voisin, dont elles avaient été chassées par la guerre civile. C’est un pidgin à base d’anglais qui s’instaurait entre elles et les membres de la famille, notamment les enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Larcher, « VERSTEEGH Kees, The Arabic Language, Second Edition, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2014, XIX + 410 p », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 12 avril 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/9572

Haut de page

Auteur

Pierre Larcher

Aix-Marseille Université et UMR 7310 du CNRS IREMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page