Navigation – Plan du site
Obituaire, hommage

Hommages à Jean-Paul Pascual (1944-2015)

Textes rassemblés par Colette Establet

Notes de la rédaction

Le spécialiste de la Syrie ottomane, Jean-Paul Pascual est décédé en décembre 2015. Secrétaire scientifique de l’Institut français d’études arabes de Damas de 1975 à 1987, chercheur au CNRS à l’IREMAM à Aix-en-Provence de 1987 à 2007, il a été enfin responsable de la mission archéologique de Khirbet Dosâq (Jordanie) à l’IFPO (Ammam) de 2007 à 2009.

Durant 7 ans, de 1997 à 2003, il a joué le rôle de conseiller éditorial pour la Remmm, préfigurant le comité de rédaction mis en place par la suite. Il a également contribué à plusieurs reprises à la revue, notamment en coordonnant le dossier « Villes au Levant » publié en hommage à André Raymond (REMMM 55/56, 1990). Aujourd’hui, c’est à Jean-Paul Pascual que la Remmm veut rendre hommage, au chercheur reconnu par tous les spécialistes du Proche-Orient, mais aussi à l’homme qui a suscité tant d’amitiés et de complicités intellectuelles.

Nous avons demandé à Colette Establet, avec qui il a travaillé et publié des études à partir d’un corpus particulier, les inventaires après décès, pendant un quart de siècle, de rassembler des textes qui, par petites touches, donnent un aperçu de sa personnalité riche et attachante.

Sa bibliographie est consultable sur le site web de l’Iremam :

http://iremam.cnrs.fr/spip.php?article60

Texte intégral

Regina Heinecke et Jean-Paul Pascual en discussion avec des tourneurs sur bois

Agrandir

Damas près de la mosquée des omayyades, février 1971.

Cliché Jean-Claude Penrad (droits réservés)

1Par Colette Establet.

2Je serai évidemment obligée de parler de toi, au départ, à la première personne. J’ai été chargée de la rédaction de cet hommage ; j’ai été la dernière à te voir à l’hôpital d’Aix, où je t’ai apporté un samedi le numéro de Courrier international sur Daech que tu m’avais demandé ; tu as alors souhaité quelque friandise que j’ai amenée le dimanche, et là, une équipe d’infirmières t’entourait ; tu m’as fait un signe : revenir le lendemain. Il n’y a pas eu de lendemain.

3Jean-Paul Pascual et moi-même avons été rapprochés par un directeur perspicace, Daniel Panzac, et notre collaboration a continué pendant un quart de siècle. Nos inventaires après décès étaient longs à déchiffrer, longs à traduire. Ce travail nous a réunis. Tu n’aimais pas beaucoup parler de ton passé, et je n’étais pas très curieuse. Aussi, je laisse la place aux différents témoignages émanant d’amis qui t’ont connu bien avant moi. En respectant l’ordre chronologique de l’historien.

Les débuts de vie

4Par Céline Leduey, nièce de Jean-Paul Pascual.

5Il était en effet très discret sur son parcours et son passé. Mais il a vécu de vrais moments de déchirement et de malentendus familiaux qui l'ont certainement poussé à rester sur la « défensive ». ll avait trouvé le bonheur et la satisfaction dans son travail et le partage de ses connaissances.

6Grâce aux nombreux papiers et photos que Jean-Paul avait précieusement conservés, j'ai recollé beaucoup de morceaux de sa vie et de celle de notre famille.

7 Jean-Paul est né à Casablanca le 8 juin 1944, il avait un frère de 6 ans son aîné. Son père était gendarme et sa mère s’occupait de ses enfants. Il était très proche d'une de ses tantes et de deux de ses cousins auxquels il est resté très attaché, et avec lesquels je parle encore souvent de lui.

8Jean-Paul était un jeune élève très studieux, curieux et assidu, ses livrets scolaires et ses carnets de correspondance sont un vrai bonheur. Ses parents devaient être très fiers de leur fils, mais ils ne lui ont certainement jamais dit ... par pudeur.

9Ils ont quitté le Maroc en avril 1957 pour s'installer à Perpignan. Ils habitaient un très modeste appartement rue Gilbert Brutus, dans lequel ils étaient arrivés, avec seulement quelques meubles et un peu de vaisselle, depuis Rabat où ils vivaient. J'ai retrouvé la facture du déménageur de l'époque ! Jean-Paul a repris sa scolarité au Lycée François Arago de Perpignan en classe de 4ème. Toujours brillant, il participait au journal du lycée, il faisait également partie de l'équipe de rugby à XIII. Il a obtenu son Bac en juin 1962. Puis il a poursuivi ses études à Paris à l'École Nationale des Langues Orientales dans laquelle il a appris l'arabe maghrébin et littéraire, l’histoire des civilisations musulmanes ; plus inattendu, il a appris le houaïlou et les civilisations d'Océanie ! Il est sorti diplômé des Langues’O. en 1966.

10Quelques petites anecdotes : Jean-Paul était mauvais joueur ... enfin par diplomatie, disons qu'il n'aimait pas perdre ! À 17 ans il rêvait de devenir journaliste, écrivain ou même poète ; c’est ce que son journal m’appris.

11Il était fan de Pierre Doris dont il connaissait beaucoup de sketchs par cœur. C'était un grand lecteur de polars, il aimait les westerns et le sport ... à la télé !

12 En 1966 il rencontre Jean-Claude Penrad, son ami le plus fidèle.

13C'est à lui que je laisse le soin d’évoquer la suite de son parcours. Il saura mieux que moi vous raconter ses années d'étudiant et son entrée dans la vie active puisqu'il a partagé ces moments avec lui et avec Régina avec laquelle Jean-Paul s'était marié en 1973 en Allemagne.

Les études

14Par Jean-Claude Penrad.

15Jean-Paul, notre amitié au long cours s’est achevée par ton départ.

16Il me reste la triste et douloureuse absence où rien n’est plus possible ; parler, questionner et répondre, plaisanter, rire, partager… Pourtant ma part de mémoire, celle que je garderai dans le temps qu’il me reste à parcourir, je peux en partager humblement des bribes avec celles et ceux qui t’ont connu et estimé, en amitié et aussi sur les chemins de la connaissance, ceux du dialogue avec le passé et ceux de la rencontre avec la diversité des mondes humains.

17C’est au sortir de l’adolescence que nous sommes devenus amis. Ton père venait de mourir, un lien fort te reliait à ta mère, à ton frère, à ta famille.

18À la Sorbonne, étudiants du certificat d’ethnologie, et à l’École des langues orientales nous formions, avec Michèle Py notamment, un petit groupe avide de découvrir le Monde. C’était en 1966. Bien que différents, par la courte histoire de nos jeunes vies, nos enthousiasmes portaient nos engagements et nos discussions comme au café « La Canourgue », aujourd’hui disparu, rue de Lille, où nos échanges, nos débats, se déployaient sans limites et sans mesure du temps, à l’échelle de la planète. Les langues dites orientales, dans leurs infinies modulations, nous réunissaient, nous introduisaient à des vies et à des savoirs différents mais aussi nourrissaient nos affrontements dans la bonne humeur malgré des convictions contradictoires déjà affirmées. Alpha Ibrahima Sow, Georges Charachidzé, Anne Saint-Girons, Alain Ambrosi, Jean-Charles Blanc et beaucoup d’autres étudiants et enseignants formaient ce petit équipage de « LangueZoo »… 1968 est intervenu et incidemment a chamboulé beaucoup de nos vies. Pour notre génération, il a été comme un rite de passage paradoxal puisque du passé on était tenté de « faire table rase » alors que le passé demeure le champ de manœuvre des historiens, mais aussi, pour une part, des anthropologues… Et puis, comme dans la queue de comète de notre jeunesse, en juillet 1969, je t’ai entraîné à Alger. Nous nous sommes embarqués à Marseille, sur le pont d’un navire, pour vivre l’expérience unique du Festival panafricain d’Alger, sept ans seulement après l’indépendance de l’Algérie. Finalement ce n’était qu’un modeste filet d’années qui en ces temps-là de la jeunesse apparaissait comme un fleuve. Il reste que ton humour, ton rire ironique et ton goût pour la vie ont enrichi nos amitiés.

19Dans les mois qui ont suivi, tes connaissances exceptionnelles de l’arabe, dans ses variations classique et dialectales, ont fait que tu as été choisi, en 1970, pour partir comme boursier à l’IFEAD, en Syrie. Là, ta vie, peu à peu, comme une évidence de destin, est devenue soluble dans l’Orient de la Syrie et du Liban, mais pas seulement. Dès février 1971, je me suis empressé de te visiter à Damas. André Raymond avait déjà deviné tes potentialités, mais surtout Regina Heinecke qui, par un accident de sa vie, était arrivée du Caire… et vos vies se sont mêlées. Dès lors, Regina n’a cessé, jusqu’à sa disparition, de débattre avec toi, sans concessions mais pour avancer, elle-même étant possédée par les langues « orientales » et les domaines qu’elles ouvraient à celles et ceux qui les investissaient.

20Depuis lors, ta carrière d’historien et ta vie sont partiellement inscrits dans ton œuvre publiée et dans les responsabilités, moins perceptibles et pourtant cruciales, qui ont été les tiennes à Damas, à Beyrouth et à Amman. Combien de personnes de toutes origines, dans ces lieux, ont apprécié et recherché ta compagnie ? Sans conformisme, restant toi-même et toujours fidèle en amitié, tu as traversé, avec Regina, des temps de découvertes et d’approfondissements, mais aussi, tu as vécu et ressenti les époques troublées de l’Orient tragique… pour finalement partir, alors que la Syrie est détruite et se détruit, sans pouvoir entrevoir ce que sera l’avenir des femmes et des hommes de ce pays que nous avons aimé comme le nôtre…

21Jean-Paul, ces quelques mots alignés comme une brève chronologie ne sont pas seulement une invocation illusoire, désespérée, de la mémoire, ils sont une astuce de la vie pour que tu demeures présent parmi nous, à travers nous, par le truchement de quelques moments tirés de l’assemblage de ton existence. May, Anne-Leila et Diane-Selma mêlent leur émotion à la mienne pour affirmer la force de l’amitié.

Les années libanaises et syriennes

22Par Anne-Marie Bianquis témoigne pour elle et pour son mari, Thierry Bianquis, décédé en 2014.

23Nous avons connu Jean-Paul dès son arrivée à Damas comme boursier alors que Thierry était pensionnaire à l'IFEAD. Jean-Paul venait souvent déjeuner à la maison où notre femme de ménage l'avait pris en amitié, lui faisait les plats qu'il aimait et plaisantait avec lui (il a très vite bien parlé la langue dialectale). Plus tard, lors de son retour à Damas, cette merveilleuse personne est allée travailler chez Jean-Paul et Regina. Regina lui a appris à lire avec un dévouement extraordinaire. Car Taqla venait du Golan et avait travaillé depuis son enfance. Ce sont des détails annexes, mais ils donnent une idée de la bonté du couple que formaient Jean-Paul et Regina. Nous avons aussi connu Regina dès son arrivée à Damas après son séjour au Caire. Que de longues soirées de discussion ! Jean-Paul puis Regina s'étaient attachés à nos enfants alors âgés de 5, 3 et 1 an, jouaient avec eux et les gardaient à l'occasion. Jusqu'à aujourd'hui nos enfants considèrent Jean-Paul comme faisant partie de la famille. Puis nous sommes partis au Caire pendant 4 ans. Nous sommes revenus à Damas en 1975, Thierry avait été nommé directeur de l'IFEAD et Jean-Paul a été son secrétaire scientifique pendant les six ans de notre séjour. Nous avons encore été très proches, même si les rapports étaient un peu différents à cause des charges qu'assumaient Thierry et Jean-Paul, alors que la guerre civile faisait rage au Liban. Tous les boursiers avaient été rassemblés à Damas, on manquait de place à l'Institut. Les allers et retours à Beyrouth (où les livres étaient encore imprimés les premières années) n'étaient pas dépourvus d'imprévus ni de danger.

24André Raymond, l'ancien directeur, avait chargé Jean-Paul de diriger l'équipe qui devait travailler sur le Vieux Damas. C'est Sarab Atassi qui est la plus à même de parler de cet aspect du travail de Jean-Paul et des nombreuses missions qu'il a faites à Damas dans les années 1990. J'ai, quant à moi, effectué plusieurs missions à Damas et j'ai eu l'occasion d'y rencontrer encore Jean-Paul. Puis nous avons rendu visite à Jean-Paul et Regina au moins deux ou trois fois à Pertuis. Il devait venir à une grande réunion que nous avions organisée à la campagne en juillet 2013 et c'est en lui téléphonant à cette occasion qu'il m'a raconté son accident et m'a expliqué dans quel état il se trouvait. Je suis allée le voir à Pertuis quelques mois après la mort de Thierry en mars 2015. Malgré son état de santé, nous avons encore parlé de projets ce jour-là. Il m'a encouragée à reprendre un projet d'atlas sur les villes de Syrie que la guerre nous avait fait abandonner et pour lequel il m'avait envoyé des cartes sur la Syrie au XVIe siècle, ainsi qu'un texte. Il faisait installer un monte-charge sur son escalier..., mais il ne cessait de sortir sur le balcon pour fumer ! Nous avions tout arrangé avec les Garcin pour qu'il puisse venir au Dolivet fin mai pour une journée de souvenir pour Thierry. Mais il est encore une fois tombé pendant la nuit, il souffrait terriblement et n'a pu venir.

°°°

25Par France Métral témoigne pour elle et pour son mari décédé en 2002.

26Nous avons connu Jean-Paul au début des années 1970, alors que nous étions en poste à Beyrouth, à l’École supérieure des Lettres (1969-1975) : Jean Métral était en charge de la section de sciences sociales, et François Billacois, de la section d’histoire ; Georges Tate était VSNA (en 1969-71). Jean-Paul, comme la plupart des jeunes boursiers d’arabe basés à l’IFEAD, passait nous voir et discuter à Achrafiyeh lorsqu’il venait à Beyrouth. Nous le retrouvions à notre tour à Damas à l’IFEAD lors de nos visites qui devinrent plus régulières à partir de 1971, quand, à la demande d’André Raymond, nous engageâmes, avec une équipe de Syriens, l’étude des verriers de Damas.

27Nous avions apprécié Jean-Paul, sa passion pour la langue arabe et le parler damascène qu’il connaissait parfaitement, sa connaissance de l’histoire locale. Il se faisait, à l’occasion, notre guide dans les souks de Damas. En 1973 (ou est-ce déjà à l’automne 1972 ?) la section d’histoire de l’ESL veut mettre l’accent sur l’histoire contemporaine du Moyen-Orient arabe et cherche un jeune historien arabisant spécialiste de la question. Georges Tate est à l’IFAPO de Beyrouth et limite son enseignement au médiéval, il libère des heures et les propose à Jean-Paul. Les deux ans de bourse d’arabe de Jean-Paul à l’IFEAD ont pris fin, il s’est marié avec Regina, une jeune allemande qu’il a rencontrée à l’IFEAD. Après un séjour en Allemagne, Regina vient d’obtenir un an de recherche à l’Institut oriental allemand de Beyrouth. Le couple s’installe alors à Beyrouth, à Achrafiyé. Voisins, collègues et amis, nous aurons souvent l’occasion d’apprécier les talents de cuisinier de Jean Paul qui, en bon catalan, nous initie à la paella.

28Il fait ses débuts d’enseignant à l’ESL, en recruté local, pendant un an. C’est un enseignement délicat face à un public libanais ombrageux, particulièrement susceptible sur tout ce qui touche la période coloniale. Michel Seurat, un autre ancien boursier d’arabe de Damas, le remplace à l’automne 1974 quand André Raymond propose à Jean-Paul le poste de secrétaire scientifique à l’IFEAD (Michel Seurat, dans un entretien de 1974, dépeint fort bien la situation ambiguë et délicate qui est la sienne et a été avant lui celle de Jean-Paul dans ces années d’après 1968 : jeune français, arabisant, enseignant leur propre histoire à des étudiants arabes, nationalistes, gauchisants imprégnés des courants d’idées anti impérialistes).

°°°

29Par Jihane, Aurélie et Fabrice Tate.

30Une longue histoire nous réunit, bien plus longue que la durée de nos séjours respectifs à Damas et à Beyrouth. Régina et toi avez toujours été là, dans nos cœurs et nos esprits, alors que nous ne résidions pas forcément dans les mêmes villes, ni toujours, dans les mêmes laps de temps.

31Ensemble, nous avons vu des mondes basculer dans l’horreur de la guerre et aussi renaître de leurs cendres, après dix-neuf ans de guerre civile au Liban. Actuellement, c’est le destin tragique que connaissent la Syrie et ses habitants qui nous déchire. Des pays que nous aimons et que nous avons partagés profondément.

32Mais je veux surtout me souvenir des moments heureux, des instants d’insouciance que nous avons aussi connus : les vergers en fleurs de la Ghouta, les repas pleins de gaîté aux bords du Barada ou encore chez « Pépé Abed » à Byblos ou à Tyr, le périple en Iran que nous avons effectué ensemble, tous ces moments de bonheur qui demeurent à jamais et dont le plaisir de t’avoir régulièrement sur le Net ou au bout du fil faisait partie. Cher Jean-Paul, tu nous manques.

°°°

33Par Sarab Atassi

34وداعاً يا صديقي

35ابن باشكوال ...

36التقيت جان بول باسكوال لأول مرة في عام 1975 في السنة التي عين فيها كمعاون علمي للمدير في المعهد الفرنسي، وكان أ ستاذ نا الجليل أندريه ريمون قد استحدث هذا المنصب الجديد قبل انتهاء مهمته في دمشق ، ايمانا منه بحاجة المعهد الى توسيع وترسيخ نشاطاته وعلاقاته مع المؤسسات السورية العلمية؛ وقد اختارأستاذنا ريمون جان بول باسكوال لهذه المهمة الدقيقة، وقد خبر كفاءة الباحث وجديته،... والأهم أنه لامس عنده علاقة صادقة مع البلد واندماجه في الحياة الثقافية والحياة العامة اضافة الى حماس في تعلم اللغة العربية الشامية التي اتقنها بالتواصل مع أهلها وناسها....

37خلال كل هذه السنوات التي عرفته فيها أتقن جان بول باسكوال فن بناء جسور التعاون والتبادل العلميين على أساس من الاحترام والثقة ، هذه الخصال كانت دعامة الصداقة التي تنامت بيني وبينه عبر السنين ....

38أنا لا أذكر تماما متى تعمقت صداقتنا فقد نسجتها وعتقتها الأيام ولا شك أن المعهد رعاها في اطاره العلمي الأكاديمي ، ولكن لمدينة دمشق الفضل الحقيقي في توطيد عرى هذه الصداقة ذلك أن هذه المدينة كانت موضوع اهتمامنا المشترك ، كما أن موضوع حمايتها كان الدافع لعملنا على تأسيس مكتب دمشق القديمة في المعهد عام 1979 ....

39في كل زيارة للشام كان يتوقف للحديث مطولا مع بائع الصحف موفق وكان يذهب دائماً ا الى زيارة خياط القمصان احمد المارديني وينتهي بنا المطاف في مطعم الشاميات و طلب صحن الحمص البيروتي...... كانت الشام، وطنه الثاني....

40جان بول ، كانت السنوات الأخيرة سنوات مرض ووحدة ... وقد تابعت بألم الجرح السوري العميق ...

41Ya sadîqi … J’espère que tu reposes en paix …

42Sitt al Sham … comme tu aimais m’appeler avec ton sourire taquin et affectueux.

Jean-Paul Pascual et la Remmm

43Par Pierre-Robert Baduel.

44J’ai appris à connaître et apprécier Jean-Paul Pascual à la faveur de la préparation du numéro d’hommage que la Revue des Mondes musulmans et de la Méditerranée (Remmm) consacra à André Raymond en 1990. Cet hommage s’adressait à un homme qui avait été à la fois un maître reconnu de l’histoire du monde arabe, un grand directeur de centres de recherche et encore un grand entrepreneur de recherche, à qui est due notamment la création en 1986 à Aix-en-Provence de l’Institut de recherches et d’études du Monde arabe et musulman. Né au forceps, cet institut a réuni des laboratoires mixtes (CNRS/Universités d’Aix-Marseille) organisés jusqu’alors par groupes disciplinaires de SHS distincts (histoire, archéologie et langues ; préhistoire et anthropologie ; droit, sciences politiques, sociologie, économie…) et travaillant séparément sur l’aire musulmane sud-méditerranéenne. Les chercheurs de ces différentes disciplines se côtoyaient localement (notamment dans le cadre du GIS - Groupement d’intérêt scientifique – Méditerranée) mais peu nombreux furent longtemps ceux qui, transgressant les frontières des groupes, collaboraient ordinairement. Peut-être parce que s’étant originellement cooptés les uns les autres à l’aune de leur ancienne expérience personnelle de ce qu’on nommait encore couramment l’Afrique du Nord, les membres du Comité scientifique de la Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée (ROMM) qui, par la même voie, s’enrichit progressivement des nouveaux venus à l’université aixoise, constituait en marge du GIS Méditerranée une sorte de club para-universitaire (association Loi 1901), qui réunissait essentiellement des préhistoriens, des anthropologues et surtout des historiens qui en assurèrent durablement la direction, au nombre desquels figura A. Raymond lui-même de 1979 à 1983. A la sollicitation de celui-ci, je lui succédais en 1984 à la direction de la ROMM dont, au terme d’une série de réformes de fond, en 1988 la renomination en Revue du monde musulman et de la Méditerranée officialisa une sorte de nouveau départ. A. Raymond ayant quitté la direction de l’IREMAM et pris sa retraite en 1989, je proposais au Comité scientifique que la REMMM – qui en 1982 avait dédié une livraison discrète à Charles-André Julien (ROMM n°33) et en 1986 rendu un hommage solennel à Jean Dresch – célébra à son tour A. Raymond.

45Compte tenu de sa double qualité d’historien et d’ancien membre de l’Institut français des Etudes arabes de Damas (IFEAD) qu’A. Raymond avait lui-même dirigé (1966-1975), il apparut à D. Panzac (directeur-adjoint de la REMMM) et moi-même que la personnalité de Jean-Paul Pascual était toute désignée pour organiser et mener à bien ce numéro d’hommage de la revue. Jusqu’alors, j’avais croisé Jean-Paul dans les réunions collectives du nouvel IREMAM qu’il avait intégré en 1987, il était un collègue toujours courtois mais plutôt discret. Sa propre étroite relation avec A. Raymond commanda l’acceptation spontanée de la proposition. L’étroite collaboration que nécessita la mise en œuvre du projet d’hommage nous permit de vaincre nos armures réciproques et pour ma part de découvrir un érudit solide et modeste, d’un abord à la fois avenant et réservé et d’un commerce empreint d’équanimité. Le nom d’A. Raymond lui permit certes de fédérer sans difficultés pour l’hommage de grandes signatures nationales et internationales de sa génération (Albert Hourani, Eugen Wirth, …) et des générations suivantes, mais la personnalité de Jean-Paul, sa science et son itinéraire (notamment pendant douze ans sa responsabilité de Secrétaire scientifique de l’IFEAD et à ce titre fort d’une expérience de l’édition savante avec les collections de l’Institut et le Bulletin d’Etudes Orientales) leur donnèrent confiance et lui permirent un dialogue efficace pour la mise au point éditoriale des articles de ces personnalités très exigeantes. A. Raymond fut particulièrement touché par la qualité de cet hommage (REMMM n° 55-56, 228 p.) dont le mérite de la réalisation revenait entièrement à Jean-Paul. Je pris ainsi dans ces circonstances la pleine mesure de la reconnaissance dont il jouissait lui-même dans le milieu des historiens du monde arabe. A la suite de cette entreprise, il continua à apporter à la revue un concours fin, constructif, précis à l’évaluation des articles concernant son champ de recherche et personnellement nous nouâmes de durables rapports amicaux. Je fus reçu plusieurs fois chez lui en compagnie de son épouse Regina avec qui, au-delà de l’affection qui les liait, il entretenait un constant dialogue scientifique. Nommé à Tours en 1998, j’eus le plaisir de l’y accueillir pour un séminaire doctoral et, en compagnie de son épouse, de lui faire découvrir les richesses patrimoniales de la Touraine, en particulier l’abbatiale de Candes-Saint-Martin et l’abbaye de Fontevraud.

46Sa vie ne fut pas sans inquiétudes ni blessures personnelles, mais chez cet homme attachant il y eut toujours – et jusqu’à la fin aux témoignages que j’ai reçus d’amis qui l’accompagnèrent fidèlement – une stoïque pudeur.

De Damas à Aix

47Par Olivier Dubois.

48Pour moi, Jean-Paul, ça a d’abord été ce défilé d’historiens, d’intellectuels, d’artistes syriens que, de la place d’observateur privilégié qu’offrait le bureau de bibliothécaire de l’IFEAD, je voyais défiler chaque fois que « duktūr Jean-Paul » revenait à Damas. Après cela, ce furent nos discussions qui m’amenaient à percevoir la profondeur de sa connaissance des réalités syriennes, dans toutes leurs dimensions et dans toutes leurs relations. Il était en quelque sorte l’antithèse de l’approche « profil bas » qui avait prévalu à l’Institut à d’autres moments, du fait de tensions politiques exacerbées dans le pays. Il personnifiait cette nécessaire ouverture du chercheur à son environnement humain pour que sa connaissance des sources et de la documentation – toujours extrêmement pointue dans le cas de Jean-Paul – dépasse la dimension livresque. Mais également, à titre personnel et professionnel, il m’était un exemple de ce que le travail d’un centre de recherche à l’étranger se doit de mettre en place : cet échange, sans préjugés ni concessions, avec le milieu intellectuel et de recherche du pays (et de la région plus généralement) qui permet que se crée un travail commun dans lequel chacun apporte à l’autre ce qu’il a de spécifique. C’est bien dans cet enrichissement mutuel, que Jean-Paul m’a toujours semblé représenter, que s’est trouvée pour moi la confirmation de l’intérêt du travail que nous faisions à l’IFEAD.

49Presque trente ans plus tard, lors de notre dernier repas au restaurant, à Pertuis, sur le fauteuil roulant auquel il était désormais condamné, il me racontait d’une façon passionnante de précision et de finesse d’analyse, l’hôpital de Pertuis, son équipe, son fonctionnement, ses personnalités, mais aussi ses patients, dont il connaissait l’histoire, le nom, avec lesquels il discutait dans la cour. Ainsi Jean-Paul ne s’est jamais départi de cet amour de l’observation des gens et des faits, qu’il savait teinter d’ironie mais aussi d’estime profonde. Il n’a jamais cessé d’être à leur écoute pour chercher à comprendre les fonctionnements profonds de la société qui l’entourait.

50Après le décès de Jean-Paul, ses nièces et neveux ont décidé de réaliser un de ses derniers vœux en donnant à la médiathèque de la MMSH sa bibliothèque, ainsi que celle de sa femme décédée dix ans auparavant, Regina Pascual-Heinecke. Leur maison de Pertuis, sur deux niveaux, était emplie d’ouvrages et d’archives qui ont rejoint nos murs pour tout ce qui concernait le Moyen-Orient (en dehors de cela, les ouvrages ont été proposés à la bibliothèque municipale d’Aix, la bibliothèque Méjanes). A l’heure de rédaction de cette note, les livres en lettres latines ont été traités ; ceux en arabe ont été triés (mais pas encore traités). On peut trouver une liste provisoire des ouvrages traités et triés sur le site de la médiathèque (http://www.mmsh.univ-aix.fr/mediatheque). Les dizaines de cartons d’archives concernant les recherches de Jean-Paul sur le Bilād al-Shām et celles de Regina, sur les débuts de la littérature moderne dans l’Empire ottoman, feront pour leur part l’objet d’un traitement sur le long terme.

°°°

51Par Nacereddine Saidouni.

52La disparition de Jean-Paul Pascual est une grande perte pour les études ottomanes sur le Bilâd al-Shâm, alors que la Syrie connaît des événements tragiques aux conséquences négatives incommensurables pour la recherche consacrée à cette partie du monde arabe.

53J’ai rencontré personnellement Jean-Paul Pascual, pour la première fois, il y a maintenant près de quarante ans, précisément au Congrès d’histoire du Bilâd al-Shâm qui s’est tenu à Damas en 1978. Il me fit une grande impression grâce au thème, innovant pour l’époque, de sa communication, intitulée « Environnement et alimentation au Hauran au milieu du 19ème siècle ». Il travaillait alors à l’Institut français d’études arabes de Damas et sa longue présence en Orient (1975-1987) lui avait donné l’occasion de connaître de près la société locale et de perfectionner son arabe, tant dialectal damascène que classique.

54Notre relation scientifique s’est ensuite consolidée à l’occasion de mes déplacements réguliers à Aix-en-Provence et à la faveur de son intérêt pour mes recherches sur le waqf, notre passion commune pour l’histoire sociale et économique à l’époque ottomane et notre intérêt partagé pour les documents ottomans de mahkama relatifs à l’héritage, aux legs et au waqf.

55Parmi les souvenirs des rencontres scientifiques où nous étions tous les deux présents, je me remémore particulièrement la table ronde d'Istanbul, organisée les 13 et 14 novembre 1992 par Faruk Bilici sur le thème du waqf dans le monde musulman contemporain (xix-xxe siècles) : fonctions sociales, économiques et politiques (travaux publiés dans Varia Turcica XXVI, Institut français des études anatoliennes, Istanbul, 1994). Cette rencontre fut une occasion singulière qui a permis d’approfondir notre relation scientifique et nos rapports humains.

56Au-delà de sujets spécifiques tels que le waqf et la question de la documentation de l’histoire ottomane, nos discussions s’élargissaient souvent à des sujets aussi divers que l’état et l’évolution de la recherche dans les pays arabes, ses souvenirs du Bilâd al-Shâm, les projets de recherche en cours en France et ailleurs et ses souvenirs de l’Algérie qu’il visita, jeune étudiant, lors d’un rassemblement de jeunesse.

57Un autre souvenir de mes rencontres avec Jean-Paul Pascual me ramène en France. Je me rappelle en particulier la fois où il a insisté pour que je l’accompagne à sa maison située à l’extérieur d’Aix-en-Provence. Son épouse nous y attendait et nous visitâmes un petit village du Lubéron, dans le Vaucluse, un jour de marché hebdomadaire. Après la promenade, nous prîmes place dans un charmant café pour déjeuner et discuter de sujets divers. Cet événement me rappelle aussi le souvenir de son épouse Regina, orientaliste allemande, qui ne manquait pas de participer à nos discussions sur la recherche et ses perspectives et évoquait avec passion sa vie en Orient et son voyage en Iran à la recherche de documents pour sa thèse.

58La courte excursion dans le Lubéron est un moment particulier pour moi car ce fut mon dernier souvenir Jean-Paul Pascual joyeux. Dans nos rencontres suivantes, il était visiblement touché par la maladie de son épouse, puis son décès, et il est probable qu’il a surmonté ces difficultés par la recherche assidue. Mais sa maladie a vite freiné son élan. Malgré cela, le contact n’était pas rompu comme en témoigne une correspondance qu’il m’a fait parvenir pendant son séjour à Amman (2007-2009) et dans laquelle il m’a fait part de ses activités de recherche. Il continuait inlassablement l’œuvre de sa vie : la connaissance approfondie de la société damascène à l’époque ottomane à travers ses groupes sociaux dans leur diversité professionnelle, de stature familiale et sociale, de richesse ou de pauvreté, de rapports aux pouvoirs. Il ne négligeait pas également les aspects de la vie quotidienne à première vue anodins et souvent oubliés par l’histoire traditionnelle. Il suffit pour s’en convaincre de se référer à ces nombreux travaux qualitatifs.

59Globalement, je garde de Jean-Paul Pascual le souvenir d’un savant d’une grande modestie et d’un chercheur infatigable, passionné par les documents de l’histoire économique, sociale et culturelle de Bilâd al-Shâm à l’époque ottomane, particulièrement Damas. Il y a consacré sa vie interrompue un 19 octobre 2015. Ce fut pour moi la perte d’un ami et collègue et pour la communauté des études ottomanes, à travers le monde, la perte d’un grand savant. Il restera un exemple pour les futures générations de chercheurs dans ce domaine.

°°°

60Par Didier Guignard.

61J’ai connu Jean-Paul en 2005. Je venais d’obtenir un détachement de deux ans à l’IREMAM pour finir ma thèse et, bien que nos terrains de recherche aient été éloignés (la Syrie ottomane pour lui, l’Algérie coloniale pour moi), il m’a fait profiter de son expérience, toujours disponible pour m’écouter et distillant ses précieux conseils sans jamais avoir l’air d’en donner.

62C’est surtout sa simplicité dans les rapports humains qui m’a plu d’emblée. Il n’instituait aucune hiérarchie entre le jeune doctorant (que j’étais) et le chercheur confirmé (qu’il était), même si son savoir et son vécu en imposaient naturellement. On se sentait immédiatement à l’aise pour discuter de tout et pas seulement d’histoire. Sa conversation était sans détour, riche d’anecdotes ou de confidences, l’ironie lui servant de ponctuation car Jean-Paul aimait aussi beaucoup rire (en petit comité de préférence).

63La dernière fois que je l’ai vu, à l’hôpital d’Aix, bien que cloué sur son fauteuil, il se sentait plutôt en forme. On a alors profité du soleil pour aller discuter en terrasse. Son humour était intact, complice et intelligent à la fois. Je ne l’ai jamais vu céder aux éclats de rire – qu’il laissait plus volontiers aux autres (comme un cadeau) – mais un petit rictus apparaissait souvent sous la moustache, lui faisait plisser les yeux et lui éclairant aussitôt le visage. Il semblait alors heureux.

64J’occupe aujourd’hui son bureau à l’IREMAM. J’ai changé la disposition des meubles et l’ai rempli de mes livres mais, dans mon esprit comme dans celui de beaucoup d’autres (j’imagine), il l’habite encore. Avec sa porte entr’ouverte, le halo de fumée qui montait au plafond (du temps où c’était possible, et même un peu après…), de beaux objets témoignant de multiples rencontres. Et enfin ce petit sourire en coin dès qu’on passait la tête, comme une invitation à entrer.

°°°

65Par Olivier Raveux.

66Le départ de Jean-Paul Pascual laisse un grand vide. Ce chercheur a non seulement emporté avec lui sa science, ses compétences linguistiques et ses immenses connaissances archivistiques, mais aussi, pour évoquer l’homme derrière l’historien, sa générosité désintéressée, son regard singulier sur la corporation des historiens et sur le monde. Nous allons tous rapidement mesurer l’importance de cette perte.

67Passeur de savoirs et acteur de partages dans des dossiers scientifiques variés, il était ciment de projets, pont intergénérationnel et lien entre les deux rives de la Méditerranée. Il faisait notamment vivre la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme par des actions destinées à rapprocher les différents laboratoires qui la composent. C’est à ce propos que j’avais fait sa connaissance, à l’occasion de la réalisation d’une journée d’études organisée par l’IREMAM et l’UMR TELEMME sur la thématique des textiles en Méditerranée au cours de l’époque moderne, puis lors de la rédaction d’un article à quatre mains sur les « bains et étuves à la turque » de Livourne au début du xviiie siècle. Ces travaux en commun m’avaient permis de découvrir l’homme et d’échanger régulièrement avec lui. Il était devenu en quelque sorte ma personne ressource, mon tuteur en histoire des mondes persan et ottoman.

68Je vais regretter avant tout nos discussions, son sens bien aiguisé de la critique des sociétés présentes et son regard malicieux au moment de signaler incohérences, paradoxes et mauvaises solutions. Il nous reste ses écrits, signalant ici et là nombre des pistes de recherche qu’il reste à emprunter pour faire vivre son héritage.

°°°

69Par Colette Establet.

70Notre collaboration devait se poursuivre fin novembre par une communication à l’École normale supérieure sur « Pauvreté et richesse à Damas. » J’y suis allée sans toi. Mais j’ai pu évoquer là-bas le rôle que tu as joué dans mon existence : de Damas, tu avais rapporté en microfilms ces documents d’une exceptionnelle richesse que sont les inventaires après décès. Tu m’as aidée à les lire, tu m’as fait profiter de toute ta culture historique. Les quatre ouvrages, les nombreux articles que nous avons rédigés ont, je pense, élargi la connaissance de la vie sociale, économique, et autorisé l’approche de la culture matérielle d’une ville ottomane, Damas, au xviiie siècle.

71Je sais la tristesse de ces derniers mois pour toi, Jean-Paul, parfait arabisant qui avait noué tant d’amitiés en Syrie. Chaque bulletin d’information à la radio ou à la télévision devait être pour toi un supplice personnel. J’espère que les recherches que nous avons conduites ensemble durant vingt-cinq ans t’ont apporté quelques réconforts dans ces jours sombres.

72°°°

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Hommages à Jean-Paul Pascual (1944-2015) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 140 | décembre 2016, mis en ligne le 21 avril 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9744

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page