Navigation – Plan du site

Cohen Anouck Fabriquer le livre au Maroc, IISMM, Karthala, 2016

François Larbre
p. vol. 145

Texte intégral

  • 1 Le Drame linguistique marocain / Fouad Laroui, Zellige, 2011.

1Le titre Fabriquer le livre au Maroc laisse penser qu’il s’agit d’un ouvrage technique destiné aux acteurs de la chaîne du livre, éditeurs, imprimeurs, relieurs… En réalité cet ouvrage traite de la place du livre dans la société marocaine, livre appréhendé sous toutes les approches possibles : produit manufacturé avec un lien fort au sacré, objet de commerce et marchandise, vecteur d’enseignement et bien culturel, outil de diffusion des idées et symbole identitaire, marqueur de classement social, le tout étudié dans deux circuits de production distincts, le livre en arabe et le livre en français, laissant entrevoir, sans toutefois la traiter, la difficile question du « Drame linguistique marocain1 ».

2Croisant des approches sociologiques, économiques, anthropologiques, ethnographiques et techniques, Fabriquer le livre au Maroc offre un bon aperçu des spécificités du marché du livre et de ses usages au Royaume chérifien. Les passages les plus intéressants sont ceux où Anouck Cohen rapporte les entretiens avec des professionnels et des usagers ainsi que ses observations de rue. Apparaît ainsi un univers du livre marocain qui gravite entre le souk et les métiers du livre, le piratage et le droit d’auteur, le Coran et le roman populaire…

3Le travail d’enquête a été bien mené, les observations et les analyses sont fines, la méthodologie irréprochable. Tout au plus pourrait-on reprocher à l’auteur d’avoir accordé beaucoup de temps et d’importance à un éditeur marginal plus connu pour ses diatribes à l’égard de ses confrères et du Makhzen que pour ses coups éditoriaux, ou d’avoir négligé l’approche économique de son sujet : les tirages, les coûts de production, les salaires pratiqués, auraient certainement été plus éclairants sur la réalité du marché du livre que l’examen détaillé des motivations des processus de subvention dont on se doute bien qu’elles ne peuvent aller contre l’image que les bailleurs de fonds veulent donner d’eux-mêmes.

4La principale réserve que l’on peut exprimer sur Fabriquer le livre au Maroc tient au fond à sa date de parution. Les stages, les enquêtes, sont antérieurs à l’année 2008, les observations les plus récentes sont de 2011 : cette étude, au demeurant pertinente, nous donne un état du livre marocain d’il y a dix ans.

5Ainsi beaucoup d’éléments de contexte manquent de pertinence aujourd’hui et peuvent contribuer à fausser l’analyse si le lecteur oublie que celle-ci n’est pas toute récente. Le nombre d’ouvrages édités donné ici date de 2001, il a plus que doublé depuis, et les éditeurs marocains en langue arabe vendent de plus en plus au Machreq des livres qui, dans leurs qualités formelles, ne présentent plus un grand écart avec ceux publiés par l’édition européenne. Pour atteindre ce niveau de qualité certains éditeurs n’hésitent plus à faire imprimer en Italie ou en Turquie…

6L’édition marocaine s’est remarquablement professionnalisée ces dernières années. La licence professionnelle « Métiers du livre » créée depuis 2007 à l’université Aïn Chok de Casablanca a déjà mis sur le marché du travail plus d’une centaine de lauréats qui, tous, ont facilement trouvé un emploi en librairies, bibliothèques, maisons d’édition.

7Une nouvelle génération d’éditeurs (25-40 ans) apparaît, certains sont des « héritiers » mais des héritiers formés qui, souvent, ont étudié et effectué des stages à l’étranger. D’autres, intellectuels, journalistes, se lancent dans le métier avec des projets éditoriaux bien définis et un égal souci de formation.

8La distribution aussi est en train de changer : de nouvelles librairies qui n’ont rien à envier aux belles enseignes parisiennes sont apparues à Casablanca et à Rabat ; un programme soutenu par le Ministère de la Culture s’emploie à susciter des créations de librairies dans des villes moyennes en impliquant ensemble les communes, les éditeurs et les commerçants. Il existe même une librairie qui vend sur internet tout en ayant pignon sur rue à Casablanca.

9La diffusion qui n’est guère évoquée dans Fabriquer le livre, il est vrai qu’elle n’existait guère il y a dix ans, a été intégrée comme une activité à part entière par des importateurs-éditeurs-distributeurs qui entretiennent des équipes de commerciaux.

10Pour les années 2000 Anouck Cohen a certainement sous-estimé l’importance des foires et salons du livre dans le processus de distribution marocain. Si elle a bien décrit les motivations des éditeurs à participer aux grands salons du livre des capitales arabes, elle semble ne s’être pas intéressée à toutes les foires et salons du livre qui fleurissent dans les villes du Maroc parallèlement à des rencontres, colloques ou festivals qui mettent en avant les livres et leurs auteurs : Salon du livre de Tanger, Salon du livre jeunesse de Meknès par exemple... De même la multiplication des prix littéraires ou la Rentrée littéraire des éditeurs contribuent à une meilleure visibilité du livre.

11Globalement le monde du livre marocain a considérablement évolué ces dernières années et le soutien que le Ministre de la Culture de 2011 à 2017, Mohammed Sbihi, a apporté sans faille à tous les acteurs de la chaîne du livre n’a pas peu contribué à cette évolution.

12Au fond la seule vraie réserve que l’on peut formuler à l’égard du travail réalisé par Anouck Cohen c’est qu’il lui manque un sous-titre à portée temporelle : Fabriquer le livre au Maroc, « avant les printemps arabes ».

Haut de page

Notes

1 Le Drame linguistique marocain / Fouad Laroui, Zellige, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Larbre, « Cohen Anouck Fabriquer le livre au Maroc, IISMM, Karthala, 2016 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 27 juillet 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/9765

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page