Navigation – Plan du site

Jabbour, Jana J. La Turquie. L’invention d’une diplomatie émergente. Paris : CNRS Editions, 2017

Jean-Baptiste Le Moulec
p. vol. 145

Texte intégral

1L’ouvrage de Jana Jabbour, tiré de sa thèse de doctorat, est introduit en des termes à la fois clairs et conventionnels. Se positionnant contre la définition initiale du concept d’« émergence » qui lui confère un sens économique et le réduit à une dimension quantitative, l’auteure s’inscrit dans une approche qualitative, behavioriste, des relations internationales, qui cherche à interpréter la position d’une puissance moyenne sur la scène internationale. Visiblement séduite par la notion au-delà de toute critique, elle nous amène - dès l’introduction - à voir en la Turquie de l’AKP l’archétype d’une « puissance moyenne émergente », par opposition aux puissances moyennes « traditionnelles » que seraient ? la France et le Canada.

  • 1 Badie, Bertrand a été le Directeur de thèse de Jana Jabbour. Il est notamment l’auteur de : Le Temp (...)

2Pour Jana Jabbour, dont les propos s’inspirent ouvertement des écrits de Bertrand Badie1, la diplomatie turque à l’ère de l’AKP se caractérise fondamentalement par un désir d’autonomie et une quête de statut sur la scène internationale. Ses objectifs sont dès lors servis par ce que l’auteure appelle - en usant d’un lexique mercantile plutôt séduisant - une « stratégie de niche » qui fait preuve de « créativité » en matière diplomatique. À partir d’une démarche assez descriptive, l’auteure prend pour étude de cas de la « diplomatie émergente » le Moyen-Orient – ce qui rend le titre de l’ouvrage trompeur ou, en tous cas, en décalage avec l’objet effectivement traité.

3L’ouvrage repose sur un plan analytique en trois parties. La première présente les ressorts programmatiques, les acteurs et les antécédents de la politique étrangère turque au Moyen-Orient. Revenant sur l’impact des conceptions du Premier ministre, puis Président de la République Recep Tayyip Erdoğan et de conseiller puis ministre des Affaires étrangères et enfin Premier ministre, Ahmet Davutoğlu sur l’appareil d’Etat, ainsi que sur la symbolique de leur accession au pouvoir, Jana Jabbour élargit l’analyse aux facteurs socioéconomiques et politiques qui ont favorisé la conduite d’une politique « révolutionnaire », tant en politique intérieure qu’en politique étrangère. Le parti AKP amène à la mise au pas du pouvoir militaire et à la cooptation d’une bourgeoisie conservatrice anatolienne dont l’ascension a été favorisée par les politiques économiques libérales de Turgut Özal, Premier ministre des années 1980. L’analyse se déplace ensuite vers les acteurs non-étatiques de la politique étrangère turque, des universitaires et experts aux minorités ethniques en passant par les acteurs religieux et humanitaires. On comprend alors que l’originalité du dispositif diplomatique turc à l’ère de l’AKP repose sur cette mosaïque d’acteurs que Jana Jabbour présente sans toutefois expliquer comment ils interagissent pour faire « système ». Dans le dernier chapitre de cette partie aussi informative qu’analytique, l’auteure se penche sur l’arrière-plan historique des relations turco-arabes, démontrant que l’AKP a joué apaisement de ces relations - avec la Syrie notamment – plus qu’elle ne les a réinventées.

4Dans la seconde partie, l’exposé qui ambitionne de porter sur les outils de la politique étrangère de l’AKP procède par aller-retours entre l’analyse de l’habillage rhétorique de la diplomatie et des illustrations empiriques. On retrouve ici les concepts et slogans chers à la diplomatie « davoutolienne », tels que « diplomatie rythmique » ou « split diplomatie ». Rappelant que cette politique repose sur l’usage flou de la dimension « civilisationnelle », l’auteur s’arrête ensuite sur les initiatives de médiation turques, le caractère multilatéral de sa diplomatie et, bien sûr, ce que beaucoup d’observateurs ont qualifié de soft-power, en soulignant – mais trop discrètement - les paradoxes les plus criants de la « boîte à outil » de la diplomatie turque.

5Dans la dernière partie, assez courte, Jana Jabbour énonce enfin les limites de cette « émergence » turque sur la scène internationale, s’attardant sur la période de la crise syrienne et tirant des conclusions sur le potentiel de la Turquie à devenir une puissance… « régionale ». Dans un premier temps, elle démontre que la diplomatie turque a su impulser le changement plus que réagir à un tumulte extérieur, sans toutefois empêcher que celui-ci ne l’affecte directement. Dans le second temps et en guise de conclusion, elle soutient que les espoirs que la Turquie a pu susciter parmi les sociétés du Moyen-Orient quant à sa capacité à apparaître comme une puissance « émergente », ont été largement déçus, car elle ne dispose pas des moyens politiques ni de l’influence suffisante pour initier le changement dans la région. La Turquie est, en outre, affaiblie par des tensions internes qui limitent de facto son potentiel à apparaître comme « modèle » dans la région.En dépit d’une approche constructiviste qui amène l’auteure à mettre en parallèle initiatives diplomatiques et politique intérieure, à pointer leur convergence comme le fait elle-même l’AKP, celle-ci accorde aux acteurs individuels et institutionnels de la politique étrangère un crédit performatif excessif. La diplomatie turque du gouvernement AKP est ainsi réduite à ce qu’en disent ses acteurs – principaux comme intermédiaires – et à ce qu’ils disent qu’ils en font. Dès lors, aussi séduisante que soit la notion de « diplomatie émergente », on a l’impression que l’argument de l’émergence ne tient qu’au discours de ses promoteurs, ainsi qu’à une convergence de contextes politiques national et régional favorable à leurs ambitions. Dès lors comment parler de l’après 2011/2013 ? Emergence contrariée ou submersion importune ?

6Au-delà, on regrettera un certain manque de distance avec les propos et l’identité des acteurs impliqués (que Jana Jabbour a parfois interrogés), qui conduisent l’auteure à louer la politique étrangère turque, plus qu’à l’analyser.

  • 2 Schmid, Dorothée (dir.). La Turquie au Moyen-Orient : Le retour d’une puissance régionale ? Paris: (...)

7Nous conclurons toutefois, en soulignant que la clarté et la concision du propos sur la politique étrangère turque à l’ère de l’AKP font de cet ouvrage une synthèse utile à un public d’étudiants ou des lecteurs désireux d’en apprendre davantage sur la lecture du Moyen-Orient adoptée par les décideurs turcs depuis une quinzaine d’années. On appréciera en outre, le fait que ce travail ouvre quelques pistes pour analyser la « phase descendante » d’une diplomatie en prise, depuis 2011 et 2013, avec une crise (syrienne) régionale polymorphe et une situation politique intérieure des plus tendues. On peut également se réjouir que ce livre, qui est le plus récent mais non pas le premier à traiter du sujet2, est assez complémentaire des précédents parce qu’il envisage l’étude de la politique étrangère de la Turquie sous un angle théorique original. On se félicite enfin que l’auteur donne un aperçu de la réception de cette politique parmi les « publics » arabes.

Haut de page

Notes

1 Badie, Bertrand a été le Directeur de thèse de Jana Jabbour. Il est notamment l’auteur de : Le Temps des Humiliés : Pathologie des relations internationales, Paris. Odile Jacob, 2014.

2 Schmid, Dorothée (dir.). La Turquie au Moyen-Orient : Le retour d’une puissance régionale ? Paris: CNRS Editions, 2011 ; Oran, Baskın (édit.). Türk Dış Politikası: Kurtuluş Savaşindan Bugüne (La politique étrangère turque: de la Guerre d’indépendance à nos jours). Vol. 3: 2001‑12. Istanbul: İletişim, 2013 ; Oran, Baskın (édit.). Türk Dış Politikası: Kurtuluş Savaşindan Bugüne (La politique étrangère turque: de la Guerre d’indépendance à nos jours). Vol. 3: 2001‑12. Istanbul: İletişim, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Le Moulec, « Jabbour, Jana J. La Turquie. L’invention d’une diplomatie émergente. Paris : CNRS Editions, 2017 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 27 juillet 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9768

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Le Moulec

Docteur en science politique associé à l’IREMAM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page