Skip to navigation – Site map
Première partie

La « Grande-Syrie », diachronie d’une construction géographique (1912-1923)

Julie (d') Andurain
p. Vol 141, 33-51

Abstracts

Abstract: As Edward Said once showed, the East was at least partially created by the West, both on a semantic level and on a geographical level. The prolegomena of the war in Syria do not wait for the great Arab revolt or the Sykes-Picot agreements to take shape. Virtually, they are present in the definitions of "Great Syria" which appear as early as 1912, in an oriental context. During the war, this term, raised to the rank of geographical concept, functions as an intellectual and political tool intended to compete with Great Britain. Soon the Arab and Turkish elites seized it to challenge it or to adopt it with another political aim, reason why the war did not end in the East until 1923.A diachronic analysis of the term "Great Syria" reveals the successive geographical contours of Syria, and shows the necessity of adopting another chronological framework than that of 1914-1918, in order to apprehend war in the East.

Top of page

Full text

  • 1 Une définition, un peu plus réduite, mais sensiblement identique, avait été donnée après la campagn (...)

1« La situation géographique de la Syrie a profondément influencé ses destinées politiques. L’énorme disproportion de ses axes puisqu’elle est tout en longueur (900 km sur 150 de large) a toujours fait obstacle à l’établissement d’un centre unique de domination. La Syrie n’a pas de capitale. Sous tous les jougs qu’elle a subis, elle a été administrativement morcelée, divisée en petits États rivaux et ennemis, en proie aux luttes intestines ». Telle est la définition faite de la Syrie par un publiciste français à l’aube de la guerre européenne (Aulneau, 1914)1; tel est également le point de départ des discussions menées par les principaux représentants du lobby colonial syrien.

2Rétrospectivement, cette citation interroge donc clairement la notion même de Syrie, sa définition géographique. Elle questionne les modalités de passage d’une Syrie réduite à une bande littorale à un territoire plus vaste disposant d’une profondeur de champ que rien alors – ni les territoires désertiques et semi-désertiques, ni la répartition confessionnelle des populations – ne justifiait. Si tout le monde souligne le rôle fondamental des accords Sykes-Picot (mai 1916) dans la première définition officielle des contours de la Syrie, peu de travaux en revanche ont montré le poids des discussions préalables qui apparaissent dès 1912, des oppositions entre les différents groupes de pression qui ont préparé et orienté ces accords.

  • 2 Je remercie Matthieu Rey et Peter Sluglett pour leurs relectures attentives et leurs remarques judi (...)

3Nous nous proposons donc dans cet article de revenir sur les discussions qui ont eu lieu en marge des accords de mai 1916, en particulier dans le cadre français, pour tenter de déterminer comment la Syrie a pu prendre les contours qu’on lui connaît aujourd’hui, comment ce qui était un « blanc sur la carte » (Laboulais-Lesage, 2004) – autrement dit le désert – a été attribué aux uns et aux autres. Nous verrons que, derrière l’expression de « Grande-Syrie » rapidement érigée en concept politique et militaire, l’ambiguïté sémantique a été la règle. La fragilité du vocabulaire, utilisé essentiellement par les Français, résulte certes du brouillard de la guerre inhérent à tout conflit, mais plus fondamentalement à sa volatilité. Cette versatilité sémantique a été à la fois l’un des éléments du problème et sa solution, tout en étant à chaque fois la modalité d’expression d’un groupe de pression spécifique. Enfin, la chronologie des négociations montre qu’il faut dépasser le cadre européen de la guerre pour comprendre le processus de formalisation cartographique2.

Rivalités identitaires vs. rivalités territoriales

Le Bilâd al-Shâm, ottoman ou arabe ?

4 Pour comprendre la formation de la Syrie et les négociations des accords Sykes-Picot, il faut se préserver avant tout d’une vision téléologique, c'est-à-dire d’une analyse qui connaîtrait déjà la fin de l’histoire. La Syrie est une idée, voire un concept, avant de devenir une réalité géographique sous l’action conjuguée et concurrente des Turcs et des Arabes d’une part, des Français et des Anglais de l’autre. L’antique Bilâd al-Shâm dont Abdul Karim Rafeq (Weber et Sluglett, 2010) s’est fait l’historien est un espace ottoman en grande partie marginalisé en dépit des transformations nées de la question d’Orient (Frémeaux, 2014) et des Tanzimat (Dumont, 1989 ; Laurens, 1991 ; Aymes, 2010) qui donnent naissance à un redécoupage du territoire. La loi du 8 novembre 1864 subdivise en effet l’espace entre un vilayet (province) de Beyrouth sur la côte, le vilayet de Damas et celui d’Alep, eux-mêmes divisés en sandjaks (départements). Dans ces espaces, les facteurs de cohésion sociale sont multiples (Philipp et Schäbler, 1998). Ils reposent sur des familles ou des corporations, des oulémas sunnites ou des notables, des villes et sur la formation des municipalités à la fin du siècle.

5 En cherchant à renouer avec une certaine forme de centralisation administrative, les Tanzimat entraînent cependant un sentiment d’oppression fiscale qui, à force d’être mal vécu par les élites des provinces arabes, prépare les esprits à l’idée qu’il existerait une identité arabe irréductible à l’identité turque. L’autonomie accordée à la Montagne libanaise dans le cadre de la Mutasarrifiyya après les troubles des années 1860 permet l’émergence dans les années 1880 d’une identité arabe centrée sur la Syrie (Abu-Manneh, 2013), identité confortée par des cartes occidentales (Kaufman, 2015). Elle trouve une forme d’aboutissement au début du XXe siècle avec l’idée d’un réveil de la nation arabe qui pourrait s’inscrire dans un territoire défini comme relevant de ce que les Occidentaux appellent alors l’Asie turque (Antonius, 1945). Dès lors, le territoire où habitent les Arabes devient progressivement un enjeu au point de justifier une détermination plus précise de ses contours. En 1865 déjà, le journal Suriyya a dessiné une Syrie arabe idéale, mais la notion ne s’est pas enracinée, la cristallisation ne passant pas par le territoire, mais plutôt par les notables (’ayan) des principales villes de Syrie. Après 1908, ils prennent leurs distances avec les élites ottomano-turques (Khalidi, 1984) et mettent en avant une identité arabe qui cherche à s’inscrire dans une modernité européenne (Dakhli, 2009). Sur fond d’un mouvement de pensée promouvant une renaissance arabe (Dupont, 2006), tout un processus de formation identitaire spécifiquement « arabe » s’enracine dans un territoire mal défini, mais relié par des villes : Damas, Alep, Beyrouth et Jérusalem.

6 Ces quatre villes forment l’armature initiale du territoire syrien : la ligne Alep-Jérusalem donne corps à un axe nord-sud tandis que la route de Beyrouth à Damas forme la principale transversale ouest-est. L’intersection des deux droites correspond exactement à la définition donnée par notre publiciste de 1914 : un territoire de 900 km de longueur sur 150 de large qui ne dispose d’aucune capitale. Et pour cause. Les quatre villes – Damas, Alep, Beyrouth et Jérusalem – sont des capitales régionales ; elles ont chacune une valeur équivalente pour les élites locales qui n’appréhendent pas particulièrement le territoire dans une globalité de type national, mais selon le principe essentiellement arabe de l’asabiyya, un esprit de corps fondé au départ sur un esprit de solidarité tribale, puis sur un esprit de solidarité de ville et de quartier (Bozarslan, 2014). Si des analyses plus fines montrent que dans certaines occasions l’asabiyya a été opposée à la généalogie et la dynastie comme outil de discrimination des chefs (Ardiç, 2012), la ville tend à devenir la source d’une nouvelle cohésion sociale dans la mesure où elle structure la conscience groupale et l’appartenance à une communauté spécifique. Cependant, l’affirmation des villes aux dépens des campagnes n’est pas encore d’actualité en 1914 (Provence, 2005) ; elles ne peuvent donc servir, pour l’heure, de matrices au nationalisme arabe car la représentation de l’identité adossée à une ville est encore un système de représentation en construction. Celle-ci est affaire de prise de conscience locale, mais également de reconnaissance extérieure. L’idée que ces villes reliées les unes aux autres pourraient servir à structurer un territoire national ne saurait en effet apparaître sans l’existence d’un organisme supra-national – telle la future S.D.N.– susceptible de remettre en cause le découpage ottoman en vilayet et sandjak.

Agrandir

©Vincent Cloarec. Extrait de La France et la question de la Syrie 1914-1918, Paris, Cnrs édition, 1998.

Légende : Les provinces syriennes de l’Empire ottoman.

La Syro-Palestine ou l’espace de la compétition chrétienne

7 Ce sont donc des forces exogènes qui portent sur les fonts baptismaux une représentation géographique du territoire, l’opération s’effectuant en plusieurs mouvements successifs plusieurs années avant la Grande Guerre (Cloarec, 1998). L’un des premiers à poser la question des revendications françaises sur le Levant est Théophile Hyacinthe Aube (1826-1890), officier de Marine, qui observe dès 1883 avec beaucoup de pertinence et de finesse l’effort italien pour construire une unité territoriale en Italie en même temps qu’une marine. Il écrit très clairement que, refoulée vers le sud, l’Italie ne saurait avoir de champ d’expansion que vers le bassin méditerranéen, ce qui la met directement en concurrence avec la France invitée dès lors à émettre des revendications sur le Levant au nom de son droit d’aînesse – « fille aînée de l’Église » – en matière de protection des chrétiens d’Orient. Après l’effondrement de sa puissance en Égypte (1882), la France doit en effet compenser une influence perdue en Méditerranée orientale en rappelant un « droit dix fois séculaire ». Les côtes syriennes et les villes de Beyrouth, Saïda, Haïfa deviennent alors dans l’esprit de marins, de missionnaires et des consuls français les points d’ancrage d’une « Syro-Palestine » dont le cœur se situe davantage dans la Jérusalem chrétienne que dans l’hinterland arabe. L’analyse croise donc initialement un raisonnement maritimiste à une vision religieuse, ce qui exclut d’avoir à penser l’intérieur du territoire, perçu simplement comme un désert.

  • 3 La faculté de médecine est présentée initialement comme un projet laïque. En réalité, la faculté es (...)

8 Au cours de la décennie suivante, les « intérêts français » en Syrie sont quantifiés, précisés tout en étant localisés davantage dans les villes. Ils se matérialisent par des écoles congréganistes qui font que les Français « tiennent » les Maronites avec plus de 300 écoles. Gambetta à qui l'on doit la célèbre formule selon laquelle l’anticléricalisme n’est pas un article d’exportation lance le projet de faculté de médecine laïque de Beyrouth en donnant au ministère des Affaires étrangères une subvention annuelle de 100 000 francs3. Dans le même temps, l’ambassadeur Cambon appuie la demande de concession d'un chemin de fer de Beyrouth à Damas et Alep, faite par deux nationaux français. Mais les rivalités avec les autres puissances européennes se multiplient, particulièrement avec les Italiens. Sur fond d’Entente cordiale, un accord est trouvé en 1902. Les Italiens reçoivent une certaine liberté d’action en Tripolitaine. Mais d’aucuns jugent les intérêts français menacés en Syrie par la progression italienne en Méditerranée. Cette crainte se confirme dès 1908 avec des menaces d’annexions de l’Égypte par l’Angleterre et des bruits de bottes italiennes en Tripolitaine (Bermel, 1908) au point que la France s’empresse de trouver un accord sur la délimitation tuniso-tripolitaine (19 mai 1910) peu avant le déclenchement de la guerre italo-turque en Tripolitaine (septembre 1911).

9 Le bombardement de deux navires turcs dans la rade de Beyrouth le 24 février 1912 par la marine italienne modifie cependant complètement le regard des Français. À la bienveillance initiale d’une opération jusqu’alors circonscrite à l’Afrique du Nord succèdent la colère et la crainte de voir le pré-carré syrien atteint en son cœur. La France ne considère-t-elle pas en effet la Syrie comme un territoire compris entre « le port de Lattakié au nord et celui de Caïffa (Haïfa) au sud [avec pour] capitale la ville de Beyrouth » ? (Anonyme, 1911). Soucieuse de préserver une « France du Levant » en gestation, elle réagit donc vivement. Elle envoie à Beyrouth l’Amiral-Charner, navire de guerre français, au motif officiel d’avoir à « calmer les appréhensions », tandis que le gouvernement ottoman expulse les Italiens de Syrie. Désormais convaincue qu’il ne suffit plus de faire des « ronds dans l’eau » ou de procéder à des débarquements quelque peu démonstratifs comme en janvier 1912 à Jounieh, en se passant de l’avis de Constantinople dès lors qu’il s’agit de protéger ses intérêts, elle en tire les enseignements et décide de soutenir le lobby syrien du « parti colonial ».

La frontière comme perspective

Le lobby colonial syrien au secours du D.H.P.

  • 4 En 1912, le Dr. Georges Samné (1877-1938) et Chékri Ghanem (1861-1929) composent à eux deux le pers (...)

10 Ce comité franco-syrien avance en ordre dispersé. Appelé d’abord « section du Levant » (juin 1909) avant d’être rebaptisée « Comité des Intérêts Français en Orient », c’est une émanation du « parti colonial ». À sa tête, on retrouve donc les caciques (Alexandre Ribot, Léon Bourgeois, Paul Deschanel et dans une moindre mesure Raymond Poincaré), mais ceux-ci ne sont que les parrains des représentants actifs au nombre desquels il faut compter le général Levé (1859-1937), Anatole de Monzie (1876-1947), le père Louis Jalabert (1877-1943) et Paul Bourdarie (1864-1950). Ils ne sont pas très nombreux – quelques dizaines de personnes -, mais chacun apparaît comme le porte-parole de l’un des ministères chargés de l’outremer, le ministère de la Guerre, le ministère de l’Intérieur et des Cultes, le ministère de l’Instruction publique (Andurain, 2017). A priori complémentaires, ils sont en réalité des compétiteurs dans les positionnements respectifs au Levant. Leur rivalité se saisit parfaitement à travers l’action du « comité d’études et de propagande », structure interne au comité syrien, qui sollicite le soutien du ministère des Affaires étrangères sans agir de concert avec le groupement lyonnais composé respectivement de Paul Huvelin (1873-1924), professeur à l’École de droit de Lyon et Adrien Artaud (1859-1936), président de la Chambre de commerce de Marseille. Localement, en Syrie, le publiciste Chékri Ghanem anime un comité central syrien jugé trop proche, sinon à la solde des Affaires étrangères4, tandis que les pères Jaussen (1871-1962) et Savignac (1874-1951) tentent dans une enquête de mars 1912 d’élargir la Syro-Palestine à des terres comprises entre Damas et le golfe d’Akaba, en considérant Kerak et les terres alentours comme profondément chrétiens (Jaussen, 1918).

11 L’attaque italienne de 1912 provoque une sorte d’union sacrée avant l’heure, « Union sacrée sur l’Oronte » aurait pu dire Barrès. Il s’agit de déterminer plus précisément les contours du territoire à défendre. Elle réunit en effet plus étroitement ces intérêts divers autour du groupe des investisseurs français de Syrie qui, non seulement font le point exact de leurs intérêts matériels, mais définissent ce faisant les contours d’une Syrie plus terrienne que maritime. Leur action commune élargit en effet les contours de la Syrie, désormais définie par la ligne du chemin de fer D.H.P., Société ottomane du chemin de fer de Damas-Hama et Prolongements. Cette ligne, exploitée par la Régie générale des chemins de fer à capitaux français, détermine à la fois les points d’entrée sur le territoire syrien (Beyrouth et Lattakié) et les contours qu’il convient de protéger, ceux-ci étant très clairement identifiés grâce aux 682 km de lignes de voies ferrées. En mordant sur l’hinterland désertique, les investisseurs français invitent à déconstruire l’image d’une Syrie longitudinale pour lui donner une forme plus rectangulaire. À cette date, la ligne du D.H.P. trace les contours de la Syrie telle qu’elle est vue dans les représentations françaises (Shorrock, 1976).

12 L’orientation économique centrée autour du D.H.P. participe à l’amoindrissement de la valeur relative de la Palestine dans l’ensemble syrien, au grand dam des défenseurs d’une Syro-Palestine, dont le comte de Cressaty. Né à Damas en 1875, marié à une riche Française issue de la petite noblesse catholique, Salim Cressaty a acheté son titre de comte romain auprès du Saint-Siège. Trouvant dans l’entourage de sa belle-famille ses principaux actionnaires pour ses affaires en Orient (Égypte et Syrie), il se fait bientôt l’apôtre de l’annexion de la Syrie à la France (Saul, 1997 : 120 et Hakim, 2013). Entre 1903 et 1913, sans relâche tout en étant pourtant relativement isolé, il ne cesse de défendre le projet syrien en faisant du Bagdad-Bahn allemand la bête noire des investisseurs français. Tout en se prévalant d’une double identité franco-syrienne, le comte Cressaty réunit par son action les intérêts catholiques et économiques au sein du comité syrien. Au cours de l’année 1912, le comte Cressaty est bientôt rejoint dans ses préoccupations par quelques parlementaires (Paul Doumer, Victor Bérard, Raymond Poincaré), des publicistes (Georges Poignant) et des militaires (général de Torcy). À eux tous, ils élargissent progressivement les contours d’une « Syrie utile » qui prend le nom de « Syrie intégrale » au début de la Grande Guerre.

Agrandir

© Julie d'Andurain

La « Syrie intégrale en 1914 »

La « Syrie intégrale » et ses avatars

  • 5 Il semble que Godlewski et Cressaty soient parents par leurs épouses respectives.

13 Quand en août 1914, le principe du maintien de l’intégrité de l’Empire ottoman vole en éclat, l’adjectif « intégral » se transpose à la Syrie. La guerre impose en effet une nouvelle herméneutique géographique en raison d’une rivalité qui oppose les Français aux Anglais, en Égypte et aux Dardanelles (Andurain, 2010). Au moment de l’attaque turque sur le canal de Suez, en février 1915 (Thomazi, 1928 : 79), les Britanniques réalisent combien la Palestine, flanc droit de l’Égypte et zone tampon juste avant le Sinaï, constitue pour eux, plus que jamais, un enjeu stratégique de première importance. Ce n’est pas nouveau. Depuis 1906 et notamment l’établissement d’une station ferroviaire à Beer Sheva (Khalidi, 1980), les Britanniques considèrent que l’espace doit passer sous leur influence. Kitchener a envisagé la Palestine comme glacis protecteur de l’Égypte dès 1911 (Ezzerelli, 2014 : 40). La guerre sert donc de prétexte. Nécessité militaire faisant loi, les Britanniques cherchent par tous les moyens à accaparer l’espace, analyse qui n’échappe pas aux plus clairvoyants des publicistes français qui craignent dès lors de voir la terre « trois fois sainte » leur échapper. Un comité interparlementaire pour la Syrie (Flandin, Leygues) se forme à la fin de 1914 pour contrecarrer l’offensive anglaise sur une terre qui relève de la zone d’influence française (Andrew et Kanya-Forstner, 1981). Mais l’action reste restreinte aux allées parlementaires, inaudible dans le cadre de la guerre. Quelques individus isolés s’activent pourtant. Bien maladroitement, le comte Joseph de Godlewski, président de l'association de la presse monarchiste et catholique, rappelle que la part de la France doit être « toute la Syrie » (Godlewski, 1915)5. Plus finement, tout en commençant surtout à élaborer des cartes, le comte Cressaty souligne que le futur protectorat de la France doit porter sur « quatre millions d'habitants répartis de la baie d'Adana aux frontières de l'Égypte, de l'Hermon au désert de Syrie » (Laurens, 1999). Il en profite pour définir des contours encore plus précis en soulignant combien Alep d’une part, et la Palestine d’autre part, ne sauraient être disputées à la France. Le premier, il rappelle la nécessité de préserver la « Syrie intégrale » en insistant sur le fait que la Palestine en fait partie intégrante (Vincent, 1915 ; Cressaty, juin 1915).

14 Alors que les négociations devant aboutir aux accords Sykes-Picot se mettent en place dès février 1915 sur fond de l’organisation de la révolte arabe au profit des Anglais et des Français (Rogan, 2015 ; Le Pautremat, 2003), le principe d’une « Syrie intégrale » s’impose au sein du lobby colonial. Preuve que les négociations Sykes-Picot ne sont pas si secrètes, le sénateur Flandin publie une partie d’un rapport sénatorial dans la presse. S’insurgeant contre « l’internationalisation de Jérusalem et Bethléem », il réclame la Syrie et la Palestine (Flandin, 1915). Le 23 juin 1915, Adrien Artaud, président de la Chambre de commerce de Marseille envoie de son côté au ministre des Affaires étrangères une lettre intitulée la « question de Syrie ». Elle est accompagnée d’une carte qui définit la Syrie comme allant du Taurus à l’Égypte et de la Méditerranée à l’Euphrate, c'est-à-dire dans une configuration élargie par rapport à la Syro-Palestine. Autrement dit, elle reprend les arguments de Cressaty en l’élargissant vers l’est, vers le désert. Elle se double d’un texte d’Henri Brenier (1867-1962), alors chef du service économique du gouvernement général de l’Indochine,intitulé « Note sur la valeur économique de la Syrie intégrale » qui rappelle que les exportations de la Syrie vers la France, par les trois principaux ports d'Alexandrette, de Beyrouth et de Jaffa, se situaient en 1912 à 15 millions de francs. Enfin, l’ancien chef du service forestier de l'Indochine, Roger Ducamp, souligne dans un texte de moindre importance l’intérêt de disposer d’un territoire « intégral » (Ducamp, 1916). Ces arguties apportent déjà leur premier lot de transformations : la réclamation des ports d’Alep et d’Alexandrette est désormais entérinée ; des considérations économiques au sein desquelles le pétrole commence à trouver sa place apparaissent ; la superficie du territoire s’est substantiellement agrandie puisqu’intégrant désormais une partie du désert en suivant davantage les anciennes frontières des vilayets, la nouvelle configuration syrienne s’étend sur « 338 600 km2 en comprenant une population de 4 millions d’habitants, dont 1,4 fixés dans les centres urbains » (Cressaty, septembre 1915).

Agrandir

La « Syrie intégrale en mai 1915 » (Cressaty)

© Julie d'Andurain

La frontière comme base de négociation

La Grande-Syrie, la Syrie rêvée de Gouraud et Fayçal ?

  • 6 Issu des négociations juridiques de la conférence de Berlin (1885), le res nullius fait de toute te (...)

15 En élargissant la carte au désert qui est encore considéré à cette date comme un res nullius6, le principe d’une « Syrie intégrale » en vient presque paradoxalement à intéresser autant les Français, les Anglais que les Arabes. Côté français, l’extension de la carte vers l’est et le désert semble déjà procéder d’une forme de troc qui compenserait la perte ou la neutralisation de la Palestine (Bardet, 2010 ; Barr, 2011 ; Rogan, 2015). Sans avoir abandonné l’idée d’une présence française à Jérusalem, Cressaty réclame les terres du Taurus cilicien et arménien ainsi que la Djézireh mésopotamienne de façon à protéger les Arméniens (Cressaty, 1916). La carte qu’il fait publier en 1916 s’ouvre donc encore plus largement sur la petite Arménie et le Kurdistan et l’espace situé entre l’Euphrate et le Tigre. Dans le même temps, côté britannique, le colonel Lawrence a proposé un projet de partage de l’ensemble des territoires arabes (péninsule arabique, Mésopotamie et Syrie littorale) de façon à pouvoir répondre aux souhaits de Hussein, chérif de La Mecque. En respectant les compétences respectives des fils de Hussein, il impose l’idée d’un partage quadripartite qui attribuerait la péninsule arabique à Ali, l’aîné des fils du chérif de La Mecque, une immense Syrie à Fayçal, la Mésopotamie à Abdallah et la Djézireh mésopotamienne à Zeid, le plus jeune fils hachémite. De cette manière, Lawrence dessine lui aussi les contours d’une « Grande-Syrie », une « Greater Syria » qui séduit immédiatement les Hachémites, à commencer par Fayçal. En traçant ces frontières rêvées, le comte Cressaty, comme le colonel Lawrence, apportent des arguments et des contre-arguments à leurs responsables politiques et diplomatiques. Ils donnent crédit l’un et l’autre à l’idée d’une Syrie mordant très clairement sur l’hinterland désertique d’une part, sur la Turquie de l’autre.

Agrandir

© Julie d'Andurain

Légende Les propositions de partage de la Syrie de Lawrence.

  • 7 MAE La Courneuve, série A. Paix, vol. 177, discussion du 20 mars 1915 et vol. 178, 2 novembre 1915.

16 On a beaucoup disserté sur les raisons qui ont poussé François Georges-Picot à réclamer la région de Mossoul et de Kirkouk en voulant voir dans la politique française une anticipation des avantages à maîtriser une région pétrolifère. En réalité, il semble bien que la négociation aboutissant aux accords Sykes-Picot ait davantage correspondu à un troc entre Français et Anglais, troc échangeant la Palestine contre la Djézireh, c'est-à-dire le Sud contre l’Est. Dans les archives du Quai d'Orsay7, les négociations menées par Delcassé en mars 1915, puis Briand en novembre de la même année, montrent en effet que, dès l’origine, les définitions faites de la Syrie correspondent point par point à celles proposées par le comte Cressaty. Rien ne permet d’affirmer à ce jour que ses documents arrivaient directement sur le bureau du ministre des Affaires étrangères, mais à la seule observation des cartes, à bien observer l’évolution des contours des demandes, l’intervention du lobby colonial ou sa récupération des idées de Cressaty apparaît comme fort probable : d’une part Charles Georges-Picot (1866-1930), frère de François et inspecteur des finances était, en tant que trésorier, l’un des membres du « parti colonial » ; d’autre part, Jean-Michel Cressaty, devenu membre du lobby colonial en 1915, était soutenu directement par l’équipe de la Revue des Questions Coloniales et Maritimes, elle-même très proche du Bulletin du Comité de l’Asie française dirigée par Robert de Caix, grand ami du diplomate Philippe Berthelot. On a vu enfin que l’action de Flandin ne semble pas aussi secrète que l’on a bien voulu le dire. Les idées, si ce n’est les cartes, ont transité assurément par le lobby colonial, qui dès juillet 1916 – soit juste après la signature des accords Sykes-Picot – organise un comité d'action française en Syrie chargé de veiller aux intérêts français en Syrie. Constitué le 1er juillet sous la présidence de M. Jonnart, il se compose de membres du Sénat et de la Chambre, de membres de l'Institut, de la Chambre de commerce de Paris, de la Société de géographie, de la Société de géographie commerciale. Officiellement, il s’agit d’apporter de l’aide aux populations victimes de la guerre et de la famine (celles du Liban surtout). Officieusement, elle a pour but de faire du lobbying auprès du gouvernement. Le 3 mars 1917, le comité est reconnu comme une association relevant de la loi de 1901. Son rôle effectif semble cependant avoir été négligeable à tous points de vue.

Agrandir

Les accords Sykes-Picot de mai 1916.

© Julie d'Andurain

  • 8 MAE, PA AP 399, C82-D4, lettre du père Chanteur à Gouraud, non datée, circa 1919.
  • 9 Son livre, La Syrie de demain est un décalque des écrits de Salim Cressaty.

17 Les accords Sykes-Picot signés en mai 1916 constituent un véritable compromis entre les visions françaises et britanniques ; tout en laissant un legs qui ne va pas tarder à être discuté, ils figent la situation diplomatique jusqu’en 1918. À cette date, le rapport de force entre les Alliés a considérablement évolué. Au regard des positions militaires britanniques dix fois supérieures à celles des Français, il devient compliqué pour ces derniers de continuer à revendiquer une Grande-Syrie. Conscients de ces réalités, les Français, en particulier les milieux religieux ou catholiques, sont revenus à l’expression de « Syro-Palestine » ou de « Syrie intégrale », comme en atteste une longue note que le père Chanteur (1865-1949), jésuite et recteur de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, communique au général Gouraud en 19198. Si cette Syrie chrétienne et essentiellement littorale sert de référentiel géographique aux officiers qui débarquent en Orient, elle est pourtant bientôt abandonnée car, par un retournement étonnant de l’Histoire, les populations arabes elles-mêmes viennent soutenir l’idée d’une Grande-Syrie qui conforte fort à propos les positions françaises. Fayçal et les élites arabes locales – dont le très francophile Nadra Moutran9, mais encore Khairallah Khairallah (Moutran 1916) – se sont en effet emparés de ce concept de « Grande-Syrie » pour revendiquer un territoire arabe le plus vaste possible, s’apparentant à l’ensemble de la Mésopotamie. C’est le cas notamment plus tard d’Abdallah, frère aîné de Fayçal (Porath, 1984). Dans l’esprit du chef hachémite, il s’agit de s’approcher au mieux des propositions des Syriens comme celles exprimées publiquement, dans la presse française, par les notables de Tripoli à travers la voix de Haghem Zok (Zog, 1920), de les rapprocher des ouvertures faites par le colonel Lawrence. Quant à Fayçal, comme l’avaient fait avant lui les colonialistes français, il réclame désormais plus ouvertement une Syrie intégrale, c'est-à-dire une Syrie conservant la Palestine. Sa position rejoignant complètement celle des Français, le principe d’une « Grande-Syrie » arabe s’impose donc comme une sorte d’interprétation francisée du Bilâd al-Shâm. Pour certains auteurs contemporains, il est alors évident que Grande-Syrie et Bilâd al-Shâm sont une seule et même entité (Mahafazah, 2011 : 94). Ainsi s’explique la raison pour laquelle pendant un temps très court, entre août 1918 et le début de l’année 1920, Fayçal apparaît comme le meilleur allié des Français, ce que ne manquent pas d’ailleurs de remarquer les publicistes parisiens (Besson, 1918). Cette période constitue une véritable parenthèse dans l’histoire franco-hachémite, parenthèse qui ne tarde pas à se refermer.

Les zônes, lignes de fractures anticipatrices

  • 10 Dans les archives du Quai d'Orsay sur lesquelles nous fondons une partie de ce travail, le mot « zô (...)

18 La question des frontières extérieures de la Syrie semblant provisoirement réglée – à l’exception notable des Turcs qui vont les contester notamment en Cilicie – l’enjeu des débats de la sortie de guerre se reporte donc sur les lignes de fractures intérieures. Le vocable de « zône »10 s’impose dans les discours officiels dès la sortie de guerre pour définir ce que les Anglais appellent encore les « territoires ennemis occupés » (T.E.O.). Le terme est directement inspiré du vocabulaire utilisé au moment de la signature des accords Sykes-Picot (zone bleue, zone rouge, zone brune). Entre 1918 et 1920, la Syrie est découpée en quatre zônes d’occupation militaire. La zône sud correspond à toute la région s’étendant de la frontière égyptienne jusqu’à Tyr, c'est-à-dire à une Palestine très élargie placée sous l’autorité britannique ; l’armée du Hedjaz commandée par Fayçal occupe et administre la zône est, comprenant la Bekaa, le vilayet de Damas, le Hauran, Homs, Hama et Alep. Les autorités françaises sont chargées de la zône ouest qui englobe le littoral allant de Tyr à Alexandrette, c'est-à-dire tout le Liban et le Djebel Ansarieh. Ils ont aussi la responsabilité de la zône nord, c'est-à-dire de la Cilicie.

19 Très vite les tensions se matérialisent entre la zône ouest et la zône est, car Fayçal réclame la réunion des deux espaces qu’il considère comme le cœur de la Syrie. Il se sent légitimé par l’accord signé avec Clemenceau en janvier 1920, mais il est surtout poussé par une partie de ses amis nationalistes qui exigent l’indépendance pleine et entière de la « Grande-Syrie ». De son côté, le général Gouraud est investi par son gouvernement du titre de Haut-Commissaire et de commandant en chef de l’armée du Levant. Il a pour mission de ramener l’ordre sur l’ensemble des territoires qui lui ont été confiés afin d’envisager de mettre en œuvre le mandat. Ces deux zones sont séparées par une ligne de chemin de fer qui coupe les territoires, mais assure la liaison entre le nord et le sud de la Syrie, l’est et l’ouest. Son nœud ferroviaire se situe dans la ville de Rayak qui commande l’accès vers la plaine de la Bekaa et par-delà vers Beyrouth, siège du Haut-Commissariat. Entre la fin de l’année 1919 et le premier trimestre 1920, des troubles liés à la circulation de « bandes » rebelles à l’autorité française entraînent des séries de discussions (Mizrahi, 2003), quelques accords, mais bientôt de plus en plus des malentendus entre Fayçal et les autorités françaises, représentées par le général Gouraud et son adjoint civil Robert de Caix. Longtemps, le général Gouraud reste convaincu de la bonne volonté de Fayçal. Il est très bien informé par les attachés militaires français, les colonels Cousse et Toulat qui vivent en permanence auprès de Fayçal, l’un et l’autre envoyant au moins deux lettres par jour au Haut-Commissariat. À partir de février 1920, les rapports entre les Français et les Hachémites se tendent. Il apparaît de plus en plus au général Gouraud que le chef hachémite est débordé par ceux qu’il appelle les « Extrémistes », c'est-à-dire les nationalistes arabes qui refusent de reconnaître le mandat français dont on annonce déjà la publication prochaine (laquelle sera faite avec les accords de San Remo le 25 avril 1920). Au début de juillet 1920, alors que les tensions s’accroissent entre les Français et les nationalistes arabes, les dysfonctionnements de la zône est sont listés un à un par le Haut-Commissariat : amendes de guerre qui ne rentrent pas, désarmement de la population non réalisé, existence de sociétés secrètes à Homs, etc.

20 Le 24 juillet 1920, la bataille de Khan Meyssaloun – dite aussi bataille de Damas – coupe en quelque sorte le nœud gordien. Tout en mettant un terme à la Grande Guerre en Syrie, c’est là véritablement l’acte de naissance de la « Grande-Syrie » en même temps que la mort du nationalisme fayçalien. Sur ordre du gouvernement français, le général Gouraud a lancé un ultimatum à Fayçal le 14 juillet. Il réclamait alors la disposition absolue de la voie ferrée Rayak-Alep, l’abolition de la conscription chérifienne, l’acceptation des accords de San Remo et du mandat français, l’acceptation de la monnaie syrienne et, enfin, le châtiment des gens coupables d’attaques contre la puissance mandataire. Fayçal ayant demandé deux délais de 24 heures et alors qu’aucune réponse n’est parvenue à l’issue du second délai, les troupes du général Goybet (10 bataillons, 6 escadrons, 7 batteries, une compagnie de chars de combat) sont mises en mouvement. Parties du littoral syrien, se dirigeant vers l’intérieur, vers la Bekaa, elles poussent devant elles les milliers d’hommes – réguliers chérifiens et irréguliers – commandés par Youssef Bey Azme, le commandant en chef de Fayçal. Après une halte imposée par un nouveau délai accordé entre le 19 et le 23, les troupes reprennent leur avancée pour engager le feu le 24 juillet 1920 près du puits de Khan Meyssaloun. En quelques heures, les forces chérifiennes sont dispersées par les troupes françaises qui poursuivent leur avantage en pénétrant à Damas, à 32 km de distance. Cette bataille brise les espoirs syriens de Fayçal et des nationalistes arabes. Contraints de quitter la Syrie, ils se réfugient auprès des Anglais. Le général Gouraud peut alors entreprendre l’organisation de la « Grande-Syrie » sous la forme d’une fédération comprenant plusieurs États au nombre desquels il établit d’abord le Grand-Liban, puis l’État de Damas, l’État d’Alep, bientôt rejoints par l’État du Djebel Druze et le territoire des Alaouites.

21Pour conclure, si la guerre "pour" la Syrie commence vers 1912, la guerre "en" Syrie se termine en juillet 1920 pour la partie centrale, mais elle dure encore quelques années au nord, en Cilicie, face aux Turcs ; d’ailleurs, la France désigne l’ensemble de ce territoire par le nom de « Syrie-Cilicie ». Ce n’est véritablement qu’avec le traité de Lausanne en 1923 que la Syrie retrouve provisoirement la paix, juste avant cependant que la guerre ne revienne sous la forme de la révolte druze de 1925.

22En brouillant les anciennes cartes ottomanes, la Grande Guerre a naturellement invité à renégocier les contours de territoires qui aspiraient à l’indépendance. Durant l’intervalle compris entre 1912 et 1923, la Syrie est donc devenue le théâtre de bien des convoitises, selon une dialectique qui empruntait très largement aux usages et aux pratiques impérialistes des Français et des Britanniques. De très nombreux projets cartographiques se sont succédés dans des camps adverses (Français et Anglais), camps à géométrie variable et dont les contours n’ont non seulement jamais été totalement identifiés, mais au sein desquels on constate également dès le début un défaut d’unanimité.

23Par confrontations successives, ces forces centripètes et centrifuges ont finalement abouti à la construction d’un territoire certes quelque peu différent des vilayets turcs, mais dont on voit pourtant bien l’identité arabe initiale. Si la configuration saïdienne d’un Orient créé par l’Occident, c'est-à-dire d’un Orient fabriqué par l’Occident, apparaît évidente ici, autant sur un plan sémantique que sur un plan géographique, la formation de la Grande-Syrie s’appuie pourtant aussi sur un substrat arabe suffisamment fort pour ressurgir quelques années plus tard dans le discours des Hachémites d’abord, dans celui de la famille Assad bien après. L’étude diachronique de ce concept de « Grande-Syrie » permet in fine de voir comment les principaux protagonistes sont passés d’un projet essentiellement porté par des puissances occidentales s’appuyant sur les minorités locales pour finalement faire émerger un projet qui avait vocation à être plus proprement arabe.

Top of page

Bibliography

Références bibliographiques

ABU-MANNEH Butrus, 2013, “The Province of Syria and the Mutasarrifiyya of Mount Lebanon (1866-1880)”, Turkish Historical Review, vol. 4, Issue 2, p. 119-134.

ANDURAIN (d’) Julie, 2010 « La Méditerranée orientale durant la Grande Guerre, enjeu entre la France et la Grande-Bretagne », Cahiers de la Méditerranée, décembre 2010, n° 81, p. 25-44.

—, 2017, Colonialisme ou impérialisme ? Le ‘parti colonial’ en pensée et en action, Paris, Hémisphères éditions/Zellige.

ANDREW M. et KANYA-FORSTNER A.-S., 1981, France overseas: The Great War and the Climax of French Imperial Expansion, 1914-1924, Stanford, Stanford University Press.

ANONYME, 1911, « Les intérêts français en Syrie : la faculté française de médecine de Beyrouth », L’Asie française, novembre, tome XI, n°128, p. 481-488.

ARDIÇ Nurullah, 2012, “Genealogy or Asabiyya? Ibn Khaldun between Arab Nationalism and the Ottoman Caliphate”, Journal of Near Eastern Studies, October, vol. 71, Issue 2, p. 315-324.

ANTONIUS George, 1945, The Arab Awakening. The Story of the Arab National Movement, London, H. Hamilton.

AULNEAU Joseph, 1914, « La question syrienne », Revue Politique et Parlementaire, LXXXI, n° 81, 15 juillet, p. 81-99.

AYMES Marc, 2010, Un grand progrès sur le papier : histoire provinciale des réformes ottomanes à Chypre au XIXe siècle, Leuven, Peeters.

BARDET Flavien, 2010, La place de la Palestine dans la stratégie britannique : aux origines du remodelage européen du Proche-Orient, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux.

BARR James, 2011, A Line in the Sand. Britain, France and the Struggle that Shaped the Middle East, London, Simon & Schuster.

BERMEL Charles, 1908, « En Orient », La Correspondance d’Orient, Revue économique, politique et littéraire, 14 novembre, p. 116-119.

BESSON Maurice, 1918, « Notre allié, le roi du Hedjaz », Revue Politique et Parlementaire, août 1918, T. XCVI, n° 285, p. 182-187.

BOZARSLAN Hamit, 2014, Le luxe et la violence. Domination et contestation chez Ibn Khaldûn, Paris, CNRS Éditions.

CLOAREC Vincent, 1998, La France et la question de Syrie, 1914-1918, Paris, CNRS Éditions.

CRESSATY comte, 1915, « La France et la question syrienne », Revue Politique et Parlementaire, 10 juin, T. LXXXIII, n° 247, p. 345-365.

—, 1915, « La France et la question des Lieux saints », Revue Politique et Parlementaire, 10 septembre, T. LXXXIV, n° 250, p. 334-344.

—, 1916, « Le Rattachement de la Syrie à la France », Bulletin de la Société de géographie et d'études coloniales de Marseille, Tome XL, n° 1, 2, 3 et 4, p. 90-115.

DAKHLI Leyla, 2009, Une génération d’intellectuels arabes. Syrie et Liban (1908-1940), Paris, Karthala.

DUCAMP, Roger, 1916, « La Syrie française », Revue des eaux et forêts : économie forestière, reboisement, p. 168-171.

DUMONT, Paul, 1989, « La période des Tanzîmât (1839-1878) » in Mantran, Robert, (dir.) Histoire de l'Empire ottoman, Paris, Fayard, p. 459-522.

DUPONT, Anne-Laure, 2006, Jurji Zaydan (1861-1914), écrivain réformiste et témoin de la Renaissance arabe, Damas, IFPO.

EZZERELLI Kaïs, 2014, Diplomatie occidentale et dissidence arabe : la France coloniale et le mouvement arabiste en Syrie ottomane, 1912-1914, Tunis, Dar al-Wasla.

FLANDIN Étienne, 1915, « Nos droits en Syrie et en Palestine », La Revue hebdomadaire, 5 juin, T. VI, p. 17-32.

FRÉMEAUX Jacques, 2014, La Question d’Orient, Paris, Fayard.

GODLEWSKI (de) comte, 1915, « Le Partage de la Turquie. La part de la France », Revue des Questions Coloniales et Maritimes, mars-mai, p. 29-36.

JAUSSEN R.P, et SAVIGNAC R.P, 1918, « Note sur le pays d’au-delà du Jourdain », publié le 9 janvier 1918 sur la base d’une enquête menée en mars 1912. SHD Vincennes, archives du Levant - GR 4H, dossier 6.

KAUFMAN Asher, 2015, “Colonial Cartography and the Making of Palestine, Lebanon, and Syria”, in Schayegh, Cyrus et Arsan, Andrew, Routledge Handbook of the History of the Middle East Mandates, London and New York, Routledge, p. 225-243.

KHALIDI Rashid Ismaïl, 1980, British Policy towards Syria and Palestine, 1906-1914, London, Ithaca Press.

—, 1984, “The 1912 Election Campaign in the Cities of Bilad al-Sham”, International Journal of Middle East Studies, November, vol. 16, n° 4, p. 461-474.

LABOULAIS-LESAGE Isabelle (dir.), 2004, Combler les blancs de la carte. Modalités et enjeux de la construction des savoirs géographiques (XVIe -XXe siècle), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

LAURENS Henry, 1991, L’Orient arabe. Arabisme et islamisme de 1798 à 1945, Paris, Armand Colin.

—, 1999, La Question de Palestine - Tome 1 - L'invention de la Terre sainte (1799-1922), Paris, Fayard.

LE PAUTREMAT Pascal, 2003, La politique musulmane de la France au XXe siècle. De l’hexagone aux terres d’islam, espoirs, réussites, échecs, Paris, Maisonneuve et Larose.

MAHAFAZAH Ali, 2011, « Histoire de la construction nationale jordanienne », in Villes, pratiques urbaines et construction nationale en Jordanie, Ababsa, Myriam, Daher Rami, Beyrouth, Presses de l’Ifpo, p. 93-101, p. 94.

MIZRAHI Jean-David, 2003, Genèse de l’État mandataire. Service des Renseignements et bandes armées en Syrie et au Liban dans les années 1920, Paris, Publication de la Sorbonne.

MOUTRAN Nadra, 1916, La Syrie de demain. France et Syrie. Syrie proprement dite. Gouvernement et administration. Religion et races, Paris, Plon-Nourrit.

PHILIPP Thomas, et SCHÄBLER Birgit (eds.), 1998, The Syrian Land: Processes of Integration and Fragmentation: Bilād Al-Shām from the 18th to the 20th Century, Stuttgart, Franz Steiner Verlag Berliner Islamstudien, band 6.

PORATH Y., 1984, “Abdallah's Greater Syria Programme”, Middle Eastern Studies, April, vol. 20, n° 2, p. 172-189.

PROVENCE Michael, 2005, The Great Syrian Revolt and the Rise of Arab Nationalism, Austin USA, University of Texas Press.

ROGAN Eugen L., 2015, The Fall of the Ottomans: The Great War in the Middle East, New York, Basic Books.

SAUL Samir, 1997, La France et l'Égypte de 1882 à 1914. Intérêts économiques et implications politiques, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, p. 120-121.

SHORROCK William, 1976, French Imperialism in the Middle East. The Failure of Policy in Syria and Lebanon. 1900-1914, Madison, University of Wisconsin Press.

THOMAZI Auguste, 1928, La guerre navale dans la Méditerranée, Paris, Payot.

TORCY (de), général, 1913, « Notes sur la Syrie », La Géographie. Bulletin de la Société de Géographie, 15 mars, tome XXVII, n° 3, p. 161-196.

VINCENT Charles, 1915, « La Syrie », La Revue hebdomadaire, 15 mai, p. 281-302.

WEBER Stefan et SLUGLETT Peter (eds.), 2010, Syria and Bilad Al-Sham Under Ottoman Rule: Essays in Honour of Abdul Karim Rafeq, Leiden, Brill.

ZOK Haghem, 1920, « La politique de l'émir Faïçal », Le Temps, 20 mars.

Top of page

Notes

1 Une définition, un peu plus réduite, mais sensiblement identique, avait été donnée après la campagne de 1860 par un publiciste de la Revue des Deux mondes. Elle est reprise en 1913 par le général de Torcy dans ses « Notes sur la Syrie ». La définition de 1913 accorde à la Syrie une superficie de 150 000 km2, celle de 1914, 135 000 km2.

2 Je remercie Matthieu Rey et Peter Sluglett pour leurs relectures attentives et leurs remarques judicieuses.

3 La faculté de médecine est présentée initialement comme un projet laïque. En réalité, la faculté est dirigée par un jésuite, mais administrée par des professeurs laïques. Très vite cependant, les laïcs disparaissent pour laisser la place aux jésuites.

4 En 1912, le Dr. Georges Samné (1877-1938) et Chékri Ghanem (1861-1929) composent à eux deux le personnel dirigeant le Comité central syrien qui dispose d’un petit bureau à Paris (2 rue Laffitte). Francisés, ils servent, de fait, d’intermédiaires entre le Quai d'Orsay et les Syriens. Depuis 1908, les Syro-Libanais Alfred bey Sursok, Anis Hani, Néjib Trad et le Dr. Farah avec qui ils avaient constitué la Ligue Nationale Ottomane se sont éloignés d’eux, cette scission étant le reflet de la division entre pro-français et nationalistes arabes.

5 Il semble que Godlewski et Cressaty soient parents par leurs épouses respectives.

6 Issu des négociations juridiques de la conférence de Berlin (1885), le res nullius fait de toute terre non habitée ou de « territoires sans maîtres » des terres libres.

7 MAE La Courneuve, série A. Paix, vol. 177, discussion du 20 mars 1915 et vol. 178, 2 novembre 1915.

8 MAE, PA AP 399, C82-D4, lettre du père Chanteur à Gouraud, non datée, circa 1919.

9 Son livre, La Syrie de demain est un décalque des écrits de Salim Cressaty.

10 Dans les archives du Quai d'Orsay sur lesquelles nous fondons une partie de ce travail, le mot « zône » prend un accent circonflexe. Nous respectons ici l’orthographe originelle.

Top of page

References

Electronic reference

Julie (d') Andurain, « La « Grande-Syrie », diachronie d’une construction géographique (1912-1923) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 141 | June 2017, Online since 25 October 2017, connection on 21 November 2017. URL : http://remmm.revues.org/9790

Top of page

About the author

Julie (d') Andurain

Centre Roland Mousnier, Paris-Sorbonne

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page