Skip to navigation – Site map
Première partie

Une alliance de circonstance : l’Italie et les musulmans d’Albanie (1912-1920)

An alliance of convenience : Italy and Albanian Muslims (1912-1920).
Renaud Dorlhiac and Fabrice Jesné
p. Vol 141, 51-67

Abstracts

Abstract: Ruling an African empire recently formed, Italy sat foot also in Albania at the beginning of the First World War. While its military intervention aimed at securing the Adriatic Sea, it draws Roma to claim protection over the Albanian Muslims in front of the competing powers in the Balkans. The Italian occupation of Albania, that mainly took place in the southern part of the country, also called Northern Epirus, questions the toolbox put in place in order to secure the docility or the support of the populations. The present study tries to emphasize the means and skills mobilized by Italy to cope its rival challenges, and try to carry out its goals in an environment mainly pertaining to the Islamic faith and torn between competing national dynamics. From the review standpoint, we watched carefully to draw a parallel with the rest of the Italian imperial sphere, including the mother country where the issue of keeping law and order had to be addressed acutely.

Top of page

Full text

  • 1 Dans son extension maximale, l’Épire du Nord s’étend jusqu’au fleuve Shkumbi, délimitant l’Albanie (...)

1 À la veille de la Grande Guerre, l’Italie est parvenue à constituer un empire essentiellement africain, dont la majorité de la population est musulmane. Ses ambitions dans les Balkans l’amènent à prendre pied militairement en Épire, sur la rive sud de l’Albanie, jeune État travaillé par de forts antagonismes ethno-religieux et aux frontières contestées. Alternativement dénommée « Épire du Nord » par les tenants de l’hellénisme1, et « Albanie méridionale » par les autres, cette région est pour moitié peuplée de musulmans autochtones. L’Italie va s’employer à les courtiser face à des orthodoxes majoritairement favorables à la Grèce voisine, dans l’espoir d’en faire le socle autour duquel s’agrègeront les autres composantes de la nation albanaise.

2 L’étude du cas nord-épirote ou sud-albanais durant la « longue » Première Guerre mondiale constitue un cas d’école dans la mesure où il n’a rien de circonstanciel. Étape décisive dans la constitution d’un cadre étatique post-ottoman, l’occupation italienne ne peut être circonscrite à la période communément admise pour aborder le premier conflit mondial (1914-1918), ni à sa région d’exercice premier : l’Épire. Elle s’inscrit dans le cadre plus large d’une compétition qui, dans un souci de contrôle de territoires échappant graduellement à un Empire ottoman sur le recul, oppose depuis la fin du xixe siècle l’Italie, l’Autriche-Hongrie et, plus récemment, la Grèce, dans leur quête de patronage ou d’assimilation des populations locales. L’occupation d’un territoire pose immanquablement la question de l’ingénierie mise en place pour garantir la docilité ou susciter le ralliement de ses populations. La présente étude s’efforcera donc de mettre en avant les moyens et compétences mobilisés par l’Italie pour répondre aux défis posés par ses rivaux et tenter de réaliser ses objectifs dans un environnement majoritairement musulman et tiraillé entre des dynamiques nationales concurrentes.

3 Lors du règlement des guerres balkaniques de 1912-1913, l’hostilité de l’Italie aux revendications territoriales de la Grèce en Épire est patente. Statuant sur les frontières du nouvel État albanais, le protocole de Florence du 17 décembre 1913 voit triompher le point de vue de Rome puisqu’il entérine le partage de l’Épire historique entre l’Albanie et la Grèce, donnant naissance à un irrédentisme grec à l’endroit de « l’Épire du Nord ». Les comités nationalistes « gréco-épirotes », avec le concours de la Grèce, envahissent alors à plusieurs reprises le territoire désormais albanais, se livrant fréquemment à des exactions à l’égard des populations musulmanes albanophones, sur lesquelles l’Italie va dès lors tenter de conforter son influence. Elle cherche également à mobiliser le concert des grandes puissances en faveur de l’intégrité territoriale albanaise. Or, la crise de l’été 1914 met fin à cet ordre international et permet à la Grèce d’envahir une nouvelle fois l’Albanie méridionale (Dorlhiac, 2012 ; Jesné, 2015).

  • 2 Le Pacte secret de Londres entérine l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés de l’Entente, moyennan (...)

4 Au prétexte de venir en aide aux milliers de réfugiés fuyant l’avancée grecque, Rome occupe en décembre 1914 Vlorë, port d’Albanie méridionale situé à 80 km des côtes italiennes. La signature avec l’Entente du Pacte de Londres2, en avril 1915, lui octroie la possibilité de conserver cette ville en cas de partage de l’Albanie entre ses voisins, un scénario qu’elle cherche cependant à empêcher. L’action italienne en Albanie demeure limitée jusqu’à l’hiver 1915-1916, moment où le reflux des armées serbes et monténégrines devant les forces austro-hongroises pousse Rome à occuper un territoire plus vaste. Anticipant l’ouverture d’un nouveau front contre l’Autriche-Hongrie en Albanie, l’Italie commence par édifier un camp retranché autour de Vlorë, sanctuarisant la ligne de démarcation sur le fleuve Vjosa. L’extension italienne au sud de cette ligne, dans une région alors contrôlée par la Grèce royaliste, s’effectue de l’été à l’automne 1916.

  • 3 Elefthérios Vénizélos est un avocat et homme politique grec libéral qui dirige à plusieurs reprises (...)
  • 4 Ce secteur, dont le commandement fut établi à Doliana, prit alors la dénomination de « Sous-zone au (...)

5 L’extension italienne en Épire connaît son apogée à l’été 1917, moment où Rome profite du flottement politique à Athènes, suite à l’abdication du roi Constantin au profit d’Elefthérios Venizélos3 au début du mois de juin, pour prendre le contrôle de la région côtière de Tchamëri (faisant face à Corfou), du district de Kalamas et de la région montagneuse du Pinde. Cette occupation est de courte durée, la conférence de Paris d’août 1917 enjoignant à l’Italie de restituer ces territoires à la Grèce, désormais vénizéliste et alliée. Rome obtempère au mois de septembre, non sans garder le contrôle du territoire par lequel transite la route reliant Sarandë à la Macédoine4. Les choses demeurent en l’état jusqu’à la rupture du front en Macédoine, en septembre 1918, à laquelle l’Italie participe a minima. Néanmoins, une course de vitesse s’engage à l’automne, non pas contre ses adversaires en perdition, mais contre ses alliés serbes et français, pour s’emparer du territoire le plus vaste possible dans la perspective des futures négociations de paix. À la veille de leur ouverture, en janvier 1919, seuls les confins nord-est de l’Albanie échappent à l’Italie alors que celle-ci occupe le sud du Monténégro (Ferrero, 1923).

Gérer en contexte de guerre : « Rien n’autorise l’Albanie à croire qu’on veuille la traiter comme une colonie »

  • 5 L’Autriche-Hongrie accepta la diffusion de cette fatwa dans son territoire pour souder les musulman (...)
  • 6 Occupation militaire et construction étatique, l’Albanie sous occupation austro-hongroise (1916-191 (...)

6 En Épire occupée, l’Italie doit compter avec l’opposition ou le scepticisme d’une majeure partie de la population équitablement répartie entre musulmans et orthodoxes. Ces derniers étant largement favorables à la Grèce, parmi eux l’Italie ne peut réellement compter que sur un courant albaniste minoritaire se développant essentiellement au sein de la composante albanophone. Mais ce mouvement traduit moins une empathie réelle pour l’Italie qu’une réaction à la politique assimilationniste exercée par la Grèce durant son occupation. À l’échelle du pays, les élites musulmanes sont dans leur grande majorité favorables à l’Autriche-Hongrie, ennemie de Serbo-Monténégrins considérés comme la principale menace contre l’intégrité de l’Albanie. Elles sont en outre très majoritairement favorables à un État allié de l’Empire ottoman qui, en plus d’avoir déclaré le djihad à l’Entente au moment de son entrée en guerre en octobre 1914 (Lewis, 1975), laisse miroiter la reconstitution d’une principauté indépendante albanaise en cas de victoire des empires centraux5. La présence de nombreux musulmans originaires d’Épire dans les rangs de l’administration mise en place par l’Autriche-Hongrie dans sa zone reflète cet ascendant pris par Vienne sur les albanistes, majoritairement issus des régions méridionales 6, chose qui préoccupe constamment les autorités italiennes (Colonna di Cesaro, 1922).

  • 7  Le 23 octobre 1911, les troupes italiennes défendant une oasis proche de Tripoli sont attaquées pa (...)
  • 8 Alors qu’il sert à l’Office politico-militaire italien de Tripoli, Fortunato Castoldi (1876-1961) c (...)
  • 9 ASDMAE, AG, busta 1, fasc. 14, Aliotti (ministre d’Italie) à Sonnino (ministre des Affaires étrangè (...)

7 L’Empire ottoman avait déjà recouru au djihad contre l’Italie à l’occasion de l’invasion par cette dernière des provinces de Tripolitaine, de Cyrénaïque puis du Fezzan. Bien que l’Empire ait, en octobre 1912, cédé ces provinces à l’Italie, le soutien de ses officiers aux rebelles perdure jusqu’à la Première Guerre mondiale. Persuadés d’être accueillis en libérateurs des Arabes opprimés par la « féodalité » turque, les promoteurs de l’expansion italienne attribuent les revers du corps expéditionnaire – notamment la sanglante défaite de Sciara Sciat7 – au « fanatisme » des musulmans. « Fanatique » finit par désigner tout musulman choisissant, aussi bien en Libye qu’en Albanie, un parti différent de celui des Italiens, le Comité Union et Progrès (CUP) devenant l’épouvantail des services de renseignement italiens (Dumasy, 2006 : 99-100)8. En Albanie, du reste, les Occidentaux et certains patriotes albanais avaient eu parfois tendance, depuis la fin du xixe siècle, à opposer un islam albanais jugé superficiel et tolérant, s’incarnant en particulier dans la foi des confréries bektachies, à un islam proprement turc, fanatique et intolérant (Clayer, 2007 : 474-493). En Albanie aussi, les Italiens voient souvent dans l’hostilité à leur endroit la marque du « fanatisme turc » encouragé par les Austro-allemands. Les Ottomans ne s’étant pas résolus à la perte des territoires albanais, ils y développent une propagande active parmi les populations musulmanes et trouvent, exactement comme en Libye, le soutien de la duplice germanique, dès lors qu’il s’avère clair pour cette dernière que l’Italie ne la rejoindra pas dans la guerre européenne (Jesné, 2015)9.

  • 10 À l’époque de la conférence de la paix, le commandant en chef des forces italiennes en Albanie, Set (...)
  • 11 Le 10 décembre 1916, la France proclame une « Région autonome de Korytzas », poussant Vienne à reco (...)

8 Face à cette défiance généralisée, l’Italie doit se concilier les bonnes grâces des populations de l’Albanie méridionale. La façon dont troupes et administrations italiennes traitent les populations est donc radicalement différente de ce que l’on peut observer dans les possessions africaines de l’Italie. Dans le récit de son service en Albanie durant la guerre, l’écrivain Gian Pietro Ceretti note que les autorités italiennes doivent sévir contre l’habitude des soldats, apparemment influencés par les vétérans de la campagne de Libye, d’appeler « bédouins » les Albanais (Ceretti, 1919 : 36). L’anecdote traduit une réalité de plus vaste portée : le rapport de force entre Italiens et Albanais ne permet tout simplement pas aux premiers d’imposer une domination brutale. En outre, l’Albanie se trouve à la confluence des ambitions d’un grand nombre de puissances petites et grandes, ce qui confère une importante marge de manœuvre aux factions locales qui, tout comme ces puissances, jouent des rivalités entre l’Italie et ses concurrents10. De fait, Français, Austro-hongrois et Italiens se livrent à une véritable surenchère pour apparaître aux yeux des Albanais comme leur meilleur protecteur11.

9 Dans un rapport du mois d’août 1918, le colonel Fortunato Castoldi tire argument des erreurs imputables à la mentalité coloniale du commandement militaire pour inciter les autorités italiennes à accorder davantage de place aux populations locales :

« Les autorités italiennes se sont comportées de façon irraisonnée et injuste, à cause de cette mentalité coloniale qui a toujours prévalu à l’état-major. Ce dernier n’a jamais su voir autre chose que la possession et la domination auxquelles il est habitué en Afrique, sans penser que… les choses se conçoivent tout à fait autrement en Albanie […].

  • 12 ASDMAE, AG, Colonel Fortunato Castoldi, Conclusioni e proposte circa la situazione albanese, août 1 (...)

Comment remédier à cette situation qui nous est dommageable ? En dotant le pays d’institutions locales et de moyens pour les soutenir, en lui donnant une forme et une physionomie qui lui seraient propres, afin que, lorsque viendra le moment favorable, nous puissions encourager la solution qui nous sera la plus favorable et trouver le consentement des populations »12.

  • 13 DDI 5.8.616.
  • 14 Le 10 avril 1914, la « commission internationale de contrôle » mise en place par les puissances dot (...)

10 Le mot « colonisation » paraît en effet absolument tabou en Albanie, où le général Settimio Piacentini, qui commande les troupes italiennes en Albanie (Pastorelli, 1970), pense que la population refuse absolument « d’être mise sur le même plan que les indigènes africains »13. Dans son esprit, mais aussi dans celui de bon nombre de décideurs italiens, la chose n’est pas exclusive d’une forme d’association plus adaptée à un après-guerre marqué par l’émergence de mouvements nationaux parmi les populations colonisées. Du point de vue du droit international, l’Albanie est d’ailleurs toujours une « principauté autonome » sous la garantie collective des puissances14. Le concert européen ayant disparu corps et biens, il s’agit d’adapter le statut de l’Albanie au monde nouveau, en confiant le protectorat à la seule Italie. Ce souci d’adapter la forme impériale au nouveau contexte international doit aussi beaucoup, il faut bien le dire, à l’incapacité de l’Italie à asseoir sa domination par la force.

  • 15 I documenti diplomatici italiani, 5e série, vol. 8, doc. 627 (désormais DDI 5.8.627), l. 4442.206 r (...)

11 Cette bienveillance du faible ne concerne d’ailleurs pas seulement l’Albanie, dont on pourrait penser que la nature « blanche » la protège des appétits coloniaux les plus grossiers. L’Italie, incapable d’imposer sa domination sur les territoires libyens cédés par l’Empire ottoman en 1912, octroie en juin 1919 un statut particulièrement libéral à la Tripolitaine, en partie relayé l’année suivante par l’accord d’Er-Régima avec la confrérie sénoussie (Marongiu Bonaiuti, 1982 : 137 et sq). Quelques jours avant l’octroi de ce Statut tripolitain, le consul général d’Italie à Tunis se félicite de la naissance d’une nouvelle solidarité italo-musulmane de portée plus vaste15.

  • 16 Archivio dell’Ufficio storico dello stato maggiore, série E3, carton 115, fascicule 7 (désormais AU (...)

12 En Albanie méridionale, les institutions mises en place par les Italiens sont, en théorie, respectueuses du pluralisme confessionnel ; par exemple, dans les tribunaux ordinaires mis en place par ceux-ci, on veille à ce que chacun des deux juges assesseurs qui flanquent le juge italien soit issu des deux confessions lorsqu’elles sont représentées dans le litige (Regio Esercito Italiano, désormais REI, 1917 : 42). Les relations entre les Italiens et les différentes communautés sont cependant dictées par les situations rencontrées plus que par une idéologie différentialiste clairement articulée. En Épire, les Italiens peuvent souvent compter sur l’appui des musulmans, qui recherchent leur protection contre les Grecs, dont l’influence travaille évidemment les populations orthodoxes. Lors de l’extension de l’occupation en 1916, les troupes italiennes semblent accueillies en libératrices par les musulmans albanais, victimes d’exactions grecques si systématiques que le commandant des forces d’occupation, le général Bandini, décide d’établir une commission d’enquête chargée de collecter témoignages, données statistiques et preuves photographiques16.

Administrer les populations : l’impossible équilibre ?

13 Le commandement italien veut avant tout éviter d’avoir à distraire trop de troupes au bénéfice du front secondaire que demeure à ses yeux l’Albanie (Bertotti, 1926). Dès lors, il s’agit de ne pas donner trop de motifs de mécontentements aux populations, tout en assurant la sécurité des forces italiennes. La réalisation de ces deux objectifs passe notamment par un apaisement des tensions intercommunautaires. En Érythrée, l’Italie libérale avait d’abord veillé à ne pas perturber l’équilibre entre communautés musulmanes, animistes et chrétiennes, avant de favoriser les musulmans tout simplement parce qu’ils étaient majoritaires, de façon moindre qu’en Somalie où cette politique devient plus claire encore (Marongiu Bonaiuti, 1982 : 91-116). En somme, c’est le pragmatisme qui l’emporte, l’Italie pratiquant comme les autres puissances impériales le « bricolage colonial ».

  • 17 L’archimandrite Papa Germanos Theohari est interné en Sardaigne, à l’été 1916 (ASDMAE, AG, d. 495, (...)
  • 18 S’appuyant sur le décret du 7 juin 1918, l’Italie se contente d’avaliser la destitution du cadi de (...)
  • 19 ASDMAE, AG, n° 11245, Comando del XVI corpo d’armata a ministero Guerra, 16 octobre 1917, L’anno sc (...)

14 En Albanie méridionale, le rôle prépondérant de la religion dans la structuration de la vie sociale contribue fortement au cloisonnement confessionnel. Dans ces conditions, les autorités italiennes cherchent à rendre possible l’expression d’une identité chrétienne orthodoxe albanaise émancipée de la tutelle grecque, sans pour autant l’imposer. Pour parvenir à cet objectif, l’Italie doit surmonter l’opposition très vive d’une partie du clergé orthodoxe, chose qu’elle ne parvient à faire qu’en internant ou éloignant certains de ses principaux dignitaires, et en neutralisant leur capacité de nuisance17 – un procédé qui sera d’ailleurs repris par l’État albanais indépendant après-guerre (Clayer, 2014 : 433 et sq.). À l’inverse, les autorités d’occupation italiennes ne cherchent pas à s’immiscer outre mesure dans les affaires de la communauté musulmane. En pratique, les autorités doivent toutefois intervenir pour mettre ponctuellement de l’ordre dans des affaires internes rendues délicates par l’interruption des relations avec le cheik ül-islâm du fait de la guerre18. Certains observateurs italiens notent l’attachement général des musulmans albanais à la charia, y compris en dehors des zones réputées pour leur traditionalisme, et leurs réticences à scolariser leurs enfants, en particulier ceux du sexe féminin19. Il semblerait que cet attachement ait été renforcé par l’occupation grecque précédente, dans un réflexe de repli identitaire. Quelles qu’en soient les raisons : outil politique de « grécisation » chez les orthodoxes, prisme religieux chez les musulmans, les écoles constituent, pour les promoteurs de l’albanisme (fussent-ils italiens ou nationalistes albanais), le premier frein à la diffusion d’une identité commune. Telle est la raison pour laquelle les autorités soustraient celles-ci au périmètre des communautés religieuses pour les rattacher aux services préfectoraux.

  • 20 Un décret du 14 novembre 1916 entérine l’existence de deux Cadis dans la zone d’occupation italienn (...)

15 De la même façon, les autorités italiennes se montrent soucieuses de respecter les pratiques locales en matière civile, leurs propres normes ne pouvant être invoquées qu’en cas de silence du droit et des coutumes en vigueur. Ce respect pour les pratiques locales ressort aussi des prestations de serment opérées selon la religion et les coutumes des parties en présence. L’ordonnance du 20 avril 1917 prévoit ainsi le maintien des tribunaux religieux en matière de droit des personnes, de la famille et de droit successoral (REI, 1917)20.

  • 21 AUSSM, E3/115/7, r.r. 13952 de Bandini, cit., allegato A, relazione n.1 : Colonnello Carbone, coman (...)
  • 22 ASDMAE, AG, d. 488, Francesco Fazi al signor capo dell’ufficio politico militare presso il Comando (...)
  • 23 Ibid.

16 Enfin, les Italiens maintiennent formellement le cadre administratif hérité de l’Empire ottoman, tout en s’arrogeant les postes clés21. Le territoire est divisé en deux préfectures correspondant aux anciens départements (sandjaks) et dont les chefs-lieux sont Vlorë et Gjirokastër. Les préfectures sont elles-mêmes scindées en sous-préfectures correspondant aux anciens arrondissements (kazas ou mudiriats), et subdivisées en municipalités. Tant les Italiens que les Grecs, cependant, abandonnent l’échelon local à l’administration coutumière, chaque municipalité étant dirigée par un muftar nommé par la population et assisté par un conseil de notables. On notera cependant l’importation du maillage communal, jusqu’alors absent des campagnes et petites agglomérations en Albanie. Compte tenu du caractère extrêmement rural du pays, les Italiens sont convaincus de la nécessité de faire porter leur effort sur le développement de cet échelon administratif propre à rapprocher les populations22. Dès lors, il n’est pas étonnant de retrouver comme maître d’œuvre de cette entreprise Francesco Fazi (1859-1928), successivement Commissaire général pour les affaires civiles des territoires occupés au sud des frontières de Londres, puis Commissaire civil de la préfecture de Gjirokastër. Ce dernier est connu pour avoir été l’un des fers de lance du mouvement communal en Italie, à la fin du xixe siècle. Francesco Fazi souligne que le sentiment d’appartenance au sein des communautés est trop faible pour que l’indépendance de l’Albanie ne soit perçue sans appréhension par chacun23. En conséquence, il prône une approche graduelle, centrée sur les municipalités et les corps intermédiaires, en vertu de laquelle communautés musulmanes et orthodoxes pourraient poursuivre en parallèle leur mue nationale.

Un gouvernement colonial ?

  • 24 Il s’agit du biennio rosso, la vague de grèves et d’occupation de terres qui secoue l’Italie en 191 (...)

17 Bien que les études de la présence italienne en Albanie soient totalement déconnectées de celles qui portent sur les colonies africaines, mais aussi sur la métropole elle-même, l’historiographie du maintien de l’ordre en contexte impérial (Blanchard, 2012) invite à considérer la sphère impériale d’un seul tenant. Cela nous amène à nous demander si les populations albanaises, en particulier lorsqu’elles sont musulmanes, font l’objet de formes de contrôles spécifiques de la part des forces italiennes, ou si les pratiques de ces dernières peuvent être au contraire rapprochées de celles qui sont en vigueur dans les colonies africaines ou en métropole. Deux variables sont d’emblée envisageables : d’une part celle d’un traitement racialisé des populations, qui laisserait supposer que les musulmans albanais sont traités comme leurs coreligionnaires africains, une hypothèse que nous avons infirmée supra ; d’autre part celle d’une adaptation des ambitions de contrôle à la réalité des moyens disponibles. Or, sur ce dernier point, la situation n’est guère brillante pour les Italiens, aussi bien en Albanie qu’en Afrique et en métropole, il est vrai à des degrés divers. En Afrique, seule l’Érythrée semble sous le contrôle militaire des Italiens. En Libye, on sait que ces derniers s’enferment dans les villes de la côte, où ils sont assiégés par les rebelles sénoussis ; même en Somalie, l’intérieur est perdu et devra faire l’objet d’une reconquête après-guerre. En métropole, on peut rappeler que les phénomènes de désertion ou de refus de combattre sont d’une telle ampleur que des maquis de réfractaires se constituent (Procacci, 1993 : 63), la situation s’aggravant même à la faveur des « deux années rouges »24.

18 En Albanie, la domination italienne semble avoir été dans l’ensemble relativement légère, surtout si l’on garde à l’esprit le fait que les pratiques de maintien de l’ordre sont assez brutales en Italie, même en temps de paix. Elle revêt cependant quelques caractères typiquement coloniaux : si les Italiens ont recours à des auxiliaires locaux pour leur permettre de limiter le déploiement de forces nécessaires au contrôle du territoire, il n’est pas question pour autant d’associer les Albanais à la réalité du pouvoir. Sur le plan administratif, la mise en avant des pouvoirs locaux ne signifie nullement un quelconque abandon de pouvoir de la part des autorités italiennes. Un Secrétariat aux affaires civiles nomme les préfets, sous-préfets, par ailleurs flanqués d’un Commissaire civil italien dans l’exercice de leurs fonctions, et ratifie également l’investiture des maires élus par les conseils municipaux (REI, 1916 : 25-28).

19 Au début de l’année 1916, l’extension du conflit en Albanie à la suite de la pénétration austro-hongroise amène l’Italie à renforcer le contrôle du territoire en restreignant la liberté de circulation. Tous ne sont pas, cependant, également soumis à ces restrictions. Une milice albanaise est constituée sur une base volontaire, afin de doter d’une structure et d’un encadrement italien des bandes irrégulières albanaises prêtes à apporter leur concours (Ferrero, 1923). Le rôle essentiel joué par celles-ci aux marges de la zone d’occupation, mais aussi la crainte de les voir passer à l’ennemi, permet aux quelque 2 200 personnes concernées de disposer d’une grande liberté d’action et d’un statut dérogatoire. Parallèlement à cette milice, les autorités appuient la création d’une gendarmerie albanaise encadrée par des carabiniers italiens, devant garantir la sécurité à l’intérieur d’un territoire où le brigandage est monnaie courante (Colonna di Cesaro, 1922).

20 En outre, diverses mesures viennent réglementer la vie dans les espaces publics en soumettant la tenue de certaines activités à une autorisation préalable (REI, 1916 : 13-20). Par ailleurs, différentes campagnes de collecte des armes de guerre sont conduites tout au long de l’année 1916. Un décret du 8 décembre 1917 sanctionne ainsi d’une assignation devant la Cour martiale toute voie de fait par armes contre les militaires italiens. Une telle politique relève certainement de la nécessité militaire en temps de guerre, mais elle s’inscrit aussi dans le temps plus long de la mise en ordre des campagnes entreprises par les différents États méditerranéens depuis le xixe siècle, Empire ottoman, Grèce mais aussi Italie compris (Davis, 1988 : Nadir, 2008). Les pratiques répressives mises en œuvre par les Italiens ne sont guère différentes de celles qui ont cours dans leurs propres campagnes méridionales ou à l’arrière du front des Alpes et de l’Isonzo. La véritable différence avec la situation métropolitaine tient certainement dans le traitement particulier dont les populations musulmanes et orthodoxes font l’objet. C’est également en ce sens que l’administration italienne se distingue de celle que les Français mettent en place dans leur propre zone d’occupation, momentanément érigée en « Région autonome de Korytzas ». La « politique des notables » qu’ils y mettent en oeuvre s’adresse autant aux musulmans qu’aux orthodoxes, ce qui semble moins évident dans la zone italienne. Là aussi, les Français prétendent favoriser la tranquillité publique, l’instruction et le développement économique, et comme les Italiens soumettent l’embryon de gouvernement local à un contrôle étroit tout en déléguant volontiers à l’échelon local (Dorlhiac, 2005).

  • 25 Outre l’affaire de Sciara Sciat déjà évoquée, voir par exemple Del Boca, 1992, « Gli scandali di Ma (...)

21 Les plaintes adressées par le gouvernement grec à son homologue italien durant les années de guerre, puis par l’embryon de gouvernement albanais une fois le danger grec écarté, permettent une lecture en creux de la dimension coercitive de l’occupation italienne. En Albanie, les Italiens ne se livrent jamais à des violences massives, au contraire de ce qui se passe en Afrique25. Il est d’ailleurs à noter que les trois grandes puissances occupantes cherchent à s’y concilier les bonnes grâces des populations : les Austro-hongrois considèrent l’Albanie comme un « pays ami occupé » (Scheer, 2009 : 38-42) bénéficiant de formes d’autonomie locale et d’un accompagnement au State building qui, comme dans le cas italien, s’inscrit dans la continuité de la politique d’influence d’avant-guerre. Cette bienveillance relative tranche avec la cruauté des occupations dans le reste des Balkans et de l’ensemble du front de l’Est, où les populations sont livrées aux violences, aux déplacements contraints, au travail forcé et au pillage économique (Bianchi 2012).

  • 26 Arkivi Qendror Shtetëror [Archives nationales albanaises], 152/1, Ministra e punëve të brëndshme [m (...)

22 En Albanie méridionale, une fois le danger grec écarté, ce sont les Albanais eux-mêmes qui dénoncent le contrôle sévère dont le territoire fait l’objet. Le 28 novembre 1919, Vlorë est le théâtre d’une manifestation commémorant la déclaration d’indépendance proclamée dans la même localité sept ans plus tôt, en dépit des consignes données par les autorités italiennes. Notons qu’au même moment, l’agitation qui travaille l’ensemble de la péninsule italienne a souvent de sanglantes conséquences (voir par exemple Dunnage, 1997 : 91-92). En Albanie, les forces italiennes semblent beaucoup plus prudentes qu’en métropole. Sur le terrain, de petits faits de brutalités de la part des forces italiennes paraissent avérés un peu partout, du moins pour l’année 191926, mais il semble également que la propagande albaniste grossisse délibérément ces faits. Les Italiens sont bienveillants envers les musulmans d’Albanie méridionale tant que ces derniers les considèrent comme une protection efficace face à la Grèce, mais à partir de 1919, ils étendent à l’ensemble de la population d’Albanie méridionale le contrôle tatillon qu’ils imposaient jusqu’alors aux seules populations supposées grécophiles.

Un protectorat avorté : la fin de l’occupation italienne en Albanie (1918-1920)

  • 27 Issu d’une des principales familles beylicales d’Albanie centrale, Esat Pacha Toptani exerce de hau (...)

23 Si, pendant la guerre, l’aide italienne avait paru acceptable pour une partie des Albanais, la fin du conflit rebat les cartes. La publication par les bolchéviques du texte du Pacte secret de Londres, en février 1918, met à mal le soutien des partisans de l’Italie. Plutôt que de s’opposer frontalement à la ligne politique décidée à Rome, les albanistes tirent profit de la fragilité de la position italienne, a fortiori au moment où celle-ci doit élargir son action à l’ensemble du territoire albanais. Au mois d’octobre 1918, la guerre à peine terminée, Myfid bey Libohova (1876-1927), tout juste nommé préfet de Gjirokastër, plaide activement pour la formation d’un gouvernement national provisoire albanais. Il invoque à l’appui de sa requête la nécessité d’unifier et de coordonner l’action de la diaspora, pour permettre à l’Albanie d’être représentée à la conférence de la Paix (Villari, 2009 : 530 et sq.) et défendre son futur statut ainsi que ses frontières « ethniques et naturelles »27. L’Italie cherche alors à rassurer les musulmans du nord (Libohova, 1921) vis-à-vis des intrigues étrangères, et à dissiper les doutes des chrétiens orthodoxes quant à ses intentions. Cette convergence d’intérêts entre Italiens et nationalistes albanais débouche sur la mise en place du gouvernement provisoire de Durrës, le 25 décembre 1918. La confiance relative des autorités italiennes dans le succès de cette entreprise pan-albanaise les conduit à en confier la direction à Turhan pacha Përmeti, un dignitaire musulman originaire de la zone d’occupation italienne. D’une façon générale, en évoluant dans un cadre aux particularismes marqués, l’Italie éprouve les plus grandes difficultés à s’appuyer sur des personnalités acceptables par les autres communautés, mais aussi à l’intérieur de chacune d’entre elles.

24 En outre, à mesure que le temps passe, et notamment depuis la fin du conflit, les arguties avancées par l’Italie pour justifier le traitement particulier accordé à Vlorë et à son arrière-pays convainquent de moins en moins en Albanie. Le rejet du paternalisme italien s’accentue au début de l’année 1920, avec la constitution d’un gouvernement albanais alternatif, ouvertement opposé à celui de Durrës, en dépit des efforts des autorités italiennes pour empêcher la tenue de son congrès constitutif à Lushnjë. Composé majoritairement par des nationalistes albanais distants de l’Italie, il apparaît comme la conjugaison du discrédit italien et de l’effondrement de l’Autriche-Hongrie après-guerre. Les premiers mois de son activité sont consacrés à l’extension de son autorité sur l’ensemble du territoire albanais, entrant en concurrence directe avec les administrations du gouvernement de Durrës (qui cesse de fonctionner en février) et de la zone d’occupation française (évacuée en juin 1920). Cette concurrence est d’autant plus flagrante que les régions occupées par l’Italie depuis la guerre avaient dépêché de nombreux représentants au congrès de Lushnjë. L’unification du territoire albanais sous l’autorité du nouveau gouvernement, qui siège à Tirana, s’effectue au rythme des affrontements armés de basse intensité préludant à des négociations politiques.

  • 28 Un accord conclu au mois mars 1920 fit bénéficier le gouvernement de Tirana des dispositions de l’a (...)

25 Au début du mois de mars, la retraite italienne des régions d’Ersekë, Leskovik, Përmet, et l’extension des combats à celles de Delvinë et Gjirokastër, conduisent rapidement Rome à reconnaître la légitimité du gouvernement de Tirana28 et à évacuer l’intégralité du territoire albanais, y compris Vlorë (signature, le 2 août 1920, du protocole de Tirana, consacrant la souveraineté albanaise sur la région de Vlorë). La faible résistance opposée par l’armée italienne, un an et demi après la fin de la guerre, s’explique par le rapatriement en métropole de la majeure partie des unités, lui-même dû aux désordres internes et à l’atmosphère insurrectionnelle sévissant dans certaines casernes. Le 15 juin, Giovanni Giolitti revient au pouvoir, résolu à clore le chapitre de la Première Guerre mondiale, ce qui passe par une liquidation des ambitions italiennes dans les Balkans.

Conclusion

26 Le régime italien en Albanie méridionale tire une grande partie de ses caractéristiques du contexte de la Grande Guerre dans lequel il s’inscrit. On peut néanmoins considérer que quelques-uns de ses traits se rapprochent des situations rencontrées dans l’empire colonial italien : traitement différencié des diverses composantes de la population locale en fonction des intérêts de la domination italienne ; usage d’auxiliaires locaux pour garantir une tranquillité relative et à moindre coût ; respect revendiqué des « coutumes » locales, mais maintien des populations dans une position subalterne. Comme en Afrique, la domination italienne est aussi spatialement limitée : faute d’une puissance militaire suffisante, elle s’exerce d’abord sur un petit territoire côtier permettant de contrôler le débouché adriatique. Là s’arrêtent cependant les similitudes : en Albanie, les Italiens doivent faire face à la concurrence des autres grandes puissances, mais aussi à celle de puissances locales émergentes, notamment la Grèce. Cette compétition, et le fait que les Balkans soient depuis le xixe siècle considérés par l’opinion publique internationale comme une partie intégrante de l’Europe, contraignent les Italiens à la retenue vis-à-vis de populations locales qui finissent par l’emporter politiquement et militairement.

27 Car tout le paradoxe réside dans l’ambiguïté des motivations de l’engagement de l’Italie en Albanie et dans son incapacité à élaborer une politique suffisamment cohérente pour lui permettre d’atteindre ses objectifs : s’assurer le contrôle de l’Adriatique et supplanter l’Autriche-Hongrie dans son patronage de l’albanisme. En somme, nous observons là une manifestation classique de la compétition que se livrent deux modernités : celle que l’Italie promeut localement en accélérant le passage d’identités impériales à une identité nationale ; celle qu’elle défend aussi, en fonction de ses intérêts, à travers un impérialisme politique vigoureux au service de ses ambitions stratégiques. L’action amorcée par l’Italie à la fin du xixe siècle, et menée intensivement durant son occupation de l’Albanie, entre 1914 et 1920, constitue donc une étape importante dans la mise en place d’un État national albanais. D’ailleurs, à l’instar des politiques promues par les Austro-hongrois et les Français dans leurs zones d’occupation respectives, ce dernier n’en reniera pas les apports principaux, tout au long de l’effort de structuration et de renforcement qu’il sera conduit à amplifier durant l’entre-deux-guerres.

Top of page

Bibliography

Références bibliographiques

BERTOTTI Emilio, 1926, La nostra spedizione in Albania (1915-1916), Milan, Società editrice « Unitas ».

BLANCHARD Emmanuel (dir.), mars 2012, « Ordre colonial », dossier thématique in Genèses. Sciences sociales et histoire, 86.

BIANCHI Bruna, 2012, Crimini di guerra e contro l'umanità : le violenze ai civili sul fronte orientale (1914-1919), Milan, UNICOPLI.

CERETTI Gian Pietro, 1919, L’Albania in grigio verde : appunti di un viaggio da Vlora a Salonicco attraverso l’Albania meridionale e la Macedonia (estate 1917), Florence, R. Bemporad & Figlio.

CLAYER Nathalie, 2007, Aux origines du nationalisme albanais. La naissance d’une nation majoritairement musulmane en Europe, Paris, Karthala.

–, 2014-2, « Les espaces locaux de la construction étatique à l’aune du cas albanais (1920-1939) », Annales HSS, 415-438.

COLONNA DI CESARO Giovanni Antonio, 1922, L’Italia nella Albania meridionale. Note e documenti (1917-1918), Foligno, F. Campitelli editore.

DAVIS John A., 1988, Conflicts and Control : Law and Order in Nineteenth Century Italy, Londres, Macmillan Education.

DEL BOCA Angelo, Gli italiani in Africa orientale, 1. Dall'Unità alla marcia su Roma, Milan, A. Mondadori, 1992.

DORLHIAC Renaud, 2012, « “La liberté et la mort” : dynamiques de l’occupation grecque de l’Épire durant les guerres balkaniques », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 107, Paris, p. 24-30.

–, 2005, « Le front d’Orient face à la question albanaise : la république de Korytzas », in les Actes du colloque : The Salonica Theatre of Operations and the Outcome of the Great War, Thessalonique, IMXA, 2005.

DUMASY François, 2006, Ordonner et bâtir. Construction de l’espace urbain et ordre colonial à Tripoli pendant la colonisation italienne, 1911-1940, thèse de doctorat inédite, Université d’Aix Marseille I - Université de Provence.

DUNNAGE Jonathan, 1997, The Italian Police and the Rise of Fascism. A Case Study of the Province of Bologna, 1897-1925, Londres, Praeger.

FERRERO Giacinto, 1923, L’opera dei soldati italiani in Albania durante la guerra, Naples, Riccardo Ricciardi editore.

GASPARI Forlenza et CRUCIANI Oscar (dir), 2009, Storie di sindaci per la storia d’Italia, Roma, Donzelli editore.

JESNÉ Fabrice, 2015, « Des neutralités imbriquées : l’Italie et les Balkans (août 1914 - mai 1915) », Relations internationales, 160, p. 19-37.

KITROMILIDES Paschalis (dir.), 2006, Eleftherios Venizelos : the Trials of Statesmanship, Édimbourg, Édinburgh University Press.

LEWIS Geoffrey, 1975, « The Ottoman Proclamation of Jihad in 1914 », Islamic Quarterly, 19/3-4, p. 157-163.

LIBOHOVA Mufid, 1921, Politika ime ndë Shqipëri (1916-1920), Gjirokastër, Shtypëshkronj’e Konkordies.

MARONGIU BONAIUTI Cesare, 1982, Politica e religioni nel colonialismo italiano (1882-1941), Varese, Giuffrè.

MCMEEKIN Sean, 2015, The Ottoman Endgame : War, Revolution, and the Making of the Modern Middle East, 1908-1923, New York, Penguin Press.

MONTANARI Mario (dir.), 1978, Le truppe italiane in Albania (1914-20 e 1939), Rome, USSME.

NADIR Özbek, 2008, « Policing the Countryside : Gendarmes of the late 19th century Ottoman Empire (1876-1908) », International Journal of Middle East Studies, p. 47-67.

PASTORELLI Pietro, 1970, L’Albania nella politica estera italiana 1914-1920, Naples, Jovene.

PROCACCI Giovanna, 2000, Soldati e prigionieri italiani nella Grande Guerra, Turin, Bollati Boringhieri.

REGIO ESERCITO ITALIANO, COMANDO DEL XVI. CORPO D’ARMATA, Bandi emanati nei territori occupati d’Albania, s.l., 20 avril 1917, p. 89-98.

–, COMANDO TRUPPE OCCUPAZIONE ALBANIA, SEGRETARIATO PER GLI AFFARI CIVILI, La gestione dei servizi civili. Documenti. Fascicolo I, s. 1.,s.l. 17 septembre 1916.

SCHEER Tamara, 2009, Zwischen Front und Heimat. Österreich-Ungarns Militärverwaltungen im Ersten Weltkrieg, Francfort, Lang.

VILLARI Giovanni, 2009, « La presenza italiana in Albania 1918-1920 », Italia contemporanea, 256-257, p. 525-535.

Top of page

Notes

1 Dans son extension maximale, l’Épire du Nord s’étend jusqu’au fleuve Shkumbi, délimitant l’Albanie en deux parties égales et englobant le port de Vlorë. Pour toutes les références toponymiques, voir la carte en fin d’article.

2 Le Pacte secret de Londres entérine l’entrée en guerre de l’Italie aux côtés de l’Entente, moyennant la satisfaction de certaines revendications territoriales.

3 Elefthérios Vénizélos est un avocat et homme politique grec libéral qui dirige à plusieurs reprises le gouvernement grec. Durant la Première Guerre mondiale, son refus de cautionner la politique germanophile du roi Constantin provoqua un schisme national, mais permit à la Grèce d’intégrer le rang des vainqueurs (Kitromilides 2006).

4 Ce secteur, dont le commandement fut établi à Doliana, prit alors la dénomination de « Sous-zone au sud des limites de Londres ». Archivio storico diplomatico del Ministero degli Affari Esteri (désormais ASDMAE), Archivio di Gabinetto 1915-1918 (désormais AG), Comando Sottozona Zagori-Pindo, allegato n° 10, septembre 1917.

5 L’Autriche-Hongrie accepta la diffusion de cette fatwa dans son territoire pour souder les musulmans contre Esat Pacha Toptani, opposant le plus influent à la principauté comme à l’Autriche-Hongrie (Clayer, 2013).

6 Occupation militaire et construction étatique, l’Albanie sous occupation austro-hongroise (1916-1918) », communication présentée par Nathalie Clayer le 6 mars 2013 lors du séminaire « La Première Guerre mondiale et les fronts orientaux » animé par Cloé Drieu à l’EHESS"

7  Le 23 octobre 1911, les troupes italiennes défendant une oasis proche de Tripoli sont attaquées par les forces arabo-turques sur le terrain difficile constitué par cette palmeraie : les Italiens ne peuvent y creuser des tranchées et leur feu est gêné par la végétation. Des groupes de soldats italiens encerclés sont massacrés et des civils participent aux exactions. Dans les jours qui suivent, les Italiens se livrent à une répression féroce et indiscriminée (Dumasy, 2006 : 106 et sq.).

8 Alors qu’il sert à l’Office politico-militaire italien de Tripoli, Fortunato Castoldi (1876-1961) considère le CUP local comme l’âme de la résistance au débarquement italien (Dumasy, 2006 : 99-100). Sa trajectoire reflète les circulations d’hommes et d’expériences à l’œuvre dans les territoires occupés par l’Italie, autant que le recours à des profils spécialisés. Après avoir contribué à l’organisation de la gendarmerie macédonienne, puis été attaché militaire dans l’Empire ottoman, il fut envoyé en Albanie à la chute du Prince de Wied. Durant la Première Guerre mondiale, il est responsable des Balkans au ministère italien des Affaires étrangères, puis expert auprès de la délégation italienne à la conférence de la paix et, en 1920, premier ambassadeur italien en Albanie. Il est à cette époque considéré dans l’administration italienne comme le meilleur connaisseur de cette région, et un fervent albaniste (Pastorelli, 1970).

9 ASDMAE, AG, busta 1, fasc. 14, Aliotti (ministre d’Italie) à Sonnino (ministre des Affaires étrangères, désormais MAE), Durrës, 25 février 1915.

10 À l’époque de la conférence de la paix, le commandant en chef des forces italiennes en Albanie, Settimo Piacentini, redoute ainsi deux obstacles à l’influence de l’Italie : que cette dernière puisse s’associer, même de façon rhétorique, aux projets de démembrement de l’Albanie ourdis par les puissances balkaniques et leurs patrons occidentaux ; son manque de liquidités, le peuple albanais étant, d’après Piacentini, foncièrement « vénal » : Documenti diplomatici italiano 5eme série vol.8.doc. 616 (désormais DDI 5.8.616), note 4908 op. de Piacentini (commandant en chef des forces italiennes en Albanie) à Sonnino (MAE), [Vlorë], 26 mai 1919.

11 Le 10 décembre 1916, la France proclame une « Région autonome de Korytzas », poussant Vienne à reconnaître une autonomie de l’Albanie, le 23 janvier 1917, avant que Rome ne proclame l’indépendance de l’Albanie sous protection italienne, le 3 juin 1917.

12 ASDMAE, AG, Colonel Fortunato Castoldi, Conclusioni e proposte circa la situazione albanese, août 1918.

13 DDI 5.8.616.

14 Le 10 avril 1914, la « commission internationale de contrôle » mise en place par les puissances dote l’Albanie d’un statut organique la plaçant sous la garantie collective des grandes puissances (Jesné, 2015).

15 I documenti diplomatici italiani, 5e série, vol. 8, doc. 627 (désormais DDI 5.8.627), l. 4442.206 ris. de Caccia Dominioni (consul général) à Sonnino, Tunis, 27 mai 1919.

16 Archivio dell’Ufficio storico dello stato maggiore, série E3, carton 115, fascicule 7 (désormais AUSSM, E3/115/7), r.r. 13952 de Bandini (Commandant en chef des troupes d’occupation italiennes en Albanie) à Sonnino (MAE) et Cadorna (chef d’état-major), Vlorë, 2 décembre 1916.

17 L’archimandrite Papa Germanos Theohari est interné en Sardaigne, à l’été 1916 (ASDMAE, AG, d. 495, Comando del XVI Corpo d’Armata a MAE, n° 24112, 8 décembre 1917). Bien qu’expulsé vers la Grèce, le Métropolite de Drinoupolis (Gjirokastër) impose à ses subalternes encore en poste de ne plus remplir aucune des tâches leur incombant (mariages, divorces, héritages, etc.) dans le but de susciter un profond ressentiment de la population orthodoxe contre les autorités italiennes rendues responsables de cette situation (ASDMAE, AG, Esposizione circa la posizione e l’attività in genere della Santa Metropoli di Drinupolis, s. d.).

18 S’appuyant sur le décret du 7 juin 1918, l’Italie se contente d’avaliser la destitution du cadi de Vlorë par celui de Gjirokastër, à la demande de la population, le premier invoquant le fait que seule la mechihat (bureau du cheik ül-islâm) était habilitée à le démettre de ses fonctions pour tenter de se maintenir en poste (ASDMAE, AG, d. 177, Comando Truppe Albania a MAE, n° 3235, 26 octobre 1919).

19 ASDMAE, AG, n° 11245, Comando del XVI corpo d’armata a ministero Guerra, 16 octobre 1917, L’anno scolastico 1916-1917 nella zona di guerra Albania.

20 Un décret du 14 novembre 1916 entérine l’existence de deux Cadis dans la zone d’occupation italienne, l’un en charge de la province de Gjirokastër, l’autre de celle de Vlorë et de la sous-préfecture d’Himarë.

21 AUSSM, E3/115/7, r.r. 13952 de Bandini, cit., allegato A, relazione n.1 : Colonnello Carbone, comandante la Colonna operante, 203° Regg. Fant., « Le condizioni del Kurvelesc superiore e del mudiriato di Tepeleni fino al torrente Saljari all’atto dell’occupazione italiana », p. 3 et sq.

22 ASDMAE, AG, d. 488, Francesco Fazi al signor capo dell’ufficio politico militare presso il Comando del XVI° Corpo d’armata, zona di guerra Albania, Argirocastro, 22 novembre 1917.

23 Ibid.

24 Il s’agit du biennio rosso, la vague de grèves et d’occupation de terres qui secoue l’Italie en 1919 et 1920.

25 Outre l’affaire de Sciara Sciat déjà évoquée, voir par exemple Del Boca, 1992, « Gli scandali di Massaua », p. 435-461.

26 Arkivi Qendror Shtetëror [Archives nationales albanaises], 152/1, Ministra e punëve të brëndshme [ministère de l’Intérieur], dosja 43, passim.

27 Issu d’une des principales familles beylicales d’Albanie centrale, Esat Pacha Toptani exerce de hautes fonctions dans l’administration ottomane. Élu député au Parlement après la révolution jeune-turque, il est l’un des hommes politiques les plus marquants de l’Albanie nouvellement indépendante. Il s’appuie tour à tour sur la Grèce, l’Italie et la Serbie, puis sur l’Entente, pour tenter de s’imposer à la tête de celle-ci. Exilé à Paris à la fin de la guerre (où il essaie de plaider ses vues auprès de la Conférence de la paix de Versailles), Esat Pacha Toptani y est assassiné le 10 juin 1920.

28 Un accord conclu au mois mars 1920 fit bénéficier le gouvernement de Tirana des dispositions de l’accord conclu en août 1919 au profit de celui de Durrës.

Top of page

References

Electronic reference

Renaud Dorlhiac and Fabrice Jesné, « Une alliance de circonstance : l’Italie et les musulmans d’Albanie (1912-1920) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 141 | June 2017, Online since 25 October 2017, connection on 24 November 2017. URL : http://remmm.revues.org/9812

Top of page

About the authors

Renaud Dorlhiac

École des Hautes Études en Sciences Sociales (CETOBAC)

Fabrice Jesné

École française de Rome 

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page