Navigation – Plan du site
Première partie

Engagement militaire et droits politiques des Arméniens : la Légion d’Orient, exemple de négociations entre une nationalité non souveraine et ses Alliés européens

Taline Papazian
p. Vol 141, 121-137

Résumés

Résumé : La Légion d’Orient est un corps auxiliaire de l’armée française créé en novembre 1916. Composé principalement d’Arméniens réfugiés de l’Empire ottoman rejoints par des compatriotes de l’étranger, ce corps a pour objet de soutenir la conquête de la Cilicie par la France qui, d’accord avec la Grande-Bretagne et la Russie, entend y constituer un protectorat à l’issue de la Première Guerre mondiale. Cet article met en lumière la gestation de ce projet à travers les tractations de près de vingt-quatre mois menées par son principal porteur à Paris et Londres, Boghos Nubar, président de la Délégation nationale arménienne, entre octobre 1914 et octobre 1916. La création de la Légion d’Orient a une visée stratégique : en inscrivant les Arméniens au nombre des acteurs militaires de la guerre et des partenaires de l’Entente, Boghos Nubar entend faire valoir leurs aspirations à un foyer national autonome placé sous administration française en Cilicie à la fin de la guerre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ne pas confondre avec l’Armée d’Orient forte de plusieurs centaines de milliers d’hommes, essentiel (...)
  • 2 Acte d’engagement des volontaires de la Légion d’Orient (Beylerian, 1983 : 291).
  • 3 Des témoignages d’acteurs français en poste ont été publiés au moment des événements et jusque dans (...)
  • 4 Voir le chapitre « Les Arméniens sacrifiés par l’Europe. De l’abandon de la Cilicie au traité de La (...)
  • 5 Les historiographies nationales portent l’empreinte des conflits intenses qui ont déchiré la Cilici (...)
  • 6 Voir notamment, pour la période de l’immédiat après-guerre, les ouvrages de Jean-David Mizrahi (200 (...)
  • 7 Voir la thèse de doctorat de Karen Nakache (1999) et, pour le Caucase, le doctorat en cours de Lusi (...)
  • 8 Suivant en cela les études récentes sur le rôle spécifiques des populations coloniales de la France (...)
  • 9 Instruction sur l’organisation de la Légion d’Orient n° 7.549-9/11, 26 novembre 1916 (Beylerian, 19 (...)
  • 10 À l’image de la brochure accompagnant l’exposition « Légion Arménienne » organisée par l’Armenian M (...)
  • 11 Voir notamment celui d’Aram Turabian (1929), l’un des organisateurs des volontaires arméniens en Fr (...)
  • 12 Volume collectif de la Revue d’Histoire Arménienne Contemporaine de 1999 consacré à la Cilicie, dir (...)

1La Légion d’Orient1 est le nom donné à un corps auxiliaire de l’armée française créé en novembre 1916, formé principalement d’Arméniens devant lui prêter concours en Cilicie « pour servir au prix de [leur] vie à la libération de [leur] patrie2 ». Formée à partir d’un contingent de quelques centaines d’Arméniens réfugiés à Port Saïd, en Égypte, elle a pour objectif d’appuyer les ambitions politiques de la France dans les provinces ciliciennes et syriennes de l’Empire ottoman. La France manque alors de troupes, ce qui rend l’apport de la Légion non négligeable même s’il reste modeste, avec un effectif de 5 et 10 000 hommes. Depuis l’entre-deux-guerres et jusque dans les années 1990, l’historiographie française avait délaissé l’étude des mandats français du Proche-Orient établis après la guerre, considérée comme marginale au regard de l’histoire coloniale française. La Cilicie3, où l’occupation s’est rapidement terminée par une retraite de la France devant les forces kémalistes4, a souffert davantage encore de cette négligence historiographique5, avant un regain d’intérêt dans les années 20006. L’exploration des archives non publiées, en France et à l’étranger, conduit à revisiter le rôle de petites nationalités dans les troupes de l’Entente7. Les formations armées ayant soutenu les ambitions françaises au Levant, parmi lesquelles la Légion d’Orient, commencent à être redécouvertes8. Les archives publiées en France ont eu tendance à surestimer l’importance de la date de novembre 1916, moment où l’organisation de ce nouveau corps est décidée par la France9. L’historiographie arménienne sur ce sujet, même si elle relève quelquefois d’une histoire partisane ou mémorielle10, s’appuie sur des témoignages d’époque11 qui permettent d’insister plutôt sur ses prémices (Gotikian, 199912). Dès septembre 1915, mettant à profit le sauvetage de quelques centaines de familles arméniennes par des navires de guerre français, la France étudie le projet de créer un corps de soldats arméniens. Ce premier pas est néanmoins encore insuffisant, dans la mesure où il subordonne cette future Légion d’Orient aux desseins de la France exclusivement.

  • 13 Microfilms initialement présents à la Bibliothèque Nubar à Paris, traduits en anglais en 1923 par l (...)
  • 14 Un grand merci à Claire Mouradian qui me les a aimablement transmis. Voir également Mouradian, 2015

2L’objectif du présent article est de poursuivre cette exploration. Le propos n’est pas de récuser la pertinence du rapport de forces diplomatique et militaire entre les grandes puissances (anglaise et française) et la partie arménienne, qui a une représentation diplomatique sans État propre, mais de modifier l’angle de vue pour souligner les enjeux politiques investis par la partie « mineure » d’un point de vue diplomatique dans la question de leur engagement militaire aux côtés des Alliés, et mettre en avant leur expérience propre – et ô combien vécue dans leur chair – des enjeux et objectifs de la guerre. Pour ce faire, des documents d’archives issus de trois sources sont mobilisés. La première est un recueil de 757 documents ministériels français – Affaires étrangères et Guerre principalement – concernant les Arméniens dans la Grande Guerre rassemblés par Artur Beylerian et publiés en 1983. Il s’organise autour de cinq thèmes : objectifs généraux de l’Entente quant à la Turquie d’Asie ; déportations et massacres des Arméniens ottomans ; activité de la Délégation nationale arménienne ; création de la Légion d’Orient ; et actions des Arméniens sur le front du Caucase. La seconde est un recueil de plus de 240 documents portant sur la période 1914-1918 (memoranda, correspondances diplomatiques et privées, rapports, minutes) de Boghos Nubar Pacha (Constantinople, 1851-Paris, 1930), président de la Délégation nationale arménienne de 1912 à 192313. La troisième source, composée des originaux des documents de la Délégation conservés aux Archives nationales d’Arménie, permet de compléter les données des deux premières14.

3La question du rôle que les Arméniens jouent dans cette guerre à travers leur engagement armé est centrale : comme d’autres nationalités des Empires des deux camps qui luttent pour la reconnaissance de droits politiques, celui-ci est vu comme un argument fort à faire valoir auprès des puissances pour appuyer leurs revendications. Contrairement à ce qui se passe pour le recrutement des hommes des colonies sous drapeau français, il s’agit véritablement d’un engagement volontaire à deux titres. Premièrement, la relation entre les Alliés et un certain nombre de minorités chrétiennes de l’Empire ottoman n’est pas coloniale mais de l’ordre de la protection politique – et en fait essentiellement symbolique – depuis les traités de San Stefano (1877) et de Berlin (1878) qui ont confirmé l’existence de la question d’Orient et d’un sous-ensemble, la question arménienne. Deuxièmement, les ressources politiques offertes par la force armée figurent dans le répertoire d’action des Arméniens depuis au moins le dernier tiers du XIXe siècle. Mais tandis que certains courants prônent l’action révolutionnaire, d’autres penchent pour un emploi strictement légal de la force armée. Boghos Nubar est au nombre de ces derniers : il guette le moment favorable pour travailler en ce sens depuis la première Guerre balkanique et aborde donc cette question avec les trois grandes puissances de l’Entente (russe, britannique et française) dès l’entrée en guerre de l’Empire ottoman.

4Réciproquement, la France envisage d’entrer en négociations avec un certain nombre de « nationalités » – Grecs, Arméniens, Arabes chrétiens puis musulmans – qui pourraient servir d’appui dans des zones stratégiques pour agir sur l’Empire ottoman, ou qui seraient tout simplement intéressantes à exploiter. En somme, la coopération est souhaitée par chacun des partenaires mais les gains escomptés sont d’importance inégale : intéressants pour les Alliés, dans la logique d’une rivalité franco-britannique au Proche-Orient, ils sont cruciaux pour les Arméniens qui négocient un changement de tutelle vu comme une « libération » et pour lequel leur engagement militaire constituerait la principale monnaie d’échange. L’accent mis sur la partie mineure amène à reconsidérer les scansions des discussions sur la Légion d’Orient entre les Britanniques, premiers à être saisis de ce projet, les Français, qui l’endossent définitivement au moment où les Britanniques donnent priorité à la Palestine et à l’Irak (création d’une Légion juive et d’une Légion arabe), et les Arméniens qui les font aboutir non sans peine après deux années d’efforts. Les trois corpus d’archives mettent en évidence la pugnacité de Boghos Nubar mais aussi les limites de sa marge de manœuvre. Les termes de l’accord avec la France prévoient que la Délégation nationale arménienne assiste la France dans le recrutement des volontaires sans y jouer de rôle public, par précaution par rapport à l’Empire ottoman. L’accord prévoit également que, pour la même raison, la Légion ne porte pas explicitement le nom de Légion arménienne et qu’elle fasse partie de l’armée française, pour des raisons militaires et politiques. Enfin il prévoit qu’elle se batte en Cilicie pour que, à l’issue de la guerre, celle-ci devienne un foyer arménien autonome placé sous administration française.

Guerre mondiale, question arménienne et engagement militaire pour l’Entente : les termes d’une nouvelle donne

  • 15 Paris, 30 juillet 1915, résumé d’entretiens avec les hommes politiques de France et d’Angleterre ré (...)
  • 16 Paris, le 6 juin 1915, note sur la Question arménienne, présentée à M. Delcassé (MAE), ANA, Fonds 5 (...)
  • 17 Boghos Nubar à Mikael Varandian, Heliopolis [Le Caire], 7 avril 1915 (Ghazarian, 1996 : 8). Varandi (...)
  • 18 Expression qui désigne une série de massacres dans la ville d’Adana et certaines localités voisines (...)

5Protagoniste central des tractations sur la Légion, Boghos Nubar Pacha est originaire des milieux aisés du Caire, où son père avait fait une brillante carrière de Premier ministre. Éduqué à l’européenne, diplômé de l’École centrale, fort d’une expérience professionnelle en agronomie et ingénierie, Boghos Nubar maîtrise le langage du pragmatisme et comprend les intérêts de ses interlocuteurs parisiens et londoniens. Ancien directeur des chemins de fer égyptiens, il seconde l’industriel belge Empain dans l’édification et l’équipement de la ville nouvelle d’Héliopolis. Ces années d’expérience dans l’aménagement urbain et les transports l’amènent à préconiser aux Alliés de concurrencer le Bagdadbahn par une voie ferrée aboutissant en Cilicie, « en territoire libre, dans un port toujours ouvert au trafic15 ». Philanthrope, sensible aux difficultés matérielles de la masse des populations arméniennes de l’Empire ottoman, conscient aussi de sa dispersion grandissante, il fonde l’Union générale arménienne de bienfaisance en 1906, sur le modèle de l’Alliance israélite universelle (Mouradian, 2010 : 64-67). Sur un plan diplomatique, Boghos Nubar n’en est plus aux premières heures de son apprentissage quand la guerre éclate. En 1912, il avait déjà été délégué à Paris par le Catholicos, avec pour mission de faire avancer auprès des Anglais et des Français l’application des réformes concernant les Arméniens de l’Empire ottoman, et plus généralement de parvenir à insérer leurs aspirations dans le concert international. Il quitte Paris début 1914 mais y revient dès que l’Empire ottoman entre en guerre contre l’Entente, à l’automne. « Acte de folie » d’un gouvernement qui « a marché au suicide »16, il y voit une opportunité de relancer les solutions de la question arménienne en allant au-delà de « modestes réformes »17. La guerre revêt pour les Arméniens un double objectif complémentaire : mettre fin à la domination ottomane, perçue comme insupportable depuis les massacres d’Adana de 190918, et obtenir une autonomie nationale sur une zone de l’Arménie ottomane administrée par une ou plusieurs puissances de l’Entente. Les contours géographiques de ce foyer sont un des objets décisifs de la guerre pour les Arméniens, dont la cartographie imaginaire la plus étendue va de la Cilicie à la frontière arménienne avec la Transcaucasie, englobant les six vilayets de l’Arménie ottomane plus celui d’Adana, plus connu sous le nom de Cilicie. Pour Boghos Nubar, le cœur de ce foyer ne peut qu’être la Cilicie, désignée en cela par l’histoire – lieu du dernier royaume arménien indépendant – et les intérêts politiques et économiques des Européens.

  • 19 Boghos Nubar à Mikael Varandian, Heliopolis (Le Caire), 7 avril 1915 (Ghazarian, 1996 : 9).
  • 20 Boghos Nubar au Catholicos de Cilicie Sahag, Heliopolis (Le Caire), 17/30 avril 1915 (Ghazarian, 19 (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 The war and the Armenians of Cilicia, Memorandum, Cairo, February 3, 1915 (Ghazarian, 1996 : 5).

6Immédiatement, la question de l’engagement militaire est au centre des préoccupations des différents courants politiques arméniens qui rapprochent leurs positions sur le rôle de la lutte armée dans la résolution de la question arménienne. Boghos Nubar représente une position légaliste, voire conservatrice : résolument hostile à la lutte révolutionnaire en temps de paix, il est pour une résistance armée en cas d’agression contre une population civile (Ghazarian, 1996 : 7) : « […] war has erupted, and the volunteers, by fighting side by side with the Allies, will strengthen our cause and create new rights for us »19. Favorable à une participation militaire des Arméniens aux côtés de l’Entente, il la limite à leurs obligations légales de sujets/citoyens en fonction de leur pays de résidence, limitation qui vaut au premier chef pour les Arméniens ottomans servant dans l’armée ottomane. Boghos Nubar souhaite inscrire l’usage de la violence armée dans le droit et lui attribuer une valeur politique reconnue par des acteurs déterminants dans la résolution de la question arménienne. Sa vision des volontaires arméniens dans la guerre est globale. Leur action sur tous les fronts (de la France au Caucase et en Cilicie), servirait les intérêts nationaux en poursuivant un même objectif : gagner l’engagement des gouvernements alliés et des opinions publiques en se battant contre un ennemi commun et rendre ainsi les Arméniens « dignes de leur libération »20. En concertation avec la communauté arménienne de Londres, Boghos Nubar fait passer, dès ce moment, une proposition d’appui à un débarquement allié à Alexandrette, option envisagée par certains experts militaires britanniques (Varnava, 2014 : 534). L’aide apportée par les volontaires arméniens en Cilicie serait de deux sortes : soutien militaire direct et appui des populations arméniennes rejetant la domination ottomane21. En février 1915, les Britanniques rebondissent sur ces ouvertures et Boghos Nubar les assure d’un soutien sans réserve des Arméniens à la condition expresse qu’« ils ne [soient] pas abandonnés après la guerre, que la Cilicie [soit] annexée à une puissance alliée, ou que la région [reçoive] une autonomie spéciale et une neutralité garantie par les puissances »22. Il fera systématiquement la même réponse aux Français. Le soutien de Boghos Nubar aux volontaires est réel puisqu’en 1914 il crée un Fonds national chargé de coordonner les enrôlements dans les colonies (Amérique, Bulgarie, Roumanie pour la seule fin d’année 1914) et l’aide matérielle sous forme de dons.

  • 23 L’historiographie du génocide des Arméniens hésite sur le moment de la prise de décision. Une hypot (...)
  • 24 Le 24 mai 1915 les gouvernements alliés déclarent officiellement que les autorités ottomanes sont c (...)

7L’attention des Alliés ne se porte ni au bon moment ni au bon endroit pour répondre aux attentes des Arméniens. Le calendrier des opérations militaires dans l’Empire ottoman joue contre les propositions de Nubar : jamais prioritaire par rapport à l’Europe, l’Empire ottoman est tout de même en train de devenir un théâtre important, avec le lancement d’une offensive navale aux Dardanelles, devant permettre la jonction avec la flotte russe, décidée en février 1915, de préférence à un débarquement à Alexandrette. L’intérêt s’accroît en avril lorsque s’ouvre la campagne terrestre. Mais c’est précisément à ce moment que le Comité Union et Progrès met en œuvre sa résolution de se débarrasser de la question arménienne par l’éradication de la population arménienne23. Tandis que les Alliés s’enlisent aux Dardanelles, les rapports venus des vilayets orientaux dès le début du mois de mai 1915, puis de Cilicie, se font de plus en plus alarmants sur l’ampleur des massacres. Au fil des semaines du printemps et de l’été 1915, les Arméniens des communautés diasporiques et leurs interlocuteurs alliés prennent conscience de l’objectif d’extermination des Arméniens ottomans24. Les Alliés, tenus en échec sur le front des Dardanelles, finissent par se replier sur Salonique en octobre, avant d’évacuer complètement en janvier 1916 : Alliés et Arméniens se croisent.

  • 25 Note du Comité de Défense nationale sur la Cilicie, en date du 20 juillet 1915, annexée à une dépêc (...)
  • 26 Boghos Nubar à Yakoub Artin Pasha, Paris, 4 août 1915 (Ghazarian, 1996 : 230).
  • 27 Article disponible en ligne : https://eac.revues.org/188 (dernière consultation le 27 septembre 201 (...)

8Or, pour ces derniers, l’attention que pourraient porter les Européens aux zones côtières de Cilicie ou du vilayet d’Alep, seule aire où aspirations arméniennes et intérêts européens peuvent se rencontrer, devient vitale au début de l’été 1915 avec l’espoir de parvenir à stopper l’hémorragie en cours. À plusieurs reprises jusqu’au début du mois de juillet, Boghos Nubar à Londres et ses relais du Comité de défense nationale en Égypte tentent de relancer la proposition d’un éventuel débarquement britannique dans ces zones25. Tout l’effort diplomatique de Boghos Nubar concernant la réaction des Alliés aux massacres en cours vise à obtenir plus qu’une condamnation morale et la promesse de demander des comptes à la Turquie après la guerre : il s’agit de pousser les Alliés à s’investir militairement en Asie mineure tant qu’il en est encore temps et, en se battant à leurs côtés, de donner au contrat moral la légitimité du combat à la vie à la mort mené ensemble « contre l’ennemi commun »26. Dans ce but, Boghos Nubar, comme les autres interlocuteurs arméniens apparaissant épisodiquement dans les documents d’archives français, fait valoir l’effort militaire déjà consenti aux côtés de l’Entente, rappelant le rôle des volontaires arméniens dans la prise de Van par l’armée russe en mai 1915, avec l’espoir de faire fonctionner l’analogie pour la Cilicie. Sur un plan politique, Boghos Nubar, lors de ses rencontres avec des membres des gouvernements français et anglais, fait valoir cette participation pour arguer du droit acquis par les Arméniens à recevoir un statut conforme à leurs aspirations à l’issue de la guerre. Il dispose d’un certain nombre de relais dans l’opinion publique française. Ce sont d’une part quelques grandes voix d’intellectuels, généralement dreyfusards, ayant pris fait et cause pour les Arméniens depuis les massacres hamidiens de 1894-1896 et qui en appellent au principe des nationalités pour la « libération » de divers peuples de l’Empire ottoman (Naquet, 2013 : 5527) ; d’autre part des hommes politiques éminents parmi les parlementaires et membres de l’Exécutif ; et enfin des historiens de la civilisation arménienne sensibles à son présent et qui se font les relais du changement de registre souhaité par Nubar : non plus une Arménie martyre mais une Arménie résistante (Macler, 1915 : 468).

  • 28 Boghos Nubar au Catholicos Kevork V, Paris, 29 juillet 1915 (Ghazarian, 1996 : 215). Les troupes ru (...)
  • 29 Note sur une opération militaire en Cilicie, en date du 24 juillet 1915, annexée à une dépêche du 2 (...)
  • 30 Ibid. p. 106.

9Mais Boghos Nubar ne se berce pas d’illusions sur ses chances de succès à ce moment-là. Face au manque d’empressement des Européens et à la situation critique des Arméniens ottomans, à la mi-juillet 1915, il envisage même de réorienter les ressources matérielles et humaines disponibles pour augmenter le nombre de volontaires dans l’armée russe, afin que ceux-ci rallient la Cilicie depuis Van et mettent un terme aux massacres au moins dans cette région28. Toutefois, les dispositions concrètes qu’il soumet au même moment aux Britanniques forment le substrat de toutes les discussions ultérieures sur un « corps arménien ». Une base serait constituée à Chypre, possession anglaise, à partir de laquelle un corps de 5 000 volontaires pourrait opérer. Ce chiffre pourrait être doublé dès lors que les Alliés auront jugé opportun d’agir en Cilicie29. Les Arméniens mettent en avant leur savoir-faire : à un coût minimal (ils ne demandent que des armes) et avec une formation donnée par les Anglais, leurs combattants, de grande qualité martiale et déterminés, pourront constituer une « diversion utile, en déviant l’attention du gouvernement turc [des Dardanelles], et en coupant toutes ses communications directes »30.

Les irréductibles djebeliotes, un corps à l’essai pour les Alliés

  • 31 Il s’agit du récit du pasteur Andreasian faisant partie des résistants du Moussa Dagh.
  • 32 Télégramme de Defrance à Delcassé, Le Caire, 19 septembre 1915 (Beylerian, 1983 : 78).
  • 33 Dépêche de Defrance à Delcassé, Le Caire, 23 septembre 1915 (Beylerian, 1983 : 97).
  • 34 Commandant par intérim la 3e escadre de la Méditerranée, Darrieus a participé à l’évacuation.
  • 35 Dépêche secrète de Darrieus à Victor Augagneur, ministre de la Marine, Port-Saïd, 17 septembre 1915 (...)
  • 36 Dépêche du contre-amiral Darrieus à Victor Augagneur, Port-Saïd, 2 octobre 1915 (Beylerian, 1983 : (...)

10Le 15 septembre 1915, la flotte française au large des côtes syriennes se porte au secours de 4 à 5 000 Arméniens réfugiés au Djebel Moussa (Andréasian, 1916)31, où ils ont décidé de résister à l’ordre de déportation notifié par les autorités ottomanes quelques jours auparavant. Ils trouvent refuge à Port-Saïd, où les Anglais les installent dans un camp et où officiers français et britanniques voient en eux une utilité militaire. La proposition semble venir des réfugiés eux-mêmes. Quelques jours après leur installation, Albert Defrance, ministre de France au Caire, rapporte à Théophile Delcassé, ministre des Affaires étrangères, qu’ils ont délégué un représentant venu faire part des aptitudes de « 500 d’entre eux » à porter les armes et de leur volonté de reprendre le combat32. Les Arméniens savent faire valoir leurs atouts : détermination, capacité de mobilisation, plans d’action concrets, connaissance du terrain…33. Sur les plans stratégique et tactique, leurs arguments sont repris des plans élaborés à l’été 1915 par la Délégation nationale arménienne. Ils trouvent en Defrance, chaleureux partisan d’un renforcement de la présence française au Proche-Orient en s’appuyant sur des groupes francophiles, un appui sérieux mais nullement aveugle. Le manque de discipline, noté à plusieurs reprises, semble être le principal défaut. Les rapports les plus insistants et les mieux informés viennent des officiers de marine français qui ont vu les résistants à pied d’œuvre lors de leur évacuation et observent leur comportement depuis leur installation au camp. Le contre-amiral Darrieus34 pense que le moment est venu pour la France d’agir en Syrie et que les Arméniens deviendront très utiles une fois armés et formés par des cadres français35 ; il espère pouvoir compter sur plusieurs milliers de combattants. Quinze officiers et quarante gradés habitués à la guerre de montagne et parlant l’arabe seraient suffisants pour assurer leur cohésion et leur puissance36.

  • 37 Secret report from Patriarch Zaven to Bishop Tourian, Constantinople, June 13, 1915 (Ghazarian, 199 (...)
  • 38 Rapport confidentiel du Service des renseignements anglais au ministère de la Guerre (Athènes, 19 o (...)
  • 39 Lettre de Boghos Nubar au vice-amiral Moreau, Paris, 8 mars 1916 (Beylerian, 1983 : 185).
  • 40 Entretien de Boghos Nubar et Mr. Etienne (1844-1921), une des principales figures du parti colonial (...)

11Mais à Paris et à Londres, ces recommandations ne reçoivent que de timides échos. Anglais et Français sont incapables de se mettre d’accord sur leurs objectifs diplomatiques et militaires en dehors des Dardanelles sur le front oriental, et conséquemment sur qui utilisera les combattants arméniens organisés en corps régulier. Pendant ce temps, la situation des Arméniens empire. Fin juillet 1915, Boghos Nubar reçoit plusieurs bilans provisoires des victimes arméniennes, projetant que dans quelques mois « des 1,5 million d’Arméniens il n’en restera plus que quelques-uns »37. Au plus tard au mois d'octobre, par des canaux différents, les Français prennent connaissance des mêmes informations38. Cet abaissement brutal de la présence démographique des Arméniens dans l’Empire ottoman, qui ne cesse de se confirmer, pèse sur les choix des parties. Côté européen, l’utilité des Arméniens, déjà secondaire, diminue à mesure que leurs populations sont décimées. Finalement, un moyen terme est adopté qui permet de temporiser : en décembre, le vice-amiral Moreau, commandant de la 3e escadre de la Méditerranée, donne des ordres relatifs à l’instruction militaire et à l’armement des Djebeliotes. L’instruction sera assurée par des Français, les Britanniques fournissant des armes (Beylerian, 1983 : 148). Quelques semaines plus tard, il rapporte que « l’enrôlement au camp des Arméniens de Port-Saïd a donné des résultats appréciables » (Beylerian, 1983 : 160). Aucune décision ferme n’est cependant prise. Tandis que les tergiversations politiques n’en finissent pas, en décembre, Boghos Nubar est très abattu par son incapacité à alléger le sort de ses compatriotes. La présence de dizaines de milliers d’Arméniens « otages » dans les convois de déportés qui ont convergé vers Alep réduit sa marge de manœuvre. Devant l’indécision des Alliés, il reste prudent sur les modalités de l’engagement militaire des Djebeliotes et des Arméniens en général39. S’il cherche à pallier l’absence de puissance militaire des Arméniens pour faire valoir leurs aspirations nationales40, ce sera sous drapeau allié afin de ne pas donner au gouvernement jeune-turc un nouveau prétexte de représailles. Cette seconde période s’achève en février 1916 sur un renoncement mutuel à utiliser militairement les Arméniens de Port-Saïd.

Le prix du sang des Arméniens ottomans : une Arménie autonome en Cilicie sous administration française

  • 41 Boghos Nubar au Catholicos Kevork V, Paris, 20 décembre 1915 (Ghazarian, 1996 : 304).

12Les discussions concernant le futur partage de l’Empire ottoman en zones d’influence entre la France et la Grande-Bretagne connaissent un nouveau départ mi-février 1916, avec les premières rencontres entre Mark Sykes et François Georges-Picot qui en avisent aussitôt la Russie. Dès le 1er mars, Boghos Nubar est mis au courant. Sa réponse est sans équivoque : il reprend sa mission et présente ses lettres d’accréditation comme représentant plénipotentiaire des Arméniens aux gouvernements français et anglais. Fin mars 1916, les intérêts et les calendriers des parties impliquées dans la question de l’engagement militaire arménien convergent enfin. La partition de l’Empire ottoman qui se dessine entre Sykes et Picot est la suivante : Constantinople et les détroits pour la Russie ; confirmation des droits britanniques sur l’Égypte et l’Irak ; internationalisation de la Palestine, avec de fait un condominium anglo-français (Laurens, 1999) ; la Syrie et la Cilicie pour la France. La France est le partenaire privilégié des Arméniens et l’attention militaire se porte en même temps sur l’Arménie ottomane et la Cilicie. Les Russes ont besoin d’aide à Erzeroum, prise le 16 février, et demandent aux Alliés de faire diversion avec un débarquement à Alexandrette, soit ce que les Arméniens appelaient de leurs vœux depuis dix-huit mois. La perspective de voir l’Arménie ottomane s’affranchir à l’issue de la guerre se rapproche mais une angoissante inconnue demeure, celle du nombre : y aura-t-il encore suffisamment d’Arméniens pour porter leurs aspirations quand les Alliés auront gagné41 ?

  • 42 Entretien de Boghos Nubar et Robert de Caix, 6 juillet 1916 (Ghazarian, 1996 : 347). Robert de Caix (...)
  • 43 Entretien de Boghos Nubar et Picot, Londres, 24 octobre 1916 (Ghazarian, 1996 : 385).

13Les négociations Sykes-Picot étant confidentielles, les discussions entre Européens et Arméniens se déroulent de manière indirecte jusqu’en octobre 1916. La partie arménienne a des informations sur le contenu des discussions entre les deux hommes et avec leurs partenaires russes, et elle fait valoir ses arguments via le Quai d’Orsay. Sur un plan politique, Boghos Nubar cherche à obtenir soit une Arménie intégrale (les 6 vilayets et la Cilicie) si la Russie ne s’y oppose pas ; soit un protectorat autonome français en Cilicie42. Privé de l’argument d’une majorité démographique relative, il fait valoir les qualités morales, laborieuses et commerçantes des Arméniens, sans oublier leur francophilie et leur capacité de résistance. L’assentiment des Français est verbal (Ghazarian, 1996 : 322 ; Beylerian, 1983 : 255 et suiv.). Le 16 mai 1916 les accords Sykes-Picot sont signés, secrètement mais avec l’accord de la Russie et de l’Italie. La zone d’influence française doit englober la province cilicienne, plus une partie des vilayets d’Alep – dont la bande côtière d’Alexandrette à Acre –de Kharpert, Diyarbekir et Sivas. Lors des dernières discussions sur l’accord de coopération franco-arménien, le 24 octobre, Picot assure à Nubar que les futures limites de la Cilicie autonome ne sont pas encore fixées et lui fait miroiter qu’elles iront sans doute bien au-delà de la province cilicienne vers les vilayets arméniens de Sivas et Diyarbekir43.

  • 44 Rencontre entre Boghos Nubar, Picot, Sykes, Mosditchian et Malcolm, Londres, 27 octobre 1916 (Ghaza (...)
  • 45 Dépêche de Briand au Général Roques, Paris, 19 juillet 1916 (Beylerian, 1983 : 216-217).
  • 46 Lettre de Georges-Picot au commandant Romieu, Londres, 8 août 1916 (Beylerian, 1983 : 221).
  • 47 Note de Brémond, en annexe de la dépêche de Defrance à Briand, Le Caire, 10 septembre 1916 (Beyleri (...)
  • 48 Dépêche de Defrance à Briand, Le Caire, 15 septembre 1916 (Beylerian, 1983 : 240).

14La question des volontaires arméniens se repose rapidement entre Sykes et Picot. On sait l’intérêt des Français et des Anglais à se partager la tutelle des futurs États arabes confiés aux Hachémites (Laurens, 1999). L’attention que Sykes accorde de longue date aux Arméniens est moins connue44. D’après Edouard Erickson, en juillet 1915, Sykes, alors en mission en Égypte, avait été approché par eux (Erickson, 2013 : 201). Cette information concorde avec ce qui a été rapporté précédemment des ouvertures faites par les Arméniens aux Britanniques aux mois de juin et juillet 1915. Des discussions auraient continué par intermittence jusqu’en octobre, ce qui là aussi fait écho à ces semaines de rivalités chicanières entre Anglais et Français sur l’utilisation des Djebeliotes. Les négociations franco-arméniennes s’accélèrent fin juin 1916, quand les Alliés trouvent l’occasion de concrétiser un soutien arabe : l’alliance avec le chérif de la Mecque, Hussein ben Ali, chef de la révolte arabe contre l’Empire ottoman, permet aux Alliés d’écarter tout soupçon d’une guerre qui viserait les musulmans en général. En juillet 1916, Aristide Briand intervient personnellement pour appuyer la constitution du corps arménien auprès de son ministre de la Guerre45. Il reprend l’essentiel des arguments stratégiques, tactiques et politiques donnés par les Arméniens en les réorientant : ce corps sera une force de diversion, qui pourra faciliter l’action du chérif de la Mecque, permettra à la France de s’imposer territorialement et de compter sur un soutien utile dans l’administration de la Syrie du Nord. Par ailleurs, la loi d’août 1915 qui interdit à des nationaux étrangers de s’enrôler sur le territoire français est ainsi circonvenue. Avec l’aval du ministère de la Guerre, Picot veut presser les choses46. Le lieutenant-colonel Edouard Brémond, un des promoteurs de l’influence française au Levant, est envoyé à Port-Saïd en septembre pour dresser un état des lieux du contingent disponible. Il émet un avis très favorable : un seul lieutenant de vaisseau français a suffi à former 200 hommes rapidement, décrits positivement (intelligents, tireurs remarquables, attentifs, calmes, avec des aptitudes pour les langues)47. Il estime les effectifs immédiatement mobilisables à 400 ou 500 Arméniens d’Égypte, 175 prisonniers en Inde, et 400 à Port-Saïd, soit un total de plus de 1 000 hommes48. La Grande-Bretagne donne son accord pour l’utilisation de Chypre comme camp de base le 13 septembre.

  • 49 Rencontre entre Boghos Nubar et [Jean] Gout, Paris, 2 octobre 1916 (Ghazarian, 1996 : 370).
  • 50 Dépêche de Briand au général Roques, ministre de la Guerre, Paris, 6 octobre 1916 (Beylerian, 1983  (...)
  • 51 Rencontre entre Boghos Nubar et Picot, Londres, 24 octobre 1916 (Ghazarian, 1996 : 384-386).
  • 52 Rencontre entre Boghos Nubar, Picot, Sykes, Mosditchian et Malcolm, Londres, 27 octobre 1916 (Ghaza (...)
  • 53 Télégramme du président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, à Defrance, Paris, 10 novembr (...)
  • 54 Dépêche du ministre de la Guerre au contre-amiral Lacaze, ministre de la Marine, Paris, 20 novembre (...)
  • 55 Note de Jean Gout au Cabinet, Paris, 7 décembre 1916 (Beylerian, 1983 : 292).

15La première demande de Boghos Nubar est que ce corps soit regroupé sur une base nationale. La seconde, que des garanties politiques soient données aux Arméniens afin d’attirer d’autres volontaires49. Briand se montre disposé à y accéder50. Fin octobre, Nubar négocie à Londres avec Picot et Sykes les principes de l’accord franco-arménien, finalisés le 27 : une Arménie cilicienne autonome et quelques milliers de volontaires pour la défendre51. Il obtient que les volontaires arméniens se battent uniquement « pour libérer leur terre ancestrale » qui aura statut de protectorat autonome52. Toujours prudent, il charge la France de l’enrôlement des volontaires, avec l’aide des Comités arméniens coordonnés par son fils au Caire53. La Délégation nationale arménienne est mise en copie de l’acte de création de la Légion d’Orient, reconnaissant ainsi implicitement le statut de partenaire politique à cette représentation de la nation54. Ses buts politiques sont résumés dans une note sur la constitution de la Légion : libération de la Cilicie, actions des Arméniens uniquement dans ce but, et la Légion comme noyau d’une future armée arménienne55.

Conclusion

16À la lumière de ce travail, une nouvelle chronologie apparaît et réinterroge les cadres traditionnels de la Première Guerre mondiale. Du point de vue des Arméniens, comme par ailleurs pour d’autres minorités de l’Empire ottoman, l’entrée en guerre est une opportunité non souhaitée mais finalement assumée de poursuivre les revendications politiques liées à la question arménienne en lui adjoignant la force d’une action militaire légale. L’étude de la Légion d’Orient permet de rouvrir une porte que l’ampleur de la catastrophe du génocide des Arméniens a eu tendance, dans l’historiographie comme dans la mémoire, à masquer.

17Il ressort des dispositions prises sur la Légion d’Orient que la partie arménienne a joué le rôle le plus important dans sa conception, même si la décision revient à la France. La partie mineure a pour elle une capacité à former des idées, à suggérer des points de vue, et à informer les « grands » de réalités qu’elles ne connaissent pas bien mais qui les intéressent. En position de sollicitant, elle le fait en usant d’un mélange d’humilité, de soumission et d’opportunisme. L’inégalité devant la décision donne à la conjoncture une importance capitale. Boghos Nubar en fait l’expérience amère quand il se heurte au caractère vain des tentatives diplomatiques pour arrêter les autorités ottomanes dans leur entreprise d’anéantissement et au désintérêt des Européens pour une opération militaire en Asie mineure. C’est pourquoi la question d’un engagement militaire des Arméniens revêt une dimension décisive : assortir leurs demandes politiques, jusque-là situées dans le registre moral et de la justice, de l’obligation juridique du contrat entre partenaires.

  • 56 Paris, 31 octobre 1918, Note de Jean Gout, Directeur des Affaires politiques et commerciales, Note (...)
  • 57 Ibid.

18La Légion d’Orient comprendra à la fin de la guerre trois bataillons qui « ont mérité les plus grands éloges »56 en Palestine et en Syrie. Celle-ci sera restée numériquement modeste mais n’aura pas déméritée, donnant de solides arguments aux Arméniens pour revendiquer le statut de belligérant à la table des négociations. Réel succès pour Boghos Nubar, qui compte faire valoir les droits de son peuple à un double titre : réparations pour les préjudices physiques, moraux et matériels subis au titre de sa destruction par le gouvernement ottoman ; droits politiques en échange de la participation militaire aux côtés des Alliés. Cette équivalence est entendue par la diplomatie française qui en reconnaît en aparté le bien-fondé : « Il est certain que les Gouvernements alliés ne pourraient sans injustice méconnaître les droits que se sont acquis les volontaires arméniens en dépensant leurs forces et leur sang sur les divers théâtres de la guerre. Si l’on met en parallèle cette action […] avec les abominables souffrances qui ont été infligées à leur peuple par le Gouvernement de Constantinople [...] on est obligé de constater que les Alliés doivent […] reconnaître officiellement le caractère de belligérant aux troupes arméniennes57 ».

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie sélective

ANDRÉASIAN Dikran, 1916, Comment un drapeau sauva quatre mille Arméniens, Paris, Librairie Fischbacher.

BEYLERIAN Arthur, 1983, Les Grandes puissances, l’Empire ottoman et les Arméniens dans les archives françaises (1914-1918), Paris, Publications de la Sorbonne.

BOZARSLAN Hamit et al., 2015, Comprendre le génocide des Arméniens. 1915 à nos jours, Paris, Tallandier.

CONSEIL SCIENTIFIQUE INTERNATIONAL pour l’étude du génocide des Arméniens (CSI), 2015, Le Génocide des Arméniens, Paris, Armand Colin.

ERICKSON Edward J., 2013, Ottomans and Armenians: a Study in Counterinsurgency, New York, Palgrave Macmillan.

FRÉMEAUX Jacques, 2006, Les Colonies dans la Grande Guerre. Combats et épreuves des peuples d’outre-mer, Saint-Cloud, 14-18 Éditions.

GHAZARIAN Vatché (ed.), 1996, Boghos Nubar’s Papers and the Armenian Question 1915-1918, Waltham M.A., Mayreni Publishing.

GOTIKIAN Gevork, 1999, « La Légion d’Orient et le mandat français en Cilicie (1916-1921) », Revue d’Histoire Arménienne Contemporaine, tome 3 (numéro spécial), Paris, Annales de la Bibliothèque Nubar, p. 251-313.

KÉVORKIAN Raymond (dir.), 1999, « La Cilicie (1909-1921), des massacres d’Adana au mandat français », Revue d’Histoire Arménienne Contemporaine, tome 3 (numéro spécial), Paris, Annales de la Bibliothèque Nubar.

LANDAU, Philippe, 2015, « Frères d’armes et de destin. Les volontaires juifs et arméniens dans la Légion étrangère (1914-1918) », Archives Juives, vol. 48, n° 1, p. 28-50.

LAURENS, Henry, 1999, La Question de Palestine, tome 1, Paris, Fayard.

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES, Commission de publication des documents diplomatiques français, 2004, Documents diplomatiques français, 1915, 3 tomes, Bruxelles, Presses Interuniversitaires Européennes-Peter Lang.

MACLER Frédéric, 1915, « L’effort arménien », Revue hebdomadaire, Paris.

MIZRAHI Jean-David, 2002, « Armée, État et nation au Moyen-Orient. La naissance des troupes spéciales du Levant à l’époque du mandat français, Syrie, 1919-1930 », Guerres mondiales et conflits contemporains, vol. 3, n° 207, p. 107-123.

—, 2003, Genèse de l’État mandataire. Services des renseignements et bandes armées en Syrie et au Liban dans les années 1920, Paris, Publications de la Sorbonne.

MOURADIAN Claire, 2015, « La diplomatie des “petites nations” : 1913-1923, une décennie de (vaines) tentatives pour résoudre la question arménienne », Revue d’Histoire de la Shoah, n° 202, p. 373-506.

—, 2015, « Juifs et Arméniens ottomans en France pendant la Grande Guerre : entre “régime de faveur” et défiance », Archives Juives, vol. 48, n° 1, p. 51-71.

—, 2010, « Une émule de l’Alliance : l’Union générale arménienne de bienfaisance », in Kaspi, André et Hassan, Valérie, Histoire de l’Alliance israélite universelle de 1860 à nos jours, Paris, Armand Colin, p. 64-67.

MUTAFIAN Claude, 1988, La Cilicie au carrefour des Empires, Paris, Les Belles Lettres.

NAKACHE Karen, 1999, La France et le Levant de 1918 à 1923 : le sort de la Cilicie et de ses confins militaires, Thèse de Doctorat (sous la direction de Guy Pervillé), Université de Nice.

NAQUET Emmanuel, 2013, « Quelques défenseurs des droits de l’Homme face à la cause arménienne (fin xixe - début xxe siècles) », Études arméniennes contemporaines 2, Paris Bibliothèque Nubar de l’UGAB, p. 43-61.

TACHDJIAN Vahé, 2004, La France en Cilicie et en Haut-Mésopotamie. Aux confins de la Turquie, de la Syrie et de l’Irak (1919-1923), Paris, Karthala.

TAUBER Eliezer, 1994, « La Légion d’Orient et la Légion arabe », Revue française d'histoire d’outre-mer, tome 81, n° 303,2e trimestre, p. 171-180.

TURABIAN Aram, 1917, Les Volontaires arméniens sous les drapeaux français, Marseille, Imprimerie nouvelle de Marseille.

—,1929, L’Éternelle victime de la diplomatie européenne, Marseille, Imprimerie nouvelle de Marseille.

VARNAVA Andrekos, 2014, « Imperialism first, the war second: the British, an Armenian legion and deliberations on where to attack the Ottoman empire », November 1914-April 1915”, Historical Research, vol. 87, n° 237, p. 533-555.

Haut de page

Notes

1 Ne pas confondre avec l’Armée d’Orient forte de plusieurs centaines de milliers d’hommes, essentiellement des coloniaux qui combattirent aux Dardanelles puis en Serbie. A son apogée en novembre 1918, la Légion d’Orient compte 15 000 volontaires et 150 officiers français.

2 Acte d’engagement des volontaires de la Légion d’Orient (Beylerian, 1983 : 291).

3 Des témoignages d’acteurs français en poste ont été publiés au moment des événements et jusque dans l’entre-deux-guerres. Voir notamment : du Véou, Paul, La Passion de la Cilicie, publié en 1938; l’ouvrage du Colonel Brémond, administrateur de la Cilicie, La Cilicie en 1919-1920, paru en 1920.

4 Voir le chapitre « Les Arméniens sacrifiés par l’Europe. De l’abandon de la Cilicie au traité de Lausanne », dans Bozarslan et al., 2015, p. 323-334.

5 Les historiographies nationales portent l’empreinte des conflits intenses qui ont déchiré la Cilicie pendant et après la guerre, chacune tentant de justifier les actions d’une partie au détriment de l’autre. S’ajoutent parfois des objectifs plus malhonnêtes, en particulier celui d’inscrire l’histoire de la France et des Arméniens en Cilicie dans l’historiographie officielle turque de la “tragédie arménienne” pour justifier les déportations des Arméniens, voire nier le génocide : Mim Kemal Oke, The Armenian Question, 1914-1923, Nicosia, 1983 ; Yucel Guclu, Armenians and the Allies in Cilicia, 1914-1923, Salt Lake City, Utah, 2010 et sa recension par A. Varnava : http://www.history.ac.uk/reviews/review/1419 (dernière consultation le 27 septembre 2016).

6 Voir notamment, pour la période de l’immédiat après-guerre, les ouvrages de Jean-David Mizrahi (2003) et de Vahé Tachdjian (2004).

7 Voir la thèse de doctorat de Karen Nakache (1999) et, pour le Caucase, le doctorat en cours de Lusine Navasartyan à l’EHESS, sous la direction de Claire Mouradian.

8 Suivant en cela les études récentes sur le rôle spécifiques des populations coloniales de la France dans la guerre. Voir, entre autres, l’ouvrage de Jacques Frémeaux (2006). La commémoration du centenaire de la Grande Guerre a stimulé les recherches : voir le colloque « Les troupes coloniales et la Grande Guerre », tenu en 2013 à Reims. Sur le sujet précis de cet article, mais pour la partie britannique, voir l’article d’Andrekos Varnava (2014) dans lequel l’auteur met l’accent sur le refus britannique de privilégier l’option d’un débarquement à Alexandrette, souhaitée par les Arméniens dès l’entrée en guerre de l’Empire ottoman.

Varnava (2014) dans lequel l’auteur met l’accent sur le refus britannique de privilégier l’option d’un débarquement à Alexandrette, souhaitée par les Arméniens dès l’entrée en guerre de l’Empire ottoman.

9 Instruction sur l’organisation de la Légion d’Orient n° 7.549-9/11, 26 novembre 1916 (Beylerian, 1983 : 279 et 291-292).

10 À l’image de la brochure accompagnant l’exposition « Légion Arménienne » organisée par l’Armenian Museum and Library of America de Watertown, près de Boston, en 2001.

11 Voir notamment celui d’Aram Turabian (1929), l’un des organisateurs des volontaires arméniens en France.

12 Volume collectif de la Revue d’Histoire Arménienne Contemporaine de 1999 consacré à la Cilicie, dirigé par Raymond Kevorkian. Disponible sur www.imprescriptible.fr/rhac/tome3 (dernière consultation le 27 septembre 2016).

13 Microfilms initialement présents à la Bibliothèque Nubar à Paris, traduits en anglais en 1923 par la Délégation et publiés en 1996.

14 Un grand merci à Claire Mouradian qui me les a aimablement transmis. Voir également Mouradian, 2015.

15 Paris, 30 juillet 1915, résumé d’entretiens avec les hommes politiques de France et d’Angleterre rédigé pour Sa Sainteté Kévork V, Catholicos de tous les Arméniens, Archives nationales d’Arménie (ANA), Fonds 57/5/97.

16 Paris, le 6 juin 1915, note sur la Question arménienne, présentée à M. Delcassé (MAE), ANA, Fonds 57/5/98, fol. 1-9.

17 Boghos Nubar à Mikael Varandian, Heliopolis [Le Caire], 7 avril 1915 (Ghazarian, 1996 : 8). Varandian est un leader du parti socialiste révolutionnaire Dachnaktstoutiun.

18 Expression qui désigne une série de massacres dans la ville d’Adana et certaines localités voisines (Hadjin, Sis, Deurt Yol, Zeïtoun) en avril 1909 qui firent environ 30 000 morts en quelques jours. Intervenant un an après la Révolution jeune-turque porteuse d’une vague d’espoir sans précédent pour un renouveau politique de l’Empire ottoman, les massacres d’Adana sont le fait du courant le plus radical au sein du parti jeune-turc avec le Comité Union et Progrès qui prendra quelques années plus tard la décision d’éliminer les Arméniens et les Assyro-chaldéens de l’Empire ottoman, voir notamment Kevorkian (1999) disponible en ligne : http://www.imprescriptible.fr/rhac/tome3/p1 (dernière consultation le 27 septembre 2016).

19 Boghos Nubar à Mikael Varandian, Heliopolis (Le Caire), 7 avril 1915 (Ghazarian, 1996 : 9).

20 Boghos Nubar au Catholicos de Cilicie Sahag, Heliopolis (Le Caire), 17/30 avril 1915 (Ghazarian, 1996 : 15).

21 Ibid.

22 The war and the Armenians of Cilicia, Memorandum, Cairo, February 3, 1915 (Ghazarian, 1996 : 5).

23 L’historiographie du génocide des Arméniens hésite sur le moment de la prise de décision. Une hypothèse forte la date de la défaite ottomane contre l’armée russe à Sarikamish début janvier 1915. Il semble que la présence de quelques milliers de volontaires arméniens originaires de l’Empire russe n’ait pas été étrangère à cette décision, même si leur nombre a été largement gonflé pour justifier la thèse de la menace.

24 Le 24 mai 1915 les gouvernements alliés déclarent officiellement que les autorités ottomanes sont coupables de « crimes contre l’humanité et la civilisation » et qu’elles auront à en rendre compte à la fin de la guerre.

25 Note du Comité de Défense nationale sur la Cilicie, en date du 20 juillet 1915, annexée à une dépêche du 29 septembre 1915 de Defrance à Delcassé (Beylerian, 1983 : 105).

26 Boghos Nubar à Yakoub Artin Pasha, Paris, 4 août 1915 (Ghazarian, 1996 : 230).

27 Article disponible en ligne : https://eac.revues.org/188 (dernière consultation le 27 septembre 2016)

28 Boghos Nubar au Catholicos Kevork V, Paris, 29 juillet 1915 (Ghazarian, 1996 : 215). Les troupes russes s’étant retiré de Van au début du mois d’août, ce plan n’a pas pu être mis en œuvre.

29 Note sur une opération militaire en Cilicie, en date du 24 juillet 1915, annexée à une dépêche du 29 septembre 1915 de Defrance à Delcassé (Beylerian, 1983 : 107).

30 Ibid. p. 106.

31 Il s’agit du récit du pasteur Andreasian faisant partie des résistants du Moussa Dagh.

32 Télégramme de Defrance à Delcassé, Le Caire, 19 septembre 1915 (Beylerian, 1983 : 78).

33 Dépêche de Defrance à Delcassé, Le Caire, 23 septembre 1915 (Beylerian, 1983 : 97).

34 Commandant par intérim la 3e escadre de la Méditerranée, Darrieus a participé à l’évacuation.

35 Dépêche secrète de Darrieus à Victor Augagneur, ministre de la Marine, Port-Saïd, 17 septembre 1915 (Beylerian, 1983 : 76) ; Dépêche secrète de Darrieus à Victor Augagneur, Port-Saïd, 22 septembre 1915 (Beylerian, 1983 : 89, 93)

36 Dépêche du contre-amiral Darrieus à Victor Augagneur, Port-Saïd, 2 octobre 1915 (Beylerian, 1983 : 115).

37 Secret report from Patriarch Zaven to Bishop Tourian, Constantinople, June 13, 1915 (Ghazarian, 1996 : 151).

38 Rapport confidentiel du Service des renseignements anglais au ministère de la Guerre (Athènes, 19 octobre 1915) sur les persécutions en Cilicie et dépêche de Viviani, président du Conseil et ministre des Affaires étrangères par intérim à Jusserand, ambassadeur de France à Washington le 22 octobre 1915 (Beylerian, 1983 : 127).

39 Lettre de Boghos Nubar au vice-amiral Moreau, Paris, 8 mars 1916 (Beylerian, 1983 : 185).

40 Entretien de Boghos Nubar et Mr. Etienne (1844-1921), une des principales figures du parti colonial français, Paris, 18 septembre 1915 (Ghazarian, 1996 : 285).

41 Boghos Nubar au Catholicos Kevork V, Paris, 20 décembre 1915 (Ghazarian, 1996 : 304).

42 Entretien de Boghos Nubar et Robert de Caix, 6 juillet 1916 (Ghazarian, 1996 : 347). Robert de Caix (1869-1970) est journaliste, diplomate et promoteur de la politique coloniale française au Levant, particulièrement en Syrie.

43 Entretien de Boghos Nubar et Picot, Londres, 24 octobre 1916 (Ghazarian, 1996 : 385).

44 Rencontre entre Boghos Nubar, Picot, Sykes, Mosditchian et Malcolm, Londres, 27 octobre 1916 (Ghazarian, 1996 : 395).

45 Dépêche de Briand au Général Roques, Paris, 19 juillet 1916 (Beylerian, 1983 : 216-217).

46 Lettre de Georges-Picot au commandant Romieu, Londres, 8 août 1916 (Beylerian, 1983 : 221).

47 Note de Brémond, en annexe de la dépêche de Defrance à Briand, Le Caire, 10 septembre 1916 (Beylerian, 1983 : 232).

48 Dépêche de Defrance à Briand, Le Caire, 15 septembre 1916 (Beylerian, 1983 : 240).

49 Rencontre entre Boghos Nubar et [Jean] Gout, Paris, 2 octobre 1916 (Ghazarian, 1996 : 370).

50 Dépêche de Briand au général Roques, ministre de la Guerre, Paris, 6 octobre 1916 (Beylerian, 1983 : 257).

51 Rencontre entre Boghos Nubar et Picot, Londres, 24 octobre 1916 (Ghazarian, 1996 : 384-386).

52 Rencontre entre Boghos Nubar, Picot, Sykes, Mosditchian et Malcolm, Londres, 27 octobre 1916 (Ghazarian, 1996 : 393-397).

53 Télégramme du président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, à Defrance, Paris, 10 novembre 1916, contenant un télégramme de Boghos Nubar à son fils Arakel Bey, au Caire (Beylerian, 1983 : 267).

54 Dépêche du ministre de la Guerre au contre-amiral Lacaze, ministre de la Marine, Paris, 20 novembre 1916 (Beylerian, 1983 : 273).

55 Note de Jean Gout au Cabinet, Paris, 7 décembre 1916 (Beylerian, 1983 : 292).

56 Paris, 31 octobre 1918, Note de Jean Gout, Directeur des Affaires politiques et commerciales, Note pour le Ministre, AMAE – 46CPCOM/1.

57 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Taline Papazian, « Engagement militaire et droits politiques des Arméniens : la Légion d’Orient, exemple de négociations entre une nationalité non souveraine et ses Alliés européens », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 141 | juin 2017, mis en ligne le 25 octobre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9875

Haut de page

Auteur

Taline Papazian

Chargée de cours à Sciences Po Paris et chercheuse à l'Institute of Armenian Studies, University of Southern California

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page