Skip to navigation – Site map
Première partie

Chronique d’une mort annoncée* ? La municipalité ottomane de Jérusalem dans la tourmente de la Première Guerre mondiale

Chronicle of a Death Foretold ? Jerusalem’s Ottoman municipality in the torment of the First World War.
Falestin Naïli
p. vol 141, 171-190

Abstracts

In this article I analyse the role of the Ottoman municipality of Jerusalem in the wake of the First World War. By comparing the incomplete records of the municipal council with self-narratives from this period, this article examines the transformation of this urban authority between 1914 and 1917 and its action in the face of the widening sanitarian and humanitarian crisis.

Top of page

Full text

  • * Titre d’un livre de Gabriel Garcia Marquez publié en 1981

1Dans l’historiographie de la Première Guerre mondiale, le vécu des populations des provinces arabes de l’Empire ottoman n’a commencé à émerger que récemment. Alors que pour la même période en Europe, les travaux dédiés à la vie quotidienne des populations sous conflit sont désormais nombreux et variés, pour les provinces arabes ottomanes c’est l’analyse géopolitique qui reste dominante. Pour pallier ce manque, un travail au « ras du sol » (J. Revel) s’impose afin de découvrir les traces archivistiques et les récits mémoriels qui permettent d’appréhender le quotidien des populations du Proche-Orient au cours de cette période.

2Cet article croise l’analyse des archives municipales de Jérusalem pour 1917 avec des récits de soi d’habitants de Jérusalem pendant la Première Guerre mondiale. Ce croisement révèle le décalage qui existe entre les évènements relatés dans une archive administrative focalisée sur des procédures routinières et les témoignages d’individus faisant état d’une immense crise à la fois sanitaire, matérielle, sociale et politique. En 1917, la municipalité ottomane de Jérusalem semble fonctionner comme pendant les quarante autres années de son existence, mais en lisant attentivement, force est de constater qu’elle n’avait plus les moyens d’assurer les services de l’avant-guerre, ni de répondre aux besoins de la population en détresse.

L’histoire municipale de Jérusalem en filigrane

  • 1 Rapport daté du 6 décembre 1867, CADN/consulat de Jérusalem/série B/carton 5. Merci à Vincent Lemir (...)

3À la veille de la Première Guerre mondiale, Jérusalem compte 70 000 habitants et est la plus grande ville de Palestine. Ville principale d’une sous-province autonome soumise directement à Istanbul depuis 1872, elle s’est agrandie en termes géographiques et démographiques, sortant progressivement des murailles de la vieille ville. Jérusalem est dotée d’infrastructures modernes qui la lient à la région, et au-delà au reste du monde. La construction de routes carrossables (depuis 1869), du chemin de fer Jaffa-Jérusalem (1892), des lignes de télégraphes (années 1880) ainsi que l’installation de multiples bureaux de poste font d’elle une ville tournée vers le monde et vers l’avenir. En raison de son rôle de capitale provinciale et surtout de ville sainte, objet de la convoitise européenne, Jérusalem a une importance particulière aux yeux des réformateurs ottomans des Tanzîmât. Ils voient en elle une ville modèle et une ville vitrine, ce qui a aussi pour conséquence d’ouvrir la voie aux aspirations politiques des élites locales. Ces dernières étaient déjà largement impliquées dans la gestion de la ville avant le processus de municipalisation de la gouvernance urbaine entamé dans les années 1860-1870 (Avcı et Lemire, 2005 ; Büssow, 2014). En effet, la municipalité de Jérusalem a été l’une des premières à être fondée dans l’Empire. D’après les archives consulaires françaises1, sa fondation date de 1867, année de la première loi ottomane appelant à l’établissement de conseils municipaux (Sharif, 2014 : 54).

  • 2 La moitié des membres élus sont remplacés au bout de deux ans.

4À partir des années 1880, le conseil municipal est composé de neuf à douze membres élus (au suffrage censitaire exclusivement masculin) pour un mandat renouvelable de quatre ans2. Les membres du conseil doivent être des citoyens ottomans et ne pas être des protégés d’un consulat étranger, conformément à la loi de 1877 (chapitre 3, article 19) et à sa volonté de limiter au maximum l’ingérence internationale dans les villes de l’empire. Compte tenu des données du recensement et du caractère censitaire du scrutin municipal, les musulmans sont majoritaires dans le conseil, mais il inclut toujours des chrétiens et des juifs. En plus des membres élus siègent quatre membres statutaires (ingénieur, médecin municipal, vétérinaire, chef de police). Le gouvernement impérial choisit le président du conseil parmi les membres élus (Büssow, 2011 : 72-73).

  • 3 Ce corpus a fait l’objet d’une première description et analyse (Avcı et al., 2015 : 110-119).

5La municipalité de Jérusalem est un acteur majeur de la modernisation de la ville, à la fois en termes d’amélioration des infrastructures et en termes d’administration, tout en jouant son rôle de régulateur des conflits et de garant d’une certaine paix sociale. Ainsi, dans les 18 registres de procès-verbaux du conseil municipal dont nous disposons pour la période de 1892 à 19173, se succèdent des délibérations à propos de grands chantiers de construction de routes, d’autres mettent en place des prix fixes pour les denrées alimentaires de base, relatent des résolutions à propos de l’organisation des transports publics et coordonnent la prise en charge de nourrissons abandonnés sur le seuil de l’Esplanade des Mosquées. La municipalité est donc une autorité locale respectée, dotée d’un large périmètre de compétences, et une instance médiatrice importante entre l’élan impérial ottoman et les revendications populaires. Un terme fréquemment utilisé dans les procès-verbaux pour désigner le conseil municipal illustre le lien projeté entre la population de la ville et la municipalité : majlis ajzana, « le conseil de nos anciens ». Voilà donc l’image que le conseil municipal se donne : la municipalité se veut partie intégrante de la fibre citadine de la ville, prenant part à son développement et à la préservation de la paix sociale.

6L’institution municipale est en effet impliquée dans chaque aspect de la vie quotidienne des habitants : transport, habitat, eau, commerce, hygiène, santé, ordre public ou encore loisirs. Elle applique la loi provinciale sur les municipalités de 1877 qui contient une longue liste détaillant les prérogatives municipales. En plus de ses responsabilités dans le domaine de la construction, de l’entretien et de l’amélioration des infrastructures, du contrôle du bâti, et de la préservation de l’espace public (propreté et embellissement), la municipalité est également chargée d’assurer l’hygiène et la santé publique, notamment par des inspections régulières des boulangeries, des boucheries, des abattoirs et des restaurants. Elle doit surveiller les calèches pour le transport des personnes, réguler leurs prix, vérifier les poids et mesures utilisés dans les commerces, et lutter contre la circulation de fausses monnaies. La loi de 1877 inclut aussi une conception nouvelle de la responsabilité sociale de l’institution municipale : elle est dès lors tenue d’établir un hôpital municipal (c’est le cas à Jérusalem en 1892), des orphelinats et des centres de formation pour les enfants pauvres, aveugles, ou sourds, ainsi que de fournir un emploi aux mendiants qui ont la capacité physique de travailler (Sharif, 2014 : 86-87).

  • 4 Nous n’avons pas pu localiser les procès-verbaux du conseil municipal pour les années 1911-1916 dan (...)

7Pourtant, dans le registre de 1917, on peine à reconnaître la municipalité qu’on a vue à l’œuvre entre 1892 et 19104. Matériellement il se présente comme les registres des autres années, mais en termes de contenu, la différence est sensible. Le registre pour la période de mars à novembre 1917 couvre 34 pages, écrites à la main, par plusieurs scribes, en osmanlë et en arabe. Des paragraphes de 4 à 10 lignes en général, parfois accompagnés de colonnes de chiffres se terminant avec quelques signatures, des prénoms encore plus difficilement déchiffrables que les textes griffonnés rapidement. C’est un registre qui se lit comme un document administratif plutôt banal dans lequel sont consignés les problèmes d’adjudication des impôts ou de location de magasins appartenant à la municipalité. On y trouve, incidemment, mention d’un problème d’hygiène qui soulève le spectre des épidémies, d’un souci de place dans les cimetières qui révèle les nombreux morts. Mais ceci sans jamais évoquer explicitement la guerre et sans mentionner la situation générale de la population.

8Toutefois, ce registre est tout sauf banal. D’abord, parce qu’il est le seul que nous ayons pu trouver pour la période de la guerre, qui est peu documentée dans l’histoire de la ville. Ensuite, parce qu’il est le témoin de l’inexorable déclin d’une institution civique amputée de ses moyens humains et financiers pendant les années de guerre avant d’être encore plus ébranlée par l’arrivée de l’armée britannique et l’instauration de l’occupation puis du mandat britannique.

9D’autres sources de cette période permettent de mieux comprendre le décalage entre la municipalité telle qu’on peut la percevoir à travers ses registres jusqu’en 1910 et celle qu’on découvre à la lecture de son registre de 1917. Les mémoires du musicien et employé de la municipalité Wâsif Jawharîyya (1897-1972) relatent par exemple la vie quotidienne à Jérusalem entre 1904 et la fin de la période mandataire. Wâsif était le fils de Jiryis Jawharîyya, mukhtâr (chef) de la communauté grecque orthodoxe de Jérusalem, avocat et membre du conseil municipal. La famille Jawharîyya avait un lien fort avec la famille Al Husseini, et après la mort de Jiryis, Husayn Hâshim Al Husseini, le maire de Jérusalem de 1908 à 1915, joua un rôle quasi paternel pour le jeune Wâsif (Tamari et al, 2014 : xvii-xvii). De par ses liens familiaux et, plus tard, son propre travail au sein de la municipalité, il est un témoin important de ses actions, de ses initiatives et de ses échecs, particulièrement pendant la Première Guerre mondiale.

10Le journal intime du conscrit Ihsân Turjmân (1893-1917), découvert par Abigail Jacobson (Jacobson, 2008) et publié par Salim Tamari sous le titre de ‘Am al jarad (L’année des sauterelles), ne couvre que les années 1915-1917, mais il fournit également des descriptions précieuses du quotidien à Jérusalem. Ihsân, né comme Wâsif Jawharîyya dans la vieille ville de Jérusalem, était issu d’une famille musulmane dont plusieurs membres avaient travaillé comme interprètes au tribunal (mahkama shar’îyya). Ihsân quant à lui était clerc au sein du quartier général de l’armée ottomane sous le commandement de ‘Ali Rüshen Bey, un officier albanais qui était apprécié par Ihsân et Wâsif. Proche de son enseignant et mentor l’écrivain Khalîl Sakakîni (1878-1953), Ihsân était également un membre des cercles d’intellectuels engagés à Jérusalem.

Jérusalem sous la loi martiale

11À Jérusalem, l’entrée en guerre de l’Empire ottoman en novembre 1914 a été précédée par plusieurs mesures lourdes de conséquences. En août 1914, la loi martiale est déclarée, suivie par un appel général aux armes. Désormais, l’armée est responsable du maintien de l’ordre en ville, et tous les hommes de toutes les confessions sont susceptibles d’être enrôlés jusqu’à l’âge de 45 ans. Les chrétiens et les juifs peuvent être exemptés par le paiement d’une taxe spécifique (badal ‘askarî), dont le niveau est si élevé que peu d’entre eux pouvaient effectivement s’en acquitter (Mazza, 2009 : 116-117).

  • 5 Ce recensement de la population ottomane de la ville ne tenait pas compte des étrangers établis à J (...)

12Les banques sont parmi les premières institutions non étatiques à réagir en arrêtant de vendre de l’or et d’accorder des crédits. Après août 1914, seule la banque centrale du mouvement sioniste, Anglo-Palestine Company, continue à opérer de façon semi-clandestine pour servir les besoins des communautés juives en particulier. Établie sous protection britannique par un groupe d’activistes sionistes, cette institution a pour objectif de soutenir les initiatives sionistes dans le pays, et notamment l’établissement de colonies. Ainsi, dès le début de la guerre, la banque commence à émettre des billets pour combler le manque d’or et permet ainsi la continuation du commerce au sein des communautés juives (Jacobson, 2011 : 44-45). Cette initiative, largement financée et soutenue par les États-Unis, n’est donc pas destinée à soutenir toute la population palestinienne, mais se focalise sur les juifs de Palestine, dont ceux de nationalité ottomane, sont au nombre de 13 400 à Jérusalem en 1905, pour 11 000 musulmans et 8 000 chrétiens ottomans (Davis, 2001 : 17)5. Le nombre des juifs étrangers résidents à Jérusalem (non comptabilisés dans les recensements ottomans car non-citoyens) a été estimé par le Zionist Palestine Office à plus de 30 000 (Campos, 2011 :110), mais ce sont évidemment des estimations à prendre avec beaucoup de précautions, car elles sont fournies par un acteur de la colonisation de la Palestine. Depuis la révolution jeune-turque de 1908, de nombreux juifs ottomans, et notamment l’élite sépharade de Jérusalem, militent pour l’adoption de la citoyenneté ottomane par leurs coreligionnaires étrangers (Jacobson, 2011 : 34). Après l’entrée en guerre de l’Empire ottoman, l’ottomanisation des étrangers vivant dans l’Empire est la seule façon d’échapper à la menace d’expulsion.

13C’est dans ce contexte qu’en novembre 1914, le commandant militaire en charge des affaires civiles, Zeki Bey, est à l’initiative d’une réunion entre juifs et musulmans à Jérusalem pour discuter de leur coopération, de leur lien avec les autorités ottomanes et de l’action des comités pour l’ottomanisation des juifs. Lors de cette réunion, des représentants des différentes communautés juives et des notables musulmans, tels que Muhammad Salih ‘Abd Al-Latîf Al Husseini et le cheikh ‘Abd Al Qadir Al Muthafer, affirment le bénéfice mutuel qu’une plus grande coopération entre juifs et musulmans pourrait amener dans le cadre d’une citoyenneté ottomane partagée. Parmi les représentants juifs se trouvent Eliezer Ben Yehuda, d’origine russe, qui était l’éditeur en chef d’un journal hébreu, intitulé Ha-Zvi, ainsi que Avraham Elmaliach, journaliste d’origine maghrébine dans un autre journal hébreu, Ha-Herut, plus lié à la communauté sépharade. David Yellin, conseiller municipal, participe également à la réunion et s’adresse à l’assemblée en arabe (Jacobson, 2011 : 31-33). Yellin, Hiérosolymitain de parents polonais et irakien, était un membre très actif du comité pour l’ottomanisation des juifs avec Albert Antébi (1873-1919), originaire de Damas, qui était le directeur de l’Alliance Israélite à Jérusalem et un important intermédiaire entre les autorités ottomanes et les communautés juives (Jacobson, 2011 : 94).

14Zeki Bey collabore avec le maire, Husayn Al Husseini, dans plusieurs initiatives d’assistance à la population. En août 1914, la municipalité de Jérusalem convoque les représentants des différentes communautés de la ville à une réunion extraordinaire au cours de laquelle Zeki Bey appelle à l’unité face aux difficultés auxquelles la population est confrontée. Les participants à la réunion décident alors de demander à toutes les communautés de dresser une liste des pauvres pour que la municipalité puisse leur venir en aide (Jacobson, 2011 : 31). L’établissement d’une branche locale de la Société du Croissant-Rouge à Jérusalem au début de l’année 1915 est également une initiative de Zeki Bey (Jacobson, 2011 : 34-35). Le maire Husayn Al Husseini est le président d’honneur de la Société à Jérusalem, et Albert Antébi son vice-président.

Agrandir

Bazar de charité pour le Croissant Rouge à Jérusalem ; Albert Antébi devant à droite

Source : Library of Congress, lien : http://www.loc.gov/pictures/collection/matpc/item/mpc2005000736/PP

15En somme, au début de la guerre, sous l’administration de Zeki Bey, il semble que Jérusalem ait été relativement à l’abri des aspects les plus violents de la politique du CUP, et que face à la crise, l’idéal de la citoyenneté ottomane de 1908 ait été ravivé pour souder la communauté citadine. Zeki Bey et Husayn Al Husseini ont su mobiliser les représentants des communautés de la ville, et tous les deux semblent avoir joui d’une assez grande popularité parmi les habitants de toutes les confessions (Jacobson, 2011 : 85-86).

16Avec le début du blocus maritime fin 1914, les exportations et les importations de denrées alimentaires s’arrêtent et le prix des aliments de base s’envole. Le prix du riz, des légumes secs et du charbon pour l’utilisation domestique augmente de 40 à 50 % à la fin 1914 (Mazza, 2009 : 118). Cette flambée des prix a lieu alors que la population est soumise à la réquisition de denrées alimentaires pour les besoins de l’armée. La population de Jérusalem, comme celle de toute la région, est de plus en plus appauvrie et affamée. Certains témoignages font état de la présence d’un grand nombre de mendiants dans les rues et de cas de malnutrition parmi les enfants dès février 2015, avant même l’invasion des sauterelles (Foster, 2014 : 380). Au printemps 1915, l’arrivée des sauterelles aggrave donc une situation déjà périlleuse.

17C’est dans ce contexte que Cemal Pacha prend le pouvoir en tant que commandant en chef de la 4e division de l’armée ottomane et gouverneur de la Grande Syrie, comprenant les territoires de la Syrie, du Liban, de la Jordanie et de la Palestine mandataire. L’arrivée au pouvoir de ce militaire, surnommé Jamâl al-Saffah (le meurtrier) par les Arabes pour sa persécution sanglante de leurs leaders politiques arabes, marque l’accentuation d’une transformation politique qui se fait rapidement sentir à tous les niveaux de la société. À Jérusalem, l’une de ses premières mesures est de remplacer ceux qui avaient géré la crise jusque-là : Zeki Bey et Husayn Al Husseini.

18Zeki Bey est remplacé par Midhat Bey, et Husayn Al Husseini par Shaker Agha Ertugrul, un fonctionnaire turc (Jacobson, 2011 : 49-50). Husayn Al Husseini continue cependant, en dépit de son renvoi, à jouer un rôle important à Jérusalem, jusqu’au dernier jour de l’appartenance de la ville à l’Empire ottoman. Néanmoins, à partir de son arrivée au pouvoir en Syrie, c’est Cemal Pacha qui domine la scène politique de Jérusalem.

19Rapidement, la vie à Jérusalem commence à changer. Ce changement est particulièrement perceptible sur les places publiques. Abigail Jacobson a habilement démontré l’importance de la rue de Jaffa, de la porte de Jaffa et du parc municipal en tant qu’espaces publics d’expressions politiques (Jacobson, 2011 : 54). En effet, à la fin de l’époque ottomane, la porte de Jaffa (Bâb Al Khalîl) lie le sûq de la vieille ville au cœur de la ville nouvelle et fait figure de gare centrale pour les calèches qui y passent chercher leurs passagers. Cette porte est également l’emplacement de deux symboles forts de la citoyenneté ottomane de l’ère hamidienne, l’horloge et la fontaine publique. Cette dernière avait été construite en 1900 pour célébrer le règne du sultan Abdülhamid ; l’horloge avait été érigée en 1906 dans un geste de loyauté des citadins de Jérusalem à l’égard du sultan (Georgeon et Hitzel, 2011). La rue de Jaffa qui lie la porte de Jaffa, et donc la vieille ville, avec les nouveaux quartiers, est le nouveau cœur commercial de la ville, et à partir de l’aménagement de la municipalité dans ses nouveaux locaux sur la rue de Jaffa en 1895, elle constitue aussi son cœur administratif. Les consulats, les grandes maisons de commerce, les banques, les bureaux des postes étrangères, les magasins d’import, les hôtels et les cafés se concentrent dans cette rue. Au bout de la rue de Jaffa, près des bâtiments russes, se trouve le parc municipal (Jacobson, 2011 : 56-58).

20Avec l’entrée dans la guerre, la rue de Jaffa change de visage. De nombreux grands bâtiments appartenant aux pays alliés de l’Entente sont confisqués par l’armée, surtout ceux situés à proximité des bâtiments russes. En face de la Porte neuve, Notre-Dame de France devient le quartier général de l’armée ottomane. Au parc municipal, les célébrations officielles des victoires de l’armée ottomane alternent avec des fêtes organisées pour des actions caritatives, et notamment pour le Croissant-Rouge (Jacobson, 2011 : 60).

21Sous le règne de Cemal Pacha, la place située devant la porte de Jaffa devient un lieu de parade des nouveaux conscrits, et donc un lieu d’adieu pour leurs familles et amis. Cette place devient également le lieu des pendaisons des déserteurs et des opposants (Jacobson, 2011 : 59). Ainsi la place qui concentrait l’expression de la loyauté citoyenne envers l’empire, lors de la révolution de 1908 notamment, se transforme en théâtre de l’oppression et de la cruauté du pouvoir de Cemal Pacha dans la région.

Les contours d’une crise : Jérusalem affamée et aliénée

22Pendant les années de guerre, la municipalité connaît de nouvelles contraintes budgétaires, ce qui réduit sa capacité d’action face aux difficultés auxquelles se trouve confrontée la population. Elle essaie de maintenir son rôle dans la gestion de l’espace public, dans l’hygiène et dans le maintien de l’ordre et de la paix sociale, tout en prenant part à la gestion de la crise socio-économique qui résulte de la guerre. En même temps, elle participe à l’organisation de la conscription des soldats et à la réquisition des denrées au profit de l’armée, activités qui étaient les aspects du pouvoir ottoman les plus abhorrés par la population locale.

  • 6 L’impact de ce fléau sur la production agricole a duré jusqu’en 1917 (Jacobson, 2011 : 35).

23Démunis à cause de ce double fardeau de la réquisition et de la conscription, les Hiérosolymitains doivent faire face en 1915, comme la plupart des habitants de la région, à l’invasion massive des sauterelles, ce qui exacerbe l’effet des réquisitions des denrées alimentaires par l’armée6. La municipalité joue un rôle clé dans la réponse à l’invasion massive des sauterelles. Wâsif Jawharîyya, qui travaillait à la municipalité, affirme que leur arrivée dans la ville cachait la lumière du soleil, comme s’il y avait de grands nuages, et que leur impact a été absolument terrible. Elles ont mangé l’écorce des arbres et n’ont laissé aucune plante, ni même les provisions cachées à l’intérieur des maisons (Tamari et al, 2003 : 190). À l’échelle de la région (Syrie, Liban, Palestine), les sauterelles ont détruit de 10 et 15 % des récoltes d’hiver entre 1914 et 1915 et 60 % à 100 % des récoltes d’été en 1915, ce qui inclut également les récoltes d’olives, élément fondamental dans l’alimentation des pauvres dans la région, et ingrédient indispensable pour la production du savon local, important pour l’hygiène quotidienne (Foster, 2014 : 371-8).

24La municipalité organise un comité ad hoc pour lutter contre ce fléau et demande à tous les habitants masculins de la ville âgés de 15 à 60 ans de ramasser au minimum 20 kg d’œufs de sauterelles (Tamari, 2008 : 114) pour qu’ils soient brûlés, et cela sous peine d’amende en cas de non-participation. Dans ses mémoires, le journaliste hiérosolymitain Avraham Elmaliach affirme que 1 500 personnes ont participé à cet effort collectif qui implique aussi les écoliers de la ville (Jacobson, 2011 : 37). Le conscrit Ihsân Turjmân, souvent assez critique à l’égard des mesures prises par les autorités, exprime quant à lui son sincère soutien à cette initiative (Tamari, 2008 : 131).

25L’historiographie de cette période a jusqu’à récemment considéré l’invasion des sauterelles comme un facteur relativement mineur de la famine en Syrie, au Liban et en Palestine en 1915 et 1916, en comparaison du blocus naval, de la réquisition des denrées alimentaires par l’armée et de la spéculation de certains marchands de céréales. De nouvelles recherches sur cette période ont démontré que son impact a été cependant plus important qu’initialement reconnu. Du point de vue des populations des villes et des villages, le fléau des sauterelles s’ajoute aux déprédations de l’armée qui avait commencé à leur enlever leurs moyens de subsistance avec la réquisition des denrées alimentaires et l’abattage des arbres pour les besoins des infrastructures militaires dès l’entrée en guerre de l’Empire. Dans ses mémoires, Wâsif Jawharîyya explique qu’il avait été nommé responsable de la pièce des bureaux de la municipalité où les biens confisqués étaient stockés. En effet, les gardiens municipaux participent aux tournées de réquisition sous la direction d’un officier de l’armée et ramènent tous genres de denrées et de commodités dans cette fameuse pièce, y compris des sous-vêtements féminins et des jouets. Jawharîyya ne manque pas l’occasion de souligner l’absurdité de ces confiscations qu’il attribue au désir de vengeance de la classe dirigeante ottomane de cette période, et notamment celui de Cemal Pacha (Tamari et al, 2003 : 188-189).

26Selon les archives italiennes mobilisées par Roberto Mazza, la conscription des hommes se fait sous le contrôle de la municipalité, par les gendarmes municipaux (Mazza, 2009 : 117-118). Le nombre d’hommes de Jérusalem conscrits à l’armée ottomane est estimé à 16 000 selon les archives consulaires américaines (Jacobson, 2011 : 191), soit plus de 40 % de la population masculine. Ce chiffre comprend les conscrits musulmans qui étaient envoyés au front pour combattre (nizamîyya) et les conscrits chrétiens et juifs qui étaient généralement envoyés dans les bataillons de travail (tawabîr al ‘amala) pour exécuter les travaux lourds nécessaires à la modernisation des systèmes de communication et de transport de l’armée ottomane (Jacobson, 2011 : 28), à moins de pouvoir s’acquitter de la taxe d’exemption (badal ‘askarî).

27À la même période, en 1915 et 1916, la municipalité poursuit ses actions de bienfaisance en direction des pauvres et des indigents, de plus en plus nombreux à Jérusalem. Dans son journal, Ihsân Turjmân rapporte que la municipalité distribue quotidiennement et gratuitement du pain aux pauvres jusqu’à l’été 1916 (Tamari, 2008 : 319). En 1916, l’arrêt de cette distribution (ou au moins la diminution importante de sa fréquence), l’absence de pain, de céréales et de légumes au marché, la faim, l’inflation galopante et la présence de maladies contagieuses s’ajoutent au quotidien de la guerre pour plonger la population dans une immense détresse.

28La pénurie de céréales trouve son explication à la fois dans l’impact des sauterelles, dont les effets ont continué à se faire sentir après leur première invasion au printemps 1915, et dans les mesures prises par le gouvernement et leurs conséquences sur le marché. En effet, la décision de Cemal Pacha d’interdire les exportations de céréales des campagnes syriennes vers les côtes (pour éviter qu’elles soient vendues aux armées ennemies), et le choix de collecter les impôts agricoles en nature (au lieu de les prélever en espèce et de commander l’achat de céréales à des prix fixés par le gouvernement), conduisent les paysans à dissimuler leurs récoltes pour chercher à les vendre à meilleur prix aux entrepreneurs privés (Jacobson, 2011 : 37-38).

29En réponse à la crise alimentaire, des syndicats de grains voient le jour dans la région. À Jérusalem, plusieurs personnages publics en font partie, dont le maire, le banquier Haim Valero et le membre du conseil administratif (majlis ’idârat al liwâ) ‘Ali Jarallah. Le syndicat achète des céréales à l’est du Jourdain, surtout dans la région de Kerak, et les achemine à Jérusalem. Selon Ha-Herut, un des rares journaux hébraïques à paraître à Jérusalem pendant la guerre, la quantité de grain amené à Jérusalem quotidiennement s’élève à 25 000 kg en 1916 (Jacobson, 2011 : 38, 194). La présence du maire dans ce syndicat, aux côtés de banquiers et de marchands, montre, à Jérusalem comme d’ailleurs à Beyrouth (Tanielian, 2014), à la fois l’ampleur de la crise et l’impératif politique de l’implication municipale dans cette initiative. Dans le cas de Jérusalem, il est intéressant de noter qu’en dehors du syndicat, l’ancien maire de Jérusalem, Husayn Al Husseini, joue également un rôle important dans l’acheminement des céréales depuis l’actuelle Jordanie vers Jérusalem. Selon Wâsif Jawharîyya, le commandant militaire de Jérusalem, Rüshen Bey, avait demandé à son ami Husayn al Husseini de contribuer à cette initiative. Ce dernier participe donc à plusieurs missions à Salt et à Kerak pour l’achat de grains. Plus tard, c’est lui qui fait construire un port dédié au transport des céréales sur la rive occidentale de la Mer morte (Tamari et al, 2003 : 201, 214, 220, 234). L’implication de Husayn Al Husseini serait-elle le signe d’un conflit de légitimité entre le nouveau maire, nommé par Cemal Pacha, et le maire déchu, dernier maire ottoman élu ?

1917 dans les procès-verbaux du conseil municipal : la lente agonie d’une institution

  • 7 Les registres du conseil municipal ottoman de Jérusalem ne sont pas dotés de côte spécifique aux Ar (...)
  • 8 Par exemple, le 21 août 1910 la municipalité avait annoncé un marché public pour l’agrandissement d (...)
  • 9 Merci à Yasemin Avcı et Erkal Ünal pour le déchiffrage et la traduction respectivement de ce texte (...)

30Le registre des procès-verbaux du conseil municipal de 1917 est le seul dont nous disposons pour les années de la Première Guerre mondiale. Ce registre n’inclut que huit mois des délibérations du conseil municipal et en comparaison avec ceux datant des deux décennies précédentes, il ne contient pas le même type de délibérations. Certains types de délibérations sont entièrement absents du registre, comme les marchés publics. Alors que les appels d’offres pour les besoins de l’administration locale et pour l’armée constituent 15 % en moyenne des délibérations dans les autres registres du conseil, dans celui de 1917 il n’y en a aucun7. Évidemment, l’armée ne faisait plus appel aux commerçants pour ses besoins, car ces derniers étaient couverts par la réquisition depuis le début de la mobilisation. Quant à l’administration locale, elle n’avait plus les moyens d' investir dans des projets d’amélioration ou de construction des infrastructures, comme c’était encore le cas en 1910 avec la mise en adjudication cette année-là d’un projet de construction d’un tramway et d’installation d’un réseau électrique et téléphonique à Jérusalem8. Toutefois, le projet de construction d’un nouveau parc est mentionné dans une délibération datée le 23 avril 1917, mais aucune des délibérations suivantes ne fait état de progrès sur ce projet9.

  • 10 HAJM, MJM, 4 juin 1917.
  • 11 HAJM, MJM, 3 juin 1917.

31La fin des marchés publics est l’expression la plus évidente des graves problèmes budgétaires de la municipalité et une indication de la crise de l’emploi, car la fin des projets publics impliquait également le licenciement et la baisse de recrutement des agents. L’existence de grands problèmes budgétaires est également confirmée par une décision datée du 4 juin 1917 pour la mise en œuvre d’une inspection de toutes les propriétés municipales en location, notamment les magasins, hôtels et cafés, afin de rendre l’affermage des impôts et taxes plus efficace. Cette délibération s’ouvre en effet sur le constat de problèmes budgétaires10. Dans d’autres délibérations, les soucis budgétaires apparaissent en filigrane, comme dans une délibération du 3 juin qui vise à nommer un sous-traitant pour l’arrosage des rues, car la municipalité ne dispose plus d’assez d’animaux pour tracter les charrettes d’arrosage11.

32L’autre aspect frappant du registre de 1917, comparé aux précédents, est la restriction géographique de la portée des décisions du conseil. Tous les registres dont nous disposons, à l’exception de celui de 1917, incluent de nombreuses délibérations liées à d’autres villes palestiniennes (Bethléem, Hébron, Naplouse, Gaza, Jaffa etc.), et même au-delà, à d’autres localités de la région, surtout en ce qui concerne les marchés publics pour l’armée. En 1917, il semble que la municipalité ne gérait plus que la ville de Jérusalem, ce qui montre l’isolement grandissant de la ville et de sa population

Agrandir

La municipalité de Jérusalem lors des festivités pour marquer l’anniversaire du sultan, 1917

Source : Library of Congress, lien : http://hdl.loc.gov/loc.pnp/matpc.11593

33Le dernier registre des délibérations de la municipalité ottomane de Jérusalem s’ouvre avec une décision datée du 18 mars 1917. Il s’agit dans cette décision de modifier la période prise en compte pour les taxes appliquées au bétail et au marché. La deuxième délibération, trois jours plus tard, traite d’un problème lié aux places dans un cimetière de Jérusalem, Al Yûsufiyya.

  • 12 qirsh (pl. qurush) = piastre.
  • 13 HAJM, MJM, 18 mars 1917, décision suivie de six signatures.

« L’armée enterre ses morts dans des tombes de femmes et d’hommes dans la section du cimetière d’Al Yûsufiyya réservée aux familles bien connues, et cela n’est pas permis de tous les points de vue. Pour cette raison, il a été décidé de nommer Ahmad Sharîfa du quartier Bâb Hutta pour surveiller cela. Il a également été décidé de désigner des tombes spécifiques pour les morts de l’armée parmi les anciens lieux en bas du cimetière Al Yûsufiyya jusqu’à la citerne (Al Marsûs ?) qui n’est plus en usage depuis longtemps. Toutes les tombes de ce cimetière et de celui de Bâb Al Zahira devront être surveillées. Son salaire mensuel sera 300 qirsh12 à partir de son premier jour de service aujourd’hui.13

34La guerre fait donc irruption le 21 mars 1917 dans le registre municipal avec les morts de l’armée pour qui il faut trouver des tombes, mais elle disparaît aussitôt après dans la routine des décisions suivantes : recrutement de gardes, réprimandes et amendes à plusieurs gardes, réparation des chariots de poubelle, amendes aux personnes qui égorgent le bétail en dehors de l’abattoir, désignation d’un fermier d’impôt…

35Toutefois, si l'on considère de plus près par exemple la délibération faite à propos des réprimandes et amendes aux gardes pour « lassitude, paresse et manque d’attention après avertissements répétés », on peut également supposer un lien entre l’ambiance générale qui régnait à Jérusalem à la fin du mois de mars 1917 et le comportement de certains gardes dans l’exercice leur fonction. La difficulté du maintien de l’ordre public dans une ville ravagée par la pauvreté extrême et les épidémies, couplée avec la supposition d’une défaite ottomane proche, étaient probablement à l'origine de ces problèmes de discipline.

36Comme de nombreuses archives administratives ailleurs dans le monde pendant la période de la Première Guerre mondiale, ce registre reflète non pas la réalité dans la ville, mais plutôt l’inertie d’une administration qui maintient une routine de gestion malgré une situation de crise. Ainsi, une délibération du 29 mars fait état des résultats des élections au conseil administratif (majlis liwâ) de Jérusalem, les délibérations suivantes concernent les prix des denrées de base, les taxes imposées aux propriétaires de moteurs et l’organisation de la levée des impôts et des taxes.

37Un mois plus tard, le 30 avril, la réalité de la guerre s’impose à nouveau dans le registre. La décision évoque la conscription des gardiens employés par la municipalité.

  • 14 HAJM, MJM, 30 avril 1917.

« Puisqu’une partie des gardiens se rendent progressivement au service militaire et qu’il n’y a personne qui demande leurs postes, il est possible de dépenser leur salaires. Étant donné les conditions actuelles, il est considéré urgent de nommer un inspecteur avec un salaire mensuel de 600 qirsh14 »

38La conscription atteint apparemment un niveau tel qu’elle prive progressivement la ville des hommes en âge de travailler, car cette décision fait état de l’impossibilité de remplacer les gardiens qui partent. Le texte fait allusion aux « conditions actuelles » sans entrer dans le détail, et c’est bien cela qui caractérise ce registre : l’absence de description de ces conditions et de la situation de la population. Les habitants de la ville sont les grands absents de ces archives : contrairement aux registres des années d’avant-guerre, on ne trouve pas de délibérations sur l’assistance à une mère car elle est veuve avec de jeunes enfants, ou à un couple démuni qui a eu des jumeaux mais qui n’a pas assez de moyens de subsistance.

39Cependant, les décisions liées aux questions d’hygiène et de prévention des épidémies montrent que l’heure est à l’urgence sanitaire et humanitaire. La délibération qui suit celle du 28 juin 1917 n’est pas datée. Les trois lignes griffonnées rapidement se lisent ainsi :

  • 15 HAJM, MJM, été 1917.

« Étant donnée l’absence de temps et la présence d’épidémies, il a été décidé d’établir un contrat pour ( ?) le creusement d’un égout entre les bâtiments du gouvernement et le côté de la Porte de Damas avec le maître (illisible). Ce contrat inclut le découpage du rocher qui sort de l’égout mentionné. ….. Ils lui seront versés 85 qirsh pour chaque mètre carré, comme cela a été fixé dans le contrat donné à propos de ce sujet15. »

40Trois délibérations plus loin, datée du 14 juillet, nous trouvons une liste de noms de 24 personnes qui recevront une amende de 10 riyâl majîdi pour ne pas avoir obéi à l’ordre de nettoyer et purifier leurs dépôts et magasins. Dix riyâl (monnaie en argent) correspondent à environ 200 à 250 qirsh (Büssow, 2011 : 563), ce qui était un montant très conséquent. Le salaire minimum d’un assistant clerc postal était de 300 qirsh (Foster, 2014 : 380), celui d’un simple soldat 85 qirsh et demi (Tamari, 2014 : 116). L’ampleur de l’amende est révélatrice de la gravité et de l’urgence de la situation sanitaire de la ville en juillet 1917.

41En lisant les délibérations attentivement, on décèle les signes de la crise aiguë que traverse la ville, et cela même dans les délibérations les plus routinières, comme dans les contrats de location pour les magasins appartenant à la municipalité. La première chose qui frappe est la durée des contrats « pour la période restante de l’année actuelle », ce qui constitue un changement des pratiques de la municipalité qui établissait toujours des contrats annuels (ou parfois pluriannuels) pour ses magasins et hôtels. Le deuxième élément saisissant est la présence de femmes locataires qui est exceptionnelle.

  • 16 HAJM, MJM, 1 août 1917.

« Étant donné que le cinquième magasin qui se trouve à côté de l’hôtel appartenant à la municipalité est vacant, la dame juive (al hurma… al mûsawiya) Atîa Kûbi (?) a demandé de le louer pour la période restante de l’année actuelle, ce qui correspond à deux mois et dix-sept jours, à partir d’aujourd’hui le 13 shawwâl 1335 jusqu’à dhû al hijja de l’année mentionnée, pour un montant de 400 qirsh. Cela est un bénéfice pour la municipalité et c’est pour cela que le magasin recherché est loué au tarif mentionné de 400 qirsh pour une période de 2 mois et 17 jours à payer en avance.16. »

42Comme ailleurs dans le monde pendant la guerre, l’absence des hommes implique à la fois plus de responsabilités et de contraintes pour les femmes qui doivent subvenir aux besoins de leurs familles. Dans un contexte de misère grandissante, cela se solde également par une augmentation du nombre des prostituées dans la ville, comme les récits de Turjmân et Jawharîyya l’attestent.

43Le registre de délibérations du conseil municipal de Jérusalem de 1917 prend fin le 4 novembre 1917 avec la décision d’infliger une amende à un marchand accusé d’utiliser de faux poids dans son magasin. Le 4 novembre 1917, un mois et 5 jours avant l’entrée de l’armée britannique à Jérusalem, la municipalité maintient la surveillance des poids et mesures, prérogative municipale instituée par la loi de 1877 pour le maintien de l’ordre public et la préservation de la paix sociale. Elle persiste ainsi dans son rôle malgré ses moyens très faibles et sa capacité d’action très circonscrite, dans une ville où il ne reste que peu de denrées, et où la faim s’est mêlée au typhus pour emporter des centaines si ce n’est pas des milliers de personnes depuis 1915.

44En suivant la trame des archives municipales existantes et des récits de soi de l’époque, l’histoire de la municipalité de Jérusalem pendant la Première Guerre mondiale a pu prendre forme, malgré des lacunes dans les sources primaires. Cette histoire est aussi l’histoire de la fin d’une autorité locale ottomane. Le limogeage du maire élu de Jérusalem en 1915 a signifié la fin du rapport de force très subtil entre un conseil municipal constitué par des membres de l’élite locale et les différentes instances du pouvoir impérial. Avec l’arrivée de Cemal Pacha, le rôle de l’élite locale était limité et la distance entre pouvoir impérial et population locale amplifiée. L’année apocalyptique de 1915 avec son double fléau de guerre et de sauterelles a préfiguré la fin de l’empire à Jérusalem, et la mémoire de « Jamâl al-Saffah » lui a donné une amertume particulière. C’est son arrivée au pouvoir et ses interventions dans la gouvernance locale qui constituent un point essentiel dans la chronologie de la guerre à Jérusalem. Sur cette chronologie locale de la Première Guerre mondiale, le jour de la reddition de la ville, le 9 décembre 1917, n’a pas été marqué par un représentant du pouvoir impérial, mais plutôt par le maire déchu de Jérusalem, Husayn Al Husseini, qui

45rend ce jour-là les clés de la ville à l’armée britannique. Dernier représentant d’un pouvoir urbain élu, il a assumé la charge de mettre le destin de la ville entre les mains d’un autre empire

Agrandir

Le maire de Jérusalem donne la lettre de reddition à deux soldats britanniques, 9 décembre 1917

Source : Library of Congress, lien : http://loc.gov/pictures/resource/matpc.00162/

.

Top of page

Bibliography

Références bibliographiques.

AVCI Yasemin et LEMIRE Vincent, 2005, « De la modernité administrative à la modernisation urbaine : Une réévaluation de la municipalité ottomane de Jérusalem (1867–1917) », in Nora Lafi (dir.), Municipalités méditerranéennes, Berlin, Klaus Schwarz Verlag, p. 73–138.

AVCI Yasemin, LEMIRE Vincent et NAILI Falestin, 2015, « Publishing Jerusalem’s Ottoman Municipal Archives (1892–1917): A Turning Point for the City’s Historiography », Jerusalem Quarterly, 2015, no. 60, p. 110-119. En ligne : http://www.palestine-studies.org/jq/fulltext/187215.

BÜSSOW, Johann, 2011, Hamidian Palestine: Politics and Society in the District of Jerusalem, 1872-1908, Leyde, Brill.

—, 2014, « Ottoman Reform and urban government in the District of Jerusalem, 1867-1917 » , in Freitag, Ulrike & Lafi, Nora (dir.), Urban Governance Under the Ottomans, Londres, Routledge.

CAMPOS Michelle, 2011, Ottoman Brothers: Muslims, Christians and Jews in Early Twentieth-Century Palestine, Stanford, Stanford University Press.

DAVIS Rochelle, 1999, « Ottoman Jerusalem: The Growth of Western Communities, 1917-1948 », in Tamari, Salim (éd.), Jerusalem 1948: The Arab Neighborhoods and their Fate in the War, Jérusalem, Institute of Jerusalem Studies & BADIL, p. 10-29.

FOSTER Zachary, 2014, « The 1915 Locust Attack in Syria and Palestine and its Role in the Famine During the First World War », Middle Eastern Studies, vol. 51, n° 3, p. 370-394.

GEORGEON François et HITZEL Frédéric (dir.), 2012, Les Ottomans et le temps, Leyde, Brill.

JACOBSON Abigail, 2008, « Negotiating Ottomanism in Times of War: Jerusalem during World War One through the eyes of a local Muslim resident », International Journal of Middle East Studies 40, p. 69-88.

—, 2011, From Empire to Empire: Jerusalem Between Ottoman and British Rule, Syracuse, Syracuse University Press.

LEMIRE Vincent, 2013, Jérusalem 1900. La Ville sainte à l’âge des possibles, Paris, Armand Colin.

MAZZA Roberto, 2009, Jerusalem From the Ottomans to the British, Londres, I.B. Tauris.

SHARIF Malek, 2014, Imperial Norms and Local Realities: The Ottoman Municipal Laws and the Municipality of Beirut (1860-1908), Beyrouth, Orient-Institut.

TAMARI Salim et al., 2003, Al-Quds al-‘uthmânîyya fi al-mudhakkirât al-jawharîyya: al-Kitâb al-awwal min mudhakkirât al-musîqî Wâsif Jawharîyya, 1904-1917 (Jérusalem ottomane dans les mémoires de Jawharîyya : le Premier Tome des mémoires du musicien Wâsif Jawharîyya, 1904-1917), Beyrouth, Institut d’études palestiniennes.

—, 2014, The Storyteller of Jerusalem: The Life and Times of Wasif Jawhariyyeh, 1904-1948, Northhampton, Olive Branch Press.

TAMARI Salim, 2007, « The Short Life of Private Ihsan, Jerusalem 1915 », Jerusalem Quarterly,  30, p. 26-58.

—, 2008, ‘Am al-jarad, Al-harb al-‘uthma wa mahû al-mâdî al-‘uthmânî fi filastîn (L’année des sauterelles, la Grande Guerre et l’effacement du passé ottoman en Palestine), Beyrouth, Institut d’études palestiniennes.

TANELIAN Melanie S., 2014, « Feeding the City: The Beirut Municipality and Civilian Provisioning During World War I », International Journal of Middle East Studies, no. 46, p. 737-758.

Top of page

Notes

* Titre d’un livre de Gabriel Garcia Marquez publié en 1981

1 Rapport daté du 6 décembre 1867, CADN/consulat de Jérusalem/série B/carton 5. Merci à Vincent Lemire et Yann Potin qui l’ont porté à mon attention.

2 La moitié des membres élus sont remplacés au bout de deux ans.

3 Ce corpus a fait l’objet d’une première description et analyse (Avcı et al., 2015 : 110-119).

4 Nous n’avons pas pu localiser les procès-verbaux du conseil municipal pour les années 1911-1916 dans le cadre du projet ERC Open Jerusalem, dont je fais partie.

5 Ce recensement de la population ottomane de la ville ne tenait pas compte des étrangers établis à Jérusalem, dont la présence augmentait notamment le pourcentage des juifs et chrétiens dans la ville.

6 L’impact de ce fléau sur la production agricole a duré jusqu’en 1917 (Jacobson, 2011 : 35).

7 Les registres du conseil municipal ottoman de Jérusalem ne sont pas dotés de côte spécifique aux Archives municipales de Jérusalem, Historical Archives of the Jerusalem Municipality, indiquées dans le texte : HAJM, Minutes of Jerusalem Municipality (MJM), suivi de la date notée à la fin du procès-verbal cité.

8 Par exemple, le 21 août 1910 la municipalité avait annoncé un marché public pour l’agrandissement de l’infrastructure hydraulique, la construction d’un tramway électrique, l’installation d’égouts, et celle de lignes téléphoniques. Ce marché public avait été annoncé dans la ville et au-delà, à travers les journaux ottomans et étrangers (HAJM, MJM, 21 août 1910).

9 Merci à Yasemin Avcı et Erkal Ünal pour le déchiffrage et la traduction respectivement de ce texte ottoman.

10 HAJM, MJM, 4 juin 1917.

11 HAJM, MJM, 3 juin 1917.

12 qirsh (pl. qurush) = piastre.

13 HAJM, MJM, 18 mars 1917, décision suivie de six signatures.

14 HAJM, MJM, 30 avril 1917.

15 HAJM, MJM, été 1917.

16 HAJM, MJM, 1 août 1917.

Top of page

References

Electronic reference

Falestin Naïli, « Chronique d’une mort annoncée ? La municipalité ottomane de Jérusalem dans la tourmente de la Première Guerre mondiale », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 141 | June 2017, Online since 26 October 2017, connection on 24 November 2017. URL : http://remmm.revues.org/9914

Top of page

About the author

Falestin Naïli

Chercheure associée, Ifpo Amman et LARHRA

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page