Skip to navigation – Site map
Etudes libres

D’un moment de l’ethnologie sur le Maghreb : Camille Lacoste-Dujardin, d’un orientalisme ethnologique à une ethnologie postcoloniale

Pierre Robert Baduel
p. Vol 141, 279-308

Abstract

Le parcours scientifique de C. Lacoste-Dujardin (1929-2016) a débuté alors que l’Algérie rompait avec 130 ans de colonisation française. Formée à l’ethnologie à l’école d’A. Leroi-Gourhan et au berbère par L. Galand, mais empêchée par l’état de guerre d’accéder au terrain kabyle, après une traduction et l’édition de contes berbères recueillis à l’époque coloniale, elle entreprit une thèse d’ethnologie de type orientaliste portant sur ce corpus de textes qu’elle abonda par une collecte personnelle auprès de femmes de l’immigration kabyle en France. Cette collecte-ci l’ouvrit sur un nouvel objet de recherche, la société des femmes, qui, dans la foulée, favorisa son accès au terrain algérien, en Kabylie même. Tandis que l’Algérie officielle des années 1970, pour collusion entre colonisation et ethnologie, condamnait en bloc celle-ci, le « dialogue de femmes en ethnologie » qu’elle poursuivit désormais en tenant ensemble les deux rives méditerranéennes de la société kabyle, constitua un tournant dans son propre parcours scientifique et la plaça parmi les pionniers d’un renouvellement du regard des sciences sociales francophones et anglophones sur le Maghreb. Cela se traduisit pour C. Lacoste-Dujardin par une très longue série d’articles et surtout d’ouvrages ici analysés en propre mais aussi en débat avec les travaux scientifiques contemporains (J. Servier, P. Bourdieu, …). Opérer une rétrospective de l’œuvre de C. Lacoste-Dujardin, c’est, en reparcourant un siècle et demi d’ethnologie sur le Maghreb, prendre une leçon d’anthropologie générale sur le Monde très instructive pour aujourd’hui.

Top of page

Full text

Des voies d’une vocation scientifique ou l’empreinte des circonstances.

  • 1 Mémoire consacré à « l’observation et l’analyse de la croissance tant capitalistique – avec la préé (...)
  • 2 Dans un contexte – local, national et international - de fébrilité assez générale liée aux « événem (...)
  • 3 Pour la marche du Centre, A. Leroi-Gourhan s’entoura au départ de fortes personnalités (Denise Paul (...)
  • 4 Né en Algérie, formé en ethnologie par M. Griaule et en langues amharique et guèze par Marcel Cohen (...)
  • 5 Le Fonds André Basset résultait du legs d'A. Basset (1895-1956) à l’E.N.L.O.V. des bibliothèques et (...)

1Née à Rouen le 1er mars 1929 Camille Lacoste-Dujardin s’est éteinte à Bourg-la-Reine le 28 janvier 2016 après une vie scientifique entièrement consacrée à l’étude de la société kabyle en Algérie et dans sa diaspora. Issue d’une famille d’instituteurs (grand-père paternel et mère) et d’un père ingénieur à l’arsenal maritime de Cherbourg, Camille Dujardin passa son enfance dans la Manche. Face à l’avancée de l’armée d’occupation, les personnels techniques de l’arsenal de Cherbourg et leurs familles furent évacués sur Saint-Tropez, puis son père (militant antifasciste) fut avec sa famille envoyé au Maroc (Casablanca) pour la durée de la Seconde Guerre mondiale. Celui-ci ayant été réaffecté en France en 1945, c’est à Paris que C. Dujardin acheva ses études secondaires puis entreprit des études supérieures à l’Institut de Géographie (1950-1951). La mémoire de son séjour d’adolescente, la connaissance sur les bancs de ce même Institut d’un étudiant lui-même né au Maroc et futur mari, et l’influence de leur maître Jean Dresch, qui avait lui-même fait un long séjour d’études et d’enseignement au Maroc, se conjuguèrent dans le choix de C. Dujardin et Y. Lacoste de retourner faire leur diplôme d’études supérieures au Maroc, elle sur « Casablanca, centre d’affaires »1 et lui sur la géomorphologie du Gharb. Au cours de l’année universitaire 1951-1952, elle suivit un cours d’initiation à l’ethnologie à l’Institut d’ethnologie hébergé par le Musée de l’Homme. Y. Lacoste ayant été reçu à l’agrégation de géographie, J. Dresch dissuada le couple de partir enseigner au Maroc au motif des turbulences politiques que traversait alors le pays et conseilla l’Algérie. C’est ainsi qu’Y. Lacoste ayant été affecté au Lycée Bugeaud d’Alger à la rentrée scolaire de 1952, le couple séjourna en Algérie. C’est à l’occasion de ce séjour qu’à la faveur de visites amicales, C. Lacoste-Dujardin découvrit la Kabylie du Djurdjura. Mais ce séjour fut interrompu brusquement : à l’issue des vacances scolaires de l’été 1955, Y. Lacoste étant plus particulièrement engagé au parti communiste, le couple se vit signifier qu’il était désormais « indésirable » en Algérie par des autorités académiques sensibles à la pression des parents d’élèves et devenues fébriles2. En 1955-1956, C. Lacoste-Dujardin s’inscrivit au Centre de formation aux recherches ethnologiques (C.F.R.E.) : créé en 1946 par A. Leroi-Gourhan, ce centre présentait l’originalité en France d’assurer alors une véritable « professionnalisation » en ethnologie3. À l’issue de cette formation, elle obtint une allocation de stagiaire au CNRS et fut affectée au Département d’Afrique blanche et Levant du Musée de l’Homme que dirigeait Joseph Tubiana4. Celui-ci lui confia la réalisation d’un mémoire sur une collection des « sabres kabyles » - appelés « flissas » par référence à leurs artisans, les armuriers des Iflissen Lebhar - qui donna lieu à sa toute première publication [C.L.D., 1958]. Admise comme attachée de recherche au CNRS au 1er octobre 1958 avec pour programme l’étude de la société kabyle, elle s'inscrivit à l’École nationale des langues orientales vivantes (E.N.L.O.V.), suivit les cours de Lionel Galand et obtint son diplôme de langue berbère en 1961. Parallèlement, en vue de ses propres recherches, elle entreprit une recension des travaux ethnologiques existant sur la Grande Kabylie qui devint son premier livre [C.L.D., 1962]. Pour l’établissement de cette recension, elle travailla notamment sur le fonds André Basset de l’E.N.L.O.V.5. Dans ce fonds, elle tomba sur un document exceptionnel : un recueil de 85 contes oraux des Aït Jennad de Grande Kabylie - voisins des armuriers Iflissen - recueillis par Auguste Mouliéras (1855-1931) en langue originale, transcrits en caractères latins et édités en 1893 sans traduction ; exhumant de l’oubli ce recueil de contes, elle en fit la première traduction et édition en français [C.L.D., 1965]. C’est ainsi qu’au gré d’une série de circonstances imprévisibles qu’elle s’appropria chaque fois, C. Lacoste-Dujardin avait trouvé scientifiquement sa voie : l’ethnologie et la langue berbère ; son objet et son aire de recherche : la société kabyle en Algérie et en diaspora ; et son domaine de recherche privilégié : les contes. Sous des modalités variées, comme littérature orale [C.L.D., 1965, 1999, 2010], comme objet ethnologique [C.L.D., 1970] ou comme éléments d’argumentation [C.L.D., 1985, 1997, 2008], ceux-ci demeureraient le fil rouge de la plupart de ses productions et singulièrement de ses ouvrages.

2Professionnellement, C. Lacoste-Dujardin fit toute sa carrière scientifique au CNRS. En 1970, elle rejoignit le laboratoire « Littérature orale, dialectologie, ethnologie du domaine arabo-berbère », dirigé alors par Germaine Tillion ; elle en assuma à son tour la direction de 1978 à 1992. Elle présida la section 38 du CNRS « Langues et civilisations orientales » de 1976 à 1981. Parallèlement à ses activités de recherche, elle eut une activité de formation : elle participa aux animations du C.F.R.E. (1965-1969), fut chargée de cours en « ethnologie et géographie des régions berbérophones » à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (1969-1977), exerça comme Directrice d’Études à l’E.H.E.S.S. (1978-1990). Elle succéda à André Raymond (1925-2011) à la présidence de l’Association française pour l’étude du monde arabe et musulman (1991-1995). De son entrée comme stagiaire au CNRS en 1956 à la publication de son ultime ouvrage paru alors même qu’apparaissaient les marques de ce qui devait être une rapide et définitive aggravation de sa santé [C.L.D., 2014], il s’était écoulé 58 ans.

L’œuvre scientifique de C. Lacoste-Dujardin6.

  • 6 Dans la suite de l’article, je ferai référence essentiellement aux ouvrages personnels de C. Lacost (...)
  • 7 Trois écoles, en ajoutant le courant d’inspiration marxiste dont participa en particulier l’anthrop (...)
  • 8 Sur H. Balfet, sa trajectoire et son œuvre, voir Ch. Bromberger [« Hélène »], Ch. Pelras [« Sur le (...)

3Où en était l’ethnologie française en général et l’ethnologie de la Kabylie en particulier au moment où C. Lacoste-Dujardin fit ses premiers pas au CNRS (1956) ? En France même où, en ces deux premières décennies de l’après-Seconde Guerre mondiale les sciences sociales connaissaient de profonds changements institutionnels et paradigmatiques, l’ethnologie elle-même se trouvait clivée entre deux écoles dominantes incarnées par deux maîtres : d’un côté Cl. Lévi-Strauss (1908-2009) et de l’autre André Leroi-Gourhan (1911-1986)7. La première école était davantage tournée « vers la spéculation et le formalisme, vers l’anthropologie de la parenté et des expressions symboliques » [Ch. Bromberger, 2010, 13] ; de l’anthropologie lévi-straussienne et de sa conception condensée dans la métaphore du « regard éloigné » dont, anthropologue de la Kabylie, il subit l’influence avant de s’en distancier, P. Bourdieu devait ultérieurement [2004, 59] écrire de son côté qu’elle permettait « de manière assez paradoxale, de tenir à distance le monde social, voire de le dénier, au sens de Freud, et par là, de l’esthétiser ». La seconde école était rétive aux « généralisations hâtives », s’intéressant aux techniques et accordant « la priorité à l’investigation empirique » [Ch. Bromberger, 2010, 13]. Venant de la géographie, C. Lacoste-Dujardin se sentit plus proche de l’esprit plus empiriste que théoricien de l’école d’A. Leroi-Gourhan, et en acquit le pli à la faveur des enseignements qu’elle suivit à l’Institut d’ethnologie puis au C.F.R.E. où enseignait Hélène Balfet, cheville ouvrière du C.F.R.E. entre 1955 et 1969, avec laquelle elle noua des relations scientifiques durables, elle aussi transfuge de la géographie et entreprenant dans ces années un travail académique sur les poteries en Algérie8. S’agissant de l’ethnologie de la Kabylie, la Bibliographie ethnologique de la Grande Kabylie constitue aujourd’hui un bon instrument d’évaluation de son état d’alors. Au terme de son établissement, C. Lacoste (qui ne signait pas encore Lacoste-Dujardin) jugea particulièrement maigre « la part strictement ethnologique » des références bibliographiques retenues ; les grandes références demeuraient alors celles d’auteurs du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle (A. Hanoteau et A. Letourneux ; E. Masqueray ; R. Maunier ; …) ; deux noms qui illustreraient dans les années suivantes l’ethnologie kabyle faisaient cependant petitement leur apparition : ceux de Jean Servier (2 occurrences) et de P. Bourdieu (1 occurrence). Dans sa préface, J. Tubiana concluait : « L’ethnologie de la Kabylie est encore largement à faire » [C.L.D., 1962, 10, 7]. Ce qui marque le déploiement de l’ethnologie de la Kabylie – et, au-delà de celle-ci, de l’ethnologie de l’Algérie - dans les années 1960, c’est la diversité des paradigmes auxquels la poignée des nouvelles figures se référa (J. Servier à l’école coloniale ; C. Lacoste-Dujardin à l’école gourhanienne ; Jeanne Favret à l’anthropologie anglo-saxonne) ou qu’elles initièrent (P. Bourdieu, A. Sayad).

  • 9 Formé à l’école de Mauss et diplômé de l’E.N.L.O.V. en langues russe (1931) et chinoise (1933), A. (...)
  • 10 Seuls deux autres articles relèveraient de l’ethnologie des technologies [C.L.D., 1973, 1982].
  • 11 En Sorbonne Roger Bastide occupa de 1958 à 1968 la « chaire d’ethnologie sociale et religieuse » ta (...)

4Si les années allant de son retour définitif d’Algérie en France (été 1955) à sa publication de la Traduction des Légendes et contes merveilleux de la Grande Kabylie d’Auguste Mouliéras [1965] furent ainsi d’abord consacrées à un double apprentissage, ethnologique et linguistique, à l’instar du double cursus de formation qu’avaient eux-mêmes suivi certains de ses maîtres en ethnologie comme A. Leroi-Gourhan9 ou J. Tubiana, ses premiers travaux relevèrent non de façon croisée mais successivement de l’ethnologie des technologies (qu’elle abandonnerait10), puis de l’orientalisme (traductions du berbère). Cet apparent glissement d’intérêt fut la cause d’un incident qui eut pu interrompre là sa carrière au CNRS. En effet, alors qu’elle venait d’éditer sa traduction des contes recueillis par Mouliéras assortie de notes exclusivement linguistiques et que s’étant inscrite en thèse d’État sur la question du conte kabyle elle poursuivait la collecte et la traduction des contes à destination de celle-ci, la compétence linguistique qui trouvait ainsi à s’exprimer comme une nécessité dans le processus même du travail ethnologique (et sans doute aussi du fait de l’absence de toute autre publication d’articles depuis celui de 1958) fut estimée hors-champ disciplinaire par les membres de la section d’Anthropologie du Comité national du CNRS et elle fut menacée d’exclusion. Elle dut à l’appui de fortes personnalités scientifiques de l’époque – R. Bastide, L. Galand, Emile Laoust, Charles Pellat, … - d’être accueillie par la section Langues et civilisations orientales, que plus tard elle présiderait [C.L.D., 2005 b, 69, 79]. Sa déportation forcée vers la section orientaliste ne devait pas la conduire à baisser la garde en ethnologie, elle relèverait le défi lancé par les anthropologues. Son inscription en thèse d’État sous la direction de Roger Bastide (1898-1974)11 serait la première occasion de « recoller » à l’ethnologie.

  • 12 Crise politique à Alger conduisant à la création du Front des Forces Sociales – parti essentielleme (...)

5Pour saisir l’importance de l’étude ethnologique des contes que C. Lacoste-Dujardin entreprit en thèse d’État, il faut revenir à l’état de ces études alors. Pour ce faire, je prendrai appui sur les travaux d’une autre ethnologue, Denise Paulme (1909-1998), qui, entre 1961 et 1972, publia une série d’articles sur les contes, en l’occurrence négro-africains, réunis en 1976 dans un livre. En introduction à celui-ci, elle dressait de la façon suivante l’état des recherches sur les contes : « En 1958 […], beaucoup de monographies se terminaient sur un choix de contes, proverbes et devinettes émanant de la société présentée, les textes étaient donnés sans commentaire, leur analyse laissée aux folkloristes, eux-mêmes peu nombreux en France et ne s’intéressant guère à l’Afrique » [D. Paulme, 1976, 7]. Entre temps, ajoutait-elle en 1976, la redécouverte des travaux de V. Propp et la « vogue du structuralisme » avaient contribué à remettre à l’honneur le « domaine fascinant » des contes ». C. Lacoste-Dujardin n’allait pas en rester à un travail d’orientaliste classique avec la publication de la traduction des contes kabyle ; son travail de thèse d’État contribuerait à sortir le recueil des contes oraux des simples émerveillements et enregistrements qui avaient eu ou avaient encore cours. S’appuyant sur un important corpus des seuls contes disponibles en langue vernaculaire pour la plupart recueillis à la fin du XIXe siècle auxquels elle adjoignit sa propre collecte en diaspora [C.L.D., 1970, 17, 42], elle en entreprit l’étude comme « documents ethnologiques » [C.L.D., 1970, 45] au motif qu’ils étaient « encore en fonction dans la totalité du groupe social envisagé […] jusqu’à une date très récente » [C.L.D., 1970, 110]. D. Paulme [1976, 50] devait acter l’intérêt de l’approche ethnologique et plus simplement linguistique de C. Lacoste-Dujardin : « Les contes ne donnent pas l’image fidèle ni surtout complète de la société, l’explication ethnographique a ses limites ; mais l’interprétation qu’ils proposent permet aussi de mieux comprendre le modèle qui s’y reflète, les problèmes que la vie a posés à ses enfants, les solutions proposées et l’accueil réservé aux compromis – en un mot le jugement que la société par la voix du conteur et les commentaires du public porte sur elle-même », et à l’appui de son propos de citer C. Lacoste-Dujardin : « Les contes sont des témoins de l’intérieur, non des observateurs étrangers ». Dans le texte originel, la citation de C. Lacoste-Dujardin [1970, 111] se poursuivait par l’énoncé du postulat suivant : « Alors que l’analyse ethnographique implique de la part de l’observateur une certaine extériorité, ici, les choses s’appréhendent de l’intérieur par le moyen d’une expression issue de la pensée même de la société et qui touche sans doute, non le conscient, non encore l’inconscient, mais plutôt le subconscient de chacun de ses membres. En ce sens, l’étude de la littérature orale présente en quelque sorte l’envers, mais intérieur, de l’étude ethnographique, une sorte d’auto-ethnographie. Ce que l’examen des contes permet d’appréhender, c’est bien plutôt un système conceptuel, un réseau de valeurs, une culture, au sein desquels il peut être possible de reconnaître la place précise de chaque élément par rapport aux autres, par le jeu de leurs relations, solidarités, antinomies, hiérarchies, etc. ». Elle tira de cette étude des contes kabyles et dans les limites de leur nature documentaire une construction idealtypique de la société kabyle, de celle d’avant la colonisation pour les collectes de contes oraux les plus anciennes, de celle antérieure à la Guerre d’indépendance pour les collectes alors les plus récentes. Fut ainsi reconstituée dans le détail, au-delà des conceptions cosmogoniques de l’espace et du temps, la représentation véhiculée par ces contes des mondes masculin et féminin dans leurs attributions et leurs fonctions morales, sociales et économiques distinctes et complémentaires et des institutions les régulant (parenté, mariage, famille, religion et magie, politique, …). En conclusion, alors qu’H. Basset [1920] avait classé les contes berbères en trois catégories : « contes merveilleux », « contes plaisants » et « contes d’animaux », au sein du corpus raisonné qu’elle constitua, C. Lacoste-Dujardin distingua de son côté « deux grandes catégories de contes », « deux systèmes conceptuels sensiblement différents » [C.L.D., 1970, 485-487]. D’une part des « contes paysans » : héritiers directs d’anciens mythes (pas seulement kabyles mais montagnards méditerranéens ?), ils traitaient « des rapports entre nature et culture, entre lesquelles le héros a vocation de médiateur », et vantaient les valeurs de traditions, d’intégrité et de cohésion du groupe. D’autre part des « contes politiques », qui à la différence des premiers, narraient l’histoire de « héros conquérants », de contestataires de l’ordre traditionnel, d’individus à la recherche d’un prestige et d’une réussite personnels. Cette distinction entre « deux grandes catégories de contes » récusait toute vision simpliste, homogène, compacte et intemporelle, de la société kabyle. Elle témoignait des tensions sociétales existant en son intérieur, de la conscience interne de deux avenirs possibles, l’un privilégiant le groupe et la reproduction (la Kabylie bastion de conservation communautaire), l’autre l’individu et l’aventure. Deux visions possibles d’un avenir kabyle portées également ou différentiellement par les « ennemis complémentaires » qu’étaient – traditionnellement - les hommes et les femmes en Kabylie ? Si le travail sur les contes avait permis à C. Lacoste-Dujardin de dégager les éléments principaux de la socialisation et donc de la cité kabyles mais aussi d’identifier quelques lignes de conflits sociétaux internes, la nature du matériau ne permettait pas de savoir l’issue des tensions et le choix entre ces modèles opérés concrètement par la société kabyle, seul un travail de terrain en Kabylie même permettrait de répondre. Il est à coup sûr intéressant de relire aujourd’hui un compte-rendu que J. Favret (alors chargée à L’Homme des comptes-rendus sur l’anthropologie du Maghreb) fit à sa parution de la première grande publication spécifiquement ethnologique de C. Lacoste-Dujardin (le Conte kabyle était sous-titré Étude ethnologique). D’une certaine façon, J. Favret continuait à renvoyer C. Lacoste-Dujardin du côté des orientalistes (elle « s'était signalée en 1965 à l'attention des orientalistes par sa traduction d'un ensemble de contes kabyles particulièrement intéressants […] ») et d’autre part, écho très significatif des luttes d’écoles du moment pour la domination et la légitimation des savoirs et corrélativement l’adoubement disciplinaire des individus, elle imputait les limites qu’elle trouvait au Conte kabyle à ce que « le projet de l'auteur » avait exclu d’« énoncer quelque chose sur les structures de la pensée mythique (que cette « chose » soit freudienne ou structuraliste) » [J. Favret, 1971]. Dans ces premières années postérieures à l’indépendance l’accès au terrain kabyle n’était pas interdit (sous certaines conditions, J. Favret [2005] y avait accédé), mais il était quasi impossible pour un chercheur venant de l’étranger, du fait que, dans les années qui suivirent l’Indépendance, la Kabylie demeura une zone politiquement hypersensible12. Le travail sur les contes avait en quelque sorte servi de terrain de substitution au terrain physique interdit, mais il était demeuré un travail de cabinet. Pour sortir de l’orientalisme ethnologique dans lequel certains ethnologues de l’heure voulaient la maintenir confinée, il lui fallait impérativement aller au terrain. L’accès au terrain – qui avait fait la force de la formation délivrée au C.F.R.E. d’A. Leroi-Gourhan - ne fut possible qu’à partir de 1969.

6Dialogue de femmes en ethnologie qui parut en 1977 devait consigner le récit d’une sorte d’ordalie du terrain, le récit du basculement d’une ethnologie à une autre. Cl. Lévi-Strauss [1973, 169] avait posé en principe qu’« en matière de tradition orale, la morphologie est stérile, à moins que l’observation ethnographique, directe ou indirecte, ne vienne la féconder ». Il avait formulé cette injonction à propos de l’étude d’un système linguistique, C. Lacoste-Dujardin la fit sienne s’agissant de l’étude des contes. Dans un double but : compléter le corpus des contes kabyles recueillis par A. Mouliéras et autres auteurs et expérimenter par elle-même le travail de collecte de contes, faute de pouvoir travailler en Algérie même, C. Lacoste-Dujardin était entrée en contact avec des femmes de la diaspora kabyle en France. Ainsi au moment où l’accès de la Kabylie lui sembla enfin possible, c’était là le seul travail de terrain qu’elle avait expérimenté, et ce sur un échantillon hyperréduit et uniquement en situation à coup sûr très fragmentaire et à certains égards artificielle : l’exil. Étant acquis depuis H. Basset [1920] que le conte était « essentiellement affaire de femmes », c’est vers une femme qu’elle se tourna pour cette enquête sur les contes et comme ensuite l’étude des contes avait mis en exergue la place considérable occupée par les femmes dans les histoires contées, les femmes devinrent les interlocutrices privilégiées en diaspora d’abord, et par elles en Kabylie [C.L.D., 1970, 21]. L’aventure que relata Dialogue de femmes en ethnologie débuta par la rencontre à Paris d’une femme issue des Iflissen Lebhar, née en Kabylie et, la première de son village, immigrée en France en 1954. Ce fut par son truchement qu’elle fut introduite en Kabylie même, accueillie par son père et sa famille, et que, sous un régime autoritaire, voire policier, elle put sans aucune autorisation officielle entreprendre ses observations sur place. L’ethnologie qu’elle avait jusqu’alors pratiquée, basée sur l’étude de productions culturelles (sabres, contes) l’avait familiarisée avec l’ancienne société kabyle. L’ethnologie qu’elle pratiquerait ne porterait plus sur une Kabylie au risque d’un enfermement dans une tradition immémoriale, voire immobile, que les auteurs « coloniaux » avaient fixée, voire « imaginée » (au sens d’E. W. Said). Les rencontres de travail régulières qu’elle eut avec cette femme (nommée Mme Laali) défirent en quelque sorte le pli ethnologique initial de C. Lacoste-Dujardin : « Je me trouvais piégée par une formation qui évacuait toute histoire et toute politique. Mme Laali me démontrait à l’évidence et d’une manière particulièrement douloureuse, sensible, que la politique, la guerre d’indépendance algérienne en l’occurrence, ne pouvait être évacuée des réalités, fussent-elles les plus banales, les plus inertes en apparence, les moins susceptibles d’être engagées » [C.L.D., 1977, 22]. L’ethnologie qu’elle pratiquerait serait plus qu’une ethnologie des situations de crise : une ethnologie postcoloniale. Sur place en Algérie, à partir de 1969 elle put prendre la mesure des effets sociétaux de la guerre, qu’une émigration en France - démarrée antérieurement au déclenchement de la guerre d’indépendance - amplifia encore une fois la souveraineté recouvrée. La guerre de libération avait fauché beaucoup d’hommes, déséquilibré fortement le ratio hommes/femmes, perturbé les offres de l’échange matrimonial, troublé la reproduction de l’ordre tant social qu’économique, multipliant le nombre des femmes seules, précarisant davantage leur situation. Quant à l’émigration en France, si elle avait apporté des ressources de l’extérieur, le sort des femmes en avait supplémentairement pâti. Le monde des hommes et celui des femmes n’avaient au total jamais été autant séparés, le destin des uns et des autres n’avait jamais autant divergé, les hommes ayant augmenté leur périmètre d’action tandis que les femmes se retrouvaient réduites à leur fonction matrimoniale, marginalisées dans leur fonction économique (une économie locale délabrée) et cantonnées dans l’espace local (en 1970, peu de femmes avaient été admises à suivre leur mari en émigration). Le monde figé qu’à son usage l’ethnologie coloniale avait conçu, le monde idéalisé (et tout aussi « imaginaire » au sens d’E. W. Said) que certains idéologues algériens pensaient pouvoir restaurer en même temps que la souveraineté politique, avaient laissé place à un monde suspendu entre un passé révolu et un brouillon d’avenir. La guerre d’indépendance et l’émigration massive avaient provoqué à la fois des ruptures malgré soi et un besoin de tradition comme moyen de conjurer l’angoisse du vide [C.L.D., 1977, 64-65]. La situation postcoloniale en diaspora mettait ses membres au contact à la fois douloureux et flou d’autres modèles sociétaux, générait chez eux des besoins de modernisation, en particulier dans la vie du couple et de la famille. Ainsi les nouveaux « comptes » de la vie ordinaire témoignaient du conflit plus que jamais fort entre les deux modèles de comportement sociaux véhiculés antérieurement par les contes oraux : l’idéal de cohésion sociale et de reproduction de l’ordre ancien demeurait fort, peut-être dominant, mais chaque jour, dans une souffrance certaine, le modèle de l’aventurier individualiste (hommes mais aussi collatéralement femmes au grand dam des premiers) et d’une société moderne gagnait des points.

7Dialogues de femmes en ethnologie se terminait sur une vision des forces et des limites de la relation ethnologique et l’énoncé d’une éthique du chercheur à l’égard des populations observées : « Le chercheur a accompli son travail, rendu compte de sa mission, déposé entre les mains de ceux qu’il a étudiés une possibilité de comprendre leurs problèmes ; à eux de décider des suites à donner, des conduites à tenir, des mesures à promouvoir éventuellement, des modalités d’une action dans le contexte social, économique et politique où ils se trouvent placés » [C.L.D., 1977, 114]. On est loin ici d’une sorte d’« intervention ethnologique » (pour parodier la notion d’« intervention sociologique » formalisée - entre théorie et méthode – en 1978 par A. Touraine pour l’étude des mouvements sociaux). Non seulement la situation étrangère de l’ethnologue vis-à-vis de la société observée, et plus encore son appartenance à l’ancienne société coloniale – et sauf à ce que l’ethnologie ne fut transformée en « ingénierie sociale » au service des projets étatiques - invitaient à la réserve, mais surtout dans ces années 1970 en Algérie tout particulièrement l’ethnographie avait fait l’objet d’une ostracisation politique. En mars 1974, lorsde l’ouverture à Alger du 24e Congrès de l'Institut international de sociologie portant sur « Développement des pays du Tiers Monde et études sociologiques » le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Culture, Mohamed Seddik Benyahia, avait prononcé un réquisitoire contre l’ethnologie coloniale : « Il s’agissait pour elle de fournir les informations sur le mode d’organisation sociale, politique, économique des peuples à conquérir ou en cours de conquêtes… Elle constitue un système parfait de justification d’un passé révolu, et par là même elle représente un danger scientifique » [in A. Yalaoui, 2013]. La posture de C. Lacoste-Dujardin tint sûrement compte de ce climat, mais plus que de la réserve ou de la prudence, elle participait d’une attitude de confiance envers les acteurs sociaux pour que, à l’occasion éclairés mais pas écrasés par les lumières de chercheurs, mieux placés que les experts parce que premiers concernés et au total seuls au défi et impactés, ils inventassent par eux-mêmes les voies de leur propre avenir.

8Dialogue de femmes en ethnologie [1977] ne fut pas seulement le moment d’un basculement dans le parcours de C. Lacoste-Dujardin. Dans son grand ouvrage sur l’ethnographie, la littérature et l’art au XXe siècle, l’anthropologue américain J. Clifford [1996, 48-49] a mis en exergue le fait qu’à la suite d’auteurs comme M. Griaule et M. Leiris notamment le discours ethnographique avait cessé de se présenter comme une expérience et comme l’interprétation d’une autre réalité circonscrite et s’était voulu davantage « une négociation constructive impliquant au minimum deux sujets conscients, politiquement significatifs. Les paradigmes de l’expérience et de l’interprétation cèd[èr]ent devant les paradigmes discursifs du dialogue et de la polyphonie » ; le nouveau modèle discursif fit ainsi « apparaître l’intersubjectivité de toute parole, ainsi que le contexte immédiat où elle [était] énoncée », si bien que « les interlocuteurs s’emplo[ya]ient à négocier une vision partagée de la réalité » ; certains ethnographes en étaient même arrivés à se demander qui sont vraiment les auteurs des notes de terrain et dans certains de leurs ouvrages les informateurs étaient devenus des coauteurs. Comme « remarquables exemples » de ce mouvement, J. Clifford nomma trois auteurs pour trois livres : C. Lacoste-Dujardin pour Dialogues de femmes en ethnologie [1977], Jean-Paul Dumont pour The Headman and I [1978] et Marjorie Shostak pour Nisa. The Life and Words or a ! Kung Woman [1981]. Ainsi si C. Lacoste-Dujardin pouvait continuer à être classée parmi les orientalistes du fait de sa maîtrise du berbère et de son travail directement en langue – ce qui était alors chose extrêmement rare parmi les ethnologues français travaillant sur la Kabylie (seule autre exception : J. Servier ?) -, elle exerçait avec au moins autant de maestria le « métier » d’ethnologue.

  • 13 Psychiatre algérien, M. Boucebci fut assassiné par des islamistesen 1993.

9Des mères contre les femmes [1985] a constitué le grand ouvrage ethnologique de la maturité scientifique de C. Lacoste-Dujardin et le plus connu (plusieurs rééditions et traductions étrangères). Dans cet ouvrage elle posa d’emblée une problématique et défendit une thèse. Il s’inscrivit d’abord dans la suite du précédent ouvrage et de l’objet qu’il avait investi mais, tout en faisant prioritairement fond sur ses propres enquêtes, en incluant dans la réflexion l’ensemble de la question des femmes au Maghreb. Au fil de ses recherches et productions de nombreux articles, une question en vint à « tracasser » personnellement C. Lacoste-Dujardin : « Comment, dans une société patrilignagère et patriarcale, de domination affirmée des hommes sur les femmes, une catégorie de femmes, les mères de garçons, avaient pu jouer le rôle de grandes prêtresses de cette domination des hommes et de l’oppression des femmes » [C.L.D., 1985, 15]. Cette interrogation semblait s’inscrire dans la suite du Harem et des cousins [1966] dont C. Lacoste-Dujardin [2000] écrivit qu’à sa parution ce livre fit « l’effet d’une bombe ». Dans cet ouvrage-là, G. Tillion avait cherché à comprendre les origines sociales de « l’avilissement tenace de la condition féminine » dans le monde méditerranéen et s’était interrogée sur les causes de l’intériorisation de la suprématie des hommes et de l’écrasement des femmes [Ch. Bromberger, 2009, 13, 15]. Cependant, tandis que G. Tillion avait brassé les disciplines (préhistoire, histoire, ethnologie, sociologie), chevauché les siècles et les aires et pratiqué un comparatisme sensible aux similitudes plus qu’aux différences [Ch. Bromberger, 2009, 18], le développement et la spécialisation consécutive des sciences humaines intervenus entre temps y obligeant désormais, C. Lacoste-Dujardin en resta elle rigoureusement à sa discipline et aux recherches thématiques voisines dans son « aire culturelle » de compétence scientifique. Par ailleurs si, défiée par le modèle exogamique théorisé par Cl. Lévi-Strauss dans les Structures élémentaires de la parenté, G. Tillion fut surtout spéculativement intriguée par le problème posé par ce qui semblait faire exception anthropologique, à savoir le mariage endogamique arabe avec la cousine parallèle [A. Michel, 1972, 62-71], C. Lacoste-Dujardin s’intéressa elle à un sujet d’une brûlante actualité, défrayant la production scientifique et militante d’alors, portée par la recherche maghrébine elle-même, particulièrement par des intellectuelles et chercheuses remarquées comme Fadéla M’Rabet, Fatima Mernissi (1940-2015), Nefissa Zerdoumi, auxquelles, entre autres, elle se référa amplement. Mais elle aborda le sujet par un autre biais que ses consoeurs maghrébines, développa une « thèse » originale de l’assujettissement des femmes. Elle imputa certes celui-ci au modèle sociétal prégnant dans la société maghrébine : la « société patrilignagère et patriarcale », mais, là où la domination des femmes produite par le système patriarcal était jusqu’alors étudiée exclusivement à partir de l’idée de la domination des hommes sur les femmes, elle complexifierait l’approche en montrant l’existence de rapports de domination à l’intérieur de la pratique des femmes entre elles, identifierait un mécanisme par lequel, dans l’ambiguïté et avec profit, les femmes contribueraient elles-mêmes à l’assujettissement, faisant au total de ce système « patriarcal » un système plus mixte que seulement masculin. Elle trouva ce mécanisme de perpétuation dans le pouvoir exercé sur les femmes par les « mères de garçons », voire plus que sur les femmes : « Déléguées de l’autorité masculine, [les mères] sont faites les complices de l’ordre patriarcal dont procède leur autorité. Les mères sont les alliées objectives du pouvoir masculin. Grâce à leurs fils, les femmes sont converties à l’ordre patriarcal qui leur fait une place de choix. Outre le pouvoir indiscutable sur les femmes plus jeunes de la maisonnée, n’espèrent-elles pas aussi parvenir à s’introduire dans le groupe des hommes par fils interposé ? » [C.L.D., 1985, 131-132]. D'où le sens du titre de l'ouvrage : Des mères contre les femmes. Avec la construction de ce modèle sociétal, C. Lacoste-Dujardin non seulement expliquait à la base de l’asservissement des femmes ce qu’elle nommait « service lignager procréateur », elle expliquait la reproduction assurée avec le concours des mères-de-garçons du modèle patrilignager et patrilocal, mais en même temps, notamment en se référant à des auteurs maghrébins comme A. Bouhdiba ou M. Boucebci13, elle expliquait les conséquences collatérales de cette socialisation des hommes par les femmes au nom des hommes, pathogène quant à leur virilisation et source de leur forte angoisse à l’égard des femmes. Reprenant des travaux d’A. Bouhdiba [1975] l’idée selon laquelle dans les sociétés arabo-musulmanes il faut substituer le Complexe de Jawdar (héros des Milles et une nuits) au Complexe d’Œdipe, et ainsi la mère au père (« un Œdipe débarrassé de toute culpabilité »), elle fit sienne [C.L.D., 1985, 173-174] la conclusion suivante de A. Bouhdiba : « La maturation psychologique [des fils] est un attentat contre la mère. Il faut tuer en soi l’image de la mère, la profaner, la démythifier … on ne saurait mieux montrer combien la relation utérine peut être source de blocage et que c’est de la liquidation de ces survivances du désir maternel que dépend la maturation psychologique ».

  • 14 Elle citait à l’appui de sa thèse Karen Horney. Elle eut pu tout aussi bien citer dans le même sens (...)
  • 15 Elle associait aussi christianisme et modèle patriarcal [C.L.D., 1985, 158-159].

10C. Lacoste-Dujardin rappelait que la Kabylie n’était pas un cas unique de patrilignagérité-partriarcalité, que ce modèle était la règle dans des cultures plus ou moins proches : dans le reste de l’Algérie, généralement au Maghreb et dans le monde arabe, dépassant même celui-ci, puisqu’il fut présent dans le monde méditerranéen non-musulman. Traitant des peurs masculines à l’égard des femmes, elle ne manqua pas de rappeler en passant une certaine universalité de ces peurs selon la psychanalyse14. Elle notait aussi la forte prégnance islamique du modèle lignager patriarcal15, pour en attester multipliant les citations du Coran et de la tradition islamique savante (Ghazali, Bukhari, …), mais elle ne s’appesantit pas, passant un peu trop superficiellement sur la prégnance de l’islam, peut-être reprenant subliminalement un des poncifs des premiers auteurs coloniaux qui avaient insisté sur la tiédeur kabyle à l’égard de l’islam [C.L.D., 1984, 262]. Elle postulait que le système patrilignager et patriarcal avait précédé en Kabylie l’islamisation, qu’en conséquence si l’islam - apparu en Arabie dans une société elle-même patrilignagère et partriarcale - prônait aussi ce système et contribua historiquement à en renforcer le poids sociétal dans les sociétés conquises, système lignager kabyle et système lignager islamique s’étaient en quelque sorte rencontrés mais le premier n’était pas la greffe du second. Si bien qu’en théorie leur sort pouvait être divergent, le premier étant une production historique et non un système suprahistorique et absolu, comme – du point de vue dogmatique – le système des valeurs de l’islam. On se souvient qu’à la fin de son ouvrage de 1970, C. Lacoste-Dujardin avait classé les contes en deux modèles, les « contes paysans » et les « contes politiques », qui laissaient apparaître l’existence de tensions à l’intérieur de l’ancienne société kabyle et témoignant de l’existence de choix entre deux comportements opposés, l’un ordonné à la sauvegarde de l’intégrité et de la cohésion du groupe, l’autre porté à l’aventure et à la réussite individuelles (« histoire de héros conquérants », …). La colonisation exacerba la concurrence de ces deux modèles comportementaux et, uniquement en rapport avec ses propres besoins, favorisa l’affirmation du modèle individualiste. Des deux modèles comportementaux lequel, une fois la souveraineté nationale recouvrée, l’emporterait à la longue ? À la fin des Mères contre les femmes, était montré à l’œuvre un affaiblissement du modèle patrilignager. Mais cet affaiblissement constatable partout au Maghreb ne s’accompagna pas automatiquement de la progression générale de la famille nucléaire et du paradigme individualiste : les forces de transformations – économiques (industrialisation, urbanisation, …) et sociales (scolarisation, planning familial, …) - agissant alors dans cette région n’impactèrent pas les populations uniformément (campagnes, petites et grandes villes) et également (selon les classes sociales), elles générèrent doutes, crises et angoisses, provoquèrent une demande de retraditionnalisation dans laquelle alors, comme le rappelait C. Lacoste-Dujardin, d’un bout à l’autre du Maghreb, s’engouffra l’islamisme politique. Le fait que celui-ci exploita les problèmes liés à la fissuration du patriarcalisme ne prouvait pas une surdétermination irréfragable et indépassable de celui-ci par l’islam, mais si, avec A. Meddeb [2002] on tenait l’islamisme pour une « maladie de l’islam », on pouvait faire l’hypothèse que c’étaient les deux, islam et patriarcalisme, qui étaient alors entrés en même temps dans une crise dont l’issue ne serait pas nécessairement la même pour les deux. Le moins qu’on peut dire en reprenant les catégories de la sociologie de F. Tönnies, c’est qu’au Maghreb, dans ces années 1980, le passage de la Communauté (Gemeinschaft) à la Société (Gesellschaft) se faisait au milieu de grandes difficultés et très différentiellement selon les classes sociales.

11Yasmina et les autres [1992] vint clôturer la suite des travaux de terrain de C. Lacoste-Dujardin et en quelque sorte effectuer ce que je qualifierai de « passage à la limite » de ses études berbères. Outre qu’à la différence de ses autres ouvrages personnels, le matériau sur la base duquel il fut rédigé résultait d’entretiens menés cette fois par plusieurs enquêteurs (elle-même et deux étudiants maghrébins, un garçon et une fille), cet ouvrage déplaça l’objet privilégié de recherches poursuivies globalement par C. Lacoste-Dujardin, la société kabyle dans son extension algéro-diasporique. La focale d’observation fut en effet ici modifiée de plusieurs manières : il ne s’est plus agi de la condition des femmes toutes classes d’âges confondues, mais seulement d’une tranche d’âge limitée (les 18-28 ans), filles de pères primo-immigrants en France, célibataires pour la plupart au moment des entretiens (années 1987-1990), « d’origine maghrébine » en général (seulement 6 filles « d’origine kabyle » parmi les 21 filles de nationalités algérienne, marocaine, tunisienne, française ou mixte franco-maghrébine). Reconstituant ainsi en un récit croisé 21 histoires personnelles de jeunes filles « d’origine maghrébine » à un moment crucial de leur existence, leur entrée dans la vie adulte avec sa cohorte d’enjeux sociétaux (scolarisations secondaire et supérieure ; choix d’un conjoint, d’un métier, de citoyenneté, de nationalité, …), l’ouvrage dressait de façon complexe et subtile le tableau d’individualités ayant connu des trajectoires de socialisation et donc des aspirations différenciées (selon leur rang de naissance dans la famille, selon le rapport entretenu par leurs propres parents à la tradition maghrébine et à l’islam, selon le niveau d’études atteints par les parents et les filles, …). Alors que, comme déjà rappelé, l’étude des contes avait permis de mettre en évidence face aux tensions internes existant déjà dans la société traditionnelle l’existence de deux modèles de comportements sociaux possibles, plus communautariste (dominant) ou plus individualiste, l’étude du devenir de la catégorie des jeunes-filles-issues-de-pères-primo-immigrants-maghrébins attestait des difficultés, voire des impossibilités, de la valeur individualiste dans le cas d’un retour de ces jeunes filles au Maghreb et à l’inverse, sous certaines conditions, des chances de l’affirmation individualiste en situation d’émigration, donc dans le contexte d’une société englobante elle-même individualiste. Rédigé essentiellement à l’aune de la problématique de l’« intégration » (voies, difficultés, défis) « dans la société française » de cette première génération post-immigrante [C.L.D., 1992, 259-266], cet ouvrage décrivait une situation de basculements, le moment de la divergence entre destin ethnique et destin individuel, le moment délicat, à coûts plus ou moins élevés, de l’exit personnel de la Communauté (Gemeinschaft) d’appartenance des parents à l’« intégration » à la Société (Gesellschaft) française.

  • 16 Cl. Chaulet (1931-2015) était sociologue et P. Chaulet (1930-2012) médecin. Tous deux étaient compa (...)

12Opération « Oiseau bleu » [1997] nécessiterait que lui soit consacré un développement particulier pour deux raisons principales : d’abord pour la seconde novation qu’après Dialogue de femmes en ethnologie en 1977, cet ouvrage opéra dans le parcours scientifique de C. Lacoste-Dujardin ; ensuite par les débats qu’il suscita et qui mériteraient à eux seuls un examen circonstancié. Je me limiterai ici à l’essentiel. Cet ouvrage est consacré à un événement de la Guerre d’Algérie, l’opération Oiseau bleu, certes mineur, mais significatif de la manière dont celle-ci fut conduite, et qui tenait particulièrement à cœur à C. Lacoste-Dujardin pour deux raisons. Si cette opération « appelée aussi Force K (K pour Kabylie) » ne fut révélée au grand public sous la dénomination Opération « Oiseau bleu » que longtemps après l’événement par le journaliste Y. Courrière [1969, 216], l’événement brut lui-même, C. Lacoste-Dujardin en prit connaissance dans les jours suivant son dénouement (1er octobre 1956) grâce à Hélène Balfet. Celle-ci lui transmit un tract du FLN faisant état d’un cuisant échec de l’armée française face aux maquisards de Kabylie qu’elle avait elle-même reçu de Claudine et Pierre Chaulet dans un courrier daté du 8 octobre 195616 [C.L.D., 1997 a, 53 ; 2010 a, 79-80]. Si le souvenir de l’annonce de cette opération Oiseau bleu prit par la suite un relief particulier pour C. Lacoste-Dujardin, voire l’accompagna durant toute sa vie d’ethnologue de la Kabylie, c’est parce que cette opération eut pour théâtre le territoire et la société de ces mêmes Iflissen Lebhar qui avaient été les artisans des sabres flissas sur lesquels porta son premier travail d’ethnologue et auxquels appartenaient les Aït Zouaou sur lesquels de 1969 à 1989 elle mena une série d’enquêtes et qui en conservaient eux-mêmes une vive mémoire. C. Lacoste-Dujardin devait revenir une première fois sur cette Opération dans un article publié en 1986. Elle reprit le dossier de cette Opération à la faveur de l’ouverture en 1992 des archives de la guerre d’Algérie au Service historique de l’Armée de Terre (SHAT) de Vincennes, qui lui permirent de documenter cette affaire aux meilleures sources du côté français et de les confronter aux résultats de 20 ans d’enquêtes personnelles de terrain aux Iflissen. Elle disposa ainsi d’un document exceptionnellement riche : le journal de marche et d’opérations du bataillon de chasseurs alpins stationné aux Iflissen Lebhar en 1956.

  • 17 L’historienne R. Branche [2005, 285-286] n’a pas manqué de relever l’apport particulier de cet ouvr (...)

13Voici en quelques lignes le résumé de l’affaire « Oiseau bleu » elle-même. Cette opération visa à répondre à une demande de la hiérarchie militaire de contrôle de la zone stratégique située entre Alger d’un côté, le Constantinois et la Tunisie de l’autre, la région kabyle que, sous l’autorité de Krim Belkacem, un de ses chefs historiques, lui-même kabyle, le FLN investissait alors de ses maquis. Afin de briser les maquis en les intoxiquant, les stratèges français civils et militaires montèrent une opération de recrutement de contre-terroristes « qui devaient être organisés en unités spéciales, véritables contre-maquis clandestins et qui, rivaux du FLN, déconsidéreraient celui-ci dans leur région d’action et susciteraient d’autres ralliements » [C.L.D., 1997 a, 56, 57]. Une fois la sélection d’agents contre-« terroristes » arrivée à son terme, des armes leur furent distribuées pour assurer l’autodéfense des agglomérations des Iflissen face au FLN. Le 1er octobre 1956, le groupe d’autodéfense mis en place dans le village iflissen d’Iguer n’Salem tira des fusées d’une couleur convenue en cas d’« attaque rebelle ». L’armée se précipita au secours du groupe d’autodéfense, mais elle tomba dans une embuscade ennemie très meurtrière. En réalité les hommes recrutés pour la contre-guérilla l’avaient été par un Kabyle jouant double jeu, en réalité agent du FLN et de Krim Belkacem ; emportant les précieuses armes de guerre et de chasse reçues, ils rejoignirent ces mêmes maquisards qu’ils eussent dû combattre [C.L.D., 1997 a, 51]. Fiers de la ruse des leurs, les Aït Zouaou des Iflissen qui avaient fourni le plus gros contingent à l’Opération qualifièrent de leur côté l’Opération de « premier attentat » ou encore de « complot » [C.L.D., 1997 a, 55]. Humiliés par le FLN, les hommes du capitaine Pierre Hentic et du lieutenant-colonel Bigeard appelé à la rescousse lancèrent avec l’Opération Djenad une vaste et dure action de représailles qui accrut le bilan en morts et destructions des villages. Ainsi, alors que l’Opération avait visé à associer les Kabyles aux opérations de maintien de l’ordre de l’armée française, elle produisit le résultat contraire, les enquêtes de terrain de C. Lacoste-Dujardin révélant la mémoire indélébile que les Aït Zouaou conservaient de cette épreuve, entre gloire pour la ruse et douleurs pour les morts et les destructions, sans oublier les viols de femmes17.

  • 18 Fils d’André Servier, rédacteur en chef de La Dépêche de Constantine, auteur d’ouvrages sur la colo (...)
  • 19 Y. Courrière [1969, 381] rapporte une réflexion que J. Servier se serait faite au lendemain de son (...)
  • 20 Après l’obtention d’une licence es-lettres, en 1948-1949 il fut stagiaire au C.F.R.E. et suivit par (...)

14Je vais me concentrer ici plus particulièrement sur un personnage dont, parmi les nombreux acteurs directs de l’affaire avérés autant par Y. Courrière que par C. Lacoste-Dujardin, le nom revenait systématiquement : J. Servier. S’agissait-il d’un acteur majeur de l’Opération elle-même ? Y. Courrière le présentait comme un acteur direct à un moment du processus et il en fit un témoin d’autant plus intéressant que lors de ses investigations les personnalités politiques et militaires qui seules purent en dernière instance décider de pareille opération furent frappées d’amnésie opportune et ainsi se dérobèrent devant tout aveu de responsabilité. En 1986, C. Lacoste-Dujardin reprenait pour l’essentiel ce portrait, toutefois ignorant bizarrement les témoignages que Servier avait donnés dans deux ouvrages autobiographiques [1955, 1958] particulièrement utiles pour la compréhension du personnage et de cette Opération alors qu’elle citait deux ouvrages et un article plus tardifs [1959, 1962, 1966]. Dans le nouveau récit de l’affaire « Oiseau bleu », J. Servier prit plus d’épaisseur que dans le récit d’Y. Courrière : elle lui attribua le conseil du choix du terrain de l’opération (le territoire des Iflissen) qu’il connaissait bien [J. Servier, 1966] et du nom du code lui-même, « Oiseau bleu », signant comme un parrainage de l’affaire. Elle poussa plus loin la reconstitution du rôle de Servier sur la base des archives de Vincennes, qui lui permirent de relever sa présence à une date où il n’était pas encore recruté par le ministre résidant en Algérie R. Lacoste - officiellement dans le but de conduire une restructuration administrative du territoire -, à l’occasion d’une réunion de mars 1956 en présence du commandant civil et militaire de Kabylie (général Jean Olié), ce qui lui fit émettre l’hypothèse que la fonction officielle attribuée à Servier couvrait en fait une fonction secrète : agent des Services Spéciaux [C.L.D., 1997 a, 57]. Né à Constantine en 191818, J. Servier était familier depuis très longtemps des services du Gouvernement général. Pour s’en convaincre, il suffit de relire aujourd’hui son ouvrage de 1955 : le jeune ethnologue qui dans les années 1950-1955 sillonnait les différentes régions berbères d’Algérie signalait lui-même des visites que des membres du cabinet du Gouvernement général d’Alger lui rendirent alors directement sur ses terrains d’enquêtes [J. Servier, 1955, 97-98, 217]. Un « haut-fait » dont il fut le héros n’avait pu qu’accroître l’intérêt des services du Gouvernement général à Alger pour le personnage et pour ses « compétences » : se trouvant pour ses enquêtes dans l'Aurès et à Arris le 1er novembre 1954 alors que l'instituteur français Monnerot venait d'être assassiné par les maquisards du FLN, il organisa la défense de la petite ville et à cette fin exploita sa connaissance des rivalités tribales locales pour créer le premier groupe (harka) d’autodéfense [ce qu’il relate lui-même dans J. Servier, 1955, 7-29]19. Était-il déjà alors dans les Services spéciaux ou fut-il approché dans la suite ? L’historien de la colonisation (en particulier dans ses dimensions militaires) J. Frémeaux [2000] et le général M. Faivre [2003] dénoncèrent comme n’étant fondées sur aucune preuve décisive les allégations de C. Lacoste-Dujardin. Traitant de ce qu’ils nomment bien « Opération Oiseau bleu » et du rôle qu’y joua J. Servier, R. Faligot et al. [2013, 166] ont affirmé sans circonlocutions que J. Servier était un « vieux compagnon de route des services spéciaux ». Qu’il fut en fait agent double, alors qu’il se présentait lui-même systématiquement et d’abord comme ethnologue, plus précisément comme ethnologue des régions berbères d’Algérie [J. Servier, 1955, 1958], permettait d’une certaine façon d’évacuer en la circonstance la question d’un conflit possible entre le savant et le politique, mais cela n’oblitérait pas pour autant le fait qu’il avait reçu une réelle formation en ethnologie et en langue berbère que couronnerait une bonne reconnaissance universitaire20 et conservait sa légitimité au questionnement de l’ethnologie qu’il défendait et des usages qu’il en fit dans ces années de la Guerre d’Algérie et expliquait le sous-titre donné par C. Lacoste-Dujardin à son ouvrage : Des Kabyles, des ethnologues et la guerre d’Algérie.

  • 21 Arabisant et berbérisant, le colonel P. Schoen (1900-1984) avait créé en 1947 le SLNA (Service des (...)
  • 22 J’ai ainsi pu relever qu’il y est successivement question du « chapeau-merveilleux-qui-fait-voir-l’ (...)

15En le désignant comme le conseiller des décideurs quant au choix du terrain des Iflissen, elle en fit (marginalisant trop la part de responsabilité du colonel Schoen21 ?) le responsable des conditions quasi programmées de l’échec de l’Opération « Oiseau bleu ». Pour quelles raisons ? C’est là que C. Lacoste-Dujardin en vint à mettre en cause à deux niveaux l’ethnologie qu’il pratiqua : le niveau de la philosophie personnelle au fond de la quête ethnologique personnelle de J. Servier ; celui, strictement cognitif, de la question du paradigme ethnologique mobilisé et de l’idéologie à sa base. Un élément de la reconstitution par C. Lacoste-Dujardin de l’opération militaire qui se déroula aux Iflissen, la question de la paternité du nom de code, fit l’objet d’une vive controverse qui, a priori d’apparence subalterne, voire purement anecdotique, devait en fait être instructive à deux niveaux : comme indice d’une influence de J. Servier confirmant que son rôle ne se réduisit pas à l’inspection sur le terrain à l’été 1956 ; comme indice de la posture philosophique qui existentiellement motivait la quête ethnologique de J. Servier. Elle fondait son hypothèse sur la référence insistante à la pièce « Oiseau bleu » de M. Maeterlinck notamment dans son récit autobiographique de 1955. Selon C. Lacoste-Dujardin [1997 a, 55], J. Servier a voulu « sa propre recherche d’ethnologue conforme à celle du personnage de Tyltyl [héros de la pièce de Maeterlinck] en quête de cet oiseau bleu merveilleux que la nuit cache à l’homme depuis le commencement du monde et dont la capture permettrait de révéler […] le grand secret, tout comme, ajoute-t-il, « ce monde [l’Algérie des paysans] dont un rideau invisible semblait me séparer » . Deux observations s’imposent ici. L’impression de Dans l’Aurès … est datée de décembre 1955, soit alors qu’était en gestation l’Opération « Oiseau bleu ». Sa relecture aujourd’hui permet de noter la multiplicité des occurrences de la référence au voyage initiatique de Maeterlinck22 et de conclure en conséquence qu’il ne s’agissait pas d’une référence de hasard mais d’une quasi-obsession personnelle. La quête ethnologique de J. Servier avait ainsi confiné à une quête ésotérique, que confirmerait la production post-algérienne de J. Servier. Dans sa contestation de C. Lacoste-Dujardin et sa défense opiniâtre de J. Servier, citant un mot que le capitaine P. Hentic, en charge sur le terrain de l’Opération « Oiseau bleu » (Servier demeura en mission d’inspection auprès de lui de fin juillet à début septembre 1956), aurait prononcé à l’issue dramatique de l’Opération (1er octobre 1956) : « L’oiseau bleu s’est envolé », le général M. Faivre [2003] affirmait que le nom « oiseau bleu » fut « attribué à tort à l’affaire K », que si Hentic fit allusion à un oiseau bleu, cela l’aurait été, non en rapport avec un soi-disant nom de code donné par J. Servier, mais « sans doute en référence à une chanson popularisée par Eddie Constantine en 1956 », reprenant ainsi à son compte une suggestion toute personnelle émise par J. Frémeaux [2000]. Si on se réfère aux paroles de la chanson en question, douce et triste, intitulée L’homme et l’enfant, on voit mal comment aurait pu devenir un nom d’opération guerrière l’emprunt à un texte dans lequel E. Constantine répliquait à l’enfant : « Ne pars pas pour ailleurs. L'oiseau bleu, il est là, cherche bien dans ton cœur. […] L'oiseau bleu c'est l'amour, l'amour ». Pour le moins, ni l’ethnologue ni le capitaine n’avaient eux cherché « l’oiseau bleu », fut-il de Maeterlinck ou des auteurs de la chanson, dans leur cœur, mais bien dans les montagnes de Kabylie ! Si certes elle ne vaut pas preuve absolue, le nom de code ayant été associé par quelqu’un à l’autre appellation « Force K » au point qu’elle lui resta accolée, l’hypothèse d’une paternité de Servier demeure la présomption la plus plausible.

  • 23 Jusqu’alors, C. Lacoste-Dujardin n’avait participé qu’à la marge [C.L.D., 1984] au mouvement d’éval (...)
  • 24 Qui trouverait à s’illustrer de façon particulièrement forte dans l’archéologie européenne sur l’Af (...)

16Cette mise en exergue des motivations extra-scientifiques de l’entreprise ethnologique eut été rédhibitoire si C. Lacoste-Dujardin en avait démontré l’impact proprement cognitif sur l’œuvre kabyle de Servier, ce qu’elle n’entreprit pas dans cet ouvrage. C’est en partant d’un autre point de vue qu’elle procéda à une critique dirimante du type d’ethnologie pratiquée par Servier. On sait que, si elle n’attribua pas bien évidemment à J. Servier la responsabilité en aval de la conduite matérielle sur le terrain de l’Opération « Oiseau bleu » et de son fiasco final (qu’au terme de son inspection, avec une réelle clairvoyance, il avait annoncé), elle lui imputa en amont les conditions cognitives en quelque sorte quasi programmées de cet échec, résultant de la caution scientifique qu’il apporta à la reprise de l’approche ethnopolitique des débuts de la conquête coloniale. L’épreuve du terrain à partir de 1969 avait entraîné pour C. Lacoste-Dujardin une révolution dans sa propre ethnologie [C.L.D., 1977], à partir de laquelle en 1997 elle jugeait de celle de J. Servier. Pour elle, celui-ci avait en 1955-1956 fondé ses conseils aux décideurs ultimes de l’Opération sur un savoir ethnologique anachronique, voire (en empruntant pour ma part au langage d’E. W. Said) « imaginaire ». Elle mit en exergue le fonds idéologique colonial, à la racine des travaux de J. Servier23. Un article de celui-ci paru en 1966 dans la Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée posait clairement les prémisses de son raisonnement : « L'étude des structures traditionnelles d'une tribu kabyle permet de voir la continuité dans le temps des institutions méditerranéennes, de la Cité Antique et de mieux comprendre le rôle que joue ce substrat dans l'apparition et dans l'évolution de phénomènes contemporains. […] L'horizon social n'est pas […] limité aux portes du village, à la taddart, il s'étend à la tribu, elle-même élément d'une confédération ou taqlailit que l'on peut comparer aux Sérénissimes Républiques de la Renaissance ou plus sûrement encore à l'Athènes dont Pausanias essayait de retrouver les traditions déjà oubliées de son temps » [J. Servier, 1969, 169]. Constitutive par excellence de « l’imaginaire colonial », la vision méditerranéiste24 avait eu pour fonction essentielle, afin de justifier la colonisation en opérant en quelque sorte un retour aux racines culturelles les plus lointaines, de détacher représentationnellement en l’occurrence la Kabylie de la mouvance arabo-islamique, en refermant ce qui était conçu comme une « parenthèse islamique ». Le méditerranéisme colonial en général et l’ethnologie de Servier en particulier cultivaient les permanences, l’intemporalité, la pérennité, en quelque sorte la fixité. Cette ethnologie-ci - qu’illustra jusqu’à ses dernières conséquences sa thèse [1955] publiée avec un sous-titre significatif : L’Algérie dans la tradition méditerranéenne [1962] - refusait de voir que la colonisation et plus particulièrement le cours de la guerre d’Algérie avaient perturbé les conditions de reproduction jusqu’alors ordinaire des sociétés, changé la donne, en particulier éveillé un autre conscience politique qui ne permettait plus de mener une politique selon les termes anciens de l’ordre social supposé intemporel. J. Frémeaux [2000] n’avait pas hésité à dénoncer derrière l’attaque de l’ethnologie « essentialiste » de Servier une entreprise hégémonique de l’« anthropologie déconstructionniste mise à l’honneur par les anthropologues de l’[EHESS] et largement diffusée outre-Atlantique » (citant en particulier J.-L. Amselle) : le propos était bizarre appliqué à Servier, il témoignait en fait des préventions, certes résiduelles mais encore fortes en 2000, dans une fraction de la communauté universitaire à l’égard des retours critiques sur les « savoirs coloniaux ». Dans Le sens pratique, P. Bourdieu [1980, 16] avait dans une même page comparé les ethnologies berbères de J. Servier et de C. Lacoste-Dujardin ; ayant crédité celle-ci d’avoir dans Le conte kabyle rassemblé « des informations ethnographiques intéressantes, en particulier sur le monde féminin et [d’avoir rompu] avec les facilités du comparatisme en ce qu’[elle avait cherché] la clé d’un discours historique dans ce discours même », il reprochait au premier d’avoir recherché l’interprétation du symbolisme des rites agraires et des rites de passages berbères « dans le symbolisme universel du cycle de la mort et de la résurrection, plutôt que dans la logique même des pratiques et des objets rituels appréhendés dans leurs relations mutuelles ». Examinant tout récemment l’œuvre de J. Servier l’historien J. Cantier [2006] concluait : « La vision de l’Algérie qui se dégage de ce schéma d’interprétation [de Servier] conjugue l’existence d’un fond commun remontant à l’époque pré-islamique, ce qui minore la profondeur de l’identité arabo-musulmane du pays, et d’une multitude de particularismes locaux excluant l’idée d’une maturation nationale ». Les termes de ces deux derniers jugements sur l’ethnologie de J. Servier rencontrent à leur manière les conclusions de C. Lacoste-Dujardin.

  • 25 J. Soustelle effectuait ainsi un retour en Algérie où en 1942-1943 il avait été envoyé par le Gal d (...)
  • 26 Ainsi selon Y. Courrière [1969, 95] était-il « attaché au découpage territorial qui selon lui devai (...)
  • 27 P. Bourdieu fit tardivement un retour sur cette période algérienne [2004]. Sur ces pages, N. Heinic (...)
  • 28 Au nombre de ces 43 ethnologues : H. Balfet, J. Berque, Marcel Cohen, Jacques Gernet, Robert Jaulin (...)

17Pour mieux comprendre le cas Servier et justifier davantage le sous-titre donné à l’ouvrage, n’eut-il pas été souhaitable que C. Lacoste-Dujardin rappela les rapports singuliers que le pouvoir politique et, sinon l’ethnologie, du moins « des » ethnologues nouèrent tout particulièrement en ces années de la Guerre d’Algérie ? Aux débuts de cette guerre, une collaboration significative en vint à s’établir tout à fait officiellement entre le pouvoir colonial et des ethnologues ; les liens prirent une certaine ampleur avec la nomination de Jacques Soustelle comme Gouverneur général de l’Algérie (1er février 1955-2 février 1956)25 : lui même ethnologue renommé (sud-américaniste), il pensait ethnopolitiquement26, ce qui l’amena à appeler auprès de lui quelques chercheurs reconnus, bons connaisseurs de l’Algérie – dont deux spécialisés sur les Berbères – et issus de bords politiques opposés : réputés de droite comme Henri-Paul Eydoux (1907-1986, archéologue, spécialiste du Sahara) ou de gauche comme Vincent Monteil (1913-2005) et Germaine Tillion, ces deux-ci proches de Louis Massignon (qui décéda en 1962). Sous le proconsulat de Robert Lacoste, outre J. Servier, on pourrait nommer Pierre Bourdieu, dont généralement est passé sous silence ou au mieux discrètement et incomplètement signalé son premier épisode algérien, qui, à l’occasion de son service militaire, vit le jeune agrégé de philosophie volontairement rejoindre les services proches du Ministre résidant (1955-1958)27. Pour juger équitablement aujourd’hui de la participation de ces personnalités, il faut se replacer dans le contexte de l’époque. Revenant sur sa collaboration avec J. Soustelle, V. Monteil [1987, 87-95] a écrit : « Qui pouvait prévoir, en février 1955, que l’ancien intellectuel antifasciste, le normalien ami des Aztèques, l’homme qui avait rallié Londres en 1940, puisse devenir rapidement l’ami des ultras, puis être l’une des têtes de l’OAS ? […] Soustelle était fort de l’appui de Paul Rivet, son maître à penser, l’ancien fondateur, avec Alain et Langevin, en 1935, du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes ». Militant (LDH) et homme politique (député SFIO), P. Rivet (1876-1958) était une grande figure institutionnelle de l’ethnologie française de l’Entre-deux-guerres : il avait été le collaborateur de L. Lévy-Bruhl et M. Mauss lors de la création - à la demande et avec les moyens du Ministère des Colonies – de l’Institut d’ethnologie (1925) ; dans la suite de l’Exposition coloniale de 1931, il avait fondé le Musée de l’Homme (1938). Pourfendeur de l’ethnologie raciologiste qui persistait alors, il resta jusqu’à sa mort partisan d’un « colonialisme humaniste et réformateur », un oxymore, comme cela apparut au moment de la Guerre d’Algérie, où il en vint à soutenir publiquement la politique coloniale de ses amis de la SFIO et Soustelle lui-même [Ch. Laurière, 2008, 615]. Alors qu’à l’échelle du monde, partout la décolonisation était à l’ordre du jour, la résilience de l’idéologie de « l’humanisme colonial » qu’avaient prétendu incarner l’Institut d’ethnologie et le Musée de l’Homme [B. de L’Estoile, 2010, chap. II] demeurait ainsi vigoureuse jusque dans les milieux intellectuels classés progressistes. Ainsi si son cas fut plus extrême, J. Servier ne fut donc par le seul des ethnologues et autres chercheurs qui, à un poste ou à un autre, servirent la haute administration française en Algérie au cours des années de la guerre d’indépendance. Mais, à l’instar d’ailleurs de G. Tillion et V. Monteil en Algérie même, d’autres ethnologues avaient en « métropole » fait à la même époque un tout autre choix que celui de Servier : le 12 mars 1956, à l’initiative de J. Tubiana (membre du Comité des Intellectuels contre la guerre d’Algérie) 43 ethnologues avaient cosigné une lettre adressée au président du Conseil Guy Mollet dénonçant les discriminations dont souffraient la majorité des Algériens de souche par rapport à la minorité d’origine européenne28 ; en 1960, le même J. Tubiana démissionnait de la direction du Département d’Afrique blanche et du Levant du Musée de l’Homme pour ne pas cautionner un engagement politique du Musée de feu P. Rivet en faveur de l’Algérie française [E. Rouaud, 2007, 219].

  • 29 C. Lacoste-Dujardin consacra ses dernières années à la rédaction d’ouvrages de vulgarisation destin (...)
  • 30 Mais P. Bourdieu republierait une troisième fois « La maison kabyle … » en Annexe du Sens Pratique (...)
  • 31 Dans l’enquête que C. Lacoste-Dujardin conduisit sur la condition des filles de parents immigrés en (...)
  • 32 14 occurrences dans l’Index, en 3e position après H. Genevois (1913-1978, ethnographe de la Kabylie (...)

18La vaillance des femmes [2008], dernier ouvrage de recherche de C. Lacoste-Dujardin29, semble être né d’une réaction impérative à une vision de la femme kabyle contenue dans La domination masculine de Pierre Bourdieu [1998]. La vision proposée par celui-ci était conforme à ce que, de son point de vue, elle avait tenté de déconstruire dans sa propre œuvre. Ce n’était pas la première fois qu’elle était de la sorte interrogée par une publication de P. Bourdieu. Dans un article de 1976, elle s’était intéressée à l'Esquisse d’une théorie de la pratique [1972] et aux « trois études d’ethnologie kabyle » sur la base desquelles P. Bourdieu avait construit son Esquisse. Tout en reconnaissant l’originalité de l’apport épistémologique de Bourdieu à l’ethnologie kabyle, elle avait émis quelques critiques en particulier sur deux des études republiées : « Le sens de l’honneur » et « La maison kabyle ou le monde renversé » que P. Bourdieu jugeait « déjà anciens »30, et qu’elle considérait pour la première comme correspondant - s’il avait jamais existé sous cette épure - à un état révolu de la société et pour la seconde à un « exercice d’école » (structuraliste) dont le systématisme ne correspondait pas à ce qui était observable sur le terrain, le tout en contradiction avec les principes mêmes que, citant K. Marx, P. Bourdieu professait : la « description anthropologique [doit] rendre compte de la façon dont le monde est réellement vécu » [C.L.D., 1976 b, 108]. P. Bourdieu ouvrait La domination masculine sur une référence à la société kabyle : il proposait de « traiter l’analyse ethnographique des structures objectives et des formes cognitives d’une société historique particulière, à la fois exotique et intime, étrangère et familière, celle des Berbères de Kabylie comme l’instrument d’un travail de socianalyse de l’inconscient androcentrique capable d’opérer l’objectivation des catégories de cet inconscient » [P. Bourdieu, 1998, 11]. Il décrivait les montagnards kabyles comme disposant de « structures […], protégées notamment par la cohérence pratique, relativement inaltérées, de conduites et de discours partiellement arrachés au temps par la stéréotypisation rituelle, représent[a]nt une forme paradigmatique de la vision phallonarcissique et de la comologie androcentrique qui sont communes à toutes les sociétés méditerranéennes… » [P. Bourdieu, 1998, 11-12]. Ayant fait des montagnards kabyles l’un des « deux extrêmes des espaces anthropologiques » [P. Bourdieu, 1998, 89], la femme kabyle était constituée en paradigme commode de la femme dominée à partir duquel se déploya son discours sur la domination masculine. Or pour C. Lacoste-Dujardin la construction paradigmatique de la condition de la femme kabyle comme femme dominée, ne correspondait pas plus à la concrétude globale de sa condition que le modèle de la maison kabyle à la matérialité générale sur le terrain. La vaillance des femmes s’inscrivit ainsi en faux contre l’idée d’une « incorporation » de la domination masculine dont les femmes kabyles auraient été le parangon, appuyant son argumentation non seulement sur le cas des femmes kabyles, mais aussi, aux adaptations nécessaires près, sur le cas général des femmes berbères (Aurès, Haut-Atlas marocain, pays touareg). Selon C. Lacoste-Dujardin, P. Bourdieu avait documenté non pas partialement, mais partiellement, très fragmentairement sa représentation de la femme kabyle. Il s’était formé une vision de celle-ci très unilatérale : il était resté « sourd au discours des dominées elles-mêmes ». Il avait ensuite en quelque sorte embaumé la société kabyle, l’avait départicularisée en en faisant un archétype méditerranéen, il l’avait anhistoricisée en la considérant comme inaltérée à travers les siècles - du moins, quand on relit Bourdieu, jusqu’à ce que les « conditions idéales » offertes « aux pulsions de l’inconscient androcentrique aient été en grande partie abolies » récemment [P. Bourdieu, 1998, 63]. M. Godelier [1978, 176] avait écrit : « Tout pouvoir de domination se compose de deux éléments indissolublement mêlés qui en font la force : la violence et le consentement » et il ajoutait : « des deux composantes du pouvoir la force la plus forte n'est pas la violence des dominants mais le consentement des dominés à leur domination », incluant les femmes dans les dominés. C. Lacoste-Dujardin n’avait pas nié l’imposition par la force de l’ordre patriarcal sur les femmes, elle avait même montré le concours complexe et ambigu de femmes elles-mêmes, les mères-de-fils, à la reproduction de l’ordre patriarcal [C.L.D., 1985], mais il n’en fallait pour autant déduire le consentement, l’adhésion des femmes kabyles à la domination masculine. Dans La vaillance des femmes pas plus que dans Opération « Oiseau bleu » C. Lacoste-Dujardin n’innova ethnologiquement, elle revint en fait une ultime fois sur tous ses travaux, elle les reprit, les reformula, les compléta au regard des travaux récents, poussa surtout les leçons de ses propres recherches jusqu’aux dernières limites, aux dernières conséquences, attestant ainsi de l’heuristicité qu’elles continuaient à porter. Ainsi fit-elle un retour sur la littérature orale, sur les pratiques de ce que, reprenant M. Mauss, elle nommait religio latu sensu, l’ordre du sacré magico-religieux [C.L.D., 2008, 69], en appelait à l’histoire enfin, dialectisant l’ensemble des éléments de la culture féminine et masculine kabyle, tous éléments contrevenants à la représentation uniforme d’une femme kabyle consentant à la domination masculine. Les contes dont on sait qu’ils constituèrent durablement les éléments de l’instruction primordiale des enfants (filles et garçons), portaient amplement témoignage de l’affirmation féminine face aux hommes, voire plus : « En poussant au paroxysme des représentations imaginaires qui manifestent leur refus de se soumettre à la règle patriarcale, elles se jouent aussi de la peur des hommes face à elles : [les femmes] se complaisent à déployer une forme de terrorisme symbolique dans la mise en scène de personnifications effrayantes de leur révolte potentielle. Ces images de femmes subversives culminent dans les pires excès », notamment avec le personnage le plus emblématique, Teryel, l’ogresse dévoratrice [C.L.D., 2008, 148]. On peut se demander aujourd’hui si la réappropriation par l’État post-colonial du « réformisme musulman » du cheikh Ben Badis (1889-1940) et de sa lutte contre l’islam populaire n’a pas eu pour conséquence de priver les femmes des pouvoirs et contre-pouvoirs autorisés par cette religio latu sensu avec pour conséquence de les soumettre davantage à la norme de l’islam scripturaire – religio stricto sensu, épurée de tout élément « païen » (djahilya) - désormais hégémonique et collatéralement de conforter le patriarcalisme31. Pourrait-on alors penser un certain sécularisme comme une revendication (de substitution ?) induite aujourd’hui dans certains milieux algériens (kabyles mais pas seulement) par la lutte contre la religio latu sensu qui jadis autorisait au moins, parallèlement à l’islam canonique, un pluralisme tempéré des valeurs et donc un jeu sociétal plus grand pour la société en général et les femmes en particulier ? Actualisant les derniers chapitres de son ouvrage de 1985, C. Lacoste-Dujardin rappelait dans cet ouvrage de 2008 que, la souveraineté de l’Algérie recouvrée, les femmes n’avaient pas baissé la garde, avaient multiplié les manifestations contre l’imposition par les nouvelles élites indépendantes d’un code de la famille archaïque, avaient continué avec vaillance ce que F. Lalami [2012] a appelé leur « lutte pour l'égalité ». Pas plus que dans son article de 1976 sur P. Bourdieu, C. Lacoste-Dujardin n’avait eu ici l’intention de conclure sur l’anthropologie générale de P. Bourdieu ni pour ambition de procéder à une évaluation critique générale des conclusions sur la domination masculine de P. Bourdieu. Elle avait seulement isolé un élément initial de son argumentation, en l’occurrence le cas kabyle. Dans l’article de 1976, à l’intérieur de l’œuvre « algérienne » de P. Bourdieu elle avait relevé une rupture entre d’un côté ses travaux sociologiques « d’une grande finesse » sur les changements de l’Algérie en guerre (Le déracinement, Travail et travailleurs en Algérie, …) et d’autre part son « ethnologie de l’immobile » concernant la Kabylie [C.L.D., 1976, 111]. Cette rupture devait être récemment à nouveau pointée par deux auteurs : A. Hammoudi [2007] et E. Martin-Criado [2008]. Revenant sur la genèse de la notion d’« habitus », centrale dans l’œuvre de P. Bourdieu et apparue à la faveur de ses travaux sur la Kabylie, l’anthropologue marocain A. Hammoudi a fait le point sur son ethnologie kabyle. Pour celui-ci, telle que présentée par P. Bourdieu « la tradition kabyle paraît monolithique, figée et limitée à un domaine restreint : une Kabylie avec des contours et une physionomie hérités des schémas coloniaux. […] Empruntant beaucoup à l’ethnographie coloniale, les innovations de P. Bourdieu ont, cependant, laissé intacts certains schémas simplificateurs que l’on doit à ses prédécesseurs » [A. Hammoudi, 2007, 48]. Et le propos se poursuivait de la façon suivante [2007, 49] : « L’ethnographie de Bourdieu est faite de pièces et de morceaux, travaillés en vue de synthèses illustratives, avec une absence quasi totale de recours à l’écrit, et en tout premier lieu à ce qui a été écrit par les Algériens eux-mêmes (en berbère, arabe et français) ; cela s’ajoutant au peu d’intérêt accordé aux travaux des grands spécialistes des œuvres écrites », citant parmi ceux-ci J. Berque. Il concluait [2008, 48] : « l’ethnologie ainsi avalisée ne paraît guère adaptée au projet de Bourdieu lui-même ». Par d’autres voies (nettement plus théoriciennes, notamment par la référence à la philosophie de M. Merleau-Ponty) ces critiques hammoudiennes touchant à l’ethnologie kabyle de P. Bourdieu rejoignaient ainsi celles de C. Lacoste-Dujardin. Mais ces critiques n’étaient-elles pas du même tonneau que celles qu’elle avait adressées précédemment [1997] à l’ethnologie de J. Servier, lequel avait été un des auteurs les plus cités par Bourdieu dans Le sens pratique32 ?

Top of page

Bibliography

Références bibliographiques :

BIBLIOGRAPHIE DE CAMILLE LACOSTE-DUJARDIN (SELECTION).

— 1958, « Sabres kabyles », in Journal de la Société des Africanistes tome 28, n° 1-2, 11-191.

— 1962, Bibliographie ethnologique de la Grande Kabylie, Paris-La Haye, Mouton, 104 p.

— 1965, Traduction des Légendes et contes merveilleux de la Grande Kabylie d’Auguste Mouliéras, Paris, Geuthner, 558 p.

— 1970, Le conte kabyle, étude ethnologique, Paris, François Maspero, 534 p.

1973, « Quelques modalités de l’emprunt de l’arme à feu en Méditerranée méridionale et orientale », in Lucien Bernot et al.(dir.), L’homme hier et aujourd’hui. Études en hommage à André Leroi-Gourhan, Paris, Cujas, 797 p., 157-172.

— 1976 a, « Traditions et littératures orales », « Biographies », « Cartographie », in Maurice Godelier et Robert Creswell (dir.), Outils d’enquête en anthropologie, Paris, François Maspero, 37-47, 92-104.

— 1976 b, « A propos de Pierre Bourdieu et de l’Esquisse d’une théorie de la pratique », in Hérodote n° 2, Paris, François Maspéro, 103-116.

— 1977 a, Dialogue de femmes en ethnologie, Paris, François Maspero, 118 p.

— 1977 b, « La relation d’enquête », in Hérodote n°8, Paris, François Maspéro, 21-44.

— 1982, « Survivance, décadence et renouveau de productions techniques en montagne algérienne », in Jean-Pierre Digard (dir.), Le cuisinier et le philosophe. Études d'ethnographie historique du Proche-Orient. Hommage à Maxime Rodinson, Paris, Maisonneuve & Larose, 296 p., 41-53.

— 1984, « Genèse et évolution d’une représentation géopolitique : l’imagerie kabyle à travers la production bibliographique de 1840 à 1891 », in Jean-Claude Vatin et al., Connaissances du Maghreb. Sciences sociales et colonisation, Paris, Editions du CNRS, 257-278.

— 1985, Des mères contre les femmes. Maternité et patriarcat au Maghreb. Paris, La Découverte, 268 p.

— 1986, « Opération Oiseau bleu, 1956. Géostratégie et ethnopolitique en montagne kabyle », in P. R. Baduel (dir.), Désert et montagne au Maghreb. Hommage à Jean Dresch, Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée n° 41-42, Aix-en-Provence, Edisud, 168-193.

— 1992, Yasmina et les autres, de Nanterre et d’ailleurs. Filles de parents maghrébins en France. Paris, La Découverte, 283 p.

— 1997 a, Opération “Oiseau bleu”. Des Kabyles, des ethnologues et la guerre d’Algérie, Paris, La Découverte, 307 p.

— 1997 b, « Histoire et représentation de la guerre aux Iflissen Lebahar », in Charles-Robert Ageron (dir.), La guerre d'Algérie et les Algériens, 1954-1962, Paris, Armand Colin, 340 p., 71-91.

— 1999, Contes merveilleux de Kabylie narrés par ‘Amor ben Mohammed ou ‘Ali de Taoudouchth recueillis par Auguste Mouliéras en 1891, Aix-en-Provence, Edisud /“Bilingues”, 182 p.

— 2000, « Le souci de la femme méditerranéenne : Des Aurès au Harem et les cousins », in Esprit n° 261, 148-154

— 2003, Le voyage d’Idir et Djya. Initiation à la culture kabyle, Paris, L’Harmattan, 133 p.

— 2005 a, Dictionnaire de la culture berbère en Kabylie, Paris, La Découverte, 395 p.

— 2005 b, « Une ethnologue en Kabylie : situation postcoloniale et culture traditionnelle », in Dionigi Albera et Mohamed Tozy (dir.), La Méditerranée des anthropologues. Fractures, filiations, contiguïtés, Paris, Maisonneuve & Larose, 385 p., 65-82.

— 2008, La vaillance des femmes. Les relations entre femmes et hommes berbères de Kabylie, Paris, La Découverte, 165 p.

— 2010 a, « Hélène l’ethnologue et les Algériens », in F. Cousin et Ch. Pelras (dir.), 79-83.

— 2010 b, Contes de femmes et d’ogresses en Kabylie, Paris, Karthala, 198 p.

— 2014, La Kabylie du Djurdjura : du bastion montagnard à la diaspora, Tizi Ouzou, Editions Achab, 170 p.

BIBLIOGRAPHIE GENERALE

BADUEL Pierre Robert, 2005, « Relire Said ? L’Outre-Occident dans l’universalisation des sciences sociales », in Alfa 2005. Maghreb et sciences sociales, Paris, Maisonneuve & Larose, 169-214.

BASSET Henri, 1920, Essai sur la littérature des Berbères, Alger, Jules Carbonnel, 446 p.

BOUHDIBA Abdelwahab, 1975, La sexualité en islam, Paris, PUF, 320 p.

BOURDIEU Pierre, 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de trois études d’ethnologie kabyle, Genève/Paris, Droz, 282 p.

— 1980, Le sens pratique, Paris, Les Editions de Minuit, 477 p.

— 1998, La domination masculine, Paris, Seuil, 145 p.

— 2004, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir Editions, 142 p.

BRANCHE Raphaëlle, 2005, La guerre d’Algérie : une histoire apaisée ?, Paris, Seuil, 449 p.

BROMBERGER Christian, 2009, « Germaine Tillion (1907-2008) », in L’Homme n° 189, Paris, 11-22.

CANTIER Jacques, 2006, « L'ethnologue et les savoirs autochtones : Jean Servier et les Berbères d'Algérie, étude de cas », in Outre-Mers, revue d’histoire n° 352-353, Paris, 47-55.

CLIFFORD James, 1998, Malaise dans la culture. L’ethnographie, la littérature et l’art au XXe siècle, Paris, École nationale supérieure des Beaux Arts, (1e éd. américaine : 1988) 391 p.

CORNATON Michel, 2015, « Ethnologues en temps de guerre », in M. Cornaton, Nelly Forget et François Marquis, La guerre d’Algérie. Ethnologues de l’ombre et de la lumière, Paris, L’Harmattan, 119 p., 79-118.

COURRIÈRE Yves, 1968-1969, La Guerre d’Algérie. 1. Les fils de la Toussaint. 1954 : le coup d’envoi, 2. Le temps des léopards. 1955-1957 : œil pour œil, Paris, Fayard/Marabout, 485 et 612 p.

COUSIN François et PELRAS Christian (dir.), 2010, Matières, manières et sociétés. Hommage à Hélène Balfet, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence, 302 p.

DE L’ESTOILE Benoît, 2010, Le goût des Autres. De l’Exposition coloniale aux Arts Premiers, Paris, Flammarion, 616 p.

FAIVRE Maurice, 2002, « Le colonel Paul Schoen du SLNA au Comité Parodi », in Guerres mondiales et conflits contemporains n° 208, Paris, PUF, 69-89.

— 2003, « Un ethnologue de terrain face à la rébellion algérienne », in Mondes et cultures vol. 63 n° 1-4, Paris, 448-460.

FALIGOT Roger, GUISNEL Jean et KAUFER Rémi, 2013, Histoire politique des services secrets français. De la Seconde Guerre mondiale à nos jours, Paris, La Découverte/Poche, 738 p.

Faure Claude, 2004, Aux services de la République. Du BCRA à la DGSE, Paris, Fayard, 782 p.

FAVRET(-SAADA) Jeanne, 1971, « C. Lacoste-Dujardin, Le Conte kabyle, étude ethnologique », in L'Homme vol. XI n° 2, Paris, 119-120.

— 2005, Algérie 1962-1964. Essais d’anthropologie politique, Paris, Bouchène, 117 p.

FRÉMEAUX Jacques, 2000, « Camille Lacoste-Dujardin, Opération oiseau bleu, des Kabyles, des ethnologues et de la guerre d’Algérie », in Annales. Histoire, Sciences Sociales 55e année n° 1, Paris, 192-194.

GODELIER Maurice, 1978, « La Part idéelle du réel. Essai sur l'idéologique », in L'Homme vol. 18 n° 3-4, Paris, 155-188.

Granoff Wladimir, 2004, La pensée et le féminin, Paris, Flammarion, (1e édition : 1976).

GUTWIRTH Jacques, 2001, « La professionnalisation d’une discipline. Le centre de formation à la recherche ethnologique », in Gradhiva n° 29, Paris, Editions Jean-Michel Place, 24-41.

— 2005, « Roger Bastide, l’enseignement de l’ethnologie et la formation à la recherche (1958-1968) », in Roger Bastide : un bilan. Actes du colloque de Caen-Anduze, Bastidiana n° 51-52, 59-72.

HEINICH Nathalie, 2007, Pourquoi Bourdieu, Paris, Gallimard, 188 p.

HAMMOUDI Abdallah, 2007, « Phénoménologie et ethnographie. À propos de l’habitus kabyle chez Pierre Bourdieu », in L’Homme n° 184, Paris, 47-83.

LABROUSSE Pierre (dir.), 1995, Deux siècles d’histoire de l’École des langues orientales, Paris, Editions Hervas, 477 p.

LALAMI Fériel, 2012, Les Algériennes contre le code de la famille. La lutte pour l'égalité, Paris, Sciences-Po les Presses, 362 p.

LAURIÈRE Christine, 2008, Paul Rivet, le savant et le politique, Paris, Publications scientifiques du Muséum national d'Histoire naturelle, 723 p.

LÉVI-STRAUSS Claude, 1973, Anthropologie structurale deux, Paris, Plon, 450 p.

MARTIN-CRIADO Enrique, 2008, Les deux Algéries de Pierre Bourdieu, Paris, Editions du croquant, 127 p.

MEDDEB Abdelwahab, 2002, La maladie de l’islam, Paris, Seuil, 223 p.

MESSAOUDI Alain, 2014, « Contribuer au débat public ou garder le silence ? Quelques figures des études arabes, berbères et islamiques françaises face à la guerre d’Algérie », in Les Cahiers d’EMAM n° 23, Tours, 77-100.

MICHEL Andrée, 1972, Sociologie de la famille et du mariage, Paris, PUF, 222 p.

MONIOT Henri, 1976, « En France : une anthropologie d’inspiration marxiste », in François Pouillon (dir.), L’anthropologie économique. Courants et problèmes, Paris, François Maspéro, 159 p., 33-56.

MONTEIL Vincent Mansour, 1987, Louis Massignon (1883-1962). Le linceul de feu, Paris, Vega Press, 295 p.

Mouliéras Auguste, 1895, Les Beni-Isguen (Mzab) : essai sur leur dialecte et leurs traditions populaires, Oran, Imprimerie Fouque, 78 p.

— 1895/1899, Le Maroc inconnu. Etude géographique et sociologique. Tome 1 : Exploration du Rif (Maroc Septentrional), tome 2 : Exploration des DJEBALA (Maroc Septentrional), Paris, Librairie Coloniale et Africaine Joseph André (tome 1) et Augustin Challamel (tome 2), 203 et 813 p.

— 1905, Une tribu zénète anti-musulmane au Maroc. Les Zkara, Paris, Augustin Challamel, 263 p.

PAULME Denise, 1986, La mère dévorante. Essai sur la morphologie des contes africains, Paris, Gallimard, (1e éd. 1976), 323 p.

ROUAUD Alain, 2007, « In memoriam Joseph Tubiana (1919-2006), in Aethiopica n° 10, 218-220.

SACRISTE Fabien, 2011, Germaine Tillion, Jacques Berque, Jean Servier et Pierre Bourdieu. Des ethnologues dans la guerre d’indépendance algérienne, Paris, L’Harmattan, 375 p.

Servier André, 1897, Guide de l'agriculteur en Algérie et en Tunisie, résumé des principes agricoles dans l'Afrique du Nord, Paris, A. Challamel, XI-256 p

— 1913, Le Péril de l'avenir. Le nationalisme musulman en Egypte, en Tunisie, en Algérie, Constantine, M. Boet, 239 p.

— 1923, L'Islam et la psychologie du Musulman, préface de Louis Bertrand, Paris, A. Challamel, 478 p.

— 1925, Le Problème tunisien et la question du peuplement français, Paris/Tunis/Lyon, Comité Bugeaud-Librairie Action de Pensée, 36 p.

SERVIER Jean, 1955, Dans l’Aurès sur les pas des rebelles, Paris, Éditions France Empire, 301 p.

— 1958, Adieu djebels, Paris, Éditions France Empire, 285 p.

— 1959, Demain en Algérie, Paris, R. Laffont, 175 p.

— 1962, Les portes de l’année. Rites et symboles. L’Algérie dans la tradition méditerranéenne, Paris, Robert Laffont, 429 p.

— 1966, « Un exemple d'organisation politique traditionnelle : une tribu kabyle, les Iflissen-Lebhar », in Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée n° 2, Aix-en-Provence, 169-187.

SIRINELLI Jean-François, 1991, « Guerre d’Algérie, guerre des pétitions ? », in Jean-Pierre Roux et J.-F. Sirinelli (dir.), La guerre d’Algérie et les intellectuels français, Bruxelles, Editions Complexe, 405 p., 265-306.

SOULIER Philippe, 2003, « André Leroi-Gourhan (25 août 1911–19 février 1986) », in La revue pour l’histoire du CNRS n°8 [en ligne], 14 p.

YALAOUI Ahmed, 2013, « Quel(s) rôle(s) pour la sociologie en Afrique ? », in Africa Review of Books /Revue Africaine des livres vol. 9 n° 2.

Top of page

Notes

1 Mémoire consacré à « l’observation et l’analyse de la croissance tant capitalistique – avec la prééminence de la holding, l’Omnium nord-africain […] – qu’immobilière de la ville (1949-1950) dont la croissance du centre d’affaires est étudiée grâce à des cartes de répartition croissante du téléphone qui l’illustrent » [C. Lacoste-Dujardin, 2005 b, 66].

2 Dans un contexte – local, national et international - de fébrilité assez générale liée aux « événements » d’Algérie. Au 1er novembre 1954 le FLN avait déclenché l’insurrection sur le territoire algérien. En « métropole », en janvier 1955, François Mauriac avait dénoncé des cas de torture en Algérie ; au printemps 1955 se déroula un débat parlementaire sur l’institution d’un « état d’urgence » en Algérie [J.-F. Sirinellli, 1991]. Du 18 au 24 avril 1955 se tint à Bandoeng (Indonésie) la conférence des pays non-alignés, à laquelle participa Hocine Aït Ahmed, un des chefs historiques du FLN, et qui se termina par la condamnation du colonialisme et de l’impérialisme et tout particulièrement de la France …

3 Pour la marche du Centre, A. Leroi-Gourhan s’entoura au départ de fortes personnalités (Denise Paulme, Paul-Henri Chombard de Lauwe, Georges Granai, …) issues pour l’essentiel du Musée de l’Homme ou de son propre entourage. Un nombre impressionnant des chercheurs et universitaires qui assurèrent ultérieurement la renommée de l’anthropologie française suivirent une formation au C.F.R.E., qui dut de disparaître à la réforme universitaire d’Edgar Faure en 1969 [J. Gutwirth, 2001].

4 Né en Algérie, formé en ethnologie par M. Griaule et en langues amharique et guèze par Marcel Cohen (E.N.L.O.V. et E.P.H.E.), J. Tubiana (1919-2006) s’était spécialisé sur la Corne de l'Afrique, le Soudan et le Tchad. De 1950 à 1974 il enseigna l'amharique à l'École nationale des langues orientales vivantes. De 1960 à 1985, il organisa à l’EPHE un séminaire d’Ethnologie historique de l’Afrique orientale ; et en 1974, il créa à Sophia-Antipolis (Antibes) et dirigea jusqu’en 1984 le Laboratoire Peiresc, un centre de recherche sur l’Afrique orientale [P. Labrousse, 1995, 368].

5 Le Fonds André Basset résultait du legs d'A. Basset (1895-1956) à l’E.N.L.O.V. des bibliothèques et de nombreux inédits, notes de travail et documents divers issus de son père René Basset (1855-1924), d’Edmond Destaing (1872-1940, 1er professeur de berbère à l’E.N.L.O.V.: 1914-1940) et de lui-même (professeur de berbère à l’E.N.L.O.V. de 1941 à 1956) [ P. Labrousse , 1995, 369-373].

6 Dans la suite de l’article, je ferai référence essentiellement aux ouvrages personnels de C. Lacoste-Dujardin et seulement à quelques-uns de ses nombreux articles (plus de deux cents). Pour l’essentiel, ses articles de fond alimentèrent les ouvrages successifs et y furent en quelque sorte fondus.

7 Trois écoles, en ajoutant le courant d’inspiration marxiste dont participa en particulier l’anthropologie économique inaugurée dès 1960 par Cl. Meillassoux (1925-2005) et dont M. Godelier, E. Terray et P.-Ph. Rey furent les autres figures de proue [H. Moniot, 1976]. 

8 Sur H. Balfet, sa trajectoire et son œuvre, voir Ch. Bromberger [« Hélène »], Ch. Pelras [« Sur le chemin des Autres. Hélène Balfet (1922-2001) »] et C. Lacoste-Dujardin [« Hélène, l’ethnologue et les Algériens »], in F. Cousin et Ch. Pelras (dir.) [2010, 11-14, 15-35 et 79-83].

9 Formé à l’école de Mauss et diplômé de l’E.N.L.O.V. en langues russe (1931) et chinoise (1933), A. Leroi-Gourhan avait commencé une carrière d’orientaliste (séjour au Japon) avant de se limiter à l’anthropologie et à l’archéologie préhistoriques, et enfin à la préhistoire [P. Labrousse, 1995, 443, 409 ; Ph. Soulier, 2003].

10 Seuls deux autres articles relèveraient de l’ethnologie des technologies [C.L.D., 1973, 1982].

11 En Sorbonne Roger Bastide occupa de 1958 à 1968 la « chaire d’ethnologie sociale et religieuse » tandis que, nommé la même année, A. Leroi-Gourhan transformait la « chaire d’ethnologie générale » de M. Griaule en « chaire d’ethnologie préhistorique », préludant ainsi au découplage qui se produirait lentement entre la nouvelle anthropologie en marche avec l’ancienne « anthropologie physique » (qui était aussi enseignée alors en faculté des sciences) et surtout entre d’une part l’ethnologie en général et d’autre part l’archéologie et la préhistoire auxquelles Leroi-Gourhan se consacrerait exclusivement désormais [J. Gutwirth, 2005]. C. Lacoste-Dujardin avait sans doute rencontré R. Bastide au C.F.R.E. à l’animation duquel à partir de sa nomination en Sorbonne il participa. Son choix de R. Bastide comme directeur de thèse signait son abandon de l’ethnologie technologique.

12 Crise politique à Alger conduisant à la création du Front des Forces Sociales – parti essentiellement berbère - par H. Aït Ahmed (sept. 1963), maquis en Kabylie réprimés dans le sang par l’Armée de Libération Nationale en novembre 1963 causant un profond traumatisme, condamnation à mort puis incarcération d’Aït Ahmed jusqu’à son évasion en 1966.

13 Psychiatre algérien, M. Boucebci fut assassiné par des islamistes en 1993.

14 Elle citait à l’appui de sa thèse Karen Horney. Elle eut pu tout aussi bien citer dans le même sens un autre maître de la psychanalyse de cette époque, qui, en 1976, avait écrit « sur cette inquiétante étrangeté dont le féminin serait porteur : menaces pour la représentation, pour la certitude narcissique et phallique » (W. Granoff, 2004, 1).

15 Elle associait aussi christianisme et modèle patriarcal [C.L.D., 1985, 158-159].

16 Cl. Chaulet (1931-2015) était sociologue et P. Chaulet (1930-2012) médecin. Tous deux étaient compagnons de route du FLN .

17 L’historienne R. Branche [2005, 285-286] n’a pas manqué de relever l’apport particulier de cet ouvrage à l’histoire des femmes et de la violence qu’elles subirent : par les témoignages qu’elle a recueillis personnellement sur les viols de guerre et la manière dont « cette violence fut prise en compte collectivement par les communautés villageoises », C. Lacoste-Dujardin a ouvert « une première piste sur l’histoire de cette violence, [permis] une sensibilisation à une autre étude du féminin et du masculin en temps de guerre ».

18 Fils d’André Servier, rédacteur en chef de La Dépêche de Constantine, auteur d’ouvrages sur la colonisation agricole en Afrique du Nord [1897], sur les nationalismes égyptien, algérien et tunisien - dans lesquels il voyait « le péril de l’avenir » - [1913], sur l’islam [1923], sur le peuplement français en Tunisie [1925].

19 Y. Courrière [1969, 381] rapporte une réflexion que J. Servier se serait faite au lendemain de son coup d’éclat d’Arris : « J’ai touché ce matin l’intérêt de mes années d’ethnologue ».

20 Après l’obtention d’une licence es-lettres, en 1948-1949 il fut stagiaire au C.F.R.E. et suivit parallèlement l’enseignement de berbère délivré par A. Basset à l’E.N.L.O.V dont il sortit diplômé. Aussitôt après, il fut admis comme stagiaire au CNRS. En 1957 il fut nommé maître de conférence puis en 1962 professeur de sociologie et d’ethnologie à l’université de Montpellier où il fit toute sa carrière universitaire.

21 Arabisant et berbérisant, le colonel P. Schoen (1900-1984) avait créé en 1947 le SLNA (Service des liaisons nord-africaines), organisme d’information et d’action politique rattaché au cabinet du Gouverneur général puis du Ministre résidant, et le dirigea jusqu’en 1957 [M. Faivre, 2002].

22 J’ai ainsi pu relever qu’il y est successivement question du « chapeau-merveilleux-qui-fait-voir-l’âme-des-choses », du « diamant-qui-fait-voir-l’âme-des-choses », du don que Servier reçut du « merveilleux chapeau vert de Tyltyl » et du « diamant » qu’il lui suffisait de faire tourner pour, « comme l’avait promis la fée Bérylune », saisir « tout l’inconnu du monde » : ainsi grâce à ce don du « chapeau-à-voir-l’âme-des-choses », prétendit-il être à un moment passé « de l’autre côté des apparences. Je n’avais plus devant moi un cimetière semblable aux autres, mais le terrain d’envol des Invisibles » [J. Servier, 1955, 31-33, 57, 74, 119, 149, 267, 301].

23 Jusqu’alors, C. Lacoste-Dujardin n’avait participé qu’à la marge [C.L.D., 1984] au mouvement d’évaluation critique des savoirs coloniaux qui se développa en France à partir des années 1970 [P. R. Baduel, 2005]. À cet égard, une étude critique du parcours et de l’œuvre d’Auguste Mouliéras dont elle exhuma le recueil des contes qu’elle traduisit n’eut pas été sans intérêt. Arabisant et berbérisant, outre à la Kabylie, Mouliéras s’intéressa au Mzab [1895] , il explora et écrivit sur le Maroc, le Rif [1895] et les Djebala [1899], et produisit une monographie témoignant dès son titre d’un intérêt très orienté : Une tribu zénète anti-musulmane au Maroc. Les Zkara [1905].

24 Qui trouverait à s’illustrer de façon particulièrement forte dans l’archéologie européenne sur l’Afrique du Nord antique.

25 J. Soustelle effectuait ainsi un retour en Algérie où en 1942-1943 il avait été envoyé par le Gal de Gaulle pour créer et commander la Direction générale des services spéciaux [Cl. Faure, 2004, 63].

26 Ainsi selon Y. Courrière [1969, 95] était-il « attaché au découpage territorial qui selon lui devait correspondre à l'ethnographie de la région ».

27 P. Bourdieu fit tardivement un retour sur cette période algérienne [2004]. Sur ces pages, N. Heinich [2007, 75] a écrit : « Le long développement sur l’Algérie apparaîtra comme une tentative désespérée d’autojustification face à son absence d’engagement pendant la guerre ». On peut lire aussi F. Sacriste [2011] et M. Cornaton [2015].

28 Au nombre de ces 43 ethnologues : H. Balfet, J. Berque, Marcel Cohen, Jacques Gernet, Robert Jaulin, M. Leiris, A. Leroi-Gourhan, Louis Massignon, Théodore Monod, M. Rodinson, ... et C. Lacoste-Dujardin [Ch. Pelras, 2010, 33 ; A. Messaoudi, 2014]. Cette lettre rejoignait les pétitions sur la situation algérienne qui apparurent et se multiplièrent entre l’automne 1955 et la fin du printemps 1956, inaugurant une longue série pétitionnaire de tous bords jusqu’à la fin de la guerre d’Algérie [J.-F. Sirinellli, 1991].

29 C. Lacoste-Dujardin consacra ses dernières années à la rédaction d’ouvrages de vulgarisation destinés à faire connaître le patrimoine culturel kabyle aux jeunes générations tant d’Algérie que de la diaspora.

30 Mais P. Bourdieu republierait une troisième fois « La maison kabyle … » en Annexe du Sens Pratique (1980).

31 Dans l’enquête que C. Lacoste-Dujardin conduisit sur la condition des filles de parents immigrés en France (1992), il faut relever la quasi-absence de recours de celles-ci à une pratique magique, les rares cas mentionnés étant à leur égard le fait de mères ou grand-mères.

32 14 occurrences dans l’Index, en 3e position après H. Genevois (1913-1978, ethnographe de la Kabylie, co-animateur du Fichier de Documentation Berbère créé en 1946) et Cl. Levi-Strauss. 1 occurrence pour J. Berque, 2 pour C. Lacoste-Dujardin.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Robert Baduel, « D’un moment de l’ethnologie sur le Maghreb : Camille Lacoste-Dujardin, d’un orientalisme ethnologique à une ethnologie postcoloniale », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [Online], 141 | June 2017, Online since 25 October 2017, connection on 21 November 2017. URL : http://remmm.revues.org/9986

Top of page

About the author

Pierre Robert Baduel

Directeur de recherche honoraire au CNRS en sociologie politique, Tours

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Top of page