Navigation – Plan du site
Lectures en relation avec le dossier thématique

CROUZET Guillemette, préface de Christopher A. Bayly, Genèse du Moyen-Orient. Le golfe Persique à l’âge des impérialismes (vers 1800-vers 1914), Paris, Champ Vallon, 2015, 662 p.

Julie d’Andurain
p. Vol 141, 309

Texte intégral

1Un espace, quel qu’il soit, ne va pas de soi. Dans sa forme, sa définition, son appartenance, à travers les revendications multiples et contradictoires dont il est l’objet, un espace se construit… dans le temps. C’est autour de ces deux idées-forces que s’articule la très brillante thèse de Guillemette Crouzet portant sur le golfe Persique. Soutenue en Sorbonne en juin 2014 sous la direction du professeur Éric Bussière, elle a été rapidement publiée aux éditions Champ Vallon. À n’en pas douter, ce travail doctoral fera date.

2L’une des premières raisons tient à la capacité de Guillemette Crouzet de croiser des sources venues de Grande-Bretagne (India Office Records, British Library, archives de la Bushire Residency, de la Bahrain Political Agency, etc.), de France (archives du ministère des Affaires étrangères de La Courneuve) et même d’Inde (les archives de Bombay) et de proposer, à partir de là, une histoire inédite d’un espace essentiellement conçu comme une Terra Incognita dans la littérature scientifique française, surtout pour son histoire la plus ancienne. De fait, en remontant à une genèse qu’elle situe à la toute fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, G. Crouzet montre, en « dix-neuviémiste », combien il ne faudrait pas voir dans la Première Guerre mondiale le premier moment d’ouverture du Golfe. Les signes avant-coureurs de son irruption dans la « Global History » remontent loin dans le XIXe siècle rattachant d’ailleurs davantage l’histoire de la région à l’Inde plutôt qu’à l’Empire ottoman.

3La deuxième raison est que le texte est très bien écrit. L’analyse est fine, fouillée, érudite, un peu trop sans doute pour le grand public mais c’est le niveau attendu pour un travail doctoral. Le référencement et la précision des sources qui permettent l’administration de la preuve témoignent d’une excellente maîtrise de la bibliographie, principalement en langue anglaise ; ils élèvent ce travail au niveau des meilleures thèses soutenues en Sorbonne.

4Enfin, troisième considération, Guillemette Crouzet a eu à cœur de mener une importante réflexion sur l’historiographie la plus récente en croisant à la fois la « Global History », les « Imperialism Studies » et les « Subaltern Studies ». Par un effort toujours soutenu de mise en perspective des différents récits, l’auteur nous propose un texte vivant où, sur fond d’atmosphères de combats maritimes et de traités, de lutte contre la traite et de pêche à l’huître perlière, se rencontrent des responsables de la Couronne britannique et des cheikhs arabes de la « côte des Pirates ». Si les atmosphères du film de David Lean célébrant T. E. Lawrence incarné par l’impérial Peter O’Toole ne sont jamais bien loin, le travail reste toujours d’une très grande précision et d’une grande qualité.

5L’économie globale de l’ouvrage s’articule autour de dix chapitres qui nous accompagnent progressivement vers l’idée qu’un territoire jusqu’alors périphérique devient central, à la fois pour les Britanniques, mais également pour le monde. Après nous avoir dressé un aperçu de l’espace khalijien, G. Crouzet montre comment, au début du XIXe siècle, le Golfe – qui continue à s’appeler golfe ‘Persique’ alors que les Anglais s’intéressent essentiellement à la rive arabe (faut-il voir là une des limites à la taxinomie impériale anglaise ?) – devient l’une des portes des Indes. Frontière maritime, ce limes oriental se mue en un espace constitué grâce à des traités (les Maritime Truces), à des enquêtes de plus en plus approfondies (les Surveys) et à la lutte contre la traite qui achève de donner un prétexte à la présence britannique, avant que la question de la maîtrise de la route des Indes n’en fasse un point de fixation de sa doctrine impériale. Au milieu du XIXe siècle, la région toute entière est intégrée aux réseaux économiques mondiaux, que ce soit par la production et la vente des perles que par celles des dattes. Son statut de ligne commerciale en fait bientôt une zone de concurrence pour les Russes, les Français et les Anglais, et c’est dans le cadre des rivalités impériales de la fin du XIXe siècle que le Moyen-Orient se forme. Tout à son sujet, Guillemette Crouzet est parfois gagnée par un discours hyperbolique quand il s’agit de décrire la centralité du lieu et l’importance des diplomates et des chefs arabes, mais elle est particulièrement habile à mettre en avant la dimension non pas pérenne, mais élastique de cette réalité géographique qu’est le Golfe. Elle sait très bien mettre au jour la façon dont « l’expanding world » prend forme en montrant, notamment, comment d’un point de vue politique et militaire, il est souvent sous-tendu par les craintes d’invasion – souvent de simples fantasmes -, tandis que d’un point de vue commercial, la région montre une grande capacité interne à accéder à la « World Economy ».

6Publié avec un appareil scientifique de près de 100 pages de sources et bibliographies, de cartes, index et glossaire, ce travail est une véritable somme scientifique dans la meilleure des traditions. G. Crouzet y prouve qu’elle peut devenir l’une des grandes spécialistes françaises de l’histoire du golfe Persique, mais également une chercheuse du meilleur niveau international. C’est tout ce que nous lui souhaitons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie d’Andurain, « CROUZET Guillemette, préface de Christopher A. Bayly, Genèse du Moyen-Orient. Le golfe Persique à l’âge des impérialismes (vers 1800-vers 1914), Paris, Champ Vallon, 2015, 662 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 141 | juin 2017, mis en ligne le 25 octobre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/9987

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page