Navigation – Plan du site
Lectures

Davidson Christopher (dir.), Power and Politics in the Persian Gulf Monarchies, Londres, Hurst, 2011, 203 p.

Laurent Bonnefoy

Texte intégral

1Après avoir été pendant longtemps le parent pauvre des études sur le Moyen-Orient contemporain, le Golfe arabo-persique fait aujourd’hui l’objet d’un nombre important de publications, tout particulièrement en langue anglaise. La présence croissante d’institutions universitaires américaines, Georgetown et NYU en premier lieu, ainsi qu’européennes avec la Sorbonne, mais aussi la création de centres de recherche telle l’antenne de la Rand Corporation au Qatar, favorisent indéniablement le développement des études centrées sur les États du Golfe. Malgré tout, le chemin vers la connaissance et la prise en compte de la pleine complexité de ces sociétés semble encore long.

2L’intérêt de l’ouvrage dirigé par Christopher Davidson réside dans son choix de faire le point sur les connaissances actuelles sur chacune des six monarchies : les Émirats Arabes Unis, le Bahreïn, l’Arabie Saoudite, le Koweït, le Qatar et Oman. Pour ce faire, les auteurs mobilisés, spécialistes reconnus de chacun des pays, développent une approche multidisciplinaire qui fait la part belle à l’économie politique et offre un panorama accessible mais précis, à jour et bien informé. Les descriptions des structures politiques à l’intérieur des États, en particulier au sein de la fédération des Émirats Arabes Unis, des spécificités du système politique koweïtien, largement plus ouvert que les autres, ou encore des particularismes omanais, notamment hérités du conflit du Dhofar dans les années 1960 et 1970, sont autant de contributions éclairantes.

3Cet ouvrage, classique dans sa forme (chacun des six chapitres bâti autour de mêmes parties – histoire, structures politiques, économie, politique étrangère, défis – est consacré à une monarchie, à quoi s’ajoute une succincte introduction générale), fera pour les lecteurs francophones écho à celui publié en 2006 par Fatiha Dazi-Héni. Toutefois, l’absence d’ambition comparative en fait une publication sans doute moins cohérente sur le plan analytique. Cette faille, inhérente à bien des ouvrages collectifs, ne remet nullement en cause l’intérêt de cette publication qui cible avant tout un lectorat de non-spécialistes et d’étudiants. Le détour historique qui introduit chacun des chapitres se révèle fort nécessaire en ce qu’il donne de la profondeur à ces sociétés dont le regard dominant continue bien souvent à souligner la faiblesse de l’ancrage historique. Les habitants du Golfe, aussi réduits dans leur nombre soient-ils, ont été acteurs depuis plusieurs siècles de processus d’intégration et d’échanges passionnants. Objets de l’attention des puissances coloniales dès le début de l’époque moderne, les familles dirigeantes des monarchies et émirats du Golfe s’inscrivent dans une histoire longue qu’il est nécessaire de comprendre afin de ne pas la caricaturer. Les enjeux contemporains, liés à la construction nationale ou à la place offerte aux populations immigrées, trouvent dans chacun des six pays leurs racines dans cette histoire successivement coloniale, marquée par les mouvements de la gauche arabe, tout particulièrement au Bahreïn et en Oman, et enfin caractérisée par la mondialisation libérale dont Dubaï il y a encore quelques années et le Qatar aujourd’hui sont les expressions manifestes.

4Il n’est pas faux de considérer que l’ouvrage comble un vrai manque en langue anglaise ; du côté francophone il permet de mettre à jour certaines connaissances. Si les chapitres sont d’inégale tenue, la prise en compte des effets de la crise boursière de Dubaï, du déploiement de la politique étrangère qatarienne et de la question brulante des successions (à laquelle Christopher Davidson (2012), particulièrement productif, consacre son ouvrage suivant) est ici importante. La bibliographie finale proposée (malheureusement, à deux exceptions près, uniquement anglophone et omettant ainsi tout ce qui s’est publié en arabe mais aussi en français et allemand) constitue par ailleurs un outil précieux. L’achèvement de l’ouvrage, mi-2011, n’a toutefois pas permis de pleinement prendre la mesure des effets du « Printemps arabe » même si le chapitre sur Bahreïn offre un récit détaillé de la répression subie par les manifestants et organisations d’opposition. De plus, certains passages apparaissent parfois comme trop factuels et en tout état de cause peu orientés vers la discussion théorique (y compris par exemple sur la question de la puissance et des relations entre les monarchies, ce que le titre de l’ouvrage semblent pourtant annoncer) ou la controverse, laissant alors le lecteur quelque peu sur sa faim. Tel est par exemple le cas du traitement minimal et somme toute relativement convenu de la question sociale dans le chapitre sur l’Arabie Saoudite, ou de l’absence de mention de la question pourtant épineuse des apatrides (bidûn) au Koweït. Il demeure que cet ouvrage collectif, qui se rapproche du manuel, apporte une contribution réelle à la compréhension de sociétés et d’États dont le rôle dans les relations internationales est de toute évidence croissant. À cet égard, il remplit l’objectif qu’il s’était fixé.

Haut de page

Bibliographie

Davidson Christopher, 2012, After the Sheikhs. The Coming Collapse of the Gulf Monarchies, Londres, Hurst, 224 p.

Dazi-Héni Fatiha, 2006, Monarchies et sociétés d'Arabie. Le temps des confrontations, Paris : Presses de Sciences Po, 370 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Bonnefoy, « Davidson Christopher (dir.), Power and Politics in the Persian Gulf Monarchies, Londres, Hurst, 2011, 203 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 133 | juin 2013, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/7565

Haut de page

Auteur

Laurent Bonnefoy

Institut français du Proche-Orient

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page