Navigation – Plan du site

Actualité

La Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée est dotée d’un Comité de lecture qui assure l’évaluation de tous les textes soumis. Elle est publiée en version papier par les Presses Universitaires de Provence et en ligne en texte intégral sur les portails Revue.org et Persée. Les formats détachables (pdf, ePub) sont accessibles par abonnement à la formule Freemium

Dernier numéro en ligne
136 | novembre 2014
Les empreintes du temps : calendriers et rythmes sociaux

Sous la direction de Sylvia Chiffoleau
image de couv 136

L’histoire du temps, telle qu’elle a été jusqu’alors construite par l’historiographie, a porté essentiellement sur l’expérience occidentale. Le regain récent des études sur le temps, lié au phénomène d’accélération et de déstructuration de celui-ci dans la modernité, a encore enrichi les savoirs, notamment sur la diversité des temps sociaux (temps du travail, du loisir, de la famille…). Or la place des espaces non-occidentaux dans ces réflexions demeure assez modeste. En outre, en ce qui concerne ces derniers, le temps est d’abord référé à la culture, et donc essentiellement à la dimension religieuse. Si celle-ci a une part importante dans la structuration du temps, notamment à travers l’élaboration des calendriers, le temps est aussi façonné par les multiples pratiques sociales imposées par les pouvoirs politiques et les autorités sociales et religieuses dominantes, ou initiées par les acteurs eux-mêmes. Les scansions calendaires et les cadres temporels nés des diverses activités induisent à leur tour des rythmes sociaux, à de multiples échelles, dont l’observation permet de saisir la façon dont ces temporalités sont choisies, appropriées, vécues par les individus et les groupes. Ce numéro propose quelques incursions dans l’espace arabe et musulman à partir de ces questionnements nouveaux sur et par le temps. Elles révèlent la façon dont s’est construite, sur la longue durée, une pluralité de références temporelles et calendaires dans cette région. Le temps ne peut en effet y être réduit à un seul « temps de l’islam », mais il s’inscrit dans un système complexe de circulation de modèles, d’emprunts, et aussi de conflits.  Dans ce contexte, les acteurs ont appris à développer des compétences particulières pour passer d’un registre de temps à un autre.