Navigation – Plan du site

Actualité

Afin de suivre au plus près l'actualité de la recherche sur les mondes arabes et musulmans, la REMMM publie désormais en ligne les études libres dès leur validation par le comité de lecture de la revue. Les dossiers thématiques sont quant à eux publiés en version électronique au même rythme que leur publication papier.

Pour obtenir librement tous les textes au format PDF ou EPub, n'hésitez pas à demander à votre bibliothèque ou à votre université de s'abonner au programme Freemium de Revues.org.

***

Le monde arabe est actuellement le théâtre de bouleversements politiques et sociaux majeurs. La REMMM a sélectionné pour ses lecteurs des textes qui éclairent l’actualité grâce à l’analyse de chercheurs travaillant dans la longue durée.

Sur la répression en Syrie :

Yassin al-Haj Saleh, « L’univers des anciens prisonniers politiques en Syrie »

Sur les mutations de l’islam politique en Égypte :

Patrick Haenni et Husam Tamman, « Penser dans l’au-delà de l’islamisme : Égypte, la dispersion idéologique des lendemains qui déchantent »

Sur les identités religieuses au Yémen :

Laurent Bonnefoy, « Les identités religieuses contemporaines au Yemen : convergence, résistances et instrumentalisations »

***

Depuis 1966, la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée publie des études en sciences humaines et sociales concernant l’ensemble du monde musulman. Grâce à ses deux séries « Histoire » et « Monde contemporain », la REMMM assume de façon équilibrée sa double vocation de revue historique et d’observatoire du temps présent. Dotée d’instances scientifiques indépendantes, la REMMM est une revue à Comité de lecture dont tous les textes publiés sont soumis à l’évaluationde spécialistes des disciplines concernées. Elle est publiée en version papier en partenariat avec les Presses Universitaires de Provence. Elle est également disponible en ligne sur les portails Revue.orget Persée. Ce sont ainsi plus de 40 ans de recherches sur les mondes arabes et musulmans qui sont en libre accès.

La REMMM est publiée en ligne en texte intégral ; les formats détachables (pdf, ePub) sont accessibles par l’abonnement à la formule freemium

Toute l’équipe de la revue vous souhaite une bonne lecture et de fructueuses recherches !

Dernier numéro en ligne
136 | novembre 2014
Les empreintes du temps : calendriers et rythmes sociaux

Sous la direction de Sylvia Chiffoleau
image de couv 136

L’histoire du temps, telle qu’elle a été jusqu’alors construite par l’historiographie, a porté essentiellement sur l’expérience occidentale. Le regain récent des études sur le temps, lié au phénomène d’accélération et de déstructuration de celui-ci dans la modernité, a encore enrichi les savoirs, notamment sur la diversité des temps sociaux (temps du travail, du loisir, de la famille…). Or la place des espaces non-occidentaux dans ces réflexions demeure assez modeste. En outre, en ce qui concerne ces derniers, le temps est d’abord référé à la culture, et donc essentiellement à la dimension religieuse. Si celle-ci a une part importante dans la structuration du temps, notamment à travers l’élaboration des calendriers, le temps est aussi façonné par les multiples pratiques sociales imposées par les pouvoirs politiques et les autorités sociales et religieuses dominantes, ou initiées par les acteurs eux-mêmes. Les scansions calendaires et les cadres temporels nés des diverses activités induisent à leur tour des rythmes sociaux, à de multiples échelles, dont l’observation permet de saisir la façon dont ces temporalités sont choisies, appropriées, vécues par les individus et les groupes. Ce numéro propose quelques incursions dans l’espace arabe et musulman à partir de ces questionnements nouveaux sur et par le temps. Elles révèlent la façon dont s’est construite, sur la longue durée, une pluralité de références temporelles et calendaires dans cette région. Le temps ne peut en effet y être réduit à un seul « temps de l’islam », mais il s’inscrit dans un système complexe de circulation de modèles, d’emprunts, et aussi de conflits.  Dans ce contexte, les acteurs ont appris à développer des compétences particulières pour passer d’un registre de temps à un autre.