Navigation – Plan du site
II. Codicologie et paléographie des manuscrits arabes et persans : cahiers, papiers, couleurs et décors, processus de copie

Le manuscrit arabe et ses papiers1

Geneviève Humbert
p. 55-77

Résumés

Le papier est important comme élément de datation et de localisation des manuscrits arabes, et inversement les manuscrits arabes sont importants pour l'histoire du papier, parce qu'ils ont été copiés sur de nombreuses variétés de papiers qui provenaient de lieux de fabrication très divers : papiers chinois et sogdiens, papiers fabriqués à Samarcande (ou au Khorasân en général), à Bagdad et en grande Syrie, au Yémen, en Egypte, au Maroc et dans la péninsule ibérique, papiers de type italien à filigranes, papiers originaires de Turquie, Perse, Asie centrale, Inde, Indonésie... II convient sans doute aussi de distinguer les papiers de librairie, les mieux étudiés actuellement, de ceux destinés aux administrations centrales et aux bureaux des grandes chancelleries, dont la distribution était peut-être placée sous contrôle et qui pourraient avoir eu leurs propres fabriques.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

  • 1 Dans son dernier livre, A. Gacek (2001), a bien voulu annoncer la parution de cet article, dont le (...)
  • 2 Le manuscrit Arab 3315 de Dublin, qui aurait été copié au Ve/XIe siècle selon Arberry (1956 31), es (...)

1Dans son Fihrist, Ibn al-Nadîm raconte comment, dans une ville d'Irak nommée al-Ḥadîtha, il avait rencontré un bibliophile qui possédait la plus riche bibliothèque qu'il lui ait été donné de voir. Cet homme se prit peu à peu d'amitié pour lui et, un jour, surmontant la crainte des convoitises que suscitaient ses collections, il finit par ouvrir devant lui une grande caisse à livres qui contenait des trésors. On pouvait y découvrir, dit Ibn al-Nadîm, outre plusieurs sortes de peaux de fabrication ancienne, « des papyrus d'Egypte, du papier chinois, du parchemin de la Tihâma2... du papier du Khorâsân » (1964 : 40).

  • 3 Il serait mort exactement le dimanche 2 novembre 990, si on en croit une note d'al-Maqrîzî inscrite (...)
  • 4 Abû l-Aswad al-Duʼalî (m. en 688).

2Ibn al-Nadîm, à cause de son métier de libraire, semble bien connaître les supports anciens et en particulier les papiers, et son témoignage est d'autant plus précieux qu'il remonte au Xe siècle3. Il indique, toujours à propos des merveilles contenues dans la caisse à livres, qu'un texte, dont l'auteur est considéré comme le plus ancien grammairien arabe4, était copié, –assorti d'une attestation autographe de Yaḥyâ b. Yaʻmur (m. en 746) – sur

« quatre feuillets de papier dont je pense qu'il s'agissait de papier chinois. »

3Enfin, après un développement consacré aux écritures (1964 : 21), il oppose le papier de Chine « fait de ḥashîsh » (c'est-à-dire d'herbe, peut-être de chanvre) au papier du Khorâsân « fait de lin » (kattân). On verra qu'il connaît le nom de six papiers différents fabriqués au Khorâsân et qu'il sait probablement les distinguer.

4Ainsi, Ibn al-Nadîm ne se contente pas de relever dans le Fihrist les titres et les auteurs des livres arabes qu'il considère comme les plus remarquables. Il mentionne aussi les styles d'écritures, s'intéresse aux autographes, et tient compte, pour juger de la rareté et de l'ancienneté des livres, de la nature des supports sur lesquels ils sont copiés. Il sait ce qui donne de la valeur aux livres, du point de vue de leur contenu, de la main qui a tenu le calame et des matériaux dont ils sont faits dans l'histoire de la librairie arabe, il fait figure de premier codicologue. L'intérêt qu'il porte au papier mérite d'être relevé, et on peut essayer de mesurer aujourd'hui la différence qu'il y a entre nos connaissances et les siennes.

5L'étude du papier est importante à plusieurs points de vue. Comme produit manufacturé d'époque médiévale, il a joué un rôle économique très important et a fait l'objet d'une concurrence commerciale sans merci. Comme support de l'écriture, le plus fréquemment utilisé dans les livres arabes depuis le Xe siècle, il a facilité la diffusion des textes en langue arabe et le développement culturel de la civilisation islamique à cette époque.

6Pour l'histoire du manuscrit arabe, l'identification du ou des types de papier qui lui servent de support est précieuse, et compte parmi les moyens de datation et de localisation, le plus souvent par comparaison avec d'autres écrits datés et localisés. Inversement, le manuscrit arabe est important pour l'histoire des papiers, car il a été copié dans un grand nombre de régions du monde sur des types de papiers très divers, du VIIIe siècle jusqu'à nos jours ou presque, puisqu'on a continué, au moins jusqu'au milieu du XXe siècle, dans certaines régions, à copier à la main des livres en langue arabe sur du papier de fabrication artisanale.

7Dans les études sur les supports des livres médiévaux, le papier arabe occupe une place étonnante. Alors que deux savants de premier plan, J. von Karabacek en 1887 et Ch.-M. Briquet en 1888 avaient consacré sans hésitation apparente une étude au « papier arabe », ce papier devient difficile à rencontrer par la suite. Dans le livre de D. Hunter, par exemple, édité pour la première fois en 1943 et réédité de nombreuses fois depuis, qui compte plus de 600 pages dans l'édition de 1991 et porte le titre Papermaking, the history and technique of an ancient craft, il est fait allusion aux Arabes une fois (1991 140), mais il n'est fait nulle part mention d'un « papier arabe ». Lorsqu'il est question de Játiva (que nous rencontrerons plus loin), le papier qu'on y fabrique n'est pas mis en relation avec les Arabes (1991 153). Appelé par les Occidentaux « papier oriental » (alors que, on le verra, il est utile de distinguer entre papiers arabes orientaux et papiers arabes occidentaux) ou encore « papier non filigrané », le papier arabe se perd dans des catégories inadaptées, trop larges ou « européocentristes ». N'y aurait-il donc pas de papier arabe ?

8L'étude de ce papier, il est vrai, présente des difficultés. Il a cessé d'être fabriqué depuis quatre à cinq siècles, c'est-à-dire depuis que d'autres papiers l'ont remplacé dans les pays arabes. Il ne reste donc plus de traces de sa fabrication, même si on trouve dans des pays voisins des papiers fabriqués selon des techniques sans doute proches. À l'impossibilité de compter sur une observation directe s'ajoute le fait que cette fabrication n'a pas donné lieu à l'iconographie qu'on peut trouver sur le papier chinois par exemple ou sur le papier persan, qui lui est évidemment apparenté mais qui est distinct.

  • 5 On trouve du papier fabriqué dans ces régions dans des livres arméniens, coptes, grecs, hébreux, pe (...)

9Je prendrai pourtant le parti de parler de “papier arabe”, même s'il n'est pas facile d'en donner une définition, car le papier fabriqué à Samarcande, ville de langue et de culture persane, peut être considéré comme persan, et ceci alors que certains pays arabes, comme le Yémen et même l'Irak, ont été, à des époques différentes, compris dans l'aire d'influence de la Perse. Faudrait-il parler parfois de papiers arabo-persans À quel moment et dans quelles régions peut-on estimer que les papiers arabes et persans diffèrent par la technique de fabrication Ces questions restent pour le moment sans réponse. Je prendrai ici le parti d'appeler « arabes » les papiers qui ont été fabriqués, peut-être dès la fin du VIIIe siècle, dans la capitale du califat, Bagdad, ainsi que dans plusieurs autres pays qui font partie du monde arabe actuel auxquels il faut ajouter al-Andalus, et qui ont été utilisés pendant sept à huit siècles par les habitants de ces pays et les populations voisines5. Ils sont beaucoup plus mal connus que les papiers chinois et que les papiers que j'appellerai « italiens », c'est-à-dire les papiers à filigranes fabriqués depuis la fin du XIIIe siècle, d'abord en Italie puis dans plusieurs pays d'Europe occidentale.

10Je voudrais, dans les pages qui suivent, retracer les grandes lignes d'une histoire du livre arabe et de ses papiers, depuis le VIIIe siècle jusqu'à nos jours ou presque, en privilégiant les papiers arabes. Je parlerai d'abord des origines, puis du développement du papier dans le monde arabe, de l'invasion des papiers « italiens » et des réactions des artisans du livre arabe à cette invasion. Bien que l'objet de cette étude soit le livre manuscrit, il est impossible d'omettre le monde de la chancellerie, qui nous est particulièrement accessible pour le XVe siècle, et que j'aborderai surtout pour souligner ce qui reste à explorer.

La Chine et Samarcande : la question des origines

11Le papier, on le sait, est né en Chine, où on avait commencé à l'utiliser comme support de l'écriture six siècles au moins avant que la fabrication ne commence dans une région contrôlée par les Arabes. En effet, selon une sorte de récit des origines, en 751, à al-Aṭlakh, non loin de Samarcande – qui était placée depuis 712 sous l'autorité permanente d'un gouverneur nommé par le calife –, les troupes musulmanes mettaient en déroute une armée qui avait enrôlé un grand nombre de soldats chinois. Parmi les milliers de prisonniers chinois qui furent conduits à Samarcande à l'issue des combats, certains y auraient introduit la fabrication du papier.

12Ce récit risque de masquer le fait que le papier était connu bien avant cette date comme produit d'importation. Selon Drouin (1895 283), Chosroès I en avait employé, vers 555, dans une lettre royale qui répondait à la lettre en chinois (écrite sur satin) que lui avait envoyée le Khâqân des Turcs. Mais, ajoute Drouin, le papier était alors un produit très rare et réservé aux écrits royaux. Les Arabes, eux aussi, ont connu et utilisé du papier avant la bataille d'al-Aṭlakh. On sait en effet, grâce à F. Grenet, cité par J. Irigoin (1993 268, n. 11), que les bureaux de la chancellerie arabe de Samarcande en avaient utilisé presque trente ans avant 751 : c'est ce que révèle l'analyse d'un paquet d'archives royales qui avait été enfoui en 722 dans un château de montagne situé à 130 km au nord-est de Samarcande. Redécouverts en 1933, ces documents ont été publiés à Moscou trente ans plus tard. Sur un total de 76 documents, 22 sont écrits sur du papier chinois d'importation et, parmi eux, se trouve une lettre, écrite en sogdien, émanant d'un collaborateur du gouverneur arabe.

  • 6 Mort en 869.

13La diffusion de papier importé de Chine ne s'est pas limitée à l'Asie centrale et à la Perse. Un récit transmis par al-Jâḥiẓ6, dans le Kitâb al-bayawân (1940 373) semble indiquer que le papier était déjà parvenu, au premier tiers du VIIe siècle, dans la péninsule arabique. Selon ce récit, le faux-prophète Musaylima, mort en 632, voulant faire croire à une apparition, avait fabriqué un cerf-volant « avec du papier chinois (waraq sînt) et du kâghad » et l'avait lancé dans le ciel, de nuit, pour que les spectateurs ne voient pas la ficelle qui le reliait à la terre. Le kâghad, (dont le nom, emprunté au sogdien, est utilisé par les Arabes dans les sources anciennes), semble apparaître ici comme une seconde espèce de papier d'importation.

  • 7 Sur une fabrication ancienne de papier à Samarcande dans une monastère manichéen, voir F. Déroche ( (...)

14Les papiers d'importation, déjà connus au VIIe siècle par les populations du Proche-Orient, et utilisés comme support de l'écriture pour les actes des gouverneurs du Khorâsân et pour la copie de livres arabes, étaient donc, au siècle suivant, des produits plus familiers qu'on ne l'a cru, et certains étaient déjà liés à la Sogdiane. Pour des raisons qui tiennent peut-être à un accroissement de la demande aussi bien qu'à l'arrivée accidentelle de prisonniers chinois à Samarcande, on est passé dans cette ville de l'utilisation à la fabrication7. On ne sait pendant combien de temps, après qu'on eut commencé à fabriquer du papier à Samarcande, les papiers chinois ont continué à être employés. Ibn al-Nadîm (1964 21) semble en tout cas, au Xe siècle, avoir gardé le souvenir de l'époque où le papier continuait à assurer à la Chine un revenu important.

15Sur les papiers du Khorâsân, nous disposons de renseignements beaucoup plus précis que sur ceux dont il vient d'être question.

Les « papiers du Khorâsân »

16L'essentiel de ce qu'on sait sur le papier fabriqué à Samarcande provient, une fois encore, d'Ibn al-Nadîm (1964 21), pour qui le « papier du Khorâsân » fut « fabriqué par des artisans chinois sur le modèle du papier chinois (ʻalâ mithâl al-waraq al-ṣînî) ».

  • 8 Mort en 1038

17Ibn al-Nadîm connaît le nom de six différentes sortes de « papiers du Khorâsân », dont les noms sont clairement arabes. Le premier est le firʻawnî (le pharaonique), appellation qui semble établir une relation entre papyrus et papier cela pourrait s'expliquer par le fait que le papier de Samarcande prétendait rivaliser avec le papyrus par la qualité, ou peut-être parce qu'il était commercialisé, comme lui, en rouleaux. La citation par al-Thaʻâlibî8 (1867 97) des mots d'al-Jaḥiẓ, pour qui « les papyrus d'Égypte sont à l'Ouest ce que les papiers sont à Samarcande à l'Est » prend alors une résonnance particulière.

18Les cinq autres papiers d'Ibn al-Nadîm ont pour point commun de porter un nom qui les rattache à celui de personnages ayant eu des pouvoirs importants au Khorâsân. Pour Karabacek (1991 30) le sulaymânî est appelé ainsi par référence à Sulaymân b. Rashîd, le directeur des finances du Khorâsân sous le califat de Hârûn al-Rashîd (786-809) le jaʻfarî porte un nom dérivé de celui du vizir barmécide de Hârûn al-Rashîd, Jaʻfar b. Yaḥyâ b. Khâlid al-Barmakî (mort en 803), frère d'un gouverneur du Khorâsân et lui-même gouverneur de la province pour quelques jours le ṭalḥî est ainsi nommé d'après Ṭalḥa b. Ṭâhir, de la puissante famille des Tahirides, qui fut le deuxième gouverneur militaire du Khorâsân, de 822 à 828 le ṭâhirî est un papier dont le nom fait vraisemblablement référence à Ṭâhir II b. ʻAbd Allâh, gouverneur militaire du Khorâsân de 844 à 862 (un Tahiride lui aussi), et enfin le nûḥî tient son nom de Nûḥ b. Naṣr, le chef samanide du Khorâsân de 942 à 954. Cette liste de noms appelle plusieurs commentaires.

19La référence répétée aux noms de personnages ayant eu des responsabilités politiques au Khorâsân évoque une production sous surveillance, une sorte de monopole d'État. On peut se demander si ces papiers portaient une marque qui permettait de les reconnaître, et on peut rappeler ici la pratique qui avait consisté, en Egypte, à inscrire le nom du responsable fiscal du lieu de la fabrication sur un feuillet collé au dos de la première feuille des rouleaux de papyrus.

20On peut ensuite se poser la question de savoir si le nom de ces papiers subsistait après le départ du haut personnage qui lui avait donné son nom. On peut formuler cette question différemment certains de ces papiers pouvaient-ils être distingués par une particularité de leur technique de fabrication, et a-t-on continué à fabriquer des papiers de cette qualité par la suite, indépendamment de ce qui avait justifié leur appellation d'origine ?

21Ceci nous conduit à la question de savoir jusqu'à quand les Arabes ont utilisé du papier du Khorâsân. On sait que Samarcande a continué à fabriquer du papier et les artisans de la ville ne peuvent manquer d'avoir voulu continuer à l'exporter. Pour le khorassanien al-Thaʻâlibî (m. en 1038), on ne fabriquait du papier, de son temps, qu'en Chine et à Samarcande (1867 126). D'autres sources montrent que ces papiers anciens sont restés prisés par les personnages de haut rang jusqu'au XIe siècle al-Jâhiz reproche au vizir Muhammad b. Abd al-Malik al-Zayyât (m. en 847) de l'avoir incité à utiliser du parchemin au lieu « de papier (waraq) de Chine ou de papier (kâghad) du Khorassân » (Abbott, 1972 149). C'est sur des papiers chinois et du Khorâsân qu'Ibn Muqla (m. en 940) copie un magnifique exemplaire du Coran lorsque Ibn al-Bawwâb (m. en 1022) veut le restaurer, il trouve dans la bibliothèque du souverain buwayhide Bahâʼ al-dawla plusieurs variétés (un stock) de papiers anciens de Samarcande et de Chine (Yâqût, 1927 V, 446-7). Le voyageur persan Nasir-i Khosrau (1881 41), lors de son passage à Tripoli, en 1045 ou 1046, constate qu'« on y fabrique un bon papier semblable à celui de Samarqand, mais de meilleure qualité », ce qui indique que ce dernier était encore une référence.

22Si l'on suit Ibn al-Nadîm, pour qui le papier de Samarcande fut, en tout cas au début, fabriqué selon une technique identique ou très proche de celle des Chinois, on peut essayer de se faire une idée des papiers qui ont pu être fabriqués à Samarcande par l'observation de papiers chinois qui leur sont contemporains. On sait que, pour faire du papier, en Chine comme à Samarcande, il faut disposer de pâte à papier et d'une « forme ». La pâte est recueillie sur la forme, sorte de tamis qui laisse s'écouler l'excédent d'eau et sert de moule à la feuille. Dans la technique du puisage, la plus courante, la « toile » de la forme est tissée avec des fils vergeurs (dans le sens de la longueur) et des fils de chaîne dans l'autre sens. Les fils de chaîne sont beaucoup plus écartés que les fils vergeurs, qu'ils sont destinés à soutenir (plus les fils vergeurs sont fins, moins ils sont résistants, et plus les chaînettes doivent être rapprochées). Fils vergeurs (ou « vergeures ») et fils de chaîne laissent, de façon plus ou moins nette, sur la feuille examinée par transparence, des traces plus claires. Ces traces sont en quelque sorte le reflet de la toile, dont la technique de fabrication a varié avec le temps, et elles peuvent donner des indications sur l'origine du papier. On estime généralement que, dans les papiers dont il est question ici, les vergeures étaient faites de fibres de bambous, et que le crin animal était employé pour les fils de chaîne.

  • 9 Par H. Vetch, que je remercie.
  • 10 Trouvés au XXe siècle par P. Pelliot dans la grotte de Dunhuang, à l'extrémité occidentale de la pr (...)
  • 11 Ville du nord de l'Afghanistan actuel.

23Les Chinois fabriquaient bien entendu différentes qualités de papier, comme on peut s'en rendre compte en examinant quelques manuscrits choisis9 du fonds Pelliot chinois à la BNF10. Certains papiers sont d'une qualité exceptionnelle, comme le Pelliot chinois 2195 (copié en 675), mais d'autres papiers, plus ordinaires, ne sont pas sans rappeler celui de certains manuscrits arabes copiés dans le Khorâsân. Le trait commun le plus frappant entre les quatre feuilles du Pelliot chinois 2704, copiées séparément en 933 et 934, et celui du manuscrit de la BnF (Arabe 5902) qui a été copié à Balkh11  en 937, est l'épaisseur des vergeures, même si le papier du manuscrit arabe se distingue de façon remarquable par sa couleur très foncée en surface et par le fait qu'il apparaît, face à la lumière électrique, véritablement rouge, phénomène noté par M. Zerdoun dans une publication récente (1999 98). Dans ces cinq papiers, on distingue très mal les fils de chaînette, soit parce qu'ils sont rares et très écartés dans une forme à laquelle les fibres de bambou donne naturellement une bonne tenue, soit parce qu'ils sont très fins, ou pour les deux raisons à la fois. Curieusement, par l'aspect de la feuille, son format, la visibilité et la largeur des vergeures, et surtout par le pliage qui donne un sens vertical à ces vergeures, le papier du manuscrit arabe de la BNF n'est pas sans rappeler certains papiers fabriqués au siècle dernier en Asie centrale, si on ne prête pas attention à la couleur, puisque la feuille de ces papiers récents est souvent très claire et même translucide.

  • 12 Mort en 826 environ.
  • 13 Karabacek (1991 54) en déduit que la page mesurait 240 xl60 mm, et la feuille 320 x 240 mm.
  • 14 Al-Marzubânî était originaire du Khorâsân.

24Le papier du manuscrit copié à Balkh avait-il été fabriqué à Samarcande Nous n'avons pas des papiers du Khorâsân la connaissance qu'en avait Ibn al-Nadîm, à qui deux d'entre eux, le ṭalḥî et le sulaymânî, étaient familiers, comme le donnent à penser plusieurs passages du Fihrist (1964 61, 107, 132, 159, 160). Dans les deux premiers cas, on voit qu'il appelle ṭalḥî le papier utilisé pour des livres de prestige l'un est destiné au vizir al-Fatḥ b. Khâqân (m. en 861) et l'autre au calife al-Muʻtaḍid (892-902) dans le cas du recueil de poèmes d'Abû l-'Atâhiya12, le papier utilisé est du demi-ṭalḥî. Celui qu'il appelle sulaymânî pourrait être plus ordinaire Ibn al-Nadîm (1964 159), avant de commencer son chapitre sur les poètes, prévient que lorsqu'il signalera par exemple qu'un poème compte 10 pages, il faudra comprendre que cela correspond à dix pages comportant 20 lignes d'écriture copiées sur du sulaymânî13. Al-Marzubânî (m. en 994) aurait utilisé ce papier pour un livre qui comptait 10000 pages14. Une autre source (Yâqût, 1927 87) indique qu'Abû Saʻîd al-Sîrâfî, mort nonagénaire ou centenaire en 979, avait fait une copie de son Commentaire du Kitâb de Sîbawayhi (qui comptait 3 000 pages) sur du sulaymânî. Plusieurs de ces livres sont énormes, comme si le papier ne manquait pas.

25On a là un début de réponse à des questions précédemment posées les papiers du Khorâsân étaient peut-être reconnaissables par quelque chose touchant à la technique de fabrication, ou du moins c'était le cas pour les papiers ṭalḥî et sulaymânî. Les noms de ces papiers ont donc survécu aux gouverneurs. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si ces deux papiers, que certains ont longtemps préféré aux papiers arabes, ont continué à être fabriqués seulement au Khorâsân.

  • 15 Du nom du sultan qui régna sur l'Ifrîqiyâ de 1016 à 1062, qui en fut le dédicataire.

26Il faut noter enfin que la recette de fabrication du ṭalḥî est parvenue jusqu'à nous. C'était même, jusqu'à présent (c'est-à-dire avant la découverte de A. Gacek infra), le seul papier dont la recette ait été rendue publique. On la désigne généralement sous le nom de « recette d'Ibn Bâdîs »15.

Les Arabes et leur papier : les débuts du papier arabe

27Cinquante années environ sépareraient le moment où les Arabes apprennent des artisans de Samarcande à faire du papier et celui où commence la fabrication de papier arabe dans la capitale du califat. En effet, selon Karabacek (1991 33) on aurait commencé à fabriquer du papier à Bagdad en 794-5. Cette date est devenue traditionnelle, mais on oublie qu'il s'agit d'une déduction, qui ne convainc pas quelqu'un comme Grohmann (1967 100). En réalité, nous n'avons pas de renseignement précis sur les débuts de la fabrication du papier au cœur du monde islamique.

  • 16 Nommé Muhammad b. Zubayda dans le texte.
  • 17 Je n'ai vu aucun de ces papiers à ce jour.

28Cette datation peut être appréhendée de façon indirecte, puisqu'on sait que, jusqu'au début du IXe siècle, les bureaux de l'administration abbasside se heurtaient encore à de grandes difficultés pour se procurer des matériaux à écrire en quantité suffisante Ibn al-Nadîm (1964 21) indique en effet que, sous le califat d'al-Amîn16 (809-813), fils de Hârûn al-Rashîd, on avait gratté, pour les réutiliser, des registres (de peau ou de parchemin) qui avaient déjà servi. Les bureaux du califat et évidemment les libraires n'ont donc probablement pas disposé de papier de qualité en quantité suffisante avant le milieu du IXe siècle, et on a dû continuer à utiliser couramment du papier de Samarcande au moins jusque là. Il y a des chances pour que les documents les plus anciens de la collection de l'archiduc Rainer à Vienne (dont Karabacek estime qu'ils ont été écrits entre 795 et 815), ainsi que le fameux Vaticanus graecus 220017, datable par son style d'écriture des alentours de l'année 800, aient été copiés sur du papier de Samarcande.

  • 18 Ce qui fait sans doute référence à un produit peu cher et d'un usage courant chez les Égyptiens.
  • 19 Ville de la province de Valence.
  • 20 Ḥajar li-ʻamal al-kâghid(Ibn Abî Zar', ms. BNF Arabe 1868 f. » 18,1. 17-18).

29Les seuls renseignements vraiment précis sur la fabrication de papier arabe dans les régions qui nous intéressent sont les suivants : al-Muqaddasî, mort après 988, signale (1957 175) la fabrication de papier (kâgbad) à Damas et à Tibériade Nasir-i Khosrau, en 1046 (1881 41) dit du papier de Tripoli de Syrie qu'il est devenu meilleur que celui de Samarcande, et indique qu'au Caire les épiciers, droguistes et quincaillers fournissaient aux clients le papier destiné à envelopper leur marchandise (1881 153)18 Yâqût (m. en 1199) indique qu'on fabriquait du papier dans un faubourg de Bagdad appelé Dâr al-qazz (Yâqût, 1956 422). Au Yémen, la recette découverte par Adam Gacek (voir infra) prouve qu'on y fabriquait du papier au XIIIe siècle. De l'autre côté de la Méditerranée, à Játiva19, en Andalus, une fabrique de papier aurait existé dès 1054, une seconde à Tolède en 1085 (Valls i Subirà , 1970 5). Au Maroc, al-Manûnî (1991 21) indique avoir trouvé une source selon laquelle il y aurait eu 104 fabriques de papier à Fès, du vivant de Yûsuf b. Tashfîn (m. en 1106) dans la même ville, sous les Almohades, entre 1221 et 1240, on trouvait 400 « meules à fabriquer du papier20 ». Plus tardivement, on aurait commencé à fabriquer du papier en Anatolie à partir de 1400 à Amasya, de 1486 à Brousse (Tekin, 1993 29), et de 1453 non loin d'Istanbul, à Kağithane, (Déroche, 2000 : 64).

30On fabriquait donc, au XIIIe siècle, du papier en Irak, dans plusieurs villes de Syrie, en Palestine, en Égypte, au Yémen, au Maroc et en Andalus, et, au XVe siècle, en Turquie. Mais il existe aussi des pays ou régions qui ne sont jamais mentionnés, comme le nord de la péninsule arabique, la Libye, et l'Afrique du nord en dehors du Maroc actuel. Au XVe siècle, selon l'auteur du texte contenu dans un manuscrit de la BNF (Arabe 4439, f. 177), on utilise du papier de Damas pour les documents officiels des « régions orientales, du Yémen, d'Asie mineure (Rûm), et du Hedjâz ».

Reconnaître les papiers arabes : Orient et Occident

31Les papiers arabes, fabriqués dans un espace géographique très vaste et sur une durée de plusieurs siècles, sont très divers, et les spécialistes ont éprouvé depuis longtemps le besoin de les classer pour pouvoir avancer des hypothèses sur leur datation, leur lieu de fabrication et leur aire de diffusion qui, parce que le papier circule beaucoup, peut être très étendue.

  • 21 Voir à ce propos la dernière partie du livre de H. Loveday qui vient de paraître.
  • 22 Malgré l'inconvénient, dans le cas des papiers de librairie, du rognage.

32Pour décrire les papiers de façon à pouvoir les comparer et les classer, on peut parler de la qualité générale de la feuille, de l'aspect de sa texture à plat et en transparence, du poli de sa surface, de sa couleur, de sa fermeté ou de sa souplesse21. Ces observations ont leur pertinence, surtout quand elles s'appliquent à une collection homogène, comme celle sur laquelle a travaillé Karabacek (1991 58) pour sa classification des papiers de la collection Rainer. Mais il y entre une part de subjectivité, surtout si on cherche à comparer des papiers dispersés. Dans ce cas, on peut choisir de décrire les traits physiques mesurables du papier, comme le format22 et les traces laissées par les fils vergeurs et les fils de chaînette qui tissent la « toile » de la forme. C'est ce qu'a fait Jean Irigoin, grâce à qui on connaît aujourd'hui les formats les plus courants des feuilles de papier arabe utilisées en librairie, dont il a montré qu'ils sont différents en Orient et en Occident (1993 303-4). C'est J. Irigoin aussi qui a proposé, pour la première fois, la datation de certains papiers (on les retrouvera plus loin) par les écarts entre les fils de chaîne (1993 305).

33Malachi Beit-Arié (1996,1999), dans sa proposition de typologie générale des papiers arabes, prend pour critère la présence et l'absence des traces laissées par la forme. Il distingue trois types de papiers les papiers « sans fils », c'est-à-dire sans vergeures ni fils de chaîne, les papiers sans fils de chaîne et les papiers avec vergeures et fils de chaîne (qu'il subdivise en papier à fils de chaîne simples et papiers à fils de chaîne groupés). Sa typologie repose sur l'observation d'un certain nombre de papiers très anciens, et il serait intéressant de savoir quelles sont à son avis les causes de l'invisibilité des fils.

  • 23 Arabe 6630.

34L'agencement des fils de chaînette, groupés ou non, peut être décevant. Il ne fournit aucune information lorsqu'il est très fréquent et qu'on le rencontre sur une longue période. C'est le cas en particulier des papiers à fils de chaînette groupés par trois, qui sont attestés depuis 1058 au moins et qui ont fait disparaître les autres agencements au XVe siècle. On peut trouver aussi des papiers où la disposition des chaînettes est tellement rare qu'ils sont destinés à rester eux aussi inanalysables, comme celui qu'on observe dans un manuscrit de la BNF23, avec ses fils de chaîne écartés de 143 à 150 mm.

35Mais l'observation des fils de chaînette a permis, associé à d'autres observations, de proposer la localisation et la datation d'un certain type de papier, dans un cas où les conditions ont été particulièrement favorables. C'est ainsi qu'un papier à fils de chaînette groupés par deux, avec des écarts bien particuliers, semble avoir eu une aire de diffusion circonscrite à l'Égypte aux alentours de 1350 (Humbert, 1999). Ce n'est pas le seul papier à être utilisé à cette époque dans la région, mais c'est un papier qui n'a été rencontré jusqu'à présent que dans des manuscrits dont il apparaît, lorsqu'ils sont localisés ou localisables, qu'ils ont toujours été copiés en Égypte. L'étendue de son aire de diffusion peut avoir été limitée par le fait qu'il s'agit d'un papier de qualité médiocre, qui n'était pas destiné à l'exportation. Le fait qu'on peut le rencontrer non seulement dans les manuscrits arabes mais aussi dans les manuscrits coptes est intéressant, parce que ceux-ci ont pour particularité de très peu voyager.

36Dans un autre essai de typologie ne concernant que les papiers où fils de chaîne et fils vergeurs sont discernables, trois grands types de papiers ont pu être dégagés, sur la base de la disposition des fils de chaîne (Humbert, 1998) papiers non arabes utilisés dans les manuscrits arabes provenant des régions les plus orientales du monde islamique, papiers « arabes orientaux » et papiers « arabes occidentaux ». Dans les papiers arabes orientaux, les fils de chaîne peuvent être groupés ou simples mais, lorsqu'ils sont simples, ils ne sont jamais écartés de plus de 25 mm en moyenne dans une feuille. Dans les papiers « arabes occidentaux », les fils de chaîne sont toujours simples et sont écartés de 35 millimètres au moins (et jusqu'à 80 mm) en moyenne dans une feuille. Ce n'était pas la première observation mesurable qui permettait de distinguer de façon précise les papiers arabes orientaux et occidentaux la même distinction avait déjà été établie par J. Irigoin à partir d'une autre donnée mesurable, le format. Mais l'observation avait l'avantage de confirmer la différence entre papiers arabes orientaux et occidentaux, alors que ces derniers allaient être appelés à jouer un rôle capital dans la suite de l'histoire du papier.

La fin du papier arabe et ses remplaçants

37Le papier arabe occidental va en effet se trouver à l'origine de l'apparition du papier italien, qui lui-même va provoquer la disparition, en quelques siècles, de la fabrication de papier dans le monde arabe.

  • 24 Valence est définitivement reconquise par le roi d'Aragon en 1239-40, Játiva en 1248.

38C'est par l'intermédiaire de l'Espagne reconquise24, qui elle-même la tenait d'al-Andalus, que les Italiens ont connu la technique de fabrication du papier, comme le montrent certains traits qui ne sont communs qu'aux papiers italiens et aux papiers « arabes occidentaux ». Comme dans les papiers dits « catalans », qui ont servi d'intermédiaires, les premiers papiers italiens ont en commun, avec les papiers arabes occidentaux, de porter l'empreinte de fils de chaîne disposés à intervalles constants (et ce sera le cas dans les papiers européens en général) Jean Irigoin (1993 298-300) a montré aussi que les formats des feuilles du papier arabe occidental sont plus petits que ceux du papier arabe oriental, et ce sont de ces formats que dérivent les papiers catalans et italiens. On va même rencontrer dans certains papiers catalans et italiens un trait caractéristique du papier arabe occidental, le zigzag. Le zigzag qui est une marque, parfois en forme de zigzag mais qui peut aussi se présenter comme une suite de traits discontinus, laissée au centre de la feuille, vraisemblablement de façon délibérée, par le papetier. Lorsqu'apparaîtra le filigrane, il sera possible de trouver des manuscrits copiés sur papier italien où, sur la même feuille, on observera à la fois filigrane et zigzags on en a un exemple à la BNF, avec le manuscrit Arabe 2291 (Bavavéas, 1999).

39À partir du moment où les italiens savent faire du papier, ils semblent, pendant une période de transition, avoir cherché sans trêve les moyens d'améliorer la technique de fabrication. Jean Irigoin (1993 304-5) a montré qu'en trente ans, la forme s'est modifiée de façon continue les écarts entre les chaînettes sont passés de 100 mm vers 1250 à 75 mm en 1255, et enfin à 60 mm en 1280. Dans le même temps, le format de la feuille diminuait aussi, passant de 490 x 350 mm à 464 x 290 mm, avant de se stabiliser à 410/450 x 275/300 mm. La diminution de l'écart entre les fils de chaîne pourrait être liée à la finesse croissante des vergeures.

40À la fin de cette période, les Italiens parviennent à maîtriser une technologie qui leur permet de fabriquer une forme dont la « toile », entièrement métallique, est faite de fils beaucoup plus fins et réguliers qu'auparavant. Ils y ajouteront bientôt une marque de fabrique en fil de laiton, le filigrane. Le filigrane ne marque pas en soi une avancée technique, mais il met peut-être en lumière la vivacité de la concurrence qui oppose rapidement les fabricants les uns aux autres. D'autres améliorations techniques vont donner aux Italiens, peut-être dès le début du XIVe siècle, les moyens de produire davantage, plus vite et moins cher des papiers qui vont envahir le marché et faire disparaître le papier arabe en un peu plus d'un siècle et demi en Occident et en deux ou trois siècles au Proche-Orient.

  • 25 Il s'agit du manuscrit D 529. Je remercie M.-G. Guesdon d'avoir bien voulu me communiquer ces rense (...)
  • 26 Arabe 1258.
  • 27 La date a peut-être été retouchée.
  • 28 Arabe 155.

41Au Maghreb et dans la péninsule Ibérique, on commence à trouver du papier filigrané dans les manuscrits arabes dès la première moitié du XIVe siècle. On en a un exemple dans le manuscrit n° 39 de la Bibliothèque nationale d'Alger, daté de 745/1344 et dans un manuscrit de la Bibliothèque générale et archives de Rabat daté de 134925 – Au Proche-Orient, où le papier filigrané s'impose plus tard, on remarquera un manuscrit de la BNF26 daté de 147927, parce que les cinquante premiers folios sont copiés sur du papier arabe, puis le texte continue (écrit par la même main) sur du papier « italien ». Signalons aussi la présence de papier « italien » dans un manuscrit arabe chrétien copié en 1486 dans l'île de Rhodes.28

  • 29 Arabe 1292, copié en 957/1550-1551, peut-être en Turquie.
  • 30 C'est le cas par exemple du manuscrit de la BNF, Arabe 6499, copié en 1212, peut-être à Séville.

42La rapidité de la pénétration du papier italien s'explique peut-être par le fait que le papier arabe n'a jamais été fabriqué en quantité suffisante. Mais le nouveau support a rencontré quelques résistances. On trouve à la BNF un manuscrit29 copié sur du papier arabe et du papier italien, où le papier arabe « encarte » systématiquement le papier italien (tous les bifeuillets externes des cahiers sont faits de papier arabe). Des réticences envers le papier s'étaient manifestées de la même façon, et on avait, à l'époque médiévale, dans un premier temps, « encarté » le papier entre des bifeuillets de parchemin30. Une autre forme de réticence nous est révélée, indirectement et cette fois devant le filigrane seulement, par le fait que les Italiens ont été conduits, à partir du XVIIe siècle, à inventer un filigrane spécial pour les papiers destinés à l'exportation vers les pays musulmans (Velkov et Andreev, 1983) il s'agit du filigrane dit des tre lune (ou « trois croissants »). Ce qui semble indiquer que certains filigranes des papiers italiens, inspirés de l'héraldique et de symboles chrétiens, déplaisaient aux utilisateurs orientaux.

43Au XVIe siècle, les manuscrits arabes sont fréquemment copiés sur des papiers italiens, bien reconnaissables grâce au filigrane. Pourtant, on va continuer à trouver dans ces manuscrits du papier non filigrané alors que la fabrication de papier arabe a cessé, et on s'aperçoit que les manuscrits arabes peuvent être copiés sur des papiers qui ne sont ni italiens ni arabes. Il s'agit de papiers qui ont été fabriqués dans les régions orientales du monde musulman (Perse, Asie centrale, Inde), dont la fabrication n'a pas été interrompue par l'invasion du papier italien en Méditerranée. De telle sorte qu'il reste difficile, aujourd'hui encore, de dater avec précision la fin de la fabrication du papier arabe, parce qu'on ne le distingue pas toujours de papiers plus « orientaux », dont il est proche par la technique de fabrication.

  • 31 Faruk Bilici me signale qu'on emploie en turc le mot beyaz (au lieu de kâgit) pour parler du papier (...)
  • 32 Arabe 7264.

44On notera qu'on peut aussi, à date tardive, trouver des papiers à filigranes autres qu'italiens dans les manuscrits arabes il s'agit de papiers fabriqués en Turquie ottomane, du début du XIXe siècle au (milieu du) XXe siècle. Ils sont de technique italienne, c'est-à-dire faits sur une forme métallique qui a laissé sur les feuilles l'empreinte de fils vergeurs fins et réguliers et de divers types de filigranes. Ş. Tekin (1993 90-1) reproduit plusieurs filigranes, dont l'un au moins daté de 1219 (1804-5). Il semble être composé du filigrane lui-même (un croissant entourant une étoile à huit branches) et d'une contremarque en osmanh avec la mention « Islâmbôl sene 1219 ». Un autre papier ottoman, qui semble avoir été fréquemment utilisé au Yémen jusqu'au XXe siècle, est reconnaissable à son filigrane, un profil lunaire, et à sa contremarque, en osmanh où apparaissent les mots « beyaz31 Abu Shabbâk Stambûlî » (la BNF a acquis récemment un manuscrit32 où se distinguent par transparence ce filigrane et sa contremarque).

  • 33 F. Richard m'indique que la fabrication de papier, dans les pays musulmans d'Asie centrale, semble (...)

45Mais, la plupart du temps, les papiers qui ne sont ni italiens ni arabes, dans les manuscrits arabes, sont sans filigranes et servent de support à des manuscrits copiés dans des régions, parmi les plus orientales du monde islamique, qui sont restées extérieures au monde ottoman. Ils peuvent avoir été fabriqués en Perse (où la fabrication s'est poursuivie jusqu'au XVIIe siècle), en Asie centrale (où elle n'a apparemment, dans certaines régions, jamais cessé depuis le VIIIe siècle et pourrait avoir duré jusqu'au début du XXe siècle33) et en Inde, où le papier aurait commencé, dit-on, à être fabriqué vers le XIe siècle et où la fabrication se poursuit jusqu'à nos jours.

  • 34 Sous l'effet d'un lissage particulier 

46Dans ces pays où la fabrication est de type traditionnel, il semble qu'on produise des papiers très différents des beaux papiers arabes de l'époque « classique », parce que la conception de ce qu'est un beau papier n'est pas la même. Les beaux papiers arabes seraient plutôt des papiers fermes et souples, où la finesse de la feuille ne paraît pas être la qualité la plus recherchée, ni la transparence. Alors que les papiers « orientaux » non arabes sont souvent très fins, et même parfois trop fins car la minceur de la pâte entraîne des parties très claires et même des trous. Dans de nombreux cas, la feuille examinée par transparence, tout en ayant des parties de couleur beige, est assez bien caractérisée par l'adjectif « translucide ». Dans ces papiers très minces, les traces de la forme peuvent être extrêmement visibles mais, dans certains papiers translucides, elles sont comme effacées et rendues illisibles par cette translucidité34. Dans d'autres papiers d'Asie centrale, les vergeures paraissent très épaisses, comme dans le papier du manuscrit copié à Balkh dont il a été question plus haut, et elles sont, là aussi, souvent verticales. Ces papiers sont comme les héritiers des papiers de Samarcande, avec cette différence, on l'a vu, qu'ils sont très clairs et même « translucides ».

Les papiers de chancellerie au XVe siècle

  • 35 Selon l'auteur du texte contenu dans le manuscrit Arabe 4339 de la BNF (f. 177v), on utilisait rare (...)

47Alors que les papiers italiens envahissent les pays producteurs de papier arabe dès le XIVe siècle, il existe des sources du XVe siècle qui apportent un témoignage très détaillé sur la permanence de l'utilisation du papier arabe dans les services officiels de l'administration et la chancellerie, dont il a été question à plusieurs occasions. Ces sources ont été peu exploitées dans les études récentes sur le papier alors que, pour des raisons de sécurité et de prestige35, on utilisait peut-être dans ces services des papiers particuliers.

  • 36 Dont la première édition en 14 volumes date de 1913-1920.
  • 37 Arabe 4439.

48Deux livres ont été écrits sur le sujet dans l'Egypte mamelouke du XVe siècle, par des personnages qui semblent avoir tous deux été des familiers du dîwân al-inshâʼ (bureau des correspondances). Le Ṣubḥ al-aʻshâ36, achevé en 1412 par al-Qalqashandî, n'a pu être utilisé, parmi les arabisants les plus éminents qui se sont intéressés à la question, que par A. Grohmann (1960). Ceux qui l'avaient précédé, comme Karabacek, n'avaient eu connaissance que d'un texte anonyme et sans titre contenu dans un manuscrit de la BNF37, par l'intermédiaire de la traduction française de Quatremère. Catalogué sous le tire Dîwan al-inshâʼ, ce livre est postérieur à 1430, c'est-à-dire qu'il est un peu plus tardif que celui d'al-Qalqashandî.

49À la lecture de ces textes, on voit que dans les bureaux de la chancellerie du XVe siècle, et déjà à l'époque du califat de Bagdad, à laquelle ces textes se réfèrent, le papier était défini par son format et le nom même de plusieurs d'entre eux est simplement celui d'un format. Celui-ci varie selon le type d'acte ou de document et, surtout pour les correspondances officielles, en fonction du rang du destinataire plus celui-ci est élevé, plus le format de la feuille est grand. Le Dîwân al-inshâʼ précise (Arabe 4439 f. 178) que « la dimension du papier est proportionnée à l'élévation de la place, et non pas à celle du titulaire » (traduction de Quatremère, 1836 cxxxvii).

  • 38 Le papier fabriqué traditionnellement en Syrie avait joui d'un prestige particulier, et il demeurai (...)

50En plus du « papier de Bagdad », sur lequel on a peu de renseignements précis car ce qu'on désigne par baghdâdî au Caire semble se référer à un format, les deux auteurs consacrent un développement spécial aux papiers « syriens » (les papiers shâmî). On peut se demander s'il s'agit de papiers fabriqués sur place et importés par la chancellerie mamelouke, mais cela paraît peu vraisemblable et on verra (cf. le n° 8 de la colonne de droite du tableau ci-dessous) qu'il semble qu'on ait utilisé dans la chancellerie mamelouke un seul papier shâmî, et qu'il s'agisse là aussi d'un type de format38.

51Il paraît donc important de commencer par rassembler les renseignements sur les formats des papiers de chancellerie en Egypte. Le sujet mérite une recherche approfondie, et il s'agira ici plutôt d'une évaluation du travail à accomplir dans cette direction que d'une étude achevée.

Le vocabulaire et l'échelle des formats

52Avant de passer à l'énumération des formats de papier dans la chancellerie mamelouke, il paraît nécessaire de faire quelques remarques sur le vocabulaire technique utilisé.

  • 39 À comparer avec Quatremère (1836 CXXXll).
  • 40 L'acception « papier » pour qirtâs est encore habituelle aujourd'hui en Syrie, et, selon l'auteur d (...)

53Le mot qatʻ peut, dans tous les contextes semble-t-il, être traduit par « format » (ou « formatage »)39. Le papier lui-même est généralement appelé waraq, mais parfois aussi qirṭâs, qui désignait à l'origine le papyrus, mais qu'on a employé par la suite, par extension, pour « papier ».40

  • 41 Du grec tomarion. Le ṭûmâr désignait en principe, à l'origine, le 1/6c d'un rouleau de papyrus.

54La feuille entière (avant toute découpe et peut-être même telle qu'elle sortait de la forme du papetier) est désignée chez nos auteurs, dans le strict contexte des formats, par le mot ṭûmâr41. Dans les autres contextes, comme ils le précisent (al-Qalqashandî, 1987 VI, 180 voir aussi Arabe 4439 f. 177v) « la feuille aujourd'hui est appelée farkha » (al-murâd bi-l-ṭûmâr al-waraqa l-kâmila, wa-hya al-muʻabbar ʻanhâ fi zamâninâ bil-farkha).

  • 42 Al-murâd bil-darj fi-l-ʻurf al-ʻâmm al-waraq al-musṭatîl al-murakkab min ʻiddat awṣâl, wa-hwa fî ʻu (...)

55D'une façon générale, les formats concernent non pas des « feuilles » mais des durûj (pluriel de darj). La racine comprend la notion d'enroulement, et un darj est sans doute, une fois écrit et expédié, un « rouleau ». Ici, le darj est simplement le support de ce qui sera plus tard acte ou missive. Dans nos sources c'est « un waraq musṭatîl (une feuille « rectangulaire » ou, peut-être, « allongée ») composé de plusieurs awṣâl » (al-Qalqashandî, 1987 1, 173 Arabe 4439 f. 109)42. Il faut donc, pour comprendre ce qu'est le darj, s'assurer d'abord du sens de waṣ (singulier de awṣâl).

  • 43 Il me semble que le darj est un rouleau à déroulement vertical fait de plusieurs feuilles qui se di (...)

56L'acception technique de waṣl pose des problèmes et aucun des dictionnaires que j'ai consultés ne propose de solution satisfaisante. La difficulté est en partie résolue quand on s'aperçoit que, en réalité, le mot désigne deux choses différentes. Dans la phrase qui précède, il a le sens de feuille (ou peut-être de « découpe ») de papier destinée à être raccordée par collage – le collage, l'assemblage sont les notions de base de la racine – à un ou plusieurs autres awṣâl pour former un darj. De ce fait, le darj est un rouleau de papier à déroulement vertical résultant de l'assemblage de plusieurs waṣl-s de même largeur43.

  • 44 ʻArḍ darjihi dhirâʻ wâḥid... wa-ṭûl kull waṣl min al-darj al-madbkûr dhirâ' wa-niṣf.

57Le darj a une longueur indéterminée puisqu'il peut avoir été allongé par plusieurs awsâl, si bien que, la plupart du temps, lorsqu'al-Qalqashandî parle des formats des papiers, il donne seulement, comme dimension, la largeur du darj. Et lorsque, à une occasion, il précise la longueur du baghdâdî complet (1987 VI, 181), il donne non pas la longueur du darj mais celle du waṣl44qui, lui, semble avoir une longueur fixe pour chaque format.

58La deuxième acception de waṣl est la ligne qu'on laisse en blanc, par exemple pour aérer une missive, qu'on peut traduire par « ligne blanche » ou « alinea » dans certains cas. La hauteur de ce « blanc » dépend du format de la feuille par exemple, il peut être soit de deux soit de trois lignes dans le format ordinaire ou le (petit) manṣûrî (al-Qalqashandî, 1987 VI, 187).

59L'exposé le plus systématique d'al-Qalqashandî sur le format des papiers utilisés dans la chancellerie mamelouke se lit au volume VI (p. 180-184), mais on trouve dans d'autres parties de son livre des exposés qui le complètent (ou le compliquent), par exemple lorsqu'il explique le type d'écriture qu'il faut adopter pour chaque format, ou encore lorsqu'il indique le nombre de lignes blanches (awsâl) qu'il faut laisser entre les différents éléments d'une missive.

  • 45 Id., dans le manuscrit de Paris, f. 177.
  • 46 Il pourrait s'agir de Muhammad b. ʻAlî al-Madâʼinî (135-215 ou 225), mais il est presque toujours n (...)

60À l'origine des formats des papiers de chancellerie, explique-t-il pour commencer45, il y a une échelle de mesures qui remonte « au temps des califes ». Elle provient d'un auteur d'époque abbasside dont l'identité pose un problème, Muhammad b. 'Alî (mais le plus souvent b. 'Umar), al-Madâʼinî46, auteur d'un livre (malheureusement perdu) intitulé Le Livre du calame et de l'encre, qui dit ceci 

« on employait, pour écrire aux califes les deux tiers d'une feuille (ṭûmâr) de papier (qirṭâs), aux émirs une demi-feuille, aux intendants et aux secrétaires un tiers de feuille, aux commerçants et personnages de même rang un quart de feuille, et aux spécialistes des calculs et arpenteurs un sixième de feuille. »

61Al-Qalqashandî commente cette citation de la façon suivante : « on a là l'échelle des formats de papier dans l'ancien temps : deux-tiers, demi, tiers, quart et sixième ». Il ajoute que c'est de cette échelle que s'inspirent toujours les formats de papier du bureau des correspondances en Egypte. Il est intéressant de noter qu'il ajoute ensuite, à propos d'al-Madâʼinî :

« il est clair qu'il veut parler du format baghdâdî, qui se prête à ce type d'échelle de dimensions contrairement au shâmî, parce que Bagdad était alors le siège du califat il ne convenait pas de mesurer à partir d'un autre papier, étant donné qu'il avait toutes les qualités. »

62Ainsi, le baghdâdî, qui a signifié d'abord « de Bagdad » avant de devenir le nom du format-étalon pour le papier, ne s'appelait probablement pas ainsi chez al-Madâʼinî, et n'aurait pris ce nom qu'en s'exportant.

Les papiers égyptiens

63Les deux auteurs, à propos des papiers « utilisés aujourd'hui dans le dîwân al-inshâʼ », sont d'accord sur le nombre de formats. Mais ils ne donnent pas toujours leur nom sous sa forme la plus développée et la plus explicite, et les formats, dans les deux listes, ne concordent pas exactement. Les mesures sont exprimées en coudées des étoffes du Caire (une coudée = 48,8 cm) mais on a aussi comme mesures le doigt, le carat et l'empan. On s'est efforcé de les présenter le plus clairement possible dans le tableau ci-contre.

64Ce tableau comparatif appelle quelques commentaires sur le vocabulaire, sur le nombre de formats total utilisé dans la chancellerie, sur les différences que l'on observe entre les deux tableaux.

65Le mot ṭûmâr, dans le sens de feuille complète, est bien attesté dans la chancellerie mamelouke du XVe siècle. Le format le plus grand chez l'auteur du Dîwân al-inshâʼ est absent chez al-Qalqashandî à cet endroit de son livre, mais il le connaît et l'avait mentionné plus haut, dans le développement qu'il avait consacré aux écritures qui conviennent à chaque format (1987 III, 54) de sorte que, alors qu'il avait annoncé que le papier utilisé par la chancellerie égyptienne se présentait sous neuf formats, il connaît dix formats – mais on peut penser que le plus grand n'était utilisé qu'en des circonstances exceptionnelles. Le nom le plus complet de ce format est « ṭûmâr complet du manṣûrî » (feuille entière de manṣûrî), mais ce nom est parfois abrégé en ṭûmâr complet, en ṭûmâr al-manṣûrîou même en manṣûrî tout court (n° 5 de la colonne de droite), et ceci alors que la chancellerie utilise deux papiers de format différent appelés manṣûrî (le premier et le n° 7 de la colonne de droite).

  • 47 Voir le n° 3 du Subb et les remarques qui suivent le tableau.
  • 48 Dont l'auteur tient peut-être, comme il l'a fait cf. tableau, (n° 2) à signaler un format qui avait (...)

66Al-Qalqashandî est le seul à parler d'un (petit) manṣûrî, qui a une largeur d'un quart de coudée, et chez lui le papier ordinaire a pour largeur un sixième de coudée. Ces deux formats sont confondus en un seul chez l'auteur du Dîwân al-inshâʼ, qui connaît un format ordinaire qui mesure une coudée plus un carat. Il y a donc chez al-Qalqashandî deux petits formats, dont aucun ne correspond à celui du Dîwân al-inshâʼ de Paris47.48

  • 49 Chez les deux auteurs, il semble que pour le « petit format » (utilisé pour les dépêches) on emploi (...)

67Il semble y avoir eu, comme feuilles complètes employées dans la chancellerie en Egypte, le manṣûrî complet, le baghdâdî complet et le shâmî complet. On a aussi le format ordinaire (qatʼal-ʼâda) et le (petit) manṣûrî, et encore un papier très fin, le papier des dépêches et celui du courrier par pigeon (les deux se confondent semble-t-il par la qualité, mais diffèrent par le format49). La chancellerie se serait donc peut-être approvisionnée, chez le papetier, en six types de papier. À ce propos, l'auteur du Dîwân al-inshâʼ (Arabe 4439, f. 178v), ajoute à la fin de la présentation des formats des papiers de la chancellerie cette remarque importante :

  • 50 Est-ce le nom d'une entreprise elle aussi placée sous contrôle 

« Tous ces papiers de format bien arrêté sont mis sur le compte du Dîwân al-inshâʼ et sont payés sur ordre du Secrétaire d'État (Kâtib al-sirr) à la Teinturerie de la soie au Caire50... »

Agrandir

68Si ma lecture de ce passage délicat (à comparer avec celle de Quatremère, 1836 cxxxvii) est bonne, cela signifierait qu'on a le nom de l'endroit où la chancellerie mamelouke du Caire se fournissait en papier.

69Une fois arrivé à la chancellerie, le papier restait sous surveillance, et l'auteur du Dîwân al-inshâʼde Paris dit, à propos du « tiers » (sans doute le papier le plus courant) :

  • 51 Sans doute le personnage affecté à la distribution du papier dans les bureaux de la chancellerie.
  • 52 Je lis (comme Quatremère me semble-t-il), rizma au lieu de la mizra du copiste.

« Le papier de ce format n'est jamais découpé ni assemblé par collage que par le warrâq51de la chancellerie. Celui-ci ne sort jamais de feuille de la rame52 de papier que pour la donner à celui qui doit la recevoir, et seulement sur ordre du Chef du dîwân. Le formatage du papier (qaṭʻ al-waraq) est du ressort du fonctionnaire qui en a la charge, jamais d'un suppléant » (f. 178).

70Ceci semble vouloir dire que le « tiers » était reconnaissable, et que, d'un usage très courant pour les documents administratifs, il était particulièrement important d'éviter qu'il ne soit utilisé par des faussaires.

Papiers des correspondants de la chancellerie et des particuliers

71On trouve chez nos auteurs, en plus des formats des papiers de chancellerie, quelques indications sur le papier utilisé par les correspondants de la chancellerie.

72Selon le manuscrit de Paris, les princes étrangers choisissaient, pour correspondre avec la chancellerie, plutôt du baghdâdî s'ils le pouvaient (Arabe 4439 f. 177). Il ajoute que, lorsque le papier de Bagdad vint à manquer (on ne sait malheureusement pour quelle raison), on fabriqua à Damas un papier qui lui ressemblait de près. On aimerait savoir si ce papier conservait dans ce cas son appellation, ce qui expliquerait pourquoi il n'est pas rare que les copistes disent avoir utilisé du baghdâdî (par ex. Quatremère, 1836 CXXXII-CXXXIII, note 214).

73En Égypte même, selon al-Qalqashandî (1987 XIV, 364), les correspondants de la chancellerie utilisaient du papier de format ordinaire (qaṭʻ al-ʻâda), ou du papier baladî (« du pays »). Les correspondants syriens utilisaient du waraq shâmî, mais il existait, à côté du shâmî de couleur ordinaire un shâmî de couleur rouge, qu'avaient seuls le privilège d'utiliser les représentants du sultan à Damas et à al-Karak pour leur correspondance officielle (al-Qalqashandî, 1987 VIII, 56). Le papier baladî est à nouveau mentionné par al-Qalqashandî à propos des autorisations de prononcer des fatwa-s et d'enseigner (ijâzât bil-futyâ wal-tadrîs) délivrées par des cheikhs à leurs disciples elles étaient d'ordinaire écrites sur un papier de bonne largeur (yuktab fi qat' 'arid) qui était du shâmî « ou toute autre sorte de baladî » (wa-naḥwahâ min al-baladt) (1987 XIV, 364).

74En dehors de la chancellerie, on utilisait donc trois sortes de papiers : deux papiers qui portaient un nom qu'on retrouve parmi ceux dont se servaient les bureaux de la chancellerie (le baghdâdî et le papier ordinaire appelé qaṭʻ al-'âda), et un troisième, dont la chancellerie n'avait pas l'usage le baladî.

Papiers de librairie

75À ce stade de la recherche les sources, on le voit, donnent à la fois à penser que les papiers utilisés dans les services de l'administration et de la chancellerie étaient fabriqués spécialement pour eux, et que certains papiers pouvaient être communs avec ceux des particuliers et donc des libraires. Il serait donc intéressant de réussir à comparer concrètement papiers de chancellerie et papiers de librairie.

76Le seul point sur lequel la comparaison peut porter actuellement est le format, car on a la chance de disposer des observations de Jean Irigoin (1993 303-4), qui nous apprend que le papier utilisé pour la confection des livres au Proche-Orient, à partir du IXe siècle, se présentait sous trois formats qui se situent (par reconstruction) dans les limites suivantes :

  • grand format   660-720 mm x 490/560 mm   (format proche du baghdâdî)

  • format moyen   490/560 mm x 320/380 mm   (format proche du « 2/3 »)

  • petit format   320/370 mm x 235/280 mm   (format proche du « 1/2 »)

77Il ajoute qu'en librairie, les dimensions de chaque feuille sont telles que la largeur d'un format donné est égale à la longueur du format directement inférieur et à la moitié de la longueur du format directement supérieur, ce qui revient à dire que la surface de la feuille est doublée quand on passe d'un format au format supérieur, et que les différents formats sont ainsi aisément compatibles, par l'intermédiaire du pliage. Contrairement à ce qu'on a vu pour les papiers des bureaux officiels, les feuilles de papier ne sont jamais obtenues par collage et leur longueur, qui est fixe, se trouve dans un rapport bien défini avec leur largeur.

  • 53 Dans une communication récente (Melcom, 2001), F. Bauden a indiqué que les archives, détruites en p (...)

78Si on compare ces formats avec ceux des papiers de chancellerie, ou du moins leurs largeurs, on s'aperçoit que la largeur du baghdâdî, qui équivaut à une coudée, est de 488 mm, alors que la largeur du plus grand des formats d'Irigoin est de 490 mm au minimum tout en paraissant proches à première vue, les deux formats sont donc incompatibles en réalité, et le baghdâdî employé dans la chancellerie égyptienne ne pouvait être utilisé au XVe siècle pour obtenir du papier de librairie du plus grand format53. Il faudrait toutefois mieux connaître les formats des autres papiers, en particulier ceux qu'on fabriquait en Syrie, où la coudée (de 70 cm environ) n'est pas la même que celle du Caire, pour voir si les formats des papiers arabes de librairie et de chancellerie sont réellement incompatibles.

79Les textes arabes et l'observation codicologique apportent ainsi leur lot de renseignements. On a vu que deux auteurs anciens, Ibn al-Nadîm et al-Jâḥiẓ., distinguaient différentes sortes de papier de librairie que nous ne sommes plus en mesure de reconnaître aujourd'hui. On a vu aussi que les secrétaires qui travaillaient dans le bureau des correspondances de la chancellerie mamelouke savaient opérer des distinctions – qui nous échappent pour le moment – entre les papiers qu'on y employait. La codicologie pour sa part a permis elle aussi d'opérer des distinctions, surtout entre les papiers utilisés en librairie, et de commencer à proposer des typologies. Mais les concordances entre les renseignements fournis par les textes et par l'observation des papiers sont rares. L'écart entre les deux séries reste considérable et donne la mesure du chemin qui reste à parcourir, dans un domaine encore insuffisamment exploité. De ce fait, chaque découverte, source inédite – comme la recette de fabrication publiée par Adam Gacek dans les pages qui suivent – ou observation nouvelle est précieuse parce qu'elle fait naître des interrogations plus précises et donne de nouvelles chances d'unifier nos connaissances.

Haut de page

Bibliographie

ABBOTT N., 1972, Studies in Arabie Literary papyri, IIILanguage and literature, Chicago, The Univ. of Chicago Press, XVI-216 p.

AL-MANONI M., 1991, Taʼrîkh al-wirâqa al-maghribiyya, al-Ribât, publ. de la Faculté des lettres et Sciences humaines de Rabat (Études et recherches 2), 358 p.

ARBERRY A.J., 1956, A Handlist of the Arabic manuscripts, t. II, Dublin, Emery Walker, 135 p. -70 pl.

BEIT-ARIÉ M., 1996, « The oriental arabic paper », Gazette du livre médiéval 28, 9-12.

— 1999, « Quantitative Typology of oriental Paper Patterns », in M. Zerdoun Bat-Yehouda (dir.), Le papier au Moyen Age Histoire et techniques, Turnhout, Brepols, 4 1-53.

BLACHÈRE R. et DARMAUN H., 1957, Extraits des principaux géographes arabes du Moyen Âge, Paris, C. Klincksieck, 391 p.

BRIQUET CH-M., 1955, « Le papier arabe au Moyen Âge et sa fabrication », in Briquet's Opuscula, The Complete work of Dr C. -M. Briquet without Les filigranes, in E. J. Labarre (éd.), Hilversum, Paper Publications Society, 129-158.

DÉROCHE F., 2000, Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, Paris, Bibliothèque nationale de France, 413 p.

DROUIN E., 1895, « Mémoire sur les Huns Ephtalites dans leurs rapports avec les rois Perses Sassanides », Le Muséon XIVII, p. 73-84,141-161, 232-247, 278-288.

GACEK A., 2001, The Arabic Manuscript Tradition, A glossary of technical Terms and Bibliography, Leiden, E. J. Brill, 269 p.

GROHMANN A., 1967, Arabische Paläographie I, Wien, Kommissionsverlag der österreichischen Akademie der Wissenschaften in Wien, XVIII-54 p. -22 pl.

HUMBERT G., 1998, « Papiers non filigranes fabriqués au Moyen-Orient jusqu'en 1450, Essai de typologie », Journal Asiatique 286/1, 1-54.

— 1999, « Un papier fabriqué vers 1350 en Égypte », in M. Zerdoun Bat-Yehouda (dir.), Le papier au Moyen Age Histoire et techniques, Turnhout, Brepols, 61-73.

HUNTER D., 1991, Papermaking, the history and technique of an ancient craft, New York, Dover Publications Inc., XXIV-611-XXXVII p.

IBN ABÎ ZARʻ, Ants al-muṭrib bi-rawḍ al-qirṭâs fî akhbâr muluk al-maghrib wa-taʼrîkh madînat Fâs, manuscrit BNF, Arabe 1868.

IBN AL-NADÎM, 1964, Kitâb al-Fihrist mit Anmerkungen herausgegeben von G. FliigeL, Bayrût, Khayats, VIII-278 -320 p.

IRIGOIN J., 1993, « Les papiers non filigranes, État présent des recherches et perspectives d'avenir », Ancient and Medieval Book Materials and Techniques, M. Maniaci et P. F. Munafò (dir.), Città del Vaticano, Biblioteca apostolica vaticana (Studi e Testi, 357-358), I, 265-312.

AL-JÂHIZ, 1940, Kitâb al-ḥayawân, t. IV, Le Caire, Maktabat Muṣṭafa l-Bâbî l-Ḥalabî, 536 p.

KARABACEK J. VON, 1991, Joseph von Karabacek, Arab Paper 1887, tr. anglaise par D. Baker, London, [s.n.], 93 p.

LE LÉANNEC-BAVAVÉAS M.-T., 1999, « Zigzag et filigrane sont-ils incompatibles Enquête dans les manuscrits de la Bibliothèque nationale de France », dans M. Zerdoun Bat-Yehouda (dir.), Le papier au Moyen Age Histoire et techniques, Turnhout, Brepols, 119-133.

LOVEDAY H., 2001, Islamic paper, A study of the Ancient craft, s. 1. [Londres], The Don Baker Memorial Fund, 90 p.

NASIR-I KHOSRAU, 1881, Sefer nâmeh, Relation de voyage de Nassiri Kbosrau en Syrie, en Palestine, en Egypte, en Arabie et en Perse, éd. Ch. Schefer, Paris, E. Leroux, I, LVlII-348-98 p.

AL-QALQASHANDÎ, 1987, Ṣubḥ al-aʻshâ fî ṣinâʻat al-inshâʼ, Bayrût, Dâr al-kutub al-ʻilmiyya, XIV vol.

QUATREMÈRE M., 1836, Histoire des mongols de la Perse écrite en persan par Rashid-eldin, publiée, traduite en français, accompagnée de notes et d'un mémoire sur la vie et les ouvrages de l'auteur, I, Paris, Impr. royale, [VIII-] CLXXV-450 p.

AL-THAʻÂLIBÎ, 1867, Latâʼif al-maʻârif, Leiden, E.J. Brill,XLI-158 p.

VALLS I SUBIRÀ O., 1970, Paper and watermarks in CatalonialEl papel y sus filigranos en Catalunya, Hilversum, Paper Publications Society, XXXIV-475 p., pi. et cartes.

TEKIN Ș., 1993, Eski tiirklerde, Yaz, kâğit, kitap ve kâğit damgalan, Istanbul, Eren Yayıncılık ve Kitapçılık, 136 p.

VELKOV A. et ANDREEV S., 1983, Filigranes dans les documents ottomans. I : trois croissants, Sofia, Narodna biblioteca Kiril i Metodii 79 p.-CCLX pl.

YÂQÛT al-RÛMÎ, 1927, Irshâd al-arib li-maʻrifat al-adîb, éd. Margoliouth, Londres/Le Caire, Luzac & co., XIII-249 p. (t. Ill), X-583 p. (t. V).

— 1956, Muʻjam al-buldân, Bayrût, Dâr Ṣader, II (fasc. 5-8), 422 p.

ZERDOUN BAT-YEHOUDA M., 1999, « Enquête sur les papiers non filigranés des manuscrits hébreux datés antérieurs à 1300 », in M. Zerdoun Bat-Yehouda (dir.), Le papier au Moyen Âge : histoire et techniques, Turnhout, Brepols, 85-99.

Haut de page

Notes

1 Dans son dernier livre, A. Gacek (2001), a bien voulu annoncer la parution de cet article, dont le titre provisoire était « Le papier arabe : un état de la recherche ».

2 Le manuscrit Arab 3315 de Dublin, qui aurait été copié au Ve/XIe siècle selon Arberry (1956 31), est la plus ancienne copie connue du Fihrist. Il contient ici une variante par rapport au texte édité il ne s'agit pas de papier de la Tihâma (waraq tihâmî), mais de parchemin de la Tihâma (raqq tihâmî).

3 Il serait mort exactement le dimanche 2 novembre 990, si on en croit une note d'al-Maqrîzî inscrite sur la page de titre du Fihrist de Dublin.

4 Abû l-Aswad al-Duʼalî (m. en 688).

5 On trouve du papier fabriqué dans ces régions dans des livres arméniens, coptes, grecs, hébreux, persans, syriaques, turcs, espagnols et latins d'Espagne.

6 Mort en 869.

7 Sur une fabrication ancienne de papier à Samarcande dans une monastère manichéen, voir F. Déroche (2000 57).

8 Mort en 1038

9 Par H. Vetch, que je remercie.

10 Trouvés au XXe siècle par P. Pelliot dans la grotte de Dunhuang, à l'extrémité occidentale de la province de Gansu en Chine.

11 Ville du nord de l'Afghanistan actuel.

12 Mort en 826 environ.

13 Karabacek (1991 54) en déduit que la page mesurait 240 xl60 mm, et la feuille 320 x 240 mm.

14 Al-Marzubânî était originaire du Khorâsân.

15 Du nom du sultan qui régna sur l'Ifrîqiyâ de 1016 à 1062, qui en fut le dédicataire.

16 Nommé Muhammad b. Zubayda dans le texte.

17 Je n'ai vu aucun de ces papiers à ce jour.

18 Ce qui fait sans doute référence à un produit peu cher et d'un usage courant chez les Égyptiens.

19 Ville de la province de Valence.

20 Ḥajar li-ʻamal al-kâghid(Ibn Abî Zar', ms. BNF Arabe 1868 f. » 18,1. 17-18).

21 Voir à ce propos la dernière partie du livre de H. Loveday qui vient de paraître.

22 Malgré l'inconvénient, dans le cas des papiers de librairie, du rognage.

23 Arabe 6630.

24 Valence est définitivement reconquise par le roi d'Aragon en 1239-40, Játiva en 1248.

25 Il s'agit du manuscrit D 529. Je remercie M.-G. Guesdon d'avoir bien voulu me communiquer ces renseignements.

26 Arabe 1258.

27 La date a peut-être été retouchée.

28 Arabe 155.

29 Arabe 1292, copié en 957/1550-1551, peut-être en Turquie.

30 C'est le cas par exemple du manuscrit de la BNF, Arabe 6499, copié en 1212, peut-être à Séville.

31 Faruk Bilici me signale qu'on emploie en turc le mot beyaz (au lieu de kâgit) pour parler du papier qu'on utilise pour les écrits déjà mis au propre (par opposition au papier brouillon).

32 Arabe 7264.

33 F. Richard m'indique que la fabrication de papier, dans les pays musulmans d'Asie centrale, semble s'être interrompue au moment de leur intégration à l'URSS, et que les papiers qui, dans certains manuscrits arabes, portent une sorte de marque de fabrique obtenue à l'aide d'un timbre sec à caractères cyrilliques, ont été fabriqués en URSS. Ils paraissent plus fréquents dans les manuscrits persans, copiés jusque dans les Balkans. On en a un exemple dans le papier d'un manuscrit arabe conservé à l'École nationale supérieure de la rue d'Ulm à Paris (ENS 138).

34 Sous l'effet d'un lissage particulier 

35 Selon l'auteur du texte contenu dans le manuscrit Arabe 4339 de la BNF (f. 177v), on utilisait rarement le papier de Damas dans la chancellerie mamelouke parce que ses correspondants étaient très sensibles au prestige du papier égyptien.

36 Dont la première édition en 14 volumes date de 1913-1920.

37 Arabe 4439.

38 Le papier fabriqué traditionnellement en Syrie avait joui d'un prestige particulier, et il demeurait spécial à plusieurs égards. Nos auteurs ressentent la nécessité de lui consacrer un développement à part, quittant à cette occasion le sujet qui les intéresse les papiers utilisés dans la chancellerie mamelouke à leur époque.

39 À comparer avec Quatremère (1836 CXXXll).

40 L'acception « papier » pour qirtâs est encore habituelle aujourd'hui en Syrie, et, selon l'auteur du Muḥ îṭ al-muḥît, « al-qirṭâs al-ṣaḥîfa qabl al-kitâba ».

41 Du grec tomarion. Le ṭûmâr désignait en principe, à l'origine, le 1/6c d'un rouleau de papyrus.

42 Al-murâd bil-darj fi-l-ʻurf al-ʻâmm al-waraq al-musṭatîl al-murakkab min ʻiddat awṣâl, wa-hwa fî ʻurf al-zamân ʻibâra ʻan ʻashrîn waṣlan lâ ghayr.

43 Il me semble que le darj est un rouleau à déroulement vertical fait de plusieurs feuilles qui se distingue du tabaq, support fait d'autres feuilles (peut-être spécialement à déroulement horizontal). C'est ainsi qu'est désigné le support d'une carte de géographie dans un manuscrit de la BNF, Arabe 2324, f. 1,1. 10.

44 ʻArḍ darjihi dhirâʻ wâḥid... wa-ṭûl kull waṣl min al-darj al-madbkûr dhirâ' wa-niṣf.

45 Id., dans le manuscrit de Paris, f. 177.

46 Il pourrait s'agir de Muhammad b. ʻAlî al-Madâʼinî (135-215 ou 225), mais il est presque toujours nommé, aussi bien par al-Qalqashandî que par l'auteur du manuscrit de Paris, Muhammad b. ʻUmar al-Madâʼinî.

47 Voir le n° 3 du Subb et les remarques qui suivent le tableau.

48 Dont l'auteur tient peut-être, comme il l'a fait cf. tableau, (n° 2) à signaler un format qui avait été employé dans une circonstance exceptionnelle.

49 Chez les deux auteurs, il semble que pour le « petit format » (utilisé pour les dépêches) on emploie le papier du courrier par pigeon.

50 Est-ce le nom d'une entreprise elle aussi placée sous contrôle 

51 Sans doute le personnage affecté à la distribution du papier dans les bureaux de la chancellerie.

52 Je lis (comme Quatremère me semble-t-il), rizma au lieu de la mizra du copiste.

53 Dans une communication récente (Melcom, 2001), F. Bauden a indiqué que les archives, détruites en principe lors des changements de dynastie, étaient parfois vendues pour leur papier. Selon lui, al-Maqrîzî (m. en 1441) en avait souvent utilisé, par exemple dans un manuscrit autographe de la BNF (Arabe 2144). Ce manuscrit est fait de plusieurs papiers un papier de librairie « ordinaire », et deux papiers traversés par une ligne d'écriture de chancellerie. Le plus grand (et le plus beau) des deux mesurait, avant pliage, 498 mm x 290-298 mm (f. 163) sa largeur est donc inférieure à la largeur minimum du format moyen d'Irigoin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Humbert, « Le manuscrit arabe et ses papiers », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 99-100 | novembre 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/1174

Haut de page

Auteur

Geneviève Humbert

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page