Navigation – Plan du site
Première partie – L'injure, la société, l'islam. Une anthropologie de l'injure

L'injure comme objet anthropologique

Evelyne Larguèche
p. 29-56

Texte intégral

1Cette déclaration d'intention vient d'emblée dissiper l'éventuel malentendu auquel le terme injure, associé à celui de telle ou telle société, pourrait donner lieu. L'approche anthropologique dont il s'agit ici n'est en effet pas celle, comme on l'entend généralement, qui se donne pour objectif d'étudier une société par le biais d'une de ses manifestations qui serait l'injure, mais celle du phénomène lui-même appréhendé dans telle société. C'est donc la volonté de faire de l'injure un thème anthropologique à part entière, et non un simple instrument, qui sous-tend ce titre aux allures de manifeste.

2Si l'objet injure est le plus souvent noyé, submergé, par l'étude de la société dans laquelle il se produit, c'est aussi parce qu'il se heurte aux difficultés les plus grandes quant à sa définition et à sa délimitation. L'attrait pour ses particularités lexicales relègue au second plan - quand il ne le fait pas totalement oublier - son fondement relationnel et comportemental.

  • 1 Et qui a donné lieu à un certain nombre de publications dont trois ouvrages principaux (Larguèche, (...)
  • 2 Ce choix s'explique à la suite d'une orientation prise avec l'étude de la langue arabe, dont la maî (...)

3Pour que l'injure puisse être un objet anthropologique à part entière, il convient donc qu'il soit préalablement circonscrit, ou tout simplement que l'on sache de quoi l'on parle. Or la recherche que j'ai menée depuis de nombreuses années1 a fini par constituer une sorte de base théorique, et mon entrée au Laboratoire d'Anthropologie Sociale, au sein de l'équipe dirigée par Pierre Bonte : « Anthropologie comparative des sociétés musulmanes »2, en suscitant l'intérêt des anthropologues pour ce thème, a tout naturellement permis le prolongement de cette recherche dans le champ anthropologique et notamment l'élaboration de cette publication collective.

4Deux conditions étaient en effet nécessaires pour aborder cette anthropologie de l'injure : un intérêt particulier pour ce thème et une connaissance approfondie des sociétés concernées. Ce sont ces deux conditions qui sont ici réunies : d'une part, des chercheurs (anthropologues, linguistes, historiens) intéressés au phénomène de l'injure et disposant de sources importantes dans les sociétés qu'ils étudient et connaissent particulièrement bien et, d'autre part, une chercheuse qui, ayant fait de l'injure son objet d'étude depuis des années, peut ainsi en aborder la confrontation avec une autre culture.

5Avant donc d'en venir à l'approche anthropologique proprement dite, il nous semble important de présenter ici, ne serait-ce qu'à grands traits, les éléments de base de notre propre théorie.

Esquisse d'une théorie de l'injure

6Circonscrire l'objet injure, dans la langue française et dans la société de cette fin du XXe siècle et du début XXIe, n'est pas chose facile même si chacun de nous en a une idée plus ou moins précise et se croit prêt à en donner une définition générale. Phénomène quotidien, la diversité de ses manifestations est telle qu'il n'est pas aisé à cerner. Le terme « injure » non seulement désigne à la fois la nature d'un certain effet et ce qui est la cause de cet effet mais de plus il est le plus souvent employé avec d'autres désignations que l'on a coutume de prendre pour des synonymes. Insulte, invective, gros mot, sont sans doute les plus courants, mais on dit aussi : traiter de noms d'oiseaux, ou traiter de tous les noms, ou même de nos jours, chez les enfants et les adolescents notamment en milieux scolaires, tout simplement « traiter ».

  • 3 Au titre des « Crimes et délits contre les personnes », dans une section intitulée : « Faux témoign (...)

7Certes, l'injure constitue un délit qui figurait d'abord dans le Code pénal3, puis qui en a été extrait et se trouve défini, dans le cadre de la Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, par rapport à la diffamation (art. 29) : « Toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur et à la considération de la personne est une diffamation. Toute expression outrageante, terme de mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait est une injure ». Si l'effet est le même dans les deux cas, « l'atteinte à l'honneur et à la considération », le procédé est différent puisque pour qu'il y ait injure il faut que soient utilisés des mots d'une nature particulière et n'imputant aucun fait.

8En dehors de ce cadre relativement bien circonscrit, l'injure au quotidien, plus orale qu'écrite, plus comportementale, plus spontanée et immédiate, est le plus souvent synonyme de violence verbale, qu'elle soit associée à la violence physique ou au contraire qu'elle s'en distingue comme un moindre mal.

9Le langage courant semble avoir trouvé un moyen pour s'y retrouver : il emploie généralement le singulier, l'injure, pour désigner un effet mal défini mais ressenti comme ce qui blesse, et le pluriel, les injures, pour désigner des actes (gestes, comportements, etc.) ou des mots tout aussi mal définis, appelés tantôt insultes, gros mots, invectives, jurons, obscénités, ou encore noms d'oiseaux, dont l'effet est alors ressenti comme ce qui choque.

10Ainsi, l'injure choque parce que ce qu'elle dit ou fait est réprouvé par la société ; l'injure blesse parce que la personne qui en est la cible est présentée, par ce qui est dit ou fait, de façon péjorative et négative, et voit ainsi son image « salie ». L'injure peut néanmoins choquer sans blesser quand les mots et les actes sont utilisés sans viser directement (ou indirectement) une personne. C'est le cas des nombreux lexiques, anthologies, recueils, dictionnaires, florilèges, qui sont dits « d'injures » parce qu'ils exhibent ce qui est fortement réprouvé par la société, mais qui ne s'en prennent à personne sinon à la morale ou ce qu'il est convenu d'appeler la bienséance, et qui le plus souvent sont destinés à partager le plaisir d'une certaine transgression avec le lecteur. A l'inverse, l'injure a toutes chances de choquer et de blesser si les mots ou les actes visent directement, ou même indirectement, une personne. Mais il est évident aussi que l'injure pourra tout à fait blesser sans choquer, sans dire ni faire quoi que ce soit de réprouvé par la bienséance, en ayant recours éventuellement aux procédés de l'allusion ou de l'insinuation par exemple, ou tout simplement en connaissant particulièrement bien ce qui est censé blesser la personne visée, en sachant ce qu'elle redoute le plus de s'entendre dire ou de se voir dévoiler, et cela sans que jamais ne soit employée la moindre expression choquante.

11Il faudrait ajouter, même si aucune définition ne le mentionne, que l'injure peut faire rire, à condition bien sûr qu'elle ne nous concerne pas.

12Qu'est-ce qui fait qu'il y a injure ou non, et, dans l'affirmative, à quoi tient l'« effet injure » ? C'est la question par laquelle nous avons abordé ce phénomène pour tenter d'y voir un peu plus clair.

13Cette méthode relevant de la « pragmatique » a permis de repérer trois grandes configurations-types qui rendent compte des différentes situations de communication dans lesquelles s'effectue ce que nous appelons l'injure « en acte » (à ne pas confondre avec le pluriel, en actes, qui s'oppose alors à : en mots).

14Ainsi, lorsqu'un injurieur (celui qui prononce l'injure) s'adresse à un injuriaire (celui à qui s'adresse l'injurieur) à propos d'un injurié (celui dont parle l'injure) : c'est l'injure référentielle, car l'injurié dans le discours est le « référent », et l'injurieur ne s'adresse pas directement à lui mais à l'injuriaire. La relation est ici, schématiquement, de type triangulaire.

15Ou bien, lorsqu'un injurieur s'adresse à un injuriaire qui est en même temps l'injurié : c'est l'injure interpellative. La relation est ici duelle.

16Ou encore, lorsqu'il n'y a ni injuriaire, ni injurié, et dans laquelle l'injurieur est un jureur car il ne s'adresse à personne : c'est le juron. Il n'y a donc pas ici de relation.

17Il ne s'agit pas de distinctions cloisonnées mais d'un continuum dans lequel variantes et anomalies viennent s'insérer, notamment dès que l'on prend en considération un rôle capital et qui n'est pour ainsi dire jamais évoqué, celui du témoin. Les frontières sont alors beaucoup plus difficiles à tracer et la complexité des relations se révèle du même coup de façon plus évidente. Qu'on prenne le cas, par exemple, d'un face-à-face télévisé qui correspond à la configuration de l'injure interpellative (un injurieur s'adresse à un injuriaire qui est en même temps l'injurié), il est manifeste que le témoin (dans ce cas, les téléspectateurs), bien qu'il ne soit pas l'injuriaire, représente cependant celui qu'il s'agit de convaincre, et l'on est alors au plus proche de l'injure référentielle. Qu'on pense aussi à la situation classique de deux personnes qui s'injurient, correspondant donc à la configuration de l'injure interpellative, la présence d'un (ou de plusieurs) témoin, pourra tout à fait amener l'injurieur à employer des attaques destinées davantage à mettre de son côté ce témoin, plutôt qu'à chercher à véritablement blesser l'injurié. Il n'en demeure pas moins que si, dans un cas comme dans l'autre, il est certes important de considérer cette dimension proche de l'injure référentielle, la situation est celle de l'injure interpellative, et que le contact direct qu'elle met en scène entre l'injurieur et l'injurié demeure capital. Et cela, parce que la seule présence de ce témoin, qu'il s'agisse ou non d'obtenir son adhésion, aura forcément un effet : d'une part, sur l'injurié, du fait que celui-ci se verra injurié devant quelqu'un ; d'autre part, sur l'injurieur, qui sera enclin à faire une démonstration de puissance. Ainsi ce qui pourrait s'accepter entre quatre yeux, devient intolérable dès qu'il y en a six, et on comprend qu'une injure apparemment anodine puisse prendre tout à coup un certain caractère de gravité.

18La présence d'un témoin peut aussi tout bouleverser même dans la situation du juron, car le jureur (celui qui prononce les jurons) pourra prendre un rôle d'injurieur, que ce soit en faisant du témoin un injurié, une personne qu'il entend choquer par ses paroles, ou en le prenant comme un injuriaire qu'il espère s'allier contre un injurié nommément désigné ou imaginaire. Quand les enfants prononcent injures, jurons et gros mots, devant leurs parents et sans s'adresser directement à eux, c'est bien le plus souvent pour les choquer et attendre leur réaction. Et quand, par exemple dans le métro, quelque personne furieuse et plus ou moins ivre vocifère et décharge un torrent de jurons mêlé d'injures contre telle ou telle fonction (les « flics » en général), telle ou telle catégorie sociale (les « friqués », les « bourges », etc.), n'est-ce pas d'une certaine façon pour mettre de son côté d'autres mécontents ?

19Ce ne sont là que des cas simples mais il y en a d'autres beaucoup plus complexes dans lesquels il est parfois difficile de savoir à quelle situation de communication l'on a précisément affaire. Prenons le cas, par exemple, d'une configuration d'injure référentielle dans laquelle l'injurieur fait une allusion injurieuse que seul peut comprendre l'injuriaire, et non l'injurié, celui qui est précisément concerné par l'allusion. On se retrouve ainsi dans le type de situation d'une injure référentielle dans laquelle l'injurié ne serait pas présent, et où il convient de se demander dans quelle mesure on peut encore parler d'injure. En revanche, que l'allusion soit comprise uniquement de l'injurieur et de l'injurié, et la situation sera proche de celle de l'injure interpellative, avec cependant cette différence importante, que l'injurié n'étant pas injurié devant l'injuriaire (qui n'a pas compris), peut faire semblant d'ignorer l'allusion.

20On voit ainsi que ce premier niveau d'analyse permet de déterminer dans quelle mesure l'injure en acte remplit la condition - essentielle selon nous - de la présence de l'injurié (ou du moins de la connaissance des propos tenus sur lui). Le cas du trait d'esprit et de la médisance sont exemplaires à cet égard car ils fonctionnent apparemment comme une injure référentielle mais avec cette différence essentielle que généralement la cible, la personne qui en est l'objet, n'est pas présente ou, ce qui revient au même, n'a pas connaissance des propos tenus sur son compte, et qu'il n'y a donc pas, à strictement parler, d'injurié. La complicité peut alors jouer à plein entre l'auteur (injurieur) et l'auditeur (injuriaire) alors qu'en présence de la cible, il y aurait bel et bien effet injurieux. Il en est ainsi de façon encore plus nette avec ce que nous appelons « l'injure littéraire », celle notamment des recueils dits d'injures dans lesquels personne n'est visé, où le rôle d'injurié fait donc totalement défaut et où l'auteur peut donner libre cours à son imagination et le lecteur laisser éclater son rire en toute tranquillité. Et il en est aussi de même, mais de façon peut-être moins manifeste car les apparences sont trompeuses, avec les joutes d'injures - dites aussi « injures ritualisées » - dans lesquelles injurieur et injurié ne sont que des acteurs qui « jouent » à l'injure dans un but de compétition et pour le plaisir d'un auditoire, ce que nous nommons « l'injure spectacle ». En revanche, c'est bien parce qu'il y a présence d'un témoin que la situation du juron peut être parfois considérée comme celle d'une injure, le témoin prenant alors le rôle de l'injuriaire et de l'injurié.

21Parallèlement aux situations de communication, l'analyse des procédés dont se sert l'injure fait apparaître que plus on est du côté de la situation de l'injure référentielle, plus l'injure cherche à obtenir l'adhésion de l'injuriaire et moins elle vise à choquer ce qui risquerait de provoquer un effet contraire. Tandis qu'à l'inverse, du côté de la situation du juron, il n'y a personne à convaincre et le seul effet est donc de transgresser ce qui est sinon interdit du moins réprouvé, ou éventuellement, dans la mesure où il y a une personne présente, de la choquer. Nous avons ainsi pu constater que les procédés utilisés varient en fonction de ces situations, ou plus exactement, qu'ils se répartissent selon deux tendances qui, elles aussi, sont nettement différenciées aux deux extrêmes. Ce sont, d'une part, la tendance à spécifier, à particulariser l'attaque contre l'injurié, et d'une certaine façon à lui donner le poids d'un argument entraînant l'adhésion de l'injuriaire ; et, d'autre part, la tendance à choquer par le comportement et/ou l'emploi de termes réprouvés par la bienséance.

22La première est évidemment celle que requiert la situation de l'injure référentielle, et dans la seconde on reconnaît les procédés utilisés dans la situation du juron. La situation de l'injure interpellative est en revanche plus complexe car on y trouve les deux tendances : selon que l'injurieur veut argumenter son attaque vis-à-vis de l'injurié (et vis-à-vis du témoin s'il y en a un), ou selon qu'il veut choquer l'injurié et imposer une certaine démonstration de puissance. Argumenter son attaque vis-à-vis de l'injurié a cependant ceci de particulier que ce n'est pas l'aspect objectif qui est ici en cause - la justesse du reproche, l'évidence du défaut (ce qui fait l'argument pour l'injuriaire dans l'injure référentielle, et ici, éventuellement, pour le témoin) -, mais c'est l'aspect subjectif, c'est-à-dire la représentation négative que l'injurié craint de donner de lui-même. Ainsi, plus la susceptibilité de l'injurié à une telle représentation est grande, plus l'effet de l'argument est fort, et plus l'injurieur a connaissance de cette sensibilité, plus il est assuré de viser juste. En ce qui concerne l'autre tendance, à partir du moment où il y a un injurié et qu'il est directement visé, la dimension choquante du comportement et/ou des propos se double d'une violence que l'on a trop souvent tendance à englober sous la qualification de « violence verbale » mais qui n'en est pas moins physique (les mots sont criés, projetés, crachés, et accompagnés de toute une gestuelle désordonnée et violente) et qui se veut démonstration de puissance de la part de l'injurieur.

23De ces deux tendances on a ainsi pu déduire deux grands types d'injure : d'une part, l'injure spécifique destinée, pour dire les choses de façon caricaturale, à blesser plus qu'à choquer ; et d'autre part, l'injure non-spécifique visant au contraire, et il faut l'entendre là aussi de façon tout aussi schématique, à choquer plus qu'à blesser.

24Pourtant, dès que l'on s'intéresse de plus près à chacun de ces deux types d'injure et notamment dès que l'on confronte les procédés aux effets obtenus, on s'aperçoit que ce qui constitue le ressort de la spécificité et de la non-spécificité (que nous n'avons donc pu désigner que par la négation), tient à des mécanismes qui, alors qu'ils mettent en avant une logique rationnelle et consciente, agissent en fait selon une logique plus souterraine et plus inconsciente, par le réseau de relations qu'ils instaurent.

25On constate ainsi que le recours à l'argument (celui de la logique rationnelle) utilisé par l'injure spécifique est un leurre, et que l'adage : « Il n'y a que la vérité qui blesse » (ou encore : « Toute vérité n'est pas bonne à dire ») ne fait que le renforcer. Le véritable argument se situe en un autre point, inconscient celui-là, imparable et en quelque sorte toujours vrai, qui fait que l'injure porte juste parce qu'elle blesse, parce qu'elle signifie à l'autre son rejet. Pour dire les choses de façon très brève, les procédés rhétoriques le plus souvent employés par l'injure (métaphore, métonymie, négation) tissent tout un réseau de relations de ressemblance, d'appartenance, d'exclusion, dans lequel l'injurié se trouve totalement enfermé et cerné. Or ce sont ces relations, qui visent ainsi à inclure l'injurié dans une catégorie qui n'est pas celle de l'injurieur et en conséquence à l'exclure de celle de ce dernier, qui à coup sûr blessent et contre lesquelles il n'y a aucune parade possible. La seule vérité en cause n'est pas celle de l'argument apparent, mais celle de cette blessure.

26Il en va de même avec l'injure non-spécifique, mais ici c'est l'utilisation de certains termes, ou la manifestation de certains comportements considérés comme choquants qui constituent le leurre. Car le sens des mots ou leur valeur connotative, en liaison avec toute une sémantique réprouvée par la société (notamment la sexualité), n'est que la raison apparente, la rationalisation même, de ce qui choque. Plus que le sens des mots ou même des gestes, ce qui choque véritablement, mais à un niveau cette fois inconscient, c'est la relation particulière que l'injurieur instaure avec eux, les détachant de la sphère de communication dont ils sont des instruments pour en faire des objets, exhibés, ou envoyés à la tête de l'injurié, ou encore mis symboliquement à la place de l'injurié, dévorés ou crachés. L'injure est non-spécifique parce qu'elle ne se préoccupe pas des caractéristiques de l'injurié, seule compte la démonstration d'une toute-puissance dans la relation instaurée avec les mots et la non-relation avec l'autre, ou la rupture de la relation existante.

27Il faut ajouter que pour le tiers (injuriaire ou témoin), dans un type d'injure comme dans l'autre, les procédés manifestes sont le plus souvent tout aussi fallacieux, et que le seul argument pris véritablement en compte, le seul sens donné mais pas forcément reconnu, sont ceux qui correspondent soit à une complicité d'intention avec l'injurieur, soit à une sympathie (sentir ensemble) pour l'injurié.

28Toujours est-il que de l'observation de l'injure au plus proche de la réalité et de sa description dans ses dimensions complexes dont nous n'avons pu donner ici qu'un aperçu, quelques grands principes peuvent ainsi être dégagés.

29Le premier principe consiste à redonner à l'injure le caractère fondamentalement relationnel qui est le sien et que l'accent mis sur l'aspect lexical lui fait souvent perdre, une certaine fascination pour les mots faisant ainsi passer au second plan la dimension du tort causé ou subi qui pourtant est essentielle.

30Le deuxième principe vient en quelque sorte compléter le premier car, pour qu'il y ait tort causé ou subi, il faut qu'il y ait une relation entre celui qui le cause et celui qui le subit. Ou pour dire les choses autrement, il ne peut y avoir d'injure sans injurié. C'est précisément cette condition que l'analyse de l'injure en acte permet de mettre en évidence.

31Le troisième principe réintroduit la complexité des relations en affirmant que l'injure ne se réduit pas aux deux seuls rôles de l'injurieur et de l'injurié. La configuration triangulaire de l'injure référentielle en est la preuve exemplaire, et l'importance du rôle du témoin l'illustration la plus courante.

32Le quatrième principe que l'on énoncera de manière très générale comme : l'injure est inséparable de son contexte, peut apparaître comme une évidence dès lors que la primauté est redonnée à la dimension relationnelle de l'injure. En fait c'est la notion de contexte qui est ici en question et qu'il s'agit de définir. Qu'il s'agisse de ce qu'on peut appeler le contexte textuel, le plus proche de l'énoncé et permettant (comme dans tout autre discours) de préciser le sens et le plus souvent de déterminer si l'on est en présence ou non d'une injure. Ou encore du contexte situationnel qui s'attache aux dispositions affectives dans lesquelles le phénomène de l'injure a lieu : situation conflictuelle ou au contraire amicale, etc. Ou même, dans certains cas, du contexte socio-culturel qui prend en considération le fait de parler ou non la même langue avec toutes les nuances que cela implique. Mais il est certain que ce quatrième principe comprend aussi d'une certaine façon les trois premiers, puisque le tort causé ou subi, la nécessité d'un injurié, et la prise en considération de la situation de communication, sont bien des éléments qui font partie du contexte et qui, de ce fait, permettent de déterminer s'il y a injure ou non.

33Le cinquième principe pourrait tout aussi bien, lui aussi, être rattaché au quatrième, mais nous préférons le séparer, le contexte dont il s'agit étant plus éloigné de l'énoncé puisqu'il s'intéresse à la relation sociale qu'entretiennent les interactants entre eux. On dira ainsi que : la nature de l'injure diffère selon le type de relation sociale — inégalitaire ou égalitaire — qu'elle met en jeu. Généralement de caractère unilatéral dans une relation de type inégalitaire, elle prend un caractère réciproque dans une relation de type égalitaire, et n'entraîne donc pas les mêmes conséquences dans un cas ou dans l'autre. Cette dimension extrêmement importante et qui n'est pour ainsi dire jamais prise en compte, montre encore un peu plus à quel point l'injure est un phénomène avant tout relationnel.

34On se doit d'ajouter un sixième principe qui indique à lui seul les limites de l'étude d'un tel phénomène et les difficultés auxquelles elle se heurte : c'est celui de la dimension essentiellement subjective de l'injure. Car c'est d'elle en dernier ressort que dépend le verdict, s'il y a injure ou non, tout comme c'est l'injurié qui seul, juridiquement, peut porter plainte. Mais cette dimension, si elle doit être prise en considération, ne peut être qu'un élément à mettre au bénéfice du doute, et pour en faire l'analyse il faudrait traiter chaque cas d'injure comme un cas particulier et l'aborder avec une tout autre approche.

35Ces principes constituent, de notre point de vue, la base de toute étude sur l'injure dès lors qu'on ne la réduit pas à son aspect lexical. Mais lorsque nous parlons d'esquisse d'une théorie, nous nous référons davantage à la théorisation que nous avons mise en place à partir de la notion de spécificité. C'est en effet par la trop grande évidence - l'hyper-spécificité - de l'injure raciste que la méfiance ou la mise en doute a conduit à nous rendre compte que ce qui est donner à entendre, à lire, à voir, ce qu'il y a de plus réel, de plus évident au niveau du langage, disons l'énoncé, obéit à d'autres lois dès lors que l'on prend en considération la dimension interactionelle ou intersubjective de l'énonciation. Ce qui pourrait s'énoncer ainsi : l'injure n'est dans l'énoncé que par son énonciation ou, de façon plus explicite : l'injure est dans la relation que crée son énonciation et non dans l'énoncé auquel elle fait croire.

36Le critère de la « spécificité », permettant de distinguer injure spécifique et injure non-spécifique, s'est en effet imposé à partir de la confrontation des procédés employés et des situations de communication, mais c'est le contenu de la notion elle-même - la spécificité dans ses dimensions individuelle et collective - qui a rejailli sur ce qui était observé dans la réalité. Nous ne pouvons bien sûr ici ni développer ni justifier cette théorie, nous nous contenterons de l'énoncer de façon schématique, en disant que l'énoncé fait croire à la spécificité « individuelle » (ressemblance et/ou appartenance avec les caractéristiques de l'injurié), alors que l'énonciation instaure la spécificité « collective », assimilant alors l'injurié à une espèce et lui niant de ce fait toute individualité et même toute individuité, et permettant du même coup à l'injurieur de l'exclure de la sienne et d'affirmer ce qu'il refuse à l'autre, son individualité et son individuité.

37De même, et de par sa définition opposée, l'énoncé fait croire à une non-spécificité « individuelle » (non ressemblance et/ou non appartenance avec les caractéristiques de l'injurié, utilisation de mots dits d'injure), alors que l'énonciation instaure une non-spécificité « collective », c'est-à-dire que par la démonstration d'une toute-puissance (celle de la manipulation des mots tabous) l'injurieur entend signifier non seulement la négation de l'existence de l'injurié mais, plus fondamentalement une non-relation avec l'autre, lui permettant ainsi d'être le seul maître de la situation.

  • 4 Alors que le verbe s'emploie en général avec son double complément : traiter quelqu'un de, les adol (...)

38L'expression, utilisée depuis quelques temps et de façon banale par les adolescents, résume à elle seule la relation qu'instaure l'injure : elle « traite »4, c'est-à-dire elle manipule, elle inflige un traitement à l'autre, par son énonciation, plus qu'elle « traite de », par son énoncé.

39Il est difficile de rendre compte en quelques lignes de la complexité du phénomène et des étapes de l'analyse qui ont mené à de telles conclusions. Certes, les principes d'analyse énoncés plus haut ont maintenant fait leurs preuves et ont été utilisés dans de nombreuses occasions, il n'en demeure pas moins qu'ils l'ont été dans la mesure où ils sont le résultat d'une étude située dans le temps, qui nous est contemporain, et dans l'espace d'une société qui nous est familière, la société française. Mais qu'en est-il dès lors qu'il s'agit d'autres sociétés, et même d'autres aires culturelles ? Faire de l'injure un objet anthropologique à part entière au sens où nous l'entendons consiste précisément à mettre à l'épreuve ces principes, les infirmer éventuellement, ou en découvrir d'autres. Ils ne sont qu'un point de départ, une base à partir de laquelle peut se mener une telle entreprise, ils ne prétendent à rien d'autre. L'esquisse que nous venons de tracer à grands traits devrait cependant permettre au lecteur de mieux partager la délicate et périlleuse entreprise à laquelle ont contribué les auteurs de cette publication.

L'injure, la société, l'islam

40Une chose est d'être intéressé par ce thème particulièrement attirant qu'est l'injure et une autre d'arriver à formuler ne serait-ce que des tentatives de le cerner en tant qu'objet anthropologique sans tomber dans le piège de l'énumération séduisante et séductrice. Sans doute est-ce la raison pour laquelle peu de chercheurs ont accepté de s'engager dans un tel travail.

41Le titre choisi - L'injure, la société, l'islam — campe d'emblée le « terrain », comme disent les anthropologues. Il nécessite cependant quelques précisions. L'injure : nous venons de nous en expliquer. La société : souligne la perspective de la recherche qui est celle de l'injure en acte, dans le concret d'une société, et non dans le figé d'un lexique. Enfin l'islam : indique que les sociétés dont il s'agit sont celles dans lesquelles l'islam a un rôle culturel déterminant, même si l'on a conscience de la difficulté que pose la référence à un tel critère.

42Reste que ce titre promet une visée plus générale et plus englobante que celle à laquelle peut prétendre cette publication, du fait que les sociétés étudiées ne le sont qu'en nombre restreint et qu'elles ne représentent pas de façon exhaustive - loin s'en faut - l'aire culturelle concernée. Les modalités d'injure envisagées ainsi que les sociétés appréhendées sont le reflet même du champ d'étude qui se caractérise par une diversité quant à l'objet et une diversité quant aux sociétés concernées. Mais le choix, qui peut paraître arbitraire quant aux sociétés (pourquoi celles-ci et non pas telles autres ?) tient à la difficulté que nous avons eue à trouver des chercheurs acceptant de se détourner pour un temps de leur recherche principale tout en se soumettant à l'exigence de ne pas s'en tenir aux banales listes d'injures. Il en est de même en ce qui concerne les modalités d'injure étudiées qui n'ont pas fait l'objet d'un choix délibéré de notre part mais témoignent seulement de l'intérêt de chercheurs appartenant à des disciplines diverses (linguistes, historiens, anthropologues), ayant à leur disposition un corpus suffisamment important et qui ont accepté de centrer leur réflexion sur ce thème.

43Ces conditions montrent bien qu'il ne peut s'agir ici que d'une première approche dont le titre ambitieux pourrait être une stimulation pour d'autres chercheurs intéressés par ce thème et qui n'auraient sans doute pas eu connaissance de la recherche entreprise sans l'accueil généreux que nous a réservé la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée.

44Pour une première approche elle n'en est pas moins extrêmement fructueuse et étonnamment riche, par les recoupements qui s'y dessinent et par les interrogations qu'elle suscite. Nous allons ici tenter de les dégager.

45La question de la terminologie ne fait pas l'objet d'une étude particulière, mais elle est présente, de façon plus ou moins explicite, dans chaque contribution. Les linguistes, cependant, y font plus référence que d'autres. Arlette Roth s'y attache notamment, et Catherine Taine-Cheikh y consacre un assez large développement qui lui fait conclure qu'il y a là « un champ lexical assez riche dont l'organisation laisse déjà entrevoir quelques pistes de recherche ». Claude Lefébure, en nous faisant suivre le fil rouge de ce qui tranche, coupe, blesse, montre comment les termes berbères qui désignent ces actions physiques et les instruments qui les exécutent, se déplacent facilement (métonymiquement et métaphoriquement, par contiguïté et par ressemblance) et en arrivent à désigner le tranchant, le coupant, le blessant de la langue, mais avec cette différence soulignée par bien des proverbes et maximes, que des blessures de langue, contrairement aux plaies du corps, on ne guérit pas. Ce « voisinage entre les idées d'"agresser physiquement" et de "blesser par le verbe" » n'est évidemment pas propre au berbère mais si la proximité relève généralement de la diachronie, grâce à l'effet du temps, elle se constate ici en pleine synchronie, à l'intérieur des parlers « éparpillés » qui constituent précisément cette langue.

46Tous ces liens que tissent la terminologie sont souvent séduisants, parfois même extrêmement éclairants, et il est manifeste qu'un travail important reste à faire de ce côté même s'il ne concerne pas directement l'objectif que nous nous fixons à savoir l'étude concrète, sur le terrain.

  • 5 Cf. Casagrande et Vecchio, 1991. L'étude est certes située historiquement (XIIIesiècle, dit « siècl (...)

47De même, il est indispensable de situer le phénomène lui-même, autrement dit de voir dans quel contexte l'injure est évoquée, quelle perception en est donnée, et de quelle façon elle est appréhendée. Ainsi, Yahya Ould al-Barra et Abdel Wedoud Ould Cheikh, en s'intéressant à « L'injure comme délit » tentent de cerner, à partir de la « réglementation islamique de l'usage de l'organe de parole » telle qu'elle est minutieusement décrite par les théologiens-légistes fuqahâ') musulmans, ce qui touche à l'injure (sabb, shatm, qadhf). L'injure fait en effet partie des « dangers » (âfa) auxquels peut conduire un mauvais usage de la parole, et la réglementation vise ainsi à éviter que « les "mots déplacés" n'engendrent d'autres mots déplacés dans un enchaînement immaîtrisable ». La liste des « dangers » est en elle-même fort intéressante et l'on ne peut s'empêcher de penser, en la lisant, à ce qui dans une autre aire culturelle et à une autre époque, représentait Les péchés de la langue5.

48De cette réglementation, si les auteurs retiennent surtout ce qu'ils appellent l'injure « transcendantale » c'est-à-dire « la catégorie des expressions irrévérencieuses qui visent Allah, le(s) prophète(s), les anges, etc, et qui sont généralement associées à la notion de ridda, d'apostasie », c'est à une « forme singulière d'agression verbale que les légistes regroupent sous le nom de qadhf » qu'ils consacrent la plus grande partie de leur article. L'« accusation de fornication » est en effet extrêmement intéressante en ce qu'elle « illustre bien la nature des perturbations, des déséquilibres mêmes que des propos injurieux, mettant en cause la conduite sexuelle des destinataires, peuvent entraîner, à titre de conséquences, dans une vision islamique des choses ». Ainsi, avec cette notion de qadhf qui pourtant est synonyme de sabb et shatm pour désigner l'injure, on passe insensiblement du « péché de langue » à l'« atteinte à l'honneur », atteinte qui par son effet, est particulièrement révélatrice d'une certaine conception de l'honneur comme le montrent les auteurs (cf. plus loin).

De l'interdit moral à l'interdit social

  • 6 Il est amusant de constater que le traducteur d'un petit recueil qui vient de paraître et bien que (...)

49La question centrale est pour ainsi dire posée par le titre d'un article : « Entre les contraintes de l'éthique musulmane et du système de l'honneur, peut-il y avoir un usage toléré de l'injure ? » (Arlette Roth). C'est sans doute ces « contraintes » qui font que lorsque dans une société de culture musulmane on évoque le phénomène de l'injure, on se heurte à deux fronts, deux barrières, que l'on peut résumer ainsi : c'est interdit (par la religion) ou : c'est vulgaire, ça ne se dit pas (dans la société). Interdit sans doute plus ou moins respecté selon les époques, puisque l'ouvrage de Abou-Moutahhar al-Azdî qui, selon son traducteur, ne saurait être publié en langue arabe de nos jours, date du XIe siècle6.

  • 7 C'est-à-dire que ce n'est pas la notion de personne qui est première, elle serait au contraire le r (...)

50Si la « contrainte » de l'éthique musulmane nous est présentée par l'article qu'on vient d'évoquer, en quoi consiste celle du système de l'honneur ? En quoi celui-ci implique-t-il des contraintes qui font que l'injure n'y a pas droit de cité ? Sans vouloir entrer dans ce concept d'honneur extrêmement complexe qui a fait l'objet de nombreuses études et menées par d'éminents anthropologues, on peut cependant retenir ici par rapport à la question de l'injure deux dimensions très générales dont l'une ressortit à l'organisation sociale, et l'autre à ce qu'on peut entendre, selon nous, comme une acception étendue de la notion de personne (même si pour celle-ci nous avons parfaitement conscience que dans une perspective historique le mouvement est inverse7). En effet, l'organisation généralement hiérarchisée de la société édifie ainsi un système dans lequel les différences de statuts sociaux revêtent une importance particulière et régissent les rapports entre les individus selon leur appartenance à tel ou tel statut. D'autre part, l'identité d'une personne ne se réduit pas au seul aspect individuel, elle est constituée par tout un réseau de relations avec son entourage proche et lointain, et notamment avec les membres de sa lignée. Ce réseau relationnel s'ancre dans un système de valeurs dont la personne ne peut s'affranchir sans dommage pour son insertion sociale. Le système de l'honneur relève de ce système de valeurs et articule ce qui définit l'identité d'un individu avec le niveau relationnel régissant les rapports entre les personnes.

Injure et système social

51Une première constatation s'impose concernant l'interdit. Il est manifeste que l'emploi de certains termes est ressenti comme tabou parce qu'interdit par la religion. Mais quand on approche la vie de la société, on s'aperçoit que cet interdit, au départ religieux, a pris une dimension sociale, à savoir que ce sont les détenteurs de statuts établis comme supérieurs (ou « honorables ») dans telle société qui se l'approprient et en font même un critère de distinction.

52Le cas est manifeste avec l'exemple de deux « mouvements contestataires » qui se sont imposés pendant un temps chez les Haal pulareeɓe (Mauritanie-Sénégal) et au sein desquels l'usage de l'injure jouait un rôle important alors même qu'il fait l'objet d'une forte réprobation par toute la société. Mais, différence essentielle que montre Ibrahima Abou Sall, les deux mouvements n'émanaient pas des mêmes couches sociales : l'un était issu des statuts sociaux détenteurs des valeurs et de la morale de la société, l'autre des statuts considérés comme inférieurs. Et cette distinction se manifestait notamment par une différence dans l'usage toléré de l'injure. Ainsi, les diverses modalités de l'injure étaient pratiquées par les deux groupes, alors que l'injure au sens strict (le yattoore) à forte connotation sexuelle et obscène, telle que l'entend la langue pulaar, n'était « tolérée » que dans le groupe émanant des statuts sociaux inférieurs. La permissivité ou la non-permissivité quant au yattoore apparaît même, pour ainsi dire métaphoriquement, comme l'indice de la barrière infranchissable entre certains statuts, et par là même de la nature différente de la contestation des deux groupes. Dans l'un, le Almudagaal ngay, la contestation exprimée par les divers comportements réprouvés était passagère et représentait même une certaine « thérapeutique », les jeunes gens étant des étudiants destinés précisément à enseigner la morale dont leurs statuts étaient les principaux détenteurs, et le yattoore ne pouvait en aucun cas être permis. En revanche, avec le Cooloyaagal, la contestation à laquelle se livrait le groupe était d'une tout autre nature puisque ses membres étaient issus de statuts sociaux inférieurs et non détenteurs des valeurs de la société, ils se permettaient toute transgression y compris celle du yattoore, par révolte contre l'ordre moral et social, tout en sachant qu'ils n'avaient aucune chance de le changer.

53Mais, plus étrange, le cas où l'injure sert elle-même à sanctionner un comportement ne se conformant pas au code moral de la société, comme chez les Fulɓe du Borgou (Martine Guichard). Des « chants de blâme » sont pratiqués par un groupe de jeunes hommes qui exercent la fonction de « bardes », c'est-à-dire qu'ils composent et interprètent des chants qui sont de véritables diatribes mêlées d'injures (les kaɓɓitoojî), enregistrées et diffusées publiquement sur la place du marché. Il s'agit d'une sorte de dénonciation publique consistant à dépeindre telle ou telle personne de façon caricaturale et particulièrement péjorative. Injure très spécifique puisque le nom est prononcé et que les traits évoqués permettent de reconnaître la personne à coup sûr. Les personnes qui font l'objet de ces « blâmes » sont des jeunes filles ou des jeunes femmes, ou encore des hommes d'un certain âge, dont le comportement est jugé inconvenant, mais jamais des jeunes gens. Le rôle de ces « bardes » cependant est ambigu, ou à double face car, comme le souligne M. Guichard, les Fulɓe ont tendance à les situer, du fait de l'indécence qu'ils manifestent et de la vulgarité avec laquelle ils s'expriment dans leurs chants, davantage du côté du dérèglement des mœurs que de celui du maintien de l'ordre. Pourtant, si l'injure est ainsi « tolérée » c'est parce qu'elle se met en quelque sorte au service des idéaux du fulfulde, c'est-à-dire du code socio-moral de cette société, parce qu'elle permet certes de remettre dans le droit chemin ceux qui s'en écartent mais tout autant de « maintenir la supériorité sociale des hommes sur les femmes et de tempérer la domination des anciens sur les jeunes hommes » et c'est sans doute la raison pour laquelle ces chants de blâme ne peuvent concerner que des Fulɓe. L'uddoore, en revanche, qui entend sanctionner l'injure prononcée à l'encontre « d'un lignage, d'un clan, voire de toute l'ethnie ful&e », s'applique évidemment aussi à des non-Fulɓe et est surtout beaucoup plus sévère puisqu'il s'agit d'une sorte de bannissement « total » mais le plus souvent temporaire. Ici, cependant, c'est bien l'injure qui est réprimandée comme c'est le plus souvent le cas, et non comme dans le cas des « chants de blâmes », l'injure qui sert à réprimander.

54De l'interdit moral à l'interdit social, il est intéressant de constater que dans la société libanaise dans laquelle la morale n'est pas détenue par une seule religion puisque, Aïda Kanafani-Zahar y insiste, musulmans et chrétiens notamment partagent une même culture, la culture arabe et, en ce qui concerne l'injure, « se réfèrent au même corpus sémantique et ont vis-à-vis des termes interdits une même sensibilité », l'aspect d'interdit religieux se combine avec celui, social, de la « bonne éducation », celui qui injurie étant considéré comme un « voyou ».

55D'un point de vue moins collectif, dans un rapport de personnes à personnes, A. Roth souligne le sens unilatéral de ce qu'elle appelle « l'injure-sanction », c'est-à-dire la critique ou la remontrance d'un supérieur à un inférieur faite sur un mode injurieux qui ne souffre pas de réponse et interrompt la relation contractuelle. Ainsi, par exemple, le fournier (propriétaire du four) mécontent du pain confectionné par la boulangère, ne se gênera pas pour injurier cette dernière, et le lui fera savoir par l'intermédiaire du mitron, et la boulangère ne se privera pas à son tour d'injurier le mitron, mais les injuriés de statut inférieur à celui de leurs injurieurs ne peuvent leur répondre et la relation contractuelle se trouve tout simplement rompue. De façon plus générale, dans cette micro-société observée par W. Marçais et ses collaborateurs, la hiérarchie strictement sociale (il n'est apparemment pas question de détenteurs de l'ordre moral) permet, selon A. Roth, de différencier ceux qui sont « injuriables » et s'injurient entre eux, de ceux qui ne le sont pas et s'interdisent une telle pratique.

56De même, Catherine Taine-Cheikh dans son analyse de « L'injure en pays maure » montre que l'injure ne se gère pas de la même façon entre égaux ou au sein de l'inégalité sociale (notamment lorsque « la position statutaire des acteurs influe sur ce qu'ils peuvent dire »). Ainsi les plus faibles emploient diverses techniques de masquage (allusion, attrait littéraire) pour contourner l'interdit social ou encore sont contraints au dédommagement pour en atténuer les effets, tandis que les plus forts ont tout simplement recours à la censure pour le faire respecter, ou même au « rachat de la satire (cadeaux pour faire taire) ». Il n'en demeure pas moins que, même entre égaux, une certaine distance vis-à-vis de l'injure est pour ainsi dire conseillée et qu'« il ne convient pas, pour les gens dignes, de rendre coup pour coup ». « Le remède à l'affront n'est pas l'affront » ; « L'homme sensé ne prend pas pour lui l'injure du puits » ; « Quel dommage fait-on au ciel en lui disant "va te faire voir" ? » sont quelques-uns des dictons et proverbes qui prônent le mépris et l'indifférence. L'injure avilit celui qui s'y laisse entraîner, sa « bouche » est rendue « puante », « rongée par les termites ». En revanche, ce que C. Taine-Cheikh intitule un « déni de parité », c'est-à-dire un « acte qui tout à coup met en cause l'égalité entre les individus », exige alors une réponse appropriée. Ainsi en est-il notamment de la polémique entre savants ou lettrés. La réponse est cependant plus sournoise lorsqu'il s'agit par exemple d'un homme qui a été offensé par une femme « célibataire statutairement épousable » car la riposte consiste à la « demander en mariage et la répudier sans même consommer le mariage ».

57Et si l'on suit Claude Lefébure dans son approche de « la dispute en pays berbère », on voit bien qu'un des aspects en est une « vindicte jouée » lors des veillées, non pas tant « pour se distraire » que « pour apprentir l'affrontement vrai, et plus encore le déminer, le domestiquer ». « Simili-dispute » donc, qui « serait à rapprocher des joutes chantées, en particulier lorsque celles-ci incluent l'échange de devinettes » celui-ci s'entremêlant précisément d'un échange d'injures « entre gens d'une même classe d'âge mais de sexes opposés ».

Injure et système identitaire

58Dans l'autre dimension du système de l'honneur, celle dans laquelle ce n'est pas le statut social qui est en cause mais l'identité de la personne, il en va tout autrement semble-t-il, même si l'interdit des termes et des comportements a toujours la même importance. Mais - et c'est là qu'il y a bien système - celle-ci a d'emblée une dimension collective car elle inclut notamment les membres de la famille, et tout particulièrement les femmes dont cette personne est responsable, sa lignée, sa religion, ou encore son terroir, tous éléments qui par le lien indissociable qu'ils ont avec la personne, rendent celle-ci inséparable de son groupe. Conséquence immédiate de ce système par rapport à l'injure, l'attaque d'un des éléments de cette identité implique l'atteinte à tout le groupe avec le risque de riposte et d'escalade qui en découle.

59C'est ainsi que A. Kanafani-Zahar, dans sa tentative de classification, parle d'« injure double » pour caractériser ce type d'injure qui s'en prend à l'un des éléments constitutifs de l'identité d'une personne ; « double », parce qu'elle y voit une injure collective et individuelle, une atteinte à l'honneur du groupe d'appartenance et à celui de la personne. A. Roth, sans aller jusqu'à en faire une distinction typologique ni insister sur l'aspect collectif, parle aussi de personne « injuriée doublement » dès que l'injure s'en prend à ces éléments qui pour être externes à la personne représentent une part de son identité, et cela de façon indissociable.

60Sans jouer sur les mots, on est cependant tenté de dire qu'il y a bien « duplicité » au sens non plus seulement de « double » mais de « trompeur », parce quece qui apparaît comme double ici repose, selon nous, sur une fausse évaluation qui tient précisément à la référence implicite à la notion de personne dans son aspect strictement individuel. En revanche, si l'on admet que la personne est d'emblée constituée par tout un patrimoine autre que son seul corps et son seul esprit, on ne peut parler d'injure double. On retrouve d'une certaine façon ce même problème dans la société française - et dans d'autres - avec un type d'injure qui du point de vue de l'injure en acte, donc par rapport à la situation de discours, donne l'apparence d'une injure référentielle, avec un référent comme par exemple « ta sœur, ta mère, ton père, ta religion, ta lignée » faisant office d'injurié, alors qu'elle n'est en fait qu'une injure interpellative qui, au lieu de dire « tu es ceci ou cela », prend un des éléments constitutifs de la personne ou qui ont avec elle un lien indissociable. Ce qui compte ce sont les pronoms possessifs, et précisément la fonction dialogique, l'interpellation, qui en est le mode. On nous objectera que lorsque ces mêmes éléments sont critiqués, attaqués, à la troisième personne (la sœur, la religion, la lignée, etc., de...) on est alors pour de bon dans l'injure référentielle, dans laquelle c'est bien le référent qui est injurié et non l'injuriaire (celui auquel le discours est adressé). Cela n'est toutefois pas si sûr. Et si l'on suit l'analyse de Y. Ould al-Barra et A.W. Ould Cheikh à propos du qadhf, cette « accusation de fornication », même lorsqu'elle est adressée directement, à la 2e personne, en interpellation, à celle qui est ainsi « accusée », ne doit son importance qu'aux conséquences qu'elle sous-entend par rapport à l'honneur du groupe d'hommes.

61Ainsi la force de cette sorte d'injure tient au lien indissociable (de nature métonymique, d'appartenance) entre le référent apparent et la personne (ou le groupe) injuriée, que le lien soit explicitement exprimé, par exemple par le pronom possessif, assurant du même coup la plus grande spécificité : « sa sœur, sa mère, sa religion, ses parents, etc. » et pas celle ou ceux d'un autre ; ou encore que le lien soit implicite, du seul fait du « système de l'honneur » ou de cette notion de personne élargie au groupe d'appartenance, à ces « groupes en corps ( 'asabâtt) patrilinéaires, fondements premiers de l'ordre social arabo-musulman » (Y. Ould al-Barra/A.W. Ould Cheikh).

62Dans la formulation explicite, le référent n'est autre que celui que l'injurieur a devant lui, c'est-à-dire l'injuriaire, qu'il injurie ainsi directement mais en s'attaquant à un des éléments constituant sa personne. L'avantage est certain, car l'artifice de l'élément injurié/référent (même s'il est constitutif de l'identité) établit une distance, si minime soit-elle, qui elle-même permet la réplique. Distance notamment d'un certain processus symbolique, car à travers « l'honneur sexuel des femmes », il semble bien que ce soit celui des hommes qui est en cause, c'est-à-dire leur virilité, et les termes les plus obscènes sont là pour le rappeler.

63Il n'est pas inintéressant de voir que les diverses violences physiques qui ont eu lieu en Algérie ces dernières années contre les femmes, viols et enlèvements notamment, peuvent s'interpréter dans le même sens, à cette différence près qu'ici c'est un acte irréversible qui constitue l'injure et non de simples paroles.

64C'est ainsi que, pour Abderrahmane Moussaoui, dans la mesure où la violence est à comprendre dans ce contexte comme étant elle-même une injure, quelque chose comme un « quand faire c'est dire » pour inverser la célèbre formule du « quand dire c'est faire », ce qui est « fait » contre les femmes sert à « dire » aux hommes qu'ils ne sont pas des hommes puisque l'honneur sexuel de leurs femmes est bafoué, et qu'ils sont en quelque sorte « dévirilisés ». Reste qu'ici il n'y a précisément plus de distance symbolique, à l'acte ne peut répondre qu'un acte semblable, quand bien même est-il considéré comme une injure.

65Lorsque le lien n'est pas manifeste dans la formulation, le fait que la personne accusée soit directement prise à partie donne l'illusion que c'est bien elle qui est injuriée, mais comme y insistent Y. Ould al-Barra et A.W. Ould Cheikh : « La réglementation du qadhf apparaît fondamentalement liée à la question de la filiation qui engage celle de la composition des groupes, de leur "honneur" et de leurs échanges entre eux. Elle mobilise leurs luttes de classement et introduit, par le biais des femmes "déshonorées", un déséquilibre dont les hommes du groupe doivent coûte que coûte chercher et obtenir réparation. »

66Mais, comme dans toute duplicité, l'un des aspects peut prendre le pas sur l'autre. L'atteinte à l'honneur d'une personne par le biais d'un des éléments constitutifs de son identité, devient ainsi bel et bien une « injure double » dès lors qu'elle a lieu dans un contexte où les éléments constitutifs peuvent servir de marqueurs pour stigmatiser une opposition ou un conflit existant entre groupes. C'est ainsi que, comme le rappelle A. Kanafani-Zahar, pendant la guerre du Liban, ces atteintes à la personne visant notamment la religion et la lignée devenaient des atteintes au groupe, exacerbant les différences et servant de provocation à la violence entre les communautés. Tout comme A. Moussaoui montre combien les actes de violence, et notamment le viol des femmes, sont des injures visant tout le groupe.

67Et l'on ne peut s'empêcher ici de faire le lien avec ce que l'on désigne habituellement comme injure raciste, qui est une atteinte à la personne par le biais de certaines caractéristiques qui font partie de son identité, pour ne pas dire de son « espèce », et servent à mettre en évidence sa non-appartenance et lui signifier son exclusion par rapport à l'« espèce » de celui qui injurie. Mais, différence essentielle, le lien d'appartenance sur lequel repose le processus est dissociable de la personne, c'est l'injure en acte, dans son énonciation, qui le rend indissociable. La duplicité est cependant tout autant manifeste car ce qui est une marque de différence individuelle prend là aussi, dès lors que les groupes en question se trouvent en conflit, une dimension collective.

68Injure et système identitaire, il est certain en tout cas que le risque de déséquilibre que l'injure fait peser sur le système de l'honneur se double du risque permanent qui peut conduire tout homme à devoir entrer dans l'escalade des ripostes et de la vengeance du fait de la moindre incartade dans le comportement de celles et de ceux dont il est responsable et qui d'une certaine façon font partie de son identité. Ainsi, la question : « Est-il légitime de chercher une spécificité de l'effet injure au niveau d'une société ? d'une aire culturelle ? » (C. Taine-Cheikh) trouve en quelque sorte déjà une réponse dans ce que nous venons d'évoquer.

De l'injure « tolérée » à l'injure évitée

L'importance de la malédiction

69C. Taine-Cheikh le souligne, « La notion de malédiction est fondamentale, aujourd'hui comme hier, dans la culture maure très imprégnée de religion musulmane ». Interdite bien sûr par les textes, objet de réprobation pour la morale sociale, son usage n'en est pas moins fréquent et si Altan Gokalp y consacre tout un article, « Les Ilenti ou maudire son prochain en turc », les autres contributions ne manquent pas de le relever et de s'y intéresser.

70On remarque cependant que la « tolérance » par rapport à cette modalité d'injure passe tout d'abord par un stratagème courant de contournement de l'interdit, qui n'est autre que la déformation du mot. Ainsi, alors que « maudire » en arabe se dit la'ana, cette forme est inversée en na'ala dans la pratique (tout au moins au Maghreb). Mais ce n'est là qu'une interprétation possible car les linguistes ont coutume de repérer de telles inversions sans qu'un interdit en soit la cause. De plus, si l'autorité sacrée à laquelle il est fait appel, Dieu, est toujours sous-entendue, le mot pour le désigner (Allâhh) n'est pas forcément prononcé et fait, en quelque sorte partie de la formule de malédiction, ce qui d'une certaine façon semble bien être encore un moyen de contourner l'interdit. L'emploi fréquent du verbe « brûler » aux lieu et place du verbe « maudire » que signale A. Kanafani-Zahar, et qui semble aussi utilisé en pays maure (C. Taine-Cheikh), pourrait aussi aller dans ce sens.

71La malédiction cependant, comme le souligne A. Roth, n'est injure que dans le rapport dialogique, l'adresse directe. On notera d'ailleurs que le terme de « malédiction » en français a l'inconvénient, comme celui d'injure, de désigner à la fois les formules (le lexique) et le phénomène lui-même, l'acte de maudire, l'acte d'injurier. I.A. Sall emploie le terme de « maudissement » peu usité et pourtant à notre avis fort approprié, et A. Roth pour désigner l'acte d'injure, utilise le néologisme « injuriement », que nous aurions volontiers adopté tout au long de notre recherche, si nous y avions pensé.

72A. Kanafani-Zahar insiste sur la crainte et la superstition que suscite un tel procédé, sur la cruauté des différents maux promis sinon prédits, et la précision avec laquelle ils sont évoqués. Mais il semble qu'on puisse distinguer entre deux formes. Dans l'une, il s'agit de formules de malédiction par rapport à l'identité de la personne, notamment par rapport à la religion, et aussi par rapport à la lignée. Les formules apparaissent ici comme non-spécifiques, associant de manière stéréotypée l'interdit au sacré dans un rapprochement blasphématoire, mais devenant injures spécifiques du fait que c'est la religion de la personne injuriée qui est évoquée : « Que Dieu maudisse ta religion, ou celle de ton père ». Tandis que dans l'injure s'attaquant à la personne elle-même (et non plus à tout ce qui constitue son identité) la spécificité joue à la fois sur la personne désignée (elle et pas une autre) et sur les maux qui lui sont destinés (ceux-là et pas d'autres). Les cas de malédictions concernant une personne absente : « Qu'Il le fasse mourir prématurément », bien que plus rares (C. Taine-Cheikh) posent le même problème que celui de l'injure référentielle dans laquelle l'injurié n'est pas présent, il n'y a selon nous véritablement injure que si l'injuriaire, celui auquel est adressé dans la situation de discours la formule de malédiction a un lien (affectif ou de même appartenance) avec le référent maudit (injurié).

73La distinction que fait A. Gokalp entre la malédiction, énoncé « constatif » et la malédiction, énoncé « performatif », se situe à un autre niveau, elle concerne les formules et non l'acte, le fait de maudire. Les nombreux exemples montrent bien une certaine spécificité, mais à condition de voir qu'il s'agit des différentes cibles que visent les formules de malédiction en elles-mêmes (dans leur énoncé) et non la spécificité comme nous l'entendons dans notre typologie, c'est-à-dire vis-à-vis de la personne qui fait l'objet de la malédiction (dans l'énonciation donc). La malédiction apparaît en fait ici comme un « sport favori au quotidien chez les Turcs » qui s'apprend dès l'école (ce qui n'est pas sans rappeler les « injures ritualisées »). La seule indication qui nous est donnée par rapport à l'injure dans la situation de communication est l'importance de la présence d'un public, la dimension dialogique étant sous-entendue. On comprend que, par cette fonction de « spectacle », la malédiction perde ainsi son « effet injure » et se rapproche davantage d'un genre littéraire particulier, dans lequel A. Gokalp repère les caractéristiques de l'épopée et divers procédés poétiques. Il est cependant remarquable de voir que toutes ces formules n'emploient précisément pas (ou très rarement) le verbe maudire mais uniquement une formule de souhait, traduite par : « Que. », suivie du mal prédit ou promis. Bien que la distinction ne soit pas évidente, il semble que l'on soit davantage ici en présence de souhaits ou de promesses de malheur, mais qui ne font pas intervenir la toute-puissance divine. Il s'agirait plutôt, comme l'écrit A. Gokalp, du « mal-dire qui relève du cri-de-cœur : le désir de vengeance né du sentiment d'impuissance de celui qui réagit à l'inéquité vécue au tréfonds de son être, qui agit en son nom propre, par un énoncé et par la puissance de l'énoncé seulement, pour un destinataire individualisé dans son corps, dans son être, dans sa famille, sa descendance jusqu'à son séjour dernier en sépulture ». Mais, dans ces conditions, la question se pose de savoir s'il s'agit bien de malédiction dont la caractéristique est précisément le recours à l'intervention de la toute-puissance divine que ce soit de façon explicite ou implicite.

74Il semble aussi que, dans ces sortes de disputes jouées lors des veillées qu'évoque Cl. Lefébure, les malédictions soient plus nombreuses que les « adresses dévalorisantes » et qu'elles ne constituent pas des attaques très sérieuses, au point de « s'autoriser un "Meurs ton père !" juste pour rire... ».

75Quoi qu'il en soit, il est manifeste que cette modalité de l'injure qu'est la malédiction représente un aspect extrêmement important et particulièrement vivace qui s'il n'est pas forcément spécifique à cette aire culturelle l'est en tout cas par rapport à celle que nous avons étudiée. Les malédictions subsistent sans doute dans la société française comme formules stéréotypées (davantage peut-être dans certaines régions), mais on ne peut pas dire qu'elles soient d'un usage courant. Le juron, dans son recours au sacré, en représenterait peut-être le succédané ? Toujours est-il que cette modalité de l'injure mériterait une étude approfondie.

L’usage contrôlé de l'éloge

  • 8 Et comment ne pas être frappé par ce titre d'un livre traduit du turc ottoman par Stéphane Yerassi- (...)

76Bien qu'apparemment aux antipodes de l'injure, une modalité semble pourtant avoir un lien particulier avec elle. Il s'agit de l'éloge (ou de la louange) (madḥ), figurant dans les textes de référence au titre des « dangers de la parole ». A. Gokalp souligne qu'un doublet chez les Turcs signifiait d'une part « éloge » et d'autre part « imprécation, damnation »8. De notre côté, nous avons pu observer, que le procédé de l'éloge avait une place importante dans la technique employée par l'« insulteur public », et qu'il pouvait jouer de deux façons : soit qu'il serve à marquer la différence entre ce qui devrait être et ce qui est, l'éloge de l'un rendant plus percutant le dénigrement de l'autre ; soit que, par son caractère excessif, il indique qu'il ne doit pas être pris au sérieux et qu'il ne s'agit que d'un procédé rhétorique. Mais on ne peut s'empêcher aussi de penser à l'effet de « mauvais œil » que peuvent prendre dans la vie quotidienne (notamment au Maghreb) certains compliments sur la beauté d'un enfant par exemple, ou la bonne santé d'une personne, son bon appétit, etc.

77Une autre caractéristique de l'éloge est aussi mentionnée, plus prosaïque, car il s'agit de son paiement par des personnages haut placés (C. Taine-Cheikh) ou encore, comme dans le cas des étudiants du groupe contestataire Almudagaal ngay (I.A. Sall), d'un encouragement à la générosité « forcée » des personnes qui ont tout particulièrement à craindre pour leur réputation, et sur lesquels pèse la menace permanente de l'injure, de la critique, et du dénigrement, s'ils osent ne pas se soumettre.

  • 9 Cette notion d'excès, d'erreur, de ce qui ne convient pas, qui n'est pas à sa place, se retrouve to (...)

78Notons encore que les « bardes » qui se font moralisateurs à coup de « chants de blâme », sont tout aussi spécialistes de « chants de louange » et M. Guichard fait remarquer que les deux « sont construits sur le même modèle et ont en commun certains motifs ». C. Taine-Cheikh montre même qu'en pays maure la louange peut être tout autant, sinon davantage, mal supportée que la satire, et les cas qu'elle relate soulignent bien l'aspect pernicieux de cet excès de bonnes paroles, qui est en fait considéré comme un « faux-pas », « un pas de trop, au-delà des limites permises »9. Ainsi, les dictons mauritaniens énoncent-ils claire

79ment un lien entre injure et louange, avec notamment cette formule choisie comme titre de l'article : « Qui ne loue pas critique ». On a là cependant une dimension qui dépasse la seule référence au procédé rhétorique, car ce qui est en cause c'est l'inégalité (éventuellement l'injustice) que peut engendrer la louange, non pour celui qui en fait l'objet mais pour celui qui en est exclu.

L’évitement

80Mal « tolérée », l'injure a recours à divers moyens pour se dissimuler tout en s'exprimant. Ainsi, le procédé des « mots transformés » (A. Kanafani-Zahar) est un stratagème très fréquent qui permet de ne pas prononcer les mots interdits mais dont personne n'est dupe. Et le fait que l'injure soit considérée comme l'apanage de statuts sociaux inférieurs trace les frontières sociales de sa permissivité. A propos du qadhf, Y. Ould al-Barra et A.W. Ould Cheikh relèvent que lorsque l'accusation n'est pas formulée de façon claire mais emploie des expressions euphé-misées ou même par antiphrase, elle est alors en général considérée comme une présomption et obtient le bénéfice du doute.

81Il semble que l'on puisse encore mettre au rang de l'évitement, le procédé, pour ne pas dire le réflexe, qui consiste à renvoyer sur l'injurieur les termes injurieux et plus particulièrement ceux relevant de la malédiction, le plus souvent exactement dans la même formulation. Procédé conjuratoire (A. Kanafani-Zahar) dont on ne peut manquer de percevoir l'ambiguïté, car renvoyer les mots permet aussi de les prononcer, et à l'éloignement de l'effet, à l'évitement proprement dit, s'associe cependant une certaine transgression de l'interdit.

82Toutefois il existe un certain nombre de cas dans lesquels l'injure apparaît bien comme tolérée dans son expression mais est en fait évitée dans son effet de par les conditions particulières du contexte.

83Il en est ainsi notamment avec la situation de « l'injure sans interlocuteur » (A. Kanafani-Zahar) et l'exemple le plus caricatural est celui de l'automobiliste dont les injures ne peuvent être entendues par le destinataire. Mais c'est aussi le cas du procédé qu'A. Roth appelle la « quasi-injure » et W. Marçais « l'à peu près injurieux », qui consiste en fait à jouer sur le double sens des mots ou à employer la technique de l'allusion, et à faire que seuls l'injurieur et l'injuriaire soient en mesure de la comprendre, l'injurié, lui, étant en quelque sorte hors circuit. Il y a certes un effet de connivence avec exclusion du tiers, mais non injure puisque celui qui tient le rôle de l'injurié n'a pas connaissance de ce qui se dit à son propos et qu'ainsi la condition essentielle, selon nous, pour que l'on puisse parler d'injure, n'est pas remplie. Le procédé de l'allusion est d'ailleurs particulièrement utile même quand l'injurié est présent et qu'il est lui-même l'injuriaire, car il lui permet de jouer celui qui n'a pas compris et d'en tirer le bénéfice, tandis que l'in-jurieur a de son côté la satisfaction de la complicité avec le tiers. C. Taine-Cheikh parle d'injure « détournée » comme, par exemple, lorsque l'émir joue le jeu vis-à-vis de tributaires venus lui offrir un chameau édenté.

84Mais c'est sans doute lorsque la nature du contexte est en quelque sorte contradictoire et opposée à celle qui génère habituellement l'injure, que l'effet

85est évité. Il en est ainsi d'un « contexte amical » (A. Kanafani-Zahar), affectueux, dans lequel les termes interdits perdent leur valeur d'exclusion et d'éloi-gnement pour prendre celle de la communion et du rapprochement ; ou bien de l'« injure-plaisanterie » dans laquelle l'injure est corrigée par un « c'est pour rire », ou encore de l'« injure-cajolerie » vis-à-vis d'un enfant, mais dont A. Roth souligne bien le caractère ambigu puisque peut demeurer, malgré le côté plaisant affiché, un effet sur l'injurié. De même C. Taine-Cheikh, qui qualifie cette injure « de cajolerie » de « fausse injure », souligne que : « Si la raillerie est essentiellement taquinerie et cajolerie plutôt qu'agressivité, il n'en existe pas moins une ambiguïté, un risque de malentendu (un peu comme dans le mot d'esprit) qui fait qu'on ne doit s'y adonner qu'avec précaution, même dans le cadre de relations fraternelles ».

86D'autres cas, comme ceux de « l'injure désamorcée » et de « l'injure rituelle » qu'A. Roth situe « à la marge de l'injure » sont plus complexes. En fait, il y a bien injure mais dans l'une la correction de l'intention que vient y apporter l'injurieur en citant un verset coranique disant qu'il ne peut y avoir d'injure entre musulmans, permet d'éviter l'escalade et à l'injurié d'arriver à se justifier vis-à-vis de la critique injurieuse dont il a fait l'objet. Dans l'autre, c'est le rituel qui l'emporte, empêchant que les injures adressées soient en quelque sorte prises comme telles. W. Marçais y voit l'expression d'une colère contre les saints qui ne répondent pas à l'attente des prières, mais on peut se demander si l'on n'est pas en présence d'une sorte de juron institutionnalisé, un peu comme le rite du carnaval, qui pour un temps (celui du rituel) permet la révolte contre les tout-puissants afin de mieux s'y soumettre à nouveau.

87Enfin, il semble que l'on puisse parler d'un procédé qui ressortit à l'injure compensée plutôt qu'à l'injure évitée, c'est celui du recours à l'effet littéraire. Ainsi l'histoire de ce copiste (C. Taine-Cheikh), auquel l'émir refusait de conserver le surplus de papier non utilisé, qui composa un poème élogieux dans lequel il réussit néanmoins à insérer presque en refrain : « Il a enlevé le surplus lui qui (éloge). or le surplus appartient aux artisans ». L'injure est bien présente mais l'art poétique jouant l'éloge l'a en quelque sorte étouffée.

88Mais le cas le plus représentatif est évidemment l'ouvrage de Abou-Moutah-har al-Azdî, et cela sur deux plans puisque d'une part, la prestation à laquelle se livre l'insulteur ne « passe », n'est tolérée, que parce qu'elle est un genre bien défini, limité dans le cadre d'un spectacle, où l'art de l'éloquence et l'effet littéraire constituent les objectifs majeurs, et que d'autre part, cet effet même est redoublé par la création propre à l'œuvre littéraire.

Un type d'injure particulier ?

89La question en effet mérite d'être posée, car A. Roth parle de « primauté de l'injure interpellative » - avec notamment l'importance de la marque du vocatif et de l'interpellation, le  ! (que souligne aussi fortement A. Kanafani-Zahar) -, et insiste sur le rôle particulier que semblent avoir les témoins. Ils sont en géné

90ral présents mais ne sont pas partie prenante dans l'injure, il n'est pas fait appel à leur arbitrage ou jugement mais bien davantage à leur intervention pour éviter la surenchère et l'escalade. Ils représentent les valeurs de la société et sont donc censés les faire respecter. Et Cl. Lefébure souligne la même importance de l'auditoire dans les scènes de disputes, et du rôle que jouent souvent les témoins, par la dissuasion (parfois feinte) de la poursuivre, ou au contraire par l'aiguillon de la relance. Mais, il faut bien en convenir, le corpus des échanges d'injures relevés par W. Marçais (A. Roth) ou d'autres « témoins de langue » (Cl. Lefébure) induit d'emblée qu'il s'agit davantage de ce type d'injure plutôt que de celui de l'injure référentielle. Car, A. Roth le souligne bien, le décalage entre les échanges d'injure tels qu'ils se produisent et ce qu'en retiennent les informateurs n'est pas sans effet sur l'authenticité des échanges recueillis, tout comme il lui apparaît frappant que les grossièretés et obscénités des injures entre femmes notamment, ont eu un pouvoir attractif évident. De même, remarque-t-elle : « Aucune injure n'apparaît comme gratuite ou comme la seule expression d'un mouvement d'humeur ou d'un manque de maîtrise propre à un individu dans une circonstance indéterminée. » Mais on peut facilement imaginer que celles-ci n'intéressaient pas les informateurs ou échappaient à leur observation.

91Injure interpellative encore, si l'on se réfère à la malédiction en Turquie telle que la décrit A. Gokalp, qui en fait une sorte de sport dans lequel les témoins sont un peu les arbitres (même si nous n'avons pas les réelles situations de discours). Ainsi l'effet sur l'injurié (le mal promis) se double, en quelque sorte par ricochet, de l'effet sur le public qui juge du comportement de l'injurié et notamment de la réplique. En fait ce dernier doit montrer qu'il ne prend pas la malédiction au sérieux, exactement comme dans les injures ritualisées où il faut éviter les injures personnelles qui risquent d'arrêter le jeu et de conduire à la bagarre. Dimension donc tout à fait différente et dans laquelle l'aspect de création « littéraire » peut prendre une part plus importante que le « maudissement » lui-même.

92En revanche, le titre même de l'article de A. Moussaoui, « La politique de l'injure », qu'il s'agisse d'injures verbales, par voie de presse, ou qu'elle joue l'injure interpellative en se livrant à des actes de violences, est bien celle de l'injure référentielle qui vise tout autant à convaincre l'opinion publique qu'à injurier et -on l'a vu - surtout à défier le camp adverse.

93Dans l'usage de l'injure au sein des groupes contestataires décrit par I.A. Sall, il semble évident que les critiques virulentes, les menaces, les dénigrements, les moqueries, à l'égard des personnes qui ont le plus à craindre pour leur renommée et leur réputation de générosité, sous-entendent l'importance de l'effet sur les témoins (ou public), qu'il s'agisse d'injures interpellatives ou référentielles. Et il en est de même pour les « chants de blâme » chez les Ful&e du Borgou. M. Gui-chard souligne que les kaEèitooji utilisent de préférence le style direct, mais les exemples donnés montrent que l'on a aussi bien l'emploi de la 2e personne - l'injurié étant directement interpellé -, que la 3e personne - l'injurié étant le réfé-rent désigné, dénoncé, à l'injuriaire. De fait, si la formulation peut donner l'illusion que l'on a affaire à des injures interpellatives, la dimension publique et la fonction de dénonciation qui les caractérisent montrent qu'il s'agit davantage d'injures référentielles dans lesquelles non seulement les personnes sont désignées de façon très directe (pouvant aller jusqu'à l'interpellation) mais, encore et surtout, sont injuriées au su et au vu de tous.

94En fin de compte, cette question de la primauté d'un type d'injure renvoie tout simplement à la nature du corpus étudié. Or, il est manifeste que dans ce volume les différentes contributions se réfèrent pour leur étude à des corpus divers. On se trouve en effet aussi bien devant des textes qui font autorité (ceux cités par Y. Ould al-Barra et A.W. Ould Cheikh) que face à des situations de « terrain » (M. Guichard, A. Kanafani-Zahar, A. Moussaoui, C. Taine-Cheikh) dont les observateurs retiennent ce qui leur paraît intéressant, ou encore en présence de corpus anciens déjà recueillis par d'autres (Cl. Lefébure, A. Roth), ou obtenu auprès d'informateurs (I.A. Sall), ou même d'un mélange d'observations directes et d'un certain corpus littéraire (A. Gokalp), quand il ne s'agit pas tout simplement d'un témoignage ayant pris forme d'œuvre littéraire (Abou-Moutahhar al-Azdî). La variété pour ne pas dire l'hétérogénéité des corpus n'empêche cependant pas de mettre en relief des situations convergentes et même certaines constantes du phénomène de l'injure. La seule chose qui importe est que le contexte à partir duquel est tiré le corpus étudié soit bien précisé, qu'on puisse ainsi d'emblée faire la part des choses. Ainsi, par exemple, comme le signale A. Roth, savoir qu'il faut prendre en compte les deux niveaux d'information d'un corpus comme celui recueilli par W. Marçais, niveau de l'observation sur le terrain, transcrite immédiatement ou rendue plus tard de mémoire, et niveau de rédaction pour le lecteur (ce que souligne aussi Cl. Lefé-bure) ; ou encore, ne pas négliger le choix des informateurs eux-mêmes, manifeste semble-t-il, dans l'attrait particulier pour les injures grossières entre femmes. Et c'est encore cette différence dans le corpus étudié que nous avons essayé de mettre en évidence à propos de l'ouvrage d'Abou Moutahhar al-Azdî en distinguant ce qui est relaté comme la prestation d'un personnage présenté comme un « insulteur public », et l'œuvre littéraire qui en est tirée.

95À l'inverse, on observe qu'il peut y avoir, pour certains informateurs faisant partie de la culture étudiée, une difficulté à évoquer eux-mêmes les termes interdits, comme le remarquent I.A. Sall et A. Kanafani-Zahar. La dimension scientifique semble même ne pas réussir à en amoindrir l'effet. Ce que confirme encore C. Taine-Cheikh en relatant que lors de la rédaction de son Dictionnaire hassâniyya-français, elle a « presque renoncé à mener une réelle enquête dans ce domaine », et qu'elle a eu la surprise, pour ce travail sur l'injure, de voir que son « informateur, qui s'était toujours refusé à prononcer toute forme de gros mots, se trouvait disposé à les lui donner... par mail ! ».

Le piège de la traduction

  • 10 Risque que souligne précisément le traducteur de Catulle ou l'invective sexuelle : « Les termes tel (...)
  • 11 On se souviendra de la polémique concernant l'interprétation de la phrase prononcée lors du crash d (...)

96La question de la traduction des injures est un problème qui nous tient à cœur car il semble bien qu'il n'ait pas été jusqu'à présent appréhendé dans toute sa dimension. Certes il renvoie au problème plus général de la traduction des expressions idiomatiques mais pour lesquelles on peut trouver des équivalences dans la langue d'arrivée, ou encore à celui de la traduction de certaines œuvres littéraires, notamment de la poésie, dans lesquelles la consonance de tels mots, la forme du style, sont autant d'éléments pour ainsi dire intraduisibles. À ces deux difficultés s'en ajoute cependant une troisième pour la traduction des injures, qui est celle de ce qu'on pourrait appeler leur consonance taboue, à savoir que tel mot ou même telle expression dans son ensemble résonne de l'interdit qu'elle contient. De ce fait, la traduction des mots efface cette sensibilité10 et, de plus, elle redonne un sens à des expressions qui l'ont perdu et que l'emploi banalisé a fini par gommer11. On pourrait presque dire qu'une injure « tolérée » dans la langue originelle par une sorte de banalisation, ne peut plus l'être dès lors que, traduite, elle substitue le sens au son, ou du moins impose l'un par rapport à l'autre. Les traductions qui sont faites par A. Gokalp de près de deux cent cinquante malédictions toutes plus imagées les unes que les autres, n'ont certainement pas le même effet quand elles sont dites en turc et entendues par les oreilles d'un Turc. La traduction même la plus fidèle ne peut rendre ce que les termes turcs suggèrent, et peut-être même à l'inverse, les formules deviennent-elles plus « injurieuses » ou plus obscènes qu'elles ne le sont dans la langue d'origine.

97Il suffit de prendre un exemple en français : ainsi le mot « con », dont l'emploi est tellement banalisé que le caractère obscène et sexuel est presque oublié, ce à quoi contribue encore un peu plus les dérivés « connard », « conne », « connasse ». Or, le traduire littéralement dans une langue étrangère lui redonne un sens plus outrancier et faux par rapport à l'emploi banal qui le caractérise. Peut-être encore plus manifeste, le mot « putain », dont on peut dire qu'il conserve quelque peu une valeur d'injure, est tellement banalisé dans le sud de la France, qu'il est utilisé comme une sorte de ponctuation.

  • 12 Tout comme dans l'ouvrage sur Istanbul cité plus haut.

98En revanche, lorsque l'injure devient un genre littéraire, l'aspect spontané et le recours aux formulations banales ne sont pas de mise, c'est la recherche dans le style et la surenchère dans la description qui prévalent (ex. de l'ouvrage d'Abou-Moutahhar al-Azdî)12.

99Évoquer la difficulté ne fera pas résoudre le problème pour autant, il peut inviter simplement à se méfier de l'importance donnée, dès qu'il s'agit d'injure, à la langue (langage) plutôt qu'à la parole, au sens plus qu'au signe, à l'énoncé plus qu'à l'énonciation.

*

100Pour autant que l'on se risque à avancer ici quelques conclusions, il semble que l'on puisse aisément reconnaître nos deux types d'injure. L'une, dont « l'insulteur public » représente en quelque sorte la personnification, est évidemment celle que nous nommons « non-spécifique » - celle qui est associée aux dangers (« péchés ») de la parole, de la langue, de la bouche ; celle qui renverse les interdits moraux et sociaux ; celle dans laquelle on est tenté de voir une certaine universalité dont la particularité culturelle ne serait que d'ordre lexical et se différencierait dans la plus ou moins grande permissivité accordée à la transgression.

101En revanche, et c'est là que cette approche anthropologique nous semble être extrêmement importante, l'autre type d'injure n'est assimilable à celle que nous désignons comme « spécifique » que dans la mesure où l'on intègre la particularité culturelle concernant la notion de personne, dans laquelle ce n'est pas le corps et l'esprit de l'individu qui sont en jeu mais le corps et l'esprit du groupe auquel appartient la personne. La brèche que l'injure ouvre dans le corps du groupe, en ébranlant les fondements sur lesquels repose toute l'organisation de la société, est comparable à la blessure qui entame l'intégrité corporelle ou psychique d'un individu. L'honneur que met en cause ce type d'injure est ainsi celui du groupe auquel appartient la personne et avec lequel elle se confond, il dépasse celui de sa propre personne et en fait partie. On comprend ainsi à quel point la prise en considération de cette particularité culturelle est importante lorsque sont en présence des milieux socioculturels différents pour lesquels l'injure ne met pas en cause la même notion d'honneur. Mais du point de vue du phénomène de l'injure lui-même - de son analyse et de sa compréhension auxquelles peut contribuer cette approche anthropologique -il nous semble manifeste que la question que pose l'injure dite raciste trouve dans cette autre appréhension de la notion de personne un éclairage auquel il conviendrait de porter attention.

102Si ce point est celui qui nous est apparu le plus nettement ici, c'est peut-être parce que ce type d'injure est celui que nous avons particulièrement analysé et que la théorie élaborée à partir de la notion de spécificité (cf. plus haut) résonne ici de façon étonnante. En revanche, il est évident que la modalité de l'injure que représente la malédiction reste peu étudiée. Quel rapport peut-on établir entre la malédiction et cette autre forme de recours au sacré qu'est le juron et qui ne semble pas en revanche très utilisée ?

103Mais, sans aller jusqu'à se lancer dans une perspective comparatiste, étant donné la représentativité restreinte des études données ici d'une part, et l'étendue limitée à la société française contemporaine de notre propre étude d'autre

104part, on ne peut toutefois s'empêcher de constater certains points de rapprochement. Ainsi en est-il notamment des moyens de détourner ou de contourner l'injure : esquive, « je sais bien (que c'est interdit) mais (je le dis) quand même », déni, dire sans dire, etc., stratagèmes dont personne n'est dupe et qui montrent que si l'interdit des mots peut se déjouer, l'effet qui constitue l'injure, lui, ne peut être évité que si le contexte le permet, comme c'est le cas notamment mais pas uniquement, lorsqu'il s'agit d'un contexte amical. De même, s'il est apparu que la structure fortement hiérarchisée de la société avait une incidence certaine par rapport à l'injure, il serait naïf d'en faire une particularité culturelle, et la différence de nature de l'injure que nous avons pu mettre en évidence (cf. plus haut) selon qu'elle se produit au sein d'une relation de type inégalitaire ou au contraire égalitaire en est une illustration, même si on ne la perçoit pas immédiatement et de façon aussi nette. De même encore, la mise sur le même plan de l'éloge et de l'injure - paradoxe qui surprend au premier abord - n'est peut-être une particularité culturelle que dans la mesure où elle est clairement mentionnée dans les textes visant à définir les « dangers de la parole ». Dans la pratique en effet, si l'on veut bien y prêter attention, l'éloge apparaît bien aussi d'une certaine façon comme une possible injure, dans la distinction qu'il opère de fait avec ceux qui n'en font pas l'objet (et l'on retrouve le « Qui ne loue pas critique » de la société maure), ou dans l'excès de qualités qu'il octroie en faisant abstraction des défauts c'est-à-dire en donnant une image tout aussi erronée et partiale de la personne que le fait l'injure. L'accent mis sur ce rapprochement grâce, là aussi, à l'approche anthropologique, devrait inciter à se pencher sur un aspect peu mis en question de l'injure, qui est celui de son rapport avec la vérité et, par là-même, avec le mensonge.

105On voit ainsi à quel point l'effet de retour de cette anthropologie permet de mettre en lumière des dimensions qui passent inaperçues parce que trop proches. Une chose est certaine, nous n'avons pu ici rendre compte de toute la richesse que ces quelques contributions ont pu nous apporter, nous avons simplement tenté d'en extraire les points qui nous paraissaient les plus importants et éventuellement de repérer les manques.

106Il nous reste à souhaiter que le lancement de ce champ de recherche trouve un écho auprès d'autres chercheurs qui oseront, comme ceux qui l'on fait ici et selon la belle formule de Roger-Pol Droit (1989 : 226), « mettre à l'épreuve de l'Autre l'étrangeté du Même ».

Haut de page

Bibliographie

CASAGRANDE Carla, VECCHIO Silvana, 1991, Les péchés de la langue. Discipline et éthique de la parole dans la culture médiévale, Paris, Ed. du Cerf, (traduit de l'italien).

KOSTER Serge (2002), Catulle ou l'invective sexuelle, Paris, La Musardine.

LARGUÈCHE Evelyne, 1983, L'Effet injure. De la pragmatique à la psychanalyse, Paris, PUF.

LARGUÈCHE Evelyne, 1993, L'Injure à fleur de peau, Paris, L'Harmattan.

LARGUÈCHE Evelyne, 1997, Injure et sexualité. Le corps du délit, Paris, PUF.

LARGUÈCHE Evelyne, 2000, « L'injure chez des pré-adolescents : l'influence d'un contexte », in Les Cahiers de la Sécurité intérieure, n° 42, Jeunes sans foi ni loi ?, p. 173-191

POL-DROIT Roger (1989), L'oubli de l'Inde. Une amnésie philosophique, Paris, PUF.

LÂTIFÎ (éd. 2001), Eloge d'Istanbul suivi du Traité de l'invective, traduit du turc ottoman (Risale-i Caribe) par Stéphane Yerassimos, Paris, Actes Sud.

Haut de page

Notes

1 Et qui a donné lieu à un certain nombre de publications dont trois ouvrages principaux (Larguèche, 1983 ; 1993 ; 1997).

2 Ce choix s'explique à la suite d'une orientation prise avec l'étude de la langue arabe, dont la maîtrise (à Paris III) a elle-même porté sur « Le champ sémantique de l'injure en arabe » (Paris III, 1997).

3 Au titre des « Crimes et délits contre les personnes », dans une section intitulée : « Faux témoignages, calomnie, injures, révélation de secrets ».

4 Alors que le verbe s'emploie en général avec son double complément : traiter quelqu'un de, les adolescents disent : « Il m'a traité » sans préciser de quoi, pour dire : « Il m'a injurié » (Larguèche, 2000 : 173-191).

5 Cf. Casagrande et Vecchio, 1991. L'étude est certes située historiquement (XIIIesiècle, dit « siècle de la parole ») et socialement (puisque essentiellement centrée sur la discipline monastique et les textes qui la régissent). Mais il est extraordinaire de voir avec quelle précision est fait le classement des divers « péchés de la langue » et avec quelle finesse ils sont étudiés et décrits, utilisant des méthodes que l'on pourrait croire modernes comme celle de la pragmatique, cherchant à savoir « qui parle, que dit-il, à qui, pourquoi, comment, en quelle occasion ? » (cf. préface de Jacques Le Goff, p. 13), n'hésitant pas, bien avant la psychanalyse, à inclure ces péchés dans celui plus corporel, pour ne pas dire plus sexuel, de la bouche et de la langue (ibidem, p. 14). On ajoutera que ces historiennes ne manquent pas de souligner l'importance des Écritures puis des textes de théologiens dans l'établissement de ces interdits particuliers, alors qu'il est souvent fait le reproche à toute étude sur un phénomène quelconque par rapport à l'islam, de recourir au Coran et aux textes sacrés.

6 Il est amusant de constater que le traducteur d'un petit recueil qui vient de paraître et bien que ressortissant à une tout autre aire culturelle (puisqu'il s'agit de la Rome antique) fait une remarque semblable. « Dans la Rome républicaine du Iersiècle av. J.-C., la liberté du citoyen implique les formes du langage, la liberté d'expression. Cette dernière atteint, chez un poète tel Catulle, une audace dont on n'a plus idée aujourd'hui, vu l'arsenal juridique mis au point (sans doute à juste titre quant à la protection de la personne) pour réprimer l'injure et la diffamation. » (Koster, 2002 : 7).

7 C'est-à-dire que ce n'est pas la notion de personne qui est première, elle serait au contraire le résultat d'un processus d'individualisation. Mais si nous l'énonçons dans ce sens c'est parce que la présente étude se veut d'une certaine façon comparatiste ou du moins tente de repérer des convergences et des divergences par rapport à la base que nous avons présentée plus haut.

8 Et comment ne pas être frappé par ce titre d'un livre traduit du turc ottoman par Stéphane Yerassi-mos et écrit au XVe siècle : Eloge d'Istanbul suivi du Traité de l'invective ? Le traducteur y a annexé ce « Traité » qui, lui, est anonyme et plus tardif (XVIIIe siècle) du moins dans sa version définitive. La ville y est alors dépeinte sous un aspect dépréciateur et il semble que l'« invective » se trouve dans la forme du discours, dans le fait que ce qui est jugé déplaisant est dénoncé et décrit de façon violente. Le traducteur reconnaît cependant que c'est lui qui a préféré ce titre à celui de « Traité des curiosités » (Risale-i Garibe) sous lequel il était habituellement traduit (Lâtifî, 2001). Pour nous, en tout cas, le rapprochement des deux termes n'est pas anodin.

9 Cette notion d'excès, d'erreur, de ce qui ne convient pas, qui n'est pas à sa place, se retrouve tout à fait dans l'expression « mots déplacés » employée parfois comme synonyme d'injure (cf., infra, Y. Ould al-Barra et A.W. Ould Cheikh).

10 Risque que souligne précisément le traducteur de Catulle ou l'invective sexuelle : « Les termes tels cinaedus et pathicus succombent à la faiblesse ou à l'inintelligibilité s'ils sont rendus de façon conventionnelle par "débauché, mignon, giton, efféminé" ; ils retrouvent leur virulence et leur résonance auprès du lecteur de notre époque si on les rend par "enculé" ou "pédé" » (Koster, 2002 : 13).

11 On se souviendra de la polémique concernant l'interprétation de la phrase prononcée lors du crash du Boeing d'Egypt Air (en 1999). Ainsi comme le soulignait Richard Jacquemond à l'époque : « Dans le Tawakkalt 'alâ Allâh qu'aurait prononcé le copilote, le traducteur américain (ou arabe-américain, peu importe à la limite) entend la prière d'un futur suicidé là où les Egyptiens (ou du moins ce que nos médias et les leurs nous présentent comme le point de vue égyptien) ne voient que l'expression banale, dépourvue de charge religieuse, d'une réaction en présence d'un danger. » Cf. « Allez, gringo, que Dieu te blesse » in Le Monde, 26.11.1999.

12 Tout comme dans l'ouvrage sur Istanbul cité plus haut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Evelyne Larguèche, « L'injure comme objet anthropologique », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 28 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/1198

Haut de page

Auteur

Evelyne Larguèche

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page