Navigation – Plan du site
I. État et nation

Renaissance arabe et solidarité musulmane dans La Nation arabe

Anne-Claire de Gayffier-Bonneville
p. 71-93

Résumés

Publiée à Genève de 1930 à 1938, la revue La Nation arabe voulait initialement s'adresser aux intellectuels européens. Les points de vue développés par les deux rédacteurs, Chekib Arslan et Ihsan al-Djabri, montrent toutefois que le lectorat visé était surtout arabe et musulman. Arslan et Djabri sont convaincus de la renaissance de la nation arabe, qu'ils attribuent en grande partie à la politique des puissances européennes dans les États arabes. Les signes de ce réveil sont rapportés, notamment l'intérêt mutuel que les Arabes se portent, la communion des peuples dans la souffrance, l'émergence de personnalités hors du commun. La revue avait une intention militante originale pour l'époque : elle entendait mobiliser les esprits en vue de mener le combat de la renaissance, arabe et musulmane, non seulement contre les puissances occupantes, mais aussi contre le projet sioniste qui menaçait l'intégrité territoriale de la Palestine, voire de la patrie arabe.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avertissement :
Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs.

Texte intégral

  • 1  Nous avons respecté la graphie utilisée dans La Nation arabe pour les noms d'Ihsan al-Djabri (Ihsâ (...)

1En mars 1930, paraît à Genève le premier des trente-huit numéros de La Nation arabe que publieront jusqu'en décembre 1938 et rédigeront à peu près seuls l'émir Chekib Arslan et Ihsan Bey al-Djabri1. « Organe de la délégation syro-palestinienne auprès de la Société des Nations », la revue, était-il précisé dès la page de garde, devait servir « les intérêts des pays arabes et ceux de l'Orient ». À cette date pourtant, le Comité exécutif syro-palestinien avait, depuis plusieurs années déjà, retiré à Chekib Arslan son mandat, mais ce dernier, demeuré à Genève, n'avait pas renoncé à défendre les intérêts de la Syrie auprès de la Société des Nations.

2Druze d'origine, né à al-Shuwayfat dans le district du Chouf au Liban en 1869, Chekib Arslan avait été, en tant que député au Parlement ottoman de 1913 à 1918, un ardent défenseur de l'union des Arabes et des Turcs. À la veille de la Grande Guerre, il rédigeait Aux Arabes enjoignant à ces derniers de se maintenir dans l'Empire. En dépit de la défaite des Empires centraux et de la signature du Traité de Sèvres par lequel, en août 1920, le gouvernement turc renonçait à exercer sa souveraineté sur les anciennes provinces arabes, il continua à défendre avec ferveur ses idées d'union des Arabes autour de la Turquie. En 1921, au sein du Comité syro-palestinien — qui s'était constitué au lendemain du partage du Levant entre les deux puissances mandataires pour faire entendre les revendications unitaires de Grande Syrie —, il présentait un « projet de gouvernement syro-palestinien uni à la Turquie » (Bessis, 1978 : 472). La révolution kémaliste, d'une part, la suppression du califat en mars 1924, d'autre part, vinrent, cependant, ébranler ses convictions et le conduisirent à se dévouer à la cause syrienne essentiellement. Il multiplia dès lors les mémoires à la Commission des mandats demandant l'évacuation et l'indépendance de la Syrie.

  • 2  Outre la photo de l'émir, l'ouvrage de Pierre Fournié et Jean-Louis Riccioli évoque les tensions i (...)

3L'émir s'était si étroitement associé au devenir syrien, notamment dans l'esprit des dirigeants français, que, durant la révolte syrienne de 1925-1926, Henri de Jouvenel n'hésita pas à prendre contact avec lui avant d'aller rejoindre son poste de Haut-Commissaire à Damas. Les entretiens menés en compagnie d'Ihsan al-Djabri et Michel Lutfallâh n'aboutirent toutefois pas. S'ils valurent à Chekib Arslan d'être honoré du titre de mujâhid al-sharq fî al-gharb — le guerrier de l'Est à l'Ouest (Cleveland, 1985 : 52) — ils furent également l'occasion de mettre en lumière les divergences de vue au sein du comité syro-palestinien2.

  • 3  E. Lévi-Provençal mentionne cette lettre dans sa biographie de Chekib Arslan (Lévi-Provençal, 10).

4Déchu peu après de sa qualité de représentant du comité, à l'instar de ses acolytes Ihsan al-Djabri et Riyâd al-Sulh, Chekib Arslan n'en poursuivit pas moins son action auprès des membres de l'organisation internationale comme en témoigne la lettre qu'il fit parvenir en mars 1928 aux président et membres du Conseil de la SDN3.

5Au printemps de la même année, Chekib Arslan fondait à Genève un « Bureau d'information des pays musulmans », signe, semble-t-il, d'un élargissement des préoccupations de l'émir. Au cours du voyage qui le conduisait à La Mecque l'année suivante, il confirmait son engagement au service de la cause arabe en se faisant l'avocat, le 15 mai 1929, devant un public de journalistes égyptiens réunis à Port-Saïd, de l'union des peuples arabes. Son expérience et ses échecs l'avaient en effet convaincu de la nécessité absolue pour les Arabes d'agir ensemble contre la domination occidentale. Les cérémonies rituelles du pèlerinage accomplies, il s'engageait pleinement au service de l'idéal qu'il venait de professer, consacrant son temps et son énergie à apaiser les tensions qui opposaient Ibn Sa'ûd à l'imam Yahyâ du Yémen d'une part, et au roi Faysal d'Irak d'autre part. Puis, de retour en Europe, avec le concours actif d'Ihsan al-Djabri, il fondait La Nation arabe.

  • 4  W. Cleveland, 50. La Nation arabe établit également une notice biographique d'Ihsan Bey al-Djabri, (...)

6Ihsan al-Djabri, de quelques années le cadet de l'émir, partageait en effet les conceptions d'Arslan. Leurs parcours étaient sensiblement les mêmes. Ihsan al-Djabri, grand propriétaire terrien de la région d'Alep, avait occupé diverses charges administratives sous l'Empire ottoman avant de devenir le secrétaire des deux successeurs d'Abdülhamid, Mehmed V et Mehmed VI. À ce titre, il était très attaché à l'Empire ottoman et à l'amitié arabo-turque. La guerre mondiale s'achevant, il s'était engagé dans l'aventure arabe ce qui lui avait permis d'occuper les fonctions de premier chambellan durant le bref épisode du royaume arabe de Faysal. La prise de Damas par les Français le conduisit sur le chemin de l'exil, mais il ne renonça pas pour autant à défendre les revendications syriennes. Au contraire, il entreprit de le faire en Europe même, auprès des instances internationales. C'est ainsi qu'il participa lui aussi, à Genève en 1921, au Congrès syro-palestinien et devint, pendant six ans, membre de la délégation permanente auprès de la Société des Nations4. En 1930, il était à nouveau aux côtés de Chekib Arslan, au service cette fois de l'arabisme comme l'indique sans détour le titre de leur revue. Dans le courant nationaliste arabe des années de l'entre-deux-guerres, il importe de situer les deux rédacteurs et leur publication.

  • 5  La collection des 38 numéros de La Nation arabe, réunie en quatre volumes publiés en 1988 par Arch (...)
  • 6  Chekib Arsian et Ihsan al-Djabri rentrèrent en Syrie en juin 1937 ; La Nation arabe cessa alors de (...)
  • 7  Cleveland, 69, et J. Bessis, 468, notent que les Italiens et les Allemands finançaient en partie l (...)
  • 8  « Nous nous excusons bien auprès de ceux de nos abonnés, très rares d'ailleurs, qui s'acquittent d (...)

7La Nation arabe5devait, selon le souhait exprimé par les deux auteurs, paraître chaque mois. Le premier numéro précisait en effet qu'il s'agissait d'une « revue mensuelle politique, littéraire, économique et sociale ». Si, la première année, la périodicité parvint à être respectée, dès le milieu de l'année suivante en revanche, certains numéros couraient déjà sur deux mois. Dans les dernières années, il n'était pas rare de voir un même numéro couvrir une période de trois, voire quatre mois. Trois interruptions dans la collection doivent même être mentionnées, en 1932 pour les mois de janvier et février, en 1933 pour les trois mois d'octobre à décembre et en 1937 durant les huit derniers mois de l'année6. Les nombreux déplacements effectués par les auteurs et l'énergie mise, en dehors de cette revue, au service de la cause arabe et de la solidarité islamique permettent d'expliquer en partie le manquement de la revue à ses rendez-vous mensuels ; les soucis financiers ne furent pas non plus étrangers à l'irrégularité de la parution7. Ils étaient à l'occasion évoqués par les rédacteurs qui ne manquaient pas alors de rappeler avec courtoisie mais fermeté à leurs abonnés toute l'importance de leur œuvre et la nécessité de la soutenir8. Ces remarques étaient destinées à un public arabe et musulman. Or, les deux auteurs indiquaient dans la préface du numéro 1 de mars 1930, qu'ils espéraient « grâce à cette Revue, [...] intéresser l'intellectualité européenne aux choses de l'Orient et particulièrement à la nation arabe ». La double question du lectorat du périodique et de la nature du discours qui y est développé est dès lors posée.

8En choisissant d'écrire leurs articles en français, les deux auteurs, qu'on ne peut soupçonner d'être acculturés en dépit de leur installation en Suisse, donnaient à leur projet en direction de « l'intellectualité européenne » une évidente cohérence. Les polémiques engagées à travers la revue avec certains journalistes européens tendent à prouver que l'objectif était en partie atteint. La publication du courrier envoyé par tel « docteur en droit de l'Université de Paris » ou tel « professeur de philosophie en Hollande » montre, en outre, que le public européen n'était pas cantonné à l'étroite sphère journalistique et couvrait l'espace de l'Europe occidentale. Enfin, il paraît légitime de penser que le milieu diplomatique et politique était, sinon un lecteur attentif, du moins un destinataire régulier de la revue. Le choix de la localisation à Genève du siège de la revue, l'ambition affichée d'être « l'organe de la délégation syro-palestinienne auprès de la Société des Nations », la publication régulière des lettres adressées aux membres de la SDN invitent grandement à formuler cette hypothèse que l'abonnement du Foreign Office (Cleveland, 1985 : 69) vient soutenir. Chekib Arslan et Ihsan al-Djabri s'étaient en effet donné pour ambition de « faire connaître la nation arabe telle qu'elle est » et « d'exposer [... ses] revendications », parmi lesquelles celle « d'entrer dans le concert des nations civilisées ». La Nation arabe affirmait ainsi, dès la préface du premier numéro, ses objectifs politiques, l'entrée dans le concert des nations civilisées imposant comme préalable l'unité et l'indépendance des pays arabes. Il s'agissait donc de convaincre les responsables politiques européens, soit directement soit par l'intermédiaire d'une opinion publique éclairée acquise aux idées d'indépendance des Arabes, de rendre au peuple arabe la liberté qui lui avait été confisquée.

  • 9  « Pourquoi cette omission des États arabes ? », La Nation arabe, n° 8-9, 1931.
  • 10  « Comment on écrit l'Histoire », La Nation arabe, n° 9, 1930 : 37.
  • 11  « Une agence d'Information Musulmane ? », La Nation arabe, n° 8-9, 1931 : 45.
  • 12  « La renaissance arabe », La Nation arabe, n° 1, mars 1930.

9Cependant, pour parvenir à ce but, il était également nécessaire d'y faire adhérer le peuple arabe. Les fondateurs de la revue espéraient dès lors toucher un public arabe et musulman auquel ils voulaient faire prendre conscience du réveil du monde arabe et du combat qui restait à livrer. Les lettres reçues au siège de la revue, les indications figurant dans quelques articles, les accusations de fauteurs de troubles dont les auteurs faisaient l'objet sont autant d'indices qui, en dehors de la connaissance du nom des lecteurs et de la diffusion du périodique, permettent d'apprécier l'écho du journal dans la population arabe. Ainsi il apparaît que les diplomates arabes ne négligeaient pas la source d'informations que pouvait constituer La Nation arabe. Le périodique pouvait notamment s'enorgueillir d'avoir alerté le ministre plénipotentiaire de Sa Majesté Ibn Sa'ûd à Londres sur la composition de la troisième commission de la Société des Nations chargé du problème de désarmement9. Les jeunes Arabes venus parfaire leur formation en Europe semblent également avoir figuré au nombre des lecteurs de la revue. Dans un article du Temps du 4 novembre 1930, la propagande faite par les deux auteurs du journal auprès des étudiants marocains à Paris était dénoncée : Chekib Arslan était accusé d'avoir provoqué et nourri l'agitation qui se développa dans le Maghreb après la proclamation du « Dahir berbère ». En se défendant d'avoir eu des « échanges de vues dans le domaine politique » avec les étudiants marocains lors de son séjour parisien10, l'émir fournissait indirectement une indication sur la diffusion et la résonance de son journal au sein de la communauté arabe d'Europe : la question du « Dahir berbère » ne manqua pas d'être évoquée dans chaque numéro pendant près d'une année à partir du printemps 1930. D'une rive de la Méditerranée l'autre, La Nation arabe, bien que publiée en français, avait également des lecteurs dans les pays arabes, certains articles jouissant même d'une promotion exceptionnelle. Ainsi, dans le numéro 8-9 de 1931, Chekib Arslan consignait à propos de l'offensive italienne en Libye : « Notre article sur ce sujet a été publié non seulement par "Fata arab" maispar de nombreux journaux de tous les pays arabes. Il a été reproduit à Damas et au Caire, à des milliers et des milliers d'exemplaires »11. L'émir dut, à n'en pas douter, s'enthousiasmer en apprenant cette mobilisation des esprits. Ne s'offrait-il pas d'être, à travers sa revue, le héraut du réveil de la nation arabe et de participer à la « réalisation du but commun : l'indépendance et l'unité de tous les pays arabes détachés de l'Empire ottoman »12 ?

10La Nation arabe est ainsi dominée par les préoccupations politiques des deux rédacteurs, au premier rang desquelles figure « la Renaissance arabe », titre d'ailleurs donné au premier article du premier numéro de la revue. Ainsi n'est-il pas jusqu'aux aspects littéraires, économiques et sociaux ayant trait au monde arabe — auxquels une maigre place est de toute façon réservée dans le périodique — qui ne soient retenus et analysés dans cette perspective.

  • 13  « Vers l'Union Arabe », La Nation arabe, n° 8-9, 1931
  • 14  « La Renaissance Arabe », art. cit.
  • 15  « Vers l'Union Arabe », art. cit.
  • 16  Ibid.

11Le réveil de la nation arabe est, pour Chekib Arslan et Ihsan al-Djabri, une réalité évidente qui s'affirme de jour en jour. Les raisons et les manifestations de ce processus font l'objet de longs et fréquents développements, destinés autant au public occidental qu'arabe. À l'attention du second, il s'agit de raviver et de soutenir la flamme nationaliste, tandis qu'au premier, il importe de faire prendre conscience de sa responsabilité dans le phénomène de renaissance constaté et de lui faire mesurer les conséquences de son opposition aux aspirations arabes. En outre, est également perceptible le souci des deux auteurs de dissiper les craintes que l'unité politique du monde arabe — aboutissement du processus de renaissance arabe — pourrait susciter dans le public occidental. Le réveil arabe, affirment l'émir et son compagnon, loin d'être « dirigé contre l'étranger »13 est un « élément de paix et de progrès social, dans le présent et dans l'avenir »14. Ils partent du constat que la mise sous tutelle des Arabes est une source de tensions au Moyen-Orient, qu'elle mobilise les énergies arabes, impose des dépenses aux puissances mandataires et accroît leurs préoccupations. L'émancipation, à l'inverse, rendrait à cette région du monde sa sérénité et permettrait à chacun de réorienter ses forces vives vers des objectifs plus constructifs. La conquête de l'indépendance, indéfectiblement liée dans l'esprit des auteurs à l'unification des États arabes, permettrait, en outre, de « diminuer en Orient le choc entre les intérêts des grandes puissances »15. Le nouvel État arabe constituerait ainsi un facteur de stabilité — ce à quoi les membres de la Société des Nations devaient a priori être sensibles —, un pôle de développement, enfin un rempart contre « les influences pernicieuses du bolchevisme »16. L'anti-communisme de La Nation arabe peut ici être relevé. À plusieurs reprises, Arslan notera dans ses articles l'incompatibilité intrinsèque de l'islam et du communisme athée.

12L'émir insistait encore auprès de son public occidental sur le caractère foncièrement pacifique du « nationalisme en Orient ». Dans une longue démonstration, il cherchait à montrer la différence fondamentale qui existait entre le nationalisme tel qu'il s'exprimait en Occident et celui des Orientaux. La méfiance provenait de la transposition hâtive du caractère de l'un à l'autre. Arslan concluait son exposé de la sorte :

  • 17  « Nationalisme Arabe, Nationalisme occidental », La Nation arabe, n° 7-8-9, 1932 : 39.

« Le nationalisme oriental n'est comparable ni dans sa forme ni dans son fond à celui de l'Occident qui en général est d'un caractère offensif, tandis que le nationalisme oriental [...] n'a aucunement des visées conquérantes. Il ne vise que le recouvrement de la liberté des peuples qui souffrent sous la domination étrangère [...] »17.

  • 18  On peut lire par exemple dans l'article « Vers l'Union Arabe » : « [...] Les grandes nations colon (...)

13Les Occidentaux n'avaient pas à craindre le nationalisme arabe. La France et l'Angleterre étaient mêmes invitées à soutenir ce mouvement inéluctable de la nation arabe et à accorder au plus vite leur indépendance aux pays qu'elles dominaient. Non seulement elles s'assureraient l'amitié du peuple arabe mais elles rachèteraient leur conduite passée qui avait dressé les Arabes contre elles18. La domination occidentale avait en effet, pour l'émir, largement contribué au réveil de la nation arabe. On pourrait ici souligner la contradiction : le réveil de la nation arabe que célébrait Arslan et auquel il souhaitait contribuer était en grande partie, pour lui, le résultat de la politique occidentale.

  • 19  « La Renaissance Arabe », art. cit.
  • 20  « Le Roi Hussein », La Nation arabe, n° 7-8, 1931 : 13-14.

14Le programme de Wilson, les proclamations des grandes puissances pendant la guerre, les engagements pris à l'égard des Arabes suscitèrent chez ces derniers de grands espoirs d'indépendance et d'unité. La trahison des grandes puissances au lendemain de la victoire vint encore exacerber le sentiment national arabe. Ainsi Arslan constatait-il que « douze ans seulement nous séparent de la Grande Guerre et du temps où l'indépendance de la nation arabe autrefois sous la suzeraineté turque, paraissait presque chimérique »19. La politique du gouvernement des Jeunes Turcs est assez rarement évoquée par Arslan et Djabri comme ayant joué un rôle dans le réveil de la nation arabe, bien que l'affirmation de la prédominance de l'élément turc sur les autres ait suscité des réactions à travers l'Empire, tant chez les Arabes que parmi les Albanais, les Kurdes ou les Arméniens. À l'occasion de la mort du roi Husayn, un article à la gloire du défunt revenait rapidement sur les années d'avant-guerre, évoquant, sans insister, la « déviation des hauts principes qui étaient à la base de [l'] union » des Turcs et des Arabes et la « velléité de domination et d'asservissement suivie par un régime de vexation et de répression » qui réveilla « la conscience de la nation arabe »20. Sans doute les deux rédacteurs étaient-ils gênés par leur propre passé et leur engagement politique antérieur pour attribuer aux Ottomans une part de responsabilité trop importante dans la renaissance arabe. Le retour sur ce passé ne servait pas, en outre, leur dessein qui était celui de la lutte contre la domination occidentale qui s'exerçait alors dans les pays arabes. Les deux auteurs étaient bien plus soucieux de condamner la politique menée par les puissances mandataires, au nom notamment des principes dont celles-ci se réclamaient. Un certain nombre d'articles tendent ainsi à opposer la duplicité des Occidentaux et l'intégrité des Arabes.

  • 21  Ainsi peut-on lire : « Le Roi Hussein a donc surgi à un moment où les pays arabes avaient le plus (...)
  • 22  « S.M. le Roi Hussein. Sur la terre natale », La Nation arabe, n° 10, 1930 : 1.
  • 23  Ici, le peu de sympathie des auteurs pour le colonel Lawrence et l'émir Abdallah est nettement per (...)
  • 24  Ibid
  • 25  « Les engagements de l'Angleterre. La seconde promesse Balfour aux Arabes », La Nation arabe, n° 4 (...)

15La figure du shérif Husayn est sans doute celle qui, par contraste, fait ressortir avec le plus de netteté la fausseté des Européens. Personnage vénéré par les auteurs de La Nation arabe qui voient en lui un homme de la Providence21, Husayn fut « victime de la perfidie, du mensonge et de la duplicité de l'Angleterre »22. L'homme tient du héros : sa volonté est de fer, son courage terrible, son énergie sans limite ; il sut vaincre les résistances qui s'exprimèrent à l'origine dans son entourage et ne pas se fier aux pernicieux conseils de ceux qui prétendaient l'éclairer23. Et, bien qu'ayant échoué dans la tâche qu'il s'était fixée, son honneur restait entier, au contraire de l'Angleterre qui « se chargeait volontiers du rôle peu honorable de duper et de tromper [...] profitant de l'inexpérience du Roi Husayn et de la timidité de ses conseillers »24. Ailleurs, évoquant la correspondance Husayn-McMahon, l'attitude britannique était vivement vilipendée : « On devine dans chaque mot une velléité évidente de trahison et l'intention de trouver une échappatoire », dénonçaient les rédacteurs de la revue25.

16Husayn n'était pas seulement honoré par Chekib Arslan et Ihsan al-Djabri pour le rôle qu'il avait tenu dans l'épisode de la révolte arabe, mais également pour son esprit d'abnégation et son total dévouement à la cause arabe. Les deux auteurs notaient que loin d'en vouloir à celui qui l'avait chassé de son royaume du Hedjaz, Husayn avait souhaité à son adversaire arabe « plein succès dans son œuvre » et lui avait recommandé de se garder des Occidentaux. Il était, à n'en pas douter, le symbole de la renaissance arabe, tant par ses qualités morales que par son action politique.

  • 26  « La Renaissance arabe », art. cit.
  • 27  Voir par exemple « L'unité syrienne » signé de M. Abdine Hamadé, La Nation arabe, n° 3, 1931 :32.

17Non seulement les Occidentaux ne respectèrent pas les promesses qu'ils avaient faites au Roi Husayn, mais ils s'ingénièrent à élever des « barrières factices [...] entre les différentes parties du monde arabe »26. Ainsi l'intervention européenne avait-elle conduit à découper l'Orient arabe en une série de petits États : la Syrie, l'Etat des Alaouites et celui du Djebel Druze — dont la réunion à la Syrie est demandée instamment et de manière réitérée, y compris par des membres extérieurs à la rédaction du périodique27, le Liban — auquel La Nation arabe ne consacre pas un article au long de ses trente-huit numéros en dépit de l'origine de l'émir et de ses responsabilités administratives et politiques dans la région avant la Grande Guerre. Est-ce là une façon d'entériner la scission, comme Chekib Arslan semblait l'avoir fait lors de ses entretiens avec Henri de Jouvenel en 1925 (Cleveland, 57-58), ou au contraire était-ce une manière de nier la division étatique ? — l'Irak, la Transjordanie — également absente de La Nation arabe. Faut-il y lire l'expression de l'hostilité de Chekib Arslan pour l'émir Abdallah décelable par ailleurs dans la revue ? — enfin la Palestine, sur laquelle pesait la menace du projet étatique sioniste. Cependant, le morcellement n'avait pas réussi à étouffer l'élan des Arabes en faveur de leur unité et de leur indépendance ; sans doute même avait-il contribué à l'enraciner plus profondément.

  • 28  « La mort de la pudeur », La Nation arabe, n° 2, 1931.
  • 29  « Le plus grand et le plus fin colonial de France », La Nation arabe, n° 5, 1931 : 30-32.

18La politique menée par les puissances européennes dans les États arabes est également, aux yeux des rédacteurs de la revue, un facteur de réveil de la nation arabe. L'action de la France est tout particulièrement stigmatisée, tandis que le principal grief adressé aux Anglais réside dans leur perfidie à l'égard des Arabes, notamment dans leur soutien au mouvement sioniste28. D'une manière générale, Arslan et Djabri reprochaient à la France sa domination arrogante et méprisante et ses méthodes répressives. Et pour que la condamnation fût plus radicale encore, ils ne manquaient pas de rappeler simultanément l'idéal de justice et de liberté proclamé par les dirigeants français. Lyautey seul trouvait grâce aux yeux de La Nation arabe. Un article de trois pages lui était consacré sous le titre « Le plus grand et le plus fin colonial de France »29 et commençait par ces termes : « J'ai eu toujours pour le maréchal Lyautey une estime immense qui frise le culte ». Y étaient célébrés son sens de la diplomatie et de l'équité, son respect toujours marqué pour ceux qu'il avait gouvernés, sa sympathie pour la culture arabe, autant de qualités qui faisaient de lui « le plus dangereux Français que le nord de l'Afrique ait connu, parce que le plus sage ». L'hommage rendu au maréchal de son vivant avait évidemment pour but de souligner avec force les insuffisances des autres résidents et gouverneurs français dans les pays arabes.

  • 30  On peut lire dans le numéro 7-8 de 1931 : « Il nous semble que la Syrie est plus consciente de sa (...)
  • 31  « L'homme qui hait le bruit jouit de sa tranquillité pendant que notre pays va à sa ruine », La Na (...)
  • 32  « La politique d'équivoque en Syrie » La Nation arabe, n° 1-2-3, 1933.

19Ainsi, en Syrie, les auteurs soulignaient le défaut total de compréhension de la population syrienne par les autorités françaises : celle-ci était gérée, estimaient-ils, sans qu'il fût tenu compte de sa spécificité et de son développement. La fierté nationale des deux rédacteurs s'émouvait de ce que la Syrie pût être simplement assimilée par l'administration française aux autres colonies30. La répression dont le mouvement national faisait l'objet était le signe évident de cette mésintelligence puisque, faisait valoir la revue, l'indépendance seule pouvait assurer à la France l'amitié durable des Syriens. Plaidoyer en faveur de la souveraineté de la Syrie et de sa reconstitution, La Nation arabe se faisait d'autre part le juge de l'œuvre française dans le pays. La critique était sévère : le mandat était un échec sur le plan politique et économique31. L'évolution de la politique française en faveur d'un traité à partir des débuts des années trente était, pour les rédacteurs, l'aveu de la faillite des dirigeants français : « [...] Quand tout le savoir-faire, tout le génie des représentants français qui ont usé tour à tour des menaces, d'ultimatum [...], de persécution et de persuasion firent complètement faillite, on change de politique et cette fois sous la forme de traité [...] », écrivaient-ils en 193332.

  • 33  « Le traité franco-syrien », La Nation arabe, n° 12-13, 1936.
  • 34  « Où en sommes-nous avec le Traité franco-syrien ? », La Nation arabe, n° 16-17, 1938 : 821-823 ; (...)
  • 35  J. Bessis, 475, fait remarquer qu'avant 1930, Chekib Arslan n'avait pas montré beaucoup d'intérêt (...)

20En 1936 toutefois, la conclusion du traité franco-syrien était saluée par Chekib Arslan, dans un long article de huit pages33, comme l'aboutissement du combat mené par les Syriens. L'émir insistait d'abord sur le fait que le traité, loin de détacher la Syrie de la France, valait au contraire à cette dernière une alliée fidèle. (En 1938, devant la lenteur du processus de ratification du traité par le Parlement français, il ferait à nouveau valoir la loyauté de la Syrie à l'égard de la France depuis la conclusion de l'accord en dépit des manœuvres et des intrigues françaises menées contre le gouvernement syrien, et notamment la cession du sandjak d'Alexandrette, « province dont la majorité est arabe et qui faisait partie intégrante de la Syrie », à la Turquie34). Établissant ensuite un parallèle, Arslan se défendait des accusations portées contre lui comme « ennemi de la France n° 1 » en raison de son engagement politique. Toutefois, si la conquête de l'indépendance par la Syrie apportait à l'émir une réelle satisfaction, lui qui dès 1921 s'était mis à son service, elle ne signifiait pas pour autant la fin du combat : l'union des Arabes restait encore à réaliser. « L'alliance franco-syrienne ne lie pas les mains des Syriens dans leur politique arabe et ne les désolidarise pas d'avec leurs frères de sang et de langue » s'empressait-il d'écrire à l'attention de son lectorat arabe. Son article se terminait d'ailleurs par un appel à la France en faveur du sort des indigènes d'Afrique du Nord. Le choix, fait immédiatement après, de ne reproduire parmi les témoignages de félicitations adressés à la délégation syro-palestinienne que celui de l'Étoile nord-africaine témoigne de l'attention particulière de Chekib Arslan pour les affaires du Maghreb35.

21Dès les premiers numéros de la revue, la politique française en Afrique du Nord était l'objet de vives critiques. Outre le voyage de Chekib Arslan au Maroc, l'année 1930 fut en effet marquée par les célébrations du centenaire de la conquête de l'Algérie et la publication au Maroc du décret connu sous le nom de « Dahir berbère ». Aussi La Nation arabe interpellait-elle la France dès juin 1930 sur sa politique maghrébine et enjoignait-elle aux indigènes de sortir de leur torpeur.

  • 36  « [...] Jusqu'à ce que la mentalité de la majorité en France soit modifiée de fond en comble, jusq (...)
  • 37  « [...] Tous les Français [...] doivent lire ce livre qui leur dévoile toutes les fautes sociales, (...)

22Profitant des festivités du centenaire, les deux auteurs dressaient un premier bilan des relations franco-indigènes en Algérie. Inégalité de traitement, injustice, spoliation, défaut d'instruction, tel était dépeint le siècle de présence française en Algérie. La participation des musulmans d'Algérie à la Grande Guerre, la loyauté qu'ils avaient manifestée dans cette occasion n'avaient guère entraîné de modifications de statut pour la population indigène. Arslan mettait en garde la France contre la rancune qui, face à cette situation, ne pouvait manquer de s'accumuler dans les cœurs. À cette date, toutefois, les revendications restaient très proches de celles des Jeunes Algériens : une égalité en droit des musulmans et des Français dans le respect du statut personnel36. L'année suivante, la publication du Jeune Algérien retenait l'attention de la revue qui invitait à la lecture de l'ouvrage de Ferhat Abbas au nom de la connaissance de la vérité37. Quelques passages en étaient reproduits. Des divergences de vue se faisaient cependant sentir entre les rédacteurs de La Nation arabe et l'auteur de l'ouvrage quant aux conclusions auxquelles la situation décrite conduisait. Tandis que Ferhat Abbas réclamait l'égalité politique et administrative pour tous les habitants de l'Algérie, Arslan et Djabri déploraient la perte d'identité des populations musulmanes que cette position traduisait :

  • 38  Ibid. : 47.

« [...] Combien ont souffert ces pauvres malheureux pour qu'ils n'aient plus le courage de revendiquer aucun droit à l'existence comme nation et qu'ils se contentent de demander le relèvement de leur sort et le respect de leur religion. Ils promettent en retour de devenir les plus dévoués et les plus attachés des Français. Ils défendront le nom de la France, la culture de la France partout et en Algérie même [...] »38.

  • 39  J. Bessis, 475, s'appuie sur les archives du ministère des Affaires étrangères, Afrique, Affaires (...)

23La Nation arabe s'était en quelques mois éloignée de la tendance assimilationniste qu'elle professait en juin 1930 pour se rapprocher des positions défendues par les milieux traditionalistes. Il est sans doute important de relever qu'au moment où ce glissement s'opérait, l'Association des Oulémas d'Algérie qui, au-delà de la lutte contre les superstitions, le fétichisme et les confréries, défendait la renaissance de la culture arabe en Algérie, était fondée par le shaykh Abd al-Hamîd ibn Bâdîs. Arslan, rappelle Juliette Bessis, entretenait précisément une relation épistolaire depuis déjà quelques années avec Tayyib al-'Uqbî, l'un des fondateurs de l'AUMA et vice-président du mouvement39. À l'époque, Arslan n'avait pas encore noué de contact avec Messali Hadj, représentant du courant nationaliste indépendantiste algérien. Les deux hommes, en revanche, se côtoieront à Genève en 1935-36 lorsque Messali viendra s'y réfugier pour échapper à des poursuites judiciaires pour reconstitution d'association dissoute (l'Étoile nord-africaine) et incitation de militaires à la désobéissance. Messali Hadj restera profondément marqué par la rencontre de l'émir et fera siennes certaines idées fondamentales de Chekib Arslan.

  • 40  Voir par exemple « Une réponse intéressante à M. Maunier », La Nation arabe, n° 3-4, 1932 ou « Des (...)
  • 41  « La Terreur coloniale. Gémissements de l'Algérie. À propos du « Jeune Algérien », art. cit. : 47.
  • 42  Mohammed Bach Hamba fut l'un des dirigeants du mouvement Jeunes Tunisiens avant 1914.

24Des articles sur la situation algérienne continuèrent à être régulièrement publiés. Avec constance, qu'ils fussent rédigés par Arslan, Djabri ou quelques lecteurs du périodique, ils dénonçaient le traitement injuste infligé aux indigènes et notamment l'absence de politique d'instruction en direction des jeunes musulmans40. Ces articles appelaient plus ou moins directement la population soumise à secouer son joug. Dans « Gémissements de l'Algérie », par exemple, Ihsan al-Djabri, en réponse à l'ouvrage de Ferhat Abbas, invitait les partisans de l'assimilation, à « n'attendre rien de l'étranger » et les indigènes à prendre en main leur avenir41. À la fin de l'année 1931, la parole était laissée à el-Maatamed Ibn Abbad. Déplorant l'état dans lequel la tombe de Mohammed Bach Hamba42 était laissée au cimetière de Hasenheide au sud-est de Berlin, celui-ci écrivait :

  • 43  « La tombe de Mohammed Bach Hamba », La Nation arabe, n° 10-11, 1931.

« J'espère que la jeunesse nord-africaine, suffisamment dégagée des liens de la somnolence et de l'inertie, tiendra à s'intéresser au sort de l'« amas de pierre » qui sert de tombeau à celui qui fut son premier tribun national »43.

  • 44  Jeune Fâsî de bonne famille dont la conversion marqua beaucoup les esprits.
  • 45  « Afrique du Nord. Une saine compréhension de l'Islam », art. cit. : 148.
  • 46  « D'abord enlever aux Berbères la législation musulmane, et même l'exercice de la loi musulmane da (...)
  • 47  Voir par exemple « Afrique du Nord. Une saine compréhension de l'Islam », art. cit. ou « La questi (...)
  • 48  « La question berbère. L'alarme du Monde Musulman », art. cit. ; « Un avertissement marocain au go (...)

25Les auteurs de la revue espéraient à travers leurs articles ébranler les populations arabes et, à l'instar de ce qui s'était produit en 1930 autour du « Dahir berbère », les conduire à réagir. Le 16 mai 1930, le jeune sultan Muhammad ibn Yûsuf avait en effet publié, sous la dictée de la résidence, un décret qui, en réformant l'organisation de la justice au Maroc, n'avait pas tardé à provoquer un vif mouvement de protestation et d'agitation, au-delà même des frontières du royaume. L'article 6 du Dahir — qui donna au décret son surnom de « berbère » — prévoyait que « pour la répression des crimes commis en pays berbère, les juridictions françaises seraient compétentes », au détriment des tribunaux chérifiens (Ganiage, 1994 : 474 ; J. Frémeaux, 1991 : 170). En privilégiant le droit coutumier par rapport à la loi coranique, le texte entérinait la spécificité culturelle berbère et venait s'inscrire dans ce qui apparaissait comme la « politique berbère » de la France menée depuis Lyautey au Maroc. La conversion à peu près au même moment de Muhammad ibn 'Abd al-Jalîl44 fit redouter quelque machination en vue de christianiser les Berbères. La population marocaine commença à s'agiter. La Nation arabe s'emparait dès le mois de juin 1930 de la question, dénonçant « l'effort systématique poursuivi pour achever la séparation entre Arabes et Berbères »45 et mettait en garde contre l'entreprise de conversion qui s'ourdissait46. Le paradoxe de l'immixtion des autorités françaises, représentantes d'une République laïque, dans des affaires religieuses était, en outre, largement souligné47. Ces premiers articles devaient, dans l'esprit des deux rédacteurs, alerter les Arabes et plus largement les musulmans dans le monde. Mais, au-delà de sa vocation informative, la revue exhortait à la réaction et au combat. Aussi n'était-ce pas sans une certaine satisfaction que, dès le numéro de novembre 1930, elle se faisait l'écho des démonstrations d'indignation qui se développaient au Maghreb et en Orient48. Celles-ci étaient une manifestation du réveil de la nation arabe et l'expression de la solidarité musulmane auxquelles Arslan et Djabri avaient choisi de consacrer leur énergie.

  • 49  J. Bessis, 477-479, insiste sur le renversement de position des deux rédacteurs de La Nation arabe (...)
  • 50  « Omar Moukhthar », La Nation arabe, n° 8-9, 1931 : 6. Sur 'Umar Mukhtâr et la stratégie italienne (...)

26Les deux rédacteurs devaient goûter le même contentement au regard des affaires libyennes et de leur retentissement dans le monde arabo-musulman. Ils se firent là, comme dans la question marocaine, les chantres de la résistance à la domination occidentale et les révélateurs de la conscience arabe et islamique49. Ils dénoncèrent, très vite après la fondation de la revue, les exactions italiennes liées aux opérations de soumission générale de la Cyrénaïque, notamment le déplacement de population du Djebel Achdar (Akhdar) vers le golfe des Syrtes, célébrèrent la résistance de la Sanûsiyya et son héros, 'Umar Mukhtâr50. Le ton était vibrant, pathétique, assez conventionnel il est vrai, mais destiné à émouvoir le lecteur arabe et à le pousser à l'action. Ainsi lit-on :

  • 51  « Congrès Pan-Islamique » La Nation arabe, n° 10-11, 1931 : 8.

« [...] Le discours de Azam bey [au Congrès pan-islamique de Jérusalem en décembre 1931] était si vrai que les 80 000 hommes exilés sont encore dans la Syrthe, loin de leur foyer, souffrant et mourant des privations. Les mères malheureuses pleurent toujours leurs enfants arrachés par la force brutale à leurs seins pour être envoyés à Rome où on les destine à embrasser une religion qui n'est pas celle de leur père et servir une nation qui est l'ennemi de leur race et de leur religion [...] »51

  • 52  « Le monde musulman et les dépradations en Syrie », n° 4, 1931 ; « Une Agence d'information musulm (...)
  • 53  « Congrès Pan-Islamique » art. cit. : 8.

27La mobilisation dans l'Orient arabe et, par delà, « aux Indes, en Indonésie », en faveur de la Libye était particulièrement saluée, bien qu'il fût également souligné que la longue indifférence pour les frères de Tripolitaine et de Cyrénaïque n'avait sans doute pas été sans conséquence sur le développement de la barbarie italienne52. L'appel à une plus grande vigilance des Arabes les uns pour les autres était très clair. Toutefois, l'évocation de la question libyenne au Congrès de Jérusalem, la condamnation des atrocités italiennes et l'hommage silencieux rendu à 'Umar Mukhtâr à cette occasion53témoignaient dorénavant de l'intérêt mutuel que les Arabes se portaient, en dépit des limites étatiques que la domination occidentale s'était ingéniée à dresser, et de la communion des populations dans la souffrance. C'était là, parmi d'autres, un signe incontestable de la renaissance arabe.

  • 54  « Le Grand Deuil National », La Nation arabe, n° 7-8-9, 1933. L'article est écrit par Ihsan al-Dja (...)
  • 55  Ibid. ; « Un entretien avec S.M. le Roi Faïçal », La Nation arabe, n° 7-8, 1931 ; « L'Irak à la SD (...)
  • 56  « [...] La Syrie, presque comme le Liban, est plongée dans une situation des plus équivoques, on p (...)

28Si les manifestations de soutien aux populations opprimées par le colonisateur occidental attestaient un réveil de la nation arabe et devaient à ce titre être encouragées, les efforts des responsables politiques pour apaiser leurs conflits, voire créer les conditions de l'unité politique, devaient tout autant, sinon plus encore, être célébrés. La famille hachémite était, de ce point de vue, particulièrement louée. Outre le shérif Husayn, elle comptait en effet le roi Faysal, à qui les auteurs de la revue, à l'instar du père, vouaient une véritable dévotion. Il était le « champion et représentant de l'émancipation arabe » ; il avait « fait lui-même l'histoire du réveil arabe. Il en [était] le héros incontestable »54. L'homme était sage et perspicace ; la justesse de son appréciation politique et l'équilibre de son gouvernement avaient permis à l'Irak de s'émanciper de la tutelle britannique et d'insuffler au pays une dynamique de développement. La population irakienne lui témoignait dès lors un attachement sincère55. Mais, au-delà des Irakiens, les Arabes se reconnaissaient en lui. Il était le guide dont ils avaient besoin, l'homme autour duquel et par lequel l'unité pouvait se réaliser. Les auteurs de La Nation arabe défendaient en effet un projet d'unification des Arabes par étapes. La première consisterait à rassembler l'Irak et la Syrie autour du trône de Faysal. La Syrie, moins avancée que l'Irak, bénéficierait de la sorte des bienfaits du gouvernement irakien56. Leur programme rencontrant une certaine opposition dans les rangs syriens qui, d'une part, voyaient en Faysal un souverain trop lié aux Britanniques et, d'autre part, aspiraient à fonder une République, Arslan et Djabri n'hésitaient pas à user de l'argument de la légitimité historique pour contrer leurs détracteurs :

  • 57  « La visite de S.M. le Roi Faïçal à S.M. Britannique » La Nation arabe, n° 4-5-6, 1933.

« [...] A-t-il besoin, lui, le Roi Faïçal, d'être sollicité de s'occuper des causes syriennes et palestiniennes ? N'est-il pas encore le Roi légitime reconnu à l'unanimité par le Congrès syrien le 9 mars 1920, dont l'esprit survivra toujours plus intense et plus vif jusqu'à ce qu'un seul règne effectif soit établi sur ces contrées séparées artificiellement et arbitrairement ? »57.

  • 58  « Vers l'Union arabe », art. cit. : 11.
  • 59  « Le Hedjaz et le droit international », La Nation arabe, n° 9, 1930.
  • 60  « Un entretien avec S.M. le Roi Faïçal », art. cit. : 20.
  • 61  « [...] C'est une noble et généreuse leçon que les deux pays arabes viennent de fournir aux puissa (...)

29Ensuite, défendaient l'émir et son compagnon, l'union s'étendrait à l'Arabie Saoudite et au Yémen « naturellement »58. Il faut relever ici l'originalité du projet d'union proposé par Arslan et Djabri. Sans doute les gestes de bonne volonté qu'avaient déjà manifestés les trois souverains avaient-ils favorisé l'élaboration d'un tel schéma. Faysal et Ibn Sa'ûd d'une part cherchaient, malgré la tension générée par les attaques de l'Ikhwan, à établir leurs relations sur des bases harmonieuses : en 1930, La Nation arabe avait salué "le geste heureux" du roi Faysal en direction d'Ibn Sa'ûd auquel l'Emir Abdallah de Transjordanie s'était, contre toute attente, ultérieurement associé59 ; en 1931, elle évoquait le traité de bon voisinage conclu entre les deux royaumes60. Quant au Yémen, la revue célébrait les efforts de l'imam Yahyâ et d'Ibn Sa'ûd pour régler leur différend sur l'Asir. Le retrait à l'automne 1931 des forces d'Ibn Sa'ûd des territoires contestés avait notamment valu aux deux souverains un hommage vibrant : la pureté d'intention des Arabes et leur soif de paix et d'unité se manifestaient pleinement tandis que l'avidité des Européens, par contraste, se révélait crûment61.

  • 62  « [...] Le peuple était prêt à tous les sacrifices. La sécurité dans la zone intérieure était tell (...)
  • 63  « Attentat, heureusement manqué contre Sa Majesté Ibn Séoud », La Nation arabe, n° 4, 1935.

30La mort de Faysal, le 7 septembre 1933, représenta pour les deux auteurs une perte considérable : disparaissait celui qui, à leurs yeux, incarnait le mouvement unitaire arabe. Dans les quatre premiers numéros de la revue, une sorte de feuilleton historique avait retracé l'épopée du royaume arabe de 1920 dans laquelle Faysal tenait le premier rôle. Autour de lui les Arabes s'étaient unanimement rassemblés et, sans la trahison de la France, les Arabes auraient continué à vivre dans la plus parfaite harmonie62. Devenue orpheline, la nation arabe devait se trouver un nouveau guide. La figure d'Ibn Sa'ûd s'affirma au fil des numéros pour devenir « l'âme de la nation arabe, le héros du Proche-Orient, le chevalier sans peur et sans reproche, la personnification de toutes les brillantes qualités qui distinguent la race arabe, le grand homme sur la vie duquel reposent toutes nos espérances »63. La préservation de l'indépendance de son royaume, les fondements religieux de son gouvernement et son caractère guerrier avaient séduit Arslan (Cleveland, 1985 : 72).

  • 64  « Le « problème de la race » n'existe pas pour les Arabes », La Nation arabe, n° 8, 1930.
  • 65  Voir également « Le nombre des musulmans du Globe », La Nation arabe, n° 3-4, 1932.

31Pour encourager et soutenir le mouvement de renaissance qui se manifestait depuis la Grande Guerre, Chekib Arslan et Ihsan al-Djabri mettaient par ailleurs en avant les atouts dont bénéficiaient les Arabes. Face à l'Europe vieillissante, le peuple arabe connaissait une formidable croissance démographique. « La nation arabe, en Asie et en Afrique, ne compte pas moins de 70 millions d'âmes » soulignaient-ils dans un article de 193064. Or, la vitalité démographique des Arabes était gage d'espoir pour l'avenir ; elle était le signe d'un progrès possible. L'Europe, en revanche, quelque puissante qu'elle fût, était sur son déclin. Le message était clair : les Arabes devaient réagir à la domination occidentale qui, déjà, cheminait vers sa décrépitude. En outre, signalaient les auteurs, l'Occident était gangrené par une décadence morale dont le monde musulman était dans sa grande majorité épargné. Et Arslan n'hésitait pas à aller jusqu'à faire une apologie de la polygamie, signe de la grande sagesse de la religion musulmane et cause du dynamisme démographique constaté65.

  • 66  « La renaissance arabe », art. cit.
  • 67  « La contribution des Arabes à la plus utile des sciences : la médecine », La Nation arabe, n° 5-6 (...)
  • 68  « La nuit de l'Islam », La Nation arabe, n° 10, 1930.
  • 69  « Le sionisme révisionniste. Du journal « La Liberté » de Fribourg », La Nation arabe, n° 5, 1931.
  • 70  « Une page de souvenirs. La proclamation de l'indépendance de la Syrie : 8 mars 1920 », La Nation (...)

32De plus en plus nombreux, inspirés par de sains principes, les Arabes pouvaient en outre s'enorgueillir d'un passé glorieux qui faisait d'eux des « artisans de la civilisation moderne »66. Nouveau message d'espérance à destination des populations arabes que voulaient faire passer les deux rédacteurs en examinant certains apports de la civilisation arabo-musulmane aux Occidentaux. Arslan et Djabri n'hésitaient pas à remonter plus haut encore dans l'Histoire pour montrer que « l'Orient est le berceau de la civilisation en général », les Grecs auxquels les Européens se plaisent à se référer étaient eux-mêmes héritiers des Égyptiens et « de toutes les autres civilisations du Levant »67. Enfin, notaient les deux journalistes, la situation dominante des Occidentaux n'était que temporaire ; un jour viendrait où ils feraient à leur tour figure de passé d'une civilisation plus brillante. La décadence de l'Islam n'était pas niée, mais elle était récente, et surtout passagère68 ; le réveil des Arabes qui s'opérait « promettrait] un avenir resplendissant de civilisation et de lumière »69. L'évocation rapide mais réitérée du faste de l'époque omeyyade à propos de l'intronisation de Faysal et du Royaume arabe70 n'était, de ce point de vue, pas fortuite. L'unité refaite des Arabes permettrait à ces derniers de retrouver la place qu'ils avaient quelques siècles auparavant occupée.

  • 71  « Le Congrès des Orientalistes de Leyde », La Nation arabe, n° 8-9, 1931.

33L'histoire et la science étaient, ailleurs également, mises au service de la thèse de l'unité arabe. L'étude des dialectes arabes et de leur proximité en dépit de l'éloignement géographique des populations qui les parlaient venait attester, pour Arslan, l'unité des origines71. Réalité historique irréfutable, la nation arabe n'était pas née des élucubrations de quelques intellectuels. D'ailleurs son existence commençait à s'imposer aux puissances dominantes.

  • 72  « L'Irak à la SDN », art. cit. On peut noter que le numéro 7-8-9 de 1932, dont le premier article (...)
  • 73  « [...] La libération de l'Irak doit forcément et inévitablement amener la libération de la Syrie (...)

34L'Irak, en effet, était admis à la Société des Nations le 3 octobre 1932, quatre mois après que le Conseil de l'organisation internationale eut reconnu la fin du mandat. C'était le premier pays arabe à faire son entrée dans cette institution, mais à travers lui, plaidait Djabri, c'était « en fait l'admission, parmi le concert des Puissances, de la Nation arabe tout entière »72. L'Irak, d'une part, de la tribune internationale à laquelle il accédait, ne pouvait manquer de se battre pour le sort de ses frères arabes et de défendre leurs intérêts. Il ne serait, d'autre part, plus longtemps possible pour les puissances européennes de maintenir le joug qu'elles faisaient peser sur les autres pays arabes73. Enfin, notait le périodique, outre le prestige dont l'Irak et son souverain jouissaient désormais et qui ne pouvait manquer de susciter un élan fédérateur autour du trône de Faysal, l'entrée d'un pays arabe à la SDN était le premier signe d'une évolution des rapports de force sur la scène internationale.

  • 74  « Le rapport de la Commission des Mandats et les pays arabes au Conseil de la SDN », La Nation ara (...)
  • 75  « L'exécution de trois martyrs », La Nation arabe, n° 5, 1930 ; « La mort de la pudeur », art. cit

35En dépit de tous ces signes positifs qui attestaient une renaissance arabe et annonçaient des lendemains meilleurs, La Nation arabe se montrait encore soucieuse. La menace qui pesait sur l'avenir de la Palestine depuis la déclaration Balfour en était la cause. L'attention accordée à la question palestinienne se fit au fil des numéros de plus en plus soutenue. Le troisième numéro de l'année 1936 (n° 10-11) était ainsi entièrement consacré à « La Palestine martyre ». Les deux rédacteurs mettaient en garde leurs lecteurs arabes contre le projet sioniste qui menaçait l'intégrité territoriale de la Palestine et de la patrie arabe plus globalement. Dès 1930, ils insistaient sur l'incompatibilité du respect du droit des Arabes à l'existence sur cette terre, droit consacré par des siècles de présence sur ce territoire, et l'établissement en Palestine d'un Foyer national pour le peuple juif, conformément aux termes de la lettre de lord Balfour à lord Rothschild74. Aussi était-il nécessaire aux Arabes et aux musulmans de s'unir et de soutenir la résistance palestinienne, fût-ce au prix de leur vie75.

  • 76  « Un foyer de bolchévisme sous le nom de foyer national juif », La Nation arabe, n° 10, 1930.
  • 77  Le même argument du poids de la richesse de la communauté juive sur les orientations politiques br (...)

36Au lectorat occidental, Arslan et Djabri se souciaient plus de montrer la trahison et la perfidie britanniques. Les engagements pris pendant la Grande Guerre avec les Arabes et les sionistes étaient contradictoires, mais seules les promesses faites aux Juifs avaient du poids pour les Anglais76. « Ah ! », déploraient-ils en dressant ce constat, « si seulement les Arabes étaient riches !... »77. Pourtant, Ces promesses s'opposaient à la plus élémentaire justice : non seulement les Puissances n'avaient aucun droit à disposer de territoires qui ne leur appartenaient pas mais, en outre, l'Angleterre avait pénétré comme alliée des Arabes en Palestine. La Palestine avait, par ailleurs, cessé d'appartenir au peuple juif depuis plus de deux mille ans et l'Ancien Testament était leur seule légitimité tandis que les Arabes étaient les possesseurs reconnus de cette terre. En fait, expliquait la revue, la Grande-Bretagne avait cherché, par sa politique délibérément ambiguë, à semer le trouble dans cette zone géographique, particulièrement importante pour elle puisqu'elle menait aux Indes, afin de pouvoir y jouer les arbitres et s'y maintenir. Finalement, les deux rédacteurs mettaient les Européens face à leur incohérence et en appelaient à leur sagesse :

  • 78  « Sionisme en activité », art. cit.

« [...] Ce qui est incroyable c'est que la morale politique de l'Europe baisse à ce point et s'avilisse jusqu'au degré de considérer l'injustice comme une œuvre sublime d'humanité et les usurpations flagrantes comme des actes de justice glorieuse [...] »78.

37Aussi leur demandaient-ils l'abrogation de la déclaration Balfour et du régime du mandat, et l'établissement d'un gouvernement autonome en Palestine.

38Dans les affaires de Palestine, comme dans celles de Libye ou du Maroc, l'appel à la mobilisation des Arabes se prolongeait toujours par une exhortation plus large à l'adresse des musulmans du monde. L'arabisme de Chekib Arslan et Ihsan al-Djabri était manifestement très imprégné d'islam et, au-delà d'un réveil de la nation arabe, c'est à une renaissance plus générale des musulmans qu'ils aspiraient. Cependant, la place privilégiée des Arabes dans l'Islam leur assignait un rôle spécifique et faisait d'eux, en quelque sorte, les animateurs de la renaissance de l'umma. La revue, très orientée vers le combat politique, était ainsi teintée de réformisme. C'était là le reflet du parcours intellectuel des deux rédacteurs, et de Chekib Arslan en particulier.

39De 1889 à 1893, Arslan fit de nombreux voyages et séjourna notamment à Constantinople où il fit la connaissance de Jamâl al-Dîn al-Afghânî. Pendant ses années d'études à Beyrouth, il eut, d'autre part, l'occasion de suivre l'enseignement de Muhammad Abduh et de Rashîd Ridâ, avec lequel il conserva d'étroites relations, épistolaires notamment. Il se lia également à Muhibb al-Dîn al-Khatîb. Ses liens avec ce dernier lui donnèrent l'occasion de publier dans al-Fath ; il fut quelque temps aussi secrétaire de l'Association des Jeunes musulmans (Cleveland, 1985 : 49 ; 61).

  • 79  « Congrès Pan-Islamique », art. cit. : 2-3 ; « Nationalisme Arabe Nationalisme occidental », art. (...)
  • 80  « Congrès Pan-Islamique », art. cit. : 5.

40En écho à la pensée réformiste, La Nation arabe expliquait l'affaiblissement des États arabes et musulmans par l'éloignement des principes divins et l'ambition des dirigeants79. Une interprétation erronée de la religion musulmane avait notamment conduit à diviser l’umma qui dès lors était entrée en décadence. Il était donc indispensable de réagir si les musulmans, qui subissaient soit la domination occidentale et son prosélytisme religieux, soit l'influence de l'athéisme soviétique, ne voulaient pas être voués à la disparition. Quelques grands hommes tels Afghânî, 'Abduh ou Kawâkibî avaient déjà « jeté l'alarme en faisant appel aux États et aux peuples musulmans pour leur montrer le danger imminent qu'ils cour[aient] et arrêter leur course insensée vers l'abîme », mais ils n'avaient pas été assez largement entendus. Aussi fallait-il renouveler le message. À l'instar du peuple arabe, les musulmans étaient donc instamment invités à « se réveiller de la torpeur et de l'indifférence en se prêtant mutuellement aide et assistance et en se décidant à réformer et à débarrasser leur sainte religion, désaxée et obscurcie par les insanités qui s'y sont accrochées »80.

  • 81  À partir de 1932, on trouve régulièrement des articles sur les communautés musulmanes dispersées à (...)
  • 82  Voir à propos de ce Congrès les n° 6 et 7 de l'année 1935.

41Dans cet esprit, l'émir et son compagnon se soucièrent de mettre leur revue au service de la solidarité islamique. Non seulement ils évoquaient la mobilisation musulmane à travers le monde pour la défense des Palestiniens, des Berbères ou des populations de Cyrénaïque, mais ils cherchaient aussi à transmettre des informations sur l'état des différentes communautés musulmanes dans le monde, dans les Balkans, en Pologne, en Chine...81 Ils se faisaient également un devoir de participer aux congrès du monde musulman qui se tenaient et de s'en faire l'écho, voire d'en soutenir l'organisation, comme ce fut le cas pour le Congrès Musulman d'Europe qui réunit à Genève en septembre 1935 soixante-dix délégués82.

  • 83  L'Afghanistan était également, à l'occasion, mentionné.
  • 84  Voir notamment « La Perse », La Nation arabe, n° 3, 1930 : 139 ; « Développement économique de la (...)
  • 85  « La Perse », art. cit.
  • 86  Voir par exemple « La question du pétrole », La Nation arabe, n° 9, 1930 ou « L'accord sur le pétr (...)

42Si, pour les deux rédacteurs du périodique, les Arabes avaient incontestablement, dans la renaissance musulmane, une place privilégiée à occuper, ils n'en reconnaissaient pas moins que certains États non-arabes cheminaient avec succès sur la voie de la modernité. La Perse, tout particulièrement, suscitait leur approbation83. Plusieurs articles lui étaient dès lors consacrés84. Y était notamment loué l'art du shâh qui parvenait à concilier la modernisation du pays et le respect des croyances et des traditions. L'absence de précipitation était, en la matière, fondamentale ; les changements et les réformes n'étaient pas brutalement imposés à la population, à la différence de ce qui pouvait se produire dans d'autres pays. Ainsi, constatait La Nation arabe, « le port du chapeau pehlevi s'est effectué sans effusion de sang et sans qu'on ait eu besoin de la cour martiale... »85. Il n'était pas jusqu'à la place dévolue aux femmes dans la société qui ne connût de progrès : non seulement elles avaient accès à l'enseignement supérieur, mais elles commençaient à se dévoiler ; il était même question de leur accorder le droit de vote aux municipalités, soulignait, admiratif, le périodique. En outre, la modernisation économique de la Perse se faisait avec la participation des forces vives du pays ; l'introduction des éléments étrangers était limitée, étroitement surveillée, pour éviter une exploitation du pays contraire à ses intérêts propres. Il faut noter ici, et plus généralement chaque fois qu'il était question de pétrole, la vive attention des auteurs pour la défense des intérêts économiques des pays arabo-musulmans face à l'appétit vorace des sociétés occidentales86.

  • 87  Voir « La Perse », art. cit. ; « Solidarité musulmane et non panislamisme », n° 4, 1930 : 151 ; «  (...)
  • 88  « Turcs et Arabes », La Nation arabe, n° 7-8, 1931 ; « Injustes prétentions de la Turquie », La Na (...)

43À l'inverse, la voie suivie par les responsables turcs ne rencontrait pas les suffrages des deux rédacteurs. Les méthodes autoritaires visant à éradiquer les coutumes anciennes étaient vivement condamnées et leur inefficacité grandement soulignée. La politique religieuse de Mustafa Kemal était évidemment, pour les deux hérauts de la renaissance musulmane, jugée avec une sévérité particulière87. En soulignant le faible ancrage des réformes dans l'esprit populaire turc et simultanément leur côté déstructurant, Arslan et Djabri entendaient plus globalement mettre en garde les dirigeants musulmans dans le monde et les tenants de l'occidentalisation contre le risque d'une modernisation sans discernement et coupée des principes religieux musulmans. Ils s'inscrivaient à l'évidence dans la tradition du courant réformiste musulman qu'al-Afghânî avait initié. La rupture avec les traditions musulmanes conduisait en outre à la division, faisaient-ils remarquer. Alors que Turcs et Arabes, durant des siècles, s'étaient parfaitement entendus et avaient vécu ensemble sous une même autorité musulmane — union que Chekib Arslan défendait encore au lendemain de la Grande Guerre —, force était désormais de constater que les rapports entre les deux communautés s'étaient tendus. Les efforts de Faysal n'étaient pas parvenus à apaiser le conflit latent que les prétentions turques sur les territoires d'Alexandrette et d'Antioche étaient venues exacerber88. La Turquie assistait non sans effroi au réveil de la nation arabe, mais elle n'en avait pas compris le sens.

44Sous couvert d'ouvrir un dialogue avec « l'intellectualité européenne » comme la préface en avait proclamé l'intention, les thèmes abordés et la ferveur du discours militant ne laissent guère de doute sur la visée polémique de La Nation arabe et son ambition d'atteindre un public arabe et musulman en vue de mener le combat commun de la renaissance. L'écho de la revue dans l'ensemble du monde arabe durant les huit années de sa publication laisse en tout cas penser que Chekib Arslan et Ihsan al-Djabri y avaient trouvé leur véritable public.

Haut de page

Bibliographie

ARSLAN, Shakib, 1937, Limâdha ta'akhkbara l-muslimûn wa limâdha taqaddama gbayruhum ? (Pourquoi les musulmans ont-ils pris du retard et pourquoi les autres ont-ils progressé), Le Caire, traduit par M.S. Shakoor, 1962, Our Decline and Its Causes, Lahore.

BESSIS, Juliette, 1978, « Chekib Arslan et les mouvements nationalistes au Maghreb », Revue historique, CCLIX, pp. 467-489.

BOURGUIBA, H., 5 juin 1937, « Un vétéran des luttes anticolonialistes : l'émir Chekib Arslan », Édition spéciale de L'Action tunisienne consacrée à Chekib Arslan.

CLEVELAND, W., 1985, Islam Against the West. Shakib Arslan and the Campaign for Islamic Nationalism, University of Texas Press, Londres, Al-Saqi Books.

FLEURY, A., 1979, « Le mouvement national arabe à Genève durant l'entre-deux-guerres » Relations internationales, n° 19, pp. 329-354.

FOURNIE, Pierre, et RICCIOLI, Jean-Louis, 1996, La France et le Proche Orient 1916-1946. Une chronique photographique de la présence française en Syrie et au Liban, en Palestine, au Hedjaz et en Cilicie, Paris, Casterman.

FREMEAUX, Jacques, 1991, La France et l'Islam depuis 1789, Paris, PUF.

GANIAGE, Jean, 1994, Histoire contemporaine du Maghreb de 1830 à nos jours, Paris, Fayard.

LEVY-PROVENÇAL, Émile, 1947, « L'émir Chekib Arslan (1869-1946) » Cahier de l'Orient contemporain, IX-X, pp. 5-19.

MARTEL, A., 1991, La Libye 1835-1990. Essai de géopolitique historique, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1  Nous avons respecté la graphie utilisée dans La Nation arabe pour les noms d'Ihsan al-Djabri (Ihsân al-Jâbirî) et de Chekib Arslan (Shakîb Arslân).

2  Outre la photo de l'émir, l'ouvrage de Pierre Fournié et Jean-Louis Riccioli évoque les tensions internes au sein du comité, autour notamment de la question de la laïcité (Fournié et Riccioli : 80 et 128).

3  E. Lévi-Provençal mentionne cette lettre dans sa biographie de Chekib Arslan (Lévi-Provençal, 10).

4  W. Cleveland, 50. La Nation arabe établit également une notice biographique d'Ihsan Bey al-Djabri, n° 16-17, 1938 : 910.

5  La collection des 38 numéros de La Nation arabe, réunie en quatre volumes publiés en 1988 par Archive Éditions, Funham Common, Buckinghamshire, est consultable notamment à la bibliothèque de l'Institut du Monde Arabe à Paris.

6  Chekib Arsian et Ihsan al-Djabri rentrèrent en Syrie en juin 1937 ; La Nation arabe cessa alors de paraître. Ihsan Bey al-Djabri demeura dans le pays pour y exercer les fonctions de gouverneur de la province de Lattakié que le gouvernement syrien lui avait confiées (La Nation arabe, n° 16-17, 1938 : 910). Quant à Arsian, il regagna seul la Suisse au début de l'année 1938 et assura la publication des trois derniers numéros de la revue.

7  Cleveland, 69, et J. Bessis, 468, notent que les Italiens et les Allemands finançaient en partie la revue, sans indiquer dans quelle proportion, ni la régularité des versements. Les articles de La Nation arabe ne louent pourtant pas, loin s'en faut, les opérations italiennes en Cyrénaïque et prennent nettement le parti de la résistance à l'occupation jusqu'en 1933.

8  « Nous nous excusons bien auprès de ceux de nos abonnés, très rares d'ailleurs, qui s'acquittent de leurs obligations vis-à-vis de notre revue La Nation arabe, d'être acculés à la nécessité d'espacer de plus en plus la publication de notre organe par suite de la carence du plus grand nombre des abonnés qui, sous prétexte de la crise mondiale, font défaut devant un appel du devoir et de la solidarité patriotique et musulmane. [...] Nous espérons que cet appel trouvera un reflet dans le cœur de nos lecteurs arabes et musulmans qui ne paraissent pas comprendre les graves conséquences de l'indifférence témoignée systématiquement vis-à-vis des problèmes vitaux concernant l'avenir de leur race et de leur religion. [...] ». Extrait de « À nos lecteurs », La Nation arabe, n° 5-6, 1932 : 48.

9  « Pourquoi cette omission des États arabes ? », La Nation arabe, n° 8-9, 1931.

10  « Comment on écrit l'Histoire », La Nation arabe, n° 9, 1930 : 37.

Au printemps 1930, Chekib Arslan entreprit de faire un voyage en Espagne et au Maroc qui le mena d'abord à Paris où il fut accueilli par Ahmad Balafrej et Muhammad al-Fâsî. Les deux jeunes gens le retrouvèrent ensuite à Madrid. Lors de son séjour à Tétouan, il rencontra 'Abd al-Halik Torres et 'Abd al-Salâm Bennuna avec lequel il organisa la section marocaine du Comité syro-palestinien, rebaptisé Comité syro-palestino-maghrébin et dont la vocation se trouvait élargie à la lutte pour l'indépendance des pays arabes dans leur totalité (Lévi-Provençal, 11-12 ; Bessis, 479-480).

11  « Une agence d'Information Musulmane ? », La Nation arabe, n° 8-9, 1931 : 45.

12  « La renaissance arabe », La Nation arabe, n° 1, mars 1930.

13  « Vers l'Union Arabe », La Nation arabe, n° 8-9, 1931

14  « La Renaissance Arabe », art. cit.

15  « Vers l'Union Arabe », art. cit.

16  Ibid.

17  « Nationalisme Arabe, Nationalisme occidental », La Nation arabe, n° 7-8-9, 1932 : 39.

18  On peut lire par exemple dans l'article « Vers l'Union Arabe » : « [...] Les grandes nations coloniales ont désormais un intérêt essentiel à favoriser l'essor et le réveil des peuples qu'elles dominent si elles ne veulent pas que ce réveil s'accomplisse malgré elles et contre elles. »

19  « La Renaissance Arabe », art. cit.

20  « Le Roi Hussein », La Nation arabe, n° 7-8, 1931 : 13-14.

21  Ainsi peut-on lire : « Le Roi Hussein a donc surgi à un moment où les pays arabes avaient le plus grand besoin de lui, besoin de s'unir, et de former un bloc pour la réalisation de l'Idéal sacré vers lequel se dirigeaient leurs espoirs. » Ibid.

22  « S.M. le Roi Hussein. Sur la terre natale », La Nation arabe, n° 10, 1930 : 1.

23  Ici, le peu de sympathie des auteurs pour le colonel Lawrence et l'émir Abdallah est nettement perceptible. Voir « Le Roi Hussein », art. cit.

24  Ibid

25  « Les engagements de l'Angleterre. La seconde promesse Balfour aux Arabes », La Nation arabe, n° 4, 1930 : 163.

26  « La Renaissance arabe », art. cit.

27  Voir par exemple « L'unité syrienne » signé de M. Abdine Hamadé, La Nation arabe, n° 3, 1931 :32.

28  « La mort de la pudeur », La Nation arabe, n° 2, 1931.

29  « Le plus grand et le plus fin colonial de France », La Nation arabe, n° 5, 1931 : 30-32.

30  On peut lire dans le numéro 7-8 de 1931 : « Il nous semble que la Syrie est plus consciente de sa destinée que les peuples sous la tutelle de la France, plus fermement décidée, peut-être aussi plus pressée à rompre les chaînes de son esclavage ; ses efforts sont pénibles ; elle souffre d'autant plus que ses oppresseurs sont insensibles et cruels vis-à-vis de tous [...] » (p. 36).

31  « L'homme qui hait le bruit jouit de sa tranquillité pendant que notre pays va à sa ruine », La Nation arabe, n° 4, 1931 : 29-31.

32  « La politique d'équivoque en Syrie » La Nation arabe, n° 1-2-3, 1933.

33  « Le traité franco-syrien », La Nation arabe, n° 12-13, 1936.

34  « Où en sommes-nous avec le Traité franco-syrien ? », La Nation arabe, n° 16-17, 1938 : 821-823 ; « Le Traité franco-syrien. Est-ce un Traité ou un Chiffon de papier ? », La Nation arabe, n° 18-19, 1938 : 911-918.

35  J. Bessis, 475, fait remarquer qu'avant 1930, Chekib Arslan n'avait pas montré beaucoup d'intérêt pour les questions touchant à l'Afrique du Nord. S'il s'était rendu en Libye en 1912 pour aider à l'organisation de la résistance sénoussie, il n'était en revanche intervenu ni à l'occasion des affaires tunisiennes au lendemain de la première guerre mondiale, ni au moment de la guerre du Rif.

36  « [...] Jusqu'à ce que la mentalité de la majorité en France soit modifiée de fond en comble, jusqu'à ce que le Musulman, tout en restant musulman, puisse jouir des mêmes droits que le citoyen français, tous ces discours et ces échanges de courtoisie ne sortiront pas du cadre de la phraséologie. L'indigène gardera toujours rancune d'une injustice qui n'a pas cessé et qu'aucun sacrifice, quelque grand qu'il soit, n'a su réparer, et les discours d'un Belhadj ou d'un Badis resteront toujours des compliments de pure convenance.[...] » Extrait de « Algérie. Le centenaire de la conquête française » La Nation arabe, n° 4, 1930 : 158. Dans la même veine, on peut se reporter à l'article « Afrique du Nord. Une saine compréhension de l'Islam » qui figure dans le même numéro.

37  « [...] Tous les Français [...] doivent lire ce livre qui leur dévoile toutes les fautes sociales, les injustices commises sur la population algérienne. Il leur fait voir l'abîme qu'a créé dans le cœur des musulmans les plus émancipés l'humiliation, les vexations, l'arbitraire et la répression qui durent déjà depuis un siècle dans cette malheureuse contrée. [...] » Extrait de « La Terreur coloniale. Gémissements de l'Algérie. À propos du "Jeune Algérien" », La Nation arabe, n° 7-8, 1931 : 44.

38  Ibid. : 47.

39  J. Bessis, 475, s'appuie sur les archives du ministère des Affaires étrangères, Afrique, Affaires musulmanes.

40  Voir par exemple « Une réponse intéressante à M. Maunier », La Nation arabe, n° 3-4, 1932 ou « Des mesures inhumaines en Algérie » signé par D., La Nation arabe, n° 1-2-3, 1933.

41  « La Terreur coloniale. Gémissements de l'Algérie. À propos du « Jeune Algérien », art. cit. : 47.

42  Mohammed Bach Hamba fut l'un des dirigeants du mouvement Jeunes Tunisiens avant 1914.

43  « La tombe de Mohammed Bach Hamba », La Nation arabe, n° 10-11, 1931.

44  Jeune Fâsî de bonne famille dont la conversion marqua beaucoup les esprits.

45  « Afrique du Nord. Une saine compréhension de l'Islam », art. cit. : 148.

46  « D'abord enlever aux Berbères la législation musulmane, et même l'exercice de la loi musulmane dans les statuts personnels, c'est la première étape pour les détacher de l'islamisme. Ensuite, c'est l'interdiction de l'enseignement religieux musulman et de la langue arabe qui, pour les peuples musulmans, est comme le latin pour les catholiques ; c'est la deuxième étape. L'envoi de missionnaires pour prêcher le christianisme parmi les Berbères, au moment où aucun enseignement religieux musulman ne viendra entraver leur propagande : voilà la troisième étape. [... Les Français] traversent les trois degrés ensemble. [...] » Extrait de « Tribunaux berbères », La Nation arabe, n° 6-7, 1930 : 28.

47  Voir par exemple « Afrique du Nord. Une saine compréhension de l'Islam », art. cit. ou « La question berbère. L'alarme du Monde Musulman », La Nation arabe, n° 9, 1930 : 21.

48  « La question berbère. L'alarme du Monde Musulman », art. cit. ; « Un avertissement marocain au gouvernement français », La Nation arabe, n° 1, 1931 ; « Échos de la question berbère dans les Iles Néerlandaises », La Nation arabe, n° 2, 1931 : 5.

49  J. Bessis, 477-479, insiste sur le renversement de position des deux rédacteurs de La Nation arabe à l'égard de l'Italie après 1933. L'article « L'Italie et le Monde arabe » (n° 4-5-6, 1933) consacre ce revirement. Mussolini y est célébré pour ses prises de position en faveur de l'indépendance des Arabes. Le soutien apporté par le délégué italien à la SDN à l'Irak au moment de son indépendance est également salué.

50  « Omar Moukhthar », La Nation arabe, n° 8-9, 1931 : 6. Sur 'Umar Mukhtâr et la stratégie italienne, voir Martel, 1991 : 147-148.

51  « Congrès Pan-Islamique » La Nation arabe, n° 10-11, 1931 : 8.

52  « Le monde musulman et les dépradations en Syrie », n° 4, 1931 ; « Une Agence d'information musulmane ? », art. cit. : 45.

53  « Congrès Pan-Islamique » art. cit. : 8.

54  « Le Grand Deuil National », La Nation arabe, n° 7-8-9, 1933. L'article est écrit par Ihsan al-Djabri. Ceci explique sans doute son ton particulièrement laudatif et l'émotion qui s'en dégage.

55  Ibid. ; « Un entretien avec S.M. le Roi Faïçal », La Nation arabe, n° 7-8, 1931 ; « L'Irak à la SDN », La Nation arabe, n° 3-4, 1932. Dans ce dernier article, l'opposition irakienne était vilipendée : elle agissait sous le coup du ressentiment et n'était finalement que nuisible.

56  « [...] La Syrie, presque comme le Liban, est plongée dans une situation des plus équivoques, on peut dire anarchique. Elle a besoin d'un guide éclairé, puissant et capable de l'extirper du marécage où elle se débat [...] C'est en nous unissant avec le Roi Faiçal qu'on parviendra à enrayer l'indécision, les dissensions et l'anarchie [...] ». Extrait de « Vers l'Union arabe », La Nation arabe, n° 8-9, 1931.

57  « La visite de S.M. le Roi Faïçal à S.M. Britannique » La Nation arabe, n° 4-5-6, 1933.

58  « Vers l'Union arabe », art. cit. : 11.

59  « Le Hedjaz et le droit international », La Nation arabe, n° 9, 1930.

60  « Un entretien avec S.M. le Roi Faïçal », art. cit. : 20.

61  « [...] C'est une noble et généreuse leçon que les deux pays arabes viennent de fournir aux puissances civilisées [...] Ces sentiments n'existent plus chez les hommes d'Etat de l'Occident dont la conception et la vue sont troublées par le matérialisme du gain, par la fièvre de la possession et la hantise de la domination. [...] ». Extrait d'« Une leçon pour l'Europe. Entre le Hedjaz et le Yémen », La Nation arabe, n° 10-11, 1931 : 49.

62  « [...] Le peuple était prêt à tous les sacrifices. La sécurité dans la zone intérieure était telle que l'histoire n'en a pas enregistré de pareille dans ce pays. On n'a pas signalé, pendant son règne, un seul cas de brigandage [...]. Les crimes de droit commun avaient presque disparu. Et chacun contribuait, selon ses moyens et ses aptitudes, à la consolidation du nouvel état des choses. [...] » Extrait de « La Syrie du 8 mars au 26 juillet 1920 », La Nation arabe, n° 2, 1930 : 77.

63  « Attentat, heureusement manqué contre Sa Majesté Ibn Séoud », La Nation arabe, n° 4, 1935.

64  « Le « problème de la race » n'existe pas pour les Arabes », La Nation arabe, n° 8, 1930.

65  Voir également « Le nombre des musulmans du Globe », La Nation arabe, n° 3-4, 1932.

66  « La renaissance arabe », art. cit.

67  « La contribution des Arabes à la plus utile des sciences : la médecine », La Nation arabe, n° 5-6, 1932 : 20.

68  « La nuit de l'Islam », La Nation arabe, n° 10, 1930.

69  « Le sionisme révisionniste. Du journal « La Liberté » de Fribourg », La Nation arabe, n° 5, 1931.

70  « Une page de souvenirs. La proclamation de l'indépendance de la Syrie : 8 mars 1920 », La Nation arabe, n° 1, 1930.

71  « Le Congrès des Orientalistes de Leyde », La Nation arabe, n° 8-9, 1931.

72  « L'Irak à la SDN », art. cit. On peut noter que le numéro 7-8-9 de 1932, dont le premier article sur l'admission de l'Irak à la SDN donne le ton général, s'était vu attribué le sous-titre de « La renaissance d'une Patrie Arabe ». Seuls deux numéros de la collection portent un sous-titre.

73  « [...] La libération de l'Irak doit forcément et inévitablement amener la libération de la Syrie et de la Palestine [...] si l'occupation est considérée comme injuste pour l'Irak, rien ne peut justifier sa continuation sur ces deux contrées, toutes deux prolongement du même pays.[...] » Extrait de « L'Irak à la SDN », art. cit.

74  « Le rapport de la Commission des Mandats et les pays arabes au Conseil de la SDN », La Nation arabe, n° 6-7, 1930.

75  « L'exécution de trois martyrs », La Nation arabe, n° 5, 1930 ; « La mort de la pudeur », art. cit.

76  « Un foyer de bolchévisme sous le nom de foyer national juif », La Nation arabe, n° 10, 1930.

77  Le même argument du poids de la richesse de la communauté juive sur les orientations politiques britanniques est repris dans l'article « Le Congrès de Bâle », La Nation arabe, n° 7-8, 1931 ou « Sionisme en activité. Dans le siècle de l'injustice », La Nation arabe, n° 7-8-9, 1932.

78  « Sionisme en activité », art. cit.

79  « Congrès Pan-Islamique », art. cit. : 2-3 ; « Nationalisme Arabe Nationalisme occidental », art. cit. : 39.

80  « Congrès Pan-Islamique », art. cit. : 5.

81  À partir de 1932, on trouve régulièrement des articles sur les communautés musulmanes dispersées à travers le monde. Le premier s'appelle « Les Mahometans en Chine » et fait un tour d'horizon des revues, écoles, comités musulmans fondés en Asie. {La Nation arabe, n° 3-4, 1932).

82  Voir à propos de ce Congrès les n° 6 et 7 de l'année 1935.

83  L'Afghanistan était également, à l'occasion, mentionné.

84  Voir notamment « La Perse », La Nation arabe, n° 3, 1930 : 139 ; « Développement économique de la Perse », La Nation arabe, n° 9, 1930.

85  « La Perse », art. cit.

86  Voir par exemple « La question du pétrole », La Nation arabe, n° 9, 1930 ou « L'accord sur le pétrole », La Nation arabe, n° 4, 1931.

87  Voir « La Perse », art. cit. ; « Solidarité musulmane et non panislamisme », n° 4, 1930 : 151 ; « Congrès Pan-Islamique », art. cit. : 11-12.
On peut citer à titre d'exemple un extrait de La piété en Turquie : « [...] L'abolition du Kalifat, la suppression de l'enseignement religieux, l'obligation du chapeau et de la tenue européenne, les bals, la fermeture de plusieurs mosquées, n'ont pas eu l'effet qu'attendaient les imitateurs aveugles et superficiels de l'Occident en Turquie. Le résultat est tel qu'il devient un sérieux avertissement à recourir à une saine méthode de réformes qui puissent satisfaire les besoins religieux de l'âme turque au lieu de laisser s'implanter d'autres croyances et préjugés de nature à porter atteinte aux traditions musulmanes et à l'existence même de la nation turque », La Nation arabe, n° 2, 1931 : 16.

88  « Turcs et Arabes », La Nation arabe, n° 7-8, 1931 ; « Injustes prétentions de la Turquie », La Nation arabe, n° 5-6, 1932 ; « Pourquoi nous voulons nous unir ? », La Nation arabe, n° 7-8-9, 1932 : 18-19 « À propos de l'union irako-syrienne », La Nation arabe, n° 4-5-6, 1933 ; « Entre Arabes et Turcs - La question d'Alexandrette », La Nation arabe, n° 14-15, 1937.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Claire de Gayffier-Bonneville, « Renaissance arabe et solidarité musulmane dans La Nation arabe », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 95-98 | avril 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/227

Haut de page

Auteur

Anne-Claire de Gayffier-Bonneville

Centre d'histoire sur l'islam contemporain, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page