Navigation – Plan du site
Première partie – Le travail et la question sociale au Maghreb et au Moyen-Orient

Le travail et la question sociale au Maghreb et au Moyen-Orient

Elisabeth Longuenesse, Myriam Catusse et Blandine Destremau
p. 15-43

Texte intégral

1Les années 1980 et 1990 sont, pour bon nombre de pays du Sud, caractérisées par la généralisation des plans d’ajustement structurel, la réduction massive des dépenses publiques, les politiques de privatisation, et, parallèlement, par la montée du chômage et de la pauvreté. Les pays couverts par ce dossier, du Maghreb au Moyen-Orient, avec une incursion au Pakistan, ne font pas exception à ce mouvement général. Pour la plupart d’entre eux toutefois, cette évolution s’inscrit dans une histoire marquée autant par la violence et les guerres, que par les aléas de la rente pétrolière, à l’origine de mouvements migratoires de grande envergure.

2Si, comme ailleurs, les populations sont sommées de s’ajuster au nouvel ordre mondial, un certain nombre de facteurs spécifiques interviennent, pour engendrer une situation de crise. La rente pétrolière a marqué les orientations du développement économique dans l'ensemble de la région (Destremau, 2000). Elle a aussi favorisé la déconnexion croissante entre les États et leurs populations, et sans doute, indirectement, alimenté la montée de l’islamisme. Les héritages de l’histoire, récente ou plus lointaine, les politiques étatiques, ou plus subtilement, les luttes sociales, les stratégies d’acteurs sociaux ou politiques, collectifs ou individuels, ont façonné des particularités nationales, que ce dossier s'efforce également de souligner.

3Comment aujourd’hui formuler la question de la “sécurité” et de l’“insécurité” sociale dans cette région du monde ? Comment, dans quelle mesure, les questions de l’emploi, du travail, de la pauvreté, de la misère, sont-elles envisagées par les politiques étatiques d’un côté, par les groupes sociaux et les individus de l’autre ? Quelles formes de solidarités sont mobilisées, quelles stratégies mises en œuvre, par les différents acteurs en présence, quelles revendications, quels compromis ? Comment, à quelles conditions, ces différentes questions, subsumées dans l’Europe industrielle de la seconde moitié du XIXe siècle, dans les termes d’une “question sociale”, envers paradoxal du “progrès”, sont-elles articulées, formulées, par les acteurs concernés : État, organisations de la “société civile”, syndicats, associations, porte-parole reconnus ou auto-proclamés de tel ou tel groupe social ? Le point de départ de ce dossier était précisément un souci de renouer des questions le plus souvent traitées séparément, par des représentants de disciplines différentes, économistes, politologues, sociologues, historiens ou géographes, communiquant peu entre eux : structuration du marché du travail dans des économies étatisées ou rentières, montée du chômage et chômage des diplômés, travail des femmes, mais aussi accroissement de la pauvreté et du secteur informel, en lien avec les programmes d’ajustement structurel et le recul de l’État, ou encore migrations Sud-Sud et situation des travailleurs étrangers, rôle des syndicats et de la société civile, etc. Ayant précédemment travaillé l’une sur la pauvreté et plus récemment sur les systèmes de protection sociale au Moyen-Orient, l’autre sur les transformations des relations professionnelles au Maroc, la troisième sur l’évolution de quelques professions diplômées entre marché et emploi public dans plusieurs pays du Proche-Orient, notre démarche reposait sur l’hypothèse d’une imbrication entre toute une série de problèmes, d’éléments de crise que nous proposions à notre tour de totaliser comme relevant d’une “question sociale”, à penser comme telle. Hypothèse qui fait écho à l’analyse de Karine Tourné, montrant comment les modalités de la définition des politiques publiques en Égypte, comme celles de l’expertise internationale, tendent à construire des problèmes partiels, en fonction d’actions et d’interventions, elles-mêmes soumises à la logique de financements extérieurs donc de bailleurs de fonds étrangers (Tourné, 2003). Cette critique, formulée pour l’Égypte, est-elle valable dans tous les cas ? Au Liban ou en Jordanie (et plus encore dans certains pays du Golfe) l’extrême segmentation du marché paraît justifier un traitement spécifique de la question du statut et de la situation des travailleurs étrangers, et rendre plus difficile une analyse globale du marché du travail à l’échelle nationale. Inversement, dans des pays aussi différents que le Maroc ou la Turquie, où les conditions de la négociation entre partenaires sociaux sont par certains aspects plus proches de ce que nous connaissons dans l’Europe industrialisée, les problématiques sociales semblent pouvoir être posées de façon plus homogène, alors même que l’opposition entre monde rural et monde urbain y reste très marquée. Dans un cas comme dans l’autre, il nous semble précisément indispensable de rendre compte de la manière dont s’articulent ces différents espaces sociaux, car les réponses aux problèmes ne peuvent être que des réponses d’ensemble.

4Peut-être faut-il ici revenir sur les limites de l’aire couverte par ce dossier, et la portée de la confrontation de situations nationales parfois assez différentes, traitées en outre par des auteurs ne se réclamant pas des mêmes disciplines, et abordant des questions diverses, même si dans tous les cas, nous estimons qu’elles relèvent du champ de questionnements à l’instant esquissé. Récusant les a priori culturalistes, nous ne posons en aucun cas l’hypothèse que l’appartenance au monde arabe, encore moins à un monde musulman dont les contours sont encore plus difficiles à dessiner, serait à l’origine d’une formulation uniforme des problèmes sociaux. Les héritages de l’histoire, et en particulier ceux de la colonisation, les contraintes géopolitiques, le niveau des ressources disponibles et les conditions de leur mise en valeur, sont des facteurs autrement déterminants. Mais l’existence d’une revue comme la REMMM nous offre la possibilité de balayer un champ géographique qui permet des confrontations, et dans certains cas, de véritables comparaisons, lorsque l’analyse révèle des analogies ou des proximités fortes. De proche en proche, certaines comparaisons sont certainement pertinentes, et l’approfondissement de cette direction de recherche nous amènera à resserrer la focale, de façon à les rendre non seulement possibles mais fécondes. À la lecture des contributions, le lecteur établira de lui-même les passerelles entre pays et thématiques, que la suite de cette introduction contribuera à explorer. En tout état de cause, l’objet de ce dossier est d’ouvrir un chantier, dont nous espérons qu’il sera suivi par de nouveaux travaux, faisant écho ainsi à ceux, portant plus spécialement sur la France, qui nous ont inspirées, et d’abord ceux de Robert Castel.

5Pour éclairer les « métamorphoses de la question sociale », Robert Castel (1995) rappelle l’origine et l’évolution du salariat : dans l’ancien régime synonyme de précarité et de marginalité, il est à l’époque moderne le rapport social structurant du capitalisme et devient le fondement de l’accès à la “propriété sociale”. Aujourd’hui, les transformations du travail, les mutations du rapport salarial, autant que le chômage, sapent cet édifice et sont à l’origine de la généralisation de la précarité et de l’“insécurité” sociale. Or dès avant le XIXe siècle avait commencé l’expansion coloniale. La mise en place de l’État social accompagne la construction nationale républicaine. Les premières lois sociales à la fin du XIXe siècle ont vu pour la première fois l’apparition de pratiques discriminatoires à l’égard des travailleurs étrangers (Noiriel, 1988). Certes, les travailleurs étrangers résidents ont progressivement accès aux mêmes droits sociaux que les citoyens. Mais outre qu’à chaque crise ils sont menacés, et qu’une frange plus ou moins importante de travailleurs en situation irrégulière n’y auront jamais droit, il reste que l’État social est indissociable de la construction de l’État national (ce que souligne Castel), qui est aussi un état colonial (ce qu’il n’évoque jamais). Y aurait-il eu un État social sans croissance économique, et une croissance économique sans exploitation coloniale ? Jusqu’à quel point ce transfert de richesses a-t-il été une condition de possibilité de l’État social et de l’accès des salariés à la propriété sociale ? Pour Sophie Bessis,

« les avancées sociales successives que l’on connaît en Occident à partir du début du XXe siècle ont été en partie payées par l’exploitation accrue des populations des colonies et des sous-prolétariats allogènes immigrés, dont l’ensemble des populations “métropolitaines” a recueilli les miettes » (2002 : 68).

6À plus forte raison, il est clair que l’on ne peut comprendre l’effritement du rapport salarial et des systèmes de protection sociale fondés sur le travail, aujourd’hui, dans les pays industriels développés, sans interroger les mutations du marché mondial, l’ouverture des frontières, la mobilité accrue du capital.

  • 1 Voir, pour l’Égypte, les travaux d’Alain Roussillon, et plus particulièrement son introduction à l’ (...)

7Symétriquement, du point de vue des pays anciennement colonisés, aujourd’hui en situation de subordination à l’égard des économies du Nord, comment, historiquement, la question de la lutte contre la misère a-t-elle été posée ? Si, au XIXe siècle, les débats qui agitent le monde musulman autour de l’idée de réforme de la société suggèrent une convergence avec la pensée de la réforme sociale dans l’occident industriel1, l’analogie est partiellement trompeuse : face au “retard” pris par les sociétés musulmanes, la réforme (iṣlâḥ) a un sens très différent, de retour à un âge d’or de l’islam, à un idéal du pouvoir islamique juste, « respectueux à la fois des principes religieux et des intérêts de la communauté » (Filali-Ansary, 2002 : 37). Plus tard, la domination coloniale fait du projet de libération, et de la récupération des richesses nationales, la condition d’un progrès social qui sera au service du peuple. Ce que l’occident industriel formule en terme de “question sociale” s’exprime généralement dans les termes d’une “question nationale”, particulièrement dans les pays ayant connu la domination étrangère.

8Ainsi, si la consolidation de l’État-nation occidental apparaît historiquement comme la condition préalable au pacte social qui présidera à la mise en œuvre de politiques sociales et à la constitution d’une “propriété sociale ” appuyée sur le travail (Castel, 1995 : 268sv.), la dimension nationale du pacte social en est le non-dit dont on proposera l’hypothèse qu’il permet de ne pas en voir la dimension coloniale. À l’inverse, pour les pays colonisés, l’antériorité de la question nationale tend à en masquer non pas tant la dimension sociale, que la nature du compromis social qui a permis de rassembler les forces nécessaires à la libération nationale.

  • 2 Illusion aggravée dans le cas des économies rentières par les réalisations que facilite l’importanc (...)

9Dans sa version la plus radicale, ce compromis issu de la lutte de libération nationale débouche sur l’appropriation par l’État des principales ressources économiques. Mais le projet développementaliste s’avère vite fragile2. Loin d’intégrer la société dans un ensemble où les intérêts de chacun convergeraient avec ceux de tous, il peut aussi déboucher sur une segmentation renforcée entre secteurs de la société relevant de statuts et de mécanismes de redistribution différents, entre employés de l’État et du secteur public, et employés du secteur privé, entre salariés déclarés et travailleurs du secteur marchand non enregistrés, entre nationaux et étrangers, entre immigrants recrutés suivant des filières différentes. Aujourd’hui, dans le contexte des politiques d’ajustement structurel, l’État n’est plus en mesure (s’il l’a jamais été) de (re)construire un système de protection des individus et des groupes en situation de fragilité, appuyé sur les ressources de la solidarité à l'échelle nationale, et c’est au plus proche, dans la famille ou le voisinage, chez les collègues de travail, mais aussi à la mosquée, auprès des associations caritatives, que ceux-ci doivent chercher les ressources et l’aide qui leur permettront de résister et de survivre.

10Au croisement entre évolution des statuts dans le travail, autant que du statut du travail, et des formes de protection contre les risques et de « résistance au malheur » (Murard, 2001), nous voulons tenter de réfléchir aux enjeux des choix économiques et sociaux non seulement des États, mais aussi, en arrière plan, des organisations internationales qui les conseillent. Auparavant, c’est aussi, sur la longue durée, la construction des catégories, sociales et politiques, que nous voulons interroger. Interrogation et réflexion auxquelles nous espérons que ce dossier contribuera à apporter sinon des réponses, du moins des éclairages.

11La suite de cette introduction voudrait proposer un cadre problématique, autour de trois axes de réflexion, qui offriront une grille de lecture des articles de ce dossier, tout en s’appuyant sur eux. On examinera dans un premier temps les circonstances de la naissance du salariat, puis les évolutions récentes du marché de l’emploi pour finir par interroger la place du travail dans la vie sociale et la construction des identités. Le second point s’attachera aux modalités de l’organisation de la solidarité et de la mise en place de systèmes de protection sociale, à la lumière des différents modèles historiques que l’on peut identifier. Le dernier point, enfin, sera consacré à la question de l’État, interrogera l’identité des acteurs intervenant dans le champ du social et la nature du compromis social qui fonde ces systèmes de protection.

Les avatars du salariat et le marché de l’emploi

Aux origines du salariat

12En Europe, pour l’essentiel, la généralisation du salariat accompagne la révolution industrielle et le développement d’une économie capitaliste de marché, qui eux-mêmes avaient été rendus possibles par la dissolution des rapports féodaux. La misère et l’anomie qui l’accompagnent sont à l’origine d’une prise de conscience des dominants et des gouvernants et de la formulation des termes d’une “question sociale”, qui déboucheront sur les premières lois sociales de la fin du XIXe siècle. L’État social qui se construit au long de la première moitié du XXe siècle est le produit du compromis nécessaire au maintien de la paix sociale. Le développement du salariat s’accompagnera d’un élargissement progressif des systèmes de protection, finalement étendus aux catégories non salariées. La crise actuelle de ces systèmes est d’abord celle du travail, et plus précisément du travail salarié, comme forme d’emploi stable et garant de protections.

  • 3 Voir la distinction que propose Hannah Arendt (1961) entre “work” et “labour”, plus ou moins heureu (...)

13Dans les sociétés féodales, le salariat est associé au vagabondage et à la précarité. La relation maître ouvrier ou employé patron dans les activités de production et de commerce, ne se définit pas en terme monétaire, mais à travers l’idée de métier, de savoir transmis, de service. Plutôt que la relation d’emploi, c’est le métier, le compagnonnage, la relation personnelle entre maître et artisan, qui fondent une identité sociale. La naissance et le développement de l’industrie moderne capitaliste transforment la représentation du travail. De la multiplicité des arts, à l’origine de la production d’objets ayant valeur d’usage avant d’avoir valeur marchande, on passe au travail, réduit à sa forme la plus abstraite de force de travail3 mesurable et transformée en simple valeur marchande. L’assise du salariat est radicalement transformée, son élargissement est au fondement du rapport de production caractéristique du capitalisme, et les luttes sociales prennent la forme de luttes de classes. Au lieu de rencontre des luttes ouvrières et de la prise de conscience de la nécessité de la réforme sociale, pour faire face à la montée de la misère et de la criminalité engendrée par l’industrialisation, sont promulguées les premières lois sociales et mises en place différentes mesures de protection sociale. Le travail, pensé désormais comme travail salarié, fonde alors une forme de “propriété sociale”, au sens où il assure l’accès à la protection qu’apportait seule auparavant la propriété privée. Mais à l’inverse, aujourd’hui, l’effritement de la société salariale et l’accroissement de la précarité qui en découle, sont à l’origine d’un nouveau bouleversement, qui remet en cause non seulement le système de la protection sociale, mais aussi l’ensemble des valeurs associées au travail.

  • 4 Al-‘amal bi-ajr, ou travail salarié : ‘amal, signifie à l’origine “action”, et le ‘âmil, aujourd’hu (...)
  • 5 Robert Castel rappelle l’extrême variété des formes de proto-salariat, mais suggère un lien entre l (...)

14Ce schéma d’analyse, construit à partir de l’exemple français, mais susceptible d’être transposé largement, à quelques nuances près peut-être, à une grande partie de l’Europe, n’est en aucune façon transposable dans le monde arabo-musulman. De façon générale, dans les pays non industriels, l’introduction de l’économie de marché et la construction de l’État moderne, se font dans des conditions radicalement différentes de celles de l’Europe moderne et les modalités de la mobilisation de la main d’œuvre, comme les conditions de la structuration d’un marché de l’emploi, prennent des formes découlant des spécificités de cette histoire : mode de production capitaliste importé de l’extérieur, ou modernisation administrative imposée par le haut, les réformes sont greffées sur des structures sociales différentes, qui loin de se décomposer, peuvent s’adapter, en position subordonnée, à la nouvelle configuration des forces sociales, économiques et politiques en présence. L’exemple du Pakistan, abordé dans cette livraison par M. Boivin, représente pour nous un cas limite, où se combinent des formes de corrélation entre identités de groupes, activités, et statuts socio-économiques empruntant à l’héritage hindouiste d’abord, puis aux transformations suscitées par un islam venu du Moyen-Orient. En tout état de cause, l’existence d’un rapport salarial dans le monde musulman médiéval ou plus tard dans l’empire ottoman renvoie, par hypothèse, à des réalités et à un héritage spécifiques. Le monde musulman, dans son acception la plus large, a couvert des espaces et des aires culturelles trop différentes pour pouvoir être embrassé dans un seul paradigme. Si l’on se limite à l’empire ottoman, on peut en caractériser le trait distinctif essentiel, par comparaison avec le monde féodal européen, par la domination d’une société urbaine marchande et d’une oligarchie militaire. L’organisation des métiers rappelle celle de l’Europe d’ancien régime. Mais la centralité du commerce est à l’origine d’une forme de relation de service, sinon d’emploi, où le salaire (ajr)4 n’a probablement pas la même généalogie que dans l’Europe chrétienne5. Plus tard, à partir du moment où le pouvoir ottoman, comme les gouvernements modernisateurs de certaines de ses provinces – et particulièrement de l’Égypte – s’efforcent de réformer l’État et son administration et de créer des entreprises industrielles en vue de produire certains biens dont son armée ou ses services ont besoin, apparaît et se répand une forme de mobilisation de travailleurs que l’on peut faire entrer sous la catégorie de salariat. Cependant, les conditions même de cette mobilisation, par l’État, dans une logique non pas marchande, mais de pouvoir, produisent des effets bien différents de ce que connaît l’Europe industrielle à la même époque. L’intérêt de la contribution de P. Ghazaleh est précisément d’attirer notre attention sur la difficulté à lire la naissance du “salariat” ici et là-bas selon la même grille de lecture.

Le poids de l’État

  • 6 Voir, parmi d’innombrables travaux sur l’histoire du mouvement ouvrier au Maghreb et au Moyen-Orien (...)

15Certes, dès le début du xxe siècle, apparaissent des entreprises capitalistes (privées ou publiques), au sens strict d’unité de production organisée en vue de la maximisation du profit, donc une rationalisation de l’organisation du travail, qui fait de celui-ci un facteur de production qui s’achète et se vend en fonction de l’offre et de la demande. Un mouvement d’industrialisation se dessine, les relations de travail caractéristiques des structures de production artisanales ou proto-industrielles se délitent, et ces transformations s’accompagnent de la montée d’un syndicalisme ouvrier revendicatif, qu’évoque G. Schad pour la Syrie mandataire, mais que l’on retrouve aussi bien en Turquie, qu’en Iran ou en Égypte6. Mais ce rapport salarial capitaliste restera longtemps marginal, ne concernant qu’un segment très restreint de la “population active” (si l’on peut se permettre un néologisme forcément abusif), tandis que la mise en place de structures étatiques modernes s’accompagne d’un certain développement de l’administration et de la fonction publique. Dès les années 1950, l’emploi salarié, s’il se généralise, est d’abord un emploi au service des entreprises publiques et de l’administration, reproduisant de façon élargie, d’une certaine manière, ce qui s’était passé au xixe siècle sous Muhammad ‘Ali, puis Ismaïl. Mais la grande mutation est celle des années 1960 et 1970, suite aux nationalisations (Égypte, Tunisie, Syrie, Irak), puis, de manière encore plus massive, aux retombées de la rente pétrolière (qui concerne non seulement les pays producteurs de la Péninsule, l’Iran, l’Irak, l’Algérie, mais quasiment tous les autres, de façon indirecte, grâce aux remises des émigrés ou aux aides versés aux États). Le modèle dominant du salariat est plus que jamais l’emploi public, dans l’administration : ce que traduit bien l’ambiguïté du terme muwaẓẓaf, à l’origine synonyme de fonctionnaire, mais bien souvent utilisé dans le sens d’employé en position stable (aussi bien du privé que du public). Toute une génération sera entraînée dans un mouvement associant généralisation de l’éducation et accès à l’emploi public : deux exemples traités dans ce dossier sont révélateurs de cette tendance : c’est d’abord celui de l’Égypte, où K. Tourné nous rappelle qu’en 1986, la moitié de la population active est employée dans le secteur public et gouvernemental ; c’est ensuite celui de l’Algérie, où H. Merani souligne qu’avant la crise, les jeunes diplômés n’avaient que l’embarras du choix face à la multiplicité des propositions d’emploi offertes par l’État. Mais, on doit aussi ici évoquer les pays producteurs de pétrole, où l’abondance des ressources, en transformant massivement l’emploi public en une des formes de redistribution des richesses, est à l’origine d’un modèle d’une société salariale totalement déconnectée du marché.

16Ce mouvement sera aussi synonyme d’accès à l’emploi pour un nombre croissant de femmes. Les mesures de protection sociale leur étant spécifiquement destinées (congés maternité) ainsi qu'à leurs enfants, aux côtés des autres protections (horaires de travail, possibilités de retraite anticipée) ont fortement contribué à l'attraction exercée par l'emploi public sur ces femmes et au fait qu'elles y demeurent plus longtemps que dans d'autres types d'emploi. En 1990, l'emploi public représente 85 % de l'emploi féminin en Algérie ; 54 % en Jordanie, où le taux de participation féminine s'est multiplié par plus de trois entre 1984 et 1996, et 66 % en Égypte en 1988, 42 % en Syrie mais seulement 7 % au Maroc tout au long des années 1990 (World Bank, 2003), ce qui a des conséquences symboliques et sociales incommensurables, transforme profondément les relations au sein des familles, contribue au déclin de la famille patriarcale, et à l’autonomisation des individus.

17Il ne doit toutefois pas masquer une autre lame de fond, celle qui transforme le monde rural, soumis à des pressions contradictoires parfois profondément déstabilisantes. D’un côté, les réformes agraires, en Syrie ou en Égypte, permettent à une paysannerie jusqu’alors privée de toute sécurité et réduite en quasi servage un accès à la propriété synonyme d’une sécurité nouvelle, de l’autre, dès les années 1960 et 1970, les grands chantiers d’aménagement hydraulique, barrages ou bonification des terres, dans ces deux pays, vident les campagnes d’une masse de paysans dont l’agriculture aurait eu d’autant plus besoin – comme nous le montre J. Toth pour l’Égypte – qu’elle seule peut alors fournir les produits d’exportation rapportant les devises nécessaires à l’importation des biens d’équipement.

18Suite à ces bouleversements, les vieilles solidarités, familiales et de métier, sources de protection et de sécurité pour les individus les plus fragiles, enfants ou vieillards, sont mises à mal, mais ce délitement (relatif) est dans un premier temps plus que compensé par la protection nouvelle apportée par l’État à ses employés d’abord, et à leurs familles en tant qu'ayant droit, mais aussi à l’ensemble de la population, grâce à l’élargissement de l’accès aux services de santé, et au développement des services publics.

Migrations, marchés du Golfe et statut des travailleurs étrangers

  • 7 Voir Beaugé, Buttner (dir.),1988, et plus récemment Jaber, Metral (dir). Une des lacunes de ce doss (...)

19À partir de 1973, la rente pétrolière permet aussi aux pays du Golfe de se lancer dans d’immenses chantiers, qui attireront des centaines de milliers de travailleurs étrangers, recrutés dans des conditions à la limite du tolérable, qu’ils ne supportent que parce que celles qu’ils quittent dans leur pays sont encore plus difficiles. Mais surtout, la particularité des marchés du Golfe réside dans leur segmentation par nationalité, le niveau des salaires étant pour l’essentiel déterminé par le coût de la vie dans les pays de départ et non dans le pays d’emploi7. L’émigration vers les marchés du Golfe, à partir de 1974, viendra renforcer les déséquilibres induits dès les années 1960 par le chantier du Barrage d’Assouan en Égypte. J. Toth examine les conséquences de cette ponction de main d’œuvre masculine sur l’organisation du travail dans le monde rural, et sur la division du travail entre les sexes et développe la thèse d’une instrumentalisation de la différence des sexes par les employeurs pour faire pression sur les salaires : mobilisée pour remplacer les hommes partis sur les chantiers, puis en émigration, mais réputée moins productive, la main d’œuvre féminine est payée moins cher. Mais lorsque la tension sur les marchés du travail entraîne une montée du chômage, les hommes sont mis en compétition avec les femmes, et soumis à des conditions de rémunération qui les font fuir vers la ville, où ils se réfugient dans des emplois de journaliers et sont réduits au sous-emploi. On retrouverait là, selon l’auteur, un mécanisme universel, déjà repéré à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, et qui représente une des formes de la mondialisation des marchés.

  • 8 Voir aussi l’ouvrage tiré de sa thèse (Van Aken, 2003) dont on trouvera un compte-rendu dans la der (...)

20Paradoxalement, le recours à la main d’œuvre étrangère se généralise progressivement à des pays non producteurs de pétrole (et eux-mêmes pays d’émigration), Jordanie, Yémen, Liban, dans les années 1980 et surtout 1990. Dans les pays du Golfe, employée en masse dans le secteur de la construction, mais bientôt dans à peu près tous les secteurs d’activité, cette main d’œuvre tend aujourd’hui à se féminiser, et la part des emplois de service, en particulier à domicile, croît rapidement, drainant de la main d’œuvre d'Afrique et d’Asie. Les Égyptiens continuent à fournir de leur côté une proportion importante d’ouvriers, comme de personnels qualifiés, ingénieurs ou enseignants. En Jordanie, on les trouve dans les petits emplois urbains de services (restauration, petit commerce, hôtellerie) et ils fournissent enfin l’essentiel d’une main d’œuvre agricole saisonnière, dont M. Van Aken, à propos des fermes industrielles de la vallée du Jourdain8, montre à la fois comment elle est segmentée et distribuée entre un certain nombre de nationalités hiérarchisées, en compétition les unes avec les autres, et comment, en bas de l’échelle sociale, les femmes subissent la condition la plus difficile, justifiée par un système de valeur dévalorisant leur travail. Il fait ainsi écho à l’analyse de J. Toth, tout en élargissant la problématique, puisque c’est aussi le recours à la main d’œuvre étrangère qui permet une pression sur les salaires repoussant définitivement les hommes jordaniens vers d’autres marchés.

21Le cas limite des Palestiniens au Liban, analysé par S. Tarraf-Najib à partir d’une enquête auprès des habitants des camps du nord du pays, révèle encore plus dramatiquement la manière dont la question sociale est traitée en fonction d’enjeux nationaux et au détriment souvent des plus misérables : certes, l’idée de protéger les travailleurs nationaux contre la concurrence des “étrangers”, transformés en boucs émissaires, est trop répandue sous nos climats tempérés pour en faire une caractéristique des pays du sud, mais grâce à un amalgame assez grossier, elle est souvent formulée là-bas en des termes qui empruntent abusivement à un registre issu de la lutte de libération nationale. Au Liban, l’enjeu est particulier à la formule politique libanaise et rendu plus sensible par l’héritage lourd de souffrances de la longue guerre civile. Avec les Palestiniens, privés de tout droit, exclus d’un nombre grandissant d’emplois, et sans aucun recours, la dimension politique et nationale de la question de l’emploi apparaît crûment, et souligne a contrario l’importance de l’État, garant du droit et de ses institutions, pour organiser la protection des individus. Symétriquement, la politisation des enjeux de l’emploi est presque plus flagrante encore dans le cas, trop rarement étudié, des centaines de milliers de travailleurs syriens qui, même si leur situation n’est pas toujours reluisante, peuvent se prévaloir d’une protection de leur pays, en position de puissance occupante au Liban (Picard, 2001).

22L'ouverture des frontières produit ainsi deux effets apparemment contradictoires : d'un côté, elle favorise l'importation de travailleurs moins coûteux et plus soumis, qui réduisent les coûts de production, en particulier lorsqu'ils concourent à la formation des prix de biens d'exportation ou à celle des services aux personnes. De l'autre, elle contribue à l'accroissement du chômage des travailleurs nationaux, conduisant à des campagnes de nationalisation de la force de travail, qui désignent les étrangers comme des boucs émissaires et les poussent à la clandestinité et à la vulnérabilité face à la loi. Le recours aux ambassades, dans les cas les plus tragiques, ou aux associations caritatives chrétiennes pour certaines catégories d’étrangers asiatiques (souvent des femmes), est parfois le seul moyen d’échapper à un quotidien particulièrement brutal. Dans ce contexte, les déplacés pour fait de guerres, dont les Palestiniens ne sont que l’exemple le plus ancien et le plus connu, Afghans en Iran, Irakiens en Jordanie, Kurdes dans de nombreux pays, sont particulièrement vulnérables. Leur situation de réfugiés étant rarement reconnue, ils sont invisibles, sans statut et sans droits.

Chômage, sous-emploi, pluriactivité : le travail en question

23La génération qui arrive à l’âge adulte dans les années 1990 a largement bénéficié de la généralisation de l’école et de l’élargissement de l’accès à l’Université. Elle a été élevée dans la perspective d’un emploi garanti aux diplômés (de droit en Syrie ou en Égypte, de fait en Jordanie, en Algérie, en Iran), ou à tous les nationaux (en Arabie et dans les petits pays producteurs de pétrole). Au moment où elle arrive sur le marché du travail, l’État ne recrute plus, les entreprises publiques sont en crise, et le pouvoir d’achat des salaires des fonctionnaires est en chute libre. K. Tourné, pour l’Égypte, T. Boissière, pour la Syrie, A. Kian-Thiébaut, pour l’Iran, s’ils ont des approches différentes et ne traitent pas exactement des mêmes questions, nous parlent tous de la même crise. Et de l’angoisse du chômage : un chômage difficile à mesurer, souvent insaisissable, car se confondant plus ou moins avec sous-emploi, pluriactivité, travail au noir, développement de l’ “informel”, toutes catégories problématiques en l’absence de réglementation, d’encadrement du marché de l’emploi, et à plus forte raison, du fait de la carence des systèmes de protection sociale. Peut-on en effet comprendre le problème du chômage des jeunes, ou le développement du secteur dit informel, sans les rapporter aux modalités de la libéralisation des marchés ?

24Cette difficulté à mesurer la réalité de l’“activité”, au sens de l’emploi et du travail, impose d’interroger le statut du “travail” dans la vie sociale, et les représentations et systèmes de valeur qui lui sont liés. Le brouillage des situations et des statuts, qui voit un actif se dire chômeur, déclarer une profession n’ayant rien à voir avec son activité réelle, ou multiplier les emplois (T. Boissière, K. Tourné), et des femmes officiellement inactives travailler souvent plus que les hommes (M. Van Aken) révèle un décalage entre les attentes et les contraintes du marché, entre les systèmes de valeur et les pratiques réelles, qui suggère l’inexistence d’un marché du travail unifié et rationalisé, et la complexité des références identitaires des individus, pour lesquels le travail serait loin d’avoir la centralité qu’il a dans les sociétés industrielles. On aurait peut-être une explication (parmi d’autres) de la difficulté à fonder un système de protection sur le travail.

Les solidarités et les protections

Quel modèle de protection sociale ?

  • 9 En particulier Esping Andersen, 1999, devenu une référence centrale.

25Les analyses les plus courantes9 des systèmes européens de protection sociale distinguent trois modèles. Le modèle bismarckien, encore qualifié de corporatiste, est né dans l’Allemagne des années 1880. Les assurances sociales ont alors été créées comme un moyen de combattre l’organisation naissante de la classe ouvrière en assurant les travailleurs contre les risques qui menaçaient leur capacité à subvenir à leurs besoins par le travail : accidents du travail, maladie, invalidité, vieillesse. Financées par des cotisations prélevées sur les salaires, fixées sans relation de proportionnalité avec les risques encourus, les assurances sociales garantissaient le versement, en cas de survenue d’un risque social, de prestations calculées sur la base de la rémunération antérieure. Elles ont la contributivité comme principe d’affiliation et de fonctionnement. Elles sont généralement marquées par un fort familialisme : l’homme chef de famille est la source de protection sociale, l’épouse et les enfants bénéficiant de droits dérivés en tant qu’ayants droit.

26Le second modèle, dit beveridgien, vit le jour dans la Grande-Bretagne des années 1940. Il visait à couvrir l’ensemble de la population contre l’ensemble des risques sociaux, y compris le chômage. Dans ce modèle, le droit individuel à la sécurité sociale est fondé sur la citoyenneté sociale, et la prestation est identique pour tous : un minimum vital, ou social, indépendant des revenus antérieurs. Deux variantes sont distinguées : la conception libérale qui aspire à lutter de façon ciblée contre la pauvreté et le chômage, avec une intervention minimum et très sélective de l’État ; et la conception sociale-démocrate, également qualifiée de scandinave, qui se présente comme une voie intermédiaire entre le capitalisme et le communisme, se caractérise par son aspiration universaliste, et vise à assurer à tous un revenu afin de réduire les inégalités par le biais de la redistribution. Dans le modèle scandinave, l’État fournit, finance et réglemente les services de protection sociale pour tous les citoyens, sur toute la vie.

27Dans les deux premiers cas, l’assistance publique est subsidiaire : la personne qui la sollicite doit faire la preuve qu’elle ne remplit pas les conditions d’ouverture de droits en matière d’assurance et qu’elle ne peut bénéficier de l’aide des obligés alimentaires, essentiellement la famille.

28Les systèmes réels de protection sociale se présentent tous comme des formes hybrides des trois modèles, ce qui ne retire rien à la pertinence de l’analyse : tout au contraire, elle permet de qualifier le type dominant, et les tendances évolutives des régimes (Destremau, Lautier, 2003).

29Si l’on tente de qualifier globalement les systèmes de protection sociale existant dans les pays étudiés dans ce dossier, il semble nécessaire d’ajouter à la typologie européenne un quatrième modèle : le modèle patrimonial, inflexion à tendance totalitariste et paternaliste de l’État providence. Dans sa forme la plus évoluée et “pure” – le modèle rentier des pays pétroliers du Golfe – il se rapproche du type dit scandinave, mais il s’en distingue par son cadre politique et la nature du compromis social sur lequel il repose, dont la démocratie formelle est quasiment absente. On y constate l’existence d’un financement public de services sociaux – accès gratuit à l’éducation et à la santé, logement social, bourses d’études, etc – et de dispositifs de protection du revenu, en particulier sous la forme d’emploi public pléthorique. Les citoyens bénéficient d’un accès universel à ces prestations, les principaux enjeux de droits d’accès se formulant alors en termes d’octroi de la citoyenneté et des graduations dans les traitements des différentes catégories de nationaux. Ce système est généreux avec son centre d’affiliation, mais fortement excluant à mesure que l’on s’éloigne vers la périphérie sociale, définie par sa distance par rapport aux familles ou aux milieux régnants.

30Dans la plupart des autres pays, les systèmes de protection sociale sont eux aussi hybrides : l’État est à la fois omniprésent, et nettement défaillant. Omniprésent par cette dimension “patrimoniale-paternaliste” qui scelle dans la plupart des histoires nationales à la fois la légitimité des régimes politiques et la construction nationale. Fortement présent encore dans la gestion des assurances sociales : tous les pays de la région ont souscrit, de façon plus ou moins précoce, plus ou moins complète, et généralement influencée par des puissances tutélaires ou coloniales, à des systèmes de sécurité sociale de type bismarckien, c’est-à-dire dont le droit d’accès est acquis par contribution sur le salaire (ou sur une autre forme de revenu du travail). Les risques assurés sont les accidents du travail, l’invalidité, la vieillesse et selon les pays, la maladie, la famille, le chômage. Les défaillances de l’État apparaissent clairement toutefois avec la montée de la pauvreté et de l’insécurité sociale, associée à une crise des finances de l’État, qui ont des effets ravageurs sur l’ampleur et la qualité des services publics, et conduisent à une contraction douloureuse de l’emploi : c’est particulièrement vrai en Égypte (K. Tourné), comme en Algérie (H. Merani). Depuis qu’ont été mis en œuvre les programmes d’ajustement structurels et leurs mesures d’accompagnement social, se développent des formes libérales – ciblées et de plus en plus conditionnelles - de lutte contre la pauvreté, accompagnées d’énergiques discours sur la nocivité et la subsidiarité de l’assistance et du développement du clientélisme politique. Finalement, l’incapacité des dispositifs publics fondés sur le droit à assurer une réelle protection sociale, combustible de l’insécurité sociale et politique, favorise un grand retour de la charité privée, publique ou mixte, comme le montrent A. Kian-Thiébaut pour l’Iran et M. Catusse pour le Maroc : renforcement donc de la composante caritativo-clientéliste de la protection sociale, autre ingrédient des systèmes dont nous traitons ici. La solidarité “communautaire”, familiale, de voisinage, voire la solidarité “nationale”, n’est pas absente des ressources parmi lesquelles peuvent puiser les individus (voir l’exemple de la Syrie analysé par Th. Boissière), mais sa portée, tant comme protection sociale que comme modèle de société, est ambivalente.

La protection sociale des salariés, un privilège

31La transférabilité des formes bismarckiennes de protection sociale dans des environnements très différents de l’Europe occidentale où ils sont nés et se sont développés, pose de nombreuses questions : tout d’abord, en relation avec la nature du salariat, puis en relation avec son extension.

32On a vu que, dans bien des cas, le paradigme salarial a été fondé par l’État, dans le secteur public d’emploi (comme le montre l’étude historique de P. Ghazaleh). En Iran, c’est pour le secteur public que les lois de l’assurance maladie et des pensions de retraite ont vu le jour en 1960, alors que les employés du privé pouvaient cotiser à des formes mutuelles ou privées d’assurance. Ce n’est qu’en 1975 que la loi concernant l’assurance sociale du secteur privé voit le jour (A. Kian-Thiébaut).

33L’importance accordée par les salariés à l’affiliation à des systèmes de sécurité sociale et l’attachement aux protections en découlant sont illustrés à plusieurs reprises. Ainsi, en Iran, en dépit du fait que les activités informelles procurent souvent des revenus supérieurs à ceux de l’emploi formel, l’attachement à ce dernier reste dominant pour la stabilité, la retraite et le statut social qu’il confère. Les choix matrimoniaux reflètent cette préférence. C’est ce que constate aussi K. Tourné : en garantissant un emploi stable, doté de droits, le secteur public égyptien devient et demeure attractif. L’emploi public continue à rejoindre la définition d’un “bon travail” même lorsque les salaires versés perdent de leur valeur et que l’accès à l’emploi devient très difficile. Cette attractivité se justifie par un faisceau de critères et de représentations professionnelles et sociales, lié à l’accès à des droits sociaux.

34Peu de pays ont légiféré en faveur d’une protection sociale universelle, tout en se donnant les moyens de contrôler effectivement la mise en œuvre de cet ambitieux objectif : l’Iran, où la couverture atteint les deux tiers de la population active, a passé ce cap en 2004 (A. Kian-Thiébaut). Au Maroc, l’affiliation à la sécurité sociale relève plus souvent du volontariat que de l’obligation, et la souscription d’une assurance maladie est volontaire et facultative. L’obligation de la souscription d’une assurance maladie et la généralisation du système de retraite sont discutées depuis près de dix ans, alors que de grosses malversations dans la gestion des fonds de la Caisse et d’importants détournements ont été récemment dénoncés (M. Catusse).

35Quelle que soit l’étendue des protections garanties par le statut salarial formel, son extension réelle dans la population demeure faible : en Syrie, à peine un tiers de la population active est formellement salarié (Th. Boissière). Par ailleurs, l’affiliation des travailleurs indépendants et agricoles demeure largement embryonnaire. Au Maroc, le système de protection sociale publique est à bien des égards élitiste, pyramidal et centré sur la protection des salariés urbains du secteur public. Moins de deux tiers des salariés privés déclarés sont affiliés à un système de sécurité sociale, au point que la majorité de la population marocaine n’est pas couverte par ce système, et où près des trois quarts des actifs sont sans couverture médicale et sans retraite (M. Catusse).

36De surcroît, on observe de façon générale une tendance à l’informalisation du travail, c’est-à-dire à la fois une difficulté croissante à s’intégrer dans le marché formel d’emploi, en partie concomitant de la contraction des effectifs publics (Th.Boissière, K.Tourné), qui débouche sur une création / expansion de niches informelles, et une tolérance forte des pouvoirs publics à l’égard des formes non déclarées ou sous déclarées d’emploi. On peut ajouter que les entreprises législatives de flexibilisation et de remise en cause des acquis des travailleurs, justifiées par le besoin de renforcement de la compétitivité sur les marchés internationaux, ont comme conséquence d’affaiblir les protections liées à l’emploi, fut-il formel (E. Öngün, M. Catusse). Certaines catégories de travailleurs sont particulièrement exposées. Ainsi, les travailleurs immigrés employés dans l’agro-business ultra-moderne de la vallée du Jourdain qu’étudie M. Van Aken sont-ils totalement dénués de droits et de protection, voire de reconnaissance et d’identité. La tolérance, sinon le soutien indirect, à l’immigration illégale, a contribué à leur extrême vulnérabilité. Comme le montre aussi M. Van Aken, ce secteur hautement capitalistique s’est développé en s’affranchissant de toute responsabilité sociale et en jouant sur les ségrégations ethniques et sexuelles.

37Le recours à d’autres types de ressources occupe donc une place importante dans l’ampleur de la protection ou du soutien dont peuvent bénéficier les individus.

L’assistance publique, substitut à la protection sociale ?

  • 10 Retour qui se légitime par des références religieuses puisant dans l’histoire. Sur les pratiques ca (...)
  • 11 Le contournement des notabilités locales pour mettre en place une distribution directe par les auto (...)

38Depuis les années 1980, la croissance de la pauvreté et l’inflation des discours sur elle ont contribué à en faire un “problème”, voire une “question” (Destremau, Deboulet et Ireton 2004). Devenue enjeu de l’ensemble des interventions publiques, économiques, politiques ou sociales, le passage obligé de la légitimation et de l’acceptation de toute mesure, la “question de la pauvreté” a engendré plus d’orientations de nature assistantielles que de réformes structurelles de la répartition des revenus en faveur des travailleurs pauvres, ou d’amélioration des dispositifs de protection sociale en faveur des plus vulnérables. Le grand retour de la pauvreté absolue s’accompagne donc d’un grand retour de l’assistance et de la charité10, dont divers types d’institutions et d’organisations tentent de capter les bénéfices moraux. C’est le cas, en particulier, des régimes cultivant des formes paternalistes de légitimité11.

39Ainsi, A. Kian-Thiébaut montre comment un projet de justice sociale peut être utilisé pour renforcer la légitimité de l’État, sans heurter les intérêts des acteurs économiques dominants, ni prendre le risque de réformes fiscales, conférer des droits ou promouvoir la réduction des inégalités. Par l’ouverture de comptes de dépôt, l’établissement de fondations récoltant les dons – et contrôlant jusqu’à 40% du PIB – et la distribution de soutiens assistantiels, l’État iranien réinvente les traditions caritatives et consolide les formes caritativo-religieuses de la solidarité. Un trait spécifique en est l’étroite imbrication du caritatif privé et de l’assistance publique, que l’on retrouve au Maroc, et dont on connaît l’existence en Tunisie, avec le fameux compte bancaire “26-26” : le principe de bienfaisance privée est réactivé, appelé à occuper partiellement le terrain de l’assistance publique, mais sous contrôle des pouvoirs publics. Fournir des services aux indigents sans pour autant donner de droits sur l’État, relayer médiatiquement la théâtralisation du don aux indigents, tels sont les objectifs d’institutions marocaines au statut ambigu – ni privé ni public – nouvellement créées par le palais et par le gouvernement (M. Catusse).

40La tentation de l’assistance, au détriment de l’établissement d’un système de droits sociaux, est particulièrement forte dans les économies de type rentier, dont les ressources ne sont pas prélevées sur l’économie domestique, mais sont d’origine exogène. Le cas de l’Iran l’illustre bien : l’État patrimonial dispose de ressources dont les formes d’octroi et de distribution, loin de rendre la population plus autonome, renforcent le clientélisme et la dépendance à l’encontre de l’État. Si c’est bien à partir du statut de salarié que s’effectue l’affiliation à la sécurité sociale en Iran, l’État ne parvient pas à élargir le financement de la protection sociale par les perceptions fiscales, qui menacerait l’allégeance de ses principaux groupes de soutien. Par ailleurs, l’économie rentière et étatique de la République islamique constitue un obstacle à l’apparition des organisations et institutions nécessaires à l’essor de la société civile.

41L’assistance, tant dans son ampleur, que dans ses formes de distribution, qu’encore dans ses objectifs politiques, n’est pas susceptible de protéger les personnes et les familles contre les risques de l’existence, et moins encore de réduire leur vulnérabilité à la pauvreté, dès lors que, généralement, c’est lorsqu’on est pauvre que l’on commence à la percevoir. Les ressources mobilisées par les individus pour accroître leur protection proviennent donc aussi de leur environnement immédiat, des diverses facettes de leur identité, de leurs liens d’appartenance.

Les solidarités particularistes au secours d’une protection sociale institutionnelle défaillante

42Les “solidarités” informelles, primaires, familiales, confessionnelles, communautaires, sont généralement présentées comme particulièrement vivantes dans une région qui aurait préservé des modes d’organisation sociale “traditionnels”. Cette affirmation, toutefois, est mise en défaut par des analyses qui montrent à quel point ces formes d’organisation se renouvellent, notamment sous l’influence de l’urbanisation, de l’étatisation, du développement du salariat, des migrations ; mais aussi par des travaux de terrain qui mettent en question la portée des solidarités qui en découlent, tout particulièrement en ce qui concerne la protection sociale.

43Th. Boissière montre que les solidarités familiales sont très actives et efficaces à pallier les carences du système public de protection sociale et à éviter que la précarité ne se transforme en pauvreté, mais qu’elles assignent les individus à des rôles, des formes de dépendance et des règles de réciprocité. A. Kian-Thiébaut montre elle-aussi que, si l’entraide familiale continue à représenter l’une des principales ressources de régulation des problèmes sociaux, l’institution familiale, frappée par la crise économique, n’est plus à même d’assurer son rôle traditionnel. Une autre institution, cependant, joue un rôle complémentaire de secours : les caisses de prêt sans intérêt, qui peuvent contribuer à amoindrir l’emprise de la famille sur ses membres.

44Certains textes présentés dans ce volume parlent aussi de solidarités corporatistes, de type professionnel, voire de classe. M. Boivin nous propose une approche des solidarités qui recoupe de très près l’appartenance à un groupe, dans le cadre d’une hiérarchisation des populations dans laquelle l’activité économique ou le métier déterminait à de larges égards le statut et le rang. L’on y comprend bien comment la solidarité est liée à des processus identitaires, voire à la classification sociale, mais aussi à des formes internes d’organisation permettant de prendre des décisions, de maintenir l’ordre et les valeurs, de régler les conflits et d’aider les plus défavorisés, et donc de préserver la cohésion sociale du groupe. Considérer la solidarité comme une institution “globale” permet de situer ses attributions proprement caritatives ou d’entraide comme enchâssées dans des fonctions et des représentations qui la débordent largement. C’est sur la portée politique des solidarités qu’insiste G. Schad, montrant comment les autorités mandataires françaises ont tenté d’en affaiblir la dimension de classe pour renforcer des formes d’identification et de mobilisation corporatistes. Il souligne en effet que les associations professionnelles promues par la loi de 1935 restaient les sociétés d’aide mutuelle qu’étaient les anciennes corporations. En ce sens, il serait intéressant d'approfondir l'étude de la portée des solidarités / identités en termes d’entraide ou de protection dans le cas des premiers salariés égyptiens du XIXe siècle (P. Ghazaleh), ainsi d’ailleurs que pour les cadres algériens de la période actuelle (H. Mérani), Et l’on ne peut que constater qu’il existe peu de solidarité entre travailleurs vulnérables dans l’Égypte rurale des années 1970-80 : J. Toth nous montre plutôt une conflictualité entre les sexes, manipulée par les employeurs pour parvenir à une division du travail et à des niveaux de rémunération avantageux. Aujourd’hui, la conjonction de l’affaiblissement du rôle social de l’État et de la corporatisation des organisations syndicales, en Égypte (Longuenesse, 1995 ; Ibrahim, 1998) ou en Jordanie (Longuenesse, 2000), mais probablement aussi dans l’Iran islamique, mettent le social au centre de l’activité syndicale, au détriment de l’action revendicative.

45La pertinence d’une organisation de la solidarité qui pallie les déficiences des institutions publiques n’est peut-être nulle part aussi centrale que dans le cas des réfugiés palestiniens du Liban, dont traite S. Tarraf-Najib. Ni étrangers porteurs de droits, ni citoyens, ces derniers échappent à toute forme de protection garantie par une institution étatique. Non seulement ils voient se fermer de plus en plus de possibilités d’emploi – formel ou informel – mais, dans le premier cas, leurs cotisations aux organismes de sécurité sociale ne leur donnent pas droit à des prestations en contrepartie. Ici aussi, la solidarité est analysée dans sa pluri-dimensionnalité, qui lui confère une ampleur presque para-étatique : politique voire militaire, gestionnaire et policière, financière et économique, en charge de programmes de formation et d’emploi, judiciaire, culturelle, sanitaire, éducative… Si les différents organismes, initiatives, projets… instaurés avec des ressources d’origines diverses ne parviennent pas à construire un dispositif de protection sociale à proprement parler, il est intéressant de constater que la solidarité continue à prendre le pas sur la charité, en un mouvement participatif de nature largement politique : partage, entraide, socialisation de ressources, mobilisations en urgence, institutionnalisation d’associations freinent la dépendance et le clientélisme interpersonnels au bénéfice d’un renforcement des sentiments d’appartenance et d’identité.

La “troisième voie”, vers une protection sociale patrimoniale

46Le cadre de “gestion du risque social” de la Banque mondiale recoupe à divers égards les orientations préconisées par les tenants de la “troisième voie”, alternative d’un côté à la dérégulation radicale du libéralisme classique et de l’autre à un maintien de l’État providence traditionnel, accompagné d’un renforcement des réglementations sur le marché du travail. Cette troisième voie se caractérise notamment par une plus grande place accordée à l’individu, dans un cadre de plus en plus conditionnel, voire contractuel, alliant les droits et les devoirs ; et par l’adoption d’une vision dynamique en termes de trajectoires. C’est “l’individualisation du social” (Rosanvallon, 1995) qui signe une tendance à la patrimonialisation de la protection sociale : l’individu responsable et prévoyant déploie des stratégies de propriétaire indépendant (Castel, 2003). Il accumule des capitaux de diverses natures, des dotations qui lui permettent de devenir entrepreneur de lui-même.

47Les dispositifs de micro-finance, les mutuelles, les associations non gouvernementales peuvent être analysées comme relevant d’une logique par laquelle les individus se dotent de moyens de protection, sur la base de leurs propres atouts, ou valorisent leurs différentes formes de capitaux dans ce but, de façon parallèle, voire alternative, aux protections “traditionnelles”, qu’elles soient publiques ou privées. A. Kian-Thiébaut montre ainsi que, à côté du renouveau des réseaux religieux d’entraide caritative, un nombre important d’associations autonomes, basées sur la confiance, voit le jour en Iran. Th. Boissière signale le développement des associations d’entraide, familiales ou de voisinage, de type “tontine”, qui permettent de faire face à des dépenses imprévues, à une hospitalisation, ou à un chômage temporaire. Il demeure que ces organisations “informelles” s’adressent avant tout aux plus démunis. Dans le nouveau système de “gestion des risques” que promeut la Banque mondiale, l’assurance et la capitalisation privées occupent une place importante.

48Restent ceux qui ne possèdent rien, ou presque rien, des ressources pouvant leur procurer différentes formes de protection : droits liés à la citoyenneté, capital social, capital humain… Certains travailleurs migrants que leur déracinement, leur isolement et la fragilité de leur statut personnel privent de toute protection en sont l’exemple paradigmatique, comme le montre magistralement M. Van Aken.

Compromis sociaux et configurations d'acteurs

En quête de nouveaux compromis sociaux ?

49On peut enfin s'interroger sur les recompositions politiques qui accompagnent la transformation des marchés du travail contemporains. Dans la veine de travaux tels que ceux de Steven Heydemann en Syrie par exemple, on a pu défendre l'idée que les régimes autoritaires de la région se sont appuyés sur la négociation de pactes sociaux au nom de l'autonomie politique et économique des nouveaux États indépendants : les citoyens toléraient une réduction de leurs libertés politiques en contrepartie de la garantie de l'emploi et de la protection sociale (Heydemann, 1999). La nature des réformes économiques contemporaines et l'état des marchés du travail comme des systèmes publics de protection sociale semblent remettre totalement en cause ce modèle. Reste à s'interroger en quels termes.

50La problématique de la “sécurité” et de “l'insécurité sociale”, de l'organisation du travail et des formes de la protection sociale, convoque de fait des configurations d'acteurs mouvantes dont nous serions tenté de dire qu'elles s'appuient sur des compromis sociaux pluriels. Les études recueillies ici interrogent ainsi plus ou moins directement les transformations du rôle de l'État dans l'organisation du travail, dans des contextes non pas de crise du salariat, mais où le salariat ne s'est finalement pas généralisé. Elles questionnent parallèlement la nature, le rôle et les répertoires d'action des différents groupes et institutions impliqués soit dans la mise en œuvre de politiques publiques, soit dans leur contestation, soit enfin dans leur contournement.

51Relevons d'abord qu'une rapide recension des qualificatifs apposés à “État” dans les articles qui suivent traduit un certain embarras à établir une typologie, mais aussi – et peut être est-ce plus intéressant – certaines limites des paradigmes disponibles. Ainsi, use-t-on avec prudence du terme d'“État social”, très rarement de celui d' “État Providence”, encore moins de “Welfare State”. En revanche, A. Kian-Thiébaut s'interroge sur la privatisation de “l'État Islamique”, G. Schad sur le corporatisme de “l'État colonial”, et d'autres encore sur les logiques de “l'État rentier” ou de “l'État patrimonial”. C'est d'ailleurs sur le constat de cet inconfort théorique, ou de cette position marginalisante – le modèle de référence étant alors celui de l'État providence européen – que T. Skocpol (1993 : 26), proposant une histoire des politiques sociales aux États, relevait la

« nécessité de prendre en compte […], la constitution historique de chaque État national, ainsi que les conséquences des structures institutionnelles de cet État sur les objectifs, le pouvoir et les alliances des groupes sociaux politiquement actifs »

52Comment lire ensemble ces études de cas sans pour autant supposer comme instrument d'évaluation commun le modèle de l'État social, lui-même contesté là où il a connu l'âge d'or ? La question prend d'autant plus de poids qu'elle traduit ici des rapports de domination qui dépassent la simple question de la catégorisation. La part du déterminisme colonial ou celle de la “nouvelle orthodoxie du développement” comme de la lame de fond des réformes néo-libérales promues par des bailleurs de fonds particulièrement interventionnistes complexifient la comparaison. Elle introduit des modèles de référence – et de comparaison – qui désignent un centre et une périphérie : la seconde, évaluée au prisme des normes principales du premier, est considérée non pas à partir d'une logique propre de développement, mais par rapport à un idéal proposé comme supérieur ou universellement valable. En ce sens, les contributions d'E. Öngun (qui s'interroge sur le dialogue alla turca comme formule des transformations contemporaines du droit du travail turc) et de G. Schad (qui se penche sur la politique coloniale du Mandat français au Levant en matière d'organisation du monde du travail) rappellent, à partir de moments d'observation différents, les formules sociales ou politiques qui se dessinent pour organiser les rapports de travail dans la région. Celles-ci, plus que négociées, ont souvent été imposées – parfois sous forme de banalisation – et relèvent alors du prescriptif et du politique, plus que du descriptif et de l'analytique.

53L'hétérogénéité des cas examinés montre que les problématiques transversales qui traversent ces sociétés quant à l'état de la “pauvreté” ou de la “précarité sociale” peuvent s'inscrire en réalité dans des perspectives totalement opposées quant au rôle de l'État et à la nature du compromis social. Deux cas peuvent faire figure d'extrêmes : pour ce qui est des modes de faire des réfugiés palestiniens dans les camps libanais, S. Tarraf-Najib montre à quel point l'absence d'État a informé, de façon durable, les dispositifs de la régulation du travail et de services sociaux, les comportements, les attentes, le savoir-faire des groupes et des individus. À l'inverse, H. Mérani souligne, comme en contrepoint, dans un contexte d'État omniprésent, comment la permanence de structures et l'important référent étatique algérien continue de servir de cadre dominant à une transformation des statuts au travail vécus et institutionnalisés.

54Observant, in situ, des moments de décomposition ou de construction de systèmes de protection sociale, nous voudrions donc souligner que les éléments éventuels d'une crise du “compromis social”, ou encore l'articulation entre citoyennetés politique et sociale (question soulevée notamment en France par Castel ou Rosanvallon, 1981 et aux États Unis, par Lipset, 1983) restent très étroitement déterminés par des configurations d'acteurs plurielles. L'étude de conflits ou de compromis sociaux, de législations du travail ou d'actions collectives dévoilent un travail politique contradictoire d'identification d'acteurs légitimes. Au-delà, elle montre la porosité des frontières entre public et privé, entre formel et informel. Elle dévoile, à l'instar de A. Kian-Thiébaut en Iran ou M. Catusse au Maroc, à quel point les politiques sociales et l'organisation du travail s'inscrivent à la fois dans des logiques institutionnelles extrêmement diversifiées et plurielles, qu'on ne peut réduire à une cohérence des “politiques de l'État” (les institutions publiques pouvant elles-mêmes, y compris en contexte autoritaire, mener des politiques contradictoires) et sont productrices d'identités sociales (de ce point de vue, l'étude de M. Boivin est remarquable) et politiques : l'étude de S. Tarraf-Najib le démontre avec force, le “déni de travail” renvoyant, pour les Palestiniens des camps au Liban, à un “déni de citoyenneté”. Celles de G. Schad et de A. Kian-Thiébaut montrant que les stratégies coloniales sur le marché du travail syrien d'une part, la segmentation du salariat iranien d'autre part, peuvent être lues comme autant d'enjeux pour la maîtrise du contrôle social.

55Deux pistes de réflexion se dégagent à l'observation de l'évolution de ces configurations d'acteurs et des compromis sur lesquelles elles reposent : 1) Dans quelle mesure s'affirme une dimension publique, généralisée et dépersonnalisée des prises en charge de la “sécurité sociale”, dans des contextes où l'autoritarisme politique s'est longtemps nourri d'une idéologie développementaliste, de ressources rentières et de logiques néo-patrimoniales, où

« la sauvegarde des positions acquises et l'extraction de nouvelles ressources restent tributaires, en définitive, de la proximité avec l'appareil bureaucratique et les tenants du pouvoir » (Camau et Geisser, 2003 : 62) ?

562) Observe-t-on l'émergence de profils de groupes ou d'institutions à la faveur de mobilisations collectives dans le monde du travail ? Dans quel sens la nature et les bouleversements de ce dernier interviennent-ils dans la définition des responsabilités réciproques, d'insiders ou de outsiders dans les systèmes de protection sociale ou les réseaux de solidarité ?

Quels acteurs collectifs ?

57Plusieurs points concernant des logiques d'action collective apparaissent de façon frappante à la lecture des articles.

  • 12 C'est à partir de ce constat d'ailleurs que J. Leca analyse les interactions entre stabilité politi (...)

58Le premier a trait aux acteurs des mobilisations dans le monde du travail. Dans les sociétés observées, la structure de classe semble difficilement à même de produire des identités sociales et politiques fortes capables de motiver l'action collective12. Dans la Syrie mandataire, G. Schad montre qu'elle se trouve ébranlée ou contredite par les stratégies des autorités publiques et des acteurs dominants du marché, processus somme toute classique. M. Boivin met en lumière les interactions entre professions, groupes de statut et solidarités chez les musulmans du Sindh colonial. T. Boissière montre l’importance de l’entraide familiale et la diversité de ses modes de mobilisation, dans une situation de montée de la précarité économique en Syrie. Quant à K. Tourné et A. Kian-Thiébaut, qui s'interrogent sur les possibilités d'une action collective des chômeurs en Égypte ou en Iran, elles soulignent qu'elle peut se trouver également empêchée par les formes mêmes de l'activité professionnelle, notamment lorsqu'elle est “informelle ”. Problème souligné encore par M. Van Aken lorsqu'il s'intéresse à l'organisation du travail agricole de travailleurs immigrés dont les identités revendiquées relèvent plus de l'appartenance nationale que de la condition de travail.

59Ceci prend un aspect tout différent lorsqu'on se penche sur des situations, telles que celle du Maroc décrite par M. Catusse ou de la Turquie analysée par E. Öngun, où le syndicalisme ouvrier, héritier d'une histoire nationaliste, se trouve confronté à de nouveaux enjeux, à l'échelle nationale ou internationale, notamment dans un contexte de libéralisation des économies et de privatisation des secteurs publics. Au face-à-face syndicats ouvriers / État patron, nous affirme M. Catusse, se substitue l'ébauche d'un schéma triangulaire de relations sociales où entre en scène le patronat. Celui-ci s'organise et prend position dans la négociation sociale tandis que les syndicats ouvriers connaissent une importante crise de représentativité, affaiblis par des logiques de défection, les transformations du marché du travail et la flexibilisation du rapport au travail. Dans cette configuration, “l'État patron”  laisse la place à un État qui se veut arbitre. Ce que souligne également E. Öngün à propos de la Turquie, démontrant que l'adoption de nouveaux dispositifs législatifs intervient dans les relations entre les travailleurs et leurs organisations collectives, en précarisant l'emploi et rendant l'engagement plus coûteux encore. F. Clément (2000) a montré en Égypte comment la libéralisation économique s’était accompagnée d’une recomposition du marché du travail, d’une mobilité et d’une flexibilité accrue, et d’un affaiblissement des protections, en même temps que d’un renforcement du contrôle du pouvoir sur la fédération ouvrière.

60C'est bien l'enjeu de la définition d'acteurs collectifs, ou de coalitions, portant dans l'arène publique des intérêts définis par la relation de travail, qui est alors en cause. Leurs évolutions rendent compte des transformations de la question de la situation de travail mais également de son contrôle ou encore de sa régulation, des droits – sociaux ou politiques – qu'elle engendre ou suppose. Ainsi, peut-on lire les interrogations de K. Tourné (et de A. Kian-Thiébaut en Iran) sur les mobilisations improbables des chômeurs en Égypte, qu'on pourrait mettre en perspective avec d'importants mouvements de “diplômés chômeurs” au Maroc qui soulèvent la question du “droit au travail”. Ainsi peut-on également souligner les doutes soulevés par A. Kian-Thiébaut sur les capacités de mobilisation dans les arènes informelles de l'économie iranienne ; ou encore, dans l'espace formel, la faible mobilisation collective derrière des organisations qui, tout en se revendiquant d’une référence islamique, n’en sont pas moins héritières de luttes ouvrières anciennes.

61Les vicissitudes de l'action collective pour défendre les droits des travailleurs pourraient partiellement s'éclairer à la lumière de la logique du “ticket gratuit”, point de départ de l'analyse de M. Olson (1966) : le sens commun suggérerait que dès lors que des individus ont des intérêts en commun à défendre et qu'ils en ont conscience, le déclenchement de l'action collective va de soi. Alors que l'analyse des stratégies et rationalités individuelles au sein de ce groupe latent montre que cette action collective peut s'enrayer, dans la mesure où il est plus rentable de laisser les autres se mobiliser – et en récolter les fruits – sans pour autant entrer dans l'action. Qui plus est lorsque l'importance des taux de chômage et la faiblesse des droits ouvriers rend l'engagement particulièrement risqué et coûteux. Mais dans les cas qui nous occupent, l'étendue du secteur informel, c'est-à-dire non soumis au Droit du travail, et la variété des statuts des travailleurs, notamment nationaux et étrangers, sont telles qu'il est difficile d'émettre l'hypothèse que la mobilisation d'une minorité pourrait être perçue comme source de progrès pour l'ensemble.

  • 13 On pourrait ici citer le cas des Territoires palestiniens, où les ONG sont omniprésentes, et assure (...)

62On pourrait également s'interroger sur l'émergence de “nouveaux acteurs”. En réalité, l'omniprésence d'acteurs ou d'institutions parallèles de prise en charge de la protection sociale et de régulation du monde du travail n'est pas nouvelle. Elle joue selon les lieux et les époques les rôles de substituts, de contre-pouvoir ou d'outils, à l'action publique. En Iran comme au Maroc notamment, les auteurs décrivent un système complexe et évolutif d'institutions publiques ou privées de mise en œuvre des politiques sociales ou de prise en charge de problèmes sociaux13.

63L'idée selon laquelle les lois sociales sont adoptées en période de crise ou de rupture mérite une discussion particulière. Merrien (1990) met l'accent sur ce qu'il appelle les “paradigmes sociétaux”. À ses yeux, les grandes étapes de l'histoire des États providence européens correspondent à des ruptures de paradigme : fin du XIXe siècle, après guerre mondiale et “crise” des États providence. Cette hypothèse est intéressante – et discutable – à plusieurs titres en ce qui nous concerne : elle ancre l'analyse dans une perspective d'histoire politique qui ne manque pas d'intérêt. Mais la politique des autorités mandataires en Syrie, étudiée par G. Schad, révèle un décalage entre temporalité politique et réglementation du travail, puisqu’il faut attendre 1935 pour que, à la faveur de la montée des luttes sociales, la “loi sur les associations professionnelles” vienne remplacer l’ancienne législation ottomane sur les corporations. De même A. Kian-Thiébaut montre que l'organisation du monde du travail iranien se comprend certes dans une histoire longue, qui embrasse l'avant et l'après moment révolutionnaire, mais que les politiques sociales n'épousent justement pas le changement de paradigme sociétal d'importance qui accompagna la révolution islamique. La thèse de Merrien conduit ensuite à s'interroger sur la scène politique elle-même et sur la capacité, ou l'incapacité, de l'État dans des conjonctures historiques spécifiques (Skocpol, 1985). Elle questionne son degré d'autonomie ou de différenciation par rapport à la société. Or, E. Öngün ou M. Catusse montrent en Turquie ou au Maroc que les lois sociales contemporaines se construisent sur des clivages qui ne cadrent guère avec les clivages politiques, appelant à un consensus dans et hors du parlement, et restructurant les identités politiques et sociales. Enfin et surtout, cette thèse engage, à la suite de Donzelot notamment, à considérer les moments de “promotion du social”, en particulier en termes législatifs, non pas comme prolongeant le processus de démocratisation politique (comme le suggèrent à l'inverse Rosanvallon (1981) et Ewald (1986)), l'État Providence apparaissant comme prolongement de l'État de Droit, mais comme un désamorçage de la contestation et des “passions politiques” par le biais de l'affirmation d'un consensus social et d'une solidarisation de la société (ce qui était la thèse de S. Heydemann, 1999). Si le schéma dominant actuel est réellement à un “refoulement” du conflit au profit d'une régulation – supposée vertueuse – par le marché, il faut à nouveau s'interroger, à partir des cas évoqués, sur l'hypothèse du social contre le politique. M. Catusse relève dans son étude un processus de dépolitisation des questions sociales dans le Maroc soumis à l'ajustement structurel. De la même façon, E. Öngun décrit un processus de législation technicisé et délégué par les syndicats à des “experts”. En outre, la multitude des acteurs et la diversité des organisations, associations, communautés religieuses, communautés ethniques, syndicats professionnels, voire réseaux patronaux, au sens clientéliste du terme, etc. intervenant dans le champ des protections sociales selon des logiques diverses tendrait à en accréditer l'idée. Pour autant, il faut avant tout souligner dans les cas qui nous occupent la faiblesse et la prudence de l'essentiel de ces mesures sociales publiques : à l'inverse du schéma de J. Donzelot, nous aurions alors affaire à des États autoritaires, parfois au nom du social, mais malgré le défaut de social. Certes nous sommes loin de ces dynamiques dans nombre de cas traités dans ce numéro. Pour autant, il nous semble particulièrement suggestif de mettre en évidence la complexité de l'articulation entre citoyennetés politiques et économiques, entre État social et État démocratique.

Vers de nouveaux compromis sociaux ?

64Pour finir, la diversité et l'évolution des configurations d'acteurs impliqués dans les logiques de protection sociale et de solidarité conduisent à s'interroger sur les transformations du rôle de l'État, de ses formes d'intervention, dans un contexte où, nous l'avons précisé plus haut, du fait de l'importance du secteur public, de la bureaucratie et de l'idéologie développementaliste, celui-ci a concentré pendant longtemps a priori l'essentiel des attentes collectives. Sommes-nous devant la quête d'un nouveau contrat social, pour reprendre une formule récemment utilisée par S. Heydemann (2003) ?

65Nous nous sommes refusé de partir d'une définition prescriptive ou normative de “l'État Social”ou de “l'État Providence”, préférant décrire des configurations d'acteurs, traversées par des attentes, des anticipations et des façons de faire inscrits dans des structures économiques, sociales et politiques plus ou moins déterminantes. Plutôt que d'osciller entre une perspective rationaliste (l'État comme guichet chargé de pourvoir aux demandes et aux prestations sociales) ou instrumentaliste (l'État au service de certains acteurs), soulignons ici quelques traits qui se dégagent de l'analyse croisée de la mise en œuvre de politiques sociales, dans une visée “libérale”, puisque c'est de cela qu'il s'agit aujourd'hui. Au-delà de l'abandon du modèle de “l'État patron”, et la promotion d'un rôle d'arbitre, à l'instar de ce que suggère l'étude de M. Catusse, deux processus sont sur la sellette quant au mode d'intervention de l'État dans les relations professionnelles : celui de l'étatisation / ou de la “désétatisation” de l'économie et celui de l'articulation entre État de Droit et État social.

66Si l'étatisation de l'économie (Camau, 1988) est l'un des principes de l'État patrimonial tel qu'il s'est développé dans les pays sur lesquels nous avons travaillé, les contributions rassemblées dans ce dossier nous permettent de dégager deux points : d'une part l'État a tendance à soutenir des formes corporatistes ou néo-corporatistes de relations professionnelles, à l'instar de ce que décrivent dans des contextes différents, pourtant à des époques fort éloignées, G. Schad ou A. Kian-Thiébaut. Non seulement il s'arroge alors la possibilité de conférer une certaine légitimité aux organisations représentant des intérêts particuliers, mais il s'affirme moteur de l'intégration sociale. Les associations islamiques des ouvriers iraniens corroborent ce schéma. Ce qui n'empêche pas nécessairement le développement de logiques pluralistes (comme l'indiquent ici les cas marocain ou turc) mais questionne la transformation des relations professionnelles à la faveur du déplacement d'un secteur public dominant à un secteur privé moteur de l'économie.

67Parallèlement, se dessine l'hypothèse d'une privatisation des relations de travail. Celles-ci sont reléguées à l'entreprise voire aux relations individuelles qu'entretient le salarié à son patron, dans les cas de l'Iran, de la Turquie ou du Maroc contemporains. Mais H. Merani rend compte d'un processus comparable en Algérie lorsqu'il analyse une rupture du lien tacite entre le cadre d'entreprise publique et son État qui ne lui garantit plus le statut auquel il pouvait prétendre auparavant. En ce sens, la comparaison de l'évolution des conflits du travail et de leurs règlements constitue un terrain encore relativement peu travaillé et pourtant riche d'enseignement au regard d'une sociologie plus large des relations professionnelles, tant les modèles éprouvés semblent montrer leurs limites.

68Enfin, la question de l'articulation entre État de Droit et État social, dont nous avons déjà esquissé quelques éléments en évoquant les logiques d'exclusion et d'inclusion traversant les politiques sociales, en particulier en ce qui concerne la question des travailleurs étrangers, pourrait se préciser à l'examen de deux problématiques : d'une part, celle du contrôle et de l'application de la loi. Les gouvernements, pourtant souvent taxés d'autoritarisme, tolèrent de fait de vastes zones de non-droit (l'ensemble des articles en traite, celui de S. Tarraf-Najib est peut être le plus éloquent en la matière) ; d'autre part celle de la flexibilisation des relations de travail. Dans tous les cas, la promotion de formules de prise en charge privée, mutualiste, associative ou communautaire, de la protection sociale et l'individualisation du rapport au travail amènent à fragiliser le caractère citoyen du “protégé”, l'aide ne ressortant pas d'un droit garanti par l'État mais de services fournis de façon plus ou moins discrétionnaire.

Conclusion

69En dernier ressort, la confrontation de ces articles appelle à s'interroger sur les conditions – et éventuellement les enseignements – d'une comparaison synchronique et diachronique des cas examinés. Notre démarche initiale s'appuyait sur une lecture de l'ouvrage de R. Castel (1995) et visait à réfléchir au sens des questions qu'il s'y pose sur des marchés du travail et des configurations sociales forts éloignées de l'émergence de l'État social français. Dans cette perspective, il s'agissait notamment de questionner – directement ou plus implicitement – le statut de modèle de protection sociale propre à une société salariale, sa généralisation ou encore son caractère paradigmatique dans le cadre d'une analyse comparatiste. R. Castel lui-même souligne le problème : « En matière de protections sociales, y a-t-il une voie royale, et cette voie est-elle celle de l'expansion des supports salariaux ? » (Castel, 1997 : 44). Ce dossier nous engage à proposer quelques pistes de recherche relatives à l'élaboration de modèles de prise en charge du “social” et de mise en œuvre de politiques sociales, mais nous paraît d’emblée faire surgir trois ordres de difficultés :

70C’est d’abord la difficulté de circonscrire, dans la variété des cas étudiés, une question sociale. Pour le cas de l'histoire française, R. Castel (1995) défend l'idée d'unicité dans le temps de la question sociale, articulée autour de l'institution salariale. Les situations observées dans ce volume nous conduisent à nous interroger sur les singularités régionales, nationales et étatiques qui éclairent les modalités historiques de la construction d’un marché du travail, dont on a vu qu’il était le plus souvent segmenté, caractérisé par la pluralité des situations et des statuts, et soumis à des logiques souvent hétéronomes, rendant plus difficiles son unification et sa rationalisation – si tant est que celle-ci soit indispensable. Penser la diversité des problèmes sociaux dans les termes d’une question sociale nous paraît pourtant la condition de leur dépassement, même si cela relève sans doute d’une construction intellectuelle.

71En second lieu, et en lien avec ce qui précède, l’infinie diversité des modalités d’organisation de la solidarité, et la capacité des populations à mettre en œuvre des stratégies et à inventer des stratagèmes pour faire face aux risques et à l’insécurité, ne nous semblent en aucun cas devoir déboucher sur la promotion d’une segmentation des systèmes de protection qui conduirait inévitablement à renforcer les inégalités. De fait, la plupart des contributions soulignent l’importance du rôle de l’État pour la protection des plus faibles.

72Enfin, last but not least, est posée la question des formes historiques que prend cet État, et indissociablement celle du poids de configurations d'acteurs et d'institutions situées, inscrites dans une histoire politique et sociale. Par-delà les logiques spécifiquement nationales, s'appuyant sur l'établissement ou l'effritement de compromis sociaux particuliers, et entre lesquelles il est possible de discerner des récurrences transversales, ce volume plaide pour un regard historique de large ampleur, qui inscrive ces trajectoires dans le cadre de l'histoire du capitalisme international, et notamment du colonialisme, des théories du développement et des réformes néo-libérales contemporaines.

Haut de page

Bibliographie

ARENDT H., 1961, La condition de l’homme moderne, Calmann-Lévy (trad. de l’anglais The Human Condition) : 369 p.

BEAUGE G. et BUTTNER F., 1988, Les migrations dans le monde arabe, Paris, Ed. du CNRS : 327 p.

BESSIS S., 2002, L’occident et les autres, Histoire d’une suprématie, La Découverte, 2001, 2e édition, Poche/Essais : 340 p.

BONNER M., ENER M., SINGER A. (eds), 2003, Poverty and Charity in Middle Eastern Contexts, State University of New York Press, New York.

CAMAU M., 1988, « Tarajjî wa dawla ou la force de l'espérance. Propos sur le désengagement de l'État en Tunisie », Bulletin du CEDEJ 23, 1er semestre : 81-108.

CAMAU M. et GEISSER V., 2002, Le Syndrome autoritaire, Paris, Presses de sciences po. : 372 p.

CASTEL R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard : 490 p.

— 1997, « Le modèle de la société salariale comme principe d'une comparaison entre les systèmes de protection sociale en Europe du Nord et en Europe du Sud », in MiRe, Comparer les systèmes de protection sociale en Europe du Sud, Vol. 3, Paris, MiRe : 29-48.

— 2003, L’insécurité sociale, Paris, Seuil : 95 p.

CATUSSE M., 2001, « Les métamorphoses de la question syndicale au Maroc », Critique économique 5, Rabat : 39-67.

— 1998, « De la lutte des classes au Dialogue social. Réflexions sur les recompositions des relations professionnelles au Maroc », Monde arabe Maghreb-Machrek 162, La Documentation française : 18-38.

CLEMENT F., 2000, « Libéralisation économique et nouvelles configurations de l’emploi en Égypte », Formes et mutations des économies rentières au Moyen-Orient (sous la dir. de B. DESTREMAU), Revue Tiers-Monde 163, tome XLI, juil-sept : 669-691.

CURMI B., 2002, « Les enjeux de l’après Oslo. Le mouvement associatif dans les Territoires palestiniens », in BEN NEFISSA S., Pouvoirs et associations dans le monde arabe, Paris, CNRS Ed : 95-123.

DESTREMAU B. (dir.), 2000, Formes et mutations des économies rentières au Moyen-Orient : Égypte, Jordanie, Palestine, Yémen, numéro spécial de la Revue Tiers-Monde, tome XLI, 163, Paris, juillet - septembre.

DESTREMAU B., DEBOULET A. et IRETON F., 2004, Dynamiques de la pauvreté au Moyen Orient et au Maghreb, Paris, édition URBAMA – Karthala : 515 p.

DESTREMAU B., LAUTIER B. (eds), 2003, Providence ou prévoyance ? La protection sociale, dossier de la Revue Tiers-Monde, 175, juillet-septembre : 482-655.

DONZELOT J., 1984, L’invention du social, Essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Fayard : 263 p.

ESPING ANDERSEN G., 1999, Les trois modes de l’État providence, Essai sur le capitalisme moderne, Editions PUF, collection Le lien social : 310 p.

EWALD F., 1986, L'État Providence, Paris, Grasset : 608 p.

FILALI-ANSARY A., 2002, L’Islam est-il hostile à la laïcité ?, Paris, Sindbad/Actes sud : 143 p.

GOLDBERG E. J. (ed.), 1996, The social History of Labor in the Middle East, Boulder, Westview Press : 236 p.

HEYDEMANN S., 1999, Authoritarianism in Syria : institution and social conflict, 1946-1970, Ithaca, N.Y., Cornell University Press : 226 p.

— 2004, « Toward a New Social Contract in the Middle East and North Africa », Arab Reform Bulletin, janvier.

HOURANI A., 1970, Arabic Thought in the Liberal Age, 1798-1939, Londres, OUP : 403 p.

IBRAHIM G., 1998, « Représentation syndicale et transition libérale en Égypte », Égypte Monde arabe 33 : 181-221.

JABER H. et METRAL F. (dir.), Migrants et Migrations au Moyen-Orient, 1990-2003, Vers des mobilités séquentielles, Damas, à paraître à l'IFPO, 2005.

LECA J., 1990, « Social Structures and Political Stability : comparative Evidence from the Algerian, Syrian and Iraqi Cases », in G. LUCIANI, The Arab State, London, Routledge : 150-188.

LIPSET S.M., 1983, « Radicalism or reformism : the source of working class politics », The American Political Science Review 77 : 1-18.

LONGUENESSE É., 1995, « Le syndicalisme professionnel en Égypte », Égypte monde arabe 24 : 139-187.

2000, Jordanie : Les syndicats professionnels, Enjeux de société et luttes nationales, Amman, Cermoc/KAS

(http://www.mom.fr/com/Presentation/Equipes/Gremmo/equipegremmo/chercheurs/log-site2.html)

MERRIEN F.-X., 1990, « État et politique sociale : contribution à une théorie néo-institutionnaliste », Sociologie du Travail 3.

MERAD A., 1978, « Iṣlâḥ », Encyclopédie de l’Islam (nouvelle édition), tome IV.

MURARD N., 2001, La protection sociale, Paris, La Découverte, coll. Repères (4e édition) : 120 p.

NOIRIEL G., 1988, Le creuset français, Paris, Seuil (Points Histoire) : 438 p.

OLSON M., 1966, La Logique de l'action collective, Paris, PUF (1ère éd. Harvard University Press) : 199 p.

PALIER B., 2001, « Les différents modèles de protection sociale et leur impact sur les réformes nationales », in DANIEL Ch. Et PALIER B. (dir.), La protection sociale en Europe, le temps des réformes, Paris, La Documentation Française, DRESS/MIRE : 33-46.

PICARD E., 2001, « Les Syriens, l’envers du décor », in J. TABET (dir.), Beyrouth, La brûlure des rêves, Paris, Éd. Autrement : 92-102.

ROSANVALLON P., 1981, La crise de l’État-providence, Paris, Seuil : 183 p.

— 1995, La nouvelle question sociale : repenser l'État-Providence, Paris, Seuil : 222 p.

ROUSSILLON A. (dir.), 1995, Entre réforme sociale et mouvement national, Identité et modernisation en Égypte, Le Caire, CEDEJ : 590 p.

SKOCPOL T. et alii (ed.), 1985, Bringing the state back in, Cambridge, CUP : 390 p.

SKOCPOL T., 1992, Protecting soldiers and mothers : the political origins of social policy in the United States, Cambridge et Londres, Belknap Press of Harvard University press : 714 p.

SRAIEB N. (dir.), 1985, Le mouvement ouvrier maghrébin, Paris, éditions du CNRS : 328 p.

TOURNE K., 2003, Expérience de la vie active et pratiques matrimoniales des jeunes adultes égyptiens dans les années 1990, Thèse de doctorat en sciences sociales, Université de Paris I, juin 2003.

VAN AKEN M., 2003, Facing Home, Palestinian belonging in a valley of Doubt, La Haye, Shaker Publishing : 298 p.

WORLD BANK, 2003, Unlocking the employment potential in the Middle East and North Africa. Towards a New Social Contract, The World Bank, Washington DC.

Haut de page

Notes

1 Voir, pour l’Égypte, les travaux d’Alain Roussillon, et plus particulièrement son introduction à l’ouvrage collectif qu’il a dirigé sous le titre : Entre réforme sociale et mouvement national, Identité et modernisation en Égypte (Roussillon, 1995). Plus généralement, sur le réformisme musulman, voir Hourani, 1970 et Merad, 1978.

2 Illusion aggravée dans le cas des économies rentières par les réalisations que facilite l’importance des ressources pétrolières.

3 Voir la distinction que propose Hannah Arendt (1961) entre “work” et “labour”, plus ou moins heureusement rendue en français par “œuvre” et “travail”.

4 Al-‘amal bi-ajr, ou travail salarié : ‘amal, signifie à l’origine “action”, et le ‘âmil, aujourd’hui “ouvrier”, ou “employé”, désignait autrefois un “agent”. Ajr renvoie à ijâra, qui désigne « un contrat par lequel une personne cède à autrui jouissance d’une chose ou d’une activité » (E.I., article IDJÄRA), contrat de louage ou de location. Ajr signifie aujourd’hui aussi bien le salaire que le loyer (plutôt sous la forme du pluriel, âjâr). Voir aussi P. Ghazaleh, infra.

5 Robert Castel rappelle l’extrême variété des formes de proto-salariat, mais suggère un lien entre le salariat et la corvée, qui expliquerait « les résistances à l’événement du rapport salarial moderne » (1995 : 150).

6 Voir, parmi d’innombrables travaux sur l’histoire du mouvement ouvrier au Maghreb et au Moyen-Orient, la tentative d’état des lieux dirigée par Goldberg , 1996. Pour le Maghreb, voir Sraieb, 1985.

7 Voir Beaugé, Buttner (dir.),1988, et plus récemment Jaber, Metral (dir). Une des lacunes de ce dossier, que nous regrettons de n’avoir pu combler, est l’absence de contribution sur les pays de la péninsule arabique, Arabie Saoudite ou Émirats du Golfe.

8 Voir aussi l’ouvrage tiré de sa thèse (Van Aken, 2003) dont on trouvera un compte-rendu dans la dernière section de cette livraison.

9 En particulier Esping Andersen, 1999, devenu une référence centrale.

10 Retour qui se légitime par des références religieuses puisant dans l’histoire. Sur les pratiques caritatives dans le monde musulman médiéval et à l’époque ottomane, voir le compte-rendu, infra, de Bonner, Ener et Singer, 2003.

11 Le contournement des notabilités locales pour mettre en place une distribution directe par les autorités françaises dans la Syrie mandataire pourrait aller dans le même sens : récupération du bénéfice moral par l’État, tout en n’octroyant pas de droits (G. Schad).

12 C'est à partir de ce constat d'ailleurs que J. Leca analyse les interactions entre stabilité politique et structures sociales dans les économies de rente (Leca, 1990 : 151).

13 On pourrait ici citer le cas des Territoires palestiniens, où les ONG sont omniprésentes, et assurent les services les plus divers, encouragées par la Banque Mondiale qui leur fait jouer le rôle de filets de sécurités, « garde-fous sociaux pour protéger les laissés pour compte de la mondialisation » (Curmi, 2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, Myriam Catusse et Blandine Destremau, « Le travail et la question sociale au Maghreb et au Moyen-Orient », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 105-106 | janvier 2005, mis en ligne le 12 janvier 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/2340

Haut de page

Auteurs

Blandine Destremau

GRASS/IEDES, CNRS, Paris

Articles du même auteur

Myriam Catusse

IREMAM, CNRS, Aix en Provence

Articles du même auteur

Elisabeth Longuenesse

GREMMO, CNRS, Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page