Navigation – Plan du site
III. Lettrés et intellectuels au service de la transformation sociale

L'itinéraire hellénique de Tâhâ Husayn

Luc Barbulesco
p. 297-305

Résumés

Pourquoi l'ouvrage de Tâhâ Husayn sur la poésie antéislamique a-t-il été accueilli avec tant de réserves par al-Azhar, alors que la thèse centrale (cette poésie serait presque tout entière recréée par des contemporains de l'époque omeyyade) n'a rien qui puisse choquer un musulman pieux ? C'est sans doute la méthode employée par Tâhâ Husayn, faite d'esprit critique, de doute systématique, de remise en cause perpétuelle du consensus, qui a provoqué la colère des clercs conservateurs. Cette méthode apparaissait comme le vecteur d'idées et de méthodes étrangères et fut perçue comme l'expression d'une attitude arrogante.
En réalité, les méthodes comme le programme de Tâhâ Husayn portaient l'empreinte grecque et méditerranéenne. Tâhâ Husayn lui-même dépendait totalement de la vision de l'hellénisme entretenue par la culture française.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avertissement :
Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs.

Texte intégral

  • 1  Sur la polémique ayant suivi la parution de la première édition, en 1926, cf. l'introduction à ce (...)

1Mesurer l'influence de Tâhâ Husayn (1889-1973) dans la sphère intellectuelle arabe au cours de la période considérée, c'est d'abord étudier le retentissement de son livre sur la poésie antéislamique — ou plutôt sur les formes littéraires antérieures à l'islam, selon le titre donné à la seconde édition de l'ouvrage : De la poésie antéislamique (Fî-l adab al-jâhilî)1. Nous nous attacherons à élucider le malentendu qui présida à la réception du livre : pourquoi cette controverse éclata-t-elle, et, au fond, à quoi s'adressaient les critiques ?

2C'est à l'occasion de ce débat, qui fut déterminant dans la carrière ultérieure du jeune savant, que nous voyons apparaître ce que l'on pourrait appeler « la figure grecque », destinée à s'enrichir et se développer tout au long de l'œuvre de Tâhâ Husayn, et dont nous pensons que, davantage qu'un simple ornement rhétorique, mais moins qu'un véritable rapport à l'hellénisme historique, elle remplit, dans la pensée de cet admirateur d'une certaine France que fut Tâhâ Husayn, la fonction d'une métaphore : métaphore de la culture, elle-même conçue comme diffusion des sciences et promotion personnelle.

  • 2  Ce livre, publié en 1938, « véritable charte de l'éducation nationale, qu'il rédige avant son avèn (...)
  • 3  Tâhâ Husayn avait écrit une thèse sur Abu l-‘Alâ’ al-Ma‘arrî (973-1058), célèbre poète syrien aveu (...)

3Ceci nous amènera à réfléchir, en conclusion, au caractère essentiellement politique que revêt la culture dans la vision qu'en donne l'auteur de l'Avenir de la culture en Egypte (Mustaqbal al-thaqâfa fi Misr)2. Aussi bien ce dernier livre — et, au-delà, l'œuvre du ministre de l'Instruction publique, en 1950-51 — éclaire-t-il rétrospectivement l'interprétation des œuvres de jeunesse consacrées à Abu l-‘Alâ’ al-Ma'arrî3 et aux poètes de la Jâhiliyya.

Tâhâ Husayn face à l'AntéisIam : l'apparition de la figure grecque

4Pourquoi l'ouvrage de Tâhâ Husayn sur la poésie antéislamique a-t-il été accueilli avec tant de réserves, et même avec hostilité par al-Azhar, alors que sa thèse centrale — cette poésie est presque tout entière recréée (manhûl)par des contemporains de l'époque omeyyade, cherchant, par un biais littéraire, à défendre des positions politiques — n'a rien qui puisse choquer un musulman pieux ? Bien au contraire, cette thèse place la poésie antéislamique dans la dépendance du texte coranique, et Tâhâ Husayn ajoute : c'est par le Coran, et le Coran seul, que l'on peut espérer apprendre quelque chose sur les conditions matérielles et morales de l'Antéislam. Par conséquent, l'attitude de supériorité intellectuelle et morale adoptée par l'islam à l'égard de la civilisation arabe d'où il est issu, et qui s'exprime précisément par ce mot de « Jâhiliyya », cette attitude est justifiée par Tâhâ Husayn, au moyen d'arguments historiques mis en œuvre par une méthode de type scientifique.

  • 4  Tâhâ Husayn y avait établi un rapport explicite entre l'œuvre du poète syrien et la tradition phil (...)

5C'est sans doute cela même, cette méthode cartésienne employée par Tâhâ Husayn, qui aura provoqué l'ire des clercs conservateurs. Que l'islam reçût là un secours précieux dans sa lutte contre l'incroyance, ils n'en avaient cure. Ils sentaient bien, en effet, par instinct politique, que ces forces venues en alliées avaient pour armes l'esprit critique, la remise en cause du consensus, le doute systématique — et le mot même employé par Tâhâ Husayn pour exprimer cette attitude de révocation en doute des idées reçues (al-shakk)évoque fâcheusement le scepticisme d'un Abû l-‘Alâ’4. Ils sentaient que ces forces arrivaient en avant-garde d'une armée puissante et nombreuse... Sur ce point-là, du moins, les craintes des conservateurs se révélèrent infondées, l'histoire ultérieure du monde arabe montre que ces avant-gardes progressistes, incapables de mobiliser ni d'organiser les peuples, piétinent dans les marges plus ou moins confortables que veulent bien leur laisser les pouvoirs en place, réduites à cultiver le narcissisme et la compromission.

6L'étude du langage employé par les détracteurs de Tâhâ Husayn suggère également une autre motivation, assez paradoxale dans ce contexte apparent de débat intellectuel et religieux : le nationalisme. Le texte jâhilite, en effet, apparaissait comme revêtu d'une sorte de sacralité, non pas certes en vertu de son contenu, mais de par la langue même dans laquelle il se trouvait proféré : pour un Azharien d'esprit traditionnel, le véhicule même de la poésie antéislamique est le message, ce message étant celui de la nationalité arabe authentique ; cette perspective offre, en outre, l'immense avantage de réserver à un autre Véhicule, le Coran, l'intégralité du seul Message qui vaille, celui qui porte le sens dernier (al-âkhira). Le jeune chercheur se trouvait donc, dans sa naïveté scientifique, entraîné dans le piège que toute une tradition avait mis en place : celui de l'articulation périlleuse, et dissimulée, entre dîn et dunyâ. L'enseignement sur les fins dernières s'accommodait parfaitement de l'exaltation quasi-tribale des attaches nationales qui lient les Arabes à ce monde-ci. Position, rencontrée en d'autres cultures, du peuple théophore, et dont la matrice est à chercher sans doute dans cette élaboration très singulière de l'universalisme qu'est le judaïsme.

7À vrai dire, ce débat s'inscrivait dans un contexte plus vaste que l'espace égyptien. Ces mêmes années 1920-1930 virent le rétablissement en Arabie, désormais Saoudite, d'un régime se réclamant du wahhabisme. Or, qu'est-ce que le wahhabisme, sinon l'islam recentré sur le Hedjaz, terre originelle des Arabes — ceux de 'Adnân, sinon ceux de Qahtân ? Il faut tenir compte, cependant, de la force expansive de la doctrine, qui n'hésita pas, quelques décennies plus tard, à considérer l'ensemble du monde islamique comme son domaine de mission. Aussi bien la doctrine d'Ibn Taymiyya, qui est à la base de la prédication de Muhammad b. Abd al-Wahhâb, s'est-elle formée à partir de l'expérience du siège de Damas par les Mongols, en 1260, et à nouveau quarante ans plus tard — comme la protestation de l'élément arabe assiégé par des allogènes d'islam tout récent et suspect, alliés aux Francs.

  • 5  Par exemple, ce passage significatif de la préface à la seconde édition : « Ne soyons pas saisis d (...)

8Circonstance aggravante, Tâhâ Husayn, tentant de dénouer ces contradictions, apparaissait comme le vecteur d'idées et de méthodes étrangères, apprises auprès de maîtres étrangers, exprimées dans une langue étrangère, « ‘ajamiyya ». Tout cela fut reçu comme de l'arrogance. Il existe en effet, dans le ton même dont use Tâhâ Husayn dans son livre, et plus encore dans le chapitre introductif de la seconde édition, une assurance, une force de persuasion, une sorte d'insolence parfois5, qui n'a rien de commun avec cet orgueil vain et emphatique des poètes de la Jâhiliyya — quels qu'ils fussent : authentiques princes errants ou mawâlî humiliés et désireux de revanche à la cour omeyyade. Dans ce rapport de force que Tâhâ Husayn instaure sous couvert d'histoire littéraire, il prend l'initiative et choisit d'emblée les armes, le terrain du combat et la stratégie.

  • 6  La mention faite d'Homère comme poète de la Badâwa yunâniyya, dans la seconde édition de l'étude s (...)
  • 7  La référence à la philosophie grecque apparaît très tôt, dès la première édition de la thèse de Tâ (...)
  • 8  Dans une publication de la même époque, sous le titre « Les guides de la pensée » (qâdat al-fikr), (...)

9Or il se trouve que tout cela, les armes de la critique historique, le champ de la recherche, et la perspective à long terme des études entreprises, porte une empreinte grecque. Et ceci apparaît dans la comparaison faite de la Jâhiliyya avec l'époque homérique, Homère lui-même étant qualifié de représentant de la bédouinité grecque (badâwa yunâniyya)6. La figure grecque, déjà apparue fugitivement quelques années auparavant dans l'étude sur le contexte historique de Ma'arrî7, s'installe définitivement dans le paysage intellectuel de Tâhâ Husayn, à la faveur d'une réflexion sur le changement culturel. Nommé professeur d'histoire ancienne à l'Université à son retour de France, en 1919, il publia des traductions de Sophocle et d'Euripide8. Et c'est dès 1921 que, présentant au public égyptien sa traduction arabe de la Constitution des Athéniens d'Aristote, Tâhâ Husayn formule, de la manière la plus précise, ce rapport organique qui lie le monde arabe et l'hellénisme. Ce texte d'Aristote, découvert tardivement (en 1891) sur un papyrus égyptien, avait été lu et commenté par les savants européens avant d'être en quelque sorte rapatrié par le jeune professeur d'Université qu'était alors le traducteur, et offert, dit-il, au public égyptien, en paiement d'une dette de reconnaissance à son pays. L'on verra ensuite des résurgences de ce thème dans des articles rassemblés sous le titre général de Propos du mercredi (Hadîth al-arbi‘â), par exemple dans une recension approfondie de la traduction de l'Ethique d'Aristote par Lutfî al-Sayyid.

  • 9  Cette crainte-là était fondée : à preuve les controverses, tout à fait comparables dans leur inten (...)

10Rien n'est donc plus éloigné de la vérité que de penser qu'il y a de la part de Tâhâ Husayn la moindre partialité à l'égard de la culture arabe païenne. Son conflit avec les Azhariens, on l'a vu, tient essentiellement à des questions de méthode, à la crainte où ils sont de voir un disciple, quelque jour, armé de la méthode historique, se livrer à une critique tout aussi corrosive du texte coranique lui-même9. S'agissant de la valeur à accorder aux textes poétiques de la Jâhiliyya, Tâhâ Husayn reconduit une certaine tradition négative, s'il n'est pas, même, plus sévère encore dans son jugement littéraire. C'est que le jugement moral gouverne le goût, et que les valeurs de liberté anarchisante, d'insolence, de fierté aristocratique, ce refus de toute transcendance soulignés dans une étude récente (Salam al-Kindi, 1998) répugnent tout autant au fils de paysan égyptien qu'à l'Azharien en turban, sinon davantage encore.

Le modèle français dans la figure grecque

11Quelques années plus tard, on vit reparaître, dans un tout autre contexte, cette notion de « gentilité » — ou paganisme, ou, plus précisément : refus de la culture lettrée — sous la forme de l'ummiyya, cet analphabétisme que Tâhâ Husayn, devenu ministre de l'Instruction publique, mettra toute son énergie à combattre, mieux, à effacer, faisant du mahwî l-ummiya — traduira-t-on : « l'effacement des traces du paganisme ? » — la grande affaire de son ministère (ou faudrait-il dire : son kérygme ?).

  • 10  Dans al-Mustaqbal, Tâhâ Husayn réclamait notamment que les élèves du secondaire étudient le latin (...)
  • 11  Rencontre intéressante, et symbolique, d'une certaine façon : parmi les quelques enseignants franç (...)

12Mais le programme tracé dans l'Avenir de la culture en Égypte (Mustaqbal al-thaqâfa fi Misr), et mis en œuvre énergiquement dès les premiers mois de la présence de Tâhâ Husayn au ministère, en 195010, doit peu à l'inspiration hellénique proprement dite, et presque tout au modèle français contemporain, celui de l'Ecole républicaine11 : l'accent mis sur l'enseignement élémentaire, sur l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, la gratuité de l'enseignement, l'exaltation du rôle de l'instituteur, et, par-dessus tout, la conception de l'école comme lieu unique de la transmission des valeurs de civilisation ; faire de l'École le seul foyer de diffusion des lumières — et non seulement des connaissances, c'est laisser entendre qu'il n'y a que ténèbres ailleurs, et que refuser les bienfaits de l'instruction publique, c'est se complaire dans l'ignorance, comme s'il n'y avait de culture véritable qu'écrite — écrite dans la langue officielle — et que toute culture orale, régionale, traditionnelle fût d'emblée considérée comme suspecte. La civilisation est assimilée à la culture, ce que révèle l'emploi bien plus fréquent du mot thaqâfa plutôt que celui de hadâra. Cette vision de la culture, si elle se réfère à la figure hellénique, et donne une place centrale aux études grecques dans le programmé de l'enseignement supérieur, n'entretient en fait qu'un rapport indirect avec l'hellénisme historique — celui qui va d'Homère à Plutarque —, et relève d'une perspective que l'on pourrait qualifier de byzantine, si, en l'occurrence, elle n'était pas, simplement, française.

13Modèle français, avons-nous dit, et l'analogie se développe, à l'observation attentive, en plus d'une dimension : le programme d'alphabétisation préconisé par le ministre n'est au fond que l'entreprise d'éducation islamique — laquelle est de portée populaire et universelle dans le contexte sunnite —, entreprise qui se trouve simplement nationalisée, laïcisée, et retirée à al-Azhar, non point tant parce que la vénérable institution avait failli à sa tâche, mais parce qu'elle n'avait pas su adapter ses méthodes et ses maîtres aux temps nouveaux. De même, le projet républicain d'instruction publique reconduisait en France — sans le dire, et même en disant le contraire — l'entreprise des collèges jésuites du XVIIe siècle, en la dépouillant de son caractère proprement catholique et en lui donnant une plus large extension. Ces deux systèmes d'éducation étaient en fait si peu contraires, et si proches l'un de l'autre, qu'on les voyait coexister, à l'époque considérée, non pas certes en France, où Tâhâ Husayn pouvait lui-même être témoin des rémanences encore vivaces de la question laïque du début du siècle, mais dans les pays du Proche-Orient où s'exerçait l'influence française, au Liban d'abord, puis en Égypte où coexistaient établissements religieux et lycées de la Mission laïque.

L'Egypte et l'esprit grec

14Dans cette perspective, la dimension grecque, méditerranéenne, que l'on voit se développer tout au long de l'œuvre de Tâhâ Husayn, et notamment dans cette cristallisation aux arêtes tranchantes de toute sa pensée qu'est le Mustaqbal al-thaqâfa fi Misr, fonctionne comme une harmonique à ce thème de la culture, sans être véritablement étudiée pour elle-même. C'est dans le troisième chapitre de ce dernier livre, intitulé : « L'esprit égyptien (al-‘aqlal-misrî) et l'esprit grec : influences réciproques », que se trouve développée, à la manière dont on expose une vérité d'évidence trop longtemps méconnue, la thèse de l'appartenance méditerranéenne de l'Egypte, et, partant, du monde arabe. Il convient cependant de rappeler que le premier contact de l'historien avec la Grèce contemporaine date de mars 1951. Contact fort tardif, dû à la création d'une chaire d'arabe à l'université d'Athènes. Il dira plus tard l'émotion éprouvée à gravir les degrés menant à l'Acropole, dans une sorte d'état second, à l'écoute des voix venues du fond des siècles (Mikhaïlidis, 1996).

15Comment la dimension grecque, au demeurant, serait-elle étudiée pour elle-même, si l'on observe que la vision de Tâhâ Husayn en la matière reste dans une dépendance totale, exclusive à l'égard d'une autre vision, celle que la culture française entretenait de l'hellénisme ? Or la culture française des années 1920-1930, celle-là même que Tâhâ Husayn s'était si parfaitement, si amoureusement assimilée, ne laissait pas d'être fort inférieure à ce qu'elle avait été. C'était Athènes après Athènes, la caricature douloureuse et dérisoire d'eux-mêmes qu'offrent, par exemple, les contemporains de Démosthène ; et les événements de 1940 seraient, par une sorte de ralentissement étonnant de l'Histoire, une bataille de Chéronée durant quelques semaines. La sagacité de Tâhâ Husayn n'en est que plus admirable, d'avoir pu apercevoir, au-delà du prisme déformant que lui fournissait la version française des textes grecs qu'il lisait, tel élément historique ou sociologique qui avait échappé au premier traducteur : ainsi de cette remarque faite en note du chapitre 51 de la Constitution des Athéniens sur les agoranomes. « Ces magistrats correspondent, par certaines de leurs fonctions, au muhtasib de la cité islamique. »

  • 12  Sur un plan esthétique, et non plus strictement scientifique, on peut lire un certain nombre d'art (...)

16Il est vrai que ce rapport biaisé aux sources grecques caractérisait déjà l'entreprise d'un Averroës qui, lui aussi, fait preuve d'une grande puissance d'analyse dans son interprétation de versions arabes, souvent maladroites ou fautives, de textes aristotéliciens. S'agissant de la philosophie d'Averroës, les médiations sont même plus nombreuses : l'enseignement du philosophe avait été passé au crible des notes de cours prises par les disciples, recopiées par les philologues byzantins, traduites en syriaque à l'Ecole de Hunayn b. Ishaq à Bagdad, puis transmises à Tolède dans une version arabe, pour être commentées par Averroës. Tâhâ Husayn, lui, esprit d'artiste plus enclin à l'émotion esthétique qu'intéressé par la spéculation intellectuelle pure, ne franchissait qu'une seule barrière, celle de la langue française, médiatrice d'un texte grec dont il ne pouvait percevoir que des échos par la voix de son épouse — la véritable Médiatrice au demeurant, celle grâce à qui le magicien des lettres arabes, à l'instar du poète français, aura « deux fois vainqueur traversé l'Achéron », attentif aux messages envoyés d'un « au-delà » de sa culture dont il avait très tôt pressenti qu'il était, en fait, un « en deçà »12.

17On pourrait donc appliquer à la pensée de Tâhâ Husayn lui-même la méthode dont il a usé à l'endroit de la poésie antéislamique : par l'étude de la langue, de la rhétorique, des références des poètes dits jâhilites, c'est-à-dire par la critique interne des textes, Tâhâ Husayn parvenait à la conclusion que l'on sait. Par l'étude des moyens mis en œuvre par le même homme tout au long de sa vie intellectuelle pour suivre la trame hellénique dans le tissu de la culture arabe classique, ne parviendra-t-on pas à la conclusion que cette dimension grecque est beaucoup plus reconstruite que réelle, et théâtralisée au sein de l'espace mouvant et conflictuel de la culture arabe ? De fait, Tâhâ Husayn dépendait entièrement, pour sa lecture des textes grecs, de la version qui lui en était donnée en français, et, pour l'interprétation générale du phénomène hellénique, de la présentation qu'on en faisait dans l'Université française au début du siècle. La vision conventionnelle et fausse qu'il a de Platon, par exemple, ne fait que reproduire celle que la Sorbonne d'alors, pénétrée de positivisme et de néo-thomisme, enseignait à des étudiants captivés par un prestige qui n'était plus, déjà en 1900, que lumière froide. De même que les poètes jâhilites recouraient à la figure du prince errant dans le désert d'Arabie pour défendre des positions politiques à la cour omeyyade, on pourrait considérer que Tâhâ Husayn use, de manière infiniment variée, récurrente, et rhétorique dans son essence, de la figure grecque, et même, plus précisément, athénienne, pour affirmer les positions que l'on sait, positions formulées de façon synthétique dans le Mustaqbal, et qui, pour culturelles qu'elles apparaissent, n'en sont pas moins profondément politiques. Le dernier Tâhâ Husayn — le ministre de l'Instruction publique des derniers temps de la monarchie — explique, à cet égard, de manière rétroactive, l'ensemble de l'entreprise antérieure ; Hercule tourmenté par cette tunique de Nessus rapportée de France, il se consume sur le bûcher des combats et des jalousies, et les lueurs d'incendie — celui qui embrase le Caire le 26 janvier 1952 — éclairent toute l'existence du vieux Lutteur.

Haut de page

Bibliographie

AL-KINDI, Salam, 1998, Voyageur sans repères, Arles, Actes-Sud.

LOUCA, Anouar, 1977, « Contacts culturels avec l'Occident », L'Égypte d'aujourd'hui, permanence et changements 1805-1976, GREPO, CNRS.

MIKHAÏLIDIS, Eugène, 1996, Al-duktûr Tâhâ Husayn Basha - makhtût yunânî, Le Caire.

Haut de page

Notes

1  Sur la polémique ayant suivi la parution de la première édition, en 1926, cf. l'introduction à ce volume et la contribution de Luc-Willy Deheuvels.

2  Ce livre, publié en 1938, « véritable charte de l'éducation nationale, qu'il rédige avant son avènement au ministère de l'Instruction publique, atteste cette reconquête de l'identité. Il y affirme la vocation méditerranéenne de l'Egypte, que rappellent son histoire depuis les Pharaons, son art, ses relations économiques autant que sa situation géographique. Raison de plus pour nous tourner vers l'Occident : c'est en participant à sa culture que nous serons franchement nous-mêmes » (Louca, 1977 : 122).

3  Tâhâ Husayn avait écrit une thèse sur Abu l-‘Alâ’ al-Ma‘arrî (973-1058), célèbre poète syrien aveugle de l'époque abbasside. Cette thèse fut publiée en 1914.

4  Tâhâ Husayn y avait établi un rapport explicite entre l'œuvre du poète syrien et la tradition philosophique de l'athéisme.

5  Par exemple, ce passage significatif de la préface à la seconde édition : « Ne soyons pas saisis de terreur si cette recherche nous amène à des résultats dont pourraient s'affliger le nationalisme, s'irriter les passions politiques ou s'offusquer les hommes de religion. Si nous parvenons à nous libérer jusqu'à ce point, il ne fait pas de doute que nous accèderons, par la recherche scientifique, à des résultats auxquels ne sont point parvenus les Anciens. On voit donc que la méthode de Descartes n'est pas seulement féconde en matière de science, de philosophie et de littérature, mais également dans les domaines de la morale et de la vie sociale », traduit et cité par Anouar Louca (1977 :122).

6  La mention faite d'Homère comme poète de la Badâwa yunâniyya, dans la seconde édition de l'étude sur la littérature antéislamique - Fî l-adab al-jâhili, 1927 - avait été précédée d'un article de présentation de l'aède ionien parmi une série d'articles de vulgarisation de la revue Al-Hilâl.

7  La référence à la philosophie grecque apparaît très tôt, dès la première édition de la thèse de Tâhâ Husayn sur Abû l-‘Alâ’ al-Ma‘arrî (1914).

8  Dans une publication de la même époque, sous le titre « Les guides de la pensée » (qâdat al-fikr), l'évolution de l'humanité, depuis Homère jusqu'à Gutenberg et à la révolution industrielle, est retracée. Il découvrait ainsi les racines grecques de la suprématie européenne, cf. Anouar Louca (1977 : 122).

9  Cette crainte-là était fondée : à preuve les controverses, tout à fait comparables dans leur intensité à celles des années vingt, suscitées, dans les années quatre-vingt-dix, par l'étude de Nasr Hâmid Abû Zayd sur la langue du Coran.

10  Dans al-Mustaqbal, Tâhâ Husayn réclamait notamment que les élèves du secondaire étudient le latin et le grec. Il fut ministre de l'Instruction publique du 12 juin 1950 au 28 janvier 1952. Il étendit la gratuité de l'enseignement à l'enseignement secondaire et à l'enseignement technique. Contrairement à d'autres ministres, il ne démissionna pas du gouvernement à la suite de l'incendie du Caire, le 26 janvier 1952, et c'est la chute du gouvernement lui-même qui le vit quitter le ministère.

11  Rencontre intéressante, et symbolique, d'une certaine façon : parmi les quelques enseignants français invités par l'État égyptien à exercer dans les établissements secondaires au cours de l'année 1950-51, se trouvait Michel Butor, qui tira quelques années plus tard, de cette expérience égyptienne, vécue à Minia, en Moyenne-Egypte, un texte publié, avec d'autres, sous le titre « Le Génie du lieu ». Il y médite sur les effets des mises en contact des civilisations, des lieux, des temps, dans la chambre d'échos d'une conscience d'homme de lettres.

12  Sur un plan esthétique, et non plus strictement scientifique, on peut lire un certain nombre d'articles de Tâhâ Husayn qui ressortissent à la critique littéraire ou théâtrale, et portent sur des thèmes grecs traités par des auteurs français que Tâhâ Husayn avait eu l'occasion de connaître lors des séjours estivaux qu'il faisait en Europe : ainsi du poème musical intitulé « Pénélope », sur une musique de Gabriel Fauré. On peut mentionner encore le récit d'une rencontre avec Paul Valéry, en juillet 1939, dans un article écrit après la guerre qui se clôt sur le projet de se rendre au Cimetière marin de Sète, honorer le tombeau du poète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Barbulesco, « L'itinéraire hellénique de Tâhâ Husayn », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 95-98 | avril 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 27 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/237

Haut de page

Auteur

Luc Barbulesco

Centre d'histoire de l'islam contemporain, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page