Navigation – Plan du site
Lectures

Nicolas Michel, Une économie de subsistances. Le Maroc précolonial, IFAO, Le Caire, 1997.

Sylvie Denoix
p. 313-315

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage peut apparaître paradoxal si l'on considère, comme le rappelle Nicolas Michel, que le Maroc, dès avant le XIXe siècle, était inséré dans une économie marchande internationale "faisant circuler dans tout le pays produits et espèces monétaires". En fait, les produits de première nécessité échappent au grand négoce et font plutôt l'objet d'un troc, d'un échange contre services, hors système monétaire. Néanmoins, dans un souci de rigueur méthodologique, l'auteur nous garde de voir là, dans une lecture linéaire et progressive de l'histoire, un stade premier où cette économie de troc passerait, dans une étape de développement ultérieur, à une économie marchande. De même, il considère dans son travail les techniques dites traditionnelles comme n'ayant pas moins de "valeur".

2Cet ouvrage porte sur l'ensemble du Maroc rural pré-colonial (pourquoi utiliser cette terminologie, dont le référent est européocentré et ne pas parler plutôt de XIXe siècle ?) où l'on dénote une certaine homogénéité : l'organisation sociale y est tribale, les musulmans y sont tous malékites, le système y est mixte (agro-pastoral), l'économie rurale y est partout d'une extrême fragilité et pose le problème, récurrent, des subsistances. Subsistances car le Maroc, au XIXe siècle, est lourdement marqué par les crises, les pénuries, les disettes, lesquelles sont structurelles. Les causes de cette incapacité à assurer toutes les années la couverture en besoins de produits de première nécessité (principalement des céréales), sont d'abord les conditions météorologique avec, notamment, la pluviométrie, dont le volume et la répartition sont décisifs pour le succès des emblavures et des pâturages, ainsi que d'autres calamité naturelles comme les invasions de criquets pèlerins. Malgré tout, les rythmes des disettes ne sont pas strictement liés à des cycles climatiques (81). L'homogénéité remarquée n'empêche pas les différences régionales, que l'auteur souligne tout au long de l'ouvrage, et particulièrement dans le chapitre sur "l'occupation de l'espace" (184-228) : différences pédologiques, climatiques, culturelles (notamment linguistiques, et NM, donne le lexique arabe et berbère (plus de huit vocables pour désigner le maïs, selon les régions) des termes techniques.

3Une étude sur une économie agro-pastorale se doit d'examiner les techniques, les outils, les savoir-faire. NM peint donc minutieusement (122-148) un tableau de la céréaliculture irriguée (la plus rare) ou en bour (sans irrigation), avec son outillage - araires et houes, faucilles -, ses animaux de trait, ses techniques aratoire - engrais, labour, semence, sarclage, récolte, dépiquage, vannage et ensilage des grains -, le choix des espèces cultivées, surtout des céréales (blé, orge, maïs, millet, sorgho, riz...), des légumineuses (fèves, pois chiche, lentilles), des arbres, comme l'olivier ou le palmier.

4Le métier d'historien consiste à mettre en perspective des pratiques, représentations, événements situés dans le passé. L'Histoire a d'abord collé à l'événement politique puis, se forgeant de nouveaux objets, aux pratiques et aux représentations des sujets étudiés. Si les historiens ont, depuis quelques décennies, beaucoup affiné leurs méthodes et accepté de nouveaux objets, l'Histoire n'a jamais été une discipline développant des théories et Nicolas Michel se situe bien dans cette lignée. Autant chaque chapitre de son livre donne t-il lieu à des réflexions méthodologiques très fines, le situant par rapport à ses collègues (soit l'ayant précédé dans l'étude du Maroc précolonial, soit ayant travaillé sur d'autres aires sur des sujets proches) autant il se méfie des théories, non pas par distance intellectuelle, il les connaît et les expose clairement avec grand bénéfice pour son lecteur, mais justement parce qu'elles ne sont que cela, et que le réel ne s'y retrouve pas toujours. Cette exigence donne des résultats. Ainsi bien des idées reçues doivent désormais être révoquées. Par exemple celles concernant la répartition égalitaire, que l'on aurait pensée , dans un schéma évolutionniste (ou marxisant : la "commune primitive"), antérieur à toute forme d'appropriation, est plutôt réponse à des tensions, NM le démontre avec différents exemples (p. 256-257). De même, bien que reconnaissant la prégnance du système tribal, et saluant au passage la théorie de la segmentarité (p.246), NM lui règle son compte, considérant qu'il s'agit d'une théorie et que, foin des "raffinements d'analyse", l'historien a meilleur compte à dégager les aspects économiques effectifs de la structure tribale. C'est donc la réalité du vécu du paysan marocain qui intéresse NM (comme son alimentation, à base de produits locaux, principalement céréaliers (les bouillies de céréales) - 107-117), et non un modèle, ni même la norme énoncée par le droit, fut-il coutumier. Ainsi le modèle patriarcal ne résiste pas longtemps non plus à l'analyse et NM démontre que, pour des raisons démographiques, il n'est en fait qu'un référent. La structure sociale de base était la famille nucléaire ou élargie selon les conditions démographiques et l'inscription dans l'espace de la population se faisait dans les douars, groupements de lignages. La rigueur méthodologique de l'auteur s'alimente en partie dans un comparatisme basé sur la lecture d'un nombre impressionnant d'études sur des sujets similaires portant sur d'autres aires, notamment méditerranéenne-européenne, mais aussi plus éloignées comme celle de la plaine du Gange ou la Chine. Pour celles qui traitent du Maroc, ses lectures sont souvent judicieusement critiques, qu'il s'agisse d'études récentes (183-4, 342) ou d'analyses produites par les autorités du Protectorat, analyses plaquant sur le cas marocain des catégories (par exemples celles issues du droit romain) hors de rapport avec la réalité (249-250). Ainsi, après cette recherche attentive aux pratiques effectives, un certain nombre de clichés doivent désormais être révoqués : celui de l'agriculture archaïque tombe devant l'étude des techniques ; celui d'un système équilibré et respectueux de la nature s'efface devant la variété des pratiques ; celui d'une agriculture de pasteurs semi-nomades qui auraient pris la place de sédentaires disparaît devant l'analyse historique.

5Les subsistances produites, quand elles n'étaient pas consommées par les agriculteurs et leurs familles, étaient commercialisées, notamment pour l'approvisionnement des villes. Ce commerce intérieur au Maroc (et très localisé) était jusqu'à présent mal connu, notamment faute de sources. Une autre partie des subsistances (orge, maïs, blé) étaient exportées vers l'Europe, malgré une interdiction de principe de la vente aux infidèles de ces produits considérés comme stratégiques. En revanche, l'approvisionnement des citadins se faisait à partir de la production locale (banlieues agricoles et territoires proches des tribus). Mais les villes, non autonomes, ne se dotèrent pas d'une assise foncière. Le profit des paysans venant vendre leurs produits en ville devait être maigre dans la mesure où, ils ne commercialisaient pas eux-mêmes leurs produits. De nombreux métiers (meuniers, boulangers, bouchers...), organisés en corporations (Ìan†a, plur. Ìnâ†i) prenaient en charge la commercialisation ou la transformation des produits agricoles. Les prix sont connus, en francs, monnaie dans laquelle se faisaient les transactions importantes, et furent à peu près stables de 1770 à 1900, augmentant après cette date. S'ils furent à peu près constants sur cent trente ans, il y eut de fortes variations interannuelles - les chertés étant le signe et la conséquence des disettes urbaines qui eurent lieu jusqu'en 1826 - et il y avait des disparités régionales pour le prix d'un produit donné. Au Maroc, contrairement au monde ottoman où la Porte intervenait dans les villes de la province, le gouvernement central s'est donné assez peu de moyens de contrôler la vie économique, où il n'intervient sur le marché qu'en tant qu'acteur important (consommateur ou vendeur) et non comme décideur. En fait, la puissance du Makhzen se manifestait uniquement par la maîtrise des réserves de grains (fournis par ses domaines et par la dîme) ce qui lui donnait les moyens, en temps de disette, d'un rôle de redistribution auprès des populations.

6Un travail d'histoire économique ne peut de faire sans collecte et exploitation de documents produisant des chiffres. Mais étudier une société qui ne produit pas de statistiques pose des problèmes de méthode que l'auteur affronte avec lucidité (85-106). Ainsi ces sources permettent de se faire une idée du rendement et de la production agricole, non pas en valeur absolue, mais relative : proportions respectives des cultures, nombre des contribuables, variations interannuelles... Ces sources sont, bien sûr, d'abord les archives du Makhzen (les registres d'évaluation de la dîme des céréales et de l'huile ; les effectifs de troupeaux pour la zakât ; les registres du tertîb de 1901-02, ceux des greniers du Makhzen et sa correspondance, ainsi que les comptes d'approvisionnement de la mÌalla) complétées par les sources marocaines, pour la plupart manuscrites ainsi que par les précieux mémoires de l'Institut agronomique et vétérinaire de Rabat. Puis les archives françaises (la correspondance consulaire et commerciale conservée au Quai d'Orsay et à Vincennes) ; les récits de voyageurs et les voyages d'études du début du siècle ainsi que les mémoires du CHEAM. Ne négligeant rien, l'auteur exploite aussi de nombreux proverbes et adages, illustrant les techniques en usage, quelquefois divertissants ; ainsi, à propos de la nécessité de ne pas semer le maïs trop près : "Le maïs dit à sa sœur : éloigne-toi de moi ! - Et mon épi ? - Je m'occupe de ton épi et de celui de ta voisine."" (153)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Denoix, « Nicolas Michel, Une économie de subsistances. Le Maroc précolonial, IFAO, Le Caire, 1997. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 novembre 2004, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/2371

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page