Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Charles Jauffret (dir.) La Guerre d'Algérie par les documents, t. 2, Les Portes de la guerre 1946-1954, Service Historique de l'Armée de Terre, Vincennes, 1998, in 4°, 1023 p.

Gilbert Meynier
p. 323-329

Texte intégral

1On avait fini par désespérer de voir un jour être publiée une suite au premier tome de La Guerre d'Algérie par les Documents. L'Avertissement, 1943-1946, datant de 1990, tant les blocages en haut lieu furent pesants. Saluons donc l'arrivée de ce fort volume, dû à une collaboration entre historiens et militaires, placés sous la direction scientifique de Jean-Charles Jauffret, professeur à l'Université Paul Valéry (Montpellier III). C'est donc une œuvre collective et, à ce titre, pas toujours très homogène. L'ouvrage suit un plan chronologique classique, qui a ses qualités, mais qui tend à émietter ce qui aurait peut-être plus vigoureusement été exprimé dans une synthèse. Trois parties : L'Algérie et son environnement (mars 1946-septembre 1953) ; l'œil du cyclone (octobre 1953-octobre 1954) ; l'insurrection (novembre-décembre 1954).

2On pourra discuter le fait que, s'agissant d'une guerre coloniale, l'ouvrage débute par la politique des blocs. Ceci dit, ce parti pris illustre l'obsession anticommuniste des milieux dirigeants français et, symétriquement, les thèmes d'action du P.C.A. Sont soulignés, dès 1945, l'ambivalence des Anglo-Saxons - Américains surtout - qui, pour contrer le communisme, apportent un soutien feutré aux mouvements de libération du Maghreb, ainsi que le double jeu espagnol, qui donnent au lecteur le sentiment qu'il y a une France cernée seule contre tous.

3L'ouvrage fait une large place à des documents techniques militaires, qui intéresseront les spécialistes d'histoire militaire, et à des documents produits par les États : les considérations stratégiques et les rapports inter-étatiques sont ainsi bien traités. Les Algériens sont vus - et c'est normal compte tenu de la nature des documents - à travers le prisme des institutions et des systèmes de pouvoir français et coloniaux. Les renseignements, donnés par les documents cités, sur l'armée en Algérie - présence militaire, dispositif de défense, missions de "maintien de l'ordre", cartes et organigrammes à l'appui - sont intéressants.

4On se rend compte de la relative faiblesse de la présence militaire française : 40 000 hommes en 1948, 48 300 au 1er juin 1954, 81 145 au 1er janvier 1955. Bien noté, le poids de la guerre d'Indochine qui absorbe les cadres militaires, et qui fait combattre les Maghrébins (1/4 de l'effectif du corps expéditionnaire), sans qu'ils en soient remerciés - comme, déjà, pendant la guerre de 1914-1918 - par une politique généreuse d'attribution de la pleine citoyenneté. De leur côté, les confins algéro-marocains et algéro-tunisiens, dans les années 50, sont dégarnis par des ponctions faites au profit du Maroc et de la Tunisie.

5Un apport secondaire des textes : le commandant de la Xe Région Militaire, le général Cherrière, nommé deux mois avant le 1er novembre 1954, se préoccupa de la mobilité de ses troupes et fut, apparemment, moins mammouth qu'il fut allégué. À prendre aussi en considération le grand nombre d'exemptés et éliminés parmi les conscrits depuis la découverte de l'O.S.1 : on ne crut peut-être pas vraiment, en haut lieu français, à la révolution violente, mais - et ce n'est pas un phénomène nouveau -, il y eut réticence à initier les Algériens au maniement des armes.

6Des aperçus sur un futur proche : les manœuvres d'Oujda-Nemours (Ghazaouet) du printemps 1954 ont des implications, et atlantiques, et nucléaires ; et les visions sur le Sahara, vaguement ressenti comme un éventuel eldorado minier, mais qui est surtout considéré sous l'angle militaire.

7Le livre permet aussi de se rendre compte du fait que, si les services de renseignements français étaient compétents, d'une part ils étaient fort cloisonnés et, d'autre part, les informations qu'ils fournissaient étaient insuffisamment prises en compte par les responsables supérieurs : par exemple, en 1948, le 2e Bureau sous-estime un document parlant sans détour de la lutte armée. Le contexte électoral fait qu'on le néglige. Au vrai, on ne semble pas vraiment croire, depuis la répression implacable du printemps 1945, à une lutte armée algérienne. Ceci dit, les documents renseignent bien sur le climat de violence (la répression de Dechmaya) et sur la fraude électorale lors des élections à l'Assemblée algérienne.

8De même le 2e Bureau ne tient guère compte de documents évoquant précisément l'action clandestine en Kabylie en 1954 (p. 397) : tout se passe comme si, aveuglés par les événements de Tunisie et du Maroc, et rassurés par la division du M.T.L.D., les responsables français sous-estimaient de la nouveauté du C.R.U.A. -institution se proposant de réunifier le parti, déchiré entre centralistes et messalistes - Et pourtant, nombre de documents démentent l'autosatisfaction officielle française.

9Les services français sont renseignés sur la tenue de l'historique réunion des vingt-deux du 3 juin 1954, qui signifie que, déjà, le C.R.U.A. est dépassé. Mais ce n'est qu'en septembre que le directeur de la sûreté se décide à avertir le gouvernement français de l'éventualité d'un danger proche. Et les informations communiquées par le S.L.N.A. (Service des Liaisons Nord-Africaines) dirigé par le célèbre colonel Schoen restent fragmentaires. Ensuite, alors même que le sigle F.L.N. est connu dès sa fondation, les documents traînent encore les pieds pour admettre son existence, et parlent imperturbablement, et hors de saison, du C.R.U.A., pendant encore deux mois pleins.

10L'hypothèse formulée page 457, selon laquelle le F.L.N. aurait été une réponse à la séduction éventuelle représentée par la politique de réforme du gouvernement Mendès-France, est à accueillir avec circonspection : la décision du passage à l'acte violent est, en effet, acquise dès avant les premiers pas de cette politique "chevallieriste" (du nom du maire d'Alger Jacques Chevallier).

11De toute façon, le contexte social est relativement peu présent dans les documents choisis, hormis pour l'année 1953 (pourquoi seulement pour l'année 1953 ?) (p. 220) . Les ruraux fraîchement arrivés dans les villes sont dits constituer "une proie facile pour la pègre et les tenants d'une émancipation nationale promettant des lendemains qui chantent". Pertinentes en revanche, du fait de documents évocateurs, les pages concernant la solidarité maghrébine.

12L'O.S. est relativement bien cernée dans les documents quant à son organisation et son potentiel, mais moins quant à la charge émotionnelle qui la meut : on ne se rend pas compte, chez les Français, que des militants algériens sont décidés, avec une volonté arrêtée, d'en découdre violemment avec le pouvoir colonial français. Le conflit berbériste est trop ramené, sans critique historique suffisante des auteurs, à un conflit essentiel entre "Berbères" et "Arabes" alors que le mythe du complot berbère fut un prétexte pour démanteler bureaucratiquement l'opposition à la direction du parti nationaliste P.P.A.-M.T.L.D. Dans la chronologie, la crise berbériste de l'été 1949 est bien notée, ainsi que l'exclusion de la direction du M.T.L.D du docteur Lamine Debbaghine, mais sans que les deux faits soient liés comme ils le furent en réalité. Et la crise révèle aussi des divergences sur la définition de la nation algérienne, même si le texte important "l'Algérie libre vivra"2 , ne semble pas avoir été connu des Français à l'époque.

13On ne pourra être que d'accord avec le point d'interrogation de "Des occasions manquées ?" (p. 117) : le texte représente assez clairement que, pour qu'il y ait eu occasions manquées, il aurait qu'il y ait eu occasions tentées. C'est ce que confirme, avec une grande lucidité, ce jugement sur la IVe République : "La IVe République, fille en cela de la IIIe, montre <...> un de ses défauts majeurs : le caractère velléitaire et creux de ses grands principes non suivis d'effet". Il est exact que l'armée française en Algérie esquissa une intégration, mais que cette intégration ne fut jamais suivie par les politiques (p. 231).

14Le traitement de l'année 1947 (pp. 130 et sq.) est remarquable : il montre bien la continuité de la lutte armée, qui reste plus ou moins larvée de 1945 à 1954. En fait, en 1954, le jeune F.L.N. est en union hypostatique avec l'Organisation Spéciale, en principe démantelée par la police française au printemps 1950, mais qui renaît avec davantage de détermination et de sens de l'organisation. Dommage que soit ignorée, à ce propos, l'océanique thèse sur dossier de Omar Carlier, Socialisation politique et acculturation à la modernité. Le cas du nationalisme algérien, de l'Étoile Nord-Africaine au Front de Libération Nationale, 1926-1954, Institut d'Études Politiques de Paris, 1994, 4 vol. (plus de 2 000 pages dactylographiées).

15Les douze mois qui précèdent le déclenchement du 1er novembre, ce ne sont pas moins de 53 attentats qui sont recensés - et sans doute y en eut-il davantage. Une crise comme l'émeute et la répression consécutive de Nedroma -et les manœuvres militaires qui s'ensuivent - constituent en effet un événement-témoin de la radicalisation. Plausiblement, ces attentats sont attribués à une base "messaliste" impatiente (pp. 356-357), ce qui, à vrai dire, n'a de signification que sur le temps court : il y eut en effet des régions - le Constantinois, à la différence de la Kabylie ou du Sud - pour basculer tôt, et sans états d'âme, du messalisme au F.L.N.

16Concernant l'insurrection de novembre proprement dite, l'ouvrage a pris le parti explicable - mais qui n'était pas obligatoire - de classer les documents depuis le plus haut niveau de responsabilité français jusqu'au plus bas.

17Constatation attendue, vu ce qu'on a lu auparavant : l'acte révolutionnaire anticolonial n'est pas perçu d'emblée comme tel. Seul l'Aurès fait nourrir des inquiétudes aux Français. Maroc et Tunisie préoccupent davantage. Une évidence : les documents produits ne révèlent aucun secret d'État. C'était déjà ce que J.-C. Jauffret disait dans son introduction. Sans doute, comme cela est représenté, serait-il bon, pour compléter, de disposer, aussi, des archives de la police. Ajoutons, pour faire bonne mesure : d'archives du F. L. N. Il y a aussi le contexte de guerre froide qui place en Europe le front principal d'un éventuel affrontement. L'anticommunisme brouille la vue. Le Parti communiste algérien est surestimé. Intéressants, certes, sont les tableaux indiquant l'effectif des renforts dépêchés en Algérie le 22 novembre 1954. Mais apparemment au début de 1955, les responsables français n'ont pas encore vraiment pris la mesure de l'événement.

18Signalons enfin quelques erreurs ou insuffisances. En avril 1953, il est dit que "les réformistes éliminent les messalistes de la direction du Parti"; ce n'est pas faux, mais à condition de préciser que le vocable "réformistes" fit partie du vocabulaire messaliste et qu'il aurait fallu l'indiquer. De même, l'emploi de "modérés" pour désigner les mêmes centralistes aurait nécessité quelques commentaires.

19L'"omniprésence du Caire" (p. 82) et le "panarabisme" (titres en caractères gras) contrastent avec la mollesse réelle de l'Égypte, mollesse qu'énonce pourtant un texte qui note bien le "mythe du complot contre la France". Alors, pourquoi garder de tels titres qui donnent du crédit aux fantasmes du pouvoir d'État français des années cinquante ? Un document révélateur montre (p. 89) que Nasser prit davantage au sérieux les Algériens modérés - 'Ulamâ' et U.D.M.A. - par rapport au P.P.A.-M.T.L.D. Et il faut savoir que l'Égypte n'accepta jamais d'aider les Algériens qu'à la condition qu'ils fussent soumis aux objectifs de la politique nassérienne. Ce que les Algériens - sauf Ben Bella, Mahsas, puis, en mineure Tawfiq al Madanî - n'acceptèrent pas ; Ce n'est pas pour rien que, à la suite, notamment, du complot Lamouri contre le G.P.R.A. - où furent impliqués fin 1958 des officiers algériens convaincus de collusion avec l'Égypte -, l'exécutif algérien déménagea du Caire à Tunis.

20Le terme de "panarabisme", souvent répété, est une reprise du discours politique et médiatique français de l'époque. L'"arabisme" de l'Algérie n'a pas grand chose à voir avec les réalités orientales, nassérienne ou ba'athiste, même si des liens et des allégeances existent au niveau des directions politiques : les humains, en Algérie, en restent à l'attachement sentimental à l'umma l-muÌammadiyya (littéralement la communauté mahométane universelle). Le document, déjà noté, de la page 89 renferme des appréciations dévalorisantes inexactes sur Mohammed Khider qu'il aurait été bon de rectifier dans les annexes biographiques : Khider appartint à une petite élite syndicale, il était tout sauf inculte, et s'il fut condamné, ce fut pour la cause nationaliste et il est faux d'alléguer qu'il parlait mal l'arabe : il fut, en effet, le seul, parmi les neuf chefs historiques, avec Aït Ahmed, à avoir une connaissance sérieuse de l'arabe classique et - à la différence d'Aït Ahmed - à autant fréquenter les Frères Musulmans égyptiens.

21Dire (p. 98), en s'appuyant sur un tract du M.T.L.D., que la Libye, à partir de son indépendance, obtenue en 1950, est une "référence" pour les autres Maghrébins, est exagéré. Ce n'est pas un tract du M.T.L.D. qui, forcément, traduit, ou fait, l'opinion. Signalons, à la même page, l'incroyable mention, toujours à propos de la Libye, d'un "royaume arabo-islamique de la Jamahiriyya" : Jamâhiriyya signifie littéralement État des masses, c'est un augmentatif de jamhuriyya (république) : ce néologisme fut forgé par Kadhafi, et encore, bien après la prise de pouvoir en septembre 1969, sur le pluriel de jumhur , néologisme qui choque les arabisants puristes et, a fortiori, aurait scandalisé le très traditionnaliste Mohammed Idriss, roi de Libye. Rappelons que la seule dénomination officielle de la Libye monarchique à avoir jamais existé fut al-mamlaka l-lîbiyya l-muttaÌida (royaume uni de Libye).

22Les biographies figurant en fin de l'ouvrage, pour les Algériens, sont limitées aux chefs historiques, et encore pas tous : Ben Boulaïd en est absent. Elles sont trop descriptives et n'englobent pas suffisamment les origines socio-culturelles des personnages. On a dit plus haut les erreurs commises sur Khider. Il en est d'autres : Ben Tobbal n'est pas vraiment un fils de paysans pauvres : son père avait une boulangerie à Mila et la famille possédait, outre des terres en quantité non négligeable, une maison confortable. Au surplus, c'était un Kouloughli - c'est-à-dire qu'il était d'origine turque -, donc quelqu'un qui se voyait d'emblée comme homme de pouvoir. Bitat n'a pas été employé aux tabacs Benichou - qui n'existent pas - mais aux tabacs Bentchicou de Constantine. Il aurait aussi été utile de signaler que Bitat fut sans doute le plus inconsistant des chefs historiques. Il est dommage que n'ait pas été notée l'appartenance à l'une des plus prestigieuses familles de jawâd (nobles arabes d'épée, de M'Sila, sud-ouest constantinois) de Mohammed Boudiaf - certes d'une branche déclassée. Et Boussouf, le compatriote milévien de Ben Tobbal, et son frère ennemi, Boussouf, l'obsédé du renseignement et des services secrets, Boussouf, créateur du système policier qui porte son nom, Boussouf avait fait des études de psychologie, et il était admirateur de Napoléon, de Franco et de Staline. Vaste programme... Au surplus, lui aussi, appartenait à une branche moyenne de la plus grande famille de propriétaires terriens de la région...

23Au total, malgré d'inévitables scories, un livre soigné, mais qui n'apporte pas, disons le, d'informations fondamentalement nouvelles. Ceci dit, les auteurs ont-ils pu vraiment consulter tous les documents ? Ont-ils pu vraiment produire en toute liberté ceux qu'ils voulaient produire ? Nous l'espérons et nous voulons le croire. Les difficultés mêmes que le concepteur de ce livre a eu à affronter pour mener la publication à son terme sont révélatrices, même si, incontestablement, depuis quelques années, un vent nouveau semble souffler sur le SHAT. Au-delà de cet ouvrage, c'est toute la question des archives, du travail historique et de la mémoire algéro-française qui se trouve posée. On attend donc avec impatience la suite de cette œuvre importante.

Haut de page

Notes

1 Organisation Spéciale: institution clandestine du parti nationaliste M.T.L.D., chargée en 1947, de l'organisation de la lutte armée. Le M.T.L.D. (Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques) était la façade électoraliste visible du P.P.A. (Parti du Peuple Algérien) interdit.
2 Cité in Sou'al, n°6, avril 1987

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Meynier, « Jean-Charles Jauffret (dir.) La Guerre d'Algérie par les documents, t. 2, Les Portes de la guerre 1946-1954, Service Historique de l'Armée de Terre, Vincennes, 1998, in 4°, 1023 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 novembre 2004, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/2375

Haut de page

Auteur

Gilbert Meynier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page