Navigation – Plan du site
Seconde partie – Lectures

Pétis de la Croix, François, Les Mille et un jours, contes persans, texte établi, avec une introduction, des notices, une bibliographie, des jugements et une chronologie par Paul Sebbag, Phébus, Paris, 2003, 670 p.

Katia Zakaria
p. 282-286

Texte intégral

1La parution, en 1704, du premier volume de la traduction par Antoine Galland des Mille et une nuits, événement marquant de l'histoire de la littérature universelle, dont nous fêtons cette année le bicentenaire, a eu lieu au moment historique où naissaient une nouvelle conception de l'écriture et de la littérature, le goût pour l'exotisme et une nouvelle conception de l'altérité. Cette parution avait entraîné dans son sillage de multiples essais similaires. Dans ce sens, les Mille et un jours, abordés dans ce compte rendu, s'inscrivent dans une série d'ouvrages comme les Mille et un quarts d'heure, contes tartares (1733) de Thomas Simon Gueullette, également auteur des Mille et une heures, contes péruviens (1740) ; les Mille et une faveurs, contes de cour tirés de l'ancien gaulois du chevalier de Mouhy ; les Mille et une folies, contes français (1771) de Pierre Jean-Baptiste Nougaret ; et sur un mode plus satirique et ironique, les Mille et une fadaises (1742) de Jacques Cazotte.

2Avec Les Mille et un jours, Phébus présente une « nouvelle édition revue et complétée », fondée sur la précédente, du même ouvrage, déjà proposée par Paul Sebbag, chez Bourgois, en 1980. Après deux décennies durant lesquelles le recueil n'a pas suscité d'attention particulière, cette réédition suit de quelques mois la parution de l'ouvrage de Franz Hahn, François Pétis de La Croix et ses Mille et Un Jours, reprenant une thèse soutenue, sous le titre de Redécouverte et Découverte des Mille et Un Jours de François Pétis de la Croix. Et, bien que l'édition que nous examinons ici ne comporte pas de bibliographie (quoiqu'elle en annonce une sur la page de titre intérieure), on regrettera qu'elle ne fasse pas mention de cette publication, qui examine en partie les mêmes questions posées à l'ouvrage édité. En effet, la date de parution de l'étude la plus « récent(e) » mentionnée par Paul Sebbag dans ses notes (p. 621) est 1975, date de parution de L'Orient romanesque en France de Marie-Louise Dufrénoy.

3Plus généralement, le lecteur peut se demander dans quelle mesure cette « nouvelle édition revue et complétée » a fait l'objet d'une mise à jour.

4Par ailleurs, cette réédition précède celle annoncée par les chercheurs de l'UMR LIRE et les éditions Champion : « une édition scientifique en vingt volumes du corpus des contes publiés aux xviie - xviiie siècles, sous le titre La Bibliothèque des Génies et des Fées. Dans ce projet, le volume 8 sera consacré à Pétis de la Croix et aux Mille et un jours.

5L'insertion des Mille et un jours dans le projet que nous venons de citer rappelle le statut particulier de l'ouvrage qui en fait un objet qui intéresse tout autant les spécialistes des littératures orientales que ceux de la littérature française : il se tient à mi-chemin entre la création littéraire, la traduction, l'adaptation et la supercherie. C'est pourquoi il convient de rappeler les réserves qu'a pu susciter, et que suscite encore, la démarche de Pétis de la Croix, afin d'évoquer ensuite l'intérêt de son ouvrage pour l'histoire littéraire mais aussi, plus largement, pour la littérature. Ces réserves concernent, d'une part, la nature de l'ouvrage lui-même et, d'autre part, les relations de François Pétis de la Croix et d'Antoine Galland.

  • 1  Ou La joie après l’affliction (titre porté par plusieurs ouvrages en langue arabe et turque) . Cet (...)

6Rappelons donc que l'ouvrage se veut la traduction par l'orientaliste Pétis de la Croix d'un manuscrit que lui a remis, par amitié, le « Dervis Moclès » (le derviche Fidèle) (p. 49), ayant lui-même traduit et adapté en persan des récits indiens, par ailleurs suffisamment prisés pour être également connus dans une version en langue turque, sous le titre d'al-Farage bada al-schidda1 (p. 49). Ainsi ancré dans la tradition littéraire islamique, à laquelle Pétis de la Croix avait de fait accès par sa formation, ce corpus est alors comparé aux Mille et une nuits :

7« Effectivement, ces deux livres ont la même forme. Il y a dans leur dessein un contraste comme dans leurs titres. Dans les Mille et une nuits, c'est un prince prévenu contre les femmes ; et dans les Mille et Un Jours, c'est une princesse prévenue contre les hommes. Il est à croire que l'un de ces ouvrages a donné l'occasion de faire l'autre » (p. 50).

8Pétis se veut donc un « double » de Galland et les Mille et un jours l'image inversée des Mille et une nuits, produite par le même univers culturel.

9Pétis de la Croix ne manquait ni d'humour ni d'audace car il est certes « à croire que l'un de ces ouvrages a donné l'occasion de faire l'autre »... puisque l'examen des Mille et un jours, leur confrontation à leurs sources supposées ou identifiées par les chercheurs, permet d'affirmer que leur préface appartient, au même titre que les contes, à la fiction : le texte n'est pas une traduction mais une création littéraire d'un genre particulier, une sorte de « patchwork  » à la manière des Mille et une nuits, dans lequel se mêlent emprunts, restitutions, traduction, composition, etc. Les Jours ne sont pas la traduction française d'un Hazâr Yêk Roûz (Mille et un jours) écrit en persan par le derviche Fidèle. « Ils ont été composés par F. Pétis de la Croix, qui en a emprunté les éléments à des sources orientales » (p. 617). Dans ce sens, les Mille et un jours sont avec le « manuscrit de Tunis », les deux plus belles supercheries littéraires engendrées par les Mille et une nuits. Rappelons qu'entre 1825 et 1843, l'orientaliste Maximilian Habicht (1825-1838, vol. i-viii) puis son disciple Heinrich Fleischer (1842-1843, vol. ix-xii) avaient édité à Breslau, le texte arabe des Mille et une nuits, à partir du « manuscrit de Tunis » dont il devait apparaître par la suite qu'il n'existait pas comme tel, l'édition se fondant sur plusieurs manuscrits arabes, rassemblant des contes et les reliant les uns aux autres par des passages rédigés par l'éditeur lui-même.

10Reste que la notion même de supercherie en littérature appelle des réserves : le problème n'est pas tant littéraire qu'historique et moral. Qu'un auteur « invente » un texte prétendument né d'une traduction ne devient problématique que dès lors qu'il attribue à cette fiction, hors de l'espace littéraire, un caractère de réalité et d'authenticité. Ce n'est donc pas le choix littéraire de Pétis de la Croix (composer une fiction dans laquelle insérer des contes) mais la démarche qui l'entoure (faire passer durablement cette fiction pour un récit factuel et les contes pour une traduction) qui n'est pas sans embarrasser le critique ou, plus généralement, le lecteur. Cet embarras est d'autant plus grand si l'on adhère à l'hypothèse, écartée par Paul Sebbag, que les Jours auraient pu constituer une sorte de « réserve » pour servir à compléter la traduction des Nuits, pour laquelle Galland se trouvait en manque de matière première. Pour que le propos soit clair, rappelons ce qu'il en fut des relations de notre conteur et de son contemporain Galland.

11Au sujet de ces relations, deux versions contradictoires circulent. L'une, celle retenue par Paul Sebbag, dont on notera le souci de présenter Pétis sous son meilleur jour, situe les faits en 1710, et précise : « Deux contes turcs traduits par F. Pétis de la Croix sont publiés par le libraire Claude Barbin à la fin du huitième tome des Mille et une Nuits d'Antoine Galland :

« M. Pétis de la Croix, professeur et lecteur royal en langue arabe, qui me fit l’honneur de venir me voir ce matin, fut extrêmement surpris de voir deux des contes turcs de sa traduction imprimée dans le huitième volume des Milles et Une Nuits, que je lui montrai, et que cela se fût sans sa participation »,  (A. Galland, Journal : 614 ) .

12Cette version, qui omet de dater la citation empruntée au journal inédit de Galland, dégage Pétis de toute responsabilité dans l'entreprise indélicate de l'éditeur ; toutefois, ce n'est pas la plus fréquemment admise.

13Cette dernière date les faits de 1708 et considère que la traduction des Nuits

« a été compromise par la malhonnêteté d'un collègue de Galland, Pétis de la Croix, et d'un éditeur de l'époque, Barbin, qui trafiquèrent le tome VIII, en insérant à la fin du texte de Galland, sans l'en avertir, deux contes turcs de Pétis de La Croix ». (Miquel-Ravenel, 1994 : 151)

14Cette position était déjà celle de l'orientaliste John Payne (m. 1916), auteur d'une traduction des Nuits en anglais, qui indique :

  • 2  La totalité du texte de Payne peut être consultée en ligne, sur le site http: // www. wollamshram. (...)

« Galland was naturally excessively annoyed at the publisher's unceremonious proceeding, so much so indeed as for a time to contemplate renouncing the publication of the rest of the work, to spare himself (as he says in his Diary, under date of Dec. 12, 1709) similar annoyances (mortifications) to that which the printing of the eighth volume had caused him2

15Si cette citation ne fait pas mention explicite du rôle de Pétis, il réapparaît plus loin dans les propos de Payne, qui va jusqu'à esquisser l'hypothèse que le découpage en « jours » de notre ouvrage pourrait ne pas procéder uniquement d'une imitation des Nuits, mais aussi de la possible volonté de fournir à l'éditeur au besoin « fresh material to complete the copy for his eighth volume ».

  • 3  Inspiratrice d’une pièce de Gozzi, adapté par Schiller, et à l’origine du Turandot de Puccini (ache (...)

16Vraisemblablement indélicat à l'égard de son collègue, assurément trompeur pour ses lecteurs, Pétis de la Croix ne doit pas pour autant nous faire bouder notre plaisir. Car, si l'on fait abstraction de l'histoire littéraire (en partie biaisée dans l'apparat critique de l'ouvrage par la volonté de montrer Pétis sous un visage sympathique) pour se laisser porter par le fil de la narration, c'est bien de cela qu'il s'agit ; du plaisir de (re-)lire les aventures de la princesse androphobe Farrukhnaz, fille de Togrul bey, les récits édifiants de sa nourrice Sutlumemé, dans lesquels se succèdent les personnages les plus divers, Abulcassem, Turandocte3, Zélica, Rézia, Déhaousch, Aboulfaouaris, Sultanum la favorite de Haroun Arraschid, etc.. Le lecteur suivra aussi, dans ses méandres, l'histoire d'amour de Ghulnaze et de Symorgue, confident du prince Farrukhschad, en qui Farrukhnaz (pour lui, la femme parfaite) reconnaîtra enfin son idéal masculin. Dans le tourbillon des faux derviches, des belles adolescentes transformées en gazelles, des génies Adis et Dahy, des crocodiles et des dragons, sur des îles proches ou lointaines, paysannes, joailliers, officiers, princes, voyageurs, bourreaux, esclaves ou mandarins défilent pour l'agrément du lecteur.

17Seul, peut-être, l'intime des Nuits percevra-t-il, ici ou là, une temporalité particulière, presque évanescente, une impression fugace qui le portera à dire que le rythme des Jours ne reflète pas, comme celui de leur modèle, la patine si particulière que confère au récit la traversée des siècles et son « feuilleté » impalpable mais - ô combien ! - délicieux.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Franz Hahn, François Pétis de La Croix et ses Milles et Un Jours, Amsterdam/New York, Rodopi, 2002, reprise d’une thèse soutenue en 1999 à l’Université de Zurich, sous le titre de Redécouverture des Milles et Un Jours de François Pétis de La Croix.

Philippe S. , Nadine J. (dir.), La Bibliothéque des Génies et des Fées, C. Bahier -Porte collection, « Lumière classique ».

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Miquel-Ravenel J. , « À la rencontre d’Antoine Galland, premier traducteur des Milles et une nuits », Arabica tome XLI,  fascicule 2, 1994, p. 147-161.
DOI : 10.1163/157005894X00155

Haut de page

Notes

1 Ou La joie après l’affliction (titre porté par plusieurs ouvrages en langue arabe et turque) . Cet ouvrage en langue turque existe bien et constitue effectivement l’une des sources de l’auteur.
2 La totalité du texte de Payne peut être consultée en ligne, sur le site http: // www. wollamshram. ca /1001/ Payne.
3 Inspiratrice d’une pièce de Gozzi, adapté par Schiller, et à l’origine du Turandot de Puccini (achevé par Franco Alfano).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katia Zakaria, « Pétis de la Croix, François, Les Mille et un jours, contes persans, texte établi, avec une introduction, des notices, une bibliographie, des jugements et une chronologie par Paul Sebbag, Phébus, Paris, 2003, 670 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 103-104 | juin 2004, mis en ligne le 01 novembre 2004, consulté le 24 avril 2014. URL : http://remmm.revues.org/2393

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page