Navigation – Plan du site
Lectures

RR. PP. A. Jaussen et R. Savignac - Mission archéologique en Arabie (Publication de la Société des fouilles archéologiques), 3 tomes [Tome I : De Jérusalem au Hedjaz Médaine-Saleh (mars-mai 1907), Paris, 1909 ; Tome II : El-'Ela, D'Hégra à Teima, Harrah de Tebouk, Paris, 1914 avec un Atlas (153 planches, cartes et plans) et un supplément au volume II : Les coutumes des Fuqarâ ; Tome III : Les châteaux arabes, Quseir 'Amra, Kharâneh et Tûba, Paris, 1922], Paris (P. Geuthner) - Le Caire (Institut Français d'Archéologie Orientale), 1997 (2ème édition).

Saba Farès-Drappeau
p. 325-330

Texte intégral

1 Les cinq volumes en trois tomes des Pères Raphaël Savignac (1874-1951) et Antonin Jaussen (1871-1962) furent publiés entre 1909 et 1922 1. Ils sont le résultat de leurs missions entreprises en 1907, 1909 et 1910. Les deux premiers tomes relatent le voyage à Madâ’in Sâlih et à al-‘Ulâ, ils sont consacré surtout au récit de voyage, à l'archéologie et à l'épigraphie. Le supplément au tome II contient des notes ethnologiques recueillies au cours de la deuxième expédition, en 1909. Ces notes concernent les Fuqarâ’, un groupe nomade de l'Arabie du Nord-Ouest (aux environs de Madâ’in Sâlih et al-‘Ulâ). Le troisième tome devait être publié en même temps que les deux précédents, mais le déclenchement de la guerre a rendu l'envoi du manuscrit en France difficile, ce qui explique le retard de publication. Dans ce dernier volume les auteurs donnent les premières photographies de Qusayr ‘Amra, Qasr Tûba et Qasr Kharâna, châteaux visités au cours des trois expéditions. Ces sites avaient déjà été visités et étudiés par A. Musil en 1907 2, mais A. Jaussen et R. Savignac ajoutent de nombreuses informations importantes avec de nouveaux plans, et reprennent l'étude archéologique de Qasr Tûba.

2 Ces trois expéditions ont eu lieu après les découvertes épigraphiques et archéologiques de trois autres voyageurs, Ch. Doughty 3, Ch. Huber et J. Euting 4, entre 1876 et 1884 qui ont suscité l'intérêt des scientifiques de l'époque, à la fin du XIXe siècle et au début de ce siècle, surtout parmi les spécialistes des études bibliques. Leurs découvertes avaient fourni déjà des documents précieux révélant l'état social et religieux en Arabie avant l'Islam.

3 Après le passage de ces trois voyageurs (Ch. Doughty, Ch. Huber et J. Euting), la situation politique au Proche-Orient avait évolué d'une manière considérable. L'hostilité des provinces arabes contre les Ottomans s'était développée. Le sultan ‘Abd al-Hamîd, pour apaiser les Arabes, avait alors tenté une politique qui les favorisait sur le plan politique et économique. Ainsi, entre 1882 et 1908, des voies ferrées furent construites en Syrie et au Hijâz ; le chemin du fer du Hijâz, reliant Damas aux Villes Saintes de l'Arabie est l'aspect le plus spectaculaire de cette politique pro-arabe. La construction de ce chemin de fer avait mobilisé beaucoup de musulmans de l'empire contre les Ottomans et avait provoqué la révolte des bédouins qui y voyaient un concurrent à leur activité commerciale 5. Lorsque les pères dominicains A. Jaussen et R. Savignac se rendent en Arabie, ils bénéficient de ce moyen de transport pour amener leur lourd matériel photographique. Mais également ils sont confrontés à l'ambiance hostile qui règne à ce moment-là. Cette situation tendue explique aussi qu'ils ont du mener trois missions successives en 1907, 1909 et 1910.

4 En 1907, les PP. R. Savignac et A. Jaussen obtiennent une mission, de la Société Française des Fouilles Archéologiques, pour se rendre dans les régions de Madâ’in Sâlih, Taymâ’ et al-‘Ulâ. Les deux chercheurs disposent d'avantages par rapport à leurs prédécesseurs : l'équipement photographique et la construction du chemin de fer du Hijâz reliant Damas à Médine. Grâce à la photographie qui permet d'avoir les premiers clichés des vestiges de la région, le monde savant prend connaissance des monuments de Taymâ’, de Madâ’in Sâlih et d'al-‘Ulâ, jusqu'alors connus seulement par des croquis.

5 Au printemps 1907, les deux chercheurs se mettent en route. Des problèmes empêchent le bon déroulement de leur mission, et seule Madâ’in Sâlih est visitée et étudiée. Ils relèvent des inscriptions nabatéennes et des graffites dédanites et thamoudéens. Parmi les 26 inscriptions du Jabal Ithlib 6, publiées comme dédanites, figurent deux inscriptions de type thamoudéen (JSlih 17, 27) et 13 de type sudarabique (minéen) (JSlih 18-26, 28-31), ce qui laisse 11 graffites dédanites (JSlih 6-16).

6 Les résultats de cette première mission sont publiés en 1909 dans le premier volume de Mission Archéologique en Arabie. Le texte de ce volume, comme du suivant d'ailleurs, est divisé en quatre parties : itinéraire, épigraphie, archéologie et ethnologie. Le traitement de la documentation épigraphique est complet. Les auteurs donnent une description du texte et du lieu de provenance, les mesures du texte, la bibliographie (si le texte est connu) et la traduction avec une analyse. Les inscriptions nabatéennes sont publiées avec la photographie de leurs estampages. Pour les graffites dédanites, seule la copie est fournie, mais des estampages (aujourd'hui à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et à l'École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem) ont été pris par A. Jaussen et R. Savignac.

7 Au printemps de 1909 et de 1910, les deux savants mènent deux expéditions à al-‘Ulâ et Madâ’in Sâlih. Arrivés de Damas à al-‘Ulâ, ils relèvent des inscriptions dans le village, dans les jardins de Minshiyya, puis étudient celles qui couvrent la paroi de la montagne derrière la gare jusqu'à Khirbat al-Khurayba et Wâdâ Mu‘tadil. Ils suivent la chaîne de montagne, vers le nord, jusqu'à Madâ’in Sâlih. Les résultats sont d'une valeur inestimable, tant pour l'épigraphie que pour les descriptions des sites. Au total, avec les inscriptions publiées dans le premier volume, nous disposons de 392 inscriptions nabatéennes, 213 minéennes, 383 dédanites appelées « lihyanites » par les auteurs, 761 graffittes « thamoudéens », 8 inscriptions hébraïques, 21 inscriptions grecques et 3 inscriptions latines. Parmi les inscriptions dédanites figurent celles qui ont été relevées par les précédents voyageurs. Cependant, parmi les inscriptions dédanites « lihyânite », je considère : JSlih 205, 248a, 269a, 324, 364 comme minéennes.

8 Les résultats sont publiés, en 1914, dans le deuxième volume de Mission Archéologique en Arabie. Ce volume est riche en renseignements archéologiques et épigraphiques. L'atlas publié avec le deuxième volume est particulièrement riche en planches : cartes des itinéraires, photographies des monuments et des inscriptions, photographies des estampages et copies en fac-similé des inscriptions.

9 Depuis la dernière visite des deux savants, d'autres missions archéologiques et épigraphiques ont été effectuées dans la région d'al-‘Ulâ et Madâ’in Sâlih 7, mais Mission Archéologique demeure à ce jour la base pour toute étude sur l'Arabie du Nord-Ouest, ce qui explique la réédition de ce monumental ouvrage par l'Institut Français d'Archéologie Orientale du Caire.

10 En effet, Mission Archéologique est épuisé, et les rares copies disponibles sur le marché sont vendues à un prix excessivement cher. Cette excellente réédition, à un prix très abordable fera beaucoup d'heureux. On peut noter cependant, une erreur qui se trouve dans les numérotations des photographies des inscriptions dans les planches d'origine : corriger, dans planche LXXXII, le n° 53 par le n° 59. Dans la réédition, on trouve une erreur par rapport à l'originale : dans la planche LXXXIV le n° 68 correspond au n° 67 ; le n° 70 au n° 68 ; le n° 67 au n° 70.

11 La réédition de Mission Archéologique en Arabie devait aider la relance de la coopération scientifique entre la France et l'Arabie Saoudite. En effet, une rencontre entre des chercheurs français et séoudiens, a eu lieu en mars 1996, à l'Institut F. Courby (Maison de l'Orient Méditerranéen/Lyon), dans le cadre du séminaire de recherche sur « Les monarchies hellénistiques, l'Arabie et l'Inde ». Elle a été l'occasion de faire le bilan des recherches en Arabie 8. Une exposition de photographies conservées à l'École Biblique et Archéologique Française de Jérusalem avait été organisée auparavant à l'Institut de Monde Arabe (du 17 janvier au 30 avril 1995) et au Centre Culturel Français de Jérusalem (du 21 janvier au 25 février 1995) 9. Les photographies exposées étaient essentiellement celles du Père R. Savignac et du Père A. Jaussen.

12 Dans le même cadre de coopération, le CERMOC d'Amman a organisé, du 22 et le 23 mars 1997, un colloque consacré au Père A. Jaussen, « Antonin Jaussen : genèse des sciences sociales occidentales, constitution d'un patrimoine arabe » 10.

13 Très récemment, un autre colloque s'est tenu à l'Institut F. Courby (Maison de l'Orient Méditerranéen/Lyon), du 28 au 30 novembre 1998, intitulé « De Médian à Pétra » auquel des chercheurs séoudiens ont participé 11.

14 Notons enfin la participation de chercheurs séoudiens à la mission épigraphique franco-jordano-séoudienne dans le Wâdî Iram (Jordanie du Sud) depuis trois saisons maintenant (1996, 1997, 1998).

15 La première publication de Mission Archéologique en Arabie était le résultat d'un travail précurseur qui avait apporté une masse de matériel nouveau permettant ainsi d'écrire l'histoire de l'Arabie. Il fournit une base pour des travaux supplémentaires, mais beaucoup reste à faire en particulier en ce qui concerne l'histoire des Dédanites/Lihyânites.

Haut de page

Notes

1 Le compte-rendu du tome II, son atlas et son supplément a été fait par R. Dussaud, Syria (I), 1920, p. 166-168.
2 A. Musil, Kuseijr ‘Amra, 2 t., Wien, 1907 ; Arabia Petraea, I : Moab ; II : Edom, Wien, 1907-1908.
3 M. Ch. Doughty, Travels in Arabia Deserta, 2 vols., 1er édition, London (Cambridge University Press), 1888. Cet ouvrage fourni les résultats de la mission de Ch. Doughty. La seconde édition avait été publiée à Londres par P. Lee Warner en janvier 1921 et la troisième édition avait été publiée par le même éditeur en octobre 1921. En 1936 une version définitive de la troisième édition avait été publiée par Jonathan Cape Ltd à Londres. En 1979, la maison d'édition Dover (New York) réédite la version de 1936.

Cet ouvrage ne donne que des détails archéologiques et ethnologiques, les inscriptions sont simplement signalées. Quant aux estampages, ils ont été confiés, avec les carnets contenant les copies de textes, à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. E. Renan en a assuré la publication, Documents Épigraphiques recueillis dans le Nord de l'Arabie par M. Ch. Doughty, Paris (Imprémerie Nationale), 1884.

4 Ch. Huber, Journal d'un voyage en Arabie (1883-84), Paris, 1891. Dans cet ouvrage se trouvent les carnets de voyage de Ch. Huber. On y trouve uniquement une copie des inscriptions. J. Euting, le compagnon de voyage de Ch. Huber, publie de son côté les estampages des inscriptions nabatéennes, J. Euting, Nabatäische Inschriften aus Arabien, Berlin, 1885. J. Euting a confié les autres estampages  à D. H. Müller qui en fait, en 1889, une étude d'ensemble avec les inscriptions déjà relevées par Ch. Doughty, D. H. Müller, Epigraphische Denkmäler aus Arabien (nach Abklatschen und Copien des Herrn Prof. Dr Julius Euting in Strassburg), Wien, 1889. À propos de l'histoire de la découverte de l'Arabie consulter le récent ouvrage de R. Bidwell, Travellers in Arabia, London, 1995. L'auteur retrace l'histoire de la découverte de l'Arabie sans mentionner les Pères A. Jaussen et R. Savignac.
5 R. Mantran, Histoire de l'Empire Ottoman, 1989, Paris (Fayard), p. 535-536.
6 Le massif qui se trouve derrière ad-Dîwân nabatéen de Madâ'in -Sâlih, face à la gare et au fortin des pèlerins.
7 Une expédition de J. B. Philby et R. G. Bogue a eu lieu en 1953. Les auteurs copièrent près de 450 inscriptions, dont 368 thamoudéennes et 29 graffites dédanites. Les autres sont des textes nabatéens, grecs et sudarabiques. Dans le récit du voyage, publié par J. B. Philby en 1957, l'auteur ne publia aucun texte ni copie (The Land of Midian, London, 1957). Les textes dédanites ont été confiés à A. Van Den Branden qui les étudie dans al-Machriq, 1960, p. 92-103. En 1962, F. V. Winnett et W. L. Reed se rendent pour une courte mission dans l'extrême Nord-Ouest de l'Arabie, pour une exploration archéologique et épigraphique. Al-'Ulâ est la station la plus méridionale de leur expédition. Durant leur séjour à al-'Ulâ, ils copient 11 graffites dédanites inédits et sept autres déjà publiés par A. Jaussen et R. Savignac. Ils publient les résultats de cette mission en 1970, F. V. WINNETT et W. L. REED, Ancient Records from North Arabia, Toronto (University. of Toronto), 1970). Une expédition anglaise de l'Institut d'Archéologie de l'Université de Londres, menée par P. J. Parr, G. L. Harding et J. E. Dayton, a eu lieu au printemps 1968, durant trois semaines. Cette expédition était surtout de nature archéologique, mais ils explorateurs ont relevé au passage 96 textes dédanites, thamoudéens, nabatéens, grec et minéens, dont quinze textes dédanites, relevés au sud du W®d Mu'tadil Le rapport de la mission est publié en 1970 : Preliminary Survey in N.W. Arabia, 1968, London (University of London) [réimprimé du Bulletin of the Institut of Archaeology, nos. 8 et ], p. 193-242. Cette publication ne contient aucun texte épigraphique. Les inscriptions dédanites et thamoudéennes sont publiées par G. L. Harding en 1972 : Preliminary Survey in N.W. Arabia, 1968, [part I : Archaeology, p. 23-35 ; Part II : Epigraphy, p. 36- 59], London (University of London). R. Stiehl, J. Ryckmans et A. Jamme voyage la même année, en 1968. R. Stiehl découvre un nouveau site ('Ikma), abondant de nouvelles inscriptions qui sont publiée dans, F. ALTHEIM et R. STIEHL, Die Araber in der Alten Welt, vol. V, t. 1, Berlin (Walter de Gruyter), 1968, p. 14-33 ; Christentum am Roten Meer, t. 1, Berlin (Walter de Gruyter), 1971, p. 3-40. 'Abd Allâh Nasîf, dans le cadre de sa thèse, étudie le système d'irrigation à al-'Ulâ et effectue un inventaire archéologique et épigraphique de la région. Il réalise une recherche sur les canalisations, donne des descriptions de vestiges inédits et, en même temps, il publie de nouvelles inscriptions et statues (Al-'Ulâ, An Historical and Archaeological Survey with special reference to its irrigation system, Riyâd (éd. Université du roi Séoud), 1988). Plus récemment, le Jabal 'Ikma a fait l'objet du Diplôme d'Études Approfondies d'un chercheur séoudien, Husayn ab‚ al-Hasan qui relit les 40 textes publiés par R. Stiehl (A1-31 ; B1-2 ; D1-7) et étudie 157 nouvelles inscriptions (Qirâ'a li-kitâbât lihyâniyya min Jabal 'Ikma bi-Mintaqat al-'Ulâ, al-Riyâd (éd. Maktabat al-Malik Fahd al-Wataniyya), 1997). Ces inscriptions inédites se trouvaient dans trois sites du Jabal 'Ikma : sur la paroi sud de la montagne ; sur la paroi nord ; sur deux blocs situés dans l'intervalle.
8 Trois articles ont été publié suite à ce séminaire : M. Sartre, « La Mission en Arabie des Pères A. Jaussen et R. Savignac : historique et bilan scientifique », Topoi (6/2), 1996, p. 533-552 ; G. W. Bowersock, « Exploration in North-West Arabie after Jaussen-Savignac », ibid., 1996, p. 553-563 ; J.-F. Salles, « Al-‘Ul®-Dédan. Recherches récentes », ibid., 1996, p. 564-607.
9 Le catalogue de cette exposition est publié par l'Institut de Monde Arabe, Itinéraires bibliques, photographies de la collection de l'Ecole Biblique et Archéologique Française de Jérusalem début du XXe siècle, Paris (IMA et CRP), 1995.
10 Les Actes de ce colloque seront publié par le CERMOC sous le titre, Antonin Jaussen. Sciences sociales occidentales et patrimoine arabe, 1999, à paraître.
11 Les résultats de ce colloques seront publié dans Topoï, 1999.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saba Farès-Drappeau, « RR. PP. A. Jaussen et R. Savignac - Mission archéologique en Arabie (Publication de la Société des fouilles archéologiques), 3 tomes [Tome I : De Jérusalem au Hedjaz Médaine-Saleh (mars-mai 1907), Paris, 1909 ; Tome II : El-'Ela, D'Hégra à Teima, Harrah de Tebouk, Paris, 1914 avec un Atlas (153 planches, cartes et plans) et un supplément au volume II : Les coutumes des Fuqarâ ; Tome III : Les châteaux arabes, Quseir 'Amra, Kharâneh et Tûba, Paris, 1922], Paris (P. Geuthner) - Le Caire (Institut Français d'Archéologie Orientale), 1997 (2ème édition). », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 89-90 | juillet 2000, mis en ligne le 18 décembre 2004, consulté le 25 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/2681

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page