Navigation – Plan du site
III. Compromis sociaux et configurations d'acteurs

Les cadres des entreprises publiques en Algérie. Des privilèges au déclassement

Middle management staff in the public industrial sector in Algeria. From privileges to demotion
Hacène Merani
p. 267-282

Résumés

Middle management staff in the public industrial sector in Algeria. From privileges to demotion

Following the fall of oil prices in the mid 80's, and the implementation of structural economic reforms in the 90's, the social and professional situation of executive and middle management staff in Algerian public enterprises seriously deteriorated. Managers being less affected by the crisis, our study deals mainly with intermediate executives. During the 70's and the 80's, they enjoyed a comfortable situation. Theirs was a mission of control within State-owned enterprises, and they did not participate in the effective creation of value. As a counterpart, they were granted a portion of the oil revenues by State authorities in the form of salaries, as well as various privileges such as free or inexpensive housing, cars, etc. Through various accounts, our article explains the great difficulties thousands had to face as a result of these adjustment policies, from an economic, as well as a psychological and moral perspective.

Suite à la mise en œuvre des réformes économiques structurelles engagées par le pays à partir des années 1990, dans le contexte de crise dû à la chute des cours de pétrole survenue au milieu des années 1980, la situation professionnelle et sociale des cadres des entreprises publiques en Algérie a connu une grave détérioration. Les cadres dirigeants ayant été comparativement peu touchés, l’étude porte principalement sur les cadres de niveaux intermédiaires. Destinés par le pouvoir à remplir une tâche de contrôle au sein des entreprises appartenant à l’Etat et ne participant donc pas à la création effective de valeur, ceux-ci bénéficiaient dans les années 1970 et 1980 d’une situation confortable. En contrepartie de la tâche effectuée, les pouvoirs publics leur accordaient une part dans la rente pétrolière, sous forme de salaires, mais aussi d’avantages divers (logement, voiture, etc). A l’aide de plusieurs indices, cette contribution montre combien les répercussions de ces ajustements ont été dures pour des milliers d’entre eux, tant sur le plan économique que sur les plans psychologique et social.

Haut de page

Texte intégral

1Si l'on met à part les toutes premières années, l'histoire économique de l'Algérie, depuis son indépendance en 1962 jusqu'à nos jours, peut être scindée en deux grandes étapes.

2La première, qui a débuté à peu près en 1967 avec l'application du premier plan de développement économique et social, est celle qui précède ce que l'on appelle désormais les “réformes” structurelles de l'économie engagées par le pays à partir notamment du début des années 1990. Elle s'est caractérisée par l'adoption d'une économie étatique baptisée officiellement “socialiste”, orientée par une planification centralisée et dominée, presque sans partage, par le secteur public. C'est surtout par le biais des fameuses “Sociétés Nationales”, entreprises publiques parfois géantes, que l'État initiait, guidait et bien sûr contrôlait l'activité économique dans tous les secteurs : mines, hydrocarbures, sidérurgie, banques, assurances, etc. Durant toute cette période, le soutien de l'État à ces entreprises était total. En effet l'Algérie, pays exportateur de pétrole, avait jusque là les moyens de financer l'activité de ces sociétés même quand elles étaient déficitaires. S’ajoutant à de nombreux avantages, les salariés du secteur étatique avaient l'assurance d'un emploi stable. Les rémunérations et les privilèges de chacune des catégories professionnelles étaient définis administrativement au niveau central selon le statut qui leur était officiellement reconnu en fonction de la mission dont elles étaient chargées.

3La seconde période est donc celle qui commence avec l'engagement des réformes et ajustements, toujours en cours, dictés par un ensemble d'exigences internes, certes, mais aussi externes se traduisant, depuis plusieurs années, par une pression de plus en plus forte, notamment après le spectaculaire effondrement des régimes “socialistes” de l'ancien bloc de l'est, d'une économie mondiale libérale dominée par des firmes multinationales poussant vers le recul des États, la privatisation des entreprises, l'ouverture des frontières, la mondialisation des mouvements de capitaux, de marchandises, de main d'œuvre, etc.

4Depuis le début de cette période, nous assistons à un retrait progressif de l'État vis-à-vis des entreprises. C'est notamment à la suite de la chute brutale des cours de pétrole sur les marchés mondiaux que ce processus de réformes, devenu semble-t-il inévitable, avait été déclenché sur fond de crise économique et sociale. Celle-ci avait pris une dimension politique avec les violentes émeutes populaires d’octobre 1988 qui aboutirent à l'adoption, en 1989, d'une nouvelle constitution marquant notamment, du moins au niveau des textes, le début du pluralisme politique et la fin du socialisme.

5On peut présumer que les ajustements ont commencé, au milieu des années 1980, avec l’opération dite de “restructuration des entreprises”. Celle-ci consistait en un découpage des Sociétés Nationales en plusieurs unités appelées dès lors “Entreprises Nationales”. Bien que l'objectif ayant justifié cette restructuration, selon les autorités du pays, ait été la maîtrise de la gestion et donc des coûts, la majorité des entreprises nationales continuait à survivre malgré des déficits et des découverts bancaires structurels.

6Mais cela ne dura pas car le rythme des réformes connut par la suite deux grandes accélérations. D'abord par l'avènement de l'“autonomie des entreprises”, ensuite, par le rééchelonnement de la dette extérieure. L'autonomie, qui était une nouvelle forme d'organisation et de gestion des entreprises publiques, transforma, à partir des années 1990, les entreprises nationales en “Entreprises Publiques Économiques” (E.P.E). L'État, dont les capacités financières avaient fortement diminué, voulut mettre un terme à son soutien aux entreprises publiques et ouvrir la voie à la privatisation. Parallèlement, la crise économique, sociale et politique s’aggrava dangereusement, doublée d’un climat d’insécurité, surtout après l'arrêt du processus électoral en janvier 1992.

7La transition vers un système pluraliste et une économie ouverte s'avéra pénible et extrêmement coûteuse. Elle fut marquée, entre autres, par la suppression du soutien des prix des produits dits de “large consommation” (lait, sucre, huile, etc.), la baisse vertigineuse du pouvoir d'achat de larges franges de la population, la précarité d'emploi pour un nombre de plus en plus grand de salariés et une augmentation sans précédent du taux de chômage. Les couches défavorisées – dont bien sûr les chômeurs mais aussi la majorité des salariés du secteur public – furent les plus touchées.

8Dans ce contexte, le cas des cadres des entreprises publiques peut être considéré comme particulier dans la mesure où ceux-ci jouissaient dans leur majorité, pendant la période de l'économie étatique, d'une position relativement privilégiée. Cela se traduisait, avant la crise et l'engagement des réformes, par des conditions d'emploi, de travail et de vie globalement bien plus favorables que la moyenne.

9L'objectif de cet article ‑ qui s'appuie notamment sur les résultats de deux enquêtes réalisées en 1993 et en 2002 dans la région d'Annaba, une des plus grandes zones industrielles du pays – est de rendre compte de l'évolution de la situation professionnelle et sociale de cette catégorie particulière de salariés, dont la majorité des membres semble vivre, depuis plusieurs années déjà, les moments les plus difficiles et incertains de leur courte histoire.

  • 1 Dans ces deux études, indépendantes l'une de l'autre, notre travail consistait à proposer une descr (...)

10Ces deux enquêtes, qui ont touché 80 cadres en 1993 et 150 en 2002 (voir la pyramide des âges présentée dans le tableau n°1), nous ont permis d’évaluer l'ampleur des changements survenus entres ces deux dates1 même si nous sommes contraints de reconnaître qu’il nous est difficile de prétendre que les résultats de ces enquêtes reflètent la situation de tous les cadres du pays compte tenu de l’effectif très restreint de l’échantillon prélevé en outre dans une zone limitée. Néanmoins, rien ne nous empêche de penser que, dans la mesure où nos enquêtes ont touché des cadres travaillant dans des entreprises de différents secteurs et dans une région, à notre avis parfaitement représentative, la situation des autres cadres ne devrait pas être très différente.

Tableau n°1 : Structures d'âge des deux échantillons d'enquête (1993 et 2002)

Age

1993

n= 80

2002

n = 150

- Moins de 31 ans

25%

08 %

- De 31 à 35 ans

25%

20 %

- de 36 à 40 ans

25%

16 %

- de 41 à 45 ans

22%

17 %

- Plus de 45 ans

03 %

39 %

Total

100 %

100 %

11Si on se réfère aux données figurant dans le tableau ci-dessus, une grande évolution se serait produite au niveau de la moyenne d'âge des cadres des entreprises publiques : de 1993 à 2002, la proportion des moins de 31 ans a considérablement baissé (de 25 elle est passée à 8%).

12En revanche, celle des plus de 45 ans a connu un mouvement inverse (de 3% elle a sauté à 39%). A. El Kenz avait noté au milieu des années 1980, que la proportion des moins de 45 ans parmi les cadres du complexe sidérurgique d'El Hadjar, où s’est déroulée une partie de notre enquête en 2002, s'élevait à 87%. S'il paraît très hasardeux d'en tirer une conclusion, nous sommes tout de même portés à croire que compte tenu de la grave crise d'emploi que connaît le pays -en particulier dans le public- la moyenne d'âge des cadres des entreprises de ce secteur, a vraisemblablement connu une évolution allant dans le sens révélé par le tableau n° 1.

13Afin d'atteindre l'objectif que nous nous sommes fixé dans la présente étude, nous allons d'abord essayer de cerner le profil des membres de la catégorie “cadres des entreprises publiques”. Ensuite, nous essayerons de décrire brièvement leur situation socio-professionnelle avant les réformes.

14Dans la dernière partie, nous proposerons une analyse des conditions professionnelles et sociales des cadres après les mesures d'ajustements structurels ayant touché, sur bien des aspects, la vie économique et sociale du pays au long de ces quinze dernières années. Puis nous essayerons de montrer l’influence de ces changements et les difficultés qu’ils ont engendrées pour ces cadres tant sur le plan professionnel que social.

Qui sont les “cadres” des entreprises publiques ?

15Nous avons précédemment souligné que le présent article s’intéressait aux cadres travaillant dans les entreprises publiques. Mais, compte tenu du flou qui entoure cette notion, nous sommes tenus d'apporter encore quelques précisions. On sait que ce concept, et la catégorie à laquelle il se rattache, ont toujours posé problème. En France par exemple, où on estime que la notion et le statut qui en découle constituent une spécificité locale (Jues, 1993 : 3), on ne manque jamais de souligner l'ambiguïté du terme et la difficulté de cerner concrètement le groupe qu'il est censé désigner. Certains affirment même que la notion de cadre est utilisée dans des sens différents au point que les chiffres avancés sur leur nombre peut varier de 1 à 6 (Delmarle, 1973 : 85).

16En Algérie, la tâche ne semble pas plus facile. À notre connaissance, aucun des organismes concernés, comme l'Office National des Statistiques (O.N.S), ou les caisses de sécurité sociale ou de retraite n'en donnent une définition. Aucune précision non plus du côté des textes juridiques ni de celui des conventions collectives. La seule définition qui pourrait nous aider dans notre tâche et définir concrètement les membres de la catégorie à laquelle nous nous intéressons est celle donnée par l'Institut National des Etudes Stratégiques Globales (INESG). Elle a fait l'objet d'une lettre adressée par cet organisme en mars 1993 aux entreprises à l'occasion d'une étude sur les cadres dont l'INESG avait été chargé.

  • 2 Souligné par nous (H.M.)

« Est considéré comme cadre toute personne rémunérée à la catégorie 14 et au-delà de l'échelle SGT (Statut Général du Travailleur) et l'ensemble des agents ayant un niveau de technicien supérieur et au-delà quel que soit le poste occupé par l'intéressé2».

17Il est important de souligner le caractère administratif de cette définition et l'absence de toute référence à une organisation professionnelle ou convention où les cadres eux-mêmes auraient contribué à définir leur rôle et leur statut. Les cadres n'ont jamais disposé d'un syndicat propre, ce qui révèle la précarité de leur position et la fragilité de leur statut.

18Cette fragilité s'expliquerait également par l'absence de participation des cadres eux-mêmes au processus de leur reconnaissance sociale en tant que groupe, à travers une prise de conscience de l'importance de leur rôle dans l'organisation et la “valorisation” du travail dans l'entreprise d'une part et, d'autre part, un engagement social et politique pour l'affirmation de soi face à d'autres acteurs. Reconnaissons tout de même que le caractère opératoire de la définition proposée ci-dessus convient ; c'est face au patronat d’un côté et aux ouvriers de l’autre que, selon Boltanski, les cadres ont imposé leur reconnaissance et leur affirmation en France.

19C'est à travers un processus équivalent que cette catégorie est parvenue à occuper la place qui est la sienne dans l'espace social. Analysant ce groupe social, Boltanski, soutenait que :

« la catégorie des cadres, encore mal définie dans les années qui suivent la guerre, contestée dans son existence même (...) occupe, quinze années plus tard, une position centrale dans la représentation dominante dans le monde social. Le groupe à réussi au sens où il est parvenu à accumuler les preuves “objectives” de son existence » (1982 : 234).

20Le caractère opératoire de cette définition convient au projet du présent article et permet bel et bien de cerner l'ensemble des “agents” concernés par notre étude. Ce sont tous ceux qui ont occupé ou occupent encore des postes au sein des entreprises publiques, reconnus et rémunérés comme postes d’encadrement, même si la notion d’encadrement présente certaines spécificités par rapport à celle que l'on trouve traditionnellement dans les entreprises des pays du monde occidental capitaliste. Toutefois, nous allons restreindre notre champ d’études par rapport à la définition de l'INESG : une partie seulement des cadres sera prise en compte.

21En effet, deux types de “cadres” sont à exclure de notre champ d'analyse. D'abord ceux qui ne le sont que par l'appellation. Pour diverses raisons, sur instruction des pouvoirs publics, un certain nombre de travailleurs se sont vus attribuer le statut de cadre alors que leur qualification était souvent très modeste et qu’ils n'assumaient en réalité que des tâches d'exécution ou de petite maîtrise. C'est le cas notamment de certaines catégories d’“ayant droits” (anciens combattants, fils de martyrs de la guerre de libération, etc.). Certains syndicalistes ouvriers arrivaient également à “arracher” ou à “gagner” le statut de cadre alors que ni leurs diplômes ni leurs fonctions ne le justifiaient. De l'avis de beaucoup de cadres, ces sortes de promotions “intrusions” ont participé à la dévalorisation du statut de cadre en Algérie.

22Le deuxième type à exclure est celui regroupant les “cadres dirigeants”, c'est-à-dire ceux qui assurent la Direction Générale des entreprises publiques. En effet, leur situation, leur statut et leurs conditions de travail diffèrent considérablement de celles des cadres intermédiaires, tant avant qu’après les réformes. Ainsi, la nomination de ces dirigeants -décidée généralement au niveau des ministères et autres centres de décision- les pouvoirs qui leur sont accordés, leur rémunération et leur carrière les assimilent à une partie du personnel politico-administratif dont le statut et le niveau de vie n'ont jamais été comparables à ceux des autres salariés y compris aux cadres des niveaux moyens.

23À titre d'exemple, la plupart des cadres dirigeants ont profité de l’autonomie des entreprises, contrairement aux autres cadres. Les pouvoirs qui leur avaient été consentis au sein de cette “autonomie” ont permis à beaucoup d'entre eux de renforcer leur position, d'augmenter leur rémunération et pour les plus “chanceux” de s'assurer une “reconversion” avantageuse en créant leurs propres affaires.

24Mais nous ne pouvons parler de ces dirigeants sans rappeler que c'était surtout dans leurs rangs qu'avait éclaté au milieu des années 1990 notamment l'affaire des “cadres emprisonnés”. En effet, accusés de “dilapidation” de deniers publics, d’“abus de biens sociaux” ou plus encore de “détournements” et autres malversations, nombre de ces gestionnaires avaient été arrêtés. Si certains ont été acquittés, d'autres ont été condamnés à des peines d'emprisonnement. Pour justifier cette vaste opération, les pouvoirs publics annonçaient qu'elle s'inscrivait dans le cadre d'une lutte contre la corruption et la protection des biens publics. Mais cette campagne, curieusement, n’avait touché que les seuls gestionnaires, de sorte qu’il était légitime de se poser des questions sur les vraies motivations de ces mesures. Mais ces questions sont malheureusement restées sans réponses.

25Soulignons enfin que notre analyse porte sur tous les cadres des niveaux intermédiaires qu'ils soient “techniciens” ou “administratifs”, car au delà des tensions qui existent habituellement entre ces deux types, maintes fois évoquées et analysées par divers chercheurs, nous avons estimé que, compte tenu de la nature des questions se rapportant à la situation de tous ces cadres, auxquelles nous essayerons de répondre dans cette étude, la distinction entre les deux catégories n’est pas pertinente. D'ailleurs, toutes deux figurent presque à parts égales dans nos échantillons.

Les cadres avant les réformes

26Deux chercheurs ont résumé la situation des cadres des entreprises publiques algériennes au milieu des années 1970 en ces termes :

« L'occupation de ces fonctions intellectuelles et de commandement permet aux cadres de participer au partage d'un surplus social qui provient essentiellement de la rente pétrolière. À l'écart du travail technique, ils ne prennent guère part à la création de valeur » (Glasman et Kremer, 1978 : 236)

27Effectivement, la mission des cadres des “Sociétés” et “Entreprises” nationales consistait moins en une participation à la création de richesses qu'en une tâche de “surveillance” et de “contrôle” que l'État, propriétaire des entreprises, ou la “classe dominante”, établissait comme stratégie globale de domination sociale et d'accumulation » (Glasman et Kremer, 1978 : 19). À ce propos, Belbakhti évoquait un “syndrome algérien” (1986 : 27) où « le cadre a un statut de cadre sans pour cela exercer réellement la fonction d'encadrement » (Belbakhti, 1986 : 36).

28C'est peut être pour ces raisons que, malgré leur position privilégiée, certains cadres, du moins ceux aspirant à jouer un rôle plus productif, jugeaient leur situation frustrante. Et c'est justement à ce propos que Glasman et Kremer évoquaient une “contradiction” dans la mesure où, même à cette époque, « les cadres techniques en particulier mais aussi gestionnaires » cherchaient à s'opposer à un « système les poussant à la bureaucratisation et les cantonnant trop souvent dans l'inefficacité , les forçant à l'immobilisme ». Cette opposition se voyait, selon les mêmes auteurs, dans « le refus, voire la résistance- de plus en plus ouverte - de certains cadres » ou bien même « dans le départ vers le privé, ou vers l'étranger » (Glasman et Kremer, 1978 : 137).

29S'intéressant également à ce phénomène, dans son étude sur le complexe d'El Hadjar précédemment citée, El Kenz soutenait qu’au moment du démarrage des premiers ateliers, les services d'exploitation régnaient en “maîtres” et, de ce fait “l'usine appartenait aux ingénieurs”. Et c'est un peu plus tard notamment avec l'augmentation des effectifs et « surtout les pressions centralisatrices qui s'exerçaient au niveau du siège » que le rapport de forces entre les fonctions administratives et celles de production s'était renversé.

«La centralisation de la fonction du personnel et l'importance des attributions qui lui sont imparties, entraînèrent progressivement une domination de l'administration sur la production et de la logique hiérarchique sur la logique productive » (El Kenz, 1987 : 152).

30C'est dans ce contexte là que,

« la figure dominante de l'ingénieur en tenue de travail avec les ouvriers a cédé la place à celle du cadre en costume de ville installé à son bureau » et qu'en termes statistiques « ce phénomène s'était traduit par un gonflement des effectifs administratifs par rapport au personnel de production et par un lent déplacement des cadres et techniciens des ateliers vers les services de gestion » (El Kenz, 1987 : 153).

31Si l’on se réfère à El Kenz, ce renversement trouvait son origine non pas au sein de l'entreprise mais de la société algérienne toute entière car « l'organisation de la force de travail » et « le mode administratif séparé du procès de production » n'étaient en fait que « l'expression, à l'échelle de l'entreprise, du rapport des forces culturelles, économiques, politiques et sociales qui travaillent la société dans son ensemble » (El Kenz, 1987 : 159).

32Ce processus ne pouvait conduire donc qu'à la dévalorisation de la notion et du métier de cadre dont le statut ne reposait plus sur ses compétences techniques ou organisationnelles mais sur le rôle hiérarchique qui lui était confié par les hauts responsables.

« En devenant technocrates, les techniciens ont changé leur “pouvoir d'expertise technique” fondé sur leur qualification contre un “pouvoir d'ordre” déterminé principalement par la logique hiérarchique de la délégation par le niveau supérieur » (El Kenz, 1987 : 161).

33Soulignant à son tour la position de choix des cadres dans les entreprises publiques à cette époque, Laacher alla plus loin en soutenant que l'adoption par l'Algérie d'un modèle de développement fondé sur la propriété de l'État des entreprises avait fait de ces cadres « les vrais propriétaires des moyens de production » (Laacher, 1985 : 85). Mais ces propos s'appliquent plus aux couches supérieures dirigeantes qu'à celles des cadres des niveaux moyens que nous avons appelés les cadres intermédiaires. En effet, ces derniers ont toujours travaillé sous la direction de ceux-là et leur situation n'a jamais vraiment ressemblé à celles de “vrais propriétaires”.

34Toutefois, il faut reconnaître que durant deux décennies au moins, celles de 1970 et 1980, la situation des cadres dans leur ensemble était tout de même respectable. Les jeunes diplômés étaient assurés de trouver un emploi et on peut considérer comme très révélateurs les propos de l'un des cadres interrogés lors de nos enquêtes, qui nous affirma (et il est loin d'être le seul dans ce cas), que toutes les entreprises qu'il avait contactées à la sortie de l'université, à la fin des années 1970, lui avaient fait une réponse positive.

35De plus, dans beaucoup de cas, le recrutement des jeunes diplômés s'accompagnait d’avantages et d’“encouragements” : formation à l'étranger, accès au logement, ce qui -au vu de la crise que connaissait déjà le pays dans ce domaine- constituait un des acquis les plus précieux. Parfois, même, certaines entreprises accordaient à leurs nouvelles recrues diplômées des “primes de recrutement”. Les offres d'emploi avec leurs listes d'avantages remplissant des pages entières des journaux de l'époque, ce dont on garde aujourd'hui des traces, en fournissent des témoignages concrets.

36Les cadres qui ont connu cette époque s'en souviennent avec regret.

« Notre entreprise, nous disait l'un d'eux non sans nostalgie, était stratégique. Elle a été inaugurée par le Président de la République. Elle ne s'intéressait pas au profit car l'objectif était : la création d'emploi ».

37Autre indice de cette “heureuse” époque : beaucoup de cadres préféraient un poste dans une entreprise à tout autre emploi dans le secteur public ou l’administration. Même l'enseignement supérieur ne pouvait concurrencer les “Sociétés nationales”, surtout en matière de rémunération. L'un des cadres que nous avons rencontrés nous confia à ce sujet que lors de son recrutement, son entreprise lui avait offert un salaire deux fois supérieur à celui que lui avait proposé l'université.

38En effet, adoptant un modèle social et de développement reposant sur la propriété des entreprises par l'État et sur l'industrialisation, et bénéficiant d'une grande capacité financière provenant des exportations pétrolières, les groupes au pouvoir assuraient aux cadres un niveau de salaire relativement élevé et bien d'autres produits en nature. En plus du logement, la voiture, autre objet de luxe voire de rêve pour la majorité écrasante des Algériens, leur était également proposée contre un paiement “par facilité”. En outre, beaucoup de cadres réussissaient plus ou moins régulièrement à épargner une partie de leurs revenus et à partir presque chaque année à l'étranger.

39La situation était tellement avantageuse que la perspective d’une embauche dans une entreprise publique orientait le choix des filières d'études effectué par les étudiants des universités. Durant les décennies 1970 et 1980, un grand nombre de nouveaux bacheliers préféraient des spécialités menant aux postes d'encadrement dans les entreprises (ingéniorat, gestion, finance, commerce, etc.) à celles ouvrant traditionnellement la voie aux professions libérales (droit, pharmacie et même jusqu'à une certaine mesure, la médecine) ou à celles destinant aux autres emplois du public y compris l'enseignement (mathématiques, langues, etc.). Aujourd’hui, signe de la perception par les étudiants de la détérioration de la situation des cadres et les difficultés d'emploi, la tendance s'est renversée. Les formations aux “professions libérales” attirent le plus grand nombre d'étudiants.

Les cadres à l'heure des réformes

40En 2000, un cadre algérien, se trouvant selon sa propre formule “au foyer” déclarait avec regret que « l'encadrement a été la fierté du pays au moment où celui-ci avait de l'ambition » (Belaribi, 2000 : 185). À la même époque, un autre, encore en fonction dans une entreprise publique, disait que « les cadres avaient vécu les changements “amèrement” et avaient subi de plein fouet leurs “méchants” impacts ». Plus récemment, en 2002, un autre cadre, ingénieur de trente-trois ans, nous confiait : « la situation des cadres est préoccupante, ils sont loin des décisions, mal rémunérés et très mal considérés ». Un de ses collègues, également ingénieur, de quarante-cinq ans, nous disait à son tour : « Actuellement l'espoir pour un cadre est de garantir une fiche de paie ».

41Ce type de déclarations, très nombreuses tout au long de ces dernières années, reflète l'état d'esprit des cadres algériens par rapport à ce qu'ils vivaient précédemment, c'est-à-dire, avant que le pays ne s'engageât sur la voie des réformes.

42Depuis un certain nombre d’années, en effet, loin du “Tout État” des années 1970 et 1980, l'Algérie a entamé, tant bien que mal, parfois lentement, souvent brutalement, une série de mesures d'ajustement structurel de son économie. Cela s’est traduit entre autres par un désengagement de l’État vis-à-vis de plusieurs entreprises publiques jugées “non stratégiques”. Le résultat a été des plus spectaculaires. Presque toutes ces entreprises se sont trouvées en situation de cessation de paiement. Les liquidations, jusque là inconcevables en Algérie, se sont succédées et des centaines d’entreprises ont été touchées. Le chômage, déjà très important, a connu une augmentation alarmante tandis que, comme le montre le tableau n°2, la production industrielle du secteur public a chuté à son plus bas niveau.

Tableau n° 2 Évolution de l'indice de la production industrielle du secteur public national de 1990 à 1999 (base 100 : année 1989)

 

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

Total

Indice général

101,9

98,9

95,1

94,7

88,5

87,6

81,1

78,3

83,8

83,8

Total ind.hors hydrocarbure

101,1

96,8

91,9

91,2

84,4

82,9

73,6

68,9

75,6

75,1

Total ind.indust.

manufacturière

100,8

95,6

89,6

88,2

80,3

78,9

68,3

63,1

69,0

67,7

Source : ONS (Rétrospective 1970-1996 et annuaire n° 19)

43Ce tableau nous montre qu'après une hausse en 1990, la baisse de l'indice est devenue constante. La légère reprise en 1998 est liée au secteur des hydrocarbures. Hormis ce dernier, la chute a continué jusqu'en 1998 et pour l'industrie manufacturière jusqu'en 1999.

44Un autre indice de cette situation difficile est l'inflation galopante que connaît le pays depuis 1990. Pour les prix à la consommation l'augmentation a été vertigineuse. Le tableau n°3 en révèle la tendance et le rythme de 1990 à 1999.

Tableau n° 3 Évolution de l'indice des prix à la consommation de 1990 à 1999 (base 100 : année 1989)

 

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

Indice Général

117,9

148,4

195,4

235,5

303,9

394,4

468,1

494,93

519,44

533,17

Variation %

17,9

25,9

31,7

20,5

29,0

29,8

18,7

5,73

5,0

2,64

Source : ONS (Rétrospective 1970-1996 et annuaire n° 19)

45L'augmentation des prix est très forte depuis 1990, d'où une érosion constante et sans précédent du pouvoir d'achat de toutes les personnes aux revenus modestes dont, bien sûr, la majorité des salariés du secteur public.

46C'est donc dans ce contexte de crise sévère qu'il faut saisir l'évolution dramatique de la situation de tous les salariés en Algérie depuis le début de la décennie 1990 et les cadres des niveaux moyens n’ont pas échappé à cette terrible dégringolade. Bien au contraire, leurs conditions d'emploi, de travail et de vie en général ont connu une détérioration douloureuse au fur et à mesure que les réformes s'accéléraient et que la crise s'aggravait. L'absence de tout syndicat ou organisation défendant réellement les intérêts de cette catégorie n'a fait que compliquer leur tâche et aggraver leur sort.

47Déjà à partir de la fin des années 1980 et surtout au début des années 1990, le recrutement des jeunes diplômés est devenu très difficile. L'enquête que nous avons réalisée en 2002 fait ressortir que, pour les plus jeunes cadres notamment, plusieurs années séparent la fin des études du premier emploi. C'est ce qui expliquerait le vieillissement des cadres dans ces années 2000. En effet, tout tend à prouver que, de nos jours, le recrutement d'un cadre relève bien du domaine du miracle. Les annonces d'emploi se font de plus en plus rares. S'il arrive d'en trouver quelques-unes, force est de constater qu'elles ne contiennent plus les avantages et promesses d'antan. À vrai dire, il est fréquent que les annonces ne soient publiées que pour la forme car le choix de nouvelles recrues se fait dans beaucoup de cas avant même la publication de l'offre. En fait, depuis le début de la décennie 1990, comme l’indique le tableau n°4, le marché du travail est des plus défavorables.

Tableau n° 4 Evolution du marché du travail (secteur public) de 1990 à 2001 (en milliers)

1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

60,498

42,219

36,668

35,431

36,463

41,463

32,210

24,830

26,564

22,377

22,215

23,696

Source : O.N.S (site : www.ons.dz)

48L'emploi dans le secteur public, jusque-là principal pourvoyeur de postes, est entré dans une phase de récession très forte depuis le début de la décennie 1990 et n'a cessé de se contracter chaque année un peu plus. Remarquons en outre qu'au sein de ces emplois, le recrutement temporaire, et donc précaire, est loin d'être marginal. Ce type d'emploi a aussi fait son apparition chez les cadres. Beaucoup d'entre eux, parfois très expérimentés, ont été recrutés pour une “durée déterminée”. Auparavant, les cadres n'étaient jamais concernés par ce type de contrats. En matière de rémunération, la situation des cadres dans la décennie 1990 et le début des années 2000 est loin d'être plus florissante. L'enquête de 2002 nous a révélé que le salaire mensuel moyen des cadres ne dépassait pas 17 000 dinars (environ 190 euros). Certains cadres débutants touchaient à peine 8 000 dinars par mois et les mieux rémunérés pas plus de 30 000 dinars (330 euros). Le tableau n° 5 nous montre que la majorité des cadres touchés par notre enquête percevaient moins de 20 000 dinars (220 euros) par mois.

Tableau n° 5 Répartition des salaires mensuels (enquête de 2002) (en dinars algériens)

Salaires

Pourcentage

N=150

moins de 15 000

32 %

de 15000 à 20 000

41 %

de 20 000 à 25 000

20 %

de 25 000 à 30 000

06 %

30 000 et plus

01 %

Total

100 %

49La fourchette des salaires donnée dans ce tableau concerne tous les cadres des niveaux intermédiaires, techniciens et administratifs, jeunes et moins jeunes, nouveaux et anciens, diplômés ou non. Sur ces 150 cadres, 65 % ont une ancienneté supérieure à 10 ans, 68 % sont des universitaires dont 44 % des ingénieurs et 18 % sont des cadres supérieurs.

50Tous les indices convergent donc pour montrer que, même si des différences entre les divers niveaux d'encadrement existent, dans l'ensemble, tous les cadres intermédiaires ont vu leur salaire réel et leur pouvoir d'achat chuter fortement. Beaucoup d'entre eux, même parmi les mieux rémunérés, nous ont confirmé qu'ils étaient souvent, voire régulièrement, contraints d'emprunter de l'argent auprès de leurs parents et connaissances pour pouvoir boucler les fins de mois, surtout pour ceux qui étaient mariés et chefs de familles.

51Par ailleurs, si nous avions déjà remarqué en 1993 que l'épargne avait disparu chez la plupart des cadres, en 2002, nous avons constaté que l’économie d’une partie du revenu relevait définitivement de l'impossible pour la quasi-totalité de notre échantillon. Plusieurs cadres nous ont confié qu'ils étaient à la recherche d'une activité parallèle dans le but d'améliorer leurs revenus et leur situation était devenue extrêmement difficile.

52D'autre part si, par le passé, les cadres pouvaient, par le biais de leur entreprise, se procurer un logement, la situation est devenue depuis plusieurs années toute autre. Parmi les cadres que nous avons interrogés, beaucoup n’étaient pas propriétaires de leur logement. Certains ayant dépassé la trentaine n'avaient pas pu se marier à cause de cela et d'autres, mariés, logeaient encore, faute de mieux, chez leurs parents. Face à ces difficultés et comme le montre le tableau proposé ci-après, de 1993 à 2002, la proportion des cadres “insatisfaits” de leur condition a augmenté, contrairement aux “satisfaits” dont la proportion a diminué.

Tableau n° 6 Evaluation du sentiment de “satisfaction” des cadres interrogés entre 1993 et 2002

Etes-vous satisfait de

votre condition de cadre ?

1993

n = 80

2002

n = 150

Oui

14 %

7 %

Un peu

64 %

50 %

Pas du tout

22 %

43 %

Total

100 %

100 %

53En 2002, comparativement à 1993, la proportion des cadres insatisfaits a donc doublé. De 22 %, elle est passée à 43 %. Par contre, celle des “satisfaits”, qui n'était déjà que de 14 %, n'est plus que de 7 %. Pour la majorité des cadres des entreprises publiques en Algérie, la stabilité d'emploi, la quiétude et les privilèges des années 1970 et 1980, ont été remplacés par la précarité, le chômage, l'inquiétude et même, pour plusieurs d'entre eux, par la pauvreté, sans aucun espoir d’évolution positive compte tenu de l’état des entreprises publiques.

54Le devenir des cadres est d'autant plus préoccupant que la majorité des entreprises sont défaillantes. Les cadres nous ont décrit leurs sociétés : équipements vétustes, découverts bancaires structurels, dettes colossales, déficits chroniques et manque de commandes. Ils ont fini par se sentir, dans leur contexte actuel de travail, “inutiles”, “marginalisés” ou avec “une énergie non exploitée”. Ils ne se perçoivent plus comme nécessaires dans ces entreprises “en panne” et “agonisantes”, ce qui est peut-être un des facteurs déterminants de la crise d'identité qui semble les caractériser.

55Au sein de ces entreprises destructurées dont l'État voulait se débarrasser, les cadres ne trouvent plus de repères. Après avoir perdu leur ancien rôle, ils n’arrivent pas à en découvrir un nouveau sur lequel ils auraient pu s'appuyer pour occuper une position et réclamer un statut.

56La détérioration de la situation des cadres, que nous avons essayé d'analyser, est d'autant plus douloureuse que les membres de cette catégorie semblent les moins préparés à affronter ces aléas. En effet, à la différence des autres salariés, les cadres paraissent moins aptes à s'adapter aux changements structurels de ces dernières années. Et il semble bien, si on se réfère à Sainsaulieu, que cette fragilité soit caractéristique des cadres. Cherchant une explication au désarroi et l’amertume si particulière chez les cadres menacés de perdre leur emploi, Sainsaulieu, citant Marc Maurice, soutenait que « le licenciement des cadres est plus qu'une péripétie de carrière, c'est la remise en cause de leur statut social » et aussi de leur « équilibre personnel » (Sainsaulieu, 1977 : 224).

57Rendre compte de la détérioration de la situation des cadres dans notre pays ne doit pas pour autant occulter un autre aspect du problème tout aussi important ; celui du chômage en général et des jeunes diplômés en particulier.

58En effet, le nombre de jeunes, parmi la population au chômage n'a cessé d'augmenter et les solutions qui leur ont été proposées par les pouvoirs publics, telles que l'“emploi de jeunes” où l’intéressé percevait, contre un emploi temporaire de quelques mois, un salaire dérisoire, se sont avérées des plus humiliantes. Des titulaires de diplômes universitaires (licence, ingéniorat, magister, etc.) se sont trouvés en train d'accomplir des tâches de “coursiers” et autres missions très en deça de leurs qualifications.

59C'est peut être la situation de ces jeunes qui explique la relative satisfaction exprimée encore par la moitié des cadres interrogés dans notre enquête ; leurs conditions d’embauche et de travail sont moins dramatiques que celles de ces milliers de jeunes.

60Face à cette situation difficile, nous avons estimé très utile de connaître la position des cadres quant à la privatisation des entreprises comme une solution probable à leurs multiples problèmes. Dans le cas algérien, on peut a priori parler de trois formes possibles de privatisation du secteur public. L'achat des entreprises publiques par d’éventuels hommes d'affaires nationaux, leur cession aux travailleurs eux-mêmes, tant souhaitée par les syndicats ouvriers, et enfin celle qui ferait passer ces entreprises sous le contrôle d'investisseurs étrangers qui accepteraient de s'implanter en Algérie.

61À notre connaissance, la première forme n'a jamais eu lieu. Elle ne satisfaisait ni les entrepreneurs locaux très réticents aux conditions de cession, notamment le volet social, ni l'État, peut-être par manque de confiance dans leur capacité à prendre en charge les entreprises économiquement et surtout socialement. Les travailleurs et leur syndicat, quant à eux, étaient opposés et même carrément hostiles et cela a dû peser lourd dans l'écartement de toute éventualité de cession des entreprises publiques au profit d'entrepreneurs nationaux. En revanche, beaucoup de privatisations furent réalisées selon la deuxième forme surtout dans les petites et moyennes entreprises.

62En fait, cette deuxième forme consistait en la cession des équipements, matériels et locaux des entreprises dissoutes aux travailleurs qui s'étaient organisés en petits groupes pour former des “sociétés à responsabilité limitée”. Il était convenu entre les autorités et le syndicat que le paiement de ces actifs s'étalerait sur plusieurs années. Toutefois, si beaucoup d'ouvriers et agents de maîtrise ont choisi de s'engager dans cette opération comme “actionnaires”, les cadres, eux, étaient dans l'ensemble beaucoup plus réticents. Ils ont donc préféré le chômage et percevoir une allocation dont le montant était calculé sur la base de leur rémunération. Cette allocation était à la fois dégressive et limitée dans le temps selon l'ancienneté sans toutefois dépasser dans le meilleur des cas, une période de trois années au-delà de laquelle, le chômeur ne bénéficiait plus d'aucune couverture. Beaucoup de cadres qui n’ont pas réussi à trouver un autre emploi, sont dans cette pénible situation.

63Quant à la troisième forme, qui permettait aux investisseurs étrangers d'acheter les entreprises publiques, beaucoup de cadres, surtout ceux qui se sentaient sûrs de leurs compétences, y étaient favorables. Ils pensaient que cela permettrait à leur entreprise de devenir performante et à eux de réaliser leurs aspirations. Cependant, la majorité d'entre eux attendaient quand même avec un fort sentiment d'angoisse et d’incertitude. En fait, ils n'étaient pas sûrs de rester à leurs postes quand les nouveaux propriétaires arriveraient. Ayant mené notre enquête dans une entreprise concernée sérieusement par ce type de privatisation, nous avons constaté que les cadres vivaient ces moments d'attente avec un mélange très perceptible d’espoir et de grande inquiétude. Ils avaient peur d'être “remerciés” par les nouveaux patrons, ce qui constituerait pour eux un “désaveu” très coûteux économiquement bien sûr mais aussi socialement et psychologiquement.

64Depuis lors, cette entreprise est réellement devenue une des filiales d'un groupe industriel étranger. Malheureusement, nous ne disposons pas de données nous permettant d'estimer les répercussions de ce changement sur la situation des cadres. Toutefois, certains d'entre eux, que nous avons rencontrés après la privatisation, nous apprenaient que s'ils avaient été sérieusement soumis à une forte pression au début par les nouveaux dirigeants, actuellement, ils se sentaient beaucoup mieux. Résumant cette situation, l'un d’eux nous a dit : « maintenant nous travaillons plus mais nous sommes mieux rémunérés ».

Conclusion

65Nous avons tenté dans cette étude d'analyser l'évolution de la situation professionnelle et sociale des cadres de niveau moyen des entreprises publiques en Algérie depuis les premières années de l'indépendance jusqu'à nos jours. Depuis son apparition, cette catégorie de salariés “intellectuels” a vu son rôle, sa place et son statut connaître un changement rapide reflétant en réalité l'évolution qu'a connue le pays d’un point de vue idéologique, économique, social et politique sous l'influence de plusieurs facteurs tant internes qu'externes.

66Durant une première étape, qui a débuté vers la fin des années 1960, et tout au long des années 1970 et 1980, il a été confié à ces cadres, au sein d'un système reposant sur la propriété de l'État des entreprises, un rôle de “contrôle” où la logique “hiérarchico-bureaucratique” a pris le dessus sur la logique “technico-productive”. Les groupes dirigeants dans un État financièrement puissant grâce aux exportations pétrolières et centralisateur leur garantissaient en contrepartie, un statut défini de manière administrative en fonction de la mission de surveillance qui leur était désignée. Cela s'est traduit par des conditions favorables en matière d'emploi, de travail, de rémunération, etc.

67Or, depuis le milieu des années 1980 et surtout à partir de la décennie 1990, nous assistons, suite à une série de reformes structurelles visant un passage à un système reposant sur une économie plus ouverte, à un bouleversement de la situation socio-professionnelle de ces cadres. Vivant dans des entreprises déstructurées, endettées, en butte à des difficultés économiques et financières gigantesques, dont certaines ont été dissoutes, les cadres dans leur ensemble connaissent désormais, le chômage voire la pauvreté.

68Toutefois, cela ne doit pas nous cacher certaines réalités contradictoires à la tendance générale. Rappelons à ce effet, que contrairement à la plupart des cadres des niveaux intermédiaires, beaucoup de cadres appartenant aux couches supérieures de la hiérarchie des entreprises ont réussi dans plusieurs cas à se “repositionner”, soit en s'installant dans des fonctions libérales (avocats, notaires, commissaires aux comptes, commissaires priseurs, etc.) soit en créant leurs propres entreprises ou, mieux, leur “commerce”.

69Nous ne pouvons non plus oublier le nombre inquiétant de jeunes diplômés qui n'ont jamais encore exercé d’activité professionnelle. Beaucoup d’entre eux se sentent humiliés d’être contraints à accepter des emplois sous qualifiés, pour résoudre leurs problèmes.

70Dans un contexte aussi dur et incertain, prévoir l'évolution des conditions de vie des cadres d'entreprises dans notre pays est une tâche extrêmement difficile. L'ère des cadres dont le statut repose sur un rôle relevant d'une mission bureaucratique en retrait du procès de production, voire en contradiction avec lui, est sans doute révolue. La position, le statut et la mission du cadre jusque-là connus en Algérie sont remis en cause ouvrant de ce fait la voie à une possible apparition d'un genre différent de cadres dont le statut s'appuierait sur un rôle productif. Possibilité d’émergence aussi d'un groupe de cadres à travers une éventuelle prise de conscience et une mobilisation afin de se constituer comme groupe dans le champ social.

71Selon ce processus caractérisé par la disparition de beaucoup d'entreprises publiques et l'apparition progressive d'entreprises privées nationales mais surtout internationales et mixtes, dont les offres d'emploi commencent à paraître dans nos journaux, nous sommes portés à croire que se serait peut-être au sein de ces entreprises que ces cadres apparaîtraient et que le groupe se formerait. Mais cette évolution restera tributaire, dans une large mesure, de la réussite des réformes engagées en Algérie, et cela est encore loin d'être un acquis.

Haut de page

Bibliographie

BELARIBI Kadri, 2000, Un cadre au foyer, Alger, Casbah éditions.

BELBAKHITI Omar, 1986, Études méthodologiques sur l’organisation et l’analyse du travail industriel, Alger, Office des publications universitaires.

BENAIN Marc et CARRON Jean-Claude, 1968, Les cadres d’entreprise, Paris, Ed. d’organisation.

BOLTANSKI Luc, 1982, Les cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Ed. de Minuit.

DELMARLE Jean, 1973, Classe et luttes de classes, Paris, Les éditions ouvrières.

El KENZ Ali, 1987, Le complexe sidérurgique d’El-Hadjar. Une expérience industrielle en Algérie, Paris, Éd.. du CNRS.

GLASMAN Dominique et KREMER Jean, 1978, Essai sur l’université et les cadres en Algérie, Paris, Éd. du C.N.R.S.

GROUX Guy, 1983, Les cadres, Paris, La découverte / Maspéro.

JUÈS Jean-Paul, 1999, Les cadres en France, Paris, coll. Que sais-je ? PUF.

LAACHER Smaîn, 1985, Algérie : réalités sociales et Pouvoir, Paris, L’Harmattan.

SAINSAULIEU Renaud, 1977, L’identité au travail, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

TIC Alexandre, 1974, Au bonheur des cadres, Paris, Mame.

Haut de page

Notes

1 Dans ces deux études, indépendantes l'une de l'autre, notre travail consistait à proposer une description de l'identité professionnelle et sociale des cadres des entreprises publiques à travers une analyse plutôt qualitative. Elles avaient été réalisées dans le cadre de notre propre activité de recherche. Celle de 1993 avait été menée dans deux entreprises industrielles, BATIMETAL, SOTRAMEST et une banque (la BDL). Celle de 2002, que nous avons voulue plus approfondie, s'était déroulée dans plusieurs autres entreprises. Il s'agit d'ALFASID, FORROVIAL, SONELGAZ, HYDROSID et l'ISGA. Une fois ces entreprises choisies par nos soins, les échantillons ont été prélevés aléatoirement à partir des listes qui nous ont été présentées par les services du personnel de ces entreprises.

2 Souligné par nous (H.M.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hacène Merani, « Les cadres des entreprises publiques en Algérie. Des privilèges au déclassement », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 105-106 | janvier 2005, mis en ligne le 02 novembre 2004, consulté le 23 décembre 2014. URL : http://remmm.revues.org/2729

Haut de page

Auteur

Hacène Merani

Sociologue, Université d’Annaba, Centre de Recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC), Algérie

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page