Navigation – Plan du site
II. Lectures

Pierre Boilley, Les Touaregs Kel Adagh. Dépendances et révoltes : du Soudan français au Mali contemporain, Paris, Karthala, 644 pages.

Sophie Caratini
p. 437-440

Texte intégral

1Pierre Boilley s'élève contre la vison manichéiste et pessimiste qui voudrait que les Touaregs du Mali, et en particulier les Touaregs de l'Adagh dont il a fait son objet d'étude, n'auraient d'autre avenir possible que dans la « liberté dans l'insécurité ou la paix dans la contrainte ». Il pose ainsi de manière exemplaire la question de l'État et du pouvoir dans les sociétés africaines. Exemplaire parce que les sociétés nomades, du fait de leur rapport à l'espace en perpétuel mouvement, rendent paradoxalement plus lisibles que dans les zones sédentaires les rapports de force et les contradictions, qu'elles soient internes - entre et à l’intérieur de ce qu’il appelle les « groupements politiques » -, ou externes. Exemplaire également au sens de la recherche, parce que l'histoire particulière des Kel Adagh présente, dans son évolution au cours des siècles passés, des moments qui sont autant de configurations des différentes situations possibles en regard de la question de l'articulation des pouvoirs, et en particulier de l’articulation avec l’État, puissance exogène qui vient s’imposer aux populations nomades à partir de la colonisation. L'identification de ces moments et leur analyse est ce qui fonde le plan de l'ouvrage. C'est en effet pour retrouver la cohérence interne, soit l'élément structurel profond qui transcende - et permet - les ruptures, que Pierre Boilley interroge "l'histoire du temps présent", un "immédiat" qui est un devenir, et dont il cherche à lire les possibles dans les lignes du passé.

2Le premier de ces moments est celui de la société précoloniale de la fin du xixe siècle et présente les caractéristiques dynamiques d'une société de pasteurs nomades qui résulte d'une mosaïque de groupements politiques, maîtres de leurs territoires, recomposant en permanence leurs équilibres internes et externes. Le rappel des particularités de cette société précoloniale "traditionnelle" étudiée par ailleurs par les anthropologues, sert de point de départ à l'ouvrage dont la première partie s'intitule donc Les Kel Adagh et l'irruption française. Sans s'appesantir sur l'organisation interne de la société à l'aube de la colonisation, l'auteur en souligne cependant les traits essentiels : un espace original fondé sur une économie d'adaptation et d'autosuffisance, une organisation politique interne en mouvement dans lequel l'espace protégé et convoité est un enjeu d'importance puisque le massif de l'Adagh, du fait de son relief, jouit de conditions climatiques relativement favorables à l'élevage.

3Alternant tout au long du livre entre le récit de l'événement et l'analyse des rapports de forces en présence dans cet l'événement, entre la mouvance et la pause, l'auteur a choisi un mode de restitution de son propos un peu risqué en qu'il oblige parfois à des retours en arrière, mais qui présente l'avantage de la pédagogie. Ainsi nous donne-t-il ici une vision générale de la conquête qui éclaire singulièrement les stratégies des divers groupes touarègues, et qui rend intelligible - parce qu'il en dévoile le principe logique - la prise de position des Kel Adagh vis-à-vis de la puissance coloniale. L'engagement des Kel Adagh aux côtés des Français, rapporté à l'évolution interne des rapports sociaux au moment de la guerre saharienne, met en évidence une communauté conjoncturelle d’intérêts entre un groupe particulier et l'État exogène. Cette convergence partielle d'intérêts internes et externes traverse toute l'histoire de la colonisation africaine, il était donc important d'en montrer l'origine à la fois historique et structurelle à travers l'examen d'un groupe particulier. L'auteur appuie sa démonstration sur un corpus de données inédites issues d'un dépouillement minutieux des archives coloniales qu'il met en perspective par l'attention qu'il porte aux points d'articulation des deux logiques en présence : celle du système social et politique touarègue et celle qui préside à l'organisation militaire et politique spécifique que la France avait déployé sur le terrain saharien.

4La deuxième partie de l'ouvrage s'intitule Les Français et la société Kel Adagh. Administration, déstabilisations, résistances. L'auteur examine ici la seconde phase, ou la seconde configuration qui ressort de rapports politiques modifiés par la présence de l’État. Documenté jusque dans le détail, cette seconde partie de l'ouvrage fera sans nul doute référence en ce qu'elle donne une idée précise de ce que pouvait représenter l’administration française sur le terrain. Les données mettent en lumière des éléments importants et généralement mal connus du fonctionnement d’une organisation gouvernementale qui était en réalité quasi-exclusivement assurée par des jeunes militaires, fort peu nombreux, et obligés à la mobilité. Une mobilité physique, par la constitution d'unités méharistes reliées à un réseau de postes de ravitaillement, et une mobilité politique. L'essentiel de leur activité consistait en effet à négocier en permanence avec les "chefs" des groupements nomades, ces unité socio-politiques emboîtées, aux hiérarchies complexes, dont le mouvement se trouve alors ralenti. La société semble alors tout entière "fixée" dans des cadres théoriques que ses chefs participent à produire. La question des chefs est ainsi au cœur de la politique coloniale comme de l'analyse du chercheur et, avec elle, la notion de médiation, dans un contexte de résistances multiples et diffuses. Je ne le suivrai pas jusqu'au bout de ses conclusions lorsqu'à l'issue de la restitution de ces 50 ans de présence française il fait le bilan d'une première colonisation, affirmant qu'il en est résulté une société figée, le maintien artificiel de hiérarchies déstabilisées, des chefs déconsidérés et un système vidé de sa substance. Il me semble en effet que ce bilan, par les termes qu’il met en exergue, cède par trop aux représentations contemporaines et locales de la période coloniale, et ne correspond que très partiellement à l'analyse ressortant de l'ouvrage lui-même, qui montre au contraire que si la société des Kel Adagh a été dépossédée de son autonomie par le pouvoir colonial et freinée dans ses possibilités propres de recomposition interne, elle a subi d'importantes transformations qui n'ont pas pour autant détruit complètement les fondements de son organisation sociale (on les verra rejaillir plus tard) ni surtout nui à son économie. Une exploitation plus rationnelle des ressources pastorales s'est même traduite par une augmentation sensible du cheptel. Il est vrai que ces transformations se sont déroulées dans une sorte s'isolat spatio-temporel qui les mettait en décalage par rapport aux régions environnantes. On aurait apprécié que l’auteur déplace un instant son regard vers la périphérie des zones nomades, ce qui aurait permis d’inclure dans l’analyse ce qui devait apparaître à terme comme un élément important de la genèse des conflits futurs : l’évolution des rapports économiques, politiques et sociaux avec les populations et les pouvoirs sédentaires du Sud.

5Dans la troisième partie, Les Kel Adagh au Mali, l'auteur montre comment ce décalage colonial se traduit par ce qu'il intitule les déchirures de la décolonisation, les Touaregs de l'Adagh comme l'ensemble des nomades touarègues et maures du Nord-Mali n'ayant pas du tout été préparés à la passation des pouvoirs entre la France et le gouvernement soudanais. Pour ce faire, il analyse les événements qui marquent la naissance du futur Mali du point de vue des Touaregs de l'Adagh, soulignant leur désarroi devant un bouillonnement politique qu'ils ne comprenaient pas et auquel ils ne pouvaient ni ne voulaient contribuer. Leur absence de participation aux élections, leur incapacité à en mesurer les enjeux, la confusion un instant semée dans les esprits par le projet de l'OCRS dont nous sont rappelés les tenants et les aboutissants, l'affirmation de l'État sur les régions nomades et les erreurs politiques commises de part et d'autre, tout cela mène les Kel Adagh à expérimenter cette troisième configuration qu'est le conflit ouvert ou la révolte contre l’État. Là encore, alternant, dans sa démonstration, le récit des faits et l'analyse, cette fois enrichie des témoignages touarègues puisque la période est plus proche, l'auteur rend accessible à la compréhension la cascade de malheurs qui s'abattent sur la population de l'Adagh : massacres, séries de mesures humiliantes, oppression d'un pouvoir dont la présence est plus massive, moins conciliante et surtout moins soucieuse de composer avec les particularités d'une société pastorale qui n'a pas, sur les fonctionnaires originaires des cultures sédentaires du Sahel, le pouvoir de fascination qu'elle avait exercé sur les jeunes militaires et administrateurs civils Français. Avec finesse, l'auteur démêle l'écheveau d'une situation embrouillée qui se délite rapidement sous l'effet conjugués de la violence du pouvoir central et des séries d'années de sécheresse, et dont les éléments s'écartèlent et pour une part se dispersent. L'analyse développée dans un bilan conclusif intitulé la paix malienne, de l'enfermement à l'errance parvient à transmettre au lecteur de manière à la fois vivante et rigoureuse une réalité éclatée qu'il était difficile à la fois d'appréhender à travers les faits et de restituer avec clarté.

6La révolte de 1990 ou la renaissance d'une histoire touarègue, la quatrième et dernière partie de l'ouvrage, rapporte des événements qu'il était plus ardu encore de mettre au jour sans les simplifier. Il s'agit cette fois d'un soulèvement politiquement réfléchi dont l'auteur nous trace la genèse, montrant le rôle déterminant qu'a joué, dans cette dernière phase de l'histoire, la jeunesse touarègue réfugiée en Libye, une jeunesse traumatisée par les événements de 62-63 et qui, pour une part - les Kel Adagh -, avait assisté au massacre de ses parents. Il note l'importance de la formation politique et militaire dans la préparation de ce nouveau soulèvement qui va finalement être déclenché avec très peu de moyens, pratiquement aucun soutien extérieur, mais dont les premiers résultats vont être fulgurants. C'est dans la seconde phase de la rébellion que les analyses effectuées à propos des trois précédentes configurations vont prendre tout leur sens, permettant de rendre intelligible l'éclatement de la rébellion en quantité de mouvements rivaux, alors même que des accords venaient d'être signés entre l'État et les représentants tourègues et arabes de l’Azawad (accords de Tamanrasset de janvier 1991). L'analyse de cet éclatement ne pouvait en effet faire l'économie de ce long travail centré sur la recherche des points d’articulation de tous les pouvoirs, et de la recherche des logiques qui les sous-tendent, tant à l’intérieur de la société pastorale que dans l’évolution des rapports qu’elle a instauré avec les deux États dont elle a eu a subir les pression, qu'elle ait choisi de s'y allier, de composer avec leurs représentants ou de s'y opposer par les armes. L'auteur, inquiet de préserver son objectivité face à une histoire en train de se faire et qui lui apparaît brûlante à bien des égards, confronte alors tous les points de vue et les met en perspective avec l'ensemble de ses analyses. Il révèle ainsi comment cet éclatement résulte d’une conjonction des causes, internes et externes, historiques et structurelles, provoquant un moment d'ouverture brutale où tous les conflits latents, voir oubliés, semblent refaire surface. Il ressort des données comme de la démonstration que les recompositions sociales empêchées s'étaient en effet comme accumulées dans les limbes de la société, exacerbant des tensions presque insoupçonnée par les intéressés eux-mêmes, qui jaillissent avec force, et donc avec violence, au moment précis où l’État se retirant brusquement du jeu, une redéfinition possible des statuts des groupes comme des individus se profile à l'horizon des jours. En ce sens le Pacte national signé et en avril 1992 et sur lequel le livre se conclut représente bien un « moment de rupture historique », celui du désengagement de l’État rendu possible par l’acceptation de l’ensemble des nomades du Nord-Mali de s’intégrer dans une société nationale elle-même en recomposition, de s’inscrire dans une logique de pouvoir central en redéfinition, d’un État qui cherche de son côté à se libérer des modèles occidentaux pour mieux adhérer aux réalités du pays. Après quelques années pendant lesquelles la société nomade prend elle-même la mesure, dans une ultime explosion de violence, de ses contradictions propres, un consensus interne est finalement trouvé. L’arrêt des combats est marqué au niveau symbolique par une cérémonie dite de la « flamme de la paix » (mars 1996) au cours de laquelle, en jetant ostensiblement ses armes dans le feu, chaque mouvement manifeste à l’autre et à tous les autres ses intentions pacifiques, partant son désir de chercher ensemble une solution commune.

7Qu’en sera-t-il de l’avenir des Kel Adagh et de l’ensemble des populations tourègues et arabes du Nord-Mali ? La société nomade dont l’économie est en restructuration incertaine et rapide saura-t-elle trouver, dans le renouvellement de ses mécanismes de reproduction, un mode d’organisation inédit lui permettant de se développer à la fois dans la liberté et la sécurité ? La question reste ouverte.

8Pour la valeur d’exemple de son objet comme de son approche, pour le choix difficile, parfois même audacieux, que l’auteur a manifesté tout au long de son travail, privilégiant au cours de ses enquêtes de terrain comme dans ses analyses tous les points d’articulation des phénomènes et se situant bien souvent aux frontières des disciplines, le livre de Pierre Boilley sur les Kel Adagh est un moment important de la recherche sur les sociétés touarègues, sur les sociétés nomades, sur l’Afrique, et sur la question de l’Etat et des minorités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Caratini, « Pierre Boilley, Les Touaregs Kel Adagh. Dépendances et révoltes : du Soudan français au Mali contemporain, Paris, Karthala, 644 pages. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 15 octobre 2004, consulté le 20 avril 2014. URL : http://remmm.revues.org/2760

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page