Navigation – Plan du site
II. Lectures

Debié F. et Pieter D. (avec la collaboration d’Eric Verdeil), La paix et la crise : le Liban reconstruit ?  Paris, PUF, coll. Géographies, 2003, 284 p.

Bruno Dewailly
p. 335-339

Texte intégral

1Le Moyen-Orient, et plus spécifiquement le Liban, constituent des terrains de recherche souvent très stimulants, mais également forts délicats à aborder. Ainsi, la publication d’un ouvrage de géographie sur ce pays ne peut laisser indifférent et doit être saluée. Les auteurs, Franck Debié et Danuta Pieter, explorent les paradoxes de la reconstruction libanaise avec pour objectif de proposer une nouvelle analyse d’économie politique. Pour ce faire, ils s’appuient sur une bibliographie relativement exhaustive, surtout pour ce qui est des références en langues française et anglaise. Par ailleurs, ils ont pu exploiter le fonds documentaire constitué de quelque 300 mémoires de MBA de l’École Supérieure des Affaires de Beyrouth, jusqu’alors demeuré confidentiel. Leur information semble avoir été complétée par au moins une trentaine d’entretiens réalisés lors de leurs passages au Liban. On appréciera enfin l’existence d’une chronologie pour la période allant de septembre 1989 (réunion des députés à Taëf) à août 2002, et celle d’un index.

2Pour conduire à la découverte de ce « Liban contemporain reconstruit ? », les auteurs proposent un plan facile d’accès et logique, qui pourrait garantir au lecteur une certaine clarté de lecture face à une évolution nationale pas toujours évidente à saisir. Ainsi, le plan proposé est cohérent, organisé de manière chronologique en 7 chapitres dont le premier propose une présentation de l’économie politique du Liban d’avant-guerre, tandis que le deuxième est consacré « au système de guerre », encore dans une perspective d’économie politique. Viennent ensuite la reconstruction politique (ch. 3), les grands choix économiques (ch. 4) et la question de la réforme du secteur privé (ch. 5). Le chapitre 6 est une contribution d’Eric Verdeil qui dresse en une vingtaine de pages les évolutions du nouveau visage de Beyrouth et les principaux enjeux de sa reconstruction depuis la sortie de l’état de guerre. On découvre alors combien la scène beyrouthine condense et reflète les dynamiques socio-politiques de l’ensemble du pays. Cet intéressant sixième chapitre invite à approfondir ces questions à travers le travail de doctorat de son auteur (Verdeil, 2002). Le chapitre 7 inscrit le Liban dans son environnement conflictuel immédiat : le Sud et les relations avec Israël, la présence syrienne, la question des réfugiés palestiniens. Chaque chapitre est divisé de manière thématique. Ainsi le lecteur, spécialiste ou non du Liban, se sent stimulé lorsqu’il prend connaissance du sommaire.

3Il déchante cependant très vite. En effet, le principal problème de l’ouvrage concerne justement la pertinence scientifique du texte par rapport à un questionnement sur la reconstruction dans une perspective d’économie politique renouvelée. L’analyse de la conjoncture libanaise se prête particulièrement à une telle perspective, à condition de s’attacher à la compréhension des mécanismes de et du pouvoir, ou encore d’approfondir l’analyse des relations entre économie et politique, de s’interroger sur les raisons structurelles de la paralysie du secteur public, ou encore sur la question primordiale et apparemment insoluble de la réforme de la fonction publique alors que, jour après jour, les principaux bailleurs de fonds internationaux et les grandes ONG accentuent leurs pressions dans ce sens. Mais on ne trouve rien de tel. En filigrane de l’ouvrage, s’inscrit une louange plus ou moins implicite de la figure de l’entrepreneur privé substitut de l’État (cf. pp. 117 à 136 et p. 202 à propos de l’économie du Sud), que la réalité calamiteuse de la situation économique du Liban vient cruellement démentir, treize ans après l’arrêt des combats. Si le projet – ambitieux – des auteurs est de fournir une nouvelle analyse d’économie politique sur le Liban, on s’attendrait à la mobilisation d’informations originales et personnelles au lieu d’une simple utilisation de travaux déjà publiés. Plus encore, si telle était la méthode retenue, il aurait été souhaitable que les auteurs utilisent réellement les travaux qu’ils citent (par exemple de l’ouvrage de A. Daher, à propos du « patrimonialisme », cité p. 20) et qu’ils ne se contentent pas de légitimer leurs positions – qui, de fait, relèvent le plus souvent d’a priori – en disqualifiant indirectement mais certainement les ouvrages qui ne vont pas dans leur sens et/ou qui ne corroborent pas leur lecture “libérale” des thèmes traités (de multiples exemples de ces positions peuvent être trouvés entre les p. 170 et 226 de l’ouvrage). Si l’on se situe sur un autre plan, celui du rôle joué par le président du Conseil Rafik Hariri, nous ne contestons évidemment pas aux auteurs le droit de porter sur celui-ci un avis positif. Mais quand le dithyrambe – homme « de qualité », « porteur d’espoir », « de justice », « marché à lui tout seul qui incarne, mieux que quiconque, une capacité autonome de relance », etc. - tient lieu d’analyse, force est de considérer que trop, c’est trop ! Au point qu’on pourrait finir par croire à la naissance du quatrième monothéisme de Terre Sainte avec, dans le rôle du nouveau Prophète, R. Hariri !

4Cet acquiescement à un discours de sens commun s’appuie dès l’introduction sur une écriture et une documentation déficientes. La qualité de l’ouvrage est remise en cause jusqu’à la fin, exception faite du chapitre VI que l’on doit à Eric Verdeil. A titre d’exemple, pas moins de quatre erreurs factuelles peuvent être relevées dès la première page de l’introduction (p. 11). Ce qui fait quand même beaucoup ! Il est ainsi question des «  plaines de Tripoli, d’Amioun et de Zghorta… », alors que les deux villes d’Amioun et de Zghorta sont situées sur un plateau. On lit encore que : « La route côtière qui relie Tripoli à Saïda est un axe d’urbanisation presque continu », et que : « Il faut descendre dans le Sud pour trouver les orangeraies et les bananeraies qui couvraient autrefois la plaine côtière », ou encore que :  « En montagne, les chalets ont remplacé les ruches au milieu des pinèdes et l’estivage des touristes relayé celui des moutons ». Or, les travaux les plus récents indiquent que, entre les villes côtières de Tripoli et de Saïda, soit approximativement sur 130 km, l’espace est bâti à moins de 35 % (Huybrechts, 1997)1, étant entendu qu’une sensible augmentation de la densité des habitations se note entre Jbeil et Damour, soit sur une soixantaine de kilomètres seulement. Quant à la culture de la banane, si elle constitue bien l’une des principales activités agricoles des plaines littorales du Sud du Liban, elle est aussi très présente dans le caza de Jbeil – qui est situé au nord de Beyrouth. Enfin, le phénomène d’estivage n’est pas quelque chose de récent au Liban : dans son ampleur, il est même consubstantiellement lié à l’exode rural vers les villes de la côte (El-Khoury, 1999). Ceci étant, pour désigner des pratiques touristiques, on aurait préféré l’emploi du terme villégiature. Quant à « chalet », si l’usage qui est fait ici du terme est correct, on regrette que sa définition précise ne soit fournie qu’à la page 161, tant son acception libanaise diffère de sa définition usuelle.

5Plutôt que de continuer à pointer des erreurs de ce type, ce qui serait vite lassant, nous préférons classer la suite de nos remarques sous trois principales rubriques.

6Les questions de vocabulaire, pour commencer. Qu’il réfère à la géographie, aux sciences politiques ou,  plus généralement, aux sciences humaines et sociales, l’emploi de certains termes pose problème, peut-être parce qu’il emprunte à toutes les disciplines sans signaler à laquelle et sans montrer les débats qui peuvent se nouer autour d’eux. C’est le cas, entre autres, de termes comme « sahel », employé à propos de la région du Akkar (p. 201) qui est certes une région côtière, mais ne peut pas renvoyer à son sens biogéographique2 tant cette région ne forme pas une entité uniforme, ou encore « tourisme » pour désigner de la récréation (p. 200), « gouvernance » à propos de pratiques datant des années d’avant-guerre (p. 27), « pouvoir(s) », « système », etc. Que dire, alors, de l’emploi de « territoire », un terme mis à toutes les sauces, de la reprise de termes de l’analyse politique journalistique libanaise tels que « souverainistes » et « nationalistes » qui faisaient florès à Beyrouth au printemps 2002, ce qui mène au contre-sens à propos du « nationalisme économique » du président du conseil R. Hariri et aux commentaires des pages 111 et suivantes ! Il n’est pas du tout évident que le courant politique qualifié de « nationaliste » ait une réalité idéologique, programmatique et sociale.

7On s’étonne également du très grand nombre de phrases au sens incertain ou approximatif. Un lecteur peu informé pourrait croire, p. 100, que le ministre Frangieh se retourna en 2000 contre Damas (fait qui serait inexact). Les passages consacrés au tourisme sont superficiels et approximatifs, et donnent à croire que les auteurs ne sont pas au fait de l’évolution de ce secteur d’activité. N’y a-t-il pas une certaine légèreté à affirmer que, aujourd’hui, la contrebande « devient préoccupante » (p. 226) ? Plus grave ou plus inquiétant est sans doute le fait que l’ouvrage est ponctué de toute une série d’affirmations péremptoires qui ne sont que l’expression de l’idéologie des auteurs : que penser, en effet, quand on lit qu’il y a un « besoin de ségrégation dans un monde de plus en plus pauvre »  ? ou que : « le "laissez-faire" libanais est un mythe aussi peu fondé que celui du fonctionnement du marché du secteur privé » (p. 39) ? ; ou encore que :  « Il [le Liban] doit accepter …la superposition de plusieurs espaces politiques, de plusieurs systèmes de pouvoir, de décision et de légitimité » (p. 226) et que :  « Les Libanais se sont battus pour la libération du Sud » (p. 230), de même que : « En dépit des sanctions internationales respectées par le Liban, le transit par la Syrie relie Beyrouth à Bagdad » (p. 222) ? Enfin, la phrase «  la vache, rare dans les champs, simple et consensuelle, … »  reste un mystère dans un paragraphe traitant du manque de moyen des entreprises !

8Enfin, l’ouvrage comporte de nombreuses contradictions et erreurs. Ainsi, les propos sur la Tapline3  (pp. 35-36) contredisent ceux qui figurent à la note 3 des pages 39-40. A la page 52, la phrase « les espaces dominés dès 1976, .., où rien ne se passe de spectaculaire, le Nord, la Bekaa, … » contredit les affirmations de la p. 53, où il est écrit que, « dans les environs de Zahlé4 …, les établissements agricoles et commerciaux ont commencé à être pillés dès 1976 », à moins de considérer des pillages comme des faits ordinaires. Même chose entre la p. 205, où il est question de « l’établissement d’une configuration stratégique triangulaire entre Israël, la Syrie et le Liban, dans laquelle ce dernier fait figure de partenaire mineur », et la p. 206 où l’on apprend que « le retrait unilatéral du Liban Sud marque indiscutablement pour Damas la perte d’une ressource importante pour sa politique extérieure ». On s’étonne aussi de lire, p. 101, que la liste Karamé-Moawad n’a connu qu’un « succès relatif » lors des dernières élections législatives de l’été 2000. Or, la liste emmenée par ce leader traditionnel de Tripoli et ancien président du Conseil, et par la femme de l’ancien président de la République, assassiné en novembre 1989, ne comptera que deux élus – ses deux têtes de liste – alors que 16 postes étaient à pourvoir : en l’occurrence, l’échec est plutôt patent ! Nous ne savons, par ailleurs, à quoi attribuer des erreurs telles que celle qui qualifie le Tachnag de « regroupement politique local » (p. 107), alors que ce parti politique arménien est présent à travers le monde, ou celle qui fait de Abdallah el-Amin le « secrétaire général du Parti Communiste libanais » (pp. 84 et 234), alors qu’il était en réalité secrétaire de la branche libanaise du parti Baath. On regrettera enfin que, pour un ouvrage de ce genre, les statistiques soient trop souvent utilisées sans indication de source (pp. 128, 141, 150, 152, etc.). Il n’est alors plus extravagant de citer des auteurs pour lesquels il y aurait au Liban près d’un Syrien résident pour deux Libanais (p. 207) !

9Au total, l’ouvrage apparaît comme un livre trop vite fait ; la volonté de synthèse affichée par les auteurs ne saurait justifier une telle floraison d’approximations et tant de jugements a priori ; en tout cas, la qualité scientifique de l’éditeur ne saurait justifier de telles faiblesses.

Haut de page

Bibliographie

El-Khoury E., 1999, L’évolution des complexes touristiques balnéaires et de montagne au Mont Liban, Thèse de géographie, Université libanaise et Université de Tours, sous la dir. de M.F. Davie.

Huybrechts E., 1997, L’occupation du sol de la côte libanaise, Beyrouth, CERMOC, Lettre d’information de l’ORBR, n° 10 : 22.

Verdeil E., 2002, Une ville et ses urbanistes : Beyrouth, une ville en reconstruction, Thèse de géographie, Université de Paris I, dir. P. Merlin : 648 p.

Haut de page

Notes

1 On se réfère également au rapport définitif de la phase 1 du Schéma d’Aménagement du Territoire Libanais réalisé par le groupement Dar al Handasah – IAURIF pour le compte du Conseil du Développement et de la Reconstruction libanais et publié en janvier 2003 (particulièrement les pages 69 et 131 à 155 du volet Diagnostic et Problématiques).
2 Au même titre que le mot « steppe » employé correctement dans la même phrase à propos de la région du Hermel.
3 La Trans-Arabian Pipeline Compagny est une joint venture créée en 1950 et composée des compagnies Chevron, Texaco, Esso, et Mobil pour exporter l’or noir de l’Arabian American Oil Compagny (Aramco). Elle gère un oléoduc (Tapline) qui relie sur 1720 km les champs de pétrole d’Abqaiq en Arabie Saoudite au terminal de Zahrani, situé au Liban à 7 km au sud de Saïda, en passant par les terres occupées du plateau du Golan. Cette ligne, très difficilement exploitable depuis le milieu des années 1970, a été définitivement fermée en 1990. Des pourparlers sont entrepris depuis 2002 au sujet d’une réouverture éventuelle (cf. Pétrostratégies, n° 783, 8 juillet 2000 : 10).
4 Capitale du muhafazat de la Bekaa.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Dewailly, « Debié F. et Pieter D. (avec la collaboration d’Eric Verdeil), La paix et la crise : le Liban reconstruit ?  Paris, PUF, coll. Géographies, 2003, 284 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 105-106 | janvier 2005, mis en ligne le 03 mars 2005, consulté le 26 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/2771

Haut de page

Auteur

Bruno Dewailly

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page