Navigation – Plan du site
II. Lectures

Développement et politiques agro-alimentaires dans la région méditerranéenne. Rapport annuel 2002. Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes, Paris, 247 p.fr

Ronald Jaubert

Texte intégral

1Le rapport annuel du Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes (CIHEAM) n’est pas un rapport d’activité classique mais une analyse des politiques agroalimentaires, des échanges méditerranéens et du partenariat euroméditerranéen.

2C’est un ouvrage de référence, unique en son genre, utile à tous ceux, chercheurs, enseignants ou professionnels du développement s’intéressant à la production agricole méditerranéenne, aux échanges agro-alimentaires et à leurs régulations. Au-delà de ces questions, le rapport illustre très bien les enjeux et les contraintes en matière de partenariat euroméditerranéen et de collaboration interarabe.

3L’analyse repose sur une solide base statistique qui est en elle-même de grande valeur. La publication comprend une analyse du développement agricole et des échanges et une section consacrée à la pêche en Méditerranée. La dernière partie fournit des tableaux synthétiques des principaux indicateurs économiques en matière de développement agricole et d’échanges agroalimentaires.

4L’analyse des échanges met en évidence deux caractéristiques majeures des échanges agroalimentaires méditerranéens :

  • L’asymétrie des relations commerciales entre les pays du sud et de l’est méditerranéen (PSEM) et l’UE, en faveur de cette dernière.

  • Les différences marquées au sein des PSEM en matière de dépendance vis-à-vis de l’UE.

5L’intensité des échanges commerciaux entre les PSEM et l’EU est la plus forte pour les pays du Maghreb et la plus faible pour la Jordanie, la Syrie et le Liban. Cette situation s’explique en partie seulement par la proximité géographique et l’histoire. La maîtrise des circuits de commercialisation et la capacité à se conformer aux normes de qualités de l’UE sont également des facteurs importants de différenciation. Ces deux derniers facteurs expliquent notamment les différences constatées entre l’intensité des échanges commerciaux israéliens (équivalente aux groupes de têtes) et de ses voisins arabes.

6La question de la libéralisation des échanges entre l’UE et les PSEM est récurrente. Si les auteurs sont de toutes évidences favorables à une libéralisation des échanges, ils en soulignent cependant les limites. Les restrictions aux importations imposées par l’UE sont une contrainte indéniable, mais d’autres facteurs doivent être pris en compte. Ainsi, les exportateurs des PSEM bénéficient d’un coût moindre de la main d’œuvre mais entreront en compétition avec des producteurs dont la productivité du travail est plus élevée. Par ailleurs, ainsi que nous l’avons mentionné précédemment, les normes de qualités constituent un obstacle. L’ouverture totale du marché de l’EU n’induirait pas nécessairement une augmentation des exportations des PSEM. De plus, l’étude souligne les dangers d’une libéralisation brutale des échanges en particulier pour les agriculteurs des zones les moins favorisées des PSEM.

7De la revue des accords euroméditerranéens, on retiendra que la question agricole a peu évolué et que la dissymétrie des échanges en faveur de l’EU incite peu cette dernière à réformer sa politique de régulations des échanges.

8Le rapport envisage trois stratégies en matière de libéralisation des échanges pour en limiter les effets négatifs :

  • Une libéralisation graduelle des échanges agricoles.

  • La mise en place de mesures d’accompagnement portant en particulier sur un soutien aux agricultures pluviales qui seront le plus fortement concurrencées ainsi qu’aux groupes sociaux et aux territoires les plus vulnérables

  • La consolidation de l’intégration interarabe et l’ouverture vers d’autres marchés que l’EU.

9La gestion des ressources et plus particulièrement de l’eau, des sols et de la végétation est abordée de façon beaucoup plus succincte que l’analyse des échanges commerciaux. On peut ici regretter que cette question ne soit pas traitée en relation plus étroite avec celle des échanges.

10La section consacrée à la pêche en Méditerranée est intéressante à double titre. Elle présente une analyse détaillée de l’activité, des ressources, des habitats marins, des techniques de pêche et des marchés des produits de la pêche. Cette section est, de plus, richement illustrée par des photos et des schémas. Par ailleurs, l’analyse du secteur met clairement en lumière les difficultés et obstacles en matière de mise en place d’une politique régionale de gestion des pêches. Les tentatives de régulation de la pêche en Méditerranée ne sont pas récentes. La Commission générale des pêches date en effet de 1952. Il semble urgent de s’atteler aux problèmes de l’épuisement des stocks, de la diminution des captures ainsi que de la surcapacité des flottilles. Les produits de la pêche méditerranéenne sont concurrencés par les importations provenant d’autres régions mais l’analyse des marchés montre que les débarquements ne couvrent pas la demande.

11L’UE dispose d’une politique commune de la pêche dont l’efficacité est réduite. Si une réforme s’impose, un des problèmes de fond demeure la définition des zones d’exclusion économique et des zones de protection de la pêche.

12Au-delà de la pêche en tant que telle, le rapport 2002 du CIHEAM illustre bien les problèmes de gestion d’une ressource commune du fait notamment de la relative méconnaissance de la ressource, du manque de volonté politique et de la faible participation des acteurs privés.

13Le rapport propose des objectifs de gestion et la création d’instruments de définition des objectifs et de suivi de l’activité. Mais il est clair que ces instruments ne sont qu’un élément de solution. L’exemple de la pêche en relation avec les échanges agroalimentaires souligne le besoin d’une politique régionale de coopération économique, scientifique et technique allant bien au-delà des accords existants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronald Jaubert, « Développement et politiques agro-alimentaires dans la région méditerranéenne. Rapport annuel 2002. Centre International de Hautes Etudes Agronomiques Méditerranéennes, Paris, 247 p.fr », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 105-106 | janvier 2005, mis en ligne le 06 décembre 2011, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/2776

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page