Navigation – Plan du site
Première partie – Figures mythiques des mondes musulmans

Les transformations de l'image de Saladin dans les sources occidentales

The transformations of the image of Saladin in Western Sources.
Jean Richard
p. 177-187

Résumés

Le personnage de Salāh al-din Yūsuf, officier kurde au service de Nūr al-dïn devenu maître de l'Égypte puis de Damas et enfin d'Alep, et fondateur de l'empire ayyoubide, a été fort controversé de son vivant avant de devenir pour la postérité « le plus pur des héros de l'Islam ». Pour ses adversaires, les Francs d'Orient, il a de bonne heure suscité leur curiosité, et ceux-ci ont recueilli des informations qu'ils ont utilisées, dès avant 1187, dans un Carmen de Saladino où l'aventurier qu'il était à leurs yeux est présenté sous des traits peu recommandables. Son manque de fidélité envers ses maîtres est particulièrement souligné. Les coups très durs qu'il a portés aux Francs ont été assortis de traits de cruauté ; mais ce sont les manifestations d'un esprit chevaleresque, dont les valeurs étaient communes aux deux camps, qui ont vite retenu l'attention. Le trouvère Ambroise le regarde encore comme un ennemi fort capable de perfidie ; mais le traducteur de Guillaume de Tyr adoucit les remarques du livre qu'il mettait en français pour le rendre plus sympathique. Les textes de caractère épique où il apparaît dans la première moitié du XIIIe siècle (Estoires d'Outremer, Ordene de Chevalerie) accentuent ce caractère. Mais c'est dans le second cycle de la croisade qu'on le pare des qualités les plus éminentes qu'on attend d'un chevalier. On lui prête des origines chrétiennes (La fille du comte de Ponthieu) et on lui attribue le beau rôle, en insistant sur sa générosité et sur sa bravoure, en lui faisant arbitrer des controverses religieuses, en lui prêtant enfin une aspiration à une mort chrétienne, qui sont bien loin du portrait que faisaient de lui les Francs de la fin du XIIe siècle.

Haut de page

Notes de la rédaction

Avertissement :
Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs.

Texte intégral

  • 1  Rappelons que Saladin, bien que n'ayant pas été investi du titre de sultan par le calife de Bagdad (...)

1Une biographie de Saladin, parue il y a quelques années, avait pris pour titre Saladin, le plus pur héros de l'Islam. Toute une littérature, en effet, a exalté le premier « sultan » ayyoubide1, intrépide combattant de la foi, se consacrant entièrement à la lutte contre les infidèles, paré d'autre part de toutes les vertus du souverain. Cette littérature a pris naissance du vivant même de Saladin, dans le milieu des secrétaires et des gens de loi qui l'entouraient. 'Imād al-din al-Isfahāni, Bahā' al-din et d'autres ont consacré leurs livres à l'éloge du sultan. Mais ils ont rencontré des contradicteurs, notamment parmi ceux qui restaient attachés à la dynastie zengide qui régnait à Mossoul. Saladin ne manquait pas, dans ses lettres au calife abbasside, de se poser en serviteur dévoué du califat en insistant sur ce que toute sa politique visait à mettre fin à la domination des Francs en Syrie. Mais le calife lui-même, les souverains seljoukides, almohades, zengides et ortoqides, se montraient fort réticents à l'égard d'un personnage dont les ambitions leur paraissaient inquiétantes ; à leurs yeux, sous couvert de rassembler toutes les forces musulmanes contre les Francs, Saladin tendait à étendre son empire sur leurs propres territoires. Les Francs ont été parfaitement au courant de ces réticences, et ils ont su en tirer parti pour nouer des intelligences avec les adversaires du sultan...

2Rappelons que Salāh al-din Yūsuf (1138-1193), fils et neveu d'aventuriers kurdes au service de Nūr al-din, a dū sa fortune à son oncle Shïrkūh, le Syracon des Francs qui ont retenu son nom comme celui d'un héros de roman de chevalerie sans consistance historique (Richard, 1949). Ce dernier l'avait emmené avec lui en Egypte pour y affronter le roi Amaury de Jérusalem qui menaçait les Fatimides, et il s'était rendu maître du pays à la faveur du meurtre du vizir Shawār. Saladin, s'étant débarrassé de la garde soudanaise et arménienne du calife fatimide, avait tergiversé au moment de prononcer la déposition de celui-ci, malgré les mises en demeure de Nūr al-dîn. Il n'avait répondu que très mollement aux invitations de ce dernier qui le pressait d'éliminer les forteresses franques barrant la route de Damas au Caire, et son principal souci avait été d'affermir son pouvoir en Egypte. Nūr al-din étant mort en 1174, il s'était emparé de Damas et de Homs en dépossédant le fils de son ancien maître. Et il n'eut de cesse qu'il ne fūt parvenu à enlever Alep aux Zengides et à imposer son hégémonie à Mossoul et aux émirats voisins. Cette ascension avait été entrecoupée de campagnes menées contre les Francs, tant pour assurer les communications entre la Syrie intérieure et l'Egypte que pour profiter des faiblesses du dispositif défensif des chrétiens. Mais ces attaques n'avaient jamais été menées de façon continue, et Saladin avait très volontiers accordé des trêves aux Francs de manière à avoir les mains libres sur d'autres théātres d'opérations (Môhring, 1980, p. 2-11).

3Les choses changèrent en 1187 : se considérant comme provoqué par l'enlèvement d'une caravane effectué, bien qu'une trêve eūt été conclue avec le roi de Jérusalem, par un vassal de ce dernier, Renaud de Châtillon, profitant d'autre part des dissensions internes du royaume dans lesquelles il était intervenu en accordant sa protection au comte de Tripoli, Saladin avait réuni une grosse armée et il réussit à encercler et détruire celle d'Amaury à Hattin, le 4 juillet. Cette victoire écrasante lui donna la possibilité de conquérir sans grand effort la presque totalité des forteresses du royaume, en bloquant celles qui résistaient. Mais ses opérations contre le comté de Tripoli et la principauté d'Antioche furent entravées du fait de l'arrivée des premiers contingents de la troisième croisade, ceux du roi de Sicile. Et, dès 1189, il se trouva aux prises avec le gros de la croisade, le conflit se polarisant autour d'Acre que les Francs reprirent après deux ans de siège, sans pour autant se hasarder à aller attaquer Jérusalem ni pénétrer en Égypte.

4Conscient de ce que les forces s'équilibraient et confronté au découragement de ses troupes, Saladin se résigna à renoncer à son programme initial, l'élimination des Francs de Syrie. Les trêves de 1192 reconnaissaient la présence franque à Tyr, à Acre et dans les principautés septentrionales. Saladin avait épuisé ses forces dans cette lutte : il avait néanmoins réussi à recevoir l'aide, souvent symbolique, des autres princes musulmans et à faire ainsi figure de chef d'une coalition réunissant les forces de l'islam. Il est significatif de lire, dans les lettres que son fils adressa au calife de Bagdad au lendemain de sa mort, et dont Ibn Wāsil a conservé le texte, l'affirmation de ce rôle dirigeant.

5Cependant les souverains ayyoubides ne tardèrent pas à adopter une politique très réaliste : se proclamant les défenseurs de l'islam contre les infidèles, ils évitaient ce qui aurait pu susciter une croisade comparable à celle de 1188-1192. Lorsque des croisés débarquaient, ils réunissaient leurs armées, menaient campagne pour contenir les Francs, en attendant que la lassitude de ceux-ci permît le renouvellement des trêves. Et bientôt, ils s'habituèrent à faire entrer l'alliance franque dans leurs calculs au cours de leurs querelles familiales.

  • 2  Selon une lettre que Magnus de Reichenberg a insérée dans sa chronique et dont l'authenticité est (...)

6Ainsi, si Saladin avait pu leur apparaître comme un ennemi irréconciliable au temps de son ascension et tout au long de la croisade, les Francs s'étaient familiarisés avec son image et celle-ci avait pris une allure moins redoutable. Il ne faut pas perdre de vue, d'autre part, que de nombreux contacts leur avaient donné, bien avant 1187, la possibilité de s'informer de la carrière du sultan. Ils avaient noué des intrigues avec des éléments favorables à la dynastie fatimide, en Egypte, avec certains émirs opposés à Saladin en Syrie2, avec les Zengides de Mossoul, avec d'autres encore. Et il ne manquait pas de chevaliers francs qui, à un moment ou à un autre, étaient allés servir dans les pays musulmans et en avaient rapporté des informations (Richard, 1952). Aussi n'est-il pas surprenant que l'on voie se dessiner une figure de Saladin qui n'est pas seulement celle du chef de guerre que les Francs devaient affronter.

7L'historiographe des rois de Jérusalem, l'archevêque Guillaume de Tyr, à qui le roi Amaury avait confié le soin d'écrire l'histoire du royaume, connaît bien les campagnes d'Égypte et celles qui furent menées par la suite. Sous sa plume, Shirkūh apparaît comme un chef expérimenté, vaillant, extrêmement libéral. Son neveu Saladin est paré des mêmes qualités ; ses largesses, grâce à la prise de possession des richesses des Fatimides, lui permettent d'acheter les fidélités. Aucun élément légendaire ne figure encore dans ce texte à son propos ; on le dit seulement d'origine très modeste. Néanmoins le portrait se modifie avec les années, et Saladin devient un ennemi redouté, voire cruel — hostis noster inmanissimus — dont chrétiens et musulmans connaissent l'ambition insatiable. Et son comportement à l'égard du fils de son seigneur et bienfaiteur choque profondément l'historien latin, qui le regarde comme un usurpateur dépourvu de tout sentiment humain — spretis humanitatis legibus (Guillaume de Tyr, XX, p. 11 ; XXI, p. 6-8 et 29 ; XXII, p. 20).

8Quand prend fin la chronique de l'archevêque de Tyr, le relais est pris par les narrateurs qui nous ont laissé le récit de la conquête de la Terre Sainte. Saladin apparaît alors comme un vainqueur qui exerce ses vengeances sur les Templiers et les Hospitaliers captifs, et sur Renaud de Châtillon qui, pour avoir refusé de sauver sa vie au prix d'un reniement, fait figure de martyr (Hamilton, 1978).

9Le sultan a réduit en servitude une multitude de chrétiens ; mais on a surtout retenu le sort réservé aux habitants de Jérusalem et à ceux qui s'étaient réfugiés dans cette ville (Richard, 1999). Balian d'Ibelin a réussi à détourner Saladin de son intention de massacrer les hommes, en menaçant de faire exécuter les captifs musulmans qu'il avait entre ses mains. Mais le sultan s'est refusé à accorder aux assiégés les conditions libérales qu'il avait consenties aux défenseurs d'autres places pour se débarrasser de nids de résistance. Il a fallu que les chrétiens paient une rançon, l'esclavage restant le sort de ceux qui ne pouvaient pas payer. Néanmoins on a été frappé par diverses mesures généreuses dont ont bénéficié les pauvres sans valeur marchande, qui ont été laissés libres, ou les dames et demoiselles auxquelles il a rendu leurs maris. De tout cela ressortait une image assez contrastée, qui a été mise en évidence dans le récit que nous a laissé Ernoul, écuyer de Balian, pour les années 1187-1192.

10L'Estoire de la guerre sainte, écrite en vers par Ambroise vers 1200, d'après un texte latin composé dans l'entourage de Richard Cœur de Lion, a noté aussi bien la mise à mort systématique des prisonniers francs, répondant à celle d'une partie de la garnison musulmane d'Acre, que certains traits chevaleresques de la conduite du sultan envers son principal adversaire. Mais ce sont les historiens arabes qui nous font connaître les tractations qui se poursuivaient en vue de parvenir à un modus vivendi.

11C'est alors que l'on commence à s'intéresser plus particulièrement au personnage de Saladin. Gaston Paris, auquel nous devons un grand article qui reste la meilleure étude que nous ayons sur la légende de Saladin, avait daté de 1187 un Carmen de Saladino qui nous est parvenu incomplet, et qui pourrait avoir été composé un peu plus tard (Paris, 1893, p. 285). Ce poème latin, dont il a édité le texte dans la Revue de l'Orient latin en 1893, a rassemblé ce que l'on pouvait savoir des origines et de l'ascension de Saladin, au moins jusqu'à la bataille de Hattin. On n'y relève rien qui soit de nature à rendre le personnage sympathique. De naissance servile, il s'est insinué dans l'entourage de Nūr al-din dont il a séduit la femme. Il a assassiné un « juge intègre », qui n'est autre que le vizir Shawār, puis l'Amulane, c'est-à-dire le calife du Caire. Devenu maître des richesses de celui-ci, il s'est débarrassé par le poison de son maître Nūr al-din et a épousé la veuve de ce dernier, en dépouillant les enfants de celui-ci de leur héritage. Puis, ayant conquis sept royaumes, il s'en est pris aux chrétiens. Le chanoine de Londres, Richard de Holy Trinity, qui a traduit l’Estoire de la guerre sainte, ajoute un élément à cette histoire : selon lui, Saladin a commencé sa fortune en étant le maître des filles de joie de Damas (Paris, 1893, p. 286).

12On retrouve quelques traits de cette biographie fantaisiste, mais retenant quelques faits réels, dans le Pseudo-Ernoul, compilation qui incorpore le récit d'Ernoul dans un tissu déjà légendaire (Richard, 1987). C'est là qu'apparaît l'épisode de la captivité de Saladin chez les Francs, auxquels Nūr al-din l'aurait racheté. Le fondement en est peut-être le fait qu'après la capitulation d'Alexandrie, qu'il avait défendue contre les Francs, en 1167, Saladin s'était rendu au roi Amaury, qui l'avait gardé dans son camp jusqu'à la fin des négociations entreprises pour obtenir le départ d'Egypte des troupes de Shirkūh (Guillaume de Tyr, XIX, p. 21 et 32). Ici aussi Saladin est donné comme ayant fait assassiner le calife du Caire et épousé la veuve de Nūr al-din.

13Mais déjà, dans les années 1220-1230, se dessine une image plus favorable. Dans son Dialogus miraculorum (IV, 15), Césaire de Heisterbach rapporte les dires d'un de ses moines, qui était parti en Terre Sainte en 1187 et dont le navire avait donné dans le port d'Acre au moment où les musulmans venaient de s'en emparer. Il se serait entretenu avec un émir qui savait le français pour l'avoir appris à Jérusalem avant la guerre et qui lui avait fait un tableau fort noir des vices des chrétiens de Terre Sainte. Selon lui, c'était à cause de la conduite de ceux-ci peu conforme à la morale chrétienne que Saladin, qui les avait traités « assez généreusement », s'était décidé finalement à les expulser. Le sultan apparaît ainsi comme faisant écho aux propos des moralistes soucieux d'expliquer par les fautes des chrétiens d'Orient la chute de la Terre Sainte. Saladin n'est plus que le sultan généreux, qui se serait fait une haute idée du christianisme.

14Une étude récente (Jubb, 1996) a montré comment la traduction française de l'œuvre de Guillaume de Tyr connue sous le nom à 'Estoire d'Eracles, rédigée vers 1231, avait assorti la mention du nom du sultan de qualificatifs élogieux qui ne figuraient nullement dans le texte de la chronique originale.

  • 3  Gaston Paris avait tenté d'expliquer l'apparition d'Onfroi en supposant une confusion due à ce que (...)

15Cette image plus favorable se révèle également à propos de l'épisode de la « chevalerie Saladin ». Déjà, dans les premières années du XIIIe siècle, Richard de Holy Trinity raconte comment Saladin, durant sa captivité au Crac de Moab dont le seigneur était alors Onfroi de Toron (1169-1172), s'était fait armer chevalier par ce preux3. Cet épisode fournit l'argument du poème de Ordene de chevalerie qui, pour exalter les vertus de la chevalerie, place dans la bouche de Huon de Tabarié, autre héros franc, alors captif du sultan, un exposé des exigences de l'état de chevalier, qui décide Saladin à lui demander de lui conférer celui-ci. La captivité de cet Huon de Tabarié est un fait bien établi, qui se situe en 1179-1180 ; nous savons par un historien musulman (Abu Shamah, p. 200) que le « fils de la comtesse » (Hugues était en effet le fils d'Échive de Tibériade, remariée au comte Raymond III de Tripoli) s'était vu demander une rançon de 55 000 dinars. Dans le poème, le sultan se montre particulièrement libéral : il relâche gratuitement dix chevaliers que Huon lui désignera et il demande à celui-ci de fixer lui-même le montant de sa rançon. Huon propose une très grosse somme ; Saladin et ses émirs la fournissent eux-mêmes (Richard, 1982).

16Saladin est également donné comme ayant été armé chevaber « à la mode française » dans les Estoires d'Outremer, une histoire légendaire du royaume de Jérusalem qui date du XIIIe siècle (Richard, 1987). Cette histoire s'associe à celle du « bon roi Saladin qui tant fut prud'homme et renommé de bien ». On lui attribue une biographie fantaisiste : il n'est désormais plus question de ses origines modestes. On fera de lui, dans la chanson de Saladin, le fils d'un sultan de Damas (Crist, 1972, p. 24-27) ; ailleurs l'héritier légitime du royaume d'Alexandrie qu'il doit reconquérir sur son oncle Alfadin (Paris, 1893, p. 287). Et cette généalogie imaginaire permet de le rattacher à un grand lignage d'Occident. Le roman de La fille du comte de Ponthieu dont les premières versions remontent au XIIIe siècle (Brunei, 1923) raconte comment cette noble dame, injustement soupçonnée par son mari, Thibaut de Damait, et abandonnée en mer, aurait été recueillie par des marchands qui la vendent au sultan d'Aumarie (Almeria). Celui-ci la rend mère d'une fille, la Belle Chétive, qui épouse un Malakin de Baudas (Bagdad) dont elle a une fille, la mère de Saladin. Des variantes modifient peu ou prou cette généalogie, qui a pour effet de doter Saladin d'un cousinage occidental qu'il va retrouver à la faveur de la croisade et avec lequel il courra les aventures.

  • 4  Cette anecdote est aussi rapportée par l’Estoire d’Eracles et par Ernoul ; dans certaines versions (...)

17Celles-ci vont nourrir les romans du « second cycle de la croisade » qui entrelaceront une « geste » de Saladin avec celle des descendants du Chevalier au Cygne, celle-ci reprenant au plan légendaire une histoire du royaume de Jérusalem devenue méconnaissable (Cook et Crist, 1972). Ce n'est que tardivement qu'on réintroduira dans Saladin le récit de la prise de Jérusalem et de la campagne qui suivit, emprunté essentiellement à Ernoul, mais où sont exaltées, et la générosité du sultan, et sa chevaleresque conduite à l'égard de Richard Cœur de Lion, à qui Saladin avait envoyé un cheval pour le remonter au cours de la bataille de Jaffa, épisode que relate Ambroise en attribuant ce geste au frère du sultan, al-Malik al-'Ādil4.

18Mais l'imagination se donne libre cours quand on nous dépeint Saladin parcourant l'Occident avec son cousin Jean de Ponthieu et l'inusable Huon de Tabarié, que ce soit pour comparer les réalités de la chevalerie avec l'idéal esquissé par ce dernier, pour s'informer des desseins des chrétiens, voire pour conquérir l'Angleterre : ici on peut retrouver un lointain écho de la lutte menée contre Richard Cœur de Lion et le Pas Saladin a pu faire penser à une transposition de la bataille de Jaffa dont l'Estoire de la guerre sainte avait laissé un récit animé d'un souffle épique. Les aventures amoureuses s'y ajoutent, le sultan détournant la reine de France de ses devoirs et les chevaliers Francs conquérant les faveurs des dames de la famille sultanale. On nage en plein roman de chevalerie, et Saladin fait figure de héros de roman ; ne nous étonnons pas si telle grande famille donne à ses fils le nom de Saladin sous le prétexte que celui-ci avait libéré leur ancêtre de captivité dans un geste de pure magnanimité...

19Mais le sultan a aussi pris un autre caractère, et cela de bonne heure. Pendant la septième croisade, Joinville s'est entretenu avec l'émir dont il était le prisonnier, et on les voit évoquer (Joinville, § 331) un mot de Saladin à propos de la sincérité de la conversion à l'islam de tous les marins de la nef de Joinville : le sultan aurait dit que d'un mauvais chrétien on ne ferait jamais un bon Sarrasin... Ainsi commence-t-il à faire figure de sage roi, et on lui attribue le rôle dominant dans les contes moraux où sont mises en parallèle les trois religions apparentées, islam, judaïsme et christianisme, par exemple dans le Dit des trois anneaux (Paris, 1885). Le combattant de l'islam se mue de la sorte en un sage détaché de la rigueur des dogmes, ce qui n'est pas la moins surprenante de ses métamorphoses. Il est vrai qu'il est commode pour un moraliste de placer dans la bouche d'un infidèle des remarques sur les défaillances des chrétiens à vivre leur foi : on l'a vu à propos de Césaire de Heisterbach ; et, vers le même temps (autour de 1215), Gautier de Corbeil racontait que Saladin serait venu à Jérusalem par curiosité de s'informer des mœurs des chrétiens, et qu'il aurait été détourné de la tentation d'embrasser le christianisme en voyant comment vivaient les prélats (Paris, 1893, p. 293-294).

20À l'origine de l'idéalisation de la figure du sultan, il y a sans doute un certain nombre d'épisodes qui ont frappé l'imagination : la liberté accordée à bon nombre des chrétiens de Jérusalem ; tel geste de courtoisie comme la fourniture d'un cheval en pleine bataille au roi Richard. Mais nous croyons qu'il faut tenir compte d'un autre élément. Saladin n'a pas été le seul chef « païen » à bénéficier post mortem d'un traitement qui l'assimile aux héros chrétiens. Dès le lendemain de la première croisade, Kurbuqa, cet atabeg de Mossoul qui avait mis les croisés en si grand danger sous Antioche, se voit attribuer des sympathies pour les chrétiens et pour leur foi ; une des versions de la Chanson des Chétifs évoque sa conversion, et la Chrétienté Corbaran a été un des éléments du second cycle de la croisade. Autre redoutable adversaire des Francs, l'atabeg de Damas Tughtakin, qui vivait dans le premier tiers du XIIe siècle et que l'on appelait Dodequin, devient un « roi païen régénéré » — il aurait reçu le baptême en prenant le nom de Hugues ; c'est lui qui devient Huon de Tabarié (Richard, 1982). Saladin lui-même, dans certaines versions de la légende, est donné comme ayant demandé le baptême, voire comme s'étant baptisé lui-même à l'article de la mort (Paris, 1893, p. 296-299).

21Sans doute les auteurs des romans de chevalerie du cycle de la croisade se sont-ils pris d'admiration pour les grands preux que les croisés avaient trouvés en face d'eux et pour des exploits relevant de leur conception de la « prouesse ». Ce sentiment, des musulmans l'éprouvent de leur côté, et les souvenirs d'Usāma ibn Munqidh sont remplis de témoignages de cette estime réciproque, Francs et musulmans partageant certaines valeurs chevaleresques (Derenbourg, 1886, p. 467-498). Dans la littérature épico-romanesque, cette estime prend des proportions plus grandes encore, et il devient difficile pour le poète de laisser ces héros mourir dans l'impénitence finale.

22La transformation d'un souverain musulman en un chevalier répondant aux critères du monde chrétien n'est donc pas un fait isolé. Elle est le fruit d'une évolution, étonnamment rapide dans le cas de Saladin, au cours de laquelle ont été oubliés les griefs, les accusations de perfidie ou de cruauté, pour ne retenir que la pratique commune des vertus du chevalier, et notamment de la « largesse » que déjà Guillaume de Tyr relevait comme un des traits dominants de sa personnalité.

Haut de page

Bibliographie

1. Sources

ABU SHAMAH, 1848, M.-C. Barbier de Meynard (trad.), Le livre des deux jardins, dans Recueil des historiens des croisades, Historiens orientaux, IV, Paris.

BRUNEL, Cl, 1923, La fille du comte de Ponthieu, conte en prose : versions du XIIIe et du XV siècles, Paris (Société des anciens textes français, 35).

CÉSAIRE DE HEISTERBACH, 1851, J. Strange (éd.), Caesarii Heisterbacensis Dialogus miraculorum, 3 vol., Cologne. CRIST, L.S. 1972, (éd.), Saladin. Suite et fin du second cycle de la croisade, Genève, Droz (Textes littéraires français).

GUILLAUME DE TYR, 1986, R. B. C. Huygens (éd.), Willelmi Tyrensis archiepiscopi chronicon, identifications etc. par Mayer, H. E. et Rôsch, G., Turnhout, Brepols, 2 vol. (Corpus christianorum, Continuatio medievalis, 63 et 63 A).

JOINVILLE, 1995, J. Monfrin (éd.), Vie de Saint Louis, Paris, Dunod.

2. Études

COOK, R.F., CRIST, L. S., 1972, Le second cycle de la croisade. Deux études sur son développement, Genève, Droz.

DERENBOURG, H., 1886, Ousama ibn Mounkidh. Un émir syrien au premier siècle de la croisade, I. Vie d'Ousama, Paris (Publications de l'École des langues orientales vivantes, 2e série, 12).

HAMILTON, B., 1978, « The Elephant of Christ. Raynald of Chatillon », Studies in Church history, 15, p. 97-108 ; rééd., 1979, dans Monastic Reform, Catharism and the Crusades, 900-1300, Londres, Variorum.

JUBB, M., 1996, « Saladin vu par Guillaume de Tyr et par l'Eracles : changement de perspective », dans M. Balard, (dir.), Autour de la première croisade. Actes du colloque de la Society for the study of the crusades and the Latin East (Clermond-Ferrand, 22-25 juin 1995), Paris (Byzantina Sorbonensia, 14). [On attend du même auteur la parution prochaine d'un ouvrage sur Saladin dans la littérature occidentale du Moyen Âge aux temps modernes].

LILIE, R.J., 1993, Byzantium and the crusader states. 1096-1204, J.C. Morris et LE. Ridings (trad.), Oxford, Clarendon.

MÔHRING, H., 1980, Saladin und der dritte Kreuzzug, Wiesbaden, Steiner (Frankfurter historische Abhandlungen, 2).

PARIS, G., 1885, « La parabole des trois anneaux », Revue des études juives, XI, p. 1-17.

1893, « La légende de Saladin », Journal des Savants, p. 284-299, 354-365, 428-438, 486-498.

RICHARD, J., 1949, « La chanson de Syracon et la légende de Saladin », Journal Asiatique, 123, p. 155-157 ; rééd. 1977 dans Les relations entre Orient et Occident au Moyen-Âge, Londres, Variorum.

1976, « About an account of the battle of Hattin referring to the Frankish mercenaries in Oriental Moslem States », Speculum, 27, p. 168-177 ; rééd. 1976 dans Orient et Occident au Moyen-Âge. Contacts et relations, Londres, Variorum.

1982, « Huon de Tabarié : la naissance d'une figure épique », dans La chanson de geste et le monde carolingien. Mélanges René Louis, Saint-Père-sous-Vézelay, II, p. 1073-1078 ; rééd. 1983 dans Croisés, missionnaires et voyageurs, Londres, Variorum.

1987, « L'arrière-plan historique des deux cycles de la croisade », dans K.H. Bender (dir.), Les épopées de la croisade. Premier colloque international, Trèves 1984, Stuttgart, Steiner, p. 6-16, (Zeitschrift fur franzôsische Sprache und Literatur, Beiheft 11) ; rééd. 1992, dans Croisades et États latins d'Orient, Aldershot, Variorum.

1999, « Les prisonniers et leur rachat au cours des croisades », dans Fondations et œuvres charitables au Moyen Age, (Actes du 121e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nice, 1996), Paris, CTHS, p. 63-73.

TOLAN, J.V., 1997, « Mirror of chivalry : Salah al-Din in the Medieval European imagination », dans D. D. Blanks (dir.), Images of the other. Europe and the Muslim world before 1700, Le Caire, American University Press, p. 7-38 (Cairo Papers in Social Sciences, vol. 18, monograph 2). [Cet important article a paru postérieurement à la rédaction de notre étude et nous ne pouvons qu'y renvoyer].

Haut de page

Notes

1  Rappelons que Saladin, bien que n'ayant pas été investi du titre de sultan par le calife de Bagdad, n'en a pas moins été couramment désigné ainsi, comme l'avaient été avant lui les grands vizirs des califes du Caire dont il avait pris la place (Guillaume de Tyr, XIX, p. 20).

2  Selon une lettre que Magnus de Reichenberg a insérée dans sa chronique et dont l'authenticité est débattue (Lilie, 1993, p. 232-239), les parents de nobles sarrasins que Saladin avait fait étrangler auraient averti les Francs de la collusion des frères Ange, expulsés de Byzance, avec le sultan auprès duquel ils auraient trouvé refuge, ce qui aurait provoqué l'arrestation de l'un d'eux, le futur Alexis III, quand il passa par les terres franques pour regagner Constantinople.

3  Gaston Paris avait tenté d'expliquer l'apparition d'Onfroi en supposant une confusion due à ce que son nom (Hunfredus de Torono) commençait par les mêmes lettres que celui de Huon de Tabarié (Paris, 1893, p. 290), ce qui n'emporte pas la conviction.

4  Cette anecdote est aussi rapportée par l’Estoire d’Eracles et par Ernoul ; dans certaines versions, on dit que le cheval ainsi offert était vicieux, que Richard s'en aperçut et le renvoya au sultan qui lui en aurait envoyé un meilleur. Sans doute est-ce là un enjolivement de cet épisode.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Richard, « Les transformations de l'image de Saladin dans les sources occidentales », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 89-90 | juillet 2000, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/279

Haut de page

Auteur

Jean Richard

Membre de l'Institut, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page