Navigation – Plan du site
II. Lectures

Egypte(s) littérature, dossier dirigé par Stéphanie Dujols et Richard Jacquemond, La pensée de Midi, 12, Printemps 2004, Aix, Actes Sud.

Catherine Miller
p. 324-325

Texte intégral

1Ce numéro thématique de la revue La Pensée de Midi est consacré à la littérature égyptienne contemporaine en offrant un choix de textes récents (parus entre 1997 et 2003) et dont les auteurs n’ont  jamais été traduits en français, à l’exception d’Ibrahim Aslan. Les textes sélectionnés, qui sont, pour la plupart, des extraits de roman, reflètent la richesse et la diversité de la production romanesque égyptienne. Ce numéro est également un hommage à une très belle revue alexandrine, Amkenah « Lieux » qui propose des textes anthropologiques ou littéraires accompagnés d’une belle iconographie photographique. On retrouve dans ce numéro de la Pensée de Midi, la même atmosphère, la même sensibilité, la même attention donnée à la photographie noir et blanc que dans la revue Amkenah. Bien que les coordinateurs de ce numéro annoncent qu’il ne s’agit que d’une contribution modeste pour faire découvrir une nouvelle génération d’auteurs, et en aucun cas d’un panorama de la production égyptienne contemporaine, on retrouve dans ce numéro tous les auteurs qui ont marqué la scène littéraire égyptienne de ces dix dernières années. La qualité de la sélection tient, sans nul doute,  à la très grande connaissance que Stéphanie Dujols et Richard Jacquemond ont de l’Égypte et de ses écrivains. On saluera également le très beau travail de traduction, qui permet de lire ces textes avec beaucoup de plaisir.

2Le dossier est introduit par un article de Richard Jacquemond qui  retrace l’évolution du milieu littéraire égyptien de Naguib Mahfouz aux toutes nouvelles générations et qui évoque les contraintes auxquelles doivent faire face les écrivains. Il décrit les liens complexes qui unissent l’écrivain à l’état mais aussi à la société et souligne que le rapport au pouvoir est marqué par une tension entre normativité et liberté. D’un côté de très fortes contraintes politiques, esthétiques et morales qui brident l’expression littéraire ; des tendances très fortes à la censure et à l’autocensure. De l’autre, la fraction la plus autonome des écrivains n’a cessé de lutter, à l’instar d’un écrivain comme Sonallah Ibrahim, pour se libérer de ses contraintes. L’écrivain, qui est à l’interface entre la société et le pouvoir, se veut souvent engagé, et décrit le monde social en espérant l’améliorer ou le changer. Mais certains optent plutôt pour l’introspection et la subjectivité, surtout dans les périodes de doute et de désespoir, comme pour la génération des années 1990, suite à la guerre du Golfe. Enfin, les écrivains doivent composer et se situer dans le rapport complexe que l’Égypte entretient avec l’étranger, dans cette tension entre altérité et identité, qui marque toute la production littéraire arabe moderne.  

3Alors que l’enseignement et la recherche sont dans un état catastrophique, que le cinéma et le théâtre égyptien sont au plus bas, la littérature égyptienne et les arts plastiques se portent bien, très bien même, comme l’illustre ce numéro qui témoigne également de la montée en puissance des femmes écrivains. L’article de R. Jacquemond est accompagné de petites vignettes mentionnant les grands noms de la littérature égyptienne contemporaine : Sonallah Ibrahim, Naguib Mahfouz, Gamal Ghitany, Edouard Al-Kharrat, Nabil Naoum, Baha Taher, Mohammed El Bisatie, Youssif Idris, Naguib Sorour, Yahya Taher Abdallah, May Telmissany, Miral Tahawy. Tous ou presque ont été traduits en français (ou en anglais) et ont accédé à une reconnaissance internationale.

4Les auteurs dont des extraits sont ici traduits et publiés pour la première fois en français sont évidemment encore inconnus du public français mais quelques uns ont acquis une notoriété certaine en Egypte comme le très prolixe Khayri Chalabi. Les textes sont extraits des œuvres de Alaa El-Assouani (dont le roman L’immeuble Yacoubian a été considéré comme un événement littéraire au Caire), Khayri Chalabi, Hamdi Abou-Golayyel, Ibrahim Aslan, Iman Mersal, Yasser Abdel Latif, Mona Prince, Mansoura Ezzedine, Somaya Ramadan, Moustafa Zikri. Ce sont les dignes héritiers de la génération des années soixante et nul doute qu’avec eux, la littérature égyptienne a encore de beaux jours devant elle.

5En lisant ces extraits de romans et de nouvelles, dont beaucoup décrivent la cité, le Caire en particulier avec son centre-ville, ses vieux immeubles bourgeois, les rues des quartiers populaires, ses quartiers périphériques, on est frappé par la liberté de ton et de style, par l’acuité du regard critique porté sur la société et soi même, par la sensualité et la présence des corps. Aucun des travers qui affectent si durement le cinéma égyptien ne sont ici perceptibles : l’humour n’est jamais caricatural, le style n’est jamais bâclé ni convenu.

6La littérature égyptienne reste actuellement le meilleur et le plus agréable moyen d’appréhender la société égyptienne à travers ses voix individuelles multiples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Egypte(s) littérature, dossier dirigé par Stéphanie Dujols et Richard Jacquemond, La pensée de Midi, 12, Printemps 2004, Aix, Actes Sud. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 111-112 | mars 2006, mis en ligne le 31 mars 2006, consulté le 27 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/2901

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page