Navigation – Plan du site
II. Lectures

Borg Alexander, A comparative glossary of Cypriot Maronite Arabic (Arabic-English), with an Introductary Essay, Brill, Leiden / Boston, 2004, pp. IX-XXVIII + 486 p.

Arlette Roth
p. 353-361

Texte intégral

1Dans cet ouvrage Alexander Borg parachève un ensemble de travaux qu’il a consacrés au cours des vingt dernières années à une variété d’arabe proche-oriental implantée en Chypre depuis plus d’un millénaire. Cette variété a la particularité de fonctionner à l’écart de toute influence de l’arabe écrit et sans interférences avec d’autres variétés d’arabe dialectal, ce qui lui donne, aux yeux de l’auteur, le statut d’objet scientifique idéal en matière de dialectologie arabe. L’arabe chypriote a subi, néanmoins, l’influence des variétés du grec en usage en Chypre, dans un contact permanent au long de plusieurs siècles, ce qui n’a pas manqué de modifier profondément ses structures et son caractère sémitique.

2Dans sa première étude consacrée à l’arabe maronite de Chypre (1985) - dont le sous-titre précise bien le caractère originellement circonscrit de cet usage au village de Kormakiti - Alexander Borg expose le système phonologique, le système morphologique et le fonctionnement du dialecte dans le dernier quart du xxe siècle. La référence aux structures phonologiques et morphologiques de l’arabe dit ancien (altarabisch ou old Arabic, abrégé OA) est présente et détermine le cadre descriptif, comme ce fut longtemps et comme c’est encore le cas dans un certain nombre de monographies dialectales. La perspective historique et l’attention portée à la diachronie, que des orientations linguistiques de la seconde moitié du XXème siècle ont cherché à mettre en cause au profit d’autres cadres théoriques et descriptifs, n’ont jamais été reniées par l’école allemande de dialectologie. A. Borg s’inscrit dans ce courant. Ce premier ouvrage pose les bases de son diagnostic quant à l’origine et aux (af)filiations1 du parler décrit, par rapport au continuum géolinguistique des dialectes arabes du Proche-Orient. L’étude présente aussi un important aspect contrastif, par la signalisation de calques, en référence aux usages grecs et à la pratique pluriséculaire du bilinguisme chez les arabophones chypriotes.

3Dans un article de 1997, A. Borg établit et commente de façon fine et approfondie la recomposition du système phonologique de cette variété sous l’influence du grec. La démonstration illustre parfaitement un processus dans le contact que D. Cohen (1973) avait, sur la base d’indices plus limités, identifié et désigné sous le nom de “transfert de normes”.

4Enfin, dans une troisième étude (1994), l’auteur, locuteur natif et spécialiste du maltais, attentif aux similitudes qui caractérisent deux langues méditerranéennes considérées comme indépendantes l’une de l’autre – l’arabe maronite de Chypre et le maltais –, dégage parallélismes et divergences dans leurs évolutions et leurs statuts respectifs.

5Les objectifs et les perspectives théoriques et méthodologiques esquissées par A. Borg dans ces différentes études trouvent un prolongement dans le présent ouvrage. Le choix des constituants du titre signale la préséance accordée à l’entreprise lexicographique. La priorité conférée aux “histoires de mots” s’enracine dans une solide tradition de comparatisme lexical en sémitique selon deux approches diversement pondérables : la simple mise en évidence de correspondances et/ou celles de filiations. Il semble que A. Borg s’inscrive dans cette dernière, dans une réflexion teintée d’essentialisme et de diffusionnisme. La perspective diachronique hautement prisée et revendiquée vise à établir (af)filiations et continuités.

6Le premier but assigné à la constitution de ce glossaire est la présentation du stock lexical du dialecte concerné, dans sa spécificité historique et culturelle. L’emploi du terme “glossary” en souligne l’ancienneté et l’étrangeté ; A. Borg le qualifie souvent d’intriguing. Sur une base relativement limitée – comportant selon A. Borg 720 racines et selon mes calculs quelque 881 entrées radicales et quelque 1980 entités lexicales en tenant compte des affixes – viennent se greffer en nombre des données introduites pour la comparaison, arabes ou plus largement sémitiques, anciennes et contemporaines. Ces apports constituent une part importante de la matière de ce glossaire étymologique et comparatif. A. Borg parie sur une certaine exemplarité du noyau lexical initial, au plan linguistique et ethnographique. À un niveau plus général, il affirme la pertinence des apports lexicaux des dialectes dits périphériques, catégorie dont relève le dialecte arabe maronite de Chypre (abrégé CyA). Ces dialectes livrent une contribution significative au thesaurus dialectal et fournissent des indices précieux pour la reconstitution de l’histoire de l’arabe en général. L’autonomisation de ces variétés et leur évolution à l’écart du monde arabe, hors de l’influence de l’arabe standard jugée gravement homogénéisante et réductrice, permet de repérer des archaïsmes et des strates linguistiques que contacts et mélanges successifs ont effacés ou brouillés dans l’évolution des dialectes plus typiques du cœur de l’arabophonie (mainstream dialects).

7Enfin, aux données fournies par les dictionnaires et lexiques connus est venue s’ajouter une riche documentation nouvelle résultant de l’effort concerté d’exploration, de description et de caractérisation dialectales entrepris par l’école allemande de dialectologie en Anatolie du Sud-Est, en Syrie et récemment dans les provinces méditerranéennes du Sud de la Turquie, à la fois dans le domaine de l’arabe périphérique et du néo-araméen. Ces recherches s’inscrivent dans le sillage des travaux pionniers de H. Blanc, auquel A. Borg rend un vibrant hommage, études poursuivies par O. Jastrow, auquel A. Borg est également redevable.

8La présentation du glossaire est précédée d’une introduction. Aux deux thèmes précédemment abordés, l’(af)filiation de CyA aux dialectes arabes proche-orientaux et la mise en évidence du substrat araméen, s’ajoute le thème de la continuité entre CyA et l’arabe dit chrétien. Dans le traitement de chacun de ces trois thèmes, la démonstration s’appuie sur des listes de discriminants phoniques et morphologiques et sur le lexique. Une originalité dans la démarche d’A. Borg réside dans le fait qu’il situe CyA non seulement par rapport à l’ensemble arabophone et araméophone, mais qu’il en traite également dans son environnement chypriote et méditerranéen, d’un point de vue socio-culturel et socio-historique. Il rend compte des représentations et des symboles qui s’attachent à l’emploi d’usages linguistiques distincts dans les communautés maronite et grecque orthodoxe, au carrefour entre Occident et Orient. Il introduit par citations et renvoie toute une littérature scientifique qui analyse la vision des grécophones.

9Dans l’espace méditerranéen, le cas posé par l’arabe maronite chypriote est loin d’être isolé. La communauté maronite de Chypre s’intègre dans une mosaïque de petites communautés méditerranéennes caractérisées par l’emploi d’une langue particulière qui les distingue à l’intérieur des états nationaux concernés. Le fonctionnement en isolat loin des langues sources est commun à cet ensemble.

10Le premier dessein de l’ouvrage est ancré dans le sémitique et s’inscrit dans les disciplines dont l’auteur est spécialiste, selon des méthodes éprouvées, et se fonde sur un solide travail de terrain et des données linguistiques de première main. Le second volet de la recherche – les aspects anthropologiques du fonctionnement d’un isolat arabe par rapport au(x) territoire(s)-source(s) au Proche-Orient et dans le cadre méditerranéen en référence aux langues et cultures en contact – se présente comme une tentative de dépassement et de renouvellement des cadres conceptuels de la dialectologie arabe traditionnelle, assez vivement interpellée et invitée à se renouveler, par l’ouverture vers les sciences humaines. L’auteur voudrait substituer une “dialectologie humaniste” à une “dialectologie taxinomique”. Dans cette orientation, son propos tend à s’appuyer moins sur des enquêtes et des analyses personnelles que sur un maillage dense de citations de nombreux spécialistes, retenus comme garants du traitement de thèmes comme la loyauté linguistique et la conscience identitaire, l’obsolescence linguistique, la vocation patrimoniale des “petites” langues en danger, la nécessité de sauvegarder la diversité linguistique et culturelle, le devoir de sensibiliser à cet effet les locuteurs des langues menacées. Les accents sont militants. Cette partie de la recherche prend un caractère plus spéculatif et confère à certains développements l’allure d’un essai, foisonnant d’idées, riche en hypothèses qui mériteraient parfois un examen critique et souvent une discussion ouverte.

11L’ouvrage se présente comme suit : après les remerciements, la liste des différentes abréviations et des symboles (p. IX-XVI) figurent l’avant-Propos (p. XVII-XXIII), l’introduction (p. 1-88), la liste des sources utilisées (p. 89-132, avec 699 œuvres citées), le glossaire arabe chypriote–anglais proprement dit (p. 133-473), suivi d’un index anglais (p. 477-486, avec 1067 entrées), comportant les renvois aux entrées radicales arabes correspondantes.

12Dans l’organisation de l’exposé introductif, des recoupements se produisent entre certains chapitres, ce qui n’a rien de gênant en soi. Mais les formulations, les notions techniques et les mentions des territoires connaissent un certain flottement dans les emplois. On se prend à regretter l’absence d’un index des notions et des termes techniques utilisés. Dans le problème complexe de l’articulation de la catégorisation linguistique et de sa projection dans un espace relativement circonscrit, et lié de surcroît à la constitution d’ensembles cohérents, quelles sont, par exemple, les équivalences ou les différences entre des désignations comme “Grande Syrie”, groupe “syro-libanais” ou “groupe syro-palestinien” ? Dans l’emploi de termes techniques, il y a des glissements de sens. Ainsi communal dialect est utilisé en trois endroits au moins en trois sens différents. Le terme affiliation déjà évoqué semble désigner tantôt le partage en synchronie d’affinités autorisant des regroupements, et tantôt suggère des affiliations dans une perspective historique. Un index permettrait une meilleure vue d’ensemble et contribuerait à l’acuité de l’analyse. Dans le stimulant bouillonnement d’idées qui caractérise la démarche de A. Borg ce serait un guide précieux.

13Résumer et gloser le contenu de chaque chapitre, surtout quand il n’est pas toujours structuré, paraît peu compatible avec la taille normale d’un compte rendu. Il y a un très grand nombre de discussions philologiques intéressantes, qui mériteraient d’être mentionnées et discutées. Mais il est difficile de rendre compte de commentaires sur les unités composant un glossaire. Aussi, les observations seront-elles regroupées sur les aspects majeurs : la recherche des (af)filiations et des traces de substat araméen, et la présentation du glossaire. On ajoutera quelques remarques sur le thème de la loyauté linguistique et la conscience identitaire.

14(Af)filliation, traces de substrat et d’adstrat

15Dans les pages liminaires de l’ouvrage, le dialecte arabe maronite de Chypre est cursivement défini comme un usage linguistique oral, pratiqué par un groupe ethno-religieux particulier (communal dialect), qui présente des affinités certaines avec des dialectes arabes du Nord de la Syrie et du Sud (méditerranéen) de la Turquie. Il est considéré comme une langue en danger et identifié comme un dialecte “périphérique”. Selon la définition proposée par A. Borg , ce type implique l’isolement linguistique et culturel par rapport aux pays arabes proprement dits, l’impact de langues non sémitiques modifiant les structures d’origine, la rupture de “la chaîne d’intercompréhension, par rapport aux dialectes arabes typiques (mainstream), la conservation, au-delà des altérations, d’une empreinte aréale “transparente” qui oriente la recherche de la terre d’origine (Urheimat).

16Dans la quête des (af)filiations, A. Borg s’inscrit par deux fois assez vigoureusement en faux contre le rattachement de CyA au dialectal libanais. Sa position peut surprendre car dans Borg 1985 un rapprochement, entre autres, était fait avec le dialecte libanais du Centre-Nord. La critique est néanmoins fondée, si ce lien est conçu comme exclusif. Il semble cependant que dans son souci de relativiser l’affiliation libanaise A. Borg soit enclin à sous-estimer (p. XXVII) le rôle de puissance tutélaire qu’a excercé le Liban maronite – autorités religieuses et politiques –, dans les jours d’adversité.

17L’auteur situe pour sa part le terroir originel de CyA “dans la région entre la Syrie du Nord et l’Anatolie du Sud-Est” (p. 9). En d’autres passages, au plan lexical, précise-t-il, il évoque les dialectes de sédentaires vivant le long du littoral méditerranéen et dans l‘arrière-pays (p. 4), dans le Nord de la Syrie et dans le Sud de la Turquie, dont les dialectes ont été récemment décrits par W. Arnold et S. Procházka. Typologiquement, il rapproche CyA des dialectes dits qeltu, selon la classification établie par H. Blanc. Au territoire traditionnellement occupé par le groupe qeltu (aire mésopotamienne, région anatolienne du Sud-Est et Dêr-iz-Zôr en Syrie), A. Borg ajoute des dialectes non localisés du Nord de la Syrie, et surtout celui d’Alep. CyA est considéré comme relevant d’un sous-groupe qeltu, identifié par la forme que prend le participe actif (en qêtel). A. Borg souligne que CyA partage ce trait avec le dialecte d’Alep, jugé cependant moins typé qeltu ou qêtel. Il constitue donc

18« en relation avec les dialectes de type qeltu, l’extension et le point terminal d’une fine ligne de points isolés [correspondant à des aires vestigielles] (relic area), s’étendant à partir du Sud-Est anatolien à travers la Syrie du Nord jusqu’à l’Irak » (p. 60-61).

19Ailleurs, dans l’ouvrage, l’ancien territoire de CyA se serait étendu à partir de la côte méditerranéenne par Adana vers l’Anatolie du Sud–Est. A. Borg cite un historien qui fait d’Alep une ville coupée de la Syrie à la période ottomane, et constituant une extension de l’Anatolie (p. XXIV).

20L’organisation de ce réseau d’affinités soulève quelques questions. Comment et sur quelles bases concilier le regroupement aréal suggéré pour CyA avec les dialectes de Turquie et son rattachement partiel mais fortement souligné au groupe des dialectes qeltu ? Jusqu’ici, les dialectes arabes des provinces turques du littoral méditerranéen n’ont pas été considérés comme affiliés au type qeltu mais ont été rapprochés de l’ensemble “syro-palestinien”. Une autre question s’énoncerait ainsi : combien de traits discriminants une variété doit-elle présenter pour être rattachable à un groupe pris comme référence aréale ou typologique et pour qu’une filiation soit légitimement fondée ?

21A l’appui de son hypothèse aréale, A. Borg mentionne la proximité géographique des côtes turques et syriennes. Dans l’énumération des différentes migrations citées par les historiens (du ixe au xiiie siècle), il relève celles provenant des ports syriens, à la suite de la chute de Saint Jean d’Acre et celles survenues aux xiie et xiiie siècles en provenance du Liban, après la chute de Beyrouth et du réduit maronite de la montagne. S’il mentionne le fait que les Maronites n’étaient pas à l’époque médiévale le seul groupe arabophone dans l’île, il ne semble pas envisager l’existence de variétés arabes dialectales distinctes à l’époque de ces immigrations en Chypre, avec une possibilité de mélanges et d’interférences. L’homogénéité acquise et constatée dans les usages du dernier groupe témoin arabophone de l’île – les locuteurs natifs de Kormakiti – est posée comme originelle.

22« Il est raisonnable de penser que CyA est, par essence, une projection d’arabe médiéval chrétien qui avait déjà acquis une marque confessionnelle liée au statut de dhimmî dans un environnement socio-religieux musulman » (p. 8).

23Dans l’affiliation aux deux principales zones dialectales plus généralement impliquées dans la comparaison, l’ensemble de la Grande Syrie et le groupe des dialectes qeltu, deux discriminants emblématiques sont invoqués en faveur de l’une ou l’autre hypothèse. Pour le premier ensemble, c’est la présence en CyA d’un correspondant de la particule d’inaccompli indicatif b-. Pour le groupe qeltu, c’est la nature du conditionnement vocalique de l’imâla interne (*â devenant ê comme dans klêb “chiens” versus nâm “il a dormi”) qui est le trait décisif. L’ensemble des quelque quarante autres discriminants utilisés dans la comparaison renvoie aux deux zones, presque à égalité. Il est cependant précisé que les affinités avec les dialectes du groupe qeltu sont exclusives. Celles avec les dialectes de Grande Syrie semblent avoir une portée plus large.

24Pour expliquer la double affiliation (Grande Syrie, tout ou partie vs. ensemble des dialectes de type qeltu ou sous-groupes spécifiques) et rendre compte du profil hybride de CyA, A. Borg fait l’hypothèse que la formation du dialecte est antérieure à l’apparition des frontières linguistiques actuelles. Elle pourrait remonter à la période pré-ottomane, voire à celle des croisades. Il suggère, en passant et sans expliciter, l’existence de koinès dialectales médiévales dont la diffusion n’aurait pas connu la divison actuelle. L’histoire interne de CyA éclairerait, selon lui, les origines et les causes de la différenciation.

25Les dialectes arabes pris comme références dans la recherche des affiliations sont des dialectes de sédentaires, descendants probables de ceux qui ont évincé l’araméen au Proche-Orient. Des continuités formelles peuvent être établies entre l’araméen et ces dialectes. C’est également le cas en CyA. Les traces du substrat araméen concernent quelques particularités phoniques, comme la confusion systématique de ghayn et de ‘ayn en ‘ayn et des traits syntaxiques jugés typiques de l’araméen comme la construction du complément d’objet direct avec la particule l- ou des tournures possessives grammaticalisées comme yapáta l-ummi, littéralement “son père à ma mère”. Mais c’est surtout dans le lexique que se relèvent les aramaïsmes. Le vocabulaire de l’agriculture et de l’élevage, celui de la religion en fournissent le plus grand nombre. Une cinquantaine de termes sont identifiés et commentés. A. Borg relève en particulier la persistance en CyA de schèmes sémantiques et discursifs jugés typiquement araméens ou pouvant même remonter par l’intermédiaire de l’araméen jusqu’au cananéen ou à l’akkadien. Il souligne leur stabilité. Il voit également dans l’influence du substrat araméen la source de processus de relexification, l’autre source étant l’influence de l’adstrat grec. Enfin, CyA recèle des aramaïsmes absents dans les autres dialectes, ce qui est dû à l’ancienneté de la formation du parler et à son fontionnement en isolement. A. Borg propose que la recherche sur les traces du substrat araméen dans les dialectes arabes s’étende hors du Proche-Orient stricto sensu et prenne en compte les dialectes arabiques et les dialectes périphériques du centre et de l’ouest méditerranéen.

26L’influence de l’adstrat grec sur CyA s’observe dans la phonologie et le lexique. La morphologie et le système dérivationnel qui la caractérise ont opposé une résistance remarquable à l’intrusion. Pour qualifier l’impact du grec, A. Borg transpose une métaphore appliquée par Bergsträsser à l’hébreu moderne – langue européenne travestie en hébreu. CyA serait du grec travesti en arabe. La métaphore est plaisante et parlante, mais elle est aussi trompeuse, car les processus impliqués, leurs points de départ et les évolutions sont inverses.

27Le grec est un partenaire ancien dans les contacts en Méditerranée. A. Borg souligne la fonction “globalisante” qu’il a exercée à l’époque. Les composants grecs du lexique de CyA correspondent à des emprunts anciens “hérités” par l’entremise des dialectes arabes apparentés. Cette strate ancienne est identifiée par la comparaison interdialectale et par la comparaison avec l’araméen, qui fut historiquement le vecteur privilégié du grec. A. Borg illustre par le traitement de quelques vocables, la grande extension de ces composants grecs dans le lexique arabe, à l’échelle du monde méditerranéen. Ainsi le terme zumí “jus”. En CyA, l’influence de l’adstrat grec se lit également dans les calques et les relexifications. À une époque plus récente, l’apport grec a été souvent médiatisé par le turc, ce qui apparaît également dans la comparaison arabe interdialectale.

28Le Glossaire

29Les objectifs poursuivis dans l’élaboration de ce “glossaire” étymologique et comparatif ont déjà été présentés. Il reste à commenter son organisation formelle. Les unités lexicales sont présentées dans l’ordre de l’alphabet arabe et sont regroupées en référence aux racines dites classiques, qui fonctionnenet comme entrées. Quand il ne s’agit pas d’un mot d’origine arabe, la racine est reconstruite par soustraction des éléments consonantiques. Ainsi, le nom qui désigne la “rivière”, pathpun, pl. ftamin, du grec potamón, est classé sous l’entrée radicale p-t-m-n. De façon générale; la correspondance formelle arabe ancien (OA)– arabe de Chypre (CyA) s’établit par la mise en regard de l’entrée radicale et de ses actualisations dialectales. Sous la racine classique Ì-r-q, par exemple, figurent les formes dialectales CyA xarak “brûler”, xtarak “prendre feu”, maxruk “brûlé”. Pour les lecteurs qui ne sont pas familiers des caractéristiques de CyA, la consultation de ce lexique présente des difficultés réelles. L’auteur fournit cependant une clé avec l’index anglais-arabe, qui renvoie à l’entrée radicale. Mais il faut connaître le sens du mot recherché. Quant aux formes complexes, cela peut tenir du casse-tête, même pour un arabisant averti. Qui chercherait spontanément le sens d’une forme comme anaxxullá “over here” sous la racine f-w-q ? On peut aussi la trouver sous la racine h-n-a, où elle est orthographiée anaxullá. Les formes complexes sont assez souvent classées aux deux entrées correspondant aux constituants originels du composé. Enfin, une part importante des lexèmes CyA se présentent intégrés dans un énoncé.

30Le lexique kormakiote à la base de ce glossaire comparatif est le lexique d’un dialecte en voie d’éviction, donc fortement réduit par rapport aux lexiques de ses congénères proche-orientaux avec lesquels la comparaison est établie. Chaque unité du vocabulaire est comparée en synchronie et en diachronie avec une masse assez considérable de lexèmes apparentés, formellement, et dans une large mesure aussi sémantiquement. Un premier cercle de comparaison implique les dialectes proche-orientaux avec lesquels A. Borg cherche à établir des affinités et des filiations historiques privilégiées, soit le groupe des dialectes de type qeltu et les dialectes des provinces méditerranéennes de la Turquie du Sud. La relation établie avec Alep est première et primordiale dans la démonstration. Dans sa pratique, A. Borg considère tout vocable figurant dans le Dictionnaire de Barthélemy qui n’est pas explicitement attribué à des groupes de locuteurs bien déterminés, géographiquement ou confessionnellement, comme une forme alépine. Il se fonde sans le dire clairement sur le fait que l’enquête lexicographique menée par Barthélemy concerne au premier chef Alep et sa région. La référence à Alep implique-t-elle néanmoins que ces formes sont exclusivement alépines ou peut-on considérer, comme le précise l’Introduction au dictionnaire, qu’elles sont largement représentatives des dialectes de sédentaires de Syrie ? Mis à part les dialectes arabes proche-oientaux, la comparaison se fait systématiquement avec le maltais, autre variété d’arabe périphérique. Elle englobe également, de façon parfois éclectique, des formes relevées en Egypte, au Yemen ou au Maghreb. La comparaison en synchronie tire parti des travaux sur le néo-araméen. Dans la recherche de l'étymon, la comparaison cible d'abord le correspondant en OA ; s'il ne s'en présente pas, d'autres variétés de l’arabe (moyen arabe, arabe moderne standard, etc.) sont sollicitées. Si l’arabe ne propose aucun étymon, la recherche s’oriente vers l’araméen (ou le syriaque, l’hébreu ancien, l’akkadien, l’ougaritique).

31Il apparaît que le glossaire fixe de façon quasi définitive une notation officielle du dialecte en graphie latine. Un érudit arabophone maronite chypriote a précédé A. Borg en publiant un dictionnaire dans lequel les mots arabes ont été notés en graphie grecque. A. Borg suggère que ces deux graphies sont utilisées dans un usage écrit privé du dialecte.

32Loyauté linguistique et conscience identitaire

33A. Borg crédite les Maronites d’une vive curiosité par rapport à leur passé ethnique et d’un fort sentiment de loyauté linguistique. Il entend définir ce qui fonde principalement leur conscience identitaire. Il s’appuye à cette fin sur des propositions émanant de spécialistes des questions d’ethnicité. Du particularisme religieux découle la loyauté linguistique, la langue étant le dépositaire de la vision du monde des locuteurs et la loyauté linguistique le ciment de la conscience identitaire du groupe, ce qui en assure la survie dans son intégrité et sa cohérence. Dans la mesure où seul un quart de la population maronite est arabophone, sur un ensemble évalué par le recensement de 2001 à 3658 personnes – chiffre nettement inférieur à ceux que donne l’auteur (p. XVII, n. 1) –, la question se pose de savoir si l’ensemble de la communauté participe de ce sentiment. Une observation faite par un spécialiste cité par A. Borg , selon laquelle le symbole de l’existence d’une langue particulière compte plus que son usage effectif par la communauté, pourrait fournir un argument en faveur du ralliement des non arabophones à cette cause. Et peut-être que le symbole pourrait même englober la référence à l’araméen. C’est ce que donne à entendre l’auteur quand il écrit :

« L’existence d’un substrat araméen en CyA est investi d’un symbolisme religieux chez les Maronites de Chypre, puisqu’il étaye dans la communauté maronite la conscience collective d’une continuité historique avec la chrétienté araméophone » (p. 50).

34Les Maronites chypriotes revendiqueraient le mythe du partage de la langue de Jésus. Quoiqu’il en soit, il semble qu’au cours des trente dernières années, la question de la conscience identitaire et de ses liens avec le particularisme religieux et/ou linguistique ait évolué. Dans les enquêtes que j’ai menées entre 1972 et 1974 dans le village de Kormakiti et plus généralement dans les milieux maronites de Chypre, il apparaissait que la conscience identitaire se fondait principalement sur l’appartenance confessionnelle et que le particularisme linguistique ne se cultivait que d’une manière très retenue, dans le village de Kormakiti dont provenaient tous les arabophones, et encore ce sentiment n’était-il pas partagé par tous, en particulier dans les jeunes générations. Il y avait une tension évidente entre l’attachement aux origines et le désir d’intégration dans la communauté chypriote nationale, dans sa composante grécophone. Or, si l’occupation du Nord de l’île consécutive à l’invasion turque en 1974 a provoqué le départ vers les principaux centres urbains, fragilisant le statut du parler et accélérant son éviction, la dispersion et l’installation des Maronites dans les quartiers de réfugiés des principaux centres urbains pourrait avoir corollairement accéléré leur intégration. La nostalgie et la quête des racines peuvent désormais s’exprimer. La renommée que leur attire les travaux de recherche accomplis par A. Borg , son zèle militant, le cousinage proposé avec l’araméen, bref, cet ensemble de facteurs a sans doute contribué à modifier le regard porté par les Maronites chypriotes sur le parler et sur les mythes d’origine.

35La réalisation de l’ouvrage est très soignée et comporte un nombre infime d’erreurs (redoublements ou interpolation de séquences d’énoncés). Le livre relié résiste parfaitement aux manipulations répétées. Dans le glossaire, les conventions typograpiques permettent une vision très claire des différents niveaux de consultation possibles. Son élaboration s’est poursuivie sur plusieurs années et des compléments bibliographiques ont été ajoutés jusqu’en 2002 pour les domaines et les thèmes jugés importants. Les références sont abondantes, diverses, sélectives, éclectiques et largement européennes et méditerranéennes.

Haut de page

Bibliographie

Borg Alexander, 1985, Cypriot Arabic. A historical and comparative investigation into the phonology and morphology of the Arabic spoken by the Maronites of Kormakiti village in the Kyrenia district of North-Western Cyprus, Stuttgart : Deutsche morgenländische Gesellschaft, Franz Steiner.

— 1994, “Some evolutionary parallels and divergencies in Cypriot Arabic and Maltese”, Mediterranean Language Review 8.

— 1997, “Cypriot Arabic phonology”, in Kaye A.S. and P.T. Daniels (eds.), Phonologies of Asian and African languages, vol. I. Winona, Eisenbrauns : 219-244.

Cohen D., 1973, “Variantes, variétés dialectales et contacts linguistiques en domaine arabe”, Bulletin de la Société de Linguistique de Paris LXVIII (I) : 215-248.

Haut de page

Notes

1 Alors que le français, sur les injonctions de Littré distingue “affiliation” et “filiation”, l’anglais conjoint les deux sens. Un certain nombre de termes techniques ont été conservés avec leur dénomination anglaise ou allemande.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arlette Roth, « Borg Alexander, A comparative glossary of Cypriot Maronite Arabic (Arabic-English), with an Introductary Essay, Brill, Leiden / Boston, 2004, pp. IX-XXVIII + 486 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 115-116 | décembre 2006, mis en ligne le 23 octobre 2006, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/2934

Haut de page

Auteur

Arlette Roth

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page