Navigation – Plan du site
Première partie – Livres et lecture dans le monde ottoman

Présentation

Frédéric Hitzel
p. 7-15

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

« À ma connaissance, il n'est pas de compagnon plus fidèle à ses engagements, plus prompt à honorer les faveurs reçues, plus empressé à offrir ses services, et ce à moindre frais, que le livre. Je ne connais aucun arbre qui ait un fruit plus succulent, plus précoce, plus aisé à cueillir, plus disponible à tout moment, comme le livre. Je ne sais pas de produit qui, malgré son jeune âge et la proximité de sa naissance, la facilité avec laquelle on peut se le procurer, la modicité de son prix, accumule autant d'actions étonnantes, de sciences étrangères, de vestiges de cerveaux hors du commun, d'œuvres admirables [produites par] des esprits subtils et raffinés, de maximes élevées, de doctrines estimables, de sages expériences, d'informations sur les générations passées, les pays lointains, les proverbes en usage, les nations disparues, en dehors du livre. »

1Ce texte, extrait d'un ouvrage écrit par le poète arabe Jâhiz (Başra, 777-869), souligne le plaisir que l'on peut éprouver à posséder un livre, les joies que procure sa lecture et l'ouverture d'esprit qu'il peut susciter (Jâhiz 1988). Il aborde les quelques thèmes de cet ouvrage collectif. Le premier se rapporte à l'objet lui même, le livre, c'est-à-dire le support de la trace écrite ; le second à son utilisateur, le lecteur ; à ceci, s'ajoutent la lecture et les lieux où elle se fait.

2L'histoire du livre en général recouvre à elle seule une multitude d'aspects. Elle peut être, tout d'abord, une histoire sans lecteur ni auteur. L'essentiel réside dans le processus de fabrication du livre, appréhendé à partir des traces que l'auteur a laissées dans l'objet lui-même, expliqué par les décisions éditoriales, les pratiques d'atelier, les habitudes de métier. À côté de cette approche strictement matérielle, il en existe une plus immédiatement culturelle et sociale. Celle-ci s'attache, par exemple, à reconstituer les fortunes, les alliances, les hiérarchies du milieu qui fabriquait et vendait les livres-manuscrits, puis les livres imprimés : ateliers de copistes, marchands-libraires, imprimeurs, ouvriers compositeurs, graveurs, relieurs, etc. Pour d'autres, enfin, il s'agit de reconstruire la circulation du livre, son inégale possession par les différents groupes sociaux, son impact sur les mentalités.

  • 1  (M. A. Kagitçi, 1936 ; O. Ersoy, 1963, 27-53 ; I. Guleç, 1994, 85-94).

3Jusqu'à présent, ces différentes approches de travail ont été surtout développées par les historiens du livre et de la lecture dans le monde occidental. Appliquées au contexte de l'histoire ottomane, elles prennent une toute autre forme. Prenons, par exemple, l'histoire du livre. Si l'on excepte les Corans et les livres religieux diffusés en grand nombre et à faible coût, en règle générale, le livre-manuscrit qui circule dans le monde ottoman reste, jusque dans la seconde moitié du XIXe siècle, une denrée rare et précieuse, difficile à acquérir. Ceci s'explique par plusieurs raisons. Tout d'abord, le livre-manuscrit, comme celui qui prévaut en Occident jusqu'au XVe siècle, nécessite de longues heures de préparation et de travail. Le papier, par exemple, doit être soigneusement empesé et poli avant d'être employé. C'est un produit, le plus souvent importé, qui reste relativement cher. Si au XVe siècle, on signale la présence de fabriques à papier dans les villes de Bursa, d'Amasya et d'Istanbul (d'où le quartier de Kagithane « fabrique à papier », dans le fond de la Corne d'Or), la plupart ne fonctionne plus après 1530. Malgré plusieurs tentatives de reprises à Yalova (Yakalabad) en 1744-1746, à Beykoz entre 1804 et 1832, et à Izmir de 1846 à 1860, il faut attendre l'année 1893 pour voir réapparaître une véritable production nationale avec l'inauguration de la Hamidiye Kagit Fabrikasi de Beykoz1. Jusqu'à cette date, l'Empire ottoman est tributaire du papier importé des Indes, mais surtout d'Occident, principalement de France et d'Italie (O. Ersoy, 1963, 19-26 ; G. Humbert, 1998, 2-3). Quant à la reliure, elle est hors de prix, car elle fait fréquemment l'objet de soins très poussés. Il va de soi, enfin, que le copiste (yazza), le scribe (kâtib) ou le calligraphe (hattat) doivent être rémunérés correctement suivant leurs qualités.

4Autre donnée qui nous éloigne du modèle occidental : le développement tardif de l'imprimerie en caractères arabes dans la société ottomane. Pour expliquer ce retard, les historiens du livre avancent plusieurs hypothèses. La première est d'ordre religieux : les lettres arabes — adoptées par les Turcs à partir du XIe siècle avaient aux yeux des croyants un caractère sacré, représentant graphiquement les paroles de Dieu réunies dans le Coran. Elles ne pouvaient donc se prêter à une reproduction mécanique. Le facteur économico-social semble aussi avoir joué un rôle du fait de l'opposition des copistes de manuscrits représentant un groupe de pression important et qui voyaient dans l'imprimerie un danger pour leur gagne-pain. D'autre part, des considérations psycho-culturelles paraissent être entrées en jeu car les lettrés, qui détenaient en quelque sorte le monopole du savoir, ne considéraient guère d'une manière favorable une invention qui, permettant la reproduction des textes, en assurait ainsi une distribution plus étendue et brisait leur caractère exclusif. Il est probable, également, que les pouvoirs politiques ne voyaient pas non plus d'un très bon œil un procédé qui, disséminant la connaissance, pouvait donner lieu à toutes sortes de critiques et entraîner des mouvements de contestation, comme l'Europe en avait montré l'exemple trois siècles plus tôt. Enfin, on peut se demander si les lecteurs ottomans, n'étaient pas plutôt attirés par une version manuscrite, œuvre d'un calligraphe célèbre, qui avait leur préférence esthétique, plutôt qu'un simple ouvrage imprimé qui pouvait être reproduit à des milliers d'exemplaires. Il ne faut, en effet, pas sous-estimer l'aspect apprentissage et exercice de la calligraphie qui, de nos jours, est encore employée (S. Kuneralp, 1992, 1-4).

  • 2  (O. Ersoy, 1959, 27-45 ; S. N. Gerçek, 1939 ; W. Gdoura, 1985, 188-244 ; G. Atiyeh, 1995, 1-16).

5Par la suite, même lorsque l'imprimerie en caractères arabes est introduite dans l'Empire ottoman - à Istanbul d'abord, en 1729, au Caire ensuite, au début du XIXe siècle -, celle-ci a tardé à se développer2. Pendant longtemps, le nombre d'ouvrages imprimés est resté très limité : ainsi on estime le nombre de livres imprimés entre 1729-1839 à 436 titres, et à environ 1 500 titres pour la période 1840-1870 (J. Baysal, 1968, 56-62). Et, au total, on ne recense que 28 à 30 mille titres pour la période de deux siècles qui sépare les premières impressions d'Ibrahim Miiteferrika en 1729 et l'introduction du nouvel alphabet latin en 1928. Quant aux tirages, ils étaient très limités. À l'exception des abécédaires, des livres de lecture destinés à l'usage des écoles primaires, des manuels pour les établissements coraniques et des histoires populaires tels Leyla ve Mecnun ou Asik Garib, il était très rare de trouver des livres turcs dont le tirage dépassait les 2 000 exemplaires. Un tirage de trois ou quatre mille exemplaires est quasiment inconnu (J. Strauss, 1992, 5). Au XIXe siècle, la production va cependant considérablement augmenter. Le nombre de livres imprimés par an a été multiplié par sept en l'espace d'un demi-siècle : il était de 43 sous Abdülmecid (1839-1861), de 116 sous son successeur Abdiilaziz (1861-1876) et de 285 sous Abdülhamid II (1876-1909) ; de même, les imprimeries, les maisons d'éditions et les librairies d'Istanbul fleurissaient vers la fin du XIXe siècle : les presses d'imprimerie passèrent de 54 à 99 entre 1883 et 1908 (N. Akbayar, 1985, VI, 1679-1696 ; J. Strauss, 1992, 5-24). Le nombre de journaux s'accrut aussi considérablement, surtout après 1908. Ces quelques données témoignent d'un fort développement de l'imprimerie, mais surtout d'une nette augmentation du nombre des lecteurs potentiels et d'une mise en place efficace des réseaux de distribution.

  • 3  (R. Chartier, 1996 ; G. Cavallo et R. Charrier, 1996 ; M. Baratin et C. Jacob, 1996 ; A. Manguel, (...)

6S'il existe des travaux sur le commerce du papier, le développement de l'imprimerie et sur l'histoire de l'édition dans l'Empire ottoman, en revanche nous possédons encore peu de travaux consacrées aux livres, aux lecteurs et à la diffusion du livre. L'étude des pratiques culturelles méritent pourtant d'être envisagées à travers la sociologie des milieux intellectuels, les techniques de l'écriture, l'étude des gestes et des comportements, des lieux et des modèles de travail de la pensée, ainsi qu'aux dynamiques de la tradition et à la mémoire du savoir3. Même si de tels travaux commencent à voir le jour en Turquie, ils se heurtent encore à de nombreux problèmes, à commencer par celui causé par l'état des sources. Ainsi, les séries documentaires, existent bien mais elles sont éparpillées et relativement peu étudiées. Un tel travail nécessiterait d'ailleurs un traitement quantitatif de séries massives, comme les listes de livres contenus dans les bibliothèques publiques ou dans les catalogues imprimés pour les ventes de bibliothèques particulières mises aux enchères. Or ceux-ci sont rares. Dans une étude récente, un chercheur turc n'a recensé que 22 catalogues de ventes de bibliothèques particulières pour la période 1859-1927 (T. Kut, 1994, 3-24). Ce chiffre est très faible quand on le compare à l'énorme production européenne à la même époque. De même, on n'a pas encore étudié les registres de comptes des libraires-imprimeurs, qui nous permettraient de quantifier le nombre de livres achetés. Quant à la lecture, il n'existe pas de statistiques fiables et précises, ne serait-ce que pour bien cerner l'histoire de l'enseignement (F. Georgeon, 1995, 169-179). Il est, par exemple, difficile de prendre la mesure de la population qui a accès à l'écrit, notamment, à partir du seul indicateur historique : la capacité, ou non, à signer son nom. Dans l'Empire ottoman, il n'existe pas de sources comme les actes notariés, ou les contrats de mariage comparables à ceux existant en Occident ; seules les quelques milliers de fiches de dépôt de titres de clients de la banque ottomane au début du XXe siècle ont permis de répondre à cette question d'accès à l'écrit (E. Eldem, 1995, 181-195). Mais cette analyse quantitative et qualitative des signatures de « bourgeois ottoman », par le biais des cachets et/ou la signature, est loin d'être représentative de l'ensemble de la population. Elle permet tout juste de donner des points de repères.

7Ce rapide survol du thème nous fait entrevoir les difficultés auxquelles l'historien du livre et du lecteur dans l'Empire ottoman est confronté. Il souligne l'énorme tâche qu'il reste à entreprendre et les questions auxquelles il doit trouver des éléments de réponse, comme par exemple : Quelle était la place du livre dans la vie quotidienne ? Que lisaient les sujets du sultan ? Lisait-on la même chose à Istanbul, à Damas, ou au Caire ? Existait-il une culture livresque spécifique à chaque communauté ?

8Les articles qui suivent prennent en compte surtout les XVIIIe et XIXe siècles, les deux derniers siècles de l'Empire ottoman. Mais certains auteurs, dans leur quête, remontent plus haut dans l'histoire, tandis que d'autres n'hésitent pas à déborder du cadre ottoman. L'étude des livres et des lecteurs, n'est en effet, pertinente que sur une longue durée. Une analyse sur ces deux siècles nous permettra de les saisir dans leurs permanences et leurs mutations et, dans une moindre mesure, d'analyser l'impact progressif de l'imprimerie. Les travaux concernent non seulement la capitale ottomane, Istanbul, mais également quelques provinces de l'Empire ottoman : les Balkans (Salonique, Samokov), les provinces arabes (Syrie, Liban, Palestine). D'autres villes de l'Empire auraient mérité de figurer dans cette liste, mais le présent volume ne vise pas à l'exhaustivité. Les textes rassemblés cherchent avant tout à faire connaître une dimension sociale et culturelle peu connue en Occident.

9La première partie de l'ouvrage présente quelques généralités sur l'histoire du livre-manuscrit à Istanbul. Elle tente notamment de savoir quel était la « capacité livresque » de l'intellectuel ottoman et évoque les lieux publics de lecture (F. Hitzel). Parmi ceux-ci, les bibliothèques de la capitale ottomane jouent un rôle essentiel, bien qu'elles ne soient pas, avant la fin du XIXe siècle, des lieux de lecture importants et qu'elles possèdent des fonds relativement modestes qui s'enrichissent essentiellement par le biais des vaqfiye (acte de création d'une fondation pieuse) (F. Bilici). Grâce à ces documents, nous connaissons la source des revenus alloués à l'entretien de ces bibliothèques, le recrutement précis du personnel chargé de l'administrer, leurs émoluments, leurs fonctions, leurs attributions et le nombre précis d'ouvrages contenus. En revanche, nous ne savons pas vraiment comment elles fonctionnaient, notamment à Istanbul, et surtout qui les fréquentait. En revanche, on en sait un peu plus sur le fonctionnement d'une bibliothèque de province au début du XIXe siècle. C'est en effet dans les années 1840 qu'est inaugurée la bibliothèque Hüsrev Pacha de Samokov, en Bulgarie, située au sud-est de Sofia. Grâce à la découverte de deux catalogues manuscrits, actuellement conservés à la Bibliothèque nationale Saints-Cyrille-et-Méthode de Sofia, nous pouvons pour la première fois analyser le contenu d'une bibliothèque provinciale ottomane, étudier la circulation des livres dans la ville, connaître les possesseurs et donateurs de livres, ainsi que les auteurs et copistes locaux. Ces documents nous permettent ainsi de savoir comment une bibliothèque provinciale fonctionnait, qui la fréquentait, quel était le nombre de lecteurs, la liste des livres empruntés par chacun, les titres les plus lus, etc. (S. Kenderova). On constate, mais ce n'est pas une surprise, que les lecteurs ottomans lisaient indifféremment en langue turque, arabe ou persane. Ces trois langues demeurent en effet, jusqu'au début du XXe siècle, celles employées dans la bureaucratie, la religion, la littérature et la poésie. En partant de l'étude de quelques manuscrits persans conservés à la Bibliothèque nationale de France (BnF), on remarque que la culture persane était très prisée dans les milieux lettrés ottomans et nombre d'auteurs turcs ou de poètes s'inspiraient de modèles persans (F. Richard). Les sultans eux-mêmes collectionnaient les manuscrits persans rares ou précieux qu'ils obtenaient par achat, confiscation ou présent. C'est surtout après la bataille turco-persane de Çaldiran en 1514, la prise de Tabriz par Selim Ier et le sac du palais que la culture et l'art du livre persans exercèrent une influence dans l'Empire ottoman. Les objets précieux, les manuscrits de la bibliothèque royale, ainsi que des artistes, affluèrent à Istanbul. D'autres arrivèrent par la suite, surtout après les campagnes de Soliman le Magnifique en Perse occidentale entre 1521 et 1566. Nombre d'Ottomans imitèrent dès lors l'exemple de leurs souverains en collectionnant des manuscrits persans, particulièrement de magnifiques ouvrages produits à Chiraz (L. Uluç).

10De leur côté, les gens du commun ne possédaient que quelques livres. Les inventaires après décès que consignent les registres des cadis énumèrent tout un bric-à-brac d'objets hétéroclites, mais pas de livres, sauf chez de rares lettrés, amateurs d'ouvrages religieux, de chroniques, de cosmographies, de compilations encyclopédiques ou de recueils de poésies. Sur 450 inventaires après décès, tirés de deux registres de Damas établis entre 1686 et 1717, seulement 50 mentionnent l'existence de un ou plusieurs livres, soit 18,2 (C. Establet, J.-P. Pascual). C'est un chiffre honorable quand on le compare aux grandes villes européennes de la même époque. En revanche, il paraît élevé lorsqu'on le compare à d'autres villes de l'Empire, notamment à la ville de Salonique. Les travaux menés sur des registres après décès musulmans de cette ville, pour une période s'étendant de 1828 à 1911, montrent que les individus laissant à leurs héritiers quelques lectures ne forment que 6,46 % de l'ensemble des défunts recensés. Ce chiffre est d'autant plus décevant que, globalement, on ne recense, au total, même pas une centaine de titres différents (M. Anatassiadou). Ces travaux nous permettent, prudemment, de reconstituer des univers intellectuels, les goûts, les tendances littéraires du moment. Dans un autre ordre d'idées, ils permettent aussi de mieux cerner le profil social et économique des possesseurs de livres. Cependant, il faut être prudent car, même si on arrive à évaluer le nombre de livres, tant dans ces registres après décès, que dans les registres de vakf, cela ne signifie pas pour autant que ceux-ci soient nécessairement lus. Ces inventaires ne nous permettent pas d'accéder à la connaissance des « pratiques de la lecture », nous condamnant à rester à l'écart de la problématique actuelle sur l'histoire de la lecture et le rapport au livre.

11Un deuxième ensemble de textes permet d'envisager de reconstruire, dans leurs différences et leurs singularités, les diverses manières de lire qui ont caractérisé les différentes communautés de l'Empire ottoman et dont on découvre ici la riche production. Au début du XVIIe siècle, l'arrivée des premiers missionnaires français dans l'Empire ottoman et le développement des échanges commerciaux avec l'Europe donnèrent l'opportunité aux dirigeants de ces différentes communautés (arménienne, juive et grecque) de pressentir les apports potentiels de la Renaissance. Soucieuses de rénover le système éducatif, elles déploient notamment les moyens nécessaires à la maîtrise des techniques typographiques. Pour les Arméniens, cet outil de reproduction et de diffusion du livre est essentiel pour mener à bien leur dessein, d'autant que les scriptoria qui renaissent alors ne peuvent suffire à satisfaire la demande. Toutefois, durant près de deux siècles, à l'exception de quelques tentatives avortées, les imprimeurs arméniens sont contraints d'installer leurs ateliers typographiques en Europe (Venise, Lvov, Livourne, Marseille, Amsterdam). Ils y trouvent des négociants arméniens qui sont non seulement disposés à les aider financièrement, mais mettent à leur disposition des circuits de diffusion rodés leur permettant d'expédier facilement leur production imprimée vers les Échelles du Levant, à Smyrne en tout premier lieu, où des colporteurs prennent le relais pour diffuser le livre à travers tout l'Empire (R. Kévorkian). Ce développement des ateliers typographiques arméniens en Europe s'inscrit, de manière plus générale, dans une compétition entre protestants et catholiques. L'Église catholique voit en effet à travers le livre un moyen de renforcer son contrôle sur la production intellectuelle en monopolisant la production arabe imprimée. Les chrétiens de Syrie, du Liban et de Palestine ne sont pas épargnés par cette nouvelle propagande qui a pour principal effet de redéfinir l'identité des chrétiens d'Orient en fonction des problématiques occidentales et d'encourager un nouvel intérêt pour le livre imprimé (B. Heyberger). Quant à la littérature grecque, elle renaît, elle aussi en Europe, surtout à Venise, au début du XVe siècle, mais donne naissance à une nouvelle forme de littérature « postbyzantine », la littérature en grec vulgaire. Là aussi, cette production conçue pour être diffusée dans la Grèce soumise à domination étrangère, est le fruit des efforts de savants grecs ou d'Italiens philhellènes installés en Europe, principalement Venise, Rome ou Florence. Ils sont animés du double désir de promouvoir l'usage du grec vernaculaire et susciter au sein de la population hellénophone un réveil de la conscience nationale (M. Lassithiotakis).

12Ce phénomène se retrouve également, sous d'autres formes, chez les Albanais de l'Empire. Jusqu'au début du XIXe siècle, les quelques rares imprimés en albanais sont des livres religieux édités en Italie par la Congrégation de la Foi (De Propaganda Fide). Mais à partir des années 1840, apparaissent des livres qui éveillery: progressivement la conscience de certains intellectuels albanais en insistant sur l'existence d'un peuple albanais. L'idée ne fait que s'amplifier et s'accentuer après le Congrès de Berlin (1878), obligeant les autorités ottomanes à interdire la diffusion de livres et périodiques dans cette langue. La majeure partie de la production est obligée de s'installer en dehors des frontières. Elle devient dès lors un moyen de propagande extraordinaire qui bénéficie du soutien des gouvernements occidentaux, principalement les austro-hongrois, les italiens et les grecs (N. Clayer). À travers ces quatre dernières études, nous constatons que l'apparition et l'essor du livre imprimé dans l'Empire ottoman apparaît comme la résultante de trois facteurs : la présence à l'étranger d'ateliers typographiques ; la concurrence religieuse ; le souci d'éveiller ou d'entretenir une conscience nationale ou, du moins, un sentiment d'unité culturelle.

13Enfin, un certain nombre d'études s'intéresse au développement de quelques productions littéraires locales tout à fait originales. Au début du XVIIIe siècle, par exemple, apparaissent des textes et ouvrages rédigés en langue turque mais écrits ou imprimés en caractères grecs. Cette littérature, appelée karamanh, est destinée aux Grecs d'Asie Mineure. Dans un premier temps, elle imprime presque exclusivement des ouvrages religieux pour mettre à la portée des chrétiens orthodoxes de langue turque les livres essentiels de la foi ou des ouvrages de piété. Par la suite, pour souder davantage la communauté, elle aborde des ouvrages plus didactiques pour l'enseignement de la grammaire, de la littérature, de l'histoire, de la géographie, de la médecine, de la littérature et de la poésie (E. Balta).

14Il ne faut pas oublier que tous ces ouvrages, qu'ils soient rédigés en aménien, en grec, en albanais, en arabe ou en ottoman, sont de plus en plus influencés par les idées occidentales. À partir du XIXe siècle, l'influence du français notamment se fait sentir dans toutes les langues écrites ; leur style est même parfois calqué sur celui du français. Ces modèles et sources d'inspirations sont empruntés aux nombreux livres français qui circulent dans l'Empire ottoman, mais également à l'édition française elle-même qui connaît, grâce au développement de la presse, un essor considérable dans la capitale ottomane (J. Strauss).

15Avec le temps, de nombreux écrits circulent, la demande de livres-manuscrits puis imprimés ne fait que croître, et trouve trois réponses : la création de bibliothèques publiques, la mise à disposition de textes nouveaux (ou remaniés) destinés à de nouveaux types de lecteurs, de meilleures productions et diffusion. Parallèlement à cet effort local, on constate une influence occidentale de plus en plus perceptible, tant dans les styles, que dans les idées, influence qui s'inscrit dans les mutations de la société ottomane.

16Par le présent ouvrage nous espérons faire avancer la connaissance sur « le livre en Orient ». La tâche restant à accomplir est encore tout à fait considérable. Ceci s'explique en partie par le manque cruel de chercheurs travaillant sur le livre, en Orient, alors même qu'ils sont nombreux en Occident ; également, par l'immensité du territoire concerné. Il est en effet certain qu'on ne lisait pas les mêmes textes ni de la même manière lorsqu'on habitait Sarajevo, Istanbul, Damas ou Le Caire. De même, et on peut le constater tout au long de cesétudes, on ne lit pas forcément dans la langue que l'on parle et avec laquelle on travaille.

17Nos analyses souffrent également de lacunes certaines. L'inventaire des formes et des lieux de lecture, par exemple, est évidemment très incomplet. Il faudrait aussi davantage s'interroger sur qui a accès à l'écrit. On est encore loin de savoir comment circulaient les manuscrits dans l'Empire ottoman, où étaient installés les ateliers de copistes, comment fonctionnaient-ils ? Qui, en définitive, distribuait les livres ? Ces différents aspects, qui n'ont pour l'instant pas fait l'objet de travaux, soulèvent le problème des sources, problème sur lequel nous avons cru bon d'insister. Cependant, certains historiens turcs, dont les travaux n'ont malheureusement pas pu prendre place dans le présent volume, mais à qui nous tenons à rendre hommage comme Jale Baysal, Ismail Erünsal, Turgut Kut et Mete Tuncay, et d'autres encore sont de plus en plus nombreux à travailler sur ces questions. Leurs recherches sont prometteuses pour l'avenir.

Haut de page

Bibliographie

AKBAYAR N., 1985, « Osmanli Yaytncihgi », Tanzimat'tan Cumhuriyet'e Kadar Tiirkiye Ansiklo-pedisi, Istanbul, VI, 1692-1694.

ATIYEH George N. (dir.), 1995, The book in the Islamic world: the written word and communication in the Middle East, Albany, Univ. of New York Press.

BARATIN Marc et JACOB Christian (éd.), 1996, Le pouvoir des bibliothiques. La mémoire des livres en Occident, Paris, Albin Michel.

BAYSAL Jale, 1968, Osmanh Türklerinin Basttklan Kitaplar, Muteferrika'dan Birinci Mesrutiyete Kadar, Istanbul, Edebiyat Fakultesi Bastmevi.

CAVALLO Guglielmo et CHARTIER Roger, 1997, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Seuil.

CHARTIER Roger, 1996, Culture écrite et société. L'ordre des livres (XIVe-XVllle siècles), Paris, Albin Michel.

DUMONT Paul (Textes réunis par), 1992, Turquie, livres d'hier, livres d'aujourd'hui, Strasbourg-Istanbul, Isis Press.

ELDEM Edhem, 1995, « Culture et signature : quelques remarques sur les signatures de clients de la Banque Impériale Ottomane au début du XXe siècle », in Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n° 75-76, 181-195.

ERSOY Osman, 1959, Türkiye'ye Matbaantn Girisi ve Ilk Baalan Eserler, Ankara, Güven Basimevi. 1963, XVIII. ve XIX. Yüzyillarda Türkiye'de Kagit, Ankara, Ankara Üniversitesi Basimevi.

ERÜSAL Ismail E., 1988, Türk Kütüphaneleri Tarihi II, Ankara, Atatürk Kültür Merkezi Yay.

GDOURA Wahid, 1985, Le début de l'imprimerie arabe à Istanbul et en Syrie : évolution de l'environnement culturel (1706-1787), Tunis, Publications de l'Institut supérieur de documentation n° 8.

GEORGEON François, 1995, « Lire et écrire à la fin de l'Empire ottoman : quelques remarques intro-ductives », in Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 75-76, 169-179.

GERÇEK Selim Nüzhet, 1939, Türk Matbaaaligi I. Müteferrika Matbaast, Istanbul, Istanbul Dev-let Basimevi.

HUMBERT Geneviève, 1998, « Papiers non filigranés utilisés au Proche-Orient jusqu'en 1450. Essai de typologie », in Journal Asiatique, t. 286, n° 1, 1-54. JÂHIZ, 1988, Le cadi et la mouche, anthologie du livre des animaux, textes choisis, trad, de l'arabe et présentés par Lakhdar Souami, Paris, Sindbad.

KAGITÇI Mehmet Ali, 1936, Kâgttçihk Tarihçesi, Istanbul, Kader Basimevi.

KUNERALP Sinan, 1992, « Les débuts de l'imprimerie à Istanbul au XVIIIe siècle », in P. Dumont (éd.), Turquie, livres d'hier, livres d'aujourd'hui, Strasbourg-Istanbul, 1-4.

KUT Turgut A., 1994, « Terekelerde çikan kitaplann Matbu Satis Defterleri », in Muteferrika, Bahar 1994, n° 2, 3-24.

MANGUEL Alberto, 1998, Une histoire de la lecture, Arles, Actes Sud.

STRAUSS Johann, 1992, « Les livres et l'imprimerie à Istanbul, 1800-1908 », in P. Dumont (éd.), Turquie, livres d'hier, livres d'aujourd'hui, Strasbourg-Istanbul, Isis Press, 5-24.

TUNCAY Mete, BAYSAL Jale, EYICE Semavi et TOPRAK Zafer, 1993, « Iskenderiye Kütüphanesinden British Library'ye Kütüphaneler », in Kitap uzerine Anatomi dersleri, Sali Toplantilari 92-93, Istanbul, Yapi Kredi Yayinlan, 9-38.

Haut de page

Notes

1  (M. A. Kagitçi, 1936 ; O. Ersoy, 1963, 27-53 ; I. Guleç, 1994, 85-94).

2  (O. Ersoy, 1959, 27-45 ; S. N. Gerçek, 1939 ; W. Gdoura, 1985, 188-244 ; G. Atiyeh, 1995, 1-16).

3  (R. Chartier, 1996 ; G. Cavallo et R. Charrier, 1996 ; M. Baratin et C. Jacob, 1996 ; A. Manguel, 1998).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Hitzel, « Présentation », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/294

Haut de page

Auteur

Frédéric Hitzel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page