Navigation – Plan du site
IV. Lectures dans les communautés de l'Empire

Le livre imprimé en milieu arménien ottoman aux XVIe-XVIIIe siècles1

The printed book in the Armenian Ottoman milieu from the 16th to 18th centuries.
Raymond H. Kévorkian
p. 173-185

Résumés

Après un rapide survol de l'histoire du livre arménien du XVIe au XVIIIe siècle, cet article présentera, dans une première partie la naissance de la « corporation » des typographes arméniens à Constantinople à la fin du XVIIe siècle. Une deuxième partie cherchera à recenser la production imprimée, à caractériser les groupes sociaux de lecteurs et à définir l'espace intellectuel des milieux cléricaux ou laïcs de la communauté arménienne.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

Les premiers pas entre Constantinople et l'Occident

  • 1  Translittération : le système adopté est celui de la Revue des études arméniennes, nouvelle série, (...)

1La fondation, en 1567, à Constantinople, du premier atelier typographique arménien de l'Empire n'est pas vraiment révélatrice d'une montée en puissance de l'édition arménienne en monde ottoman. Elle marque cependant l'intérêt des milieux ecclésiastiques pour l'imprimé, la claire perception qu'ils ont de l'exploitation possible de ces techniques de reproduction du livre. Le premier imprimeur, Abgar Ewdokiac’i, qui installe son atelier dans les dépendances de l'église Saint-Nicolas de Topkapi (M. Cevahircean, 1567) - la future mosquée Kefeli -, voit en effet ses travaux interrompus par les autorités ottomanes après moins de deux ans d'activité (A. Refik, 1935, 32-33, doc. 46-48). Cinq ouvrages y ont cependant vu le jour : un Livre de prières et livre de messe, un Directoire des fêtes, un Calendrier simplifié, un Livre d'odes, un Rituel (R. H. Kévorkian, 1986, notices 88-92). Autant de textes dont la nature exclusivement religieuse donne des indications sur les projets des clercs arméniens, soucieux d'alimenter en livres de « première nécessité » les fidèles de la nation. Les informations contenues dans le colophon de la première de ces éditions révèlent en outre le mécanisme qui permet la publication des ouvrages :

«°Ce Livre de prières et livre de messe ont été composés en 1017 de l'ère des Arméniens [= 1568], un jeudi du mois de mai, sous le catholicossat de Têr Mik'aêl..., dans la métropole de Constantinople, sous la protection de [l'église] Saint-Nicolas, aux pieds du rabunapet [et] patriarche Têr Yakob, avec l'agrément des prêtres d'ici... et de ceux qui ont commandité le livre, de xoca Murat, mahtesi F[...], du clerc Martiros, de Sadar Ibrahimsa, de Toner et Xat'unpasa. Souvenez-vous en outre, dans vos pures prières, de moi, Abgar dpir, qui ai construit cet atelier, ainsi que de mon jeune enfant, le clerc Sultan. »

2Il apparaît en effet que les initiateurs de cette entreprise sont des clercs qui travaillent sous l'autorité du chef de l'église arménienne, le catholicos d'Ëjmiacin, et du patriarche de Constantinople, avec l'aval, voire 1'« imprimatur », du corps ecclésiastique de la capitale ottomane et grâce aux contributions financières de notables de la ville. Ainsi retrouve-t-on une image presque caricaturale de la société stambouliote arménienne du XVIe siècle, « administrée » par un patriarcat au sein duquel clercs et laïques se partagent le pouvoir.

3Cette première expérience avortée ne décourage pas toutes les initiatives. En 1587, le prêtre Yovhannês Têrznc’i, qui vient de passer plusieurs années à s'initier à la typographie à Rome et à Venise, tente à son tour de créer un atelier à Constantinople (R. H. Kévorkian, 1986, 28-29), suivi en cela par un autre clerc formé à Venise, le P. Yovhannês Ankiwrac’i, en 1644 (R. H. Kévorkian, 1986, 35-36). Mais ces nouvelles tentatives espacées dans le temps semblent confirmer que toutes les conditions nécessaires, qu'elles soient techniques ou politiques, propres au milieu arménien ou au milieu ottoman, n'étaient pas encore réunies pour développer une véritable activité typographique arménienne à Constantinople.

4En Arménie, nombre de monastères — conservatoires traditionnels du patrimoine culturel - sont à la même époque dans un état catastrophique ou passés aux mains de beg kurdes, et l'état général des quelques établissements encore en activité est révélateur d'une régression du niveau éducatif des clercs et de la discipline monacale, laissant aussi deviner l'état encore plus lamentable des populations, notamment en milieu rural.

5C'est dans ce contexte que les fondements d'un renouveau sont posés. Puiser dans le passé national et le revivifier par des apports extérieurs, tels sont, en gros, les éléments majeurs de la démarche des milieux ecclésiastiques appuyés par la bourgeoisie marchande en formation. L'arrivée des premiers missionnaires français dans l'Empire ottoman et le développement des échanges commerciaux arméniens avec l'Europe permettent déjà aux élites arméniennes de pressentir les apports potentiels de la Renaissance. Soucieuses de rénover le système éducatif, elles déploient les moyens nécessaires à la maîtrise des techniques typographiques. D'autant que les scriptoria qui renaissent alors ne peuvent suffire à satisfaire les besoins.

6Les chefs de la nation ont tiré les leçons de l'échec des tentatives d'installation d'imprimerie à Constantinople. Ils préfèrent dorénavant se tourner vers les « colonies » arméniennes d'Europe qui fournissent le cadre idéal pour l'établissement de typographies. Les imprimeurs-éditeurs y trouvent en effet des négociants arméniens disposés à les aider financièrement et à mettre à leur disposition des circuits de diffusion rodés leur permettant d'expédier facilement leur production imprimée vers les échelles du Levant, à Smyrne en tout premier lieu, où des colporteurs prennent le relais pour diffuser le livre à travers toute l'Arménie.

7Ainsi voit-on fleurir des typographies à Venise, Lvov, Livourne, Marseille, Amsterdam. Dans un premier temps, l'objectif est de publier à grands tirages des livres de première nécessité, notamment des psautiers, Bibles, bréviaires, missels, synaxaires, calendriers religieux, abécédaires et autres livres d'église, soit 72 % de la production des XVIe et XVIIe siècles (R. H. Kévorkian, 1986, 13-14). Le reste est constitué d'éditions d'historiographes médiévaux, qui contribuent à une réappropriation du passé national, ainsi que de manuels de commerce et de cartes géographiques ouvrant la société arménienne, et singulièrement la bourgeoisie marchande en constitution, vers le monde extérieur. On compte aussi des textes d'astrologie et de médecine imprécatoire, des abécédaires et des grammaires, des dictionnaires arménien-latin ou arménien-italien. Après 1650, le domaine couvert par le livre imprimé s'élargit considérablement au détriment du livre manuscrit, qui continue néanmoins à diffuser des textes destinés par nature à des milieux plus restreints.

8On évalue à un peu plus d'un million de livres la production des XVIe et XVIIe siècles, avant tout destinée à alimenter les dizaines de milliers de prêtres d'Arménie et des colonies de l'Empire ottoman qui en font un usage quotidien. C'est dire que la vie intellectuelle du monde arménien reste encore confinée et garde pour véhicule le codex manuscrit : on compte encore près de dix mille manuscrits copiés entre 1601 et 1700 dans les monastères du haut plateau arménien (V. Habokyan et al., 1974-1984).

Constantinople, centre de l'édition arménienne au XVIIIe siècle

9Au tournant du XVIIIe siècle, Constantinople accueille, d'après les témoignages des voyageurs et missionnaires occidentaux, une communauté arménienne conséquente de près de 80 000 âmes. Mais il a fallu pas moins de deux siècles et demi pour voir la petite colonie de quelques centaines de personnes qui habitaient la ville au moment de sa conquête par les Ottomans se transformer en véritable communauté. Avant même l'intégration de l'Arménie dans l'Empire entre 1507 et 1513, des Arméniens furent déportés à Constantinople de Brousse et Andrinople (1461), de CafFa (1475), de Baïbourt et de Trébizonde (1475-1480), de Césarée (1479), d'Amasia (1480), de Karaman, d'Angora et de Konya (1484). Ce premier flot d'émigrants venus remplir le vide occasionné par la disparition des Grecs de la capitale, fut suivi de quelques convois d'artisans de Van (1534), d'Erevan et du Nakhitchévan (1548), dont une partie fut établie à Izmit (Nico-médie) et dans ses environs. C'est cet ensemble hétéroclite qui constitue le premier noyau du peuplement arménien de Constantinople, connu sous le nom de millet des alti cerna'at, du fait de leurs origines géographiques variées et de leur installation dans six quartiers distincts de Constantinople : Samatia, Balat, Kum-kap1, Langa, Hassar-Tepe et Galata, qui constituaient autant de paroisses (H. Siruni, 1965, 181-185). Après quoi, un flot ininterrompu de gharîb, exilés fuyant l'insécurité ou la misère régnant dans les provinces, viendra régulièrement grossir la communauté.

10La création du patriarcat arménien de Constantinople, dont la juridiction ne s'étendit sur l'ensemble des nationaux de l'Empire que vers 1700, conféra à cet ensemble un poids qui devait aller grandissant. Insérée dans un environnement urbain à l'ombre du pouvoir et au contact des multiples colonies de négociants européens, cette communauté allait progressivement imposer son dialecte comme standard aux Arméniens de l'Empire et développer une vie intellectuelle remarquable dont l'influence se fit sentir dans les provinces arméniennes.

11Cette mutation contribua grandement au rapatriement à Constantinople des ateliers typographiques d'Occident. Le premier à s'établir dans la capitale, en 1695, l'atelier Surb Ëjmiacin et Surb Sargis Zoravar, a déjà un passé prestigieux. Fondée à l'initiative du catholicos d'Arménie Yakob IV Julayec i à Amsterdam, en 1658, cette imprimerie a publié la première édition de la Bible arménienne, puis s'est successivement installée à Livourne et à Marseille où elle se trouve confrontée à la censure romaine qui perturbe durablement son fonctionnement. Récupéré par les milieux catholiques de Constantinople, l'atelier participe à la polémique entre Arméniens et catholiques qui fait alors rage dans la ville jusqu'en 1718 (R. H. Kévorkian, 1981, 401-411). Stimulés par son exemple, trois autres imprimeurs créent un atelier typographique dans la capitale ottomane les cinq années suivantes. Il s'agit dorénavant d'une corporation d'artisans laïcs.

12Le premier, Grigor Marzuanc’i, est originaire de Merzifon. Il a cependant été formé, au sein du monastère d'Amerdol, près de Bitlis, aux techniques de fabrication du papier, à la calligraphie et à l'enluminure, avant de venir s'établir à Constantinople en 1684 (N. Akinean, 1952, 319-320). Après le décès, en 1695, de la personnalité la plus marquante de la communauté, Eremiya Tchelebi Kömürdjiyan (cêlêpi K'êômiwrcean), historien et géographe prolixe qui fonda brièvement une typographie en 1677-1678, Grigor Marzuanc’i hérita du matériel de celui-ci et entreprit des essais pour améliorer la qualité des caractères typographiques. Ses débuts furent très laborieux et le premier essai, publié en 1698 avec son associé, Astuacatur Kostandnupolsec’i, est loin d'être probant. Dans son édition du Synaxaire publiée en 1706, il dresse un bilan de ses travaux :

«°J'ai entamé la confection de [nouveaux] poinçons d'imprimerie sans avoir vu de mes yeux la technique employée par les maîtres, sans être allé à Rome, et sans l'avoir appris d'eux... Je me suis consacré à ces travaux préparatoires douze années durant dans les pires difficultés matérielles... Je fis la connaissance... d'Eremiya Tche-lebi Kömürdjiyan qui avait auparavant enduré bien des peines et multiplié ses efforts pour développer cet atelier. »

La Résurrection, gravure sur bois debout exécutée par Grigor Marzuan’i (Synaxaire, Constantinople, 1706, 116).

Agrandir

Le roi Tiridate ordonnant la mise au trou de Saint-Grégoire, gravure sur bois debout exécutée par Grigor Marzuanc'i (Livre d'Agathange, Constantinople, 1709, 16).

Agrandir

13Outre son travail sur les poinçons, il réussit à mettre au point une nouvelle technique de gravure sur bois debout pour les illustrations pleine page et les décors «°que j'ai taillés moi-même... au point que parfois la lumière de mes yeux faiblissait... » (Grigor Marzuanc’i, 1706, 936 ; cf. ill.). Tous ces travaux d'expérimentation nécessitent cependant des fonds que l'artisan n'est pas en mesure de générer par la seule vente de la quinzaine de titres qu'il publie jusqu'à sa mort en 1734 ou 1735. Aussi fait-il appel à des mécènes, tel le banquier originaire de la région d'Egin, Lazar Abuselc’i, qui finance ses travaux. Curieusement, le graveur reste extrêmement discret sur son invention. Au point qu'on peut se demander s'il avait conscience d'avoir inventé une technique d'illustration novatrice qui allait connaître une grande fortune en Occident au cours du XIXe siècle, notamment en Angleterre, avec l'éditeur des Romantiques Thomas Bewick (R. Blachon et al., 1990, 5-7). Mais, même s'il n'y a aucun doute sur l'antériorité de son invention, rien n'indique qu'il y ait eu transfert de la technique en Occident. En la mettant au point, Grigor semble en fait avoir recherché un moyen d'illustrer à moindre frais ses éditions tout en obtenant un excellent niveau de qualité.

14À la lumière de cette « confession », il apparaît clairement que tous les acquis de l'« apprentissage » européen des imprimeurs-éditeurs arméniens n'ont pas eu d'incidence directe sur l'activité des maîtres imprimeurs de Constantinople et que ces derniers ont dû batailler ferme pour acquérir les compétences nécessaires. Cette phase achevée, les typographies de Grigor Marzuanc’i (1698-1734), Astuacatur Kostandnupolsec'i et fils (1699-1782), Sargis Dpir (1701-1752) et quelques autres vont publier quelque 365 titres au cours du XVIIIe siècle (N. Oskanyan et al., 1988), devenant ainsi le premier centre de production du livre arménien imprimé, juste devant les moines mékhitaristes de Venise (318 éditions).

Diffusion du livre imprimé et milieux de lecture

15Si aux XVIe et XVIIe siècles la diffusion des livres imprimés en Europe se fait surtout à travers les structures de l'église, par l'intermédiaire du curé de paroisse, le XVIIIe siècle voit se développer progressivement d'autres méthodes de diffusion. À Constantinople, par exemple, imprimeurs, éditeurs et libraires ne constituent pas de corporations distinctes et un seul et même individu pratique souvent les trois activités simultanément. Mais il arrive aussi qu'un auteur s'associe avec un imprimeur, en partageant l'investissement de départ, et se retrouve ainsi intéressé aux bénéfices escomptés. Tel fut par exemple le cas du maître Paltasar Kostand-nupolsec'i (1690-1770), pédagogue, écrivain et philologue de renom, qui collabora ainsi pendant plus de vingt ans avec l'imprimeur-libraire Yovhannês Astuacaturean. La diffusion de la production propre d'une échoppe-atelier ne l'empêche pas de vendre les livres publiés par ailleurs, notamment par les institutions religieuses et scolaires, et l'on peut se demander s'il n'existait pas tout simplement une pratique de l'échange de gré à gré au sein de la corporation.

16À ce mode de diffusion statique propre aux centres urbains comme Constantinople, s'ajoutait le colportage qui avait déjà commencé à prendre en charge la distribution des imprimés en milieu rural. Circulant à dos de mulet, les colporteurs vont de village en village, proposant, entre deux coupons de tissu et un nécessaire de couture arrivés tout droit de Londres ou d'Amsterdam, les divers livres parus à Venise, Constantinople, Moscou ou Calcutta. En fait, colporteurs et curés de village se partagent à peu près équitablement la fonction de diffuseur du livre imprimé : aux premiers est réservé le soin de vendre les livres de distractions, contes, devinettes, fables, almanachs, romans exotiques ; aux seconds de distribuer, contre un don à la paroisse, missels, psautiers, hymnes, livres d'heure et autres livres de piété.

17Il nous faut également évoquer un autre type de commercialisation du livre, propre à l'Orient, fondé sur la structure familiale, dont la congrégation des P. P. Mékhitaristes de Venise offre un excellent exemple abondamment documenté (S. Djemdjemian, 1980). Éditrice de plus de trois cents titres à elle seule en 1717 et 1800, la congrégation arménienne recruta jusqu'au début de notre siècle 80 % de ses membres dans les milieux stambouliotes, notamment parmi les cadets des familles aisés. Or, dès le début, ce sont les parents des moines qui se chargent tout naturellement de vendre dans la capitale ottomane les publications de l'ordre. Ils jouent un rôle de libraires grossistes : recevant par bateaux plusieurs centaines d'exemplaires, ils se chargent gracieusement de les redistribuer aux libraires de la ville ou des provinces, d'encaisser les sommes dues et de les renvoyer par lettres de change. Les éditeurs de Venise peuvent aussi compter sur leurs missionnaires qui sillonnent les provinces arméniennes et les autres régions de l'Empire avec dans leurs bagages un exemplaire des nouveautés publiées qu'ils présentent aux lettrés locaux.

Les orientations de l'édition

18Dans sa phase initiale, aux XVIe et XVIIe siècles, l'édition arménienne produit, comme nous l'avons dit, plus de 70 % de « livres d'église », alors que les travaux savants continuent d'être diffusés sous forme manuscrite. C'est la période de transition. Certes, au XVIIIe siècle, la culture religieuse joue encore un rôle de premier plan dans les orientations de l'édition. Cependant, il ne s'agit plus uniquement de publier des ouvrages de « grande consommation » du type psautier, mais aussi des textes de théologie destinés à un public savant : œuvres de clercs contemporains ou éditions de Pères de l'église. L'historiographie, fleuron de la littérature arménienne, se trouve également mise à l'honneur - Movsês Xorenac’i et Arak’el Dawrizec’i avaient déjà été publiés à Amsterdam au siècle précédent (R. H. Kevorkian, 1982, 348-351).

Ouvrages courants : les livres d'église et de distraction

19Du siècle passé, l'on retrouve une multitude d'éditions du Psautier, des Évangiles, du Rituel, du Synaxaire, des Vita Patrum. Parallèlement, on continue à publier des abécédaires, des grammaires, des livres de cantiques et de devinettes. Dans le domaine de la poésie sacrée, ce sont les œuvres de Grigor Narekac'i et Nersês Snorhali qui ont le plus de succès et sont régulièrement réédités. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, avec les progrès de l'enseignement, les publications d'ouvrages de vulgarisation scientifique - mathématiques, physique, médecine, etc. - dues aux P. P. Mékhitaristes comme Sahak Pronean (éd. 1794) et Steprannos Abgarean (éd. 1796) ou le médecin Yovhannês Kalandarean (éd. 1793), et de nombreux almanachs. Ce type d'ouvrages représente environ 50 % de la production totale du siècle.

Les classiques gréco-latins et arméniens

20Dans la première moitié du Ve siècle, une véritable école de traducteurs est créée. Les clercs arméniens sont en rapports étroits avec tous les grands centres religieux du temps : Antioche et Édesse d'une part, Constantinople et Alexandrie d'autre part, et, bien sûr, Jérusalem, où les moines arméniens puisent la tradition liturgique encore en usage au sein de l'Église arménienne de nos jours. Jusqu'aux années 530, ces métropoles constituent la source à laquelle on vient puiser les pratiques liturgiques, les œuvres des Pères de l'Église, mais aussi l'essentiel de l'héritage hellénistique. Ainsi les Saintes Écritures, la théologie, la tradition chrétienne en général, côtoient les traductions d'Aristote ou de Philon d'Alexandrie, dont les œuvres complètes ne sont d'ailleurs plus conservées que dans leur version arménienne.

21Ce passé culturel de l'Arménie marque encore largement l'édition du XVIIIe siècle. Les travaux des Pères de l'Église, notamment Grigor Tat’ewac’i (m. en 1409) connu pour ses prises de position anti-catholiques et son argumentation contre la foi islamique (éd. en 1729, 1740, 1741, 1746 à Constantinople), sont très prisés. Le philosophe néo-platonicien Dawit’ Anyalt’ (Ve et VIe siècles) (éd. 1731, 1793, 1797) rappelle les lustres passés de l'école de pensée du siècle d'or. Les théologiens Nersês Lambronac’i (éd. 1729, 1736, 1749, 1757, 1797, etc.), Afak’el Siwnec’i (éd. 1721, 1799), Xosrov Anjewac'i (éd. 1730), Sargis Snorhali (éd. 1743), Grigor Skewrac’i (éd. 1742), Yovhannês Erznkac'i (éd. 1792) et Vardan Barjrberdc‘i - presque tous des XIIIe et XIVe siècles -, bien que moins publiés, trouvent encore une certaine audience au moins comparable à celle des autres Pères de l'Église universelle.

22Éphrem le Syrien (éd. 1710, 1741, 1767, 1779, 1788, 1793, etc.) est sans conteste le plus prisé de ceux-ci. Les œuvres de Cyrille d'Alexandrie (éd. 1717 et 1760), Cyrille de Jérusalem (éd. 1727), Jean Chrysostome (éd. 1717 et 1734), Albert le Grand (éd. 1715 et 1729), Jacques de Nisibe (éd. 1756), Ignace d'Antioche (éd. 1783), Athanase d'Alexandrie (éd. 1794), plus de dix siècles après leur traduction en arménien, retrouvent une nouvelle jeunesse en étant édités, de même que certains auteurs de l'Antiquité, tels Aristote (éd. 1750), Évagre le Pontique (éd. 1750) ou Ésope, qui a toujours fait des émules en Arménie.

Les historiographes arméniens

23Dans la littérature arménienne originale, l'historiographie est omniprésente. Elle est le genre littéraire de prédilection, au sein duquel cohabitent une tradition païenne persistante - en quelque sorte la mémoire de la nation — et une vision chrétienne ouverte au monde. Cette tradition est encore très vivace au cours du XVIIIe siècle à Constantinople où sont publiées presque toutes les éditions d'historiographes. En tête de celles-ci, l'« Hérodote arménien », Movsês Xorenac'i continue à régner sans partage (éd. 1736, 1752, 1796), suivi des non moins glorieux Agathange (éd. 1709), Faustus de Byzance (éd. 1721, 1730), Zenon Glak (éd. 1719), Elise (éd. 1764, 1787), Lazar P’arpec’i (éd. 1793), Eznik Kolbac’i (éd. 1762, 1763) - tous auteurs des Ve, VIe et VIIe siècles - et Step’annos Ôrbêlean (éd. 1756, 1790).

24Parmi les auteurs contemporains publiés à cette époque, on distingue deux écoles : la première — éditée à Constantinople —, est dans le prolongement direct de l'héritage classique. Elle est représentée par le patriarche de Jérusalem Minas Hamt'ec'i (éd. 1736), le populaire théologien Yovhannês Hanna (éd. 1727, 1731, 1734, 1767, 1782), Mesrop Erec' (éd. 1775) et le catholicos Abraham Kre-dacri (éd. 1796). Elle se caractérise par un style d'écriture traditionnel et une vision historique nationale. La seconde a pour chef de file le moine mékhitariste Mik’aêl Camc'ean, dont l'Histoire d'Arménie en trois volumes (1784-1786) renouvelle totalement les études historiographiques et les fait entrer de plain-pied dans l'histoire moderne. Exploitant un très grand nombre de sources, pour la plupart encore inédites et patiemment rassemblées par ses prédécesseurs au sein de la bibliothèque de l'île Saint-Lazare, Mik’aêl C’amc’ean brosse un tableau couvrant les 2 500 ans d'histoire du peuple arménien en une magistrale synthèse. Il fera école dans son ordre.

Théologie et philosophie contemporaines

25Là encore, deux écoles sont en présence. Elles rappellent la situation particulière du monde arménien, à cheval sur l'Orient et l'Occident. Parmi les auteurs les plus édités, on compte le patriarche de Constantinople, Yakob Nalean (éd. 1733, 1737, 1745, 1746, 1747, 1756, 1757, 1758, 1760, 1787, 1794, etc.), les catholicos d'Arménie Simêon Erewanc'i (éd. 1772, 1777, 1779, 1791, 1793, 1794, etc.), Alek'sandr Julayec'i (éd. 1783, 1790), le philosophe et grammairien Simêôn Julayec'i (éd. 1725, 1728, 1794), le théologien et peintre Yovhannês Julayec'i (éd. 1711, 1713, 1797), le poète et philosophe Palt'asar Dpir (éd. 1723, 1734, 1736, 1742, 1750, 1752, 1753, 1768 [3], 1771 [2], 1774, 1791 [2], etc.) et le polémiste Gêorg Mxlayim (éd. 1734, 1777, 1787, 1793, etc.). À un degré moindre, les œuvres de théologiens comme Lazar Jahkec'i (éd. 1735, 1737, 1742, 1744, 1786, etc.) et Manuêl Srmakêš Kesarean (éd. 1750, 1752, 1755, 1780, 1782, etc.) ou de l'évêque Yovsêp’ Atruteanc’ (éd. 1791, etc.) marquent de leur empreinte la vie culturelle arménienne. La plupart sont publiés à Constantinople.

26Le deuxième courant, plus ancré dans la culture occidentale, est pour l'essentiel composé de moines mékhitaristes. Le fondateur de la Congrégation de Venise, Mxit’ar (éd. 1725, 1730, 1732, 1736, 1737, 1749, 1750, 1751, 1759, 1770, 1771, etc.) ouvre la voie par la publication d'ouvrages de morale et de théologie fortement teintés par l'influence des auteurs européens. Il est suivi ou précédé dans cette voie par Xac’atur Erzrumec’i Arak’elean (éd. en 1710, 1711, 1729, 1733,

271734, 1736), Matt'êos Karagasean (éd. 1749, 1759, 1775, etc.), Vrt'anês Askê-rean (éd. 1782, etc.), Step'annos Agonc' (éd. 1775, etc.) et bien d'autres.

Langue, philologie et littérature de traduction

28En ces domaines, ce sont les moines mékhitaristes qui sont de loin les plus actifs. Décidés à moderniser et à renouveler la culture nationale, les pères arméniens multiplient les éditions de livres de grammaire, de dictionnaires ; épurent la langue arménienne de certains barbarismes étrangers - notamment turcs -; pratiquent dans leurs ouvrages une langue classique réactualisée.

29Le prolongement naturel de cette démarche, on le trouve dans leurs multiples traductions de moralistes, philosophes, de théologiens et d'historiens européens : Fénelon, Carlo Risoli et, plus tard, Bernardin de Saint-Pierre, Florian, etc.

30Ce sont ces mêmes moines mékhitaristes qui font découvrir à l'Occident les trésors conservés dans les vieux manuscrits arméniens, comme les œuvres disparues dans leur original de Philon d'Alexandrie ou Eusèbe de Césarée. Exemples parmi d'autres qui montrent l'extrême fécondité et la variété des courants culturels qui traversent alors l'édition arménienne.

Les milieux de lecture

31À qui s'adressent toutes ces publications ? Pour répondre à cette question, il faut déjà rappeler le cycle de formation des élites. Dans les universités monastiques de l'Arménie médiévale, on enseigne aux étudiants les sept arts libéraux - suivant les étapes du trivium et du quadrivium — avec des manuels encyclopédiques constamment enrichis, d'apports hellénistiques notamment. Cet enseignement est complété par une solide formation aux « métiers du livre » : calligraphie, enluminure, reliure et même, dès le IXe siècle, fabrication du papier - le plus ancien manuscrit complet sur papier conservé date de 987.

32Dans les milieux ruraux, on apprend depuis toujours à lire dans le psautier avec pour maître d'école le prêtre de la paroisse : c'est surtout à ce milieu que l'on destine les ouvrages courants. En milieu urbain, la bourgeoisie marchande et les maîtres artisans forment leurs enfants dans des établissements qui donnent un enseignement plus élaboré, incluant l'arithmétique, la comptabilité et les langues : les manuels de commerce et de comptabilité, les dictionnaires, les ouvrages d'histoire et de géographie visent plutôt ce public qui ne néglige pas toujours les textes plus ardus de théologie ou de philosophie. Ces ruraux attirent surtout l'élite intellectuelle laïque qui se développe alors dans des centres urbains comme Constantinople et commence à faire de l'ombre aux clercs docteurs en théologie. Dans tous les milieux, l'alphabétisation est en tout cas quasi systématique. Dans leurs témoignages, les voyageurs et missionnaires occidentaux notent avec surprise que les Arméniens connaissent par cœur des livres entiers de l'Ancien et du Nouveau Testaments auxquels ils vouent un véritable culte. Ils constatent aussi, parfois à leur dépend, qu'en milieu arménien le livre est un objet sacralisé qui ne peut être vendu ou cédé, que chaque famille, chacune selon ses moyens, se doit de posséder une Bible ou au moins les évangiles, les plus riches continuant à commander des exemplaires manuscrits sur parchemin et magnifiquement enluminés. C'est peut-être pour cela que les codices arméniens sont en grande majorité datés, que leur confection est localisée et leurs copistes ou miniaturistes connus, grâce aux colophons laissés à la fin des volumes par les calligraphes ou les commanditaires. Codifiée, la rédaction de ces colophons commence par une invocation à Dieu ; le cœur du texte comprend systématiquement le nom du copiste et du commanditaire, le lieu de confection, sa date, les souverains et prélats en fonction à cette époque et, souvent, les événements historiques qui ont marqué la période ; une prière finale implore ceux qui liront le manuscrit ou le recopieront d'adresser une prière à Dieu en mémoire du copiste et de sa famille. Le livre imprimé a repris cette tradition du manuscrit et nous permet de connaître dans le moindre détail l'histoire de chaque atelier typographique, et de constater que le plus souvent, comme pour les manuscrits, une édition a un commanditaire ou un mécène qui compensent par leur générosité les perspectives limitées du commerce du livre.

33À la fin de la période qui nous intéresse ici, Constantinople est devenu le phare de la vie intellectuelle et de l'édition arméniennes, captant également à son profit la production des Mékhitaristes de Venise.

Haut de page

Bibliographie

AKINEAN N., 1952, Balôsi dprosa (1501-1700) [L'École de Balês], Vienne, éd. des P.P. Mékhitaristes.

BLACHON R. et KÉVORKIAN R. H., 1990, « Aux origines de la gravure sur bois debout : l'École arménienne de Constantinople (1705-1782) », in Nouvelles de l'estampe, n° 111, 4-10.

CEVAHIR CEAN Malakia, Chronique stambouliote, ms. Bibliothèque des P. P. Mékhitaristes de Venise, ms. inédit, année 1567 (non folioté), 232 ff.

DjEMDJEMIAN S., 1980, L'apostolat éditorial de l'abbé Mékhitar, Venise, éd. des P.P. Mékhitaristes.

GRIGOR MARZUANC’l, 1706, Colophon du Yaysmawurk[Synaxaire], Constantinople, impr. Grigor Marzuanc’i, p. 936 et suiv.

HAKOBYAN V., ét al, 1974, Hayeren Jefagreri ZË dari Hisatakaranner (1601-1620) [Colophons des manuscrits arméniens du XVIe siècle], Erevan, Matenadaran.

HAKOBYAN V. ét al., 1978, Hayeren Jefagreri ZË dari Hisatakaranner (1621-1640) [Colophons des manuscrits arméniens du XVIe siècle], Erevan, Matenadaran.

HAKOBYAN V., 1984, Hayeren Jefagreri ZÈ dari Hisatakaranner (1641-1660) [Colophons des manuscrits arméniens du XVIe siècle], Erevan, Matenadaran.

KÉVORKIAN R. H., 1986, Catalogue des incunables arméniens ou Chronique de l'imprimerie arménienne (1511-1695), Genève, Patrick Cramer éditeur.
1983, « Livre missionnaire et enseignement catholique chez les Arméniens entre 1583 et 1700 », in Revue des études arméniennes, XVII, 589-599.
1982, « Livre imprimé et culture écrite dans l'Arménie des XVIe et XVIIe siècles », in Revue des études arméniennes, XVI, 348-351.
1981, « L'imprimerie Surb Ejmiacin et Surb Sargis Zoravar et le conflit entre Arméniens et catholiques à Constantinople (1695-1718) », in Revue des études arméniennes, XV, 401-411.

OSKANYAN N. et ai, 1988, Haygirk'a 1512-1800 t'vakannerin [Le livre arménien, 1512-1800], Erevan, Bibliothèque nationale d'Arménie.

REFlK A., 1935, 16. Aarda Istanbul Hayatt [La vie à Istanbul au XVIe siècle], Istanbul.

SlRUNI H., 1965, Polis ew ir ten [Constantinople et son rôle], I, Beyrouth.

Haut de page

Notes

1  Translittération : le système adopté est celui de la Revue des études arméniennes, nouvelle série, système Hübschmann-Meillet-Benveniste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raymond H. Kévorkian, « Le livre imprimé en milieu arménien ottoman aux XVIe-XVIIIe siècles », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/302

Haut de page

Auteur

Raymond H. Kévorkian

Bibliothèque Nubar, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page