Navigation – Plan du site
IV. Lectures dans les communautés de l'Empire

Le goût du fruit défendu ou de la lecture de l'albanais dans l'Empire ottoman finissant

The Taste of the prohibited Fruit. The reading of Albanian at the end of the Ottoman Empire.
Nathalie Clayer
p. 225-250

Résumés

Du milieu du XVIe siècle à la révolution Jeunes-Turcs, la production de livres en albanais, diffusés dans l'Empire ottoman, passa par trois phases : jusqu'au début du XIXe siècle quelques rares livres religieux furent publiés pour un public restreint ; les trois premiers quarts du XIXe siècle peuvent être considérés comme une période de transition, passage du livre « sacré » au livre « national », ce dernier se développe pendant la troisième phase, entre 1878 et 1908.
La production et la diffusion de livres albanais doit beaucoup aux colonies albanaises à l'étranger ainsi qu'à l'aide extérieure (spécialement de la part de certains gouvernements comme celui de l'Autriche-Hongrie, et grâce à l'action des missionnaires protestants).
Grâce aux liens entre ces développements et la construction d'une identité nationale albanaise, la diffusion de la littérature s'accrut, mais avec de plus en plus de difficultés. Il y eut des raisons externes à cela (comme la censure ottomane) mais aussi des causes internes (et d'abord, les importantes disparités religieuses, culturelles et régionales au sein de la population albanaise).

The Taste of the prohibited Fruit. The reading of Albanian at the end of the Ottoman Empire.

From the mid-sixteenth century until the Young Turk Revolution, the production of books in Albanian, which were circulated in the Ottoman Empire, passed through three stages : up until the beginning of the nineteenth century, a few religious books were published for a restricted public ; the three first quarters of the nineteenth century can be considered as a period of transition during which the « sacred book » gave way to the « national book » ; the national book developed during the third stage, between 1878 and 1908. The production and circulation of Albanian books owe a lot to Albanians living abroad and to foreign help (especially from some governments such as the Austro-Hungarian Empire, as well as from the activities of Protestant missionaries).Because of the links between these developments and the building of an Albanian national identity, the diffusion of this literature increased, but with more and more difficulties. There were external reasons for this, such as Ottoman censorship, but also internal causes, above all, the great religious, regional and cultural disparities amongst the Albanian population.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

 « Le premier Albanais, dit la légende, cacha un jour son livre dans une tête de chou. Une vache survint et mangea le tout, ce qui fait que les Skyptars n'ont plus de livres » (F. Gibert, 1914, 83).

  • 1  Il est extrêmement difficile de donner un chiffre précis, car il n'existait pas de millet albanais (...)

1À la fin du XIXe siècle, l'albanais, qui appartient à un rameau isolé des langues indo-européennes, était parlé dans l'Empire ottoman par environ un million et demi à deux millions de locuteurs1 ; il était cependant à peine en train d'accéder au rang de langue littéraire, et non sans difficultés, comme l'illustre la légende précédemment citée, que l'on pouvait entendre encore au début du XXe siècle. Vivant principalement aux marges de l'Empire dans les terres montagneuses de la frange occidentale de la péninsule Balkanique, les Albanais étaient alors encore partagés entre différentes zones culturelles, divisés en plusieurs groupes religieux, ne possédaient ni langue unifiée, ni alphabet commun. Pourtant un nombre croissant d'imprimés en albanais, livres et périodiques, voyaient le jour et étaient diffusés, généralement à l'insu des autorités ottomanes, qui s'opposaient à ce développement littéraire, synonyme d'éveil national.

2Par rapport à d'autres groupes ethniques composant la mosaïque ottomane, celui des Albanais constituait un cas relativement complexe en ce qui concerne tant le développement d'une littérature écrite, que l'émancipation nationale. Tout d'abord parce que, contrairement à d'autres minorités, ils ne disposaient pas d'une ancienne culture (ni étatique, ni littéraire). Ensuite, parce que, particulièrement touchés, à partir du XVIIe siècle, par le phénomène d'islamisation, ils furent petit à petit divisés en trois groupes confessionnels : celui des musulmans, qui devint le plus nombreux probablement au cours du XVIIIe siècle et représentait au début du XXe au moins 70 % des Albanais de l'Empire ; celui des chrétiens orthodoxes, dont une fraction se retrouva à partir des années 1830 intégrée au royaume de Grèce ; et enfin, celui, moins important, des chrétiens catholiques, qui formaient moins de 10 % de l'ensemble des Albanais. Ces groupes confessionnels se fondaient respectivement dans les millet musulman, rum et latin. Ce qui signifie que chacun possédait un système d'éducation particulier, celui du millet auxquels il appartenait, et que chacun était immergé dans une culture différente : la culture turco-islamique, exprimée dans les langues orientales (turc, arabe et persan) ; la culture gréco-orthodoxe, en langue grecque ; ou la culture catholico-italienne, en latin et en italien.

3En réalité, la division religieuse, bien que très importante, n'était pas totalement déterminante. Il faut en effet prendre en compte une autre division, à la fois ethnique, sociale, linguistique et culturelle, qui existait entre les Albanais du nord - ou Guègues - et les Albanais du sud - ou Tosques. Chez les premiers, les barrières confessionnelles et culturelles étaient plus nettes (sauf dans le cas de certaines tribus des hautes montagnes), et l'analphabétisme quasi général, excepté dans les rares villes comme Shkodër et Prizren, ainsi que chez les religieux catholiques et musulmans. Chez les seconds, ces barrières se faisaient plus floues et laissaient une certaine hégémonie à la culture grecque, y compris pour une grande partie des musulmans. Le taux d'analphabétisme, quoique très élevé comme dans l'ensemble de l'Empire ottoman, l'était moins que chez les Guègues. Plusieurs facteurs ont pu contribuer à cette divergence de situation chez les Tosques : une structure sociale plus souple, une islamisation plus tardive, ainsi que la diffusion d'un islam plus hétérodoxe, celui des Bektachis, qui essaima de façon considérable au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.

  • 2  N'oublions pas que des manuscrits et imprimés rédigés en d'autres langues (turc, arabe, persan, gr (...)

4L'absence d'une littérature ancienne, les disparités culturelles entre groupes confessionnels, mais aussi entre Guègues et Tosques, ainsi qu'un très fort taux d'analphabétisme ont eu nécessairement de lourdes conséquences sur le développement tardif du livre albanais au cours du XIXe et au début du XXe siècle. Je me propose de retracer ici ce développement, jusqu'à la révolution jeune-turque de 1908, en étudiant à la fois la production, la diffusion et la réception des imprimés albanais dans l'Empire ottoman, ainsi que leurs enjeux2.

Du livre sacré au livre « national »

  • 3  Je laisse ici de côté la production de manuscrits.

5On peut distinguer grosso modo trois étapes dans la production d'imprimés en albanais3 : la première débute en 1555, date supposée de la publication du Missel de. Gjon Buzuku, premier livre imprimé en albanais, et dure jusqu'au début du XIXe siècle ; la seconde couvre les trois premiers quarts du XIXe siècle, la troisième étape allant de 1878 à 1908.

6Jusqu'au début du XIXe siècle, les quelques rares livres imprimés en albanais (une dizaine, dont deux réédités plusieurs fois) avaient été des livres religieux catholiques - missels, catéchismes, traductions de morceaux de la Bible, dictionnaires, résultats de conciles provinciaux. Ils avaient été édités en Italie, notamment par la Congrégation pour la Propagation de la Foi (De Propaganda Fide) de Rome, à partir de la fondation de celle-ci en 1622. Le but de leurs auteurs avait été de faciliter l'accès à la doctrine chrétienne, en particulier aux prêtres ne maîtrisant pas suffisamment le latin. Quant à leur diffusion, elle avait été très limitée, car circonscrite aux milieux du clergé, et peut-être à quelques-uns des commerçants catholiques du nord de l'Albanie, du Kosovo et de la Macédoine.

7La seconde période peut être considérée comme une période de transition, entre la phase de production exclusive de livres sacrés et celle de l'apparition des livres « nationaux ». Parallèlement à la continuation, à Rome, d'une production de livres religieux pour les catholiques qui s'accéléra à partir des années 1840 (en tout environ un peu plus de vingt titres), cette étape fut marquée par les entreprises de traduction en langue albanaise faites par la British and Foreign Bible Society de Londres, et par l'émergence d'une littérature « d'inspiration romantique » dans certaines colonies albanaises de la diaspora. Ces deux types de développement vont contribuer à sensibiliser une partie de l'intelligentsia albanaise à la lecture et à l'écriture de sa langue maternelle, ainsi qu'à l'existence d'un patrimoine historique et culturel propre.

8L'initiative de la Bible Society, prise vers 1816, de publier des traductions des Écritures saintes en albanais, donna une impulsion sans précédent, quoique encore très progressive et limitée, à la diffusion du livre et de la lecture dans cet idiome. De fait, les missionnaires protestants, dont l'intention première était de donner accès aux Écritures aux simples fidèles, travaillaient pour une large diffusion, ce qui n'était pas le cas des éditeurs de livres pour les catholiques. Ils disposaient pour cela d'un réseau de colporteurs. En outre, leur principal traducteur, Konstantin Kristoforidhi — un Albanais d'Elbasan (en Albanie centrale) -, œuvra personnellement pour la diffusion des livres et de la pratique de la lecture.

  • 4  Pour compléter la liste des livres édités en albanais à Istanbul avant 1878, il faut signaler la p (...)

9Un médecin albanais, du nom de Vangjel Meksi, effectua pour la Société une première traduction du Nouveau Testament en 1819-20. Quelques années plus tard, après une révision du texte effectuée par l'archevêque Grigor Gjirokastriti, une première brochure (L'Évangile selon Saint Matthieu) fut éditée à Corfou en 1824, comme banc d'essai pour une publication complète du Nouveau Testament, qui fut finalisée trois ans plus tard dans la même ville. Cette édition fut imprimée en caractères grecs adaptés, avec une traduction en grec moderne en regard. Une seconde édition vit le jour en 1858, à Athènes. C'est à la même époque que les missionnaires protestants en poste à Istanbul songèrent à une nouvelle traduction de la Bible en albanais, et rentrèrent en contact avec le jeune Konstantin Kristoforidhi (1827-1895). Le travail de ce dernier, entamé dès 1857, conduisit à l'édition, entre 1866 et 1872, d'une dizaine de livres, d'une part en dialecte tosque et en caractères grecs adaptés, et d'autre part en dialecte guègue et en caractères latins eux aussi adaptés (Nouveau Testament, Evangiles et Actes des Apôtres, Psaumes, Histoire sainte et Quatre catéchismes), tous imprimés à Istanbul, dans l'imprimerie d'A Boyadjiyan (Xh. Lloshi, 1974)4. En outre, dès le début de l'entreprise, Kristoforidhi ressentit la nécessité de publier des abécédaires, petits livres d'apprentissage de la lecture, dans chacun des deux principaux dialectes de l'albanais. Ils furent imprimés en 1867 (et réédités en 1872) par la Société pour les brochures religieuses (Religious Tract Society) des missionnaires protestants. Au reste, dès la parution des premières publications de la Bible Society, un intérêt se manifesta, non seulement chez des Albanais chrétiens, mais aussi chez certains Albanais musulmans d'Istanbul, d'Albanie du sud et d'Albanie centrale, qui virent là un moyen d'apprendre à lire et à écrire leur langue maternelle. Soulignons que les abécédaires de K. Kristoforidhi ne furent pas les premiers à avoir existé. Un certain Naum Veqilhardji, de la région de Korçë, l'avait précédé d'une vingtaine d'années, en publiant en 1844 et 1845, en Roumanie, deux versions d'un abécédaire lithographie, qui avait été diffusé dans le sud de l'Albanie, dans les régions de Korçë, Permet et Berat. Mais l'entreprise n'avait pas eu de suite.

  • 5  Ce dernier, alors qu'il était consul d'Autriche à Yanina, avait pris comme professeur d'albanais l (...)

10Au cours de la même période (1800-1878), on vit apparaître un autre type de littérature en albanais, produite cette fois en dehors de l'Empire ottoman. En Italie notamment, où existait depuis le XVc-XVle siècle une forte colonie « italo-albanaise » ou « arbëresh » (environ 100 à 150 000 personnes vers 1900), la publication de recueils de poésies commença à se développer à partir de 1836. Girolamo/Jeronim de Rada (1814-1903) en fut l'initiateur. Il édita (en albanais, avec traduction italienne en regard) de longs poèmes épiques qui chantaient la patrie perdue et relataient les faits et gestes des ancêtres du XVe siècle (Milosao, fille du despote de Shkodër ; SerafinaThopia, princesse de la Zadrima, et bien sûr Skanderbeg, le futur « héros national albanais » qui avait résisté aux Turcs). Cette production alla de pair avec la collecte de chants et de traditions populaires. Toutes deux furent soutenues, voire stimulées, par des linguistes, diplomates et écrivains européens, comme Alphonse de Lamartine, Gustav Meyer, Elena Ghica (Dora D'Istria), Hyacinthe Hecquard ou Johann Georg von Hahn5. Ainsi, dans la première partie des Poesie albanese de Girolamo de Rada parue en 1847 fut éditée une lettre de Lamartine, dans laquelle celui-ci le remerciait de lui avoir envoyé ses œuvres et exprimait ses vœux « pour la liberté et la résurrection de l'Albanie ».

  • 6  Leur tirage devait être d'ailleurs assez faible. Par exemple, un recueil de poésies édité par Deme (...)

11Contrairement aux livres parus dans l'Empire ottoman à la même époque, qui contribuaient surtout à la valorisation de la langue, les livres des Arbëresh éveillèrent la conscience de certains lettrés albanais au sujet de l'existence d'un peuple albanais, possédant un patrimoine historique et une tradition. Les livres édités par G. de Rada, D. Camarda, A. Santori et d'autres, eurent une diffusion certainement limitée6. Mais, outre des linguistes et écrivains étrangers, ils touchèrent quelques intellectuels albanais de l'Empire qui en furent certainement très influencés. Ainsi, le célèbre lexicographe ottoman d'origine albanaise, Şemseddin Sami Frashëri, possédait au moins l'un des livres de G. de Rada, de même que l'étude d'un autre Italo-Albanais, Vicenzo Dorsa, sur l'histoire, la langue, le folklore et la littérature des Albanais (Gli Albanesi. Ricerche epensieri, Napoli, 1847, en italien), étude dans laquelle l'auteur avait mis en exergue la citation « Heureux l'écrivain qui élève un monument à son pays » (Dh. S. Shuteriqi, 1965, 171 et 173). C'est dans le même esprit que deux autres recueils folkloriques furent publiés dans les années 1870 par des Albanais de l'Empire ottoman, mais toujours en dehors des frontières : Giuseppe Jubany, catholique originaire de Shkodër (Raccolta di canti popolare e rapsodie dipoemi albanesi, Trieste, 1871) et Thimi Mitko, un orthodoxe natif de Korçë (Alvaniki melissa — L'abeille albanaise, Alexandrie d'Égypte, 1878).

12C'est avec les bouleversements provoqués par la guerre russo-turque de 1876-77 et les décisions du Congrès de Berlin en 1878 que débuta la troisième et plus importante phase du développement des imprimés albanais. Les éventuelles cessions aux pays voisins (Monténégro, Grèce), de territoires peuplés d'Albanais, provoquèrent des réactions sous diverses formes. Les plus connues furent les formations de ligues militaires régionales, dont la plus célèbre fut la Ligue de Prizren. Une autre réaction, venant davantage des milieux intellectuels, fut l'affirmation de la volonté de valoriser la langue albanaise, en particulier par la publication de livres et de périodiques et la création d'écoles. Par là, le but était double. Il s'agissait de faire passer l'idée de l'existence d'une nation albanaise tant auprès des Turcs, des Grecs, des Bulgares et des Européens, qu'auprès des Albanais eux-mêmes, car « sans langue, pas de nation ». Mais il s'agissait aussi d'élever le niveau culturel des Albanais en leur offrant, dans leur langue maternelle, un accès plus facile à la connaissance au sens large - c'est-à-dire pas uniquement à la doctrine et aux textes religieux.

13La part des livres pieux n'en resta pas moins importante, en particulier chez les Guègues catholiques, pour lesquelles les jésuites et les franciscains s'attachèrent dorénavant à diffuser une littérature d'édification - donc destinée à un public plus large. Une trentaine de titres furent publiés à Rome ou à Shkodër : vies de saints, règlements de congrégations, doctrine chrétienne, etc. En ce qui concerne les orthodoxes, le patriarcat et le haut clergé étant farouchement opposés à l'usage de la langue albanaise, seules les traductions de Kristoforidhi éditées par la Société biblique protestante étaient à leur disposition. Une quinzaine de nouveaux volumes de textes tirés du Nouveau et de l'Ancien Testaments, parmi lesquels plusieurs rééditions, furent publiés à Istanbul en 1878-80, 1884 et 1886, avec toujours plus de difficultés pour obtenir les autorisations nécessaires de la part des autorités ottomanes. Par la suite seulement trois autres livres de la Bible Society purent voir le jour : deux à Bucarest en 1889 (en caractères latins) et un à Istanbul en 1895 (en caractères grecs). De son côté, un pope de la région de Fiorina en Macédoine grecque, Papa Kristo Harallambi Negovani, commença à éditer plusieurs ouvrages dont une Histoire de l'Ancien Testament (Bucarest, 1899), une Histoire de la Bible (Sofia, 1903) et les Actes des Saints Apôtres (Sofia, 1906), mais son œuvre fut arrêtée à la suite de son assassinat par une bande (çeta) grecque en 1905.

14L'une des nouveautés de la période fut l'apparition de quelques livres religieux musulmans imprimés. La littérature manuscrite dite aljamiado, c'est-à-dire en albanais et en caractères arabes, semble remonter au XVIIIe siècle (H. Kalesi, 1966-67), mais ce n'est qu'à partir de 1878 que furent imprimés les premiers textes de ce genre : deux traductions de mevlud (l'une en 1878, pour les musulmans du Monténégro et du nord de l'Albanie actuelle, et l'autre dans les années 1880 pour ceux du Kosovo). Plus tard, deux pièces de cette littérature aljamiado furent retranscrites en caractères latins et imprimées à Bucarest (Muhamed Çami, Erveheja, 1888 ; Tahir Efendi Gjakovë, Emni Vehbije, 1907). Le plus notable est cependant la parution d'un ilmihal, catéchisme musulman, en albanais et en caractères latins, de la plume d'un (alîm de Dibra (Hodja Voka [Said Najdeni], Ferëfenjëseja e myslimanëvet, Sofia, 1900), ainsi que celle de deux ouvrages d'inspiration bektachie, écrits par Nairn Frashëri, frère aîné de Şemseddin Sami (Fletore e Bektashinjet - Le petit livre des Bektachis, Bucarest, 1896 ; Qerbelaja— Kerbela, Bucarest, 1898). Avec ces deux derniers écrits, un pont était fait entre le religieux et le profane, ou plus exactement entre le religieux et le « national » dans la mesure où l'auteur y mêlait des injonctions aux lecteurs d'oeuvrer pour leur patrie et leur nation.

15Car le fait le plus saillant de cette nouvelle phase est précisément le développement d'une littérature profane et « nationale », qui avait été initiée par les Italo-albanais au cours de la période précédente. Dorénavant, les auteurs (ou traducteurs) de livres et les éditeurs de périodiques étaient le plus souvent des Albanais vivant ou ayant vécu dans l'Empire ottoman : des Tosques orthodoxes et musulmans bektachis (Nairn, Sami et Midhat Frashëri, Faik Konica, Shahin Kolonja, Mihal Grameno, Visar Dodani, Nikolla Naço, Anton Cako Çajupi, Papa Kristo Harallambi, Asdren, et d'autres), et plus rarement des Guègues orthodoxes et catholiques (Konstantin Kristo foridhi, Don Ndoc Nikaj, Don Gjergj Fish ta, Don Ndre Mjedja, etc.).

16L'apprentissage de la lecture était naturellement prioritaire et les abécédaires, livres de lectures et grammaires se multiplièrent, de même que les manuels scolaires en albanais (histoire, géographie, calcul, etc.). Dans ce domaine, il y eut deux productions parallèles : l'une pour les Tosques, l'autre pour les Guègues.

  • 7  En albanais, la Société s'appelait Shoqëri e të shtypuri shkronja shqip, mais en tutc elle portait (...)
  • 8  Un premier abécédaire avait été publié à Istanbul en 1878, en français : L'alphabet latin appliqué (...)
  • 9  Auparavant, c'est l'italien qui était la langue d'enseignement dans ces écoles.

17La première fut initiée par la Société pour l'impression d'écrits albanais, créée à Istanbul en 18797 qui édita un abécédaire (Istanbul, 1879),8 puis toute une série de manuels imprimés à Bucarest à partir de 1886, pour l'école albanaise qu'elle avait réussi à faire ouvrir l'année suivante - non sans mal - à Korçë (au sud-est de l'Albanie actuelle). D'autre part, à partir de 1897, plusieurs séries de manuels furent éditées à Vienne pour les écoles catholiques sous protectorat autrichien9, et en Italie ou à Shkodër pour les écoles italiennes créées à cette époque. En Grèce, un Albanais nommé Anastas Kullurioti publia lui aussi, en 1882, un abécédaire et un livre de lecture ; tandis qu'en Italie, un abécédaire fut édité en 1896, à la suite de la tenue d'un congrès national en 1895.

  • 10  Des historiens turcs ont mis en doute la paternité de Sami Frashëri, à cause de la teneur « anti-t (...)

18À côté de ces livres didactiques, destinés autant aux enfants qu'aux adultes, d'autres types d'imprimés vinrent petit à petit grossir les étagères de la « bibliothèque albanaise » : des recueils de poésies, des livres d'histoire, deux pièces de théâtre, des traductions d'ouvrages occidentaux, et des périodiques (annuaires, revues et journaux), surtout à partir de 1896-97, époque de l'insurrection Cretoise, et de la guerre gréco-turque. Cette crise, qui rendit encore plus incertain le devenir de l'Empire ottoman en Europe, entraîna une sensible politisation du mouvement littéraire, comme en témoigne l'accélération du développement de la presse albanaise, dont les « ancêtres » avait été L'albanese d'Italia de G. de Rada (Napoli, 1848) et le Pelasgosd'A. Byku (Lamia - Grèce, 1860-61). Tandis qu'entre 1878 et 1896, sur une période de presque vingt ans, onze titres avaient vu le jour, quarante-six périodiques furent lancés entre 1897 et 1908, durant les douze années qui précédèrent le rétablissement du régime constitutionnel. Dans les livres aussi l'affirmation nationale était de plus en plus marquée. C'est ainsi que parurent la traduction du Guillaume Tellde Lamartine (Sofia, 1898), relatant l'histoire du héros légendaire de l'indépendance suisse, mais surtout l'Histoire de Skanderbeg de Nairn Frashëri (Bucarest, 1898), et le manifeste à caractère très politique de Sami Frashëri L'Albanie ce qu 'elle a été, ce qu 'elle est et ce qu 'elle sera (Bucarest, 1899, publié à l'époque de façon anonyme)10. Même dans un abécédaire comme celui que Faik Konica publia à Bruxelles en 1899, le développement des sentiments patriotiques chez le lecteur était un objectif aussi important que celui de l'apprentissage de la lecture, comme en témoigne le chapitre intitulé « Catéchisme des devoirs du patriote ».

19L'appellation « catéchisme » est l'indication d'une certaine « sacralisation » de la lecture et du livre, même profane, par les Albanais de cette époque encore peu nombreux, qui commençaient à y porter un intérêt. Déjà, l'abécédaire de Naum Veqilhardji avait été considéré, par les habitants de Korçë qui apprirent à lire et à écrire avec lui, comme une « source miraculeuse » (S. Polio, 1986, 121). Certains portaient les abécédaires contre leur poitrine, comme il était de coutume de le faire pour le Livre saint. On considérait l'endroit de la maison où se trouvait l'abécédaire comme « un endroit béni de Dieu ». Certains allaient jusqu'à dire que l'abécédaire était à la fois « les Évangiles et le Coran de l'albanisme ». D'autres tenaient Nairn Bey Frashëri, auteur de nombreux ouvrages, pour un « prophète albanais » (P. Pepo, 1962, 67, 68-69, 71, 180).

20En tout, ce furent environ deux cents livres et brochures, religieux ou profanes, et un peu moins de soixante périodiques (représentant environ 1 400 numéros) qui virent le jour durant les quarante années qui précédèrent la révolution jeune-turque. Pour diverses raisons ce développement se fit essentiellement en dehors de l'Empire ottoman et, en grande partie, grâce à l'aide, voire aux stimuli de divers institutions ou gouvernements étrangers.

Rôle des colonies et aides étrangères

  • 11  En 1901, un groupe de jeunes albanais avaient installé clandestinement dans une cave d'une maison (...)

21Alors que l'éveil littéraire avait fini par prendre forme aussi au cœur de l'Empire, avec la création à Istanbul de la Société pour l'impression de livres albanais en 1879, et l'édition d'un abécédaire conçu dans un nouvel alphabet à base latine, les autorités ottomanes furent rapidement amenées à freiner ce mouvement, puis à s'y opposer. Hormis les publications de la Bible Society- parmi lesquelles une grammaire de K. Kristoforidhi (1882, en grec) -, et les deux mevlud en albanais et en caractères arabes, seule une revue éducative en alphabet latin, intitulée Drita (La lumière) puis Dituria (La connaissance) put paraître à Istanbul, en 1884-8511. L'unique centre situé à l'intérieur des frontières de l'Empire, où des textes albanais pouvaient être imprimés, était Shkodër, la ville du nord albanais. Depuis les années 1870 les jésuites y avaient installé une imprimerie, où ils publiaient des diplômes, des lettres pastorales, des livres de prières, dictionnaires, grammaires et manuels scolaires pour les écoles catholiques (en tout environ 25 livres et brochures parus entre 1876 et 1908), ainsi qu'un périodique mensuel (à partir de 1891) : Le messager du Sacré-Cœur de Jésus, organe de la congrégation du même nom. Cette imprimerie n'était en réalité que tolérée par les autorités ottomanes et, vers 1898, elle n'avait toujours pas d'existence légale. Elle ne put donc se développer.

  • 12  Kullurioti lui-même mourut en prison, à Athènes, en 1887.

22Étant donné l'opposition de plus en plus marquée à l'éveil littéraire et national albanais, tant de la part des autorités ottomanes (pour les musulmans) que du patriarcat (pour les orthodoxes), la majeure partie de la production vit le jour en dehors des frontières de l'Empire. En Italie, l'exemple que G. de Rada continua à montrer jusqu'à la fin du XIXe siècle fut suivi par de nombreux autres poètes, linguistes et publicistes, mais toujours avec une certaine spécificité arbëresh. En Grèce, les Arvanites, à l'instar de Kullurioti, eurent beaucoup de mal à faire entendre librement leur voix après 1882 et le mouvement littéraire resta larvé12. Pour leurs frères de l'Empire ottoman, ce sont donc les Albanais - en majorité des Tosques orthodoxes et (dans une moindre mesure) musulmans - des nouvelles colonies formées par l'émigration économique à caractères temporaires (kurbet en albanais, gurbet en turc) ou par l'émigration politique, qui furent désormais les stimulateurs du mouvement aux côtés de quelques intellectuels restés dans l'Empire. Évoluant dans un milieu plus libre, souvent plus éveillés politiquement et dans une meilleure situation économique, ils purent collecter parmi eux (ou auprès de certains gouvernements) des fonds pour la publication de livres et de périodiques, imprimer des ouvrages et les diffuser dans l'Empire grâce à leurs contacts permanents avec la mère patrie. Dès 1884, la Société pour l'impression de livres albanais d'Istanbul se tourna vers les colonies de Roumanie et d'Egypte pour financer et réaliser la publication des premiers manuels scolaires conçus par ses membres (Nairn Frashëri, Sami Frashëri et Jani Vreto). Ainsi fut fondée à Bucarest la Société Drita (La lumière), renommée en 1887 Dituria (La connaissance), qui acquit une imprimerie et édita de 1886 à 1907 une quarantaine de livres. À partir de 1897, Sofia, la capitale bulgare, devint elle aussi un centre de première importance pour le mouvement littéraire albanais. Une imprimerie y fut créée par Kristo Luarasi et Kosta Jani Trebicka, grâce à des caractères rapportés de Bucarest. Plus tard, en 1902, une machine put être achetée grâce à Aladro Kastriota, un diplomate espagnol se présentant comme descendant de Skanderbeg et prétendant à l'éventuel trône d'Albanie. Une quarantaine de volumes, ainsi que plusieurs périodiques, y virent le jour. À Bruxelles, Faik Konica, un jeune Albanais qui avait étudié au lycée Galatasaray à Istanbul, puis en France, édita lui aussi plusieurs ouvrages (un abécédaire, une Histoire de la Turquie et une Histoire de l'Albanie de Don Ndoc Nikaj, deux petites brochures et deux numéros d'un annuaire). D'autres livres ou périodiques en albanais furent édités, de façon plus ponctuelle, en Egypte, en Amérique, dans l'Empire austro-hongrois et en Serbie.

23Une partie substantielle des livres imprimés en albanais le furent non seulement grâce aux Albanais de la diaspora, mais aussi grâce à l'aide de « mains étrangères », parfois même à leur instigation. On a vu, par exemple, le rôle qu'ont joué plusieurs institutions religieuses, comme la Congrégation De Propaganda Fide dès la première phase du développement du livre albanais, puis la Compagnie de Jésus, dont les missionnaires, la plupart non albanais, introduisirent l'imprimerie à Shkodër. À l'un des leurs, le Père Jack Jungg, on doit une grammaire, un dictionnaire et plusieurs traductions d'ouvrages religieux en albanais. Enfin, dans les années 1890, une association de bienfaisance fondée sous leur égide créa également une petite bibliothèque de prêt dans les murs du collège tenu par les pères jésuites. Le but non avoué de cette entreprise était avant tout « d'endiguer le flot des livres dangereux et mauvais [c'est-à-dire anticléricaux] en provenance d'Italie ». L'action de ces institutions en faveur de la langue albanaise, pour lesquelles, au demeurant, l'italien restait la langue principale, eut d'ailleurs des effets limités, puisqu'elle ne sortit pas du champ religieux, et qu'elle ne toucha presque exclusivement que les milieux catholiques du nord albanais, de Kosovo et de Macédoine.

24Il faut ici revenir sur le rôle, assurément beaucoup plus décisif, des missionnaires protestants de la British and Foreign Bible Society de Londres, ainsi que de L' American Board. Ce sont les missionnaires anglais auxquels revient le mérite d'avoir cherché à diffuser plus largement des imprimés en albanais, et qui plus est dans les deux dialectes, guègue et tosque. Ils recherchèrent des traducteurs, financèrent les traductions, les travaux d'édition et d'impression, et s'occupèrent de la diffusion par l'intermédiaire d'un réseau de dépôts et de missionnaires-colporteurs. Ils acceptèrent même de distribuer, en même temps que les livres saints, les abécédaires conçus par Konstantin Kristoforidhi. En fait, les publications de la Bible Society déclenchèrent dès 1866 un vif intérêt (y compris chez les musulmans), voire même une sorte de crise. Le gouvernement turc qui s'occupait alors de réformes dans le domaine de l'éducation, se vit contraint de réunir une commission pour la question de l'Albanie, dont fit partie Kristoforidhi (Xh. Lloshi, 1974, 143-144, 145). Si la société biblique publia de moins en moins de livres dans les années 1890-1900, c'est faute de ne pouvoir obtenir les autorisations nécessaires auprès des autorités turques, malgré l'intervention de l'ambassade britannique. Mais l'action des missionnaires protestants n'en resta pas moins intense dans la diffusion du livre albanais et de la lecture de cet idiome. À partir des années 1880, les missionnaires de l’American Board, notamment des missionnaires d'origine albanaise, aux premiers rangs desquels les membres de la famille Qiriazi, déployèrent une activité dans ce sens. Ils collaborèrent à l'édition de deux nouveaux ouvrages à Bucarest en 1889. Ils tinrent une librairie à Monastir/Bitola, où Gjergj D. Qiriazi vendait les livres de la Bible Society, mais aussi d'autres livres en albanais, afin de fournir les écoles officielles (ou secrètes) de Korçë, ainsi que les autodidactes. Car ils avaient ouvert dans cette ville, en 1891, une école albanaise pour filles qui venait compléter l'action de l'école de garçons fondée quatre ans plus tôt par les patriotes albanais.

25En dehors de ces institutions religieuses catholiques et protestantes, des gouvernements qui avaient intérêt à voir un éveil national albanais ou qui voulurent l'influencer, ont eu une part active dans le développement de la littérature albanaise. Celui de l'Autriche-Hongrie fut le plus dynamique en la matière, et contribua non seulement au financement et à la diffusion d'imprimés en albanais, mais aussi, dans certains cas, à leur conception et à leur fabrication. À partir de 1896-97, la fragilisation de plus en plus grande de l'Empire ottoman en Europe la conduisit à stimuler un sentiment national chez les Albanais, afin de pouvoir contrer, le moment venu, les avancées slaves. Pour cela, elle décida d'utiliser plus efficacement le protectorat du culte catholique dont elle jouissait, et d'intervenir également par d'autres moyens. Ayant ainsi introduit l'albanais dans les écoles catholiques subventionnées par elle, la double monarchie fit imprimer plusieurs séries de manuels, dont certains furent élaborés selon les modèles de livres déjà en usage sur son territoire. Le premier, un livre de lecture, fut mis en forme par L. Thalloczy aidé de l'Albanais Zef Curani, à partir du manuel du franciscain Lovro Mihacevic, conçu pour les écoles de Bosnie-Herzégovine. Il fut imprimé à Vienne, sans en porter l'indication. Pour les manuels suivants, dont il y eut deux séries (livres de lecture, catéchisme, histoire biblique, grammaire, arithmétique, géographie, cahiers de calligraphie) dans des alphabets différents - Bashkimi et Agimi -, les autorités autrichiennes fournirent certains modèles (en italien), les traductions/adaptations furent faites par des prêtres albanais, et les impressions effectuées à Vienne.

  • 13  Dans les premières années qui suivirent la crise Cretoise de 1896, l'Autriche-Hongrie mena une pol (...)

26Ce sont aussi les fonctionnaires austro-hongrois qui furent à l'origine du premier livre sur l'histoire de l'Albanie. Ce livre intitulé Les événements d'Albanie (T'nnollunat e shqypniis) et soi-disant édité à Alexandrie par « un guègue qui aime son pays », fut en réalité rédigé par L. Thalloczy, traduit en albanais par Z. Curani et imprimé à Vienne. Entre les lignes, Thalloczy y développait, selon ses propres dires, l'idée que les Albanais avait toujours eu une « individualité nationale »13. Toujours avec le souci de contrôler le mouvement littéraire, le consul autrichien Theodor Ippen poussa le prêtre Don Ndoc Nikaj à traduire de l'italien en albanais une histoire de la Turquie Historia é Turkiis, dont il corrigea lui-même le manuscrit. En 1900-1901, Ippen alla jusqu'à préparer lui-même des brochures en albanais sur l'agriculture et des questions similaires, afin « d'éveiller la population sur la nécessité de fréquenter les écoles et de l'habituer à la lecture ». En outre, le gouvernement austro-hongrois finança la publication de plusieurs autres livres, comme une Chrestomathie de G. Qiriazi, les traductions en turc et en grec de l'ouvrage de Sami Frashëri L'Albanie, ce qu 'elle a été, ce qu 'elle est et ce qu 'elle sera, ou un recueil de poésies de Gjergj Fishta, édité à Sarajevo en 1907.

27Dans le domaine beaucoup plus politique de la presse, l'Autriche-Hongrie ne manqua pas d'apporter également son soutien. Après l'avortement d'un projet de publication d'un périodique en 1897 à Borgo Erizzo, petite colonie de Dalmatie, imaginé par L. Thalloczy et Th. Ippen, elle préféra se servir de la revue Albania que Faik Konica avait commencé à publier à Bruxelles. Outre une subvention, elle lui fournit (au moins dans les premières années) des articles écrits par des ecclésiastiques de Shkodër. La double monarchie finança également le plus important des journaux albanais de l'époque, la Drita que Shahin Kolonja édita à Sofia à partir de 1901. À travers ce périodique, c'est aussi l'imprimerie albanaise de K. Luarasi qui était soutenue financièrement. On peut encore citer parmi les périodiques financés par l'Autriche-Hongrie la revue Toska de Milo Duçi, paraissant en Egypte, et sa consœur L'Albanie de Dervish Hima, éditée à Genève puis à Bruxelles, ainsi que le journal Kombi publié aux États-Unis par Sotir Peci à partir de 1906, et l'annuaire de la Société Dija des Albanais de Vienne.

28Si aucun des autres gouvernements n'eut une activité comparable, plusieurs d'entre eux essayèrent aussi d'influer sur l'éveil littéraire albanais. L'Italie fut dans ce domaine, comme dans d'autres, la principale rivale de la double monarchie. Pour cela, elle utilisa naturellement l'existence sur son sol de la forte colonie italo-albanaise, tout en essayant d'attirer à elle d'autres Albanais. Si le gouvernement italien aida à la publication de certains livres et journaux, il ne contribua pas toujours à stimuler le développement littéraire albanais, puisque beaucoup d'entre eux le furent en italien, à l'instar du principal journal italo-albanais paraissant à partir de 1897, La nazione albanese d'Anselmo Lorecchio. De même, dans les écoles subventionnées par l'Italie dans les territoires ottomans, l'italien resta la langue d'enseignement. L'albanais n'y fut introduit qu'en 1905, date à partir de laquelle une série de manuels (abécédaire, livres de lecture, catéchisme), un dictionnaire et un annuaire de la Société Bashkimi de Shkodër furent édités à Naples, probablement grâce à un soutien financier du gouvernement italien.

29En ce qui concerne la Grèce, qui possédait elle aussi une forte minorité albanophone, elle avait d'abord combattu le mouvement littéraire qui s'était amorcé à Athènes en 1878. Mais au tournant des XIXe et XXe siècles, voyant que les revendications littéraires desTosques prenaient toujours plus d'ampleur, le gouvernement grec changea de politique et subventionna lui-même quelques publications. Le journal Astir/Yll (L'étoile), en grec et en albanais (alphabet grec), fut ainsi lancé en 1901, et le dictionnaire de K. Kristoforidhi fut édité à Athènes en 1904 (également en caractères grecs). D'autres pays balkaniques essayèrent, de la même façon, d'utiliser l'éveil national albanais dans l'intérêt de leur propre propagande. La Roumanie se servit de certains membres de la colonie albanaise locale dans le cadre d'un rapprochement entre le mouvement albanais et le mouvement aroumain qu'elle soutenait. Plusieurs journaux albanais ayant paru à Bucarest furent aidés par les autorités roumaines, et c'est vraisemblablement dans cette optique albano-aroumaine que furent publiés en 1887 un abécédaire et un livre de lecture d'un certain Jovani Risto Lazit Terovo. Quant à la Serbie, elle fit publier en 1900-1901 un journal en turc, en serbo-croate et en albanais (caractères cyrilliques), intitulé Bratimstvo-Vllaznija (La fraternité), et plusieurs projets de publications de livres en albanais et en caractères cyrilliques furent élaborés, sans suite semble-t-il.

30Les imprimés albanais ainsi produits en majorité hors de l'Empire ottoman, avec ou sans l'aide d'institutions religieuses ou de gouvernements étrangers, furent diffusés parmi les Albanais de la diaspora, mais aussi parmi ceux vivant dans les territoires ottomans. Je laisserai ici de côté les premiers, pour m'intéresser à la diffusion des livres et périodiques et à la pratique de la lecture de l'albanais dans l'Empire.

Diffusion dans l'Empire ottoman - canaux et quantité

31Comme on l'a vu, jusqu'en 1878, les seuls livres albanais qui connurent une diffusion notable en dehors de cercles très restreints formés par quelques clercs et intellectuels de villes comme Istanbul, Shkodër ou Yanina, furent les livres de la Bible Society, et cela grâce au travail des missionnaires-colporteurs. Les premières éditions de Corfou (1824, et 1827 [650 exemplaires]) n'eurent encore qu'un succès limité dans le contexte agité de la guerre d'indépendance de la Grèce. Quant à la réédition d'Adiènes (1858), elle ne fut épuisée qu'en 1877. Avec la parution des nouvelles traductions de la Société à partir de 1866, les ventes commencèrent à être relativement importantes, compte tenu du niveau d'analphabétisme d'un côté et de l'opposition incessante du patriarcat et du haut clergé orthodoxe de l'autre. En 1867 et 1868, 400 à 500 livres furent vendus dans les territoires albanais chaque année. Lors de deux voyages en Albanie centrale, en 1869 et 1870, Konstantin Kristoforidhi écoula 333 livres en cinq mois, puis 211 autres en trois mois. En 1872, la Société biblique procéda même à la réédition de plusieurs titres (en 2 ou 3 000 exemplaires chacun), à cause de la destruction d'une partie du stock lors du grand incendie de Péra à Istanbul (1870) et de la vente du reste. Malgré l'hostilité du patriarcat, il semble que les lecteurs aient été en majorité des orthodoxes d'Istanbul et des régions centrales et méridionales albanaises, quelques musulmans de ces mêmes zones, beaucoup plus rarement des catholiques du nord.

32Au cours de la troisième phase du mouvement littéraire albanais, donc entre 1878 et 1908, la divergence entre le nord (Shkodër et Vilayet de Kosovo) et le reste des territoires habités par les Albanais subsista. Dans le nord, la plupart des livres produits à Shkodër, en Autriche ou en Italie, pour les catholiques, étaient diffusés dans les églises ou dans les écoles par le clergé (qui les avait obtenus le cas échéant par le biais des consulats autrichiens ou des consulats italiens).

33Les canaux de diffusion des livres et périodiques publiés en Roumanie, en Bulgarie, en Egypte, en Europe occidentale ou en Amérique, et distribués avant tout à Istanbul et en Albanie méridionale et centrale, étaient en revanche multiples. Les imprimés pouvaient être envoyés dans l'Empire par les postes, ottomane ou étrangères. Avec l'accroissement de la censure, la poste ottomane fut cependant de moins en moins utilisée, au profit de ses concurrentes, en particulier autrichienne et italienne. Les envois étaient souvent adressés à leurs destinataires sous des pseudonymes. Outre les postes, les consulats des grandes puissances jouèrent eux aussi un rôle de plus en plus grand dans la diffusion des livres et périodiques albanais importés de l'étranger. Les consuls autrichiens et italiens, mais aussi anglais et français, transmettaient les envois à leurs destinataires, directement ou par l'intermédiaire d'hommes de confiance, en particulier par leur kavas qui étaient eux-mêmes albanais. En ce qui concerne les agents consulaires de l'Autriche-Hongrie et de l'Italie en poste à Salonique, Monastir/Bitola, Yanina, Vlorë, Durrës, Shkodër, Skopje ou Prizren, ils distribuaient également de leur propre chef certaines quantités de livres ou de journaux de diverses provenances. Une autre partie des écrits albanais arrivaient en territoire ottoman par l'intermédiaire des marchands ou des caravaniers (kiraa). Ces derniers faisaient la route Korçë - Monastir - Sofia - Bucarest (cf. carte) en 14 jours ; au retour ils rapportaient, cachés au milieu des marchandises, dans les sacs de fourrage ou à l'intérieur même des bâts (décousus, puis recousus), des lettres, des livres et des périodiques en albanais. Les simples « travailleurs émigrés », les kurbetçi revenant de Roumanie, de Bulgarie ou d'Amérique se chargeaient eux aussi d'imprimés lorsqu'ils rentraient chez eux.

Les vilayets ottomans en 1908

Agrandir

(d'après G.H. Gawrych, Ottoman administration and the Albanians, 1908-1913, Ph. D., Univ. of Michigan, 1980)

34Une fois acheminés dans l'Empire, les livres étaient distribués dans les villes ou les villages par les patriotes albanais. Ceux-ci formaient un réseau très informel, instable, lacunaire et disparate de quelques peu nombreux personnages de statuts sociaux très divers : beys, religieux, instituteurs, officiers, fonctionnaires, petits commerçants ou artisans. Informel, ce réseau l'était car il n'existait aucune organisation, ni aucune centralisation des opérations. Il était aussi instable, car ses membres d'un jour pouvaient disparaître le lendemain, soit parce qu'ils avaient été emprisonnés, avaient pris le chemin de l'exil, ou parce qu'ils avaient préféré d'eux-mêmes s'éloigner du mouvement. Enfin, il était lacunaire, car en dehors d'Istanbul d'un côté, et de Monastir et de Korçë de l'autre, qui étaient les deux grands relais de diffusion des livres albanais vers Ohrid, Dibra/Debar, Mat, Tirana, Kolonja, Berat, etc., chaque agglomération comptait un nombre très restreint de personnes actives, lorsqu'elle n'en était pas dépourvue.

  • 14  Beaucoup de journaux et de livres étaient envoyés ou distribués gratuitement, après avoir été ache (...)

35Les imprimés, et notamment les abécédaires, étaient vendus (ou donnés)14 parfois sur les marchés. Plus fréquemment, ils étaient distribués directement aux villageois dans les campagnes (P. Pepo, 1962, 47-48, 76-77). Par exemple, durant les années 1897-99, Kadri efendi, un fournisseur de l'armée qui, de par son métier, pouvait se déplacer facilement, distribua des journaux de Bucarest dans la région de Dibra, et dans un laps de temps d'un an et demi, environ trois cents personnes y auraient appris à lire et à écrire. À partir de 1906, des membres du comité albanais secret fondé à Monastir, ainsi que des bandes (çeta) formées à cette époque contribuèrent à diffuser plus largement les imprimés dans certaines régions (S. Pollo, 1986, 117-118). Dans la capitale ottomane, les livres circulaient, grâce à certains patriotes comme Jani Vreto, dans les milieux des étudiants d'origine albanaise, essentiellement parmi ceux qui fréquentaient les nouvelles écoles, et non les medrese (P. Pepo, 1962, 177, 181). Enfin, il faut rappeler le rôle que jouèrent les missionnaires protestants dans la distribution des ouvrages publiés par la Bible Society, mais aussi dans la diffusion d'autres livres en albanais qu'ils vendaient dans la librairie tenue par la société à Monastir, ou qu'ils diffusaient par l'intermédiaire des colporteurs. À Prizren, après avoir rencontré un missionnaire protestant, l'enseignant Bajo Topulli avait ainsi reçu un paquet de livres que son interlocuteur lui avait fait parvenir par l'intermédiaire du consulat anglais (P. Pepo, 1962, 177).

  • 15  Des estimations ont été faites par Armin Hetzer, à partir des listes des souscripteurs ayant permi (...)
  • 16  Depuis le début de son activité jusqu'en 1901, la Société biblique aurait fait imprimer en tout 54 (...)

36Il est extrêmement difficile d'avoir une idée exacte de la quantité des imprimés diffusés sur le sol ottoman par ces différents canaux. Les tirages s'élevaient de 500 à 3 000 exemplaires : le plus souvent de 1 000 à 2 000 pour les ouvrages, et de 500 à 1 000 pour les périodiques. Certains livres furent réédités, comme l'abécédaire de Sami Frashëri, dont 2 000 exemplaires furent tirés en 1886, puis 3 000 en 1888, et dont deux autres éditions furent effectuées en 1899 à Sofia et en 1900 à Bucarest. Le manifeste politique du même auteur L'Albanie, ce qu'elle a été,... fut publié à deux reprises, en 1899 et en 1907, de même que Le petit livre des Bektachis de Nairn Frashëri, en 1896 et 1908. Cependant, seule une partie des exemplaires parvenait dans l'Empire ottoman, puisque l'autre était acquise par les membres des colonies albanaises de l'étranger. Pour deux périodiques importants - la revue Albania que Faik Konica éditait à Bruxelles puis à Londres, et le journal Drita que Shahin Kolonja publiait à Sofia -, nous savons que vers 1904, environ 30 % des exemplaires distribués l'étaient dans l'Empire. La même proportion existait-elle pour les livres publiés hors des frontières ? Je n'ai pas trouvé d'élément de réponse à ce sujet15. On peut citer ici uniquement quelques chiffres concernant certaines quantités d'imprimés diffusés ici ou là, notamment en ce qui concerne les livres de la Société biblique. En 1879, les ventes des éditions en guègue s'éteignirent, alors que 539 livres furent vendus en tosque, puis 600 autres en 1880. Une vingtaine d'années plus tard (en 1899 et 1900), les ventes se stabilisaient autour de 1 000 ouvrages par an (toujours en tosque, mais en caractères grecs ou en caractères latins) (A. Hetzer, 1985, 53)16. Le vice-consul autrichien à Durrës écrivait que, durant son séjour àTïrana en été 1901, un lot dé livres était arrivé dans cette petite ville de 13 000 habitants : environ 500 abécédaires, ainsi qu'une série de publications de Nairn Bey et d'autres auteurs. En 1906, le comité secret de Monastir distribua à lui seul dans les territoires albanais 864 livres, y compris des annuaires, et 1 405 journaux.

  • 17  Il existait des feuilles volantes, imprimées à Bucarest et distribuées probablement plus facilemen (...)

37D'après les témoignages de l'époque les ouvrages les plus lus étaient les traductions de Kristoforidhi, et les livres de Sami et Nairn Frashëri. Quant au périodique le plus diffusé, il s'agissait sans conteste de la Drita que Shahin Kolonja éditait à Sofia. Ces mêmes témoignages ont tendance à souligner le fait que, dans certaines régions du sud de l'Albanie actuelle, la demande de livres et de périodiques était supérieure au nombre d'exemplaires qui y parvenaient effectivement. L'apprentissage de la lecture se faisait dans certains cas sur des bouts de papier, car il n'y avait pas assez d'abécédaires17. Dans un village des environs de Vlorë par exemple, le premier abécédaire était arrivé en juin 1908, un mois avant le rétablissement de la constitution (P. Pepo, 1962, 63). Naturellement, les imprimés circulaient de main en main. D'après Faik Konica, les deux exemplaires de sa revue qui parvenaient à Leskovik, petite localité située au sud-ouest de Monastir, auraient été lus par une cinquantaine de personnes. On sait que parfois, même dans les écoles formelles ou informelles d'apprentissage de la langue albanaise, les livres étaient copiés à la main, totalement ou en partie.

Lieux et pratiques de la lecture de l'albanais

38Etant donné la nouveauté du développement de la littérature albanaise dans l'Empire ottoman, la pratique de la lecture de livres et de périodiques dans cet idiome passa nécessairement par un apprentissage ; apprentissage plus ou moins rapide selon que les futurs lecteurs savaient déjà lire d'autres langues (grec, italien, turc, français), et selon leur connaissance de l'alphabet dans lequel ils apprenaient l'albanais (grec, latin, plus rarement arabe) - je reviendrai sur la question de l'alphabet. Faik Konica semblait insinuer en 1898 que certains adultes restaient dans cette phase d'apprentissage, lorsqu'il demandait à l'administration autrichienne que les textes fournis par les Scutarins pour sa revue fussent plus courts car, écrivait-il, « la plupart des Albanais qui sachent [sic !] lire ont appris sur le tard, et il s'ensuit qu'ils lisent un peu en chantant et avec lenteur ».

39Sans un vrai réseau d'écoles albanaises, l'initiation à la lecture et à l'écriture de l'albanais se développa dans des lieux très divers et sous de multiples formes, toujours plus clandestines, vu le caractère de plus en plus illégal de l'usage écrit de cette langue dans l'Empire. Chez les catholiques albanais du nord, de Kosovo et de Macédoine, on a vu que l'enseignement de l'albanais (et en albanais) avait été introduit dans les écoles confessionnelles subventionnées par l'Autriche-Hongrie, en 1897. Les Italiens ne procédèrent à l'introduction de cet apprentissage qu'en 1905. Il faut souligner que les parents des jeunes Albanais catholiques préféraient que leur progéniture apprît l'italien pour leur futur métier de commerçant.

  • 18  Chez les musulmans (et probablement de la même façon chez les orthodoxes), l'idée qu'apprendre à l (...)

40Dans les écoles grecques que fréquentaient les orthodoxes et les écoles « turques » (medrese ou écoles modernes) où étudiaient les musulmans, la langue albanaise ne fut pas introduite officiellement avant 1908. Le patriarcat et le gouvernement grec d'un côté, les autorités ottomanes de l'autre y étaient opposés. Néanmoins, parmi la population ordiodoxe, à partir des années 1880, la lecture de l'albanais se répandit de façon sensible dans les régions d'Elbasan, de Korçë et de Gjirokastër. Certains maîtres d'école enseignaient clandestinement la langue et traduisaient des morceaux de livres d'église en albanais malgré l'opposition des autorités orthodoxes (P. Pepo, 1962, 11-16,48,74-75, etc.). Ce n'est que plus tard après 1900, et beaucoup plus rarement, que plusieurs enseignants osèrent faire quelques heures de langue albanaise également dans les écoles turques, notamment dans les environs de Korçë et de Vlorë (P. Pepo, 1962, 45-46, 62, 64).18

41Le « terrain fertile » que représentait la région de Korçë, ainsi que la richesse des Korçars vivant dans les colonies de Roumanie et d'Égypte poussèrent la Société pour l'impression de livres albanais d'Istanbul, dont l'un des buts était aussi l'ouverture d'écoles albanaises, à fonder un établissement de ce type dans cette ville. L'autorisation impériale ne fut obtenue qu'en 1887, date à partir de laquelle il y eut donc une école de garçons où l'albanais était enseigné et où l'enseignement se faisait en albanais. En 1891, une école de filles fut également ouverte à Korçë, grâce aux missionnaires protestants. Et quelques autres écoles albanaises éphémères ouvrirent leurs portes dans la région. Le mouvement resta néanmoins embryonnaire, toujours du fait de l'opposition des autorités orthodoxes et musulmanes. Le nombre d'élèves était limité ; la plupart étaient des fils de gens humbles ou de membres de la diaspora qui ne craignaient pas les répressions ; il n'y avait pas assez de manuels importés de Bucarest ; enfin, l'école de garçons finit par être fermée en 1902, à la suite de l'arrestation du maître ; quant à l'école de filles, l'enseignement de l'albanais y fut interdit en 1904, et les manuels albanais remplacés par des manuels en grec et en anglais. Il ne faudrait pas minimiser pour autant le rayonnement de ces deux établissements, entre les années 1887 et 1904 environ, car leurs enseignants déployaient une activité qui dépassait largement le cadre de la salle de classe. Par exemple, dans la cour de l'école de garçons, des « hommes à moustache », c'est-à-dire des adultes - serviteurs, contremaîtres, apprentis, gardiens - apprenaient aussi à lire auprès de l'un des instituteurs. De même, une enseignante de l'école des filles se rendait deux fois par semaine dans des familles, y compris dans les familles des beys, où elle apprenait à des jeunes filles ou à des femmes à lire et à écrire l'albanais (P. Pepo, 1962,24-35). De jeunes élèves musulmans de L'idadiye, qui avaient été renvoyés pour avoir commencé à apprendre l'albanais, se rendaient quatre fois par semaine à l'école de filles, où les enseignants leur donnaient des livres et où ils lisaient. Le dimanche, en particulier, ils venaient écouter le matin les sermons et l'après-midi des exposés de culture générale, entrecoupés d'une heure de lecture (P. Pepo, 1962, 190).

42À Korçë, et a fortiori partout ailleurs (où il n'y eut aucune école albanaise), l'enseignement de l'albanais fut donc amené à se développer de façon informelle, voire clandestine. On ne peut mieux illustrer cet état de choses que par une anecdote rapportée au consul autrichien à Monastir/Bitola par Gjergj Qiriazi, missionnaire protestant qui tenait la librairie de la Société biblique :

  • 19  Après la révolution jeune-turque, nommé mufti de Monastir, ce hodja s'illustra comme le principal (...)

« En février 1900, pendant le mois de ramadan, était apparu dans son magasin un vieux hodja qui avait fini par lui demander prudemment des livres en albanais ; il obtint, ce qui est permis, des Évangiles, psaumes, etc., et comme il demandait autre chose, on lui donna finalement aussi un abécédaire, avec toutes les précautions - car il pouvait être un agent secret, comme cela arrive trop souvent maintenant. Le hodja demanda encore si quelqu'un pouvait lui apprendre l'alphabet, et il fut heureux lorsqu'il lui fut permis de revenir chaque jour et d'apprendre un peu avec le frère du propriétaire du magasin. Avec une ferveur juvénile, il se mit au travail, tant et si bien qu'après quelques leçons il put lire suffisamment bien l'albanais. Rapidement il se lia aussi d'amitié avec les patriotes locaux et quitta Monastir avec un maigre petit paquet de livres (à cause de la pénurie il est vrai), des livres en majorité religieux chrétiens. Cet homme est le hodja Redjeb Çudi de Tetovo (Kalkandelen), et il est facile de deviner avec quoi il va occuper maintenant de préférence les élèves de sa medrese »19.

43De fait, l'apprentissage de la lecture et de l'écriture se faisait dans des lieux les plus divers : dans des tekke bektachis, auprès des baba de cette confrérie qui prirent une part très active dans l'éveil national (N. Clayer, 1995), dans des boutiques de bazars, dans des han ou chez des épiciers (bakkal) orthodoxes de village (P. Pepo, 1962, 61, 67, 79-80), dans des maisons privées, dans les champs et les étables (P. Pepo, 1962, 67), et même jusque dans les prisons de Monastir/Bitola et de Yanina, comme en témoigne un rapport du consul en poste dans cette dernière localité :

« Parmi les militaires, officiers et fonctionnaires albanais en poste dans la ville se développe avec fièvre l'étude de l'écriture albanaise. Des journaux et autres publications en albanais y circulent.

L'enseignement dans les prisons locales tient une place particulière. Les nombreux prisonniers albanais de toutes les parties du vilayet, qui - peut-être par manque d'un autre travail - se lancent dans ce genre d'occupation, apprennent très souvent à lire et même à écrire l'albanais durant leur détention. Leurs gardiens, presque tous également des Albanais, non seulement ne font rien contre, mais même leur procurent les expédients et parfois prennent part à la chose. Les maîtres ne manquent pas. Ce sont ceux qui ont été condamnés pour activité nationaliste et qui, tout en purgeant leur peine, continuent à exercer leur métier. Il pourrait paraître incroyable que dans les prisons une telle propagande puisse être faite, si on ne connaissait l'état des prisons turques. À la suite de l'affaire de 1905, plusieurs derviches bektachis de Gjirokastër furent amenés à Yanina et internés durant une longue période pendant laquelle ils purent insuffler à leurs compatriotes un sentiment national et leur apprendre à lire et à écrire l'albanais » (Yanina, 21/1/1908).

  • 20  Ce personnage, un artisan originaire de Voskopojë près de Korçë avait été surnommé Masoni (« le ma (...)

44En dehors du stria apprentissage, la lecture des livres et des périodiques albanais se faisait également de plus en plus en privé et clandestinement. Dans les karaathane des grandes villes comme Istanbul et Salonique, il est peu probable qu'elle ait été pratiquée. En revanche, les séances de lecture en groupe ne devaient pas être rares dans les lieux précédemment cités (tekke, boutiques, maisons privées de certains patriotes). Par exemple, lorsqu'un certain Lluka Masoni20 de Korçë s'installa à Berat, il prit l'habitude de rassembler chez lui des gens, afin de leur lire les livres saints traduits par K. Kristoforidhi, ainsi que des vers tirés des ouvrages de Nairn Frashëri Les fleurs du printemps, Histoire de Skanderbeg, etc. (P Pepo, 1962,76-77).ÀVlorë et dans ses environs, en 1897, des réunions similaires avaient lieu :

« Par son intermédiaire [par l'intermédiaire du barbier Musa Ali Berberi] beaucoup de gens ont fait venir des abécédaires et annuaires albanais, ainsi que d'autres livres de Bucarest. Le nombre des jeunes gens qui savent écrire l'albanais se multiplie, même si ce n'est pas autant qu'à Berat ou Argjyrokastro. À Kanina, pendant maintes soirées d'hiver, les jeunes sachant lire doivent lire des livres albanais aux anciens qui sont réunis dans l'une ou l'autre des maisons ; ils lisent aussi avec application des livres en turc et en grec sur l'histoire de l'Albanie. Chez Musa Ali, dans les derniers temps, se réunissaient presque chaque nuit quelques jeunes patriotes afin d'apprendre à lire et à écrire l'albanais auprès d'un hodja albanais nommé Djafer efendi, qui est précepteur chez un riche aga de Valona. Malheureusement, à l'exception de Musa Ali, les patriotes sont peu énergiques et très craintifs, et la peur les empêche de se sacrifier matériellement pour la cause. Ainsi le susdit Musa a récemment procédé à une collecte pour l'achat de livres de Bucarest et il n'a rassemblé que 7 livres turques. »

Lecture et éveil national

  • 21  Citons ici le texte qui accompagnait, en 1897, l'alphabet albanais diffusé sur des feuilles volant (...)

45À travers le développement de la langue, l'un des buts des intellectuels albanais qui se trouvaient à la tête du mouvement littéraire (but au reste partagé par les autorités austro-hongroises) était d'éveiller une conscience nationale chez les Albanais. De fait, les livres furent de plus en plus à teneur patriotique, de même que la pratique de la lecture fut toujours plus liée à l'inculcation d'une « idée nationale »21. En 1908 cependant, l'objectif était loin d'être atteint. Le nombre d'Albanais lisant des livres et des journaux dans leur langue maternelle était certes beaucoup plus important que quarante ans auparavant, mais il était encore très faible par rapport au nombre total des albanophones. Il y a pour cela plusieurs raisons, d'ordre politique, social et culturel.

46Tout d'abord, on l'a vu à maintes reprises, les autorités ottomanes, de concert avec le patriarcat d'Istanbul, s'opposèrent toujours plus vigoureusement à partir de 1878, et surtout après 1897, au développement d'une langue littéraire albanaise. Il s'agissait pour le gouvernement turc d'empêcher toute émancipation nationale chez les Albanais dont la majorité étaient des musulmans qui représentaient leur seul appui véritable pour le maintien de l'Empire en Europe. Il ne fut, par exemple, jamais possible d'éditer le journal officiel du vilayet de Shkodër en turc et en albanais, de la même façon que celui de Yanina était publié en turc et en grec, ou celui du vilayet Ac Kosovo, en turc et en serbe. Même pour les catholiques, il devint impossible de posséder les périodiques interdits dans l'Empire ou des livres jugés subversifs. La répression, qui touchait tant les distributeurs que les lecteurs, freina sans aucun doute la diffusion des imprimés en albanais, car le nombre de livres et de journaux en circulation resta réduit. Ceux-ci furent de plus en plus cachés et beaucoup d'Albanais eurent peur d'en posséder. Mais en prenant le « goût du fruit défendu », la lecture d'écrits en albanais n'en attira pas moins les plus téméraires, en particulier les jeunes générations. Pour certains, cet exercice ne restait cependant qu'une mode ou un jeu, sans qu'il n'eût de véritable lien avec la manifestation d'un sentiment patriotique profond.

47Indépendamment des contraintes politiques, plusieurs éléments d'ordre social et culturel contribuèrent à freiner la diffusion des livres albanais et à ralentir l'éveil national : un taux d'analphabétisme élevé — plus ou moins selon les régions et les groupes socio-religieux -, une diversité culturelle et linguistique, ainsi que des particularismes - régionaux, religieux, sociaux ou tribaux - très prononcés ; des disparités qui eurent pour conséquence une réceptivité à la propagande littéraire et nationale très variable.

48Chez les orthodoxes du sud et du centre de l'Albanie actuelle, le taux d'analphabétisme était sans aucun doute beaucoup plus bas que chez leurs frères musulmans et catholiques, en raison de l'existence d'un réseau de plus en plus dense d'écoles grecques que fréquentaient les enfants. Beaucoup y apprenaient à lire et à écrire, mais, d'après Kristoforidhi, par cœur et de façon mécanique, de telle sorte que leur connaissance de la langue grecque restait limitée. Seuls ceux qui étaient envoyés par leurs parents poursuivre des études à Yanina, à Athènes ou à Corfou, apprenaient convenablement le grec (Xh. Lloshi, 1973-74). Les Albanais orthodoxes se servaient de cette langue dans leur correspondance, leurs comptes et chroniques. La diffusion des livres de la Société biblique, en dialecte tosque et en caractères grecs adaptés, était donc théoriquement aisée parmi eux, de même que, dans une moindre mesure, celle des livres imprimés dans l'alphabet d'Istanbul, à base latine il est vrai, mais comportant certains signes se rapprochant des caractères grecs. L'ampleur du phénomène d'émigration, notamment dans la région de Korçë, augmenta aussi la réceptivité de ce groupe vis-à-vis de la propagande linguistique. Les seuls véritables obstacles à l'éveil littéraire chez les Albanais orthodoxes résidaient dans le processus de grécisation en cours, ainsi que dans la politique intransigeante du patriarcat et de la Grèce (au moins dans les premiers temps pour cette dernière). Le patriarcat alla jusqu'à faire lire des encycliques dans toutes les églises contre les livres en albanais. L'effort de diffusion des imprimés par les patriotes orthodoxes prit donc de plus en plus la forme d'une réaction à cette propagande gréco-orthodoxe, ainsi qu'en témoigne la pièce de Mihal Grameno, La malédiction de la langue albanaise, éditée à Bucarest en 1905.

49Les Tosques musulmans se trouvaient eux aussi englobés, dans une large mesure, à l'intérieur de la zone d'influence de la culture grecque, tout en possédant également une culture turco-islamique. Nombreux étaient ceux qui parlaient le grec. Beaucoup l'écrivaient. On peut citer plusieurs noms d'intellectuels ou d'hommes d'État ottomans, d'origine tosque musulmane, qui firent même leurs études au célèbre lycée grec de Yanina, le lycée Zosimea, comme Ismail Kemal Bey Vlora, Nairn et Sami Frashëri, Abidin Pacha Dino. Une partie de la littérature musulmane manuscrite fut rédigée en albanais et en caractères grecs. On comprend donc qu'il y ait eu un terrain d'entente entre les patriotes musulmans du sud, tels les frères Frashëri, leur neveu Midhat Frashëri ou Shahin Kolonja et leurs frères orthodoxes, avec lesquels ils éditèrent des livres et des journaux à l'étranger. Mais seule la communauté de culture ne suffit pas à comprendre l'attitude réceptive des musulmans du sud albanais à l'éveil littéraire et national. Le fait qu'une part de plus en plus importante d'entre eux se lia à la confrérie mystique des Bektachis joua aussi un rôle essentiel. De fait, les baba et derviches de cet ordre prirent fait et cause pour le mouvement et aidèrent beaucoup à l'apprentissage de la langue, ainsi qu'à la diffusion des imprimés y compris dans les campagnes. Attachés à la culture populaire, ils firent ce qu'avaient fait les Bektachis d'Anatolie en favorisant la langue turque au détriment de l'arabe, mais cette fois-ci en promouvant la langue albanaise au détriment du turc. En outre, un non conformisme et une propension à canaliser des mouvements de résistance au pouvoir central, placèrent la confrérie des Bektachis toujours plus au premier plan, à mesure que la répression des autorités ottomanes transformait le mouvement littéraire en mouvement national. N'oublions pas que Nairn et Sami Frashëri étaient d'origine bektachie, et que le premier fit, de même que quelques baba, de la littérature bektachie une littérature d'inspiration nationale, où le martyre de Huseyin à Kerbela devait prendre une place centrale, symbolisant le martyre de la nation albanaise sous la répression du « Yezid » qu'était le sultan Abdülhamid II (1876-1909).

50Le rôle de la communauté catholique dans le mouvement littéraire et national, a souvent été surestimé. Il est vrai qu'elle fut le premier groupe religieux à posséder des livres en albanais. Mais il s'agissait, on l'a vu, d'une production exclusivement religieuse et destinée à un public très restreint. La production alla en se diversifiant à partir de la fin du XIXe siècle, avec la publication de manuels scolaires et de recueils de poésies à teneur patriotique (notamment ceux de Gjergj Fishta). Cet éveil littéraire, mené par le clergé de Shkodër, garda cependant un caractère local et communautaire très prononcé, en raison des antagonismes religieux très forts dans cette ville, ainsi que de la particularité du dialecte et des alphabets utilisés. La diffusion des livres publiés par les Tosques fut, semble-t-il, des plus minimes dans le nord albanais. Même au sein de la communauté catholique, la circulation de la littérature albanaise resta extrêmement limitée, en raison du fort taux d'analphabétisme, en dehors de la ville de Shkodër. La majorité des Albanais catholiques vivaient isolés dans les hautes montagnes d'Albanie du nord, selon un système tribal, et possédaient une éducation rudimentaire, malgré les efforts tardifs de l'Autriche-Hongrie pour fonder quelques écoles dans ces zones montagneuses.

  • 22  Dans la moitié nord de l'Albanie, dans les années 1920, le taux d'analphabétisme dépassait encore (...)

51Le groupe le moins réceptif à l'éveil littéraire et national fut, sans aucun doute, celui des musulmans Guègues sunnites, habitant dans le nord et le centre de l'Albanie actuelle, au Kosovo et en Macédoine. Le très fort taux d'analphabétisme en est l'une des principales raisons22. Mais même chez les musulmans citadins, qui restaient fiers de leur culture turco-islamique durement acquise, la lecture d'ouvrages et de périodiques en albanais resta très peu courante. Les identités claniques, régionales et religieuses étaient encore trop fortes chez eux pour laisser naître un sentiment national. La région de Dibra et l'Albanie centrale constituaient, dans une certaine mesure, des exceptions, car des beys et des hodja commencèrent à y œuvrer pour la diffusion de la langue albanaise, à l'instar de l'auteur de L'ilmihalédité en 1900 à Sofia. Au milieu de la population guègue, des foyers bektachis se développèrent (ou se renforcèrent après 1878) à Djakovica, Tetovo, Kruja, Martanesh, Zerqan, Elbasan et Gramsh. Là, comme dans les régions méridionales, les baba et les derviches furent d'actifs agents de propagation des livres albanais et de l'idée nationale.

52Rien de plus frappant ne témoigne de la diversité culturelle et politique qui vient d'être décrite, que le nombre des alphabets conçus et utilisés pour écrire l'albanais. Sans aller jusqu'à reprendre la boutade d'une notice sur l'Albanie rédigée par les services diplomatiques français en 1912, selon laquelle la langue albanaise comptait plus de manière de l'écrire qu'il n'y avait d'Albanais sachant lire et écrire, il faut reconnaître que le cheminement des Albanais pour arriver à un alphabet unique a été très tourmenté. Les livres et périodiques, dont il a été question, ont été imprimés dans une vingtaine d'alphabets, si ce n'est plus, élaborés à partir de l'alphabet latin, de l'alphabet grec, dans une moindre mesure à partir de l'alphabet arabe ou de caractères particuliers. Cette multiplicité a naturellement nui à la diffusion des livres. Petit à petit l'alphabet dit d'Istanbul (ou alphabet Frashëri), créé dans la capitale ottomane en 1879, se généralisa parmi les Tosques et en Albanie centrale, alors que deux autres alphabets à base latine, l'alphabet Bashkimi et l'alphabet Agimi, se concurrençaient dans les milieux catholiques du nord. Les autres systèmes n'en étaient pas pour autant abandonnés (alphabet grec, ancien alphabet du nord, etc.), et pour gagner des lecteurs parmi les Albanais musulmans du nord et du nord-est, les éditeurs de journaux ou les autorités austro-hongroises se posèrent souvent la question de savoir s'il ne fallait pas publier des articles en caractères arabes.

53Quelques jours avant le congrès albanais qui se tint à Monastir/Bitola en novembre 1908, au lendemain de la révolution jeune-turque, pour débattre de la question de l'alphabet, le consul austro-hongrois Auguste Kral, qui avait suivi de près les événements depuis une dizaine d'années, formulait des conclusions plutôt pessimistes sur le développement littéraire et son influence dans le domaine de l'éveil national durant les quarante années précédentes. Il considérait que la principale cause de la désunion et du retard dans le développement de la langue et de la littérature avait été la diversité des alphabets utilisés. Il constatait que les efforts faits dans le domaine littéraire dans le nord et dans le sud n'avaient eu entre eux aucune cohérence, et qu'ils avaient davantage contribué à multiplier les partis qu'à les rapprocher. De fait, à l'issu du congrès, deux alphabets — celui d'Istanbul et l'alphabet Bashkimi modifié — furent conservés ; signe que la fracture entre sud et nord devait encore rester, au moins pour quelques temps... sans oublier les divisions religieuses que les Jeunes-Turcs allaient chercher à exploiter, notamment en remettant en selle l'alphabet arabe pour les Albanais musulmans.

Haut de page

Bibliographie

Archives :

HAUS-, HOF- und STAATSARCHIV (Vienne), Politisches Archiv, XIV (Albanien) et XXXVIII (Consulaten) ; et Adm. Reg. F 27 Albanien 47.

Ouvrages et articles :

Anonyme, 1926, « Aktiviteti i Shqipëtarëvet ne Rumani », in Dituria, Tiranë, II/1, 22-29 ; II/2, 50-53 ; H/3, 87-96. ; II/4, 143-150 ; II/6, 225-231.

CLAYER Nathalie, 1997, « Presse et identité nationale albanaises en 1903-1904 d'après les rapports des consuls austro-hongrois », in Études Balkaniques (Cahiers Pierre Belon), Paris, De Boccard, 4, 177-197.

1995, « Bektachisme et nationalisme albanais », in A. Popovic et G. Veinstein, Bektachiyya. Études sur l'ordre mystique des Bektachis et les groupes relevant de Hadji Bektach, Istanbul, Isis, 277-308.

DEMA B., 1940, « Shtypi françeskan ne Shqypni », in Hylli i Dritës, Shkodër, 39, XVI/42, 605-626.

ELSIE R., 1995, History of Albanian Littérature, New York, Columbia Univ. Press, 2 vol.

GIBERT F., 1914 , Les pays d'Albanie et leur histoire, Paris, p. Rosier.

HETZER A., 1991, « Geschichte der albanischen Literatur bis zur Gewinnung der nationalen Unabhangigkeit (1912) », in Zeitschriftfur Balkanologie, Berlin, 27.2.1991, 106-132. 1985, Geschichte des Buchhandels in Albanien, Berlin-Wiesbaden, Otto Harrassowitz.

GEORGEON François, 1996, « Lire et écrire à la fin de l'Empire ottoman : quelques remarques introductives », in N. Vatin (dir.), Oral et écrit dans le monde turco-ottoman, R.E.M.M.M., n° 75-76, 169-179.

KALESL H., 1966-67, « Albanska Aljamiado Knjizevnost », in Prilozi za Orijentalnu Filologiju, Sarajevo, 16-17, 49-76.

KRALJACIC Tomislav, 1987, Kalajev rezim u Bosni i Hercegovini (1882-1903), Sarajevo.

LEGRAND E., 1912, Bibliographie albanaise. Description raisonnée des ouvrages publiés en Albanais ou relatifs à lAlbanie du XV' siècle à l'année 1900 (œuvre posthume complétée et publiée par Henri Gûys), Paris-Athènes, Welter-Barth.

LLOSHI Xh., 1973-1974, « Të dhëna dokumentare të reja mbi veprimtarinë e V. Meksit, G. Gjirokastritit dhe K. Kristofbridhit », in Studime fiblogjike, Tiranë, 1973/4, 167-185 ; 1974/1, 97-147 ; 1974/2, 127-157 ; 1974/3, 173-193.

MANEK, PEKMEZI et STOTZ, 1909, Albanesische Bibliographie, Vienne, Verein « Dija ».

MYZYRI H., 1979, Shoqëria e të shtypurit shkronje shqip, Tiranë, Nëntori. 1973, Shkollat e para kombetare shqipe (1887-1908), Tiranë, Mihal Duri.

PEPO p. (éd.), 1962, Kujtime nga lè'vizjapër çlirimin kombetar (1878-1912), Tiranë.

POLLO S., 1986, « Faqe nga historia e librit shqip gjatë Rilindjës », in Studime historike, 1986/2, 111-127. Radua për librat e Shtypshkronjës, 1909, « Mbrothësija », Selanik, 1909.

REDZEPAGIÊ J., 1968, Razvojprosvete iskolstva albanske narodnosti na teritoriji danasnjeJugoslavije do 1918. godine, Pristina, Zajednica Naucnih Ustanova Kosovo i Methohije.

SELENICA T., 1928, Shqipria më 1927, Tiranë.

SHUTERIQI Dh. S., 1965, Shkrimet shqipe ne vitet 1332-1850, Tiranë, Nairn Frashëri.

SKENDI S., 1967, The Albanian National Awakening. 1878-1912, Princeton, Princeton Univ. Press.

SKENDO L. (= Midhat Frashëri), 1909, « Istori e shkrimit shqip », in Dituria, 1, Salonique, 1-6.

Haut de page

Notes

1  Il est extrêmement difficile de donner un chiffre précis, car il n'existait pas de millet albanais. Les albanophones étaient donc recensés dans les dénombrements soit parmi le millet musulman, s'ils étaient musulmans, soit dans le millet rum s'ils étaient orthodoxes, soit, enfin, dans le millet latin s'ils étaient de confession catholique.

2  N'oublions pas que des manuscrits et imprimés rédigés en d'autres langues (turc, arabe, persan, grec, italien, français, etc.) circulaient entre les mains des Albanais sachant lire. Mais là n'est pas mon propos dans cette étude.

3  Je laisse ici de côté la production de manuscrits.

4  Pour compléter la liste des livres édités en albanais à Istanbul avant 1878, il faut signaler la parution, en 1861, d'un abécédaire en caractères arabes, élaboré par Daut Boriçi de Shkodër (réimprimé semble-t-il en 1869) et celle, en 1866 - donc la même année que la première traduction de Kristoforidhi -, d'une grammaire de la langue grecque moderne, écrite par Jani Vreto {Grammatiki tis omiloumenis ellenikis glossis eis tin alvanikin, Istanbul, Tip. Byzantidhos). La base de l'alphabet utilisée était cette fois grecque.

5  Ce dernier, alors qu'il était consul d'Autriche à Yanina, avait pris comme professeur d'albanais le jeune Konstantin Kristoforidhi, futur traducteur au service de la Bible Society, chez lequel l'intérêt pour sa langue maternelle s'en trouva stimulé.

6  Leur tirage devait être d'ailleurs assez faible. Par exemple, un recueil de poésies édité par Demetrio Camarda fut imprimé à Livourne, en 1870, en 250 exemplaires (E. Legrand, 1912, n° 302, 109).

7  En albanais, la Société s'appelait Shoqëri e të shtypuri shkronja shqip, mais en tutc elle portait le nom de Cemiyet-i ilmiyye-i arnavudiyye (Société savante albanaise). Ses statuts furent publiés en albanais sous forme d'une brochure {Kanonizmë e Shoqërisë të shtypuri shkronja shqip, Istanbul, 1879) et en turc dans la revue Mecmua-i ulûm (1er muharrem 1297', n° 3, 217).

8  Un premier abécédaire avait été publié à Istanbul en 1878, en français : L'alphabet latin appliqué à la langue albanaise, Constantinople, Imprimerie du Courrier d'Orient.

9  Auparavant, c'est l'italien qui était la langue d'enseignement dans ces écoles.

10  Des historiens turcs ont mis en doute la paternité de Sami Frashëri, à cause de la teneur « anti-turque » de l'ouvrage. Rappelons cependant que Sami Frashëri fut assigné à résidence à partir de 1899, date de la parution du livre, jusqu'à sa mon survenue en 1904 (Agâh Sirri Levend, Semsettin Sami, Ankara, 1969).

11  En 1901, un groupe de jeunes albanais avaient installé clandestinement dans une cave d'une maison d'Istanbul une petite imprimerie, où ils avaient imprimé au moins un formulaire de souscription pour un livre albanais. Mais ils furent dénoncés et arrêtés.

12  Kullurioti lui-même mourut en prison, à Athènes, en 1887.

13  Dans les premières années qui suivirent la crise Cretoise de 1896, l'Autriche-Hongrie mena une politique religieuse et culturelle qui s'inspirait, sur certains plans, de la politique qu'elle avait appliquée en Bosnie-Herzégovine. Thalloczy avait d'ailleurs été l'un des fidèles exécutants de la politique de Kallay dans cette province (Tomislav Kraljacic, 1987).

14  Beaucoup de journaux et de livres étaient envoyés ou distribués gratuitement, après avoir été achetés ou non par un distributeur intermédiaire. D'autres étaient vendus à leurs futurs lecteurs. Les ouvrages de la Société biblique faisaient partie de ces derniers, mais les prix étaient à la discrétion du colporteur qui l'adaptait à l'acheteur (A. Hetzer, 1985, 52).

15  Des estimations ont été faites par Armin Hetzer, à partir des listes des souscripteurs ayant permis la fabrication de certains livres,, listes dans lesquelles les Albanais des colonies représentent environ 10 % du total. Mais il me semble que ces listes ne nous donnent pas toujours la totalité des acquéreurs. En outre, les deux exemples développés (le recueil de chants et de contes populaires édité par Thimi Mitko à Alexandrie en 1878, et la pièce de théâtre de Fan Noli Israéliens et Palestiniens publiée aux États-Unis en 1907, représentent des cas particuliers par rapport aux ouvrages ayant vu le jour à Bucarest et à Sofia (A. Hetzer, 1985, 93-97).

16  Depuis le début de son activité jusqu'en 1901, la Société biblique aurait fait imprimer en tout 54 000 livres (c'est-à-dire exemplaires) : 13 000 en guègue et en caractères latins ; 35 000 en tosque et en caractères grecs et 6 500 en tosque et en caractères latins (A. Hetzer, 1985, 53).

17  Il existait des feuilles volantes, imprimées à Bucarest et distribuées probablement plus facilement que des abécédaires, sur lesquelles l'alphabet d'Istanbul était présenté avec ses correspondances en français, grec et turc, et accompagné de quelques exemples.

18  Chez les musulmans (et probablement de la même façon chez les orthodoxes), l'idée qu'apprendre à lire et à écrire la langue albanaise ne servait à rien pour les jeunes était aussi répandue : « avec le grec, tu peux devenir secrétaire chez un commerçant, un sarraf etc., avec le turc, tu peux exercer toutes les charges de fonctionnaires de l'État, mais avec l'albanais tu ne peux rien faire » (P. Pepo, 1962, 179).

19  Après la révolution jeune-turque, nommé mufti de Monastir, ce hodja s'illustra comme le principal promoteur de l'utilisation de l'alphabet arabe pour la langue albanaise, de concert avec le Comité Union et Progrès. Il publia à Istanbul, en 1910-1911, plusieurs ouvrages en albanais et en caractères arabes (un abécédaire, un ilmihalex un ouvrage intitulé Mendime- Réflexions).

20  Ce personnage, un artisan originaire de Voskopojë près de Korçë avait été surnommé Masoni (« le maçon » = « le franc-maçon ») par le clergé orthodoxe qui avait jeté sur lui l'anathè-me en raison de son activité en faveur de la langue albanaise.

21  Citons ici le texte qui accompagnait, en 1897, l'alphabet albanais diffusé sur des feuilles volantes (cf. supra, note 17) : « Jadis l'Albanie était maîtresse. Aujourd'hui elle est pauvre. Bonté. Bravoure. Nous devons être des gens bien. Aimons la patrie. Skanderbeg, Alexandre [Le grand], Pyrrhus, Ali Pacha, Goleka, Hodo Ali, Botzari, Miauli, Riga étaient tous Albanais. Yanina, Preveza, Kastoria, Monastir, Prilep, Ûskup, Shkodër, Durrës, Elbasan, Dibra, Prizren, etc. sont [en] Albanie. Bravoure, cœur. Grandeur. Lumière. Civilisation. Amour. Union. Notre langue très belle. Qui ne sait pas qu'il a été oublié ».

22  Dans la moitié nord de l'Albanie, dans les années 1920, le taux d'analphabétisme dépassait encore les 90 % et atteignait les 97 % ou 98 % dans le nord-est (Selenica, 1928).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Clayer, « Le goût du fruit défendu ou de la lecture de l'albanais dans l'Empire ottoman finissant », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 87-88 | septembre 1999, mis en ligne le 10 octobre 2004, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://remmm.revues.org/305

Haut de page

Auteur

Nathalie Clayer

CNRS, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page