Navigation – Plan du site
Lectures

Bennani-Chraïbi Mounia, Catusse Myriam, Santucci Jean-Claude, Scènes et coulisses de l’élection au Maroc. Les législatives 2002, IREMAM-Karthala, Paris-Aix, 2004, 318 p.

Pierre Vermeren
p. 252-255

Texte intégral

1À l’heure où se profilent les élections législatives marocaines de 2007, susceptibles de réaménager profondément la vie politique du Royaume, il n’est pas inutile de faire retour sur les législatives du 27 septembre 2002. Ces premières élections générales du règne de Mohammed VI ont joué un rôle déterminant dans la visibilité de l’islamisme marocain, tant au plan intérieur qu’au plan international. Avec l’élection de 42 députés du PJD (Parti de la justice et de développement),  elles ont fait du parti islamiste la principale force d’opposition légale au sein du Parlement national.

2Loin de s’en tenir à cet aspect essentiel, le présent ouvrage collectif s’essaye à une savante approche de sociologie électorale, dans la grande tradition des sciences politiques françaises (quoique ses auteurs se rattachent à des centres de recherches de différents pays). Mais la « patte » croisée de Jean-Claude Santucci et de Rémi Leveau, dont on lit ici une des dernières contributions, ne fait aucun doute. Cet ouvrage collectif, écrit par sept auteurs et coordonné par trois d’entre eux, se structure autour des contributions de Mounia Bennani-Chraïbi, auteur de près de la moitié des textes. Outre une solide mise en perspective des législatives au Maroc, elle signe deux articles sur les pratiques électorales au sein du grand Casablanca, notamment en ses immenses quartiers populaires, cœur battant du Maroc moderne et de l’islamisme dans sa version PJD. Cette plongée dans les réalités de terreau électoral marocain constitue l’apport principal de l’ouvrage.

3Plusieurs commentaires peuvent être formulés sur ces 300 pages d’analyses inédites et souvent pertinentes. Le parti pris scientifique et le mode opératoire sont présentés dans une préface écrite à trois mains. Il s’agit de justifier une approche de terrain, au plus près des candidats et des bureaux de vote, qui n’exclut pas certains éclairages historiques ni une vision plus globale.

4Peut-être aurait-il fallu davantage attirer l’attention du lecteur sur les caractères généraux de ces élections peu communes. Les Législatives de 2002 ont mis fin à l’alternance politique dirigée par l’USFP. Le PJD est devenu l’opposition officielle de « sa » Majesté (et non « à » sa Majesté), alors que ses candidats n’ont pas eu le droit de présenter des candidats dans plus du tiers des circonscriptions (notamment à Marrakech, pour laquelle un auteur s’étonne de leur échec). Le Palais a utilisé la dispersion des voix et des sièges pour nommer un homme du Palais sans affiliation partisane au poste de Premier Ministre à l’issue des élections. En tout état de cause, le Parlement n’a qu’un faible rôle dans le système de pouvoir marocain, dont il constitue une chambre d’enregistrement ainsi qu’une enceinte (parmi d’autres) du débat public. Toutes choses dont on peut difficilement faire abstraction.

5Ces préalables rappelés, une seconde critique peut être formulée, relative au caractère très savant de l’ouvrage. Pour le lecteur non versé dans la science politique, la multiplication des références, des notes et des concepts rend la lecture parfois ardue. Pour l’étudiant ou le chercheur curieux, cette étude de sociologie électorale marocaine est un petit traité de sociologie politique nourri aux meilleures sources de la recherche contemporaine, dont témoigne la très vaste bibliographie. Cette approche clairement posée permet d’aborder solidement le cas marocain, en le plaçant constamment sous le regard des expériences électorales européennes passées, ou des expériences contemporaines en Afrique ou dans le monde arabe.

6Cette solidité théorique n’en rencontre pas moins la suspicion de l’historien qui ne peut se contenter des règles et pratiques du jeu électoral, mais s’attache à les placer sous le joug des contraintes économiques, sociales et idéologiques. Les auteurs décrivent les multiples facettes d’un jeu électoral restitué dans sa complexité. Au Maroc, les élections mettent à jour une situation sociale complexe et inventive, caractéristique de l’apprentissage des pratiques démocratiques dans une société à la fois pauvre, fortement touchée par l’analphabétisme et en voie d’émancipation des hiérarchies traditionnelles et de l’ordre patriarcal.

7Le vote des femmes, des pauvres, des descendants d’esclaves, tout demeure fragile, comme le montre notamment l’étude du vote dans la vallée du Ziz (Sud marocain). Les auteurs soulignent les différents visages du clientélisme électoral, la pratique de la corruption ou de l’achat des voix, la présence des intermédiaires électoraux. Ils évoquent le « nomadisme partisan », qui pousse tel élu à changer de parti au lendemain des élections, mais aussi la tutelle plutôt en recul de l’administration sur les candidats, la savante pratique du découpage électoral, les significations du vote blanc et d’une abstention élevée. Ils signalent aussi l’utilisation biaisée des symboles attribués aux partis, lesquels sont destinés aux analphabètes, afin qu’ils puissent voter sans confusion pour un des 26 partis en compétition. Ces signes ou symboles, souvent attribués par l’administration, influencent le vote et les représentations de tous les électeurs, réalité que les auteurs ont peut-être sous-estimée.

8Pour autant, la plongée réalisée par M. Bennani-Chraïbi dans les procédures électorales de ces législatives de septembre 2002 constitue l’apport principal de l’ouvrage. Ce travail de terrain, réalisé dans les quartiers populaires casablancais de Derb Soltan et Hay Hassani, est conforté par celui de Lamia Zaki dans des bidonvilles de la même cité. Il souligne a contrario l’extrême décalage entre ce cœur vivant du nouveau Maroc en construction, à la fois urbain, déraciné et populaire, et les périphéries rurales et sahariennes de l’espace national. Que ce soit à Dakhla (au Sahara) ou dans l’Oued Ziz, la campagne électorale conforte la détribalisation et l’arrachement à la société féodale, sans toutefois ouvrir les portes de la modernité démocratique. On comprend que, par rapport au chaudron urbain des grandes métropoles, ce vieux monde rural, même en recomposition, rassure les autorités étatiques, et qu’en conséquence, il faille parfois 5 ou 10 fois plus d’électeurs par député dans les métropoles ! Car dans les grandes cités, les cartes sont constamment rebattues.

9Ces enquêtes démontrent la modernité des procédures démocratiques et électorales à l’œuvre sur le terrain marocain. Il n’est certes pas exclu que l’auteur s’enthousiasme avec un peu d’excès pour certaines pratiques ou manifestations. Quand elle décrypte les significations des votes nuls ou blancs, il est peut-être imprudent d’attribuer par principe à ces pratiques une signification politique consciente. De même, quand Lamia Zaki se réjouit des rassemblements et défilés électoraux au cœur des bidonvilles, elle ignore probablement que la masse de cette population demeure à l’écart de ces procédures. Toutefois, ces analyses battent en brèche les clichés rapportés par une presse souvent ignorante du terrain marocain, ou par des observateurs aux ordres des pouvoirs, qui s’obstinent à associer analphabétisme et vote islamiste, pauvreté et refus de vote, ou encore, pauvreté et achat de voix. In fine, ces affirmations non démontrées incitent les Européens à se méfier des évolutions politiques au Sud de la Méditerranée.

10Même si ces études pèchent par excès d’optimisme démocratique et de conscientisation des populations, elles n’en expriment pas moins la modernité des processus à l’œuvre. La plupart des acteurs démocratiques, autorités administratives, partis, candidats, militants, assistants électoraux, tablent sur les aspirations à la liberté et à la clairvoyance des électeurs. Le Maroc de 2002 n’est plus celui des candidats ignorants, récompensés par le Makhzen (l’appareil d’État) pour d’obscures raisons, et envoyés se faire élire par l’administration. Les partis présentent des candidats diplômés, en particulier le PJD, très soucieux de démontrer sa compétence technique et gestionnaire. On fait appel à la mémoire des électeurs, à leur conscience historique, à leur sentiment religieux, patriotique, et à leurs intérêts matériels. On présente aux électeurs les rouages de la vie politique marocaine, et l’on s’en prend parfois avec virulence aux pouvoirs établis. On dénonce la corruption, la mauvaise moralité, le mensonge, sans parfois y renoncer, auprès d’électeurs beaucoup plus avertis que par le passé.

11Certes, la démoralisation politique, la désillusion et la misère économique incitent bien des électeurs à l’abstention ou, à tout le moins, à une extrême prudence. Mais le calcul rationnel, l’arbitrage électoral, la fidélité à certaines valeurs ou à telle organisation politique, sont au cœur de l’acte de voter. De sorte que le vote massif, mais non exclusif, des quartiers populaires urbains en faveur des islamistes est aussi, à sa manière, porteur de renouveau politique. À cette aune, les élections de 2007 vont probablement conforter des évolutions déjà fortement engagées en 2002. De sorte qu’en dépit des réserves précédemment formulées, la sociologie électorale trouve ici toute sa légitimité et sa pertinence, pour démontrer que les sociétés maghrébines, en dépit des obstacles de diverses natures qui les entravent, sont engagées à leur corps défendant sur la voie d’une modernité politique, démocratique et sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Vermeren, « Bennani-Chraïbi Mounia, Catusse Myriam, Santucci Jean-Claude, Scènes et coulisses de l’élection au Maroc. Les législatives 2002, IREMAM-Karthala, Paris-Aix, 2004, 318 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 28 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/3571

Haut de page

Auteur

Pierre Vermeren

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page