Navigation – Plan du site
Lectures

Mortensen Peder (ed.), Bayt al-‘Aqqad. The History and Restoration of a House in Old Damascus, Proceedings of the Danish Institute in Damascus, IV, Aarhus University Press, Aarhus, 2005, 440 p.

Brigitte Marino
p. 304-306

Texte intégral

1À l’image de la demeure dont il relate l’histoire et la restauration, cet ouvrage collectif dont la publication a été coordonnée par Peder Mortensen, directeur de l’Institut Danois de Damas, est absolument magnifique. Il comprend une quinzaine d’articles illustrés de nombreuses photographies qui nous montrent les pièces de la demeure ou des décors particuliers, l’état de certains lieux ou motifs avant et après restauration, les hommes et les femmes affairés à leurs tâches.

2La partie de l’ouvrage consacrée à la restauration de Bayt al-‘Aqqad comprend cinq articles présentant respectivement les options choisies pour la restauration de la demeure, les diverses parties du bâtiment et leur restauration, la réalisation du projet de restauration, les matériaux et les techniques de construction, les décorations peintes sur les murs, plafonds, portes et fenêtres. La partie consacrée à l’histoire de Bayt al-‘Aqqad comprend dix articles s’inscrivant dans des disciplines aussi diverses que l’archéologie, l’histoire de l’art et de l’architecture, la littérature ou l’histoire urbaine : ils abordent respectivement le théâtre romain dont des vestiges furent découverts sous la demeure (deux articles), l’histoire de celle-ci entre le xve et le xviiie siècle, les décorations des plafonds et des panneaux de bois, les inscriptions du xviiie siècle, les fragments de céramiques trouvés dans les lieux, la fouille d’un dépotoir situé dans la cave, les nouveaux éléments de décoration du xixe siècle, la famille ‘Aqqad et ses maisons à la fin du xixe et au xxe siècle et, pour terminer, une passionnante incursion dans le quartier où est située cette demeure. Quatre plans situés à la fin de l’ouvrage indiquent la localisation des diverses pièces situées au sous-sol, au rez-de-chaussée, au premier et au second étage.

3C’est en 1992, alors que Peder Mortensen était de passage à Damas à la suite d’une mission archéologique dans le nord du pays, qu’est née, lors d’une discussion avec l’Ambassadeur du Danemark en Syrie, l’idée de fonder un Institut Danois à Damas. Dès l’année suivante, le projet fut accueilli très favorablement par les autorités syriennes qui, quelques temps plus tard, commencèrent à proposer aux autorités danoises plusieurs demeures situées dans la vieille ville. En 1996, le choix se porta sur Bayt al-‘Aqqad, une demeure mamelouke construite dans la partie occidentale de la ville intra-muros, plus précisément dans le Souq du coton et de la laine. Séduits par le bâtiment, les Danois ne furent nullement découragés par son délabrement, sachant qu’une restauration de grande ampleur pourrait être entreprise grâce au soutien de la C.L. David Foundation. Le choix de Bayt al-‘Aqqad comme siège de l’Institut Danois et l’assurance que cette demeure pourrait être louée pour un contrat de longue durée furent rapidement suivis de la mise en place d’un comité syro-danois de six membres ayant pour tâche d’orienter les travaux à entreprendre dans cette demeure composée d’éléments très divers. La restauration de Bayt al-‘Aqqad débuta en 1997 et la demeure fut inaugurée en octobre 2000.

4Si l’intérêt accordé à Bayt al-‘Aqqad a permis d’apporter une contribution essentielle à notre connaissance de l’architecture domestique mamelouke et ottomane à Damas, il a aussi permis d’apporter des éléments nouveaux sur l’histoire urbaine de Damas. La construction de cette demeure sur une partie du théâtre édifié par Hérode au 1er siècle avant J.-C. s’inscrit dans la mise en valeur de ce secteur de la ville au xve siècle, profondément dévasté par l’invasion mongole conduite par Timur Lang en 1401. La localisation du théâtre romain dont les contours sont clairement visibles sur une carte du réseau viaire, était certes connue ; une partie de ses vestiges sont désormais visibles dans Bayt al-‘Aqqad et son plan a pu être reconstitué.

5Aucune information permettant de connaître la date de construction de cette demeure n’a été retrouvée mais celle-ci a toutefois pu être déterminée grâce à une comparaison systématique avec d’autres monuments mamelouks de Damas. L’identité de ses constructeurs et de ses premiers occupants demeure inconnue mais plusieurs transactions immobilières opérées au cours du 18e siècle permettent d’identifier certains de ses propriétaires successifs et de retracer, avec les observations sur le terrain, les nombreuses transformations architecturales qui y ont été entreprises au fil du temps. Grâce, d’une part, à la combinaison des sources écrites et des observations sur le terrain et grâce, d’autre part, à la comparaison incessante de cette demeure avec d’autres bâtiments de la ville, Bayt al-‘Aqqad a pu être intégrée à part entière dans l’histoire urbaine et architecturale de Damas.

6Les entretiens réalisés avec des membres de la famille ‘Aqqad ont quant à eux dévoilé que cette demeure n’a été possédée et occupée que pendant un demi-siècle par trois générations de la famille, de la fin du xixe au milieu du xxe siècle. En 1947, au moment où les Damascènes commençaient, depuis quelques années déjà, à quitter les demeures de la ville intra-muros pour résider dans des habitations plus modernes, elle fut louée à une école pour filles comprenant environ 800 élèves, à laquelle se joignit, sans doute en 1973, une école de garçons comprenant environ les mêmes effectifs et dont les locaux avait été détruits par de violentes chutes de pluie. Les filles occupaient les lieux le matin et les garçons l’après-midi. En 1976, les deux écoles durent quitter le bâtiment pour des raisons de sécurité. Dès 1960, Bayt al-‘Aqqad avait été identifiée comme un monument historique et dans les années 1980, après d’importants dégâts des eaux, la municipalité de Damas avait tenté de confisquer le bâtiment afin de le restaurer mais rien ne se produisit jusqu’en 1996, date à laquelle les Danois y jetèrent leur dévolu.

7Bayt al-‘Aqqad comporte plusieurs dizaines de pièces distribuées sur trois niveaux hétérogènes construits et remaniés à différentes époques. De part et d’autre de la cour principale au milieu de laquelle se trouve un grand bassin se font face deux remarquables éléments architecturaux du xve siècle : un iwan aux dimensions inhabituelles et une salle de réception (qa‘a) dont la façade, revêtue d’un immense panneau de pierres aux décors géométriques colorés de noir, de jaune et de rouge, est sans aucun doute une des plus splendides de Damas. Sur les deux autres côtés de la cour furent rajoutées deux ailes d’habitations au tout début du xxe siècle. Entre ces deux périodes, la demeure connut de profondes transformations dont les différentes étapes sont reconstituées avec précision.

8La réalisation du projet de restauration, qui engloba la reconstruction des toits et des sols, dut prendre en compte la diversité des structures murales, composées de différentes sortes de pierres, notamment le basalte et le calcaire, et se soucier aussi de la diversité des décorations peintes sur les plafonds, les escaliers, les portes, les fenêtres et autres ouvrages en bois. Construites à des époques différentes, chacune des pièces de la demeure témoigne en effet d’un style différent : aux chauds décors floraux des premiers temps du bâtiment succèdent les paysages bleus rococo du xixe siècle. Chaque pièce de la demeure, désignée en fonction de sa décoration (« la pièce rouge », « la pièce bleue », etc.), possède une identité propre qui a été scrupuleusement respectée lors de la restauration. La description minutieuse de ces décorations s’accompagne toujours d’explications détaillées sur les techniques utilisées pour les produire et sur les choix opérés pour les restaurer.

9Cet ouvrage qui fourmille d’informations techniques constitue une contribution essentielle sur l’architecture mamelouke et ottomane à Damas. Sa valeur réside non seulement dans son intérêt scientifique, mais aussi dans le fait qu’il offre plusieurs portes d’entrée dans cette demeure : ses nombreuses photographies permettent de l’admirer dans les moindres recoins et le récit des différentes découvertes qui y ont été réalisées, depuis les Romains jusqu’aux Ottomans, en retrace l’histoire de manière fascinante. C’est un somptueux ouvrage qu’on ne se lasse pas de consulter pour son iconographie, son intérêt scientifique et ses récits captivants. Il incite à porter un regard attentif sur de nombreuses maisons damascènes qui ne demandent qu’à être relevées de leurs ruines pour retrouver leur splendeur.

10Si la coopération politique entre les autorités syriennes et danoises est évidente dans l’accomplissement de ce projet de restauration, il est regrettable que la coopération scientifique entre chercheurs européens gravitant à Damas dans l’orbite de l’Institut Danois ne soit pas soulignée dans cet ouvrage. Il suffisait simplement de mentionner les institutions de rattachement des auteurs des différents articles pour voir se dessiner, autour de cette jeune institution, un véritable réseau européen dans lequel figurent des chercheurs originaires d’Allemagne, de Suisse ou de Suède. Outre la coopération qu’ils entretiennent avec les pays d’accueil, les instituts basés à l’étranger permettent bien souvent de nouer de solides contacts entre chercheurs de différentes nationalités et c’est aussi là un de leurs intérêts majeurs.

11Nul doute que la réussite de ce projet ambitieux ne peut que servir de modèle à d’autres institutions désireuses de s’installer dans des locaux aussi prestigieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Marino, « Mortensen Peder (ed.), Bayt al-‘Aqqad. The History and Restoration of a House in Old Damascus, Proceedings of the Danish Institute in Damascus, IV, Aarhus University Press, Aarhus, 2005, 440 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 117-118 | juillet 2007, mis en ligne le 26 juillet 2007, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/3701

Haut de page

Auteur

Brigitte Marino

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page