Navigation – Plan du site
II. Lectures

Marceau Gast, Tikatoutin, Un instituteur chez les touaregs, itinéraire d’un apprenti ethnologue, Édition de la boussole, Paris 2004. Éditions du CNRPAH, Alger, 2005.

Kamel Chachoua
p. 284-287

Texte intégral

1Voila un livre intéressant pour qui veut connaitre un peu plus Marceau Gast, ethnologue inévitable pour ceux qui travaillent sur les Touaregs. Ce livre introduit et en même temps éclaire ses travaux. On doit d’ailleurs le remercier pour l’exercice courageux auquel il s’est ainsi prêté, qui, à première vue, n’avait rien d’évident. Car M. Gast cumule toutes « les mauvaises identités » qui peuvent réveiller peines et haines soigneusement archivées et contenues, mais aussi provoquer des amalgames de toutes sortes : il est pied noir, ethnologue, berbérisant. Trois identités qui ne cohabitent pas facilement dans le champ des sciences sociales du Maghreb en général. Il faut bien saluer aussi Helene Claudot Hawad qui était à l’origine de cet enregistrement. On devine aisément à la lecture de ce livre que ce n’est pas la totalité de l’enregistrement qui est ici rendu. Les ethnologues sont prolixes et inépuisables quand il s’agit de parler ou de témoigner sur les autres mais rares sont ceux qui parlent d’eux-mêmes et qui acceptent de pratiquer cet exercice d’auto-réflexion que fait ici Marceau Gast, ce n’est pas par humilité ou par évitement de soi et du « je » narcissique et subjectif que beaucoup évitent cet exercice. On comprend en lisant ce livre que M. Gast à dû opérer des choix et des coupes volontaires dans son récit. Celui-ci n’est pas une auto-analyse, ni une auto-représentation ni un témoignage mais un recueil de souvenirs. Tikatoutin, titre du livre qui veut dire souvenirs en langue tamahaq, est un beau clin d’œil à ce peuple et à cette culture touaregs. Ce livre montre bien comment Marceau Gast est venu à l’ethnologie, un métier dont sa vie, sa condition et ses propres ambitions auraient du normalement l’écarter. On comprend que c’est par un hasard « sociologique » qu’une vocation est née bon gré mal gré et s’est affirmée. Comment un jeune français d’Algérie dans les années 1940, fils d’un employé subalterne dans le célèbre domaine Borgeaud dans la banlieue d’Alger, quasiment claquemuré à l’intérieur du grillage qui entourait la maison du domaine, seul, s’ennuyant au milieu d’une nature généreuse, en mal d’exotisme est-il devenu un éminent ethnologue des Touaregs ? C’est en fait l’école dans les espaces dits exotiques qui assez souvent impulse la conversion de beaucoup d’instituteurs. En milieu berbère en particulier, où ils s’astreignent et se sentent en situation de mission civilisationelle et humanitaire, ils apprennent les langues par exemple. M. Gast lui-même l’a bien souligné à l’endroit de son prédécesseur chez les Touaregs qui avait appris le tamahaq bien mieux qu’il n’avait inculqué le français à ses jeunes élèves.

2Le récit que fait M. Gast de son enfance le cantonne dans les limites de la clôture du domaine où sa famille semble clouée à la ferme et se trouvant u coup coupé du monde extérieur, européen ou indigène. Même le débarquement des troupes anglo-américaines le 8 novembre 1942 au « club des pins » l’a surpris sur la terrasse de la maison. Tandis que son père est très occupé à la ferme, sa mère est excessivement présente et soucieuse de son fils jusqu’a l’étouffer. Elle a été éduquée par les sœurs blanches de Staoueli (école Sainte scolastique) dont elle a reçu, dit M. Gast, « une conception mortificatoire de la vie » ce qui n’est pas sans incident profond sur l’avenir « ethnologique » de ‘auteur puisque : « cela m’a toujours révolté et a beaucoup contribué à m’éloigner de la religion catholique et de ses rites auxquels je ne comprenais rien ». Les quelques connaissances et liens se font avec les ouvriers arabes employés sur le domaine. On voit que l’enfance de cet homme fut solitaire et terrienne dans le sens physique et social du terme. Les arbres les animaux et les objets de la ferme sont ses seuls loisirs, on aperçoit aussi un adolescent fort désœuvré « j’ai passé des jours entiers allongés à même l’herbe à observer la vie des fourmis ». Son père, se sentant un peu coupable en tout cas agacé par l’ennui de son fils lui dit un jour : « va donc apprendre l’arabe à l’école coranique du douar, j’avertirai le Taleb ; tu feras au moins quelque chose de tes vacances ! ». On comprend que le besoin de découvrir et de s’évader soit plus mûr et plus vif chez M. Gast. Après le lycée et l’école normale de Bouzaréah l’affectation va servir de prétexte au désir intime de M. Gast de tenter le grand Sud. Des considérations propres à l’administration feront que ce grand saut se réalisera graduellement. Il est d’abord affecté en 1948 à Laghouat, puis à Reguiba, El oued et enfin dans le Hoggar à Tin Zawatin dans le campement de l’Amenokal bay akhamok.

« Celui-ci avait beaucoup d’autorité, il était considéré avec respect par tout le monde y compris les militaires français… lui-même imbu de son autorité ; il se prenait très au sérieux... c’était un homme assez violent, orgueilleux... »

3En somme un caid du Sud, entouré de goumiers ou ce qu’on désigne au Nord par le terme chaouch. Au campement de l’Amenokal,

« il n’y avait ni chant, ni musique. Autant l’amenokal semblait le garant de la culture touaregue, autant il versait dans la bigoterie religieuse, avec une tendance qu’on pourrait appeler aujourd’hui « d’intégriste » Alors qu’il avait eu une jeunesse tumultueuse et libertine, … sa première décision fut d’interdire toute manifestation musicale ».

4M. Gast débarque sur cette « autre planète ». Le code éthique et social est complexe, il lui fallait apprendre à marcher, à se taire, à parler, à arriver, à partir, saluer chacun selon son rang. Toutes ces règles de bienséance « je les ai apprises dit M. Gast, seul, souvent à mes dépends »                                                                               

5On trouve dans ce livre de très belles pages ethnographiques et historiques sur l’école nomade

« La hutte école était une petite construction de paille de typhas, très modeste, de trois mètres sur trois. C’était à la fois l’école nomade et l’habitat de l’instituteur. L’on faisait tout dans cet espace exigu. Tantôt l’on se mettait dehors, quand le soleil n’était pas très violent, tantôt l’on restait à l’intérieur au milieu de mes quelques sacs et paquets ».

6Là, tout son apprentissage social, scolaire, professionnel déjà acquis semble toucher sa limite. Même la méthode enseignée et conseillée par les manuels du Nord semble inadaptée. Le plus inédit est peut être le fait de se trouver devant un peuple neuf, des hommes et des femmes qui ne sont pour lui ni des indigènes ni des arabes. L’accueil est plein de déférence et d’indifférence. Ici l’instituteur n’est ni un pouvoir ni un savoir. Personne ne voit ni ne lui concède une utilité au présent comme à l’avenir, il est tout juste un représentant de l’administration française et un agent de renseignement. La nature a naturellement inversé l’ordre social, scolaire et politique habituel du Nord. Les Touaregs considèrent l’instituteur selon les termes de M. Gast comme « leur valet au même titre que leurs domestiques ». D’ailleurs M. Gast était alors appelé “le taleb français”, les nomades considéraient l’instituteur comme une fantaisie de l’administration française, peut être comme un agent de renseignement, mais aussi comme une espèce d’impôt. L’Amenokal avait donné son accord pour la création de deux ou trois classes nomades, dans l’espoir que cet enseignement ouvrirait l’esprit des enfants à un monde nouveau sans les couper de leur milieu. Le directeur de ces écoles l’avait aussi convaincu en lui tenant le raisonnement suivant :

« vous, les nobles touaregs, vous vous trouvez à distance de Tam où se trouve le pouvoir des Français, vous connaissez beaucoup de choses. Cependant il y a des écoles dans tout le Sahara, fréquentées par les noirs et les arabes. Demain ces jeunes deviendront les cadres de ce pays, les chefs, et vous vous aurez des enfants ignares qui ne sauront pas lire, pas compter ni en arabe, ni en français. Vous avez quelques talebs qui enseignent le Coran et pas plus. Nous Français, nous vous proposons de venir chez nous sans vous déranger, pour apprendre à vos enfants le français, la lecture, le calcul et les ouvertures sur le monde pour que plus tard, ceux-ci puissent diriger le pays comme vous aujourd’hui. Parce que si vous refusez cet enseignement, ce seront vos esclaves qui demain vous commanderont ».

7L’école est une tente, un lieu de loisirs, une curiosité et enfin un passe temps favori pour les enfants comme pour les adultes. Tous abordent l’instituteur avec une liberté qui frise l’irrespect et l’insolence. Un jour on l’interroge ainsi : « chez quelle fille veux-tu aller ce soir ? ». Quand M. Gast leurs demandait combien font 2+2 ils lui répondaient : « Puisque toi tu le sais, pourquoi nous poses-tu la question ? » et comme il ne leur faisait pas de cadeaux (billes, jouets etc) aussi souvent que son prédécesseur, les enfants tentaient de le faire chanter : « nous t’écoutons pour te faire plaisir et tu ne nous fais jamais de cadeaux … tu ne nous offre jamais rien... Alors tu es pauvre ?» « Oh ! Toi, tu es pauvre ! Tu n’as pas beaucoup d’affaires, tu n’as pas beaucoup de sacs ! ».

8Ici l’instituteur on l’aborde sans frein et on rentre chez lui sans frapper et sans avertir, sa tente est à la fois la maison et l’école, un lieu public et privé. Un jour « le soleil n’est pas encore apparu à l’horizon que le petit Mohamed est déjà là, devant ma natte-paravent : « que veux-tu ?

9– je viens à l’école. Avant de partir apprends-moi les nombres après 20 et les autres ! » .

10C’est dans ce contexte hostile et « paradoxalement » hospitalier que M.Gast à vécu sa première expérience sociale et ethnologique chez les Touaregs.

11On comprend à travers ce livre que « l’introduction du loup » c'est-à-dire l’école n’était pas du tout ce qu’elle était partout ailleurs en Algérie ni dans son histoire ni dans son déroulement. Elle ne constituait pas un enjeu aussi important qu’en Kabylie. Elle n’était pas un vecteur d’acculturation et ne semblait pas susciter de conflits, craintes ou peurs, ni d’espoirs non plus. En raison peut-être de l’absence de Français et peut-on dire de colonisation tout court. L’école au Sahara est alors une école de plein air, sans murs, sans tables, sans plafond et le maitre sans costume européen, sans logement. Ces témoignages nous montrent bien combien l’école coloniale et nationale n’a pas suscitée l’intérêt des chercheurs (Gast, 1990) comme ce fut le cas pour le Nord et en Kabylie particulièrement.

12On ne trouve rien dans ces souvenirs sur la guerre d’Algérie chez les Touaregs. On devine une paix enviable et impressionnante car il est curieux de voir et de lire un espace algérien où la guerre est absente en 1956-1957. Mais les Touaregs ont finalement vécu les conséquences de la guerre d’une manière aussi lourde qu’ailleurs, ils n’auront pas dans leurs rangs de veuves ou de combattants et c’est peut être là « paradoxalement » leur « malchance ». Cette absence « de guerre et d’indépendance » a fait d’eux, sociologiquement parlant, des Algériens à part. Dans le même temps, dès les années 1960 avec le boom pétrolier le Sud a subi en l’espace d’une décennie tous les bouleversements que le Nord avait traversé en un siècle, le salariat, le chômage, l’administration, l’automobile, le logement moderne, la montre, etc.

13Il manque en effet dans ce livre toute une deuxième vie de Marceau Gast, l’auteur n’avertit pas et n’explique pas cette « absence sélective » de la période d’après 1962. Or c’est celle-ci même qui semble importante dans la vie et le métier de M. Gast et ce, en Algérie où il a continué de travailler. Au CRAPE, son centre institutionnel de rattachement, comme ensuite à Aix en Provence. Des étapes qui auraient achevé de nous instruire non seulement sur le personnage mais sur le champ des études touarègues en France. Pourtant l’intérêt de ce livre est qu’il est traversé et chevauché par trois mémoires ; celle d’un Français d’Algérie, celle d’un instituteur chez les nomades et celle d’un ethnologue. Trois conditions qui demeurent toujours, même de nos jours, marginales et sulfureuses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kamel Chachoua, « Marceau Gast, Tikatoutin, Un instituteur chez les touaregs, itinéraire d’un apprenti ethnologue, Édition de la boussole, Paris 2004. Éditions du CNRPAH, Alger, 2005. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 29 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/3901

Haut de page

Auteur

Kamel Chachoua

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page