Navigation – Plan du site
Première partie – Sciences, savoirs modernes et pouvoirs dans le monde musulman contemporain

Sciences, savoirs modernes et évolutions des modèles politiques

François Siino
p. 9-28

Texte intégral

1À partir du début du XIXe siècle, les sciences et les savoirs modernes développés en Europe occidentale au cours des deux siècles précédents font irruption dans la plupart des sociétés du monde musulman. Suivant des chronologies très variées selon les lieux, toute une série de phénomènes attestent de cette réalité. Ce sont des institutions nouvelles qui sont créées : écoles et instituts scientifiques, universités, centres de recherches, observatoires. Des activités jusque-là inexistantes, ou très peu répandues, se développent et prennent parfois l'allure de professions nouvelles ou de corps : ingénieurs, scientifiques, médecins, professeurs de diverses disciplines, techniciens, sans oublier des militaires d'un genre nouveau. Des administrations se mettent en place qui ont pour tâche de coordonner et d'organiser ces activités. Enfin, des mouvements d'hommes se dessinent dont le but est l'acquisition, le transfert et l'enseignement de savoirs nouveaux.

  • 1  Dont la bibliographie rassemblée pour ce texte ne peut donner qu'un aperçu incomplet.

2Ce processus a donné lieu à de nombreuses études, monographiques ou générales1, qui n'ont pas épuisé la complexité du phénomène. On peut cependant constater que certains angles d'approche ont été plus prisés que d'autres. Nombre de recherches traitant d'une façon ou d'une autre de cette question ont pris pour point de départ et pour cadre général de la réflexion le contexte historique international de ce processus, à savoir le déclin de la puissance politique et économique du monde musulman et la montée concomitante des impérialismes européens aboutissant le plus souvent à une emprise coloniale durable. On trouve en arrière-fond de ce type d'approche le thème de la « décadence » d'un monde musulman, autrefois centre de savoirs et de connaissances, confronté aux desseins impérialistes d'un Occident conquérant, avide de débouchés pour ses productions croissantes de marchandises, fort de sa puissance militaire, de son essor technologique sans précédent et d'une rationalisation de l'organisation.

3Selon ce point de vue, le déséquilibre même de la relation Orient-Occident aurait alors permis l'expansion de la science « occidentale », il aurait entraîné comme « naturellement » son transfert — plus ou moins réussi — dans des régions désormais vouées à être dominées. La représentation sous-jacente de la structuration des sciences modernes dans le monde musulman est dès lors celle d'un processus réactionnel dans le meilleur des cas, relativement passif, et en tout cas largement déterminé par des causes extérieures.

  • 2  Cf. Hourani, 1991. Le titre anglais original, Arabic Thought in the Liberal Age 1798-1939, n'évoqu (...)

4Dans une telle perspective, on conçoit que les études les plus importantes ayant trait à cette période aient mis l'accent sur les tentatives « d'ajustement culturel » au défi que représentait cette modernité « envahissante » (dans tous les sens du terme) ; c'est ce qu'a brillamment réalisé l'historien Albert Hourani en analysant de façon minutieuse les réactions de la « pensée arabe » face à un Occident2 en expansion (économique, militaire, intellectuelle).

  • 3  Encore que cette question ait été inévitablement abordée dans le cadre plus large d'une réflexion (...)

5En revanche, la question a moins souvent été posée des relations et interactions entre ce processus de développement des sciences et des savoirs modernes et les systèmes de pouvoir en place dans les pays musulmans3. Sans doute cette moindre présence des interrogations sous l'angle du politique doit-elle être reliée à la perception assez répandue selon laquelle le développement des sciences modernes est un phénomène avant tout caractérisé par son extranéité, dans lequel les pouvoirs des pays musulmans — contraints et forcés — n'ont joué qu'un rôle mineur.

  • 4  Cf. J.-F. Bayart, 1996 : 11 et suivantes.

6Or, sur la base de recherches récentes et d'une relecture de travaux plus anciens, cette idée du caractère extérieur de la construction des sciences et des savoirs modernes doit être questionnée, à la façon dont on a pu questionner, il y a quelques années, la thèse de « l'extranéité radicale de l'État contemporain en Afrique et en Asie », longtemps considéré comme un « pur produit d'importation »4. Il n'est pas question ici de nier que l'Europe et l'Occident en général ont joué un rôle majeur dans ce processus et continuent à le faire jusqu'à aujourd'hui. Pourvoyeur privilégié des sciences et des savoirs modernes, l'Occident « chrétien » a bien entendu contribué à déclencher le processus, à initier dans les pays du monde musulman des réactions — d'intérêt tout autant que d'inquiétude qui ont été souvent à l'origine d'une volonté de « rattrapage » et de modernisation. Mais cette dimension réactionnelle ne suffit pas à caractériser un tel processus comme extérieur et n'a d'ailleurs rien de spécifique : en Europe également, « la politique de la science naît au XVIIIe siècle lorsqu'il apparaît que la scientificité peut et même doit produire du sens politique, lorsqu'il apparaît que seule une forme d'État-providence peut encore légitimer le système monarchique, lui rendre une grandeur que les échecs internationaux et économiques ont gravement affectée « (Rouban, 1988 : 18). Par ailleurs, au moins dans un premier temps, si « l'avance » de l'Occident joue un rôle d'aiguillon, elle est perçue « non pas tant comme menace que comme voie à suivre » (Hourani, 1991 : VII). Restituer la question dans sa complexité implique donc de relativiser l'extranéité du phénomène en prenant en compte plusieurs éléments.

7Il faut tout d'abord garder en mémoire que dans ses premières manifestations, le processus est engagé à l'initiative des pouvoirs locaux, bien avant que l'emprise coloniale européenne ne se manifeste. C'est notamment le cas en Égypte, en Tunisie et bien sûr dans la Turquie ottomane où la construction des sciences modernes précède clairement la colonisation et ne s'arrête pas au moment des indépendances. Comme l'a montré Sylvia Chiffoleau à propos de la médecine égyptienne, si l'on doit à un « expert » européen — le médecin français Antoine-Barthélémy Clot — l'établissement du premier hôpital moderne au Caire en 1827, c'est à la demande expresse de Mohammed 'Ali, et cette décision s'inscrit dans une politique générale de modernisation du pays. Moins d'un demi-siècle plus tard, avant l'arrivée de l'armée britannique, du fait de la formation de médecins et de professeurs égyptiens, « le système est en mesure de se reproduire et de se perpétuer » (Chiffoleau, 1997 : 8).

  • 5  Les mentions d'auteurs non accompagnées de date renvoient aux textes rassemblés dans ce volume.

8Par ailleurs, si le transfert des savoirs est un réalité indéniable, indissociable du mouvement des hommes qui les portent, les acquièrent ou les transmettent, les modèles qui les accompagnent ne s'imposent pas pour autant de façon univoque et sans nuance. Au contraire, savoirs et modèles sont l'objet d'un processus de réappropriation et d'adaptation. Ce travail de filtrage, effectué notamment par les élites politiques des pays musulmans — et plus tard par les élites scientifiques autochtones — s'effectue avec une certaine latitude de choix, ne serait-ce que du fait de la multiplicité des sources d'inspiration possibles. En donnant la préférence, à partir de 1870, au modèle allemand de développement des sciences militaires, après avoir longtemps préféré le modèle français (Moreau)5, les cercles dirigeants ottomans prennent acte d'une modification du rapport de force en Europe ; peut-être favorisent-ils également un type de modernisation — et un rôle particulier de l'armée — qu'ils estiment plus adapté aux réalités politiques et sociales de l'empire à cette période.

9Enfin, malgré la forte prégnance de l'idée d'une décadence des pays musulmans, idée présente en Europe depuis les Lumières (Thomson, 1987) et la conviction répandue chez les Européens d'aborder un rivage « scientifiquement désert », il semble nécessaire de continuer à s'interroger sur l'existence, la nature et la place des savoirs « traditionnels » dans ces sociétés. Comme l'ont montré les travaux de Pascal Crozet sur l'Égypte du XIXe siècle, loin de constituer une rupture absolue, l'implantation de savoirs « modernes » se déroule sur un substrat scientifique existant encore sur place. Des liens sont établis entre « les savoirs traditionnels et les nouveaux savoirs, aussi bien d'ailleurs de la part des tenants des sciences classiques que de ceux des sciences modernes » (Crozet, 1995 : 68-69), liens qui permettent la « naturalisation » des savoirs modernes et la reconstruction d'une langue scientifique arabe adaptée. Cette composante « endogène » du développement des sciences modernes dans le monde musulman gagnerait d'ailleurs à être explorée au-delà du cas de l'Égypte afin de mieux cerner, lorsqu'il a lieu, ce processus de recombinaison des savoirs modernes et traditionnels.

  • 6  Je saisis l'occasion de remercier les auteurs qui ont réagi avec intérêt à la problématique de dép (...)

10Ces quelques remarques suffisent à suggérer que l'on ne peut pas se contenter de ramener le développement des sciences modernes dans le monde musulman à des causalités externes vécues sur un mode réactionnel ou passif, encore moins à un épiphénomène de la colonisation européenne. Il faut alors s'intéresser aux causes internes, et en premier lieu à l'action des pouvoirs politiques des pays concernés, ainsi qu'aux différents acteurs qui, à un titre ou à un autre, participent à cette évolution. C'est dans cette perspective qu'ont été rassemblés les textes qui composent ce numéro6. Ne s'agissant pas des résultats d'un programme de recherche collectif, ni d'actes de colloque, l'ensemble ne prétend pas constituer un état des lieux dans un volume aussi limité. Les contributions qui suivent constituent autant de propositions et de pistes de réflexion, à partir des préoccupations et des thématiques de recherche des auteurs. Elles ne visent pas à décrire un déroulement uniforme, encore moins un processus spécifique au monde musulman. Elle permettent cependant, dans les limites d'une séquence historique particulière, d'esquisser des questionnements communs dont nous avons essayé de dégager ci-dessous quelques lignes : comment aux XIXe et XXe siècles les « politiques de la science » dans le monde musulman participent-elles d'un travail de l'Etat sur lui-même pour se construire et se moderniser ? Comment ce processus crée-t-il des groupes sociaux nouveaux que les pouvoirs politiques tentent de s'allier et de contrôler, renouvelant — notamment à travers la fonction publique de la science — le type de rapport aux instances gouvernantes ? Comment enfin, à la crise de l'État et aux modifications des conditions d'exercice du pouvoir dans ces pays, correspond une crise de la science et des professions qui en sont les porteuses ?

Construction de la science, construction de l'Etat

  • 7  La première étant un « processus historique conflictuel, involontaire et largement inconscient « , (...)

11Le premier constat qui s'impose est celui d'une imbrication étroite entre le processus historique de construction des sciences modernes et celui de la transformation des systèmes de pouvoir dans le monde musulman à cette période. Pour préciser de quel type de transformation il s'agit, on peut reprendre la distinction effectuée par Jean-François Bayart entre « formation de l'État « et « construction de l'État « 7, et avancer que le phénomène en cours à cette période est bien la « construction » volontariste d'un État déjà historiquement « formé ». Il s'agit d'un moment où le centre politique entreprend un travail sur lui-même, beaucoup plus que sur la société (Delanoue, 1982 : 316), tendant simultanément vers plusieurs objectifs : renforcement interne et externe, légitimation, rationalisation et centralisation. Dès lors,

« le savoir n'était plus pour les princes (émirs, sultans, khédives, gouvernements plus ou moins parlementaires, partis dominants ou uniques) un ornement, mais une composante désormais strictement indispensable du système de gouvernement « (Delanoue, 1985 : 11).

  • 8  C'est-à-dire de certains individus ou groupes d'individus à l'intérieur du système de pouvoir ici (...)
  • 9  Voir aussi Roussillon, 1995.

12Ce travail de l'État sur lui-même8 — qui tend partout à la concrétisation du modèle de l'État-nation, en partie inspiré par les modèles occidentaux — se déroule dans des séquences historiques différentes et avec des modalités diverses, entre le début du XIXe et la deuxième moitié du XXe siècle. Dans l'Empire ottoman, il devient particulièrement évident avec la période des « réformes » (tanzîmât) dont Odile Moreau rappelle les principales étapes. Mouvement impulsé par le haut, au cœur de l'empire, qui touche aux domaines judiciaire, financier, administratif et militaire et dont les limites apparaissent avec la suspension en 1878 de la première Constitution promulguée deux ans plus tôt. En Égypte, c'est à partir du règne de Muhammad 'Ali (1805-1847) que les sciences et les savoirs modernes s'affirment, au fur et à mesure que l'État prend en charge de nouvelles missions qui lui étaient jusque là étrangères : industrie, santé, travaux publics « qui exigent des compétences nouvelles, fondées sur des connaissances scientifiques et techniques « (Crozet)9. À peine plus tard, c'est la Tunisie — d'Ahmad Bey à Kayr-ed-Din — qui s'engage dans une voie comparable en créant notamment des établissements supérieurs destinés à la formation d'élites « modernes » (École polytechnique du Bardo en 1838, collège Sadiki en 1875) dans lesquels les sciences « profanes » (al-'ulûm al-'aqliyya) tiennent une large place (Sraïeb, 1994).

13Là où la colonisation ne laisse pas à ce processus le temps de s'engager, il interviendra lors des indépendances, avec des modalités différentes étant donné l'évolution du contexte, mais avec des continuités tout aussi repérables. L'Indonésie progressiste et « quasi laïque « de Soekarno (Raillon) ou l'Algérie socialiste et industrialiste de Boumedienne sont des exemples de construction volontariste de l'État sur la base d'une foi en la modernisation scientifique.

  • 10  Jean-Marc Lévy-Leblond a fait remarquer que l'idéologie de la science, telle qu'elle s'est imposée (...)

14À travers toutes ces périodes et ces régions de l'aire musulmane, c'est un pouvoir d'État modernisateur et scientiste qui se met en place, sur un modèle beaucoup plus proche du « despotisme éclairé » (Delanoue, 1982 : 315) que de la mobilisation de l'ensemble des populations10. Il s'agit d'un pouvoir qui « impose » la modernisation par la science, une science plus destinée à renforcer l'État et à asseoir son emprise sur la société qu'à dissiper l'ignorance du peuple. Lorsque Muhammad 'Alî recrute sélectivement et brutalement de futurs écoliers dans les campagnes égyptiennes, sur le mode de la conscription militaire, c'est pour former une caste de serviteurs de l'État et non pour jeter les bases d'un enseignement généralisé (Alleaume, 1988 : 73). De même contrôle-t-il très strictement les étudiants qu'il envoie se former en Europe, dont « il ne souhaitait pas qu'ils acquièrent des connaissances supérieures à leurs besoins « (Hourani, 1991 : 55). Quant aux propos qu'il tient à un observateur étranger :

« J'ai à gouverner un peuple essentiellement paresseux, ignorant, de mauvaise foi ; si je ne le force au travail, il reste oisif, car qu'a-t-il besoin de travailler? Il peut vivre avec quelques paras (centimes) par jour; une fois qu'il les a gagnés, il ne pense qu'à être heureux, c'est-à-dire à ne rien faire; avec mon système, je formerai peu à peu « des gens laborieux et qui finiront par s'accoutumer au travail. Je me suis emparé de tout, mais c'était afin de rendre tout productif; il s'agissait de produire, et qui pouvait le faire si ce n'est moi ? « (Cité par Delanoue, 1982 : 311.)

15on pourrait les imaginer sans trop de peine dans la bouche d'un leader moderniste du XXe siècle tel que Bourguiba.

  • 11  On préfèrera ici ce terme plus large à celui de « politique scientifique » initialement inventé po (...)

16Ce que les différents centres politiques entreprennent à cette période — et qui se poursuit jusqu'à nos jours — c'est donc une véritable « politique de la science »11 au sens large qui se décline en plusieurs actions plus ou moins coordonnées :

• la mise en place de systèmes d'éducation modernes (mais rarement généralisés dans un premier temps, ce qui établit une différence notable avec la période post-coloniale) incluant l'enseignement des sciences et des technologies ;

• l'appel à des experts étrangers occidentaux (enseignants, militaires, techniciens...) dans tous les domaines » prioritaires aux yeux des gouvernants : santé, industrie, travaux publics, mais sans doute en premier lieu dans le domaine militaire (Moreau) ;

  • 12  Ces déplacements s'étendront d'ailleurs à d'autres catégories que les jeunes étudiants : diplomate (...)

• l'octroi de bourses pour former à l'étranger les meilleurs éléments, politique inaugurée avec les premières « missions scolaires » égyptiennes à partir de 1826 et qui concernera la quasi totalité des pays de cette aire du monde, prolongée après les indépendances par une démultiplication des séjours de formation des étudiants du monde musulman dans les universités européennes et américaines12;

• des politiques d'appropriation linguistique : élaboration d'un lexique arabe pour les savoirs modernes (Crozet, 1996), traduction d'ouvrages, formation des nouvelles élites aux langues européennes (Moreau; Sraïeb, 1994 : 7-8).

17S'il reste l'acteur principal de cette politique de la science, l'État n'est cependant pas le seul. On peut mentionner au moins deux groupes, aux contours variables selon les lieux et les époques, qui concourent à sa mise en œuvre.

  • 13  Auquel cas, elles ont plutôt tendance à attendre que les effets sociaux découlent des amélioration (...)

18En premier lieu, des élites scientifiques et techniques « autochtones » formées avant la colonisation (les hauts responsables scientifiques égyptiens décrits par Pascal Crozet), pendant celle-ci (les polytechniciens étudiés par Anousheh Karvar), ou après. Ces élites entendent participer à la modernisation du pays et servir la communauté nationale. Elles ont incorporé pendant leur formation — et lors de leurs séjours en Europe pour beaucoup — des valeurs universalistes, l'idée d'une science « émancipatrice » aux effets libérateurs qui doit, dans l'idéal, être étendue à l'ensemble de la population. Mais ces élites, qui nourrissent parfois des projets originaux (comme on le verra plus loin), ont relativement peu de prise sur les orientations réelles des systèmes d'éducation et sur les dispositifs scientifiques, soit qu'elles aient été balayées par la colonisation (Crozet), soit que leurs valeurs « technocratiques » les poussent à rester à l'écart du champ politique13 en même temps qu'elles les privent d'une assise sociale (Karvar), soit enfin qu'elles en aient été écartées par les politiques professionnels, car perçues comme trop « légitimes » pour ne pas être concurrentes — ainsi les « intellectuels musulmans » face au régime de « l'Ordre nouveau » en Indonésie (Raillon).

19Une deuxième catégorie, plus souvent étudiée, est celle des intellectuels couramment rassemblés sous l'appellation de « réformistes ». Eux-mêmes ne sont le plus souvent pas des scientifiques de formation, mais ils fournissent un travail idéologique « d'accompagnement » visant à légitimer la quête des savoirs modernes comme une attitude conforme à l'islam authentique, à « montrer que cette réforme moderne est l'aboutissement logique, non seulement légitime mais nécessaire de l'enseignement social de l'Islam » (Hourani, 1991 : 69). Tout leur travail consiste à « convertir », à traduire des normes jusque là exprimées majoritairement dans le registre du religieux en valeurs conformes aux exigences de la « raison », tout en garantissant que cette opération même de traduction respecte les principes de la religion. Depuis les positions assez prudentes d'un Rifâ a al Tahtâwî jusqu'aux plus radicales de Qasim Amîn ou 'Alî 'abd al-Râzaq, il s'agit d'une pensée en évolution permanente qui puise autant dans les écrits classiques de l'islam que dans la pensée européenne de son temps. On retrouve chez la plupart cette idée chère à Tahtâwî selon laquelle « les sciences qui se répandaient en Europe avaient autrefois été des sciences islamiques. L'Europe les avait prises aux Arabes. En se les réappropriant, l'Égypte [et les autres pays musulmans] ne ferait que récupérer son bien » (Hourani, 1991 : 84). Plus souvent que les élites scientifiques, leur réflexion peut les conduire à une contestation des pouvoirs politiques et, par exemple, à l'idée d'imposer des limites constitutionnelles au pouvoir absolu des monarques (chez Khayr ed-Din, notamment). On retrouve cette réflexion sur la science et le pouvoir politique chez un penseur comme Kawa-kibi, qui établit un lien direct entre la « décadence » de la civilisation islamique et la négation par les despotes des droits de la raison. Il considère comme incompatibles le maintien d'un pouvoir absolu et le développement de la science et voit dans la diffusion de cette dernière la condition sine qua non du renversement des « tyrans » (Kawakibi).

  • 14  Il faut ajouter, même si cela n'est pas illustré dans les pages qui suivent, le rôle, au tournant (...)

20Ce groupe d'intellectuels réformistes ne se cantonne pas à la sphère de l'islam sunnite. En restituant la pensée de deux penseurs modernistes shi'ites dans l'Inde coloniale, Michel Boivin montre comment ceux-ci s'inscrivent à leur façon dans cet effort d'accompagnement de la modernisation des sociétés musulmanes par la raison scientifique. L'un, Sayyid Amîr 'Ali, tire son principal argument de l'antériorité de l'usage des sciences et de la raison dans la civilisation musulmane par rapport à l'Occident chrétien, tandis que l'autre, Muhammad Shâh Aghâ Khân, s'applique à montrer que l'islam est fondamentalement un religion « naturelle » et « rationnelle », l'étude de la régularité des phénomènes naturels étant une voie privilégiée de la compréhension du divin. Il n'est pas indifférent de remarquer que, de même que Kawakibi, en amorçant le basculement d'un « empire » ottoman vers une « nation » arabe, fut un précurseur du nationalisme arabe, ces deux penseurs shi'îtes, même s'ils n'avaient aucune visée séparatiste, furent les premiers à évoquer l'existence d'une « nation (musulmane) dans la nation (indienne) » et les animateurs des deux premières associations promouvant cette idée14. Comme si chez ces penseurs, la nécessité de penser la « nation » sur le mode de l'appartenance communautaire (en l'occurrence, la communauté religieuse) constituait le pendant societal du travail politique de l'Etat en vue de sa propre modernisation.

21Un des nœuds où les problématiques de la construction de l'État et des savoirs modernes se croisent est celui des sciences sociales. Ces savoirs particuliers et ceux qui en sont les porteurs interviennent dans différentes parties du monde musulman à partir de l'instant où les instances du pouvoir entament le « remplacement progressif, au sommet de la hiérarchie des professions intellectuelles, de disciplines liées à la religion musulmane et à la langue arabe, par les détenteurs de savoirs centrés sur l'« observation du social » et l'intervention dans ses mécanismes » (Roussillon, 1985 : 100). Il est particulièrement intéressant que l'étude de Vincent Romani consacrée à ce type de savoirs traite de la Palestine, cas atypique dans lequel des sciences sociales « autochtones » (ici la sociologie et la science politique) se sont institutionnalisées depuis une trentaine d'années dans le cadre d'un « État » formellement inexistant. Ces disciplines se trouvent éclatées entre, d'un côté, des universités consacrées à l'enseignement, jouant un rôle de socialisation politique et de mobilisation sur la base de savoirs fortement centrés sur la spécificité historique palestinienne, de l'autre, des centres de recherche créés dans les « années d'Oslo », producteurs de savoirs pratiques et de recherches appliquées, mais dont les thématiques sont largement définies par les financeurs étrangers. Cette situation de double relation à l'État (inexistant) et à l'étranger n'est pas sans rappeler l'hypothèse formulée par Alain Roussillon à propos de l'Égypte, d'un « contournement de la société » par la sociologie (Roussillon, 1985 : 121). En ce sens, la situation des sciences sociales en Palestine constitue bien un analyseur d'une « crise in-existentielle de l'État » (Romani).

Sciences modernes, fonction publique, identité professionnelle

22Le constat d'une imbrication et d'une interaction étroites entre la construction des sciences modernes et l'évolution des systèmes politiques du monde musulman vers le modèle de l'État moderne amène à s'intéresser aux modalités de l'utilisation de ces sciences et à leurs conséquences. À la lumière des textes qui suivent, on peut se poser la question de savoir si le fait que certains secteurs ont constitué des récepteurs privilégiés des savoirs modernes a pu conditionner la forme politique de l'État en construction.

23Le cas ottoman offre l'exemple d'une subordination marquée du développement scientifique et technique aux besoins de l'armée. La politique de redressement militaire du cœur politique de l'empire fait de celle-ci la destinataire quasi-exclusive de savoirs importés ou développés sur place, savoirs qui ne filtreront que très lentement vers le reste de la société. Odile Moreau rappelle qu'il s'écoule par exemple près de quarante ans entre la création d'une école de médecine militaire moderne (Tibbiye en 1827) et celle d'une école de médecine civile

24(Mekteb-i Tibbiye-i Mülkiye en 1866). Ailleurs, en revanche — en Égypte et dans le Maghreb post-colonial —, ce sont les différentes composantes de l'administration d'Etat qui vont absorber directement la majorité des scientifiques formés : ministères, entreprises publiques, offices nationaux, administration des travaux publics et bien sûr établissements d'enseignement.

  • 15  L'Égypte, par exemple, représente en réalité un cas « mixte » dans lequel les ingénieurs militaire (...)
  • 16  Cette valorisation du contrôle administratif de la décision fait que les scientifiques locaux rest (...)

25On est alors incité à se demander dans quelle mesure la première de ces tendances (qui ne sont bien entendu pas exclusives l'une de l'autre15) a pu contribuer à l'émergence, à partir de l'empire ottoman et à travers les régimes « Jeunes-Turcs » puis kémaliste, d'un État militaire turc, porteur d'un nationalisme héritier du modèle allemand, promu par des élites militaires formées aux sciences modernes, structuré par l'armée et encadré au moyen d'organisations paramilitaires (notamment destinées à l'embrigadement de la jeunesse). Pareillement, à quel point la seconde tendance — l'absorption massive des scientifiques par l'administration — a-t-elle encouragé le développement d'un État administrateur où les scientifiques sont avant tout utilisés comme gestionnaires ? Dès lors, même lorsque ces États affichent une volonté de développement industriel et technologique, l'activité s'organise sur la base d'un binôme caractéristique : le scientifique ou technicien étranger (véritable détenteur de la maîtrise technologique), doublé d'un scientifique-gestionnaire « autochtone » chargé de contrôler l'activité du premier, et peu désireux de sortir du rôle, à ses yeux valorisant, d'administrateur. Déjà mentionné par Gilbert Delanoue à propos de l'Égypte du XIXe siècle (Delanoue, 1982 : 316), ce phénomène a également été analysé dans le cadre de l'Algérie indépendante comme l'un des facteurs d'explication de la dépendance technologique (Glasman et Kremer, 1978)16.

  • 17  G. Alleaume indique que c'est le règlement organique concernant le corps des ingénieurs de l'irrig (...)

26Il semble que l'on touche là à un autre fil conducteur qui parcourt plusieurs des contributions à ce volume, et qui se trouve directement relié à la problématique de la construction de l'État, à savoir la relation privilégiée entre la construction des sciences modernes et l'émergence d'une fonction publique dans le monde musulman. Ghislaine Alleaume a montré comment la « naissance du fonctionnaire « est non seulement contemporaine de l'irruption des nouveaux savoirs, mais en est l'une des conditions de possibilité (Alleaume, 1988). Dans une séquence historique précoce, l'Égypte de Muhammad 'Alî est sans doute la première à constituer sur un mode autoritaire une classe de fonctionnaires qui se substitue progressivement aux officiers ottomans titulaires de « charges ». Cette politique touche très rapidement — en Égypte et bien au-delà — les porteurs des savoirs modernes dont les gouvernants musulmans estiment avoir le plus grand besoin17.

27Cette fonction publique de la science est le résultat d'un double lien : l'État forme dans des écoles créées et contrôlées par lui les « experts » dont il désire se doter ; une fois cette formation achevée, il les emploie dans les différents services mis en place à leur intention. La période de formation n'est pas seulement celle de l'acquisition d'un savoir scientifique et technique; comme le souligne Alain Roussillon, « en même temps que ces savoirs « appliqués » (médecine, génie, balistique. ..), c'est une vision du monde centrée sur l'État et le devoir de le servir qu'on leur inculque » (Roussillon, 1985 : 99). Cette politique de formation et de gestion directe par l'administration d'Etat de ses « experts » va se prolonger jusqu'à la période la plus récente, au point de venir parfois contrecarrer les politiques universitaires post-indépendances. Ainsi en Algérie, où « les ministères mettent même en place leurs filières, construisent des instituts, recrutent des étudiants, auxquels ils donnent un bagage correspondant à leur spécialité, et plus tard un emploi. [...] Ainsi les Universités se trouvent-elles non seulement court-circuitées mais condamnées progressivement à ne préparer que des personnels de seconde catégorie : employés qui viendront renforcer la bureaucratie d'État, ou des diplômés (juristes, techniciens, ingénieurs) condamnés à s'expatrier dans d'autres secteurs du monde arabe » (Vatin, 1982 : 76).

28C'est ce lien particulier entre science et fonction publique (qui court sur les XIXe et XXe siècles) qu'éclaire la recherche d'Elisabeth Longuenesse consacrée aux diplômés des écoles industrielles. Catégorie créée ex nihilo par les écoles de Muhammad Alî, ces « fantassins de la modernisation » — qui n'ont pas le prestige des « grands officiers du développement » que sont les ingénieurs et les médecins — se trouvent liés à l'État sur la base d'un triptyque science/diplôme/fonction publique. Le diplôme est en effet un élément central de la relation que ces nouvelles catégories entretiennent avec le pouvoir d'État. Faute d'une identité sociale et professionnelle claire (ils sont rejetés par le corps des ingénieurs, mais n'ont que très peu de contacts avec le monde industriel et ouvrier), c'est ce statut de « serviteur de l'État » qui leur confère une place et leur donne le sentiment d'être en adéquation totale avec l'histoire du pays. Modestes détenteurs de savoirs techniques, fonctionnarisés plus que professionnalisés, c'est de l'État qu'ils essayent d'obtenir la reconnaissance de leur existence en tant que catégorie et une position sociale valorisante. Et comme le suggère la fin de cette étude, la remise en cause de ce lien, à l'heure du retrait de l'État, laisse présager des bouleversements considérables pour les catégories qui en avaient fait leur principale ressource ; nous y reviendrons plus loin.

Science et pouvoirs coloniaux

29À cheval sur les XIXe et XXe siècles, le processus de construction de la science moderne dans les pays musulmans est contemporain d'un autre phénomène majeur qui touche la quasi totalité de la région : la montée des impérialismes et de l'emprise coloniale européenne. Le processus de construction de la science n'est pas stoppé pendant cette période, mais il change de sens. Les pouvoirs coloniaux — principalement anglais et français — imposent leur vision d'une science conforme à la justification de l'impérialisme (la « mission civilisatrice » de l'Occident) et plus encore aux intérêts des lobbys coloniaux (la « mise en valeur » des empires).

  • 18  Le deux centième anniversaire de cette expédition a donné lieu à plusieurs publications sur cet ép (...)
  • 19  L'association plusieurs fois renouvelée des militaires et des scientifiques pour de telles entrepr (...)
  • 20  Sur le passage de la « science impériale » métropolitaine à la « science coloniale », cf. Polanco, (...)

30Avant même l'intrusion coloniale proprement dite, la science européenne a déjà montré un intérêt certain pour les territoires « d'outre-mer », considérés comme des terres d'exploration et d'inventaire (Bonneuil, 1991). L'épisode le plus présent aux mémoires reste sans doute celui de la campagne de Bonaparte et de ses « savants » en Égypte (1798-1801)18, mais le phénomène est également observable au Maghreb. Dans le cadre de l'exploration scientifique de l'Algérie (1839-1842), ce sont les Saint-Simoniens qui s'illustrent en abordant leur troisième « terre de mission » orientale, après la Turquie et l'Égypte (Pignol, 1991)19. Mais avec la conquête militaire et la colonisation proprement dite, on passe d'une science impériale exploratoire et discontinue à une science coloniale enracinée et institutionnalisée20.

  • 21  Il faudra attendre l'indépendance de l'Égypte en 1922 pour que les sciences retrouvent leur place (...)

31Un premier constat est que la colonisation donne un brutal coup d'arrêt à des modèles originaux de construction de la science, là où ils étaient en train de se mettre en place. Le cas de l'Égypte, tel que le décrit Pascal Crozet, est éclairant de ce point de vue. Au moment du règne du khédive Ismâ'îl (1863-1879), le processus est entamé depuis déjà plusieurs décennies, mais il est en train de changer de nature. La raison principale en est que les orientations scientifiques du pays sont désormais médiatisées par une première génération de responsables égyptiens, issus des premières écoles supérieures fondées par Muhammad 'Alî et de formations à l'étranger. Ces hommes œuvrent à sortir d'une « conception étroitement utilitaire de la connaissance scientifique » (Crozet) qui avait cours depuis Muhammad Alî pour mettre en place un dispositif de diffusion des connaissances à l'échelle de la société tout entière; ils tentent d'organiser une instruction publique qui ne soit plus seulement destinée à former une élite d'experts, et, croyant au rôle d'éducation intellectuelle des sciences, ils lancent un projet de diffusion et de vulgarisation de la science. Formés eux-mêmes aux sciences modernes, ces responsables ne sont en rien ignorants des sciences traditionnelles encore pratiquées en Égypte ; loin de les rejeter, ils ont soin de valoriser l'héritage scientifique arabe, d'en reprendre le lexique... La colonisation britannique vient briser ce projet. Les responsables politico-scientifiques égyptiens sont mis à l'écart. Comme pour nier la possibilité d'une science historiquement et culturellement enracinée, et affirmer au contraire l'idée que celle-ci est « européenne » par essence, les professeurs égyptiens sont remplacés par des enseignants britanniques, l'enseignement des sciences en arabe est désormais assuré en anglais21.

32Ailleurs, notamment dans le domaine colonial français, on constate que les institutions scientifiques et universitaires coloniales n'ont pas vocation à former des cadres et des chercheurs « indigènes » (ce à quoi les colons restent de toute manière opposés). Et même lorsque des dispositifs d'exception permettent à de rares individus des formations scientifiques de très haut niveau, le système politique colonial se révèle incapable de les intégrer à sa structure sociale. Les ingénieurs polytechniciens étudiés par Anousheh Karvar en sont ainsi réduits à occuper des postes subalternes, sans rapport avec leurs qualifications. Cette situation contribue d'ailleurs à expliquer leur engagement massif dans les mouvements de libération nationale, car comme le fait remarquer l'auteur, il ne s'agissait là que de « réaliser les conditions d'exercice de leur fonction » (Karvar).

  • 22  Sur ces thématiques, voir Moulin, 1995; Laberge, 1987 ; plus généralement Petitjean, 1992 et 1996. (...)

33Cependant, si l'emprise coloniale peut se révéler destructrice et paralysante, elle n'en a pas moins une influence profonde sur les évolutions ultérieures. Guidées par l'impératif de « mise en valeur » de leurs possessions, particulièrement pendant les périodes de guerre qui affectent régulièrement l'Europe, les puissances conquérantes se dotent d'un système scientifique colonial principalement tourné vers l'intensification de la production agricole et l'amélioration des conditions de vie des colons sur place. Avec au premier rang de ses priorités l'agronomie et la médecine22, la science coloniale se veut avant tout une « science utile ».

  • 23  Et l'on retrouvera au premier plan les figures de l'ingénieur (d'industrie ou agronome) et le méde (...)

34Cette conception dominante pendant la période coloniale se retrouvera, à peine transfigurée par le changement de contexte, lorsque après la décolonisation, les gouvernants et les scientifiques des pays nouvellement indépendants exalteront d'une même voix — et avec le soutien des organisations onusiennes — « la science appliquée au service du développement »23. En suivant avec Yamina Bettahar la trajectoire d'une société scientifique coloniale — la Société d'histoire naturelle d'Afrique du Nord — devenue « algérienne », on s'aperçoit que si celle-ci n'a intégré aucun Algérien en son sein jusqu'à l'indépendance, elle n'offre pas moins le cas intéressant d'une continuité dans ses domaines d'intérêts. Centrée pendant la période coloniale sur les sciences utiles aux spécificités du contexte algérien (étude de la faune et de la flore, botanique appliquée...), elle poursuit, une fois « algérianisée », l'étude de « thèmes scientifiques liés au développement du pays et ayant une finalité pratique » (Bettahar). Cette continuité — qui se manifeste jusque dans l'intitulé de la Société, ce dont les pouvoirs publics algériens finiront par s'irriter, trouvant au terme « Afrique du Nord » une consonance trop « coloniale » — ne sera remise en cause qu'avec l'arrivée d'une génération de chercheurs ayant adopté de nouveaux paradigmes scientifiques (biologie moléculaire, génétique) et désireux de sortir d'une « spécificité algérienne » pour s'inscrire dans les courants d'une science internationale.

35Ainsi, les pouvoirs coloniaux ont-ils joué un rôle majeur, bloquant parfois un processus de « naturalisation « (selon le terme employé par Pascal Crozet) des sciences et savoirs modernes (dont ne peut que supputer sur quel modèle original il aurait pu déboucher) et leur substituant en général un modèle techniciste de l'exploitation rationnelle des ressources qui marque encore aujourd'hui les politiques scientifiques de ces pays.

Crise de l'État, crise de la science ?

36L'étroite imbrication évoquée plus haut entre les deux processus de construction de la science et de construction de l'État a pour conséquence le fait que les représentations et les politiques de la science restent fortement liées aux évolutions des modèles politiques. Un moment d'interaction particulièrement fort est atteint lorsque à la fin de la période coloniale se mettent en place les États-nations indépendants. Un peu partout, l'État développementaliste triomphe, caractérisé par un volontarisme « progressiste » et une foi affichée dans la science et la technologie. De Bourguiba à Soeharto en passant par Nasser, ce scientisme volontiers autoritaire « accorde une large place à l'enseignement de la science et de la technique » (El Kenz, 1995 : 565) et place les porteurs de ces savoirs modernes — ingénieurs, médecins, techniciens, officiers... — au sommet d'une hiérarchie de l'utilité sociale.

37S'il hérite de certains traits du projet réformateur de la fin du XIXe siècle, le discours développementaliste en modifie néanmoins profondément le sens. Le regard porté sur le « progrès » scientifique occidental n'incite plus les sociétés arabo-musulmanes à une réflexion sur leur propre grandeur passée, il leur offre à l'inverse une vision idéalisée de ce que doit être leur avenir. La science et les techniques ne sont plus considérées comme de simples moyens, mais comme les preuves mêmes de la « nécessité » du progrès. Utilisée par nombre de leaders comme métaphore du politique, la science vient cautionner la plupart des choix socio-économiques des régimes en place (la politique n'est plus affaire de choix mais de « rationalité »), et disqualifier d'éventuelles oppositions (Siino, 2003).

  • 24  Ailleurs, la situation est différente, certains groupes, les ingénieurs notamment, ont pu investir (...)

38Cette vision des choses ne relève pas seulement d'une rhétorique gouvernementale, elle est le plus souvent largement partagée par les scientifiques eux-mêmes. Les diplômés des écoles industrielles égyptiennes se sentent à tel point en phase avec la révolution nassérienne de 1952, leur mobilisation est tellement « naturelle », que cette période apparaît comme singulièrement vide dans l'histoire qu'ils écriront plus tard de leur propre groupe professionnel (Longuenesse). Mais cet unisson entre politiques et scientifiques autour du projet développementaliste peut aussi, paradoxalement, mener à l'exclusion des seconds de la sphère du politique. À travers l'exemple des ingénieurs polytechniciens, Anousheh Karvar fait ce constat surprenant : dotés d'une forte légitimité technique (par leur formation d'excellence) mais aussi politique (puisque la plupart se sont engagés dans les mouvements de libération), ces scientifiques d'élite auraient pu jouer un rôle politique central. Or, cela n'a pas été le cas : ils ont eu au contraire tendance à se désengager, à se positionner au-dessus et en dehors du champ politique et à revendiquer une impartialité de « techniciens ». Résultat, selon l'hypothèse de l'auteur, d'un « idéal technocratique » acquis pendant leur formation, cette attitude de retrait - conjuguée à une logique de reproduction élitiste du groupe — les a conduits par la suite à se couper de toute assise sociale et à se marginaliser24.

39Quoi qu'il en soit de leur participation au pouvoir, en offrant aux gouvernants la caution de leur savoir technique, les porteurs de savoirs modernes confortent et légitiment « les options dirigistes et autoritaires des régimes en place » (Karvar). Mais à partir des années 1970-1980, le modèle de l'État modernisateur et omnipotent se fissure. Avec la chute des rentrées en devises et le début du cycle de l'endettement, le mot d'ordre d'infitah (ouverture économique) remplace celui de développement autocentré. La crise du modèle étatiste s'accompagne d'une crise de la science et des professions scientifiques.

  • 25  Sur la scène internationale, un autre type d'inversion, non moins spectaculaire, est intervenu : c (...)

40De façon générale, cette crise renvoie aux promesses non tenues que faisait miroiter le slogan « la science au service du développement » répété a l'envi au cours des décennies précédentes. Aux yeux de larges parties des populations, non seulement la science n'a pas apporté de « solutions », mais elle s'est compromise en cautionnant sans retenue des gouvernements autoritaires au point de devenir pour certains synonymes de despotisme. L'exemple indonésien étudié par François Raillon en offre un exemple frappant, donnant à voir la rencontre — puis l'alliance — d'un pouvoir militaire, technocratique et scientiste avec une mouvance intellectuelle réformiste engagée depuis des années dans l'exaltation conjointe de la science et de l'islam. Cette alliance est couronnée par l'arrivée au pouvoir en 1998 de B.J. Habibie, « symbole du musulman moderne idéal » et ancien ministre de la Recherche scientifique. Toutefois cette incarnation de « l'islam scientifique au pouvoir » ne résistera pas longtemps, victime de la crise économique, mais aussi d'une image « entachée par son parcours antérieur » (Raillon). Désormais, c'est un discours presque anti-scientifique qui se développe, associant technologie et autocratie25.

  • 26  Voir aussi F. Charfi (1995) et mes remarques (Siino, 2000).
  • 27  Analyse qui va dans les sens des observations d'Elisabeth Longuenesse pour qui « c'est dans les mu (...)

41Parallèlement, chez certains gouvernants, notamment dans le monde arabe, l'enthousiasme pour les formations scientifiques universitaires a considérablement diminué lorsqu'il est devenu flagrant que ces filières fournissaient le gros des troupes de la contestation islamiste. Cette réalité, souvent relevée (Burgat, 1988 : 100), n'a pas vraiment reçu d'explication très poussée, faute sans doute des données sociologiques nécessaires26. Cependant, dans son analyse des filières d'ingénieurs au Maroc, Pierre Vermeren montre comment dans un système d'enseignement supérieur à double vitesse, l'origine sociale a une action à double détente : tout d'abord en conditionnant l'accès aux filières prestigieuses, ensuite en déterminant l'entrée sur le marché du travail. De fait, ce sont les classes moyennes (plus que populaires), bloquées dans leur ascension sociale par une « aristocratie » d'héritiers, qui trouvent dans l'islam politique un moyen d'expression de leur frustration27. Abdel Wedoud Ould Cheikh, à partir de l'exemple de la Mauritanie, développe l'hypothèse que c'est la généralisation d'un enseignement organisé sur le modèle des systèmes éducatifs « modernes » (c'est-à-dire l'éducation de masse) mais en réalité fortement imprégné de tradition dans ses contenus et socialement dévalué, qui est en cause. Cette massification d'un enseignement qualifié par l'auteur de « néo-maraboutique » produirait des individus exclus et frustrés, mais dotés d'un minimum de connaissances islamiques, notamment l'idée d'une contestation possible du souverain sur la base de la « justice » et de l'« équité » ('adl). Ce faisant, elle réactualiserait la formule politique sultanienne classique — dont l'auteur rappelle les traits distinctifs -, les mouvements islamistes contemporains s'inscrivant « sur un mode collectif, dans la continuité des admonestations du clerc censeur » (Ould Cheikh) s'opposant aux dérives du Sultan.

42Enfin, la crise des sciences et des savoirs modernes renvoie directement à la volonté des États — soumis aux politiques d'ajustement structurels des années 1980 — de se désengager de l'activité économique au profit du secteur privé (notamment en démantelant les entreprises publiques) et de réduire leur administration. Un tel retournement ne pouvait rester sans conséquence sur des catégories professionnelles pour lesquelles le service de l'État était une composante majeure de leur identité. Formés par l'État, mais aussi massivement employés par lui, les scientifiques sont directement touchés par le désengagement de l'État. Déclassement social, précarité, chômage des diplômés touchent dès lors les diverses professions (ingénieurs, médecins, techniciens, chercheurs et universitaires), quoique avec des modalités différentes, induisant des réactions elles aussi différenciées (Longuenesse, Waast, 1995).

43Cette crise des sciences induite par les transformations du modèle politique étatiste doit cependant être relativisée à la lumière des recherches récentes qui proposent de nouveaux éléments de réflexion.

44En premier lieu, on peut constater qu'en dépit d'un contexte pourtant marqué par les orientations éducatives libérales, qui voudraient réorienter l'enseignement supérieur vers des filières « adaptées » à l'économie de marché, les valeurs du développementalisme post-indépendance persistent chez certains groupes sociaux (notamment les classes moyennes supérieures). Sur la base d'une enquête approfondie, Vincent Geisser montre ainsi que les filières scientifiques universitaires à l'étranger échappent à la dévalorisation totale dont sont victimes les Lettres et Sciences humaines dans le système tunisien, sans jouir pour autant du prestige des formations « utiles » (Instituts supérieurs et grandes écoles). Cette position « médiane » des études scientifiques longues révèle une « culture de résistance » de la part de groupes sociaux qui anticipent un déclassement, mais restent fortement imprégnés par « une culture de secteur public et un attachement très fort à une “ conception académique ” de la réussite scolaire et sociale qui entend s'opposer à la vision techniciste de la science au service de l'économie » (Geisser).

45Par ailleurs, plutôt que de crise générale de la perception des sciences modernes, il semble préférable de parler d'une « différenciation » dans les profils des porteurs de ces savoirs. Ce processus qui va s'accentuant sous la pression de déterminismes sociologiques et politiques a déjà été mis en évidence en Syrie, Égypte et Algérie (Longuenesse et Waast, 1995 ; El Kenz 1995). Pierre Vermeren analyse ici comment, au Maroc, les études d'ingénieurs, plutôt méritocratiques au départ (dans les années 1960-1970), se sont transformées en une vingtaine d'années -avec l'assentiment des pouvoirs publics — en une pyramide très cloisonnée dont la structure reflète fidèlement celle de la société marocaine. Au sommet, des élites scientifiques fortement dotées en capital scolaire et social sont cooptées par le Palais ou par les structures familiales et néo-patrimoniales du capitalisme local. C'est une véritable « aristocratie de fonction » très proche du pouvoir qui sort des filières scientifiques les plus prestigieuses (au premier rang desquelles les Grandes Ecoles étrangères), tandis que les diplômés des filières nationales moins cotées s'enfoncent dans le chômage et le déclassement social.

46Ces recherches tendent à suggérer que si les filières scientifiques produisent des islamistes, c'est qu'après avoir été perçues plus que d'autres comme un haut lieu de la méritocratic scolaire et de l'ascension sociale, elles sont devenues les plus différenciées, entre des filières d'élite reproduisant les catégories dominantes au pouvoir, et des filières de relégation qui mènent au chômage et à la prolétarisation des diplômés, suscitant ainsi frustrations et sentiments de déclassement réel ou anticipé.

47Les quelques pistes de réflexion évoquées ci-dessus n'abordent qu'une partie du contenu des textes rassemblés dans ce volume. Elles veulent cependant suggérer qu'au-delà de la thématique de l'emprunt (à l'Occident) et des modalités de sa réception, la question de la construction des sciences modernes dans le monde musulman contemporain gagne à être mise en regard de l'évolution des modèles politiques à la même période. Car c'est bien cette évolution qui rend tout à la fois nécessaire et possible le développement d'un type d'activité nouveau et la constitution de groupes sociaux qui vont à leur tour jouer un rôle majeur dans les transformations de ces sociétés. S'il y a une spécificité du processus de construction des sciences modernes dans les sociétés considérées ici, plus que dans le moment de leur entrée dans la « science-monde » (Polanco, 1990) — et donc de leur « retard » -, celle-ci réside en partie dans ce type de relation dialectique particulière avec le politique : sciences suscitées par l'Etat, elles sont d'emblée mises à son service, contrairement à ce qui a pu se passer en Europe par exemple, où, bien avant de devenir une « affaire d'Etat » — notamment par le biais des Académies -, l'émergence des sciences modernes s'est caractérisée par des trajectoires d'individus isolés, rassemblés en sociétés, en clubs scientifiques ou érudits (Rouban, 1988 : 19). C'est de cette spécificité qu'il faudrait entre autre tenir compte dans la perspective d'une histoire — qui reste largement à écrire — de l'autonomisation progressive des sciences modernes dans les sociétés musulmanes.

Haut de page

Bibliographie

AKLIMANDOS T., 1994, « Les ingénieurs militaires en Égypte » Maghreb-Machrek, n° 146, 7-26.

ALLEAUMEG., 1993, L'école Polytechnique du Caire et ses élèves. La formation d'une élite technique dans l'Égypte du XIXe siècle, Thèse d'Etat, Univ. Lyon II.

— 1988, « La naissance du fonctionnaire », Peuples méditerranéens 41-42 [Égypte-Recompositions), 67-86.

BAYART J.-F. (dir.), 1996, La greffe de l'État, Paris, Karthala, 404 p.

BONNEUILC., 1991, Des savants pour l'Empire. La structuration des recherches scientifiques coloniales au temps de la « mise en valeur des colonies françaises » — 1917-1945, Paris, Éditions de l'Orstom.

BOURGUET M.-N. et alii (dir.), 1998, L'invention scientifique de la Méditerranée, Paris, Éditions de l'EHESS.

BRÖMER R., 1999, « L'Islam et les sciences dans les pays arabes à l'époque du colonialisme européen » in G. MEYNIER et M. RUSSO (dir.), L'Europe et la Méditerranée. Stratégies politiques et culturelles (XIXe et XXe siècles), Paris, L'Harmattan (Les Cahiers de Confluences).

CHARFI F.F., 1995, « Les islamistes et la science », Alliage, n° 22.

CHIFFOLEAU S., 1997, Médecines et médecins en Égypte. Construction d'une identité professionnelle et projet médical, Paris, L'Harmattan/Maison de l'Orient Méditerranéen, 334 p.

COLONNA F. (dir.), 1991, Sciences sociales, sociétés arabes, Revue Peuples Méditerranéens, 54-55, janv-juin 1991.

CROZET P., 1996, « Langue scientifique et fait national en Égypte à partir du XIXe siècle » in P. PETITJEAN (dir.), Les sciences coloniales : figures et institutions, (coll. Les sciences hors d'Occident au XXe siècle, vol. 2), Paris, Orstom Éditions.

— 1995, Eléments pour une histoire de la modernisation des sciences exactes en Égypte (1805-1902), thèse de doctorat, Univ. Paris Diderot (Paris VII), 475 p.

DELANOUE G. (dir.), 1985, Les intellectuels et le pouvoir; Syrie, Égypte, Tunisie, Algérie, Le Caire, CEDEJ (Dossier n° 3), 222 p.

— 1982, « Le projet civilisateur de l'Etat égyptien et ses moyens, XIXe-XXc siècles » in Politiques scientifiques et technologiques au Maghreb et au Proche-Orient, (Collectif), Éditions du CNRS.

EL KENZ A., 1995, « Les ingénieurs et le pouvoir » Revue Tiers Monde, Tome XXXVI, n° 143, juil.-sept. 1995, 565-579.

GEISSER V. (dir.), 2000, Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS Éditions.

GLASMAN D., KREMER J., 1978, Essai sur l'Université et les cadres en Algérie, Paris, Éditions du CNRS, 252 p.

GOBE E. (dir.), 2001, Les ingénieurs maghrébins dans les systèmes de formation, Tunis, IRMC.

HAROUNG., 1985, Shibli Shumayyil. Une pensée évolutionniste arabe à l'époque d'an-Nahda, Beyrouth, Librairie orientale.

HOURANI A., 1991, La pensée arabe et l'Occident, Paris, Naufal, 415 p. (éd. originale, 1962). Il y a 200 ans, les savants en Égypte, Ouvrage collectif publié par le Muséum national d'histoire naturelle et les éditions Nathan, 1998.

LABERGE P., 1987, Politiques scientifiques au Maghreb : l'implantation du système scientifique dans les sociétés maghrébines de 1830 à 1980, Université de Montréal, (2 tomes), 398 p.

LAISSUS Y., 1998, L'Égypte, une aventure savante (1798-1801), Paris, Fayard.

LEVY-LEBLOND J.-M., 1997, « Le paradoxe démocratique » Le Monde de l'éducation (dossier « La science en débat «), n° 245, février 1997, 32-33.

LONGUENESSE E. (dir.), 1990, Bâtisseurs et bureaucrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon, Publications de la Maison de l'Orient (Études sur le Monde Arabe), 436 p.

— 1994, « Ingénieurs et médecins dans le changement social. Égypte, Syrie, Jordanie » Monde Arabe Maghreb-Machrek, n° 146, oct.-déc. 1994.

— 1995, « Ingénieurs et médecins en Syrie : Formation, emploi, statut social » Revue Tiers Monde, Tome XXXVI, n° 143, juil.-sept.1995, 499-513.

LONGUENESSE E. ET WAAST, R., 1995, « Professions scientifiques en crise. Ingénieurs et médecins en Syrie, Égypte, Algérie » Revue Tiers-Monde, Tome XXXVI, n° 143, juil.-sept. 1995, 485-497.

MOULIN A.-M., 1995, « Les instituts Pasteur de la Méditerranée arabe. Une religion scientifique en pays d'islam » in E. LONGUENESSE (dir.), Santé, médecine et société dans le monde arabe, Lyon/Paris, Maison de l'Orient Méditerranéen/L'Harmattan, 129-164.

PETITJEAN P. (dir.), 1996, Les sciences coloniales : figures et institutions, (coll. Les sciences hors d'Occident au XXe siècle, vol. 2), Paris, Orstom, 354 p.

PETITJEAN P. et alii, 1992, Science and Empires : Historical Studies about Scientific Developement and European Expansion, Dordrecht, Kluwer.

PlGNOL A., 1991, « Les Saint-Simoniens et l'Orient », in : D'un Orient l'autre. Volume 1 : Configurations. Paris, Éditions du CNRS.

POLANCO X., 1990, « Une science-monde : la mondialisation de la science européenne et la création de traditions scientifiques locales » in X. POLANCO (dir.), Naissance et développement de la science-monde, Paris, Éditions la Découverte.

RAYMOND A., 1998, Égyptiens et Français au Caire 1798-1801, Le Caire, Éditions de l'IFAO.

ROUBAN L., 1988, L'État et la science, Paris, Éditions du CNRS, 248 p.

ROUSSILLON A., 1985, « Sociologie et société en Égypte : le contournement des intellectuels par l'État » in G. DELANOUE (dir.), Les intellectuels et le pouvoir; Syrie, Égypte, Tunisie, Algérie, Le Caire, CEDEJ (Dossier n° 3), 93-138.

— (dir.), 1995, Entre réforme sociale et mouvement national : identité et modernisation en Égypte (1882-1962), Le Caire, CEDEJ, 600 p.

SIINO F., 2003, Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine, Paris, Karthalan (à paraître).

— 2000, « Les représentations politiques de la science au Maghreb » NAQD, Alger, 75-97.

SRAÏEB N. (dir.), 1994, Modernités arabes et turques : maîtres et ingénieurs, REMMM, n° 72.

— 1994, Le collège Sadiki de Tunis, 1875-1956. Enseignement et nationalisme, Paris, Éditions du CNRS (coll. Monde arabe, Monde musulman).

THOMSON A., 1987, Barbary and Enlightenment, European Attitudes towards the Maghreb in the 18th century, Leiden, E.J. Brill.

VATIN J.-C, 1982, « Science et puissances. Préalables à l'étude des politiques scientifiques et technologiques » in Politiques scientifiques et technologiques au Maghreb et au Proche-Orient, Cahiers du CRESM, n° 14, Éditions du CNRS.

WAAST R. (dir.), 1996, Les sciences au Sud, état des lieux, Orstom Éditions, Paris, 332 p.

ZAHLAN A., 1980, Science and Science Policy in the Arab World, London, Croom Helm (New York. St Martin's Press). 205 p.

Haut de page

Notes

1  Dont la bibliographie rassemblée pour ce texte ne peut donner qu'un aperçu incomplet.

2  Cf. Hourani, 1991. Le titre anglais original, Arabic Thought in the Liberal Age 1798-1939, n'évoque pas explicitement, contrairement à sa traduction française, le face-à-face avec l'Occident ; mais dans sa préface à l'édition de 1983, l'auteur précise que le choix du terme « liberal age » renvoie à un ordre idéologique nouveau directement lié au contexte européen de l'époque.

3  Encore que cette question ait été inévitablement abordée dans le cadre plus large d'une réflexion sur « les intellectuels et le pouvoir », cf. notamment Delanoue, 1985, ou le n° 11 de la revue Naqd, Intellectuels et Pouvoirs au Maghreb, printemps 1998.

4  Cf. J.-F. Bayart, 1996 : 11 et suivantes.

5  Les mentions d'auteurs non accompagnées de date renvoient aux textes rassemblés dans ce volume.

6  Je saisis l'occasion de remercier les auteurs qui ont réagi avec intérêt à la problématique de départ, qui ont accepté de s'engager dans la construction de ce numéro et surtout de mener à terme leur réflexion. Mes remerciements vont plus particulièrement à Elisabeth Longuenesse dont l'aide et les conseils tout au long de l'élaboration de ce numéro ont considérablement contribué à enrichir son contenu.

7  La première étant un « processus historique conflictuel, involontaire et largement inconscient « , tandis que la seconde renvoie à la « création délibérée d'un appareil de contrôle politique « (Bayart, 1996 : 6).

8  C'est-à-dire de certains individus ou groupes d'individus à l'intérieur du système de pouvoir ici désigné par le terme « d'État », partageant à un moment donné une volonté de transformation de son mode de fonctionnement.

9  Voir aussi Roussillon, 1995.

10  Jean-Marc Lévy-Leblond a fait remarquer que l'idéologie de la science, telle qu'elle s'est imposée en Occident depuis les Lumières, a beaucoup moins d'affinités avec la démocratie — comme on a souvent tendance à le penser — qu'avec le despotisme éclairé (Lévy-Leblond, 1997).

11  On préfèrera ici ce terme plus large à celui de « politique scientifique » initialement inventé pour désigner des nouvelles formes de mobilisation de la science en Europe et aux États-Unis dans la seconde moitié du XXe siècle, et dont l'usage s'est étendu aux pays du Sud à l'initiative des organisations internationales de développement.

12  Ces déplacements s'étendront d'ailleurs à d'autres catégories que les jeunes étudiants : diplomates comme Khayr ed-Din, « observateurs civils » comme Rifâ'a al-Tahtâwî, simples voyageurs comme Mohamed As-Sanûsi relateront leurs expériences et feront du voyage vers l'Europe une figure classique de la « réforme ».

13  Auquel cas, elles ont plutôt tendance à attendre que les effets sociaux découlent des améliorations techniques et organisationnelles.

14  Il faut ajouter, même si cela n'est pas illustré dans les pages qui suivent, le rôle, au tournant du XIXe et du XXe siècle, d'intellectuels chrétiens attachés à la diffusion des sciences et des savoirs modernes comme Butrus al-Bustâni (fondateur d'une encyclopédie restée inachevée et du périodique al-Jinân), Ya'qub Sarrûf et Faris Nimr (créateurs de la célèbre revue de vulgarisation al-Muqtatâf), ou bien encore la personnalité de Shibli Shumayyil, médecin de formation, mais surtout essayiste, grand diffuseur du darwinisme dans le monde arabe et contempteur, au nom de la science, du despotisme (Haroun, 1985 ; Hourani, 1991 : 254 et suivantes).

15  L'Égypte, par exemple, représente en réalité un cas « mixte » dans lequel les ingénieurs militaires occupent une place élevée dans la hiérarchie du pouvoir (cf. Aklimandos, 1994).

16  Cette valorisation du contrôle administratif de la décision fait que les scientifiques locaux restent cantonnés dans la sphère gestionnaire et passent à côté du vrai pouvoir qui est celui de la maîtrise technique, d'où une plus grande dépendance vis-à-vis de l'extérieur.

17  G. Alleaume indique que c'est le règlement organique concernant le corps des ingénieurs de l'irrigation qui a probablement servi de modèle pour l'ensemble des statuts de la fonction publique (Alleaume, 1988 : 71).

18  Le deux centième anniversaire de cette expédition a donné lieu à plusieurs publications sur cet épisode historique, voir entre autres Laissus, 1998; Raymond, 1998.

19  L'association plusieurs fois renouvelée des militaires et des scientifiques pour de telles entreprises ne doit pas pour autant être interprétée comme une simple « utilisation » de la science occidentale dans le cadre d'un projet d'asservissement politique. Comme l'a montré l'historiographie récente sur le sujet, les diverses expéditions scientifiques relèvent aussi d'une entreprise de connaissance qui possède sa propre logique et participent d'un mouvement « d'invention » savante des espaces, notamment celui de la Méditerranée (Bourguet et alii, 1998).

20  Sur le passage de la « science impériale » métropolitaine à la « science coloniale », cf. Polanco, 1990 : 19.

21  Il faudra attendre l'indépendance de l'Égypte en 1922 pour que les sciences retrouvent leur place dans la nouvelle Université du Caire (Delanoue, 1985 : 26).

22  Sur ces thématiques, voir Moulin, 1995; Laberge, 1987 ; plus généralement Petitjean, 1992 et 1996.

23  Et l'on retrouvera au premier plan les figures de l'ingénieur (d'industrie ou agronome) et le médecin, glorifiés pour leur action technique quotidienne sur la matière et sur les corps, faisant d'eux les véritables bâtisseurs d'un pays moderne.

24  Ailleurs, la situation est différente, certains groupes, les ingénieurs notamment, ont pu investir l'Etat à un haut niveau ou les administrations locales (cf. Longuenesse, 1990 : 21).

25  Sur la scène internationale, un autre type d'inversion, non moins spectaculaire, est intervenu : considérés un temps comme la solution à tous les problèmes, la recherche scientifique et les transferts de technologie sont devenus objets de soupçons. Le cas de l'Iraq — malheureusement non abordé dans ces pages — en constitue une illustration extrême. Après avoir bénéficié de soutiens scientifiques et de transferts massifs de technologies militaires occidentales à l'époque où il était considéré comme un rempart contre la « révolution islamique », les capacités « scientifiques » de l'Iraq lui ont valu par la suite d'être stigmatisé comme la principale menace contre l'ordre international. C'est en tout cas l'analyse que font nombre d'intellectuels arabes (cf. par exemple l'éditorial de Béchir Ben Yahmed, « Supprimez les chercheurs ! » Jeune Afrique, n° 1780, 16-22 février 1995 : 3).

26  Voir aussi F. Charfi (1995) et mes remarques (Siino, 2000).

27  Analyse qui va dans les sens des observations d'Elisabeth Longuenesse pour qui « c'est dans les mutations de la société, les échecs et les blocages des politiques de développement, et leur traduction aux différents niveaux de la société, dans ses différents espaces, qu'il faut en chercher l'explication » (Longuenesse, 1990 : 23).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Siino, « Sciences, savoirs modernes et évolutions des modèles politiques », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 101-102 | juillet 2003, mis en ligne le 25 octobre 2004, consulté le 25 avril 2014. URL : http://remmm.revues.org/40

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page